(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Joseph II und Graf Ludwig Cobenzl"

This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the Copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to Copyright or whose legal Copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merety their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make iion-coninieicial use of the file s We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from autoiiiaied querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Mainrain attribiition The Google "watermark" you see on each file is essential for inforraing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use. remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in Copyright varies from countiy to country. and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's Information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the füll text of this book on the web 



at http: //books .google . com/ 




über dieses Buch 

Dies ist ein digitales Exemplar eines Buches, das seit Generationen in den Regalen der Bibliotheken aufbewahrt wurde, bevor es von Google im 
Rahmen eines Projekts, mit dem die Bücher dieser Welt online veifügbar gemacht werden sollen, sorgfältig gescannt wurde. 

Das Buch hat das Urheberrecht überdauert und kann nun öffentlich zugänglich gemacht werden. Ein öffentlich zugängliches Buch ist ein Buch, 
das niemals Urheberrechten unterlag oder bei dem die Schutzfrist des Urheberrechts abgelaufen ist. Ob ein Buch öffentlich zugänglich ist, kann 
von Land zu Land unterschiedlich sein. Öffentlich zugangliche Bücher sind unser Tor zur Vergangenheit und stellen ein geschichtliches, kulturelles 
und wissenschaftliches Vermögen dar, das häufig nur schwierig zu entdecken ist. 

Gebrauchsspuren. Anmerkungen und andere Randbemerkungen, die im Originalband enthalten sind, finden sich auch in dieser Datei - eine Erin- 
nerung an die lange Reise, die das Buch vom Verleger zu einer Bibliothek und weiter zu Ihnen hinter sich gebracht hat. 

Nutzungsrichtlinien 

Google ist stolz, mit Bibliotheken in partnerschaftlicher Zusammenarbeit öffentlich zugängliches Material zu digitalisieren und einer breiten Masse 
zugänglich zu machen. Öffentlich zugängliche Bücher gehören der Öffentlichkeit, und wir sind nur ihre Hüter Nichtsdestotrotz ist diese 
Arbeit kostspielig. Um diese Ressource weiterhin zur Verfügung stellen zu können, haben wir Schritte unternommen, um den Missbrauch durch 
kommerzielle Parteien zu verhindern. Dazu gehören technische Einschränkungen für automatisierte Abfragen. 

Wir bitten Sie um Einhaltung folgender Richtlinien: 

+ Nutzung der Dateien zu niclitkommeizi eilen Zwecken Wir haben Google Buchsuche für Endanwender konzipiert und möchten, dass Sie diese 
Dateien nur für persönliche, nichtkommerzielle Zwecke verwenden. 

+ Keine automatisierten Abfragen Senden Sie keine automatisierten Abfragen irgendwelcher Art an das Google-System. Wenn Sie Recherchen 
über maschinelle Übersetzung, optische Zeichenerkennung oder andere Bereiche durchführen, in denen der Zugang zu Text in großen Mengen 
nützlich ist, wenden Sie sich bitte an uns. Wir fördern die Nutzung des öffentlich zugänglichen Materials für diese Zwecke und können Ihnen 
unter Umständen helfen. 

+ Beibehaltung von Google-Markenelemenien Das "Wasserzeichen" von Google, das Sie in jeder Datei finden, ist wichtig zur Information über 
dieses Projekt und hilft den Anwendern weiteres Material über Google Buchsuche zu finden. Bitte entfernen Sie das Wasserzeichen nicht. 

+ Bewegen Sie sich innerhalb der Legalitat Unabhängig von Ihrem Verwendungszweck müssen Sie sich Ihrer Verantwortung bewusst sein, 
sicherzustellen, dass Ihre Nutzung legal ist. Gehen Sie nicht davon aus, dass ein Buch, das nach unserem Dafürhalten für Nutzer in den USA 
öffentlich zugänglich ist. auch für Nutzer in anderen Ländern öffentlich zugänglich ist. Ob ein Buch noch dem Urheberrecht unterliegt, ist 
von Land zu Land verschieden. Wir können keine Beratung leisten, ob eine bestimmte Nutzung eines bestimmten Buches gesetzlich zulässig 
ist. Gehen Sie nicht davon aus, dass das Erscheinen eines Buchs in Google Buchsuche bedeutet, dass es in jeder Form und überall auf der 
Welt verwendet werden kann. Eine Urheberrechtsverletzung kann schwerwiegende Folgen haben. 

Über Google Buchsuche 

Das Ziel von Google besteht darin, die weltweiten Informationen zu organisieren und allgemein nutzbar und zugänglich zu machen. Google 
Buchsuche hilft Lesern dabei, die Bücher dieser Welt zu entdecken, und unterstützt Autoren und Verleger dabei, neue Zielgruppen zu erreichen. 



Den gesamten Buchtext können Sie im Internet unter http : //books . google . com durchsuchen. 



FONTES RERUIH AUSTRIACARll. 
(ESTERBEIGHISGHE 6ESGHIGHTS QUELLEN. 

UEUAU8GE0EBKN 

VlIN IIER 

HISTORISCHEN COMMISSIOX 

HER 

KAISERLICHEN AXADKMIE DEK WISSENSCilAPl'EN IN WIEN. 

ZWEITE ABTIIElLUNtJ. 

UIPEiOnATARIA ET ACTA. 

UV. BAND. 






WIEN, 1901. 



IN COMMIÖSION BEI CARL UEKOLU'S SOHN 

BUCHHkllDUlR DU KAIS. AIADEHIl REH WlltSEKSCHAFTEK. 



St.- Library 

WAR 4 1955 






äryl 

Li 



'•>'/ 



Druck *un Adulf HolftakUMU, 
t iiml k. Har utd UDlnni(IU-8BakdnMk*r In Wim 



Inhaltsverzeichnis. 



1785. 

CLXIX. J*s«pk SB C«b«azl. VTiem, ll.Jannar S 

Weiter« Terfaaadliiiig«a in Bexog^ auf den Tansch Barenu 
dnrrh den Heno^ von ZweibrQcken al^brochen. 

CIJ[X. Ea«aMi u r«¥eul. Wien. 21. Jannar 4 

Josephs Tonchla^ an Katharina betxvffeud das Tausch- 
proje«t. 

CLXXL JMfpk aa C«keul. Wien. »3. Januar 5 

Correspondenz mit Frankreich. — Vortlieile eines et- 
waigen BBndniaMs nrischen Joseph und Friedrich II. — Ge- 
heimes BnTentftndnia Frankreichs mit der Pforte. 

CLXX1L <'«Wbi1 u J*Mph. St Petenbnrp, 21. Februar 8 

Das Tanschproject. — Die Keise nach Cherson auf den 
Winter 1786 Terschoben. — Stand des Heeres snro allsei- 
ti^n Sehnte. — Beendigung der walachischen Rebellion in 
SiebenbQi^n. — Postscripta: Katharina, Aber Friedrieh Tl. 
erbittert, Terweigert jedes Bündnis mit Pronssen. — Simon 
Woronsow Qber die La^. — Abweisung des sogenannten 
„Systems des Nordens' nnd der Tripelalliant. — Anaaehlosi 
des KSoigs ron Prenssen. — £indrack der Nachricht vom 
EinTeratlndnisse Frankreichs mit der Pforte. — Der Ge- 
nndheits instand Katharinas. — Die Gesinnungen des Gros»- 
fOratenpaaras gegenDber Joseph. 

CLXXIU. Josepk aa CoWul. Wien, 17. April «7 

Erknndigung nach dem Befinden CobenBl's. — Erwartung 
ftanxOsiscber Nachrichten. 

CLXXIV. KaaBlti aa CoWaxI. Wien, 18. April 38 

Derselbe Inhalt 

CLXXV. Joseph aa Cobcaxl. Wien, 7. Mai » 

Die Nachrichten aus Frankreich. — KriegarilBtungen der 
Pforte. — Der Allianiplan Friedrichs II. gegen Kaiser 
Joseph. 

CLXXTI. Cobeaxl aa iosepb. St Petersharg, 14. Hai 31 

Die Tanschrerhandlungen mit den HollKndem. — Vor- 
srhlige in Betreff der Handels- nnd ZoilvertrXge. — Der 
neue Favorit Jermalow. — Persönliches. 



TI 



Seit« 
CLXJEVn. tobeuJEl an Jokeph. äl. PatärakurK. S Juni 39 

Politik Kalliarinai: D!e MXchte Euro|)W Ober da» büixl- 
ni* mit Jimeiih an bornhi|^en, um Aofito stchertr« Vorlior«!- 
Iiin)^n KU IniiTuM. — Diu Ab*tt'lilen Pi-rukihiu, iitii ili« Al- 
lianz Joiwplis lind Ktitlinriiias durch uiiii; Vcrbinilnn^ <l«r 
Heicli»*tSni)« wncisnniArlien. — K»lhnrinfu £rkl£nin|; aii 
PreusEon [in <lor Aumerkuni;). — Die L'rsacben tles falscbeTi 
Gerrichtos einer H«Ue den Uentmh i^anioilonv nnch Wien. 
— UedrSiiKois das QrooiifQi-stetiimiirvt. — Falsclie U«r»lhun|E 
iitii! CliAraktoncliwItdie des Groanftl raten Paul. — Einladung 
KHlIiKriiia» au (-'ubeittl, ain mi( i\t:r Hoiau tu bttgl eilen. — 
Nülibre« übor dieso Bebe. 

CLXXVni. Koiinltz nn robcuz). Wien, U4. Juli 4k 

Ktaiid ii(*r VfirliniidlnngcM mit ilon HoIlÄndern, — Die 
Unvornunfl ilw «iiglMcbon Mintttoriums. 

CLXXIX. JoHupb an Cubi-nzl. Wiuu. 26. Juli 19 

KKlt« dor üAsiniiuuKfin de» groaannlhchen Paarr«. — 
Katharina mDge xuni Abacijluue der VerliaLidluii|ren mit 
dfiu UullRiidem drHn(ren. — Das abtiiirde Proj^cl des enjr- 
linclKMi Minisleriuui.i'. — Anküiii<di^uu)i der Ueberaündunif doa 
SUnKers Marcbeaini. 

CLXXX. Jti»f]ih nn €i>1i«ii£l. Wiun, 18. Auin^st • - ^^ 

l.'c-lif-raPKdiiiig iiiirl Kni|irchlnn£ de* SSiigAC^ MarcbOflinl. 

CLXXXI. Jasepb au Cubeiizl. Wien, 7. Septombor . 51 

Stand der Vi:rliandlan|;p» mit Hullaiid. — Viiraitiistt:bl- 
licber Kriifg. - Diu CoufÜderiUiuii Friedriclia U. mit den 
ReJcbMUnden. — Die FllnÜn tod Aahalt-ZerbiL 

rLXXXIl. .Ti»*t#|ili nn CAbenzl. Wien, 80. »«plirniber . ...... Ttü 

Diu mit dtfu liulIXndiKb^n AbguortliiutLni ciacb dem Svliei- 
tem dM Taomhprojr^i'tciii in PariM abgofhlowenßn PrXllml- 
narien. — I>i(i Politik EnglntMl». — Uiierklür)ii-her Hrief 
der Kfirzn^iii Friolcrika von Würloitiberg. 

CLXXXni. <'<ilii'nEl an Josupli. 6t. Peterabar^ , 6. October U 

Der abgi'»rhli»iii'ii'^ liandAl>v«rlrag. — VArtb«iIunp der 
kainoiliidioii {ii-ji<Tlit>[ikM. -- UiiMille Piiaiilaiuls Ub«T die Ab' 
trctunig dtw li<illlinili*ch<;ii Dorfc« Doel. — Neue Kacrutie- 
ningcn iii IIiiMland. — l'IntvvbiedoiK^ Abweiaung eine« Bflnd- 
niuea mit HtigEanil. — tietiiiniungcii de« Gru»iifllr*te>i])aarea. 
— Dier Bripf de« FUfstoii von i>ifroe Hbor die Hollftnder. 

CLXXXIV. CebrnKl an JoHCph. St. Piiturtburg, ST. Ih-tnber »S 

Oesterroioha und Kuwilandn 8l«>][iirig »u England. — Vof- 
boroiliiniren xiir K«Im iiai'h Cliemon. — Anfenthalt Onbenalg 
in tiatsi^biiia. — Aiikmifl MBr«fn-iiiiii*- 



vn 



Mta 
Cl'XXXV. Kaunllx ua CobrazI. Wign. 1 1. Noveutber 07 

XuuIoHigkctt unil GarHbran einer Vertiindnec En^Unds 
mit J'n^iiJiM^R, — Anjil/so der ErkUrnpg Friedrich« U. b^ 
Ireir« lim lloTX(>gt von Zweibrllrk«!!. 

CLXXXVI. Philipp VolMiir.l un I.aUiriir l'abeDxl. Wien, 12. No< 

rentber 72 

NIhere AufkUrnuff zum vori)f«n Brief«. 

ChXXXril. Joseph RB («beuzl. Wien, 19. Novenbw 73 

Erwartung ran Cnbenitls Bwiich in Wie». ~ AbM'.kloH 
der V<>rhiintllun|^-n mit d«ii Holllndem. 



1786. 

CLXXXVIII. Jittiepli un CobeiiKl. Lueiibtirp, HO. Angnut 
f'uliHDxIit Abmiin wiio Wien. 



TS 



76 



CLXXXIX. Cobfnzl an Joücpli. St PeteTsbnr;, l.Novenber. . 

Cubflnil* Empfing adi raMuchdn flufe bfii seiiier UUck- 
kslir. — >'tlb«>T«s Ober Knltiunn*» Kei»»plxii: HoflTuunir, 
mit Josbpb wieder BUsacuweDEutreffen; Vorbureltungeu siir 
Rfli^e. ~ I)er ce|i;«nwärtige SUndfiunht KittliAriuM» in Oo- 
aiig auf das Alliaiuwjttam (keio BOtcdni« mit Kii|[l'ud. — 
Anfreoktbaltiini; der AEIianE mit Frankreich. — Vermei- 
dung eiu» türkixchen Krieg««. — KiiUcbifidunfl W«nduiig 
rtelaiehr gegen Proiu*en). — Zustände bei Hofe. — Die 
QecuDdbeit Katbarioaa. — Pnumkin und Beaborndkn. — 
Daa nrourUratonpaar und Keine Umgnbuiig. — B«ixi«hungHn 
de« jungen Hofba au PraiiM«n. — KXIl« der Empfind ungim 
innerhalb d«r kaiverlichen Familie »«tbut. — UcuniniDimt 
d« CiroBafUnleii Faul. — Mueikutiecb» V'erblilnisM. — 
Billo um UeberotiltluDit Tun UdUila Über diu erboffte Beiae 
Jonepb« nach Kuuland. 

ÜXC. Kaunltz an OoK'uil. Wien, 3t. Docembec 97 

Keine Anu&lierung an den Beritner Mgf. — Aufrecht- 
erbalt uiig der Gif«rsuc:bt und daa gegenseitigen Miu- 
iraueu» unter den Übrigen europSisL-hen MXchten. 

CXCI. Jesepb an Tobenzl. Wien, »S. Dezember 80 

liebermiltJung ron Brlßfün au Katharina und das groK- 
fUnllicb« Paar. — Copie dea Handach reibe na an P<it«inkin. 

— Miltheiliiiigon bctreffa der rumiKben Relae: Ziel derBeise 
tat Cheraon. — FHUtera Abreiae. um rot Kaibarina anau- 
kommen. — Zostand dvr SiraiM», — Beiaegelegenbeiten. 

— VoTÜlgung flb«ir tlio Cotirien*. 
CXOIl. Philipp 1 «bonrl un Lndwlr ('iibi<n/I. Wton, 31. De- 

vnaAivt . , , , . .92 



vni 



fMM 



Conf«renHea Jc»e|i]is mit Kauniu &ber du polilUcbe 
SjttMO. — Stellung llent^rrel(:l)S In Aar pntiiiAfrhcn Krnp«. 
-•• Jovsph» freitiidKülinfLliL'li« BAEteliiingnii mtm Urfl*»nir«ten* 
pur. 

1787. 



95 



CXCIll- ('Aheiizl nn Joxepli. St. I'cl<'ivhiirf. IS. JamtAr . . 

Wirkung der Nai-liriclit von .los«iihii bevnnteb^nder 
itweitan Reicu nach Ruailaod. — Kalhu-inas Abrabe un>i1 
R«iiep|jui. — Die Abreise «ior juukso GromfUmtei) AIauikIoe' 
und ConHtAnClii — Das Treiben des FriuKf^n von W0r1(*m. 
barg wShrend sciiies roMtARbon Aufenihalteii und n^iiir' Knt- 
faraung vojn Ilufn. — Widerrufung' ib-r AbreL<tP dvr jiingt'ti 
GroasfUnwii Alexuidur um) Cunvlniitin. — Kchwankniiilur 
Charakttjr iIm (irftHitfilnrtAn Pmil. — I Ji^ninninif^en d»r tlbri)!«n 
I'iir>iaiii;ii «Ins Hoftu. — AbH'bluiK 'Im ilanilolnviiTlrH]!«« mit 
Frnnkrt'kOi und Nun|jfl, nbor nicht mit EnglKtiil. — Vorbe- 
rpitutigim Kitm ICinpfnn^e <iei KitWra. — Veracbiedene klei- 
nere Ang«leirGiibeit<3n. 

C'XCIV. Kaanitx ati t>>b(sii»l. Wien, 1.1. Fobrnnr lOK 

l'iililisf^bt* Btilrnrblunfj^eii cur bevonttfii^ndiin llniM du» 
KiiMMv (Stulluiii; XU d«n GrüMinXditvii im Hitiblickc nnf 
ilin i;«ftlirlichkoit ]'r«iiKMns. — IH« p<iliii»clic Thronfolge). 
Kaitnitx* Urtb«tl llbar die ZiirtSndu «m rnsaini-heii Ilnf«, —> 
Slruiti^koitt-n bwücIibd Kaibariiia und dem nroufUrBtoopaiir. 

— Die Ehtroniung Ae* l'rin/eu vuii 'Wilrtouiberf^. 

CXCV. Joiteph an Cobenzl. Wleu, 14. Fßbniar .... . . 

RviKrouio lief Kaiien. — BeeLollnnf: «ler Pfcrtl«. — Tny 
dar AbntiKf. — ErwArtung von reii^n UAtnitii illiAr KJitlifl- 
rinKi> Ki-i.<i.'plai]. 

CXCVI. Philipp l'olicuxJ an Ludwig lobflizl. Wien, lä.Febntnr 
Mkliniin);, in iluii Ilriurt-n an Jnsepb nitbt (tinfalbe %\t 
beriuhteti wie iu den lotlr«* d't>ifii"n. — Vi^ncbieiEvii'i} poli- 
llftckß Vitrhallungumawregoln. 

CXCVU Cobfiit) an Joseph. Kiow, 3ft. Februar lU 

AiufQtiriiD^ der Itais^rl leben Befehle in An^legvnbelt der 
Bftisa. — Der Ta; von Kalharina.1 Abrei^n noi^b nicht fixiert. 

— VerEOgeruMfi dunrb den Kdnig von Pulen. — Die ue- 
watiKbleu nXbsreti Di^taili der Ueiie (Rei««rfriit«, ~ AuTeut- 
halt in den ▼•r«nbicdi>nen Rtalionen). — Vorhereitiingen Po- 
IvinkiiiF xiiEii Euipfnopp dvs Kni^n. 

CXCVUL Cobenxl uii J»>.«pb. Kiow. «.April 118 

DdtAiI» Über die Rcice Knlbarinaii. — UnbestiinniUiirkeit 
dftr Abreise we|;ei] der ineisl nncti iin|refrnn"ii<'» l'"IHjuif!. — 
Die ßiiile der KaUorin. 



V'.i 



112 



IX 



CXCIX. r*brazl sb J»»rph. Ki<m, I. April 119 

Torbeniina^ii Poumkins nu Bnphag» Jo«*plis. — Dm 
Abm«^ Katharina« dixJi nicht beotimmt 
OC C'okeail «n JoMph. Kio«, 16. Apnl lau 

DwMlb« inluüL — V«rtrmgiv«rtiandttiBfeii mit F^nkretch. 

_ _ Josrph nu CobcazI. Lcopol, 19. April 131 

D«f V«ilaitr Hot lfiBti9ri|[«u Itsis«! Hm RaiMn. — Enrar- 
tnnf de» Zmain mg ntreffen» nit KatbariHa. 

CCU. C«beMl in Jo%tfk. Km», XS. April Itt 

Kstbarinju Abreb« laAilp der »chtechtefl Witteran^: rer- 
•ebobcH. — WoitiM« Delaila Übtir die baTontebcDd« Kei*« — 
Eotoaadniis de« HaninU de Gallo v w wit oa de» Knaip von 
ü«ap*l rar B«^rftaraag' Kalbarina^ in (^erMin. — Wahl Am 
Krethemi von UalWr^ ram Coadjatar ron Main*. 

CCm. ('«beul SB Joseph. Kiow. S6. April 12fi 

Pixiemo; Ton Kattinrinai Abrvi«« anf d«n 32. April. — 
Di« Ben« Route and die Statiooen der«elbAii — &kis;ce dM 
Person«!) au> der SuiU Katharina« (Cbarakter <ier Kaiaeriu 
aellML — Ihr pol iti*cbM System. — Patenkin. — Rwbnmdko. 

— Dia £hrrndameii. — Die beiden 8ckn«aJow. — Der rtrar 
Aolialt. — Cx«roicfae(v. — Xtriskia. — Bariatiiuk;. — S^ir. 

— Fitalierbert. -~ Der t'Qrst ron ligne. — S<r«oc«]«w. — Die 
nbrig««! Personen). 

CCIT. Jnwph an Tobeiisl. LMpol, 39 April l»ft 

Abretüe des Kataen von Leepol aiu 6. Hai und weher« Ver- 
fÜfiuifeB. — Liate der Nachtqnartiere. 
CCV. CoWazI ■■ J«tt«pli. Alt Bord des .Dni«|Mr* nab« Kaniew. 

B. Mai las 

Bericht aber die biaberifre Reäae. — Bef«igiino|; mit dem 
Könige von Polen. — Fortset»lit|r der Reif« oaeli Kr«iueu- 
iMbnk. 

CCVr Cobfmxl an iosrph. Kreuentachnk, II- lUi . I4l 

Ankunft in Krt-mentiK-hiik. — VenOferaDg «regen des 
Wetten. 

CCni. Cobeuil «0 Jnsrph. Kr«ni«nUvhak, IS. Mmi 143 

Ungnilulil Kailiariua« über ilie Ver>4|reraDtr. — Dl» weitere 
EaiMrenle. 

CCVni rnbcDll an Jo'ieph. Kiow, 30. Uai 14fi 

Cobeusl eill der Kaiserin ruraun. — Hoffnung de* KfiRifa 
von Poleu, mit Joitepli eumid in oiuu treffe». 

CCIX. ('«bcazl OB Kannllz. Sebaatojiol. 3. .Innl 14A 

Ansnihrliebvr B«ri<;fal Ubi-r di-iL Aufvatkalt de« Kaiwrc in 
Chennn. — MiliUtiiM-lii^ pAraden, etc. ~ Auadng nach Bak- 
tarlÜMrai und t^bailnpiil. — Die Putvinkiu'iwben Iu>rfrr. 



X 

Seit* 
CCX. Cobrul *» KaSHill. S«l)aslo}>o1, 3. Juni 150 

Weiterer Bericht über die Entrerue iii CLenon. — Vor- 
»chl«); Kathariniu xur Wiedererobernng Belgrads. — Die In- 
structiünen Cobensis in Betreff der schwebenden Angelegen- 
heiten; Zuent ZeratSmng der Macht Pretuseiu, dann erst Krieg 
mit der Pibrt«. — Sonstige politische GesprSche. 
(.'CXI. Cobrazl •■ KasBltl. Sebastopol, 3. Juni l.'>ß 

Die l'nterfaand langen Ton Bnlgakow and Baron Herbert 
Über die an die Pforte au stellenden Forderungen: 1. den Chan 
von Tillis nicht weiter zu belästigen; S. ZOcbtigang der Tar- 
taren (Ur die VerwO^tung des Landes; 3. Russlands Lieferung 
Ton Sali an Ociakow genau fixiert-, 4. Flüchtlinge aus Russ- 
land nicht mehr aufinnehnien; 6. die Walachei und Molda- 
vieu nicht weiter so bel&stigenj 6. die Pforte soll sich mit den 
rassischen Arrangements betreffs der Entachidigung für Schiffe 
anfrieden geben; 7. Einrichtung russischer Consnln; 8. Ernene- 
mng jenes Punktes au« dem Handel svertrage, nach welchen) 
ni»si«che Schiffe freien Aufenthalt and freie Durchfahrt in den 
otlomanischen Hifen haben. — Mittheilung dieser Forderungen 
an Frankreich. — Die Nachtheile, die aus Katharinas Absicht 
auf Ocxakow erwachsen kOunteu. 

CCXII. C«Wul aa Kaaalls. Berislawl. 13. Juni 160 

Katharina lis^t ihre Enkel, Alexander und Constantin, ent- 
gegenkommen. — Ihr Bedauern Über den Charakter des tiroMi- 
funten. 

CCXni. CaWbzI aa KaaBltz. Berislawl, 13. Juni Ißl 

Beüichiigung des Hafiens von Sebastopol durch Joseph H. 

— Weitere AusfiBge nach der Krim und Theodosien. — Die 
lanne de» Kaisers. — Besprechung einer nächsten Rntrevnt*. 

— Resnm^ fiber die Zusammenkunft in Cherson. — Eindruck 
Jowphs anf Katharina. 

OCXIV. Lidwir r«WazI aa Philipp ('obenil. Berislawl, 13. Juni . 107 
Bericht aber den Verlauf der Entrevue. — Uesorgni» (Hier 
des Kaiser» Offenheit in Bezog auf die niederl (Indischen Wirroii 
and fiber Katharinas Streben auf die Festung Ocsakow, 

1X:XV. JosTfli aa Cobeul. Cherson, 16. Juni lA» 

DankAcbreiben an Katharina und Abroise. - ■ Uebersonilung 
dftjt Handelsmannes Brighent). 

CCXVL <'«WbzI aa KaaalU. riiark»w. äS. Juni 171 

Bericht aber den Alischiod Jost'phs und dio Itrise Katha- 
rinas. — Aufenthalt «nd histnrischi> KriniionnigOD in Pnltawa. 

— Pote.mkin erhiilt xiim I^ohnc fllr Nonii< ttnuiOhtingcu um dio 
KeiM> den Beinamen ,di>r Tanrier". Sinn<l ilfi" rnsfischoii 
Heer« — AndtTe An.sxeichiiungon uml OiiiivrnHMiloiiluRuthei- 



XI 



Ml* 
Inngvo- — KoMiinA Qber <Uv gante Eotn»«!!«. — All^nMtn* 
Z«fH«(teDl>«>i tU«r Theile. — BevondcfV ARudintirlilictl in 
Nlk« K*lhariitu. 

OCXvn. JM«rh aa Obeixl. Wi«., S. J«li i;t 

GIDcltliclie Aukanft Jwepki iu Wien. — Ppwill« ihm 
dm Anttbuiil dvr NiwlarlsDd« und ii% I>«eUratiaD von 
80. Hü. — BoSaaag ivf UntantAtiaiir to iw iHo BnaaUada. 

CCXVIII EaDBllE an Ttbeul. Wira, A. Joli 17B 

N&li^r« AnfklB r wng — ntm rarig«n Rrivr«: Di* ni«der- 
UadwctM Babeliion und di« MitUil in dvren UnterdrOcknap. 
— P.S.: Ob Kanniu Min D«aw Wrrk .PropAtitiAii d'nn 
■rnuie»ta«nt, . , . «tc.* Kattwia» widmen soll«. 
:. Pblllpii ('«WazI aa Lidwir rob«ul. 'Viva. &.Jali. . iWl 

Bcintchtiiogrii tu l'olirnEU KftritlitPD ibof Hici EntrKvvn. 
l- r«b«nxl an Knuniti. Kalomenaki. 5. Juli. . 1SI 

ülOckltch« Ankunft K&tbariiuu in tCoIoiniMiirlti b«i Moskiw 
and dm WrUnf Avi Ilcimroi*«- — /uiuimiiientrvfrBn mit Ama 
Gcoifllrgnm Al«xa>d«r aail (.'«ueuiDtin. — Anlhrilnahme 
Kathirinaa «n don nied erlin di«c heu Bnlf^issen. 
CCXXI («bentl aa KaiiBlU. Uu«kan. IS. Juli IM 

Eoi^fKn^ KntburiiiEs in Mtwkan. — lüvon« KoiarGcb- 
kaiMn nnd Aa«K''irlinnn£cn. 

CCXXn ('«beni:! «n Joi>rph. Sl Petenbury, 9. Aujpul IRT 

Witkuuc inr Entrevoe «of KathuiBa und Vanbeile ttir 
die bMUhende Alliani — Katharinft t>eM«lil nicht lurlir auf 
dMi ErotMningiipro^actan gcg«n die Tdikei. — Ihr Urlheil 
aber dio niederliadtsdic Reb«Uiun. — Allgemeiao R(btuti|:«u 
in den «an>|iJiiM'hcn Suat^n — Kin|kCuig de« Groufllniea- 
paar». — Katharina liaat tat EriniMmag an di« 8«»o nach 
Ghsraon eiu« Uedaill« prlff«n. — l>«r offcns Wufco fQr 
Kaiset Ji>!ie|)b. 

CCXXill. Jvb4>ph aa C«brBiL Wien. 80. Au^st t9i 

Die VoixXuge iu Coustantüiopel iKritt^MrkUlraBjif dtr 
Pforte). — Jusepht B«reilwilliRk«it. KnMiand su unter- 
ACatsen. 

CCXXIV Knanitz an Cobeatl. Wien. 30. AoriuI . I9B 

I>er Vortlieil einer Diversion der beiden «eH>(lndeteii 
Armeen. — Erwartung de« nuaiflchen Kriec«iilaa«a. 
CCXXV Philipp Cebt-atl an Ladwic Cob^axl. Wien, SO. Angtwt 197 
Varaumiclitlicfad Wtrknng il<-a bevt>r9rtebAnd«n UlrktrohMi 
Krivgea auf die AUiauxen >l«r Qbri^ii europJtiMh«a Uiclite. 
CCXXVI, CobpazI an Jefi<>pb. St. Pel«r»burv. IS. September ... IVJ 
WirkuDii; iIiT (• I ton I KOLK Ueu Kricsr^^erktSriniii; auf Kalha- 
riiia — MCglir-hki^il Ton Zeitlichen VerhAlidliin^n mit di^r 
Pfiirtn. — Vmtbwiloiig, Obwrrominftniln nnd pKidtufptpliiii <b>r 




xn 



SOI 

SOS 



Mden cu Bcbaflfendcn ruwi»i:l]«ii Arnieoii — Die ätellung- 
imbino Kninkrciuha. — Aiunidien das FUralen von Ligiie. 
ucti iler ruMucliüu Aruioe anscblioasen na dürfeo. 
CCXXVIL Joseph «n Cobenxl. Aggafiwi, 24. Septomb«, - . . . 

Eiii^ifetilting dei Caij-ollineisterü (JiiuarutiH. 
CCXXYIIJ. Cabenxl in JoKeph. St. Petonburj:, 34. Sciitomber. . . . 

K«lh«rinafl Dankbarh«!! Aber äita rrciwilÜK« Aticrbiaten 
Joteplis >ut UiiterftOUung gegen die Türkei. — .Seine niili* 
(IriBcbeti ArrAngemstilM. — Die VerhUltnlase des Heeres. — 
AlitHjlut« Vnl]m«clit Püteriikiii!«. — Sl«[liitt^ KäKOLiObcr 
ProUHVn und Fraiilirtiii-b. — N»uv Wiiii^mtHnile in tltm 
NioderlnndcD. — i^unahin» der liunst Mamononn. 
CCXXIX Pbill|ip Cobeiizl an Ludwig <'nb«uxl. Wion, n Oi^tuWr 3D7 

Erw:irtiing. da-«." iliT K'-ldaii;; «r»l im kumnibniloti FKIlii- 
JAlira nnlornomnuni wlt'Ic. 

CCXXX. Kaunitz an ('»b^nzl. Wieu, 12. OcU>bnr 2ns 

Kln^u über die Ell(^^^idüvi|•lluit (Ic^« niBsiicIien CabiueU. 
^ StelInnK OwUirreiclin nu Fi«nkrei<-h: AlilelinMng «iimr 
UnturhandluDir- — NaiiUricbt von der Zenmravg der russi- 
scbdii Flotto boi Sobastopoi. 

CCXXXI. JoMfph HU i'obt^uxl. Wien, 13 Octob*r 210 

GrwiLrlun^ dar VorfU^Dn^en Potemkiiu. — fiedauorn 
über d*n Verlust der rnssüniion KloH* bei .Sfbuinpol. — 
Joiepb kann niclit früher auorUcken, bevur nic.bt voiiNuit^ 
KuHülands ein )^chritt ^etli.nn JHt. — DeMiminnni; des FDntten 
vuu Uguu Eiir C'irreHponilenR bbi dar rniuitMcliaH Armee. — 
Stand des kalterliirbuii Heer«» in Ungarn und au den 
(■roniiini. 

CCXXXII. Joiepb au Cobeu/.l. Wiv», 23. Octvbar ±.MS 

Utib)ir»midang des Capellm«iBteni nnd CompornKt^n 
Alartini. 

CCXXXIll. JoHepb BU Cobenxl, Wien. SO Octob<^r SIS 

KmbietKiing der lloirit l-'ninx' von Tnurjinn mit ElisiA- 
bBtli Ton WUrtemberg. — Vorberoitiin^n zum Fvldzitg» 
fllr daa Dlehftte FrOlijabr g«lrtiffeu. 

CCXXXIV. Kaunllz nu Cobrnzl. (Wien). 31 Oktober 214 

ErwHi-tuiig, iiuff Katb^iriua von der Deraniiivtt bald tur 
t)ffßn.iivo Übergeben «erde. 
CCXXXV. Philipp Cflbenzl au Luüwli^ Coheuxl. (VVivn), Sl.Ovtuber 214 

Slelliiiif; diT Ubrif^i-n Milchte. 

CCXXXVI. Cflbriizl an JoH.-pli. Kt l'nt«'n.l)«rg, 14. Noreinbcr , . 21fi 

Dmikbarkvit Kulhuriuni) für Jusupk» Büret [Willigkeit 

anin tlirhittchen Krioge. — Stand de« ruM)«clieii Hoeres. — 

Prit«nikin veriiHuiDt, die »nlsp reeben den Infonnatiniteii nach 

Wiin koinniun xii Inmieii, — l>er Fürst v<ni Ugnn beim 



xin 



«ü« 



roMicel»«» Be«T«. — Tert»a«niBf der Scliidea. «reich« 
die n»lU «riliua luiL — Aagrilf der TarUrea tnf 4h 
Oiir|w am K»baa. — PolitütcIiM' Zwaek das [»nwiimimoo 
Ktii^eB (flfn ^e TOrk«!. — P. &.: VonMmg VnaknMm 
■B «Isar TripeUIliCDs -— VmaMmkimiuahtil Am finm- 
f&ntMi Ptnl. %ar Armee so ftkma odgr wohL — B«to- 
b«nd« AnhlticIicltkMl ui iImi Hof von PreMMo. 

CCXXXTH ('«WaxI «n JaNTph. Mt P^^r^bar^, 10 Dscmbor . 

Kr^Diie Dlior die bcTonidicti'le Heirat. — FelteifrapUa 
TOd pAlemkiii iiud <l«in F3ret»ii roti Li|tii«<. — Preunen 
and England sRchen iler TßrkAi Jaae|»hfl RtUtnn^n ak 
blawfl DnuKnuIntina kin(tiriell«n — P. 8, : Ankaaft O' 
narwaaa. — HuitikalUctii' ZuxüUtdä in St. Peteiyburv 
CCXXXVUI. Phlifpil rabrnrl nn I.ndwlf <'abr>uxl. Wien. 10 De- 
c«oiber .... 

V<'rhAtMllung'-n mit dorn frantANir.lx'n (^binei in De- 
%ag anf di« Tripel» llianx. 
CCXXXIX. Joseph nn <'«b«itt1. Wien. )l. iJeceniber . . 

Bvilenkeu gr^^n dia von Frankreich rorg w w:L lagwn« 
Tripvlalliana. — ZKtifU* üb in nichaton FrOhjabr« dor 
Feldjtop wird erüffntM worden kAnnen. — Der g^^lanb? 
nScfatlichn L'ftb«rfali auf Ik-Igrad. 



tu 



ÜäS 



S59 



1788. 

OCXli. JoMph BB Coh«lul. Wien, 7. Jannar S83 

BAstung«!) d»r TDrk«i ireffen JoMipb, wetrh«r dagogvii 
bestrebt iat, die Krie^serklKrnng llber den Winlur hinana- 
auaobielMii. — Di« ^eplanl» Kiiuiahm» von Chotjm. — 
Abidclit Prenaaeiu, ana dem bevoratehonden Kriege Vor- 
tkeil Ml aiehen. — Die Ileirat ilu* Erxhwr>ij)pi Frans tat 
vollxog«a. 
CCXU. Cobratl an Kaiinitz. 8t. P«ianibur;, iC. Janonr - . . S$6 
Kattiariiin uaiiM-bi *u ihrur Mvdailli'iiNimattuiig i'invu 
Katnlug it» ^Virn^r Miinu^abinot>_ 

CCXLU. Ciib«li2l RH JuhCpli. 8t. P<>(»raliiirg, 3. Fobruar S38 

Dan Ki«cii|>t KntlLKrina» an de» Filratcn (lalitaiii, Ut- 
IrafTcnd diu Ahiiichlvn I*r«UMfinK, hvi dem bcvomtvbvndeu 
Kriogf) sicli oJnc« Thoil» von Pulun an bomficblii^n. — 
AiMpriichv Frankrvicbs. — NoiKuiig lu eineui B&ndniaw 
nach Art der AUiaiia von I7a6. — Mit RUckaiobt snf Eii^r- 
land ^eieii al>er die Verbaiidlungen in die ULtiff*^ «ii ziehen. 

— Erwartung der Naohriubt von der Eiuiiniinie tldi^rnd« 
und vnn der KHepterklXrunp Oeitterrficbs an die Pfnrto. 

— Vonnarach der rnmt»clieii üi-iit:n«l<* Sultikow iitiil Elnipl. 

— Dar SU erwiu-lttndo Aurtrni^ff d«s Kiitjgv«. — Ch&rakur 




^v 



(Im UroufBralen Pnul. — Seliio AlireiNO mir ArrntH- wini 
rancholit^i). — Dar Krlp^«)v)>ni P>itßmkin» — l'L-liCfruicIiiiuK' 
der übr xn Uainoiiiiw. — 1', S,: l>er Urox^ftlnt Paul ([elil 
nicht zum Keen>. 
CCXL11I J^NrpIi HU r«liriiKl. Wie». 7. Fnbniar S47 

Killt g'illigr- Kriü^tprldKning nii <lio Pforte. — RubolniLiI 
eotl iiiitrT Icaiiii«» UmaUttidon «inen Vortlieil l^euiHeus au- 
KUftlulivn, 
CX;XIJV. KüutiilK HR 4'<ibenKl. Wivn, 7. Fobniar 2VJ 

Uuniurhtingon zu doii ufäciollen InilrucLinnoii Dlier die 
Allini» mit Frankreich. 
CX-'XLV. JoHepb an Cobenxl. WUm, 23. Febmar . 25« 

Uelgermittltiii); ron Antwort«]! auf di« Briefti Jm Oru*»- 
ftirHtenitaares. 
CCXLVI Cobrntl »u JoHcph. üt. Potorsbur?. t. Min :!MJ 

KaibJirina vreitt dm Atierbieten de« KdnigN vuii ProiiMdii 
auf Rrnciiitriiii^ di-r Alliaiis ab. — Vnriheil« Hpc Aimeseii- 
lioil de» Fnntvu vun Ltgne boi Putvmkiii — Freniio Kallia- 
riitsx Über dio erfolgte Kriog^crklKrung dm Kaisera. — 
Ornufdrat PanI holTt nach immer, am Fcldsag« «ich zu 
büthoiligQD. — P. S.: Mi>Etkalische ZnstXnde. 

CCXLVIl. Kannltx an CoIh'-iikI. Wien, fi, April -^55 

üulgakuvt uird Herbert vuti der Ffurta frei^elasii!i]. — 
Dtr Fi;ldiiig liitt bo(-o[iiieii. 
CCXLVUI Philipp Cohfitzl an Ludwig Cobenzl. Wien, 6. April ^iüG 
VvrmiitliUclicr Verlauf de* FuliUu^rea. — Die AbsiL-blvit 
PriMis»eii«, 

CCXLIX. C'obeDXl «u Jost'pb. l^t. PeteKbiirir, 18. Aprit tbi 

Der d«Bnil)vii Operntioni^ilnn cinr rii««ifcli»it lloerp. — 
Verrolhtttiidigiiiig und Verbgaseninif dar AmiüC. — Yor- 
Mchiodene kleinere Bericht«. 

CCL. ('DhrtiRl a» Joseph. St. Petcmbnr;, S4. Mai. ... . 'iti-l 
Erklärung Katharina« wagen iler Sicbt-rlioit K«t(eii dou 
Kttuii; ro« Preosaen. — Niedi^rkunfl der GrniwrfHratin Marie. 
- Der Wortlaut der Si(rherb(iit«cle4'lariitian, — Kii»c:n[il 
Kalharinai^, hetreffund dun Vertrag mit Frankri-iuli. — For 
d«n]n|(eu von der If'irtp, — Klapro Ubor die l'nthiltigkoit 
und die Felller der niMiouhL'ti Hoeru. — >Snr|CO dp« Gnew 
nir*t«n l'anl f[lr dio Mariiiß. — I*. S.: Aendt^rung doa Opc- 
ralioniplaiiut dor ruksUcbeu Armeen: ÜedeukuiiK des Prinseti 
von Cflbur^. — Potemkin rückt eiidlluh aucb vor. 

CUU. Philipp C«benzl iii l.iidnlif Cobt-nxl. Wien. 31. Mai . WJ 

rnxiifriedpDheit mit di<m mcsifichfii OpnrationHpUtio. 
CCLII. J««eph an Cobeoxl. Semlio, 17. Juni 371 



XV 



MI* 



ll«(lriiii|piia dm Kusure Infiilge (lur «diloo)ilcii U|ii>nitlunpn 
ifer KiiiMeii. — Dtir K«'MxiJ(f*pUn •ifn Kai»rrs- 

CL'LUI. rUU|ip l'olieazi u Ludwlir C'vbvuxl. wUn, t». Juui . . 

Klag« Dlier <IU> nuingeltufte Dlsi'ipHn dar bolilen TorbClii- 
ivttm H^^ri'. — B«« tu II i) ig»» 2iiwi4«rtiaiid«lii der UuMen iit 
Hontfmogro und Albnnien. 
Ct'LIV. Kaunltx an robenel. Wi^ii, S9 Jnui 

Klaxe Ub«T die An der lii.tlierti^u Krleg^hruiig und dt« 
VernäDmniwQ gQg«nU)iGr der Türkei. 
tXHjV. Cehrnxl bb JASfph. «t PPlcrtbnrg. 3. Joli 

Ein XII i^rwArtonder ßrncli xtvJMi'lieii RomUdi) uitd 8cliwa- 
dtin. — Vorlfinfign RlUtungftn. — Dm V«Haiif dea tVIdsuittw 
gogcn dio Ttlrkoi. — Prensnach'O CabKlfln Ubc-r div Stolluit;: 
der bi'rirlL-n llDeri?. — Kleinere l}«ri>ehte. 
OL'LVI- <'i)l>^iixl an J<iM>|>li. 8t. PoUtruburp, 21. Juli . 

Fordonin^tii da* KOnig* von Sr-liwcdun von KAtliKriiix: 
{UBfitrnran^ KvumovakjrB. — Uvberfjibe von Finnland und 
Kareli«ii. — Vennittlunf; im lOrkisclJoa Kric^j^e durtk di« 
tk'liw«den). — Ausrüatiiiii; pirea ilfieret Vir St, VeXenburg. — 
Pläne des KOni^ v<iu Sdittedeii. — Eiiirall in Finnlxtid. — 
Bednuem Über die lani^naint-i) Erfülle g^gtu ilie TQrket. — 
Uii)ren%6ude Vurbereilniifreii der rtiHinlieii Aniie«ii vur Be- 
ginn dea FeldsiipcM. — Beotündl^ Drllnf;Rn Ci'>bensU imch 
eiuer »iierginclieren Fübrntig Ae» Krii>|t<M. — Kiirilcktieniriiiig 
der RuMeii au^ Monl«iicgi<i. — P. ä.: Da» fwindUclin Zu- 
UiniiifiiitrelfMii Ai-T riiwiaclieti Flotl« unter Admiial Urcigli mil 
A-T •eliwf'diiK'brii. 
üt'LVlI. •loKi'ph an t'ubvnxt. Semlin, 7. Aiipmn 

iHir KniKur t^dvlt d«f unwürdige Itetri^en des Ktni^ vi>ii 

Si'bMcdpii, - Erwurttin]; des AtiKfraiiffes im Ifirkiiiclien Kriege. 

Ut'LVIll. l'dhrnxl »II JoHf pk. St. I'»l»(«lii]rg. S4. llctober 

Weiler« Vorihoilff dos AdmtntU riMiijcb Hhor die scliw4>< 
iliichf Flritt*. — Urisnfr)»d«nhelt mit der Kriegnifaruiig Pu- 
lt;nikiiis. 
CC'IjI.X. Cobensl an Joseph. 81. l'tMnbmg, H. November. . . 

Vurhandlunp mit Spanien Aber di« acittcn AiigAl«gcn- 
lieiten. — L>«<r Oberbefulit ilt^t Kritsj^en Hdll künftig nicht mwlir 
Pntomkin, i^ndeni ICuinjauirtiv llbertrcigun wurdvn. — Gnsat- 
fllTsL Faul (;«^Pii die Schweden. — Vertroilmii); de« Qnwe- 
vi<»rs au* diMn BaunL 
C'CLX. Joneph Hii Coliciixl. Adolr^, 24. November . . . ... 

Unwille dc-ü KktKur* Qbor Katharinafl Vorschlii)f an einem 
^mein^ixuicn Krif-^ gt'g^n Prenicon. da Joseph in die^m 
Fitll« alliMn dio iJnfenoivi- g«g«<ii die Tllrkei anf dem Halse 
bleiben wDnIu. — Enütcliii^Iaue Weigenin; de« Kniserr. 



SU 



a76 



278 



UM 



2m 



M» 



3WJ 



aus 



?CVI 



y- ■ 
ÜCLXI Kaiinltz im Cobi'iiicl. Wioa. S8. Novoinb«r ,toC 

Viirncliln^ ^iito« KcmeiiiMiiiaii uilor «iiiKeitif-CMi Vriednux 
mit der Pfnrl« auf Gniod äw gegvnvtHiÜgQa Bä«iu»Uuidcs. 
C'CLXU. Phlllpii Colienzl no Lndwlp Cabfiix). Wien, 88. No- 

Tftmh(*r S«7 

BoiiiurkuiifrcMi sum vori^n Briefe. — Die Kostan otiil 
SohXdM) d«fl liislicr ^efllhrteii Krlftjfa«. 

CCLXIIL Jwieph an iVWnul. WLen, 17. December , 309 

Eleiiil^t ZiMitAnd ilur rtu<sifclipn lUare. — Fordeiun; 
^liki^r vn^rgiinrlicrctk Krii^.gn[lininfr. — Uli SU frieden hei t mit 
dnin (i r<tHfnr«t«njFfi.ire. 

CCLXIV. Kuunh/. ttii ('o1i>PUzl. Wim, 17. becetnbar 311 

Niitliw(sniligki<'il i'iiii'x FrirdiMiMtliHctiliiMoa. 

CX'LXV. Fliillpii r(»l)fny.l nii Ludnl« <'«il><erixl. — , 17. l>ec«iuber ili 

Üt-r'plbo InlmU. 




1789. 

CCLXVL Jirai'iib an Cubeiiz). Wien, fi. JaiiDur 313 

Kiuiiahme der Feslung Oc«ftk'nv. — Eiilw«d»r Priedflnu- 
«>rblii«« oder euer^fiitdiL' Furlfillirtmtr dt« Krtcf^oii. 

CCLXVU, Kauuitx an Cubuiii!]. Wion. 5. Jnuuar 314 

Uio orrrilgrprhoiivtAndeii Ai)A6iclil6ii uAcb dem Fall« von 
Ocxakuw. 

CCLXVIll Pht)ip|i Colti'iizl an I.imIitI^ Inbenzl. Wwu. b. .lAntiAr 31^ 
Klii^Hii iluN [<'iir«leii von lji)fii(- iibur diu betilMi ruaiti' 
scben Heerffthrar. - tlKÜriiuiiu auf ciiieti Fri»i1«ii(]teliluiw 
infolge At-T Rinnnlime vnu Oc%iiknw. 

COLXIX. TobtllKt Dil J<i!>e|ili. St I>i>i«r«burK, 7. JAiiu&r 3)7 

RGcbtferltgiinp Cobeiixis llber Moine Stfllbin^abme EUm 
A'*trsc:]i]ftgis einea ganieiiiitnmtiii Kriege» (regen Pruuiuteb. — 
KuitiurJun ift zu oiimm guiiii-iHHAiiiaii Frieden mit d«r Pforte 
gcni^t^ Ell Kinem «Inoritigun jadccb nur niiter gewiHaeti 
Bodingiingiiti (Jiutn]i)i «tll nich gn^cii l'rßuKien wenden. — 
Gveutiiüllu Abcruliiiig roti 0)iulj>in in»! dtiii vier GrAfichafteu 
xuQ Moldsvioii an ltiii>»laiid. -^ Vorliclialt HiiMilAiidü in 
«itipui ■einoneiUgr'ii Knt>d«neati«cliluiuoi. — Unfruclitljaru 
Operationen ge^eii die Türkei. 

CVLXX. C*brE/l lU Jüs<^ph> ät. Pet«rsbiirg, S1. Januar iii 

Verliandlung^n wegen dt» Frii^denaubiicliiiiiHtun. — Vur- 
schlag KatltariiiM. Itumjnncow nach der ^'nUrliei vor- 
rücken Sil iMLsen. — VoniieIliJii(jpn CnliflnzU, dasn Oosti-r- 
rekb sich in keinen doppelten Krieg sogen Prouuvii und 
die Pforte eiiilaanen werde. — Dor Vor»c1ilag in Fricdr^nit- 
vertiaiidlungei) mit der Pfurle i«l bereit« in Herlin bnknnnt. 
- üerücbl« über eiue vvränderte tietiiinung Potfiiikii»- 



xvn 



L'CIAXl k'aaiiitz »n 4 obriixl. Wim, ». >'«l»niar 

HemtirkuBg:«!!! hu d«ii nfBcit^llttii ävDdiinseti. 
CCLXXIL Phlll|)p < uheD/.l uii Liidnlic (*9WnKl, — , 8. Febmar 
Alnii niud.i dca KxiAer J'iH>|iti tiiA ui»! d« iiiiriiii>rki>aiti 
luaclivii, dua •> aoter <l«n Maiwcliau lucb «brilclie ^bl. 
— i'obiM»! snil »Il'Ii in fain«n [{«richteu tiU-bl Mtmler- 
bole». 
CX:LX\III. .Ti»st>|ih an Cobt^nzl. Wieu. ». b'ebrunr . . . . . 

BtuierkuiiK«» au dcti ufticiellen AiiflrSgeu dea FUnden 
Kniiiiite. — Zn«if»l tlb«r ilt« OeiiiiitiutiK^n riei ruMiicbeu 
Uufe. — Welchen Opemtionsplxit babeti dio Führer iIm 
ruiwiM:bt>u Heere« fSr ili« Zuknuft vor? — Verb« iid hing« n 
mit Spftuieii. — Der küufiise Felil>iitr»|>]au den KaiMre. 

CCI.XMV. Philipp Cobruitl hu Ludnlr C'obciixl. Wien, S&. Munt 
PraMi«ua liofFt, llbur oiite Aiifforderiiii|f vuiiii«it<-ri Polen« 
«tcb ftm Krif?;;« lu beUii<il)ceii. — Die nnjifejjrrifl'öije Hü- 
■iitidh«il rlfu Kfllnei:«. 
(X'LXXV. Cobeuxl au J<MO|>lt. 8t. I'ivtorsburg, lö. A|iril . _ . 

KUckxiiif Kiin>j»iii-i-w-H. — Uta OlK<rconiiiiiiii(ln bliiM Vit- 
twnkin übortrAguo. — Vorrdt-kun dvr ruwischuii AnnoBii 
g«f;eti die unter« Duiiau. ^ Auch KuMlaiid ntluscbt den 
Fri«'il«n ntil der Vlciie, — Ffflfimg ilnr (iMiniinnK«» K^K^it- 
Uber PraUDMU. — Dib äto]luD|; der llbrigeii Mtlibl« zur 
beatelionden nnlerreichinrh-riiMitHrben Altlniit. — Maria 
FeodoTowtia und der OroHarirst FkhI. — Bedauuni Ub«r 
Jikaephs MDg'Afp-ifri'ne llMiindhnll. 

CX;LXXVI JToKeiih an lobmzl. Wi«n. 24. April 

l>io Krniiklieii de« KitiMre. -> Pr»UH6n l»i b«r«ii, luii 
fler Tiirkui «ine OHTeiisiV' miil DefeuaiTtllUnE ciiiziigiOiün. 
— Joft«]>b< l>rKtiiri')i, dieser (Jefabr durch rjtiicben Friotlon*- 
«buchliiHn mit der I'furle «u bt-'i^iitt). 

CCLXXVU. Kautillx an Cubrusl. Vritu, S4. April 

Di« Tftrkei will niif vineii Frieripn mif Gnind de» ge^n- 
W&rtlt^Ti l)eftjUuUiiiiI&i iiichl eiii^tifln. 

CCLXXVIII Philipp ('ttbtnicl an luAvtlg Cflbinzl. Wien, 24. April 
VeFtrit[;<''^rbaiidliiiiffuu «wisclien ftuMlfind aiid Frank- 
reich. 

CCLXXIX. J<M(vpfa an < obcnKl. Wiei). 19. Mai 

Erneiiöriiii^ dei AllianxverirHge« mit KintsIxuU. — D^t 
Kaiser «ird aich iinch dem Operaiiansplane Pntemkina 
riebteii — - Qeaiiudlieiini'niitaiid i\n* K«i»ent. 
CCI.XXX Philipp ro1>«n7.l an l.udnl^ Cuboitxl. Wien, 20, Mai . 
Joeph bat xuerst seinun kdnfligeii Thmnfolt;or, d«>n 
OraMbemoi* Leupulit von To4L-«nn. bäfrAfrt wf>|feii dM xti 
••meiiKriidpii Allinnxvnrtrud»« mit Iltiwlaml. — Hl«lliin^ 
•lunepbH auni rn^sidL■heu Operali«n<<pbiue. 
ra>tr.. II Abii. lU. LIV. b 



3311 



3»n 



.1.1.1 



334 



840 



341 



Sil 



MS 



.145 





3i,l 



.15ß 



tTIAXXVIII 



COLXXXIX. 



CCXC, 



KnOBltn an («hriiz). Wien, ?4. Mni 

HeiiierkiinicFD xitiii VoucMMg» der Krowteniiifr des 

A I lUoit vef trag«a. 

l'olwnxl an JvM>pb. Ijt. PoWrabiirir, K(t. MkI 

Fraii(|i> Dbijr <li" Nai^liritlil vun Jtmtijili» (ifBiiwuiiif. 
— BumUiii] erwkriet, (Iam Ocxtorrftich pf^gen diu ITorto, 
Im Kall« 4«r Vttrfngvmng atum Frii:4leiui]ib«r.Ii1ii«ifli>, 
wettflr vontclirailcn wordo. 
Cobeozl »a Jot>pph. Nt. ?(>lr\rNhurr, lä. -ItiTii. . . . 

Kreodl^ Bereitwilligkeit KuUianuKB 2ur Kraeiiäriin^ 
■]*■ All Umc vertrag«« mit Oe»t«rr«ich. — ARRfertiennj; 
•l«r botrelTendon i^tirifutflcke. — PatemklDs Plan llbcr 
die MAitftre Fulimiifr das tOrkiAcben Krle^f^. -~ Krn-Ar- 
tUDK dat Kl1ii«tit[*ten ADagai))^ in di-m Ijevornt^liMtiil«!! 
Fcldxüffa. 
rnbrnzl an JiiKnpIi. St, Peterubtirp, 28. Juli . . 

Rill I'nkft KU fgi^fAngciivr gclicimer .S«[idunf|:tin. — 
Di« t'fortp int mi kaLnuni Frieilen gcmeigt, — BeaorK- 
ni* lim die ücsiiiidlieit des Kaisers. 
Johfpli an 1'oboiixl. Uotzondorf, 3. October .... 3bS 

(jlltrkwiiiKii-h nii CKtbitrinn. kii den Erfolg«!)) £»^»11 
die Schvfudeii und TUrkeD. — Ein BUndnis tnlt Frank- 
reicb int 'iiittiKKlii.'li. 

JoHvph an Oohenxi. Wit-n^ 12. (Vtobor 

t>iv> NiH-hrik-ht vüu der Eiiiutilime Helgr&da. — Dia 
nlboiPri t.i ni«lXitd<^ ilcrxolbeii, 
Kauiiltr. au l'iibeiixl. Wimi, VI. Oot<iber 

Hoffnung', duM piHuiukin biit<l gluicib grvwu Erfulge 
im ilirki«t-hiMi Km-)^ nufxiivipigoii haben «in). 
Jiioi'pli »n r«tbi;ii/l. Wien. 10. OtHubor . 

Die EintiAlimo viiii titcinftiidriii. -^ \\'«iU»f. Erulii«- 
run^ii|iiliie, — Vi>ii Krniikrficb inl inlidg« der inneren 
VuricJlii^« (Ludwig XVI. diirub die Aeiembläe Nationale 
in l'ariii fert^halton) niilit« cii l>crürfbteii. — Die in 
fiitomkiii gmntiti'ii lloH'niiiigi'n in Hcaiiig nuf den Iflf 
kiii;li<:n Krivjf- 

KhdiiIIx nn l'olirnsl. Wi«tt, l«. Ootoher 

Üjw Scbreiben an Cboisnnl-Uaunier llbur die Kri«* 

dcnrvurljMndliitigen mit der PforUi- — Dio Wünitcbo in 
il«iiig AiiT l'iiti'mkiiiH Kri^griiiininK niederholt 
(nbenxl na Josepli. -"^t- I'tili'iTbnrn. 34, Octuber . 

Freude übiir dio Umienuiig de^ Kaiiert. — Die Tür- 
kei miiMi xum Frieden gexmuugen werden. — Der Ein- 
druck der ÜMierretoliiiiclion Erfolue Im tiJrkiM'lien Kriege. 
T ^iTf^•a(^^nt PahI >vitl kciin-ii EinfltiAo Kiif «tcli dulden. 



a&o 



300 



SW 



.H81 



»A3 



— r. >.: i^lürksBtevb lar Einuabnnr rwn H«lfra<l- — Must- 
k^ucbu- Bericht. 

IX'XCI. OWul «■ J*s«pll. Sl Petmbnr^. 31- lX-U>tvr. j«T 

Glackwonsrh Katbuinas in den Erfol^o im türkiwheu 
Krie^. — Die Ansz^icfananp i«s G^n^nlt Sawan^w. 

CCXCII«. OWaxl SB JVMph. Sc Petersburg, 14. NoTeniber. 3i^ 

Zufriedenheit Katharinjit mit den Sckreibeo an Ch>>i«enl- 
Gunfäer we^n eines Friede nsabochlusa««. — Die ifor^Kis^r- 
keit Katharinas pe^oBber den Plänen de» Künt^ von Prvussen. 

— Vorkehmn^n in Betreff Polens. — £nartnn{: eine» An- 
^ffes anf Bender dnrrh Pot^mkin. — Die Vor^ng« in Fiank- 
reieh. — Antheilnahme de^ msri^chen Hofes an der Krank- 
heit Josephs. 

(X*XC1I/.. l'«beiil SB J«s«pk. St. Petenbut^, :f. December 371 

Das rerbrannle Chiffrierbach. — Die Vorgänge iu Si(*k- 
hulin. — Preussische Kabalen und falsche Gerüchte iu Polen. 

— Katharina ist mit directen Verhandlaugen ■wischen dem 
Feldmar^chall London and dem Grossveair einverstanden. — 
Charakter und Gesinnongeu des Gri>ssfiirslen Paul. 

CCXCIII. Joseph » CoIkbxI. Wien, 6. December 373 

Die gegenwärtige Situation Oesterreich.-i, — Friedrich Wil- 
helm verlangt die Abtretung Galiiieiis. 

1790. 

C1*XCIV. KaaBlts aa ('ob«Bil. Wieu, 5. Januar 375 

L'eble Laune Aber den fortzufQhrenden Krieg. 

CCXCV. Jo!»eph IB Cobenzl. Wien, 6. Januar 37ft 

Die Gesundheit des Kaisers sehr angegriffen. — Der Ver- 
lust der Niederlande. — Friedrieh Wilhelm, mit Polen ver- 
bündet, plant, Oesterreich im näeh.sten Frühjahre auxugreifen. 

— Hoffnung auf L'nterstQtzung vonseilen Russlauds. — For- 
derung einer Derlaration Uusslands gegenüber Preus.''en. 

CC'XCVI. CobenzI an Joseph. St. Petersburg, 1:2. .lauunr 377 

Katharina hat den Höfen von London und Bertin die Be- 
dingungen erklürt, unter welchen sie mit der Pforte und 
Schweden Frieden schliessen will. — Die Frage nach der 
Restitotion der Walachei. — Nene Recnitiemngen. — Der 
künftige Operationsplan Potemkins. — Die fransSsische Re- 
volution. 

CCXCVII. CobeBzl in Joseph. St. Petersburg, 1 . Februar 3t*i 

Klage über die Krankheit des Kaisers, — Grosse Rüstungen 
in KuR.slan(l. — Bemerkungen zum Verluste der Nieder- 
lande. 

b» 



XX 



ffXrVlIL J«sp|ill »n robfii/,1. Wiüii, Jii- Kutiniar 

AIwr-liiuilnliTiär 'Ipji K«isen> an Kathnriii«. — .lomiili tiiliU 
' sein nnhu« Endo. — Ki'ivartuii]^ de» GruMlti-reiign Lsupuicl 
voll To»cAn«. — Abucliiod und Dank ftr diWriil. 

CCXCIX rwbi-iizt HU JoKCJili. St. Petoraburg. 2ü, FoI>ruar 

i:i..l.er«cridiin|:oinfftP»l«^t--< luj fgefan RentJ rcchi-tni er U riefe. 
— AnlwiiTt rrcitMnti* mi KiisiiUdiI in Üoxug Auf diei frie- 
den» vefli«iKi In «peil niU dor Pfitrtfe. — UaKliii>g«ii für d«u 
Norden von KiiMland. 



Hwl« 



ANHANG. 

Joseph IL nnd das Grossförstenpaar. 

I. Jitscpli Mit dfu <;rii«t>rnrfit«n I'aiil und ilii- firftKvfllrslhi Muri«. 

— . ja. N-tvi-iiibnir liSO . . SS» 

Vernkheriing fitifrk'litigcr t'reuniiUcliRft. — Vunit.*liiedeiie Ciß^eii- 
■UUidc, *lifi iliu OroMfilnMiipnxr intcT«Mierdn. — Ukh Htt]niU|m}- 
jcct flfr Enliontoff Franz vgn Towimu«. — Aliweinurij; oim^r Di>|i|iul- 
lieirat »wwc.hwi Oe«l«rr«ich und S]ijini<i>i, 

II JoNrpli an duD OrnKstUrsten Pnul und dositeu Gemahlin. 

— . y* rebrii«r 1781 «'.ll 

l>«nk»ÄpiiliK fUr diw ComloletiKen «iiin Todu MüHh fiit^iriNüi]». 
— Uedunketi lieim Antritte dor AllvinhemL-liiLft. — Fronmiacliaft 
mit dem ühu«! Wilrtomticrg. — Uoboraetidung uiiiß« Plunea vuii 

III. asHciih HM Ale GrnK>rUrt«tlii Mnri«. (— . 17. U Ars ITHl) . . at)3 

Dsii l'rojuct einer Heirat des ErsUerso^ Frans vuu Tut-cuim 
mit KliB.-ibeth vu WlM^mhiTs. 

IV. Ja*if|ili an den Gro^^flirMin Puol. (— , 17. UXr« lT8I). ... 995 

Uohiellit) liiliaH. — Ankilndl^piiij; «irier Seiidting vuu »uuIih 
l'fcnlim «1* t;wjcln;nk für P^nl. 
V Johepli »w die GroHisrUrsMu Mario. Wien, 8. Üctobor 1781 . . 306 

Dur lleirutscontrnri diirvb I'ro^jaration, Ton Maria uiobt ^1>t]- 
Itgl, wird fnlleii geliuaen. 

VI. ]>l« GrOkKriIrntln Hliric Un Jo>e|)h, Sl I'elerabnrg. Si. Felirnar 

UM 30« 

Dank fUr die Bel^rdornn^ des Prinnfln Ferdiciaiid votk Wür- 

VII. Paul aB «lot^ph. St. Pütcrstnrp. i6. FcliniKr llSi ...... 397 

Derspllie Inhalt. 
VIII. J»»fpti an diiH Gri»*tiniP't<'npÄar, Wieu. 4. Ajiril 1784. , . . 897 
Kvateliendt! Hrrgfall ileji KniKer» um F«rdinand und Klisabetli 
van Wflrtembeig. 



XXI 



IX. Der *irw»«nil>l l'll«! «N .|ii»¥|ili. «I. l^lawbMrg. I. Now«H>bpr 

IT« ... 

Dmak fttr dio KiichrichleB Bber EltMlwth von Wftrtemfaeqr oud 

Knbcfsog Ffftiic voll T<mk'*»iv, sowie fUr ab^neadet« KtuiilcAiDeko. 

X. m« Urw%nirHlIn »» Joi><-|ib. Sl. Petsrsburg. t. NoTOniber 1784 

D«ru>lbc Ifthnlt. 
\l IM« liruftttfllntlii Miirie' an Joiicph. ftt. PeteivbnT^, fS. Ita- 

««mbor lT8i 

Daak (Vr die SoTp) um EliubttUi iron Warteiuberg nnd füi 

iaa 1etxt«n Brittf. 

XIL JoMph an djis Ur«88fllri«teBpur. Wirin, 28. Dm-einlx-t 1784 

VoTHtuf d«r KSite und des c«r«iiioni«llen Inlinlte» in den 

Hmfon dfM (imwninitoo|iJkar«a. — Btalea Traclitwi aacli Aom 

<>iDcke der beiden Vcrlvblvu. 

XIII Tnul iin Jo-t'ph. pAwlowakoe. 13. Jnni l'&S 

bauk daiUr, daw Jo««])!) dan Primen Ferdinand von WUr- 
l«tiiber|f anm Inbibsr «in«» lt4>t;iin(inU );einiirbt hut, 

l>lo Grof^ninllii un Jot^pb. Pawluwfkw, 12 Juni tTsö . . 

Uf^raelbc InbAlt. 
■fattrpli an die <ir«Mninttln. Viiea, 2ß. Juli 17Ü& .... 

Jompb wird nitunal« vvrfublcn, den PriuM» Perdiunud wn 
Wtlrtombcix nnd Mino SchwMMr >n fOrdern. 
XVI. JttMpli au den Grws8rUr>>ten. Wien, 26. Jnli 1386 

Fronde Ober din Anerkeununp der BomUliiiugeu um Fvrdi- 
nand von WUrtouiberg. 
XVU. Juiteph an dai> (>m»»fllrHtrHpaar. Wien, S'2. Dvceiiibur I7iMt 

Ut-bunendutiK einor PiTBellHubOntu der Prinxemiu £1i«ati«lli. 
• Fnnillii M>[inri' : .Iiuwpii liittnl niii oinai Oelpg*flili«il| dvni 
C>r<is8fllrstt;u|iMro viDon Dionst orMubvn m ktvnnoD. 

Pnul lin JttNOpb. ^^t PuU!n>t>iirf;, 1 MXrz I7HT . . 

r)jinkbxrlc«it tTir <Vw Anflrftf;« mii Snddfiltir. 

I'aul au Josepb. St- Putenkurg, &. Jnuaar 1787 

Anrrktinnnn^ ilcr rmitidM'haftlieben (iMinmingon. 
Df# (jro^nirwtln an Jo)>cipli. St Petanburg, 5. Jiinuar 1787 . 

Vfreicliiiriinp \rvi:liM!l>uili|fi.4r Fn-'undMcbnii. — Die borer- 
fttoli«ndß Hv'nui K/illinriiiAK. — Die Kr«nkli6it rl<s« UioMflinU-u 
Ciin*liuitln. — I>i« Kiitder di-a <jTu«>rQnilnn|iaiirea. 

1)1« <<ro!«snirstlD nii JohC)>ll. St. PAtenibure, I . Aiilnt 1 787 . . 

Ul6 <)<-AiiiidtiAit Aia (.>r'>nfxlrttAn].>nAT«ii ttnd aein^r Kinder. 

PnnI an JoM>)ih. C'Mn>ko(i.8e1o, SO. Apil 17S7 

Paul wlliiüclit oin« ^l^Irklich« Rdi««' nncli trbonoti. 

IMl' lirOKitrUrHiln im J«Mt>pli. Oxurskue-Helo, :2U. April I7K7 . 
Di« (>Hfllhled<-r Prinxp4«in l]ltii»)<elli jrt-gvnilbor Kaüer Jocvph. 
— Frcudo Ober die Uobsvolle KebAndInnt* denolben. 



S<J8 



S1I9 



SU9 



4W 



4(K! 



402 




xxn _ 

CM* 
X.VIV. Ule (iroK^niritlti nu Juk«.-])!!. G.iü.<.liiiti<. 4. Juli 1?k; . . . 4<M 
Die giackliLfli« II«iuik(.-)ir rle» Kait^erü iiacli Wu'ii. — |^- 
diiuem. djus das CiroMfUratanpanr de» Kniner uiclit «oben 
kunnto. 

XXV. Paul un Joseph. Gat«chiiiji, 5. Juli 1787 4U9 

Alicrtiinlili:« \'i«rsLi:li.TiiMK il^t-r FremiddciiiifL 
XXVI. IHv (■■'UHüfUrHliii IUI JtfKvph. QiitJicliiiiH, 13. äe|ii«mber Ifti? 4U9 
Atudnick di'i ButUueniii Ul>er üb ViirAtll« in don Nieder- 
landen. — Olllckwunacli xn der Verli«iratuii^ dvr Niclilu 
JtiRejiiiA. 

XXVU. PhuI au Jiihüph. Gatachina. 13. Se)>teniber 1787 iH) 

llulfnuiijf PfiuU auf die Krlaiibniii, dUIi Wim Feldiu)^ 1>ti- 
tliXtii:«!! %a küiuieu. — Im U»bri(;eii dotbelbc- InUali wtu im 
vorigen Briefe. 
XXVIII. Pmil an Jofleph. !^t. Peloraburif, 16. U^c-ember t7H7 .... IIU 
l'niil eiupfleliU di» I'riiixewin KUsabeit vgu WUrtembHji'g 
der ferneren Freundschaft d» Kaisers. 
Die II«nugiit von tt'Urt^inbtrrc an Jnweph. .S>.:bMc«idl, 

S9. Autrust 1786 - il( 

.1u*egdi IjHt *ic1i ilh^r du» (i ivnafilrituii |ia;tr beltUii;!. — IMw 
äcliuid Uigt die blind« Liebe Mariü Küudürowiio.t xii thnim 
llriider Kenliiuitid. 
JoHeph an die HcrKne^ln v«» WAi-tembtri, Scliwodt, 26. gu].- 

Irriiifftr ITMj, . , ... 411 

Üie KJIIle in den Briefen dea Groatfllrstt'npasre«- — Hur 
\Vider»|iruchiig'eist ReK^n die Freuud*c)iaft JijMt'|>bin mit KiitliH- 
rinn uud di« EludUscerunKen dea Koul^p vou l'roiiMen sulieiiien 
der Grund gewesen xu aein. 

Maria Theresia und Catharina, 

Hlria Tliercsla an CntliuHna. Wien, 21. An^iiot ]7»u . . II» 

HllckliHbr Knisc-r JtuPi.lia von il«r Entreviie in Moliiluvi. — 
Lhiiikwi^ng für aviuo AiifuAliine bei KatliaHua. 

Ciithnrina au Muri» Tli«r«hls. Si. Pät«r»biir^, SCAu^'u«! l'SU 413 

.\uxdrHck dtir FruiiJ« tibwr den B&»ucli Juseplii in Uum- 
land. — Oompliinonl«. 

Joseph n. und Kaauitz. 

I. JoKvilh iin Kaunll». Futtak. 27. MitE 1788 4IS 

IiiHinii'tiaiii'N nn rlie Untfrn Murc^ titid Cobei»!. — Dur 
ICaüter iiolTi, tTc^«» Mitti> A|iril vur Seinliii nu laifE^ru. 
II. (loftfpli au KuHnitx, .Semlin. T. M»l IT88 . 'llü 

Di« unboqiienm iJituatiuii <k-a KuiHi>rs iiiCulne der L'ntliXiiK- 
ktil der nuHJm-li.'ii Armee. - NntJiw«ivfJi(ikHlt einer Vornchio- 



i 



XXI It 



«17 



421 



4SS 



bnni' der {epUnua PfJa—ire ftgt» die TftriteL — D« (iroKTeiir 
will tnit »eiiMr puisn Haetit vnrrQckra. — YpüUntw U«fuig«n- 

IlL KaaalU an Joseph. Wien, 9.6eptenber 1788 

Pi«iMH>B rw^iDet ntcbt auf di« L*nlenliltsiiB|> von äoila En|>- 
liwdx. — K*iiM> tmnükMtt» G«f»hr vir«* AngriffM votmitMi Ptenc- 
•ena. — Dad wena ■• beatOnde, diuui I>efes&ir« (efta dl« PAwti 
BBd OffeoaiT» beider Ver^OiideleB gtf;*n Preodsen. — Betracli- 
tan)r«u sur t>«fe. — Unbeffiag^ NothwendigkeH «ner luüdi^ii 
enerpMliAii Kriefrfihniiip. — Gatspncbeade Weinnpeti an O»- 
b^nil 

IV. Jos«pb BR Kaaullz. Semlin, 7. November 1799 

IK* jmlitivcbnn VcrhitlUiUae tu Enrnpa aitl Rfli^luirbl auf dii* 
AlliKiiz. -— Tnari^ fiauisielle La^ is Kninkr«icli und Ktu»- 
fand — Lage rfw Kftitwm in n«cii^ anf die TArkei. — Uns&land 
tnaw in »eiBen Fordvntnpvn narh|^bi|i mn, di« Pfort« nmits mn 
der Znrflckjfabfi d«r Krim aWelten. nn>1 ein FrinloD auf Grund 
de« l'ti po«»id«ti< mii*K f<<4chl««>«n werden; aar «o kann man 
Prenuen iiiTorkoinmen. — Xotbwetidig^keit rnansclier Erfolpc im 
FeldKOfrei. 
V. Jeaeph »n Eannilz. Adnine. ^4. N<iv«niti<T 17tt8 

Ablnderuui:«!) Ju9«pfca au ilein KoM-ripl Katlinrinai au üaliUiii: 
I. ein dvpitelter Krieg ffi^t^ca PrcuMen und die Pfurle Ut tiVr den 
K«i*er uoma^licti; *.!. Hie UrundUgv des Frieden» mntu A»a Uti 
poMidetii win; 3. Jwepb will xii keiner nnlMidiiigtnn HilfnleiiittinK 
an BnnUnd Ter|»t)icktel »eiu im Falle einu» Krieg«* |«gw 
Preaueo. — Jnfti5j>li kaiiD dvii Klni^ run Prtiiuaen in 6diacli 
)ialt«n. eabald er mil dpr Pfort« «invn rartialfricdvn gewkloMea 
kaL — FotderuiifT einer direelen Vorhandlun); mil dem (Iroas- 
veair. — (Vbenxl »vi) aicb durah Phraaen nicht blenden laMen. 

VI. Kaunitz nn Josi-ph. — , S7. November 1788 

In<inicliiini-ii au t'nboni). 

VII. J«<^ph a» KfluallJE. Wi«l^ 14. Januar 17»9 . . . 

Pixieranc der Uedineuof^D Oeaterreiclui xum FrtedeuMchlUMe 
mit der Pforte: I. Constatieranc de« thats&chlichen Uti poaridetU; 
tf BniHuemus fiueii UamloUverlraftes auf der Duiiaa uud dem 
Schwarxeu Heere; 3. Zurückgabe der beiderMitiit Ge^an^enen. — 
Möglichkeit clnea Freandarhaftshflndnis«».« nach AhschliL«) dee 
FrieJuDi. 
VDl. Kannltx un den KiilNer. Uarialiilf. 5. October 1789 4S0 

Di« Autidil Kauiiiu' Qbur den (feifonwiüiigon Stand der IK»|^ 
auf Unind dor [einnähme von Belgrad. 

IX. Kaanltz au den KnlBor. — . IS. OirtDber 1789 491 

Krende 'iber <)ie rnm KaUer nelbat nilleetbeilte Kinualmie 
Re^tralU. 



4X8 



4«8 




XXIV 



.\ JAHPpll All K«aill1Z. Wien, 13. Nuveni1)ur 1789 4SI 

SiTcb«n t'r«iiBs«n», aus (lem ItUklvchuii Kri<.-|j:e NuIkbii fUr sk'li 
XU xielien. — l>nA elDtipe Mittel da^agi^ii int m^rhi^^tAr Ab*ch]<iM 
de» Frivrleii« mit der Pfort«. — Va(l>er«i(ung«n Hlr dpn Nolhfnll. 

XI. J0K«|ih Hü Kauuitx. (— , 13. Uecember 1789). 4.18 

UiitAchlen Hbi?r die Imtructiuii für ilie Unt«rliaiidliingun mit 
lisr Pforte, — Der Friede i»l iiueiitWIirlii-Fi. 

Memoire des Fürsten Kaunitz (17h:i) «a 

Frai;« um di« Sl«1lun)[nnl»infl üeiilerrelcb« anin Kriege KutvInndK 
mit dor Pfnrte. — Jurldittche OeAlcbtAtninhls: ATK^rknnniin^' At-* canna 
fnaderti: die Sti|)ulAtiun liea Frio<l«nii vou Kx^ii.inWIiik in Rtixiig auf 
ICw Itwe) TAiiian — BetirltioiUiiiin d«r AnA Mßglii!)tki.iic«ii: ai piuxiv su 
Llcibl'ti. It) gi^gtiti, e) mit ]tij«.->lKiid *ii liniidcln, — ltiviult«r Der liritt« 
Wpff ist dur gOniiligkUt. — Kvxntwnrtiing dt<r AiilTordarniii; liiiulnnds, 
um Kriagv ^'^n diu Ffurtu llmilznDubiuvn: Auh Fruimdst-tinfl f;of;en 
H«iit«ii Allii»rl«i> int der Kaiser bi^r»>it, tticli Uah V«rlllgi])i|;«'ii Knllindua» 
ansuHchli essen. — InsIrU'ctiu» dos Cmfen CobtMial: Im Falle der Um- 
geliuiii; eiciM Kriej^C.« aull Oesterrcit-ii um |in:i]iiittiuiiii?rte? A«i)iLivAU>nt 
sufallfij, itiid xwar dl« Muldan iiiii! WnUrhei; ('<i1i4*iiicl koII ici Etfali- 
rnn^ lU brini^eii siiclten, Melubmi Flmbcniupuiiitiieil RuHttland atidtrekt; 
luiteguriat-lie Stell iiujptnlime KiisilKiid» eu rreusüdii; ijositlvfi und »triii- 
garend« Verbindlii'lik«il dm iu*»iii^liwii Hufea s^cii 0«»t«rreicli in Bo- 
xil^ anf oinon cvontuurllcn ArigrifV drsn Kfliit^ v<in IVpiihhoh und nitH'ii 
Frii'di'n mit di«r Pforte, — Din g'3g«niUii(ir Ft.tiikruich iibnu^fliiiiidc Kc* 
klKraiig: Vortraulicli« Mlttliuiluiii; iibur diu pftfuimu' Verbindung Hiuh- 
lAndfl Ulli üftKlvrreirli; Ho^HitHnu); der Atlinnx^ Bitte ii in i^ine deutliche 
und offen? Erklärung rnnamCni) ilmi fr;initniii*clioa \\oU\% Dlinr dii*ii» An- 
Ifelejfenhi'iteti, 

Denkschrift des Fürsten Kaunitz {ns?)- ... 402 

Comid^'raliunH! I. Sur Ic Svstttno d» l'Ktlinnt-« d«*i d>'i« fronr« 
ItH|)^rIales : 2. Sui leur nlUnncp« rwsiipctive« av«R d'itutrt!« Puiujini-.itsi; 
3. Sur cü qnl ot de leur int^r£t rclaliveuiDUt au tytxhm^ poUti<|itv dw 
ftiitres iblAti de l'Bun>]ie Xta plus considörnbto«. 

Vortrag des Fürsten Kaunitz vom 20. nL-cetnUr 1789 . \ir, 

LTumü^licLkeil. gc^geIl l'rt-i»a;ii imih- Veriheidigung üii nntur- 
iiehmeii, wenn nicht mit der Pforte Frieden (tenchlowni isi — Ein 
WalleniitillfltHnd von nicht mindaiitentf oinom Jahre häitt« kttiiieu Vnr- 
Ibeil. — Oebflime Uiiterhaudliini««« *"»" 'diigien Zwt'ck 

Denkschrift L. Cobenzls. 

Rtiflcxiotw surl'^tat prÄBent de« ftffairofl. (1787) . . KS 
Slollunf iiud StroilmJirlit IliusUiidd. — Waa »in V..rbnnd<«t«r 
doDitt iirwaTtfO kann. — Iter VerliHiidot« wird nb<-r oigwi« Vnrlh«il.- 



XXV 

SaiU 
dem Frenndschaftsbunde niclit xafopfem. — Dmxn der egoistbche Ehr- 
geiz Potamkins. — Dreifache Rolle, die Oeaterreicb in eiDem tOrkischen 
Kriege EnMlmnds spielen kxnn: 1. sich dagegen auaituprecben ; i. pas- 
üiver Beobachter sn bleiben; S. die Gelegenheit aur Erubening Bei- 
prada and Bosniens zu ergreifen. — Die für OesteiTeicb günstigste 
Constellation. 

Ostermann an Galitzin, le 15. Mai i7ä4 468 

Mittbeilni^ der vom Grafen Cobenil sc-briftlkh prSsentierten 
„Conunnnication confidentielle" und deren einselne Punkte: Oesterreidi 
erneuert die VersichemngeD der Freundachaft g^^nOber Rossland. — 
Joseph ISdt IQ einer Erneuerung dea politischen Concerts zwischen den 
beiden dächten ein. — Katbarina ist bereit, wünscht aber zuvor ein^ 
Prüfung der politischeu Verinderungeu in Europa. — Stellung g^en 
den KOnig von Preussen und zar Pforte. 

Rapport da Drogman de la Porte 

snr son entretien seci^t avee ramba9.iadear de France 

le 21 Xovcmbre 1784 473 

Frankreich will die Partei der Türkei ei^reifen and das Bündnis 
Russlande mit Oesterreich zu hintertreiben suchen. — Die Stellang der 
übrigen Groesm ächte Europas. — Forderung freier Schiffahrt im 
Schwarzen Meere für Frankreich. 

Bapporto della Gonferenza secretta 

avuta tra il (Iranvisirio e l'.iinbasciatore di Francia a di 

15. Deeembre 1784 477 

Zustand und Verbeaseruug der Flotte. — Dns Freundschaftsver- 
lilltnb) zu Frankreich. — Schiffahrt Frankreichs im Schwarzen Meere. 
— Stellung Oesterreictis nnd der übrigen Gros-i mächte. 

Ghoiseol-Gonffier an Uarquis de Noailles. 

Constaatinople. lo 14 Mars 1789. 4Sö 

Betrachtungen zur Forderung des Uti possidetis. — Befürchtung, 
dass der Grossvezir die Friedensverhandlungen vereitelt. — Vorsichts- 
massregeln in der CorrespondenK. 

ConsideratioDs 

3ur les avantagcs que Ics annees rus.se)< et Celles de Sa Majeate 
l'Empereur peurent avoir les nnes snr les autres dans leurs 
Operations respectlvcs, agissanfes comiDo alÜ^s dans la gucrre 

de 1788 contre la Porte ottomane (178S) ... 491 

Stand und Disctplin der beiden verbilndeten Heere. — Welche 
Gefahren drohen von aussen herV — I. NUliere Beleuchtung des ver- 
FontSB. II. Abtb. Bd. LIV. u 



XXVI 



rntioiMiii. — 2. Waa 6>lgt an» dar Lag« itr Gransen der TwbBBdatm 
Keichs zn •In Pfortef -~ 3. Die BaMbsSenfaeit des ni bafcSHpCBBdan 
Feindas. — D»a SesvItU: Ban»isiid ÖR im entsehiedeMea Voctheile 
tp:g«niiber 'J wBt i i i i a i eh. 



diiM 



au resvrit Oitten^ble de Sa Vagestü Imp^' ue toates les Kossies 
i:i>mmaniijiü ici piv .Sni Ambaaeuieitr Le Prine« iialttztn. et 
\ la not« postenenre dooiMe psr Ic Prince Potera^o ma Comto 
CobenzI ponr ce qui rc^^azde les Operations de la Campa^ne 

OTSO) 4» 

Dar ixrnndMtx der mMÜehen HeerAhnr: wlbväiidige Openr 
tiitneo. — De» Eüen Bemeiknngvn dam: Wulenprüeli« and Scliwierifc- 
kuiten im Operatiuni>pltuifl. 

A ITIb Comte de Ohoiseal-Goiiffier itss) . . . . öi» 

£^ wird dw Pforte zniuulut ihr TingtlnMiger Stand im gegen- 
wärügeu Kriep) vor^halten. — Aaerbietnn^ ••tnfls Friedens. — For- 
duran; mner )>artimmcen ErkÜmng' seitens der Pforte: I. <>b sie das 
Anerbieten annimmt; i. ob nntar <iea zei^nwirtigen VerbältnioMn : 
:t. 'ib «ie entnprecbeud WirdertB Deli>^erte zn den Verfaandlun^n 
^ntlen ^ill. 



P-jr^'iiirtu-B«'.? i^tir ... j«)-l 

Dniukielt l«rv>-rzeii-liiii* . . "j-iS 



JOSEPH IL UNI) COBEA'ZL. 



11. THEIL. 



FoDtci. U. Abth. Bd.Lir. 



1785. 



CLXIX. 
Xoteph «A Cobeul. 



A S< Pjtenbour^ 1e Sl. Janricr 1T88 
p«r courriM niMi«. 



Vienne ce 11. JUTler 17U. 



Mon eher Comt«! Le ddpart du ooarrier, qae le Prince 
Gallitzio cnvoye, nie fonmit roccaeion de voiu öcrire ce pea 
de mote, et d« vous joindre cvtte lettre pour S. M. Tlmper«- 
trioe et l'aatre pour LL. AA. I.* 

Je ne puis sjouter des rttÜL'xions au conlenu de la ru- 
ponsc ausst offensanto quo ndicnlc, qne Ic Duc des Deaxponts 
« faite et par laquelte il a rompu toute De^tiation uli^rieore 
an üujet du troc de la Bavi6re. Son atile me paroJt plntßt du 
foyer de Potsdam qno d« cehii de Versailles, quoique l'inten- 
tion soit, je crois. commune k tous dcux, j'aitriltuc pourtant 
encore asses k la poUtique fran^oise pour croire, qu'elle y auroit 
mis [>lu$ de d^eDue et qu'etiti'e atitres la faute geographiqtie, 
aavojr, si cUc vcnoit k öire possed*^c par mot, mc donneroit des 
avantages sor l'Italie, pendant qu'elle n'y touche d'auconc part 
et qu'elle en est separ«« par le Tirol, que je possöde, y auroit 
iti omisc. 

II est sür en atteodant, que si ccus, qui lui ont conscilM 
celte d^marche, n'ont pas des raoyens ou la volonte de le de- 
domager des avauUtges tr^s reeU, que ce troc auroit procura 
}| lui et U sa tamille, il est bien la diipe de leure rues, ot il 
eat bien clair, qne tont ce qui pourroit m'nnir encore davan- 
tage et mc r<^ndre plus ntile k \& Kussic, fnil l'objet princip&l 
de la jalousi»! de cet. puissanci's; ucla ii'eii pronvu done quo 
ptos la vroie ntilit^, aussi poov^ tous etre l'interprete et mon 
irant, que je serai irviolablement attachä k la Knssie, matu 



> AniMh, I. c. Mr. CXU, |>. US. 



l« 



sortout äi l'Imp^ratrice, qui m'a donnö des preuves r«5ellos de 
8on amitii!. A Oieu mon cherComte! d^ quo j'aurai des nou- 
vellea de ia Fntncc, je voas les communit^uerai. Je scrai 
toujours 

Sig.: Votre tr&8 affectiond 



Joseph m. p. 



CLXX, 



Kannitz an Cobenzl. 



Vtenu« lo ZI Jcarisr 178&. 

Mon eher prosliomTnc. C'est potir tenir ITnipt-ratri««; au 
fil de tout ce (pii se passe entre ]ä France et nous relativemcut 
k nos diflyrendts ave« les Ilollandois, et en particulier au grand 
objet de IMehange, quu l'Rmjiereur i^cnt k b& Bonne Amie Ja 
lettre dont voas trouverez Ia copic cijointe, h inoins quo peiit- 
etre il y ait fnit qnclqne changeraentj ce qtie je ne sais pas 
daas ce moment-ci auqtiel je tous äcris, parcequ'il ae m'eu a 
paa ciivoy<5 encore ni l'oripinal ni Ia copie. Je ine Hatte quo 
rimp^ratrice donnera les inains h ce qne l'Empereur Ini de- 
mande, qni nc lui coutora qiie des paroleSj qui uc U compro- 
metti'üut en fu^-on quelcoaque, ut je voits avoue que je le desiro 
beaucoup ind typend ein nietit de l'cfticaeitd dont cctte fa^on de 
s'cnonccr pourra ctre tant Ji Ia llaye, qu'h. Versailles, oü de 
lii on ne tardcra |ias k en etre instruit, et entre aotres anssi, 
|tarecque partdl langagc detruim Ic nouveau trait de im^chan- 
ceie du Koi de Prusse qui lache de faire passer «n tous lieux 
Ia tiole qnc rimpt-^ratriec k fait rcmottrc par M' de Kalilscheff 
conuDe une simple fa^on de parier, ä laquelle encore, pri^tend- 
t'il eile ne s'ait prctee que sur \es iuipoiiunit^s dt: l'Kiuperuur. 
L'Imp^ratriee mo paroit moyennant eela pf^rsonnidlonieut intd- 
nttdc k faire tcnir ii Ia Haye, et h faire rt^pöter k I'i'-tersboiirg 
k l'ambaesadeur de Ia Hepublique Je langagc, que rEmpcrour 
lui propoBB de tenir. 

J'capfere que voua Bcroz content de Ia r^ponse de TEm- 
pereur an Roi Tres-chretien, laqnelle remplit en peu de mots 
bien des objets »vec beaucoup d'cnergie et autant de prtjcisiou. 
Vou8 Terrez par Ia üopie egalcioetit ci-joiiito de Ia pctito 



lettre, tpx'k eette occaaion j'at ^crit aa O de Mercj,' qaelas 
ont inA mm intentions, et je aoaiiiute qa'il paisse totis paroitre 
^ne je les aie rempHs. 

iHtesmoi düoc. je vom prie, par \» prcmi^re, qne voos 
la'^erirea, aree ingenniti^, le vnii Öttti de U sante de rimp^ra- 
trice, Bonle et phvsiqae^ mais tiichex de recneillir k cet <^rd 
fw f/ fcwcw zueeiiä$*i^ KttchricMUn. 

Aimcz ea altendaat loajourB, mon eher eafaot 

S^.: Le meiUeur de vos amis. 
OrifiaaL 

CI.XXI. 



Joseph an CobeuL 

Vi«aM cm ». Jurier 17Sft. 

Mnn <:li(>r Cointe de Cobenzl. Ce coTurier voqs apportora 
ies nouveile» dnjour, atisqaelles je vous joinsici ma correapon- 
dancc Ävec Ic Roi de Krauce po«r la faire pa*scr soiis Ies yeux 
de rimperatrice.' Voas Lui ferös aussi preseater ma lettre d- 
joiote doDt je roas enrois ^^alcment copie.' Vous verrte par 
^ees pieces k quoi «n sont Ies ch(»ses. 

n «st esscnticl ponr luoi qac l'Imp^ratricc ticnnc k eette 
$ioD vis-k-vis Ies lloUaudoU et de quicouque voudivil Ies 
injer, an langoge ferme, ciair et conforme aus Utas qui doos 
I nnissent. 

Vom ironrer^s aussi un tabtcau sommaire qui rotis mctirs 
an fait de mes pn^tentions k cbarge de la liepabliqae. 

11 est bien demuntrö et eette occasiun vient de le con- 
stater qnc jamais la Maison d'AutricIic pourru eompter sur 
l'alliance de la France, et qu'un alli<5 de nom qui est cnnomi 
de fait, aiosi qu'elle vient de le niauifeätur daus Ies grandes 
comme daua Ies petitoa cbosea et k toutes Ies eours, dcvicnt 
d'antant plus dangereux, si Von s'arengle k son sajet Mais 

■ Du Schreibea voa Kaonitz «d Uercjr abgedruckt bei Anielh, 1. o. U, 

p. 280. 

* K« Unafe Ludwigs *n Jo>eph niid JusepHs »n Lndwig XVI. b«i Antetti; 
Marie AaU>>u«(ie aud Juiepb U., tbr Bri«rwvc1uel, 8. 63 a. Sil. — Die dum 
Briefe an Cabcnxl hcili<^.ndea Bnrick'ta de« OrauTeain und [>ra^»- 
man« an den franennticliAii BotM:hAftar im Anbringe. 

• Arneth. 1 c Nr. CXIII. p. Ui. 




B 



ma Position, surtout IVchange des Pais-Baa veimnt h. rnunqtier 
est teile, que vu la foiblessß de rAngleterre dcpuis la dernüre 
inallieureux guerre, je suis k raison de ces provinces detudiees 
(lans h cas avec ies meilleares dispositions de la Kussic do 
devoir tout dissimulcr et de passer pour ainsi dire partout ce 
que Ift France veut, puisqu'elle est li^i^e avec Ies Rois de Prusse, 
d'Kspagne et do Sardaigne ainsi qu'avec la Porte, et que je inc 
trouverois attaquö k la fuis daus quatre pnrtiea de mos Etats, 
Sana que la Riissie pnisso venir k mnn saroiirs, quR tont an 
plus de deux cot*?». A ce mal si reel ul qui in'empeclie iiißme 
d'Stre ausBi utile b la Kiissic que je le d^sii-erois, il n'y a qu'un 
seul grand ot tii'ir remtide qtie je venx bien vous confior ici; 
ce Bereit qu'an licu de maintcnir uii certaiii >^qiiilibrc de Jalousie 
«Dtre la Maisoo d'Autriche et le Roi de Prusse, L'Imperatrice 
put et Toulut Iravaillfr au contraire k noue reunir et h. nous 
faire eontractor ])ar son moycn des licna d'amitjt^, par lesquels 
on pourroit tenir löte ä loule l'Europe et so procurer des avan- 
tages reciproques soit en cas de guen-e, soil en tems de paix» 
ec relacliant an inoius un peii des movens onärenx que la 
MaiBon d'Aulricho et celle de Brandebourg doivent cmploycr 
conjointeuieul l'une envers J'autre, uniquemeut par la Jalousie 
et la dä&ance qui existent cntre elles. Pour moi je vcax bien 
m'engager k renoncer de bon cfmur k touto idöy do ravoir 
jaraais la Sildsie, et je crois que le Roi de Prasae, va que lea 
circoiislauces pr^aentes aont bien diflWrentes de Celles dont U 
il prutit^ aprfes ia mort do l'Emporeur Cliarlee VI doit bien 
rononecr r^galcinent k conqnerir jainais la Bohfenie. 

S'il y a quelqu'un au monde qui pour le bien de rKunia- 
nrte et celui des deux Etat» pourroit parveitir Ji eet grand objet 
do rt^imir nos deux Maisons, e'est uniqucmcnt du grand gi^nie 
de l'Imperntrice qu'on pourroit l'espdrer. Quelle gloiro et qnels 
avantages pour Elle, si Elle pouvoit dosiller lc9 ycus du Koi 
de Prusse k ce sujet, si outre Ies forcea de son Empire Elle 
Rvott 600(.K)U soldats allemands k sa disposition? Ne donneruit- 
Elle paa la luix, et le grand projct de chasscr loa Turcs de 
l'Europe ne seroit-il pas alors «n Jeu? Toute TAllemagne se 
trouveroit räanie et aux ordres de l'Imperatrice ainsi que le 
Nord, toute l'influenee de la Franuc cu Su^de et cn AHcmagnc 
seroit di^truitc et la Maiaon de Bourfaon riiduite k reeter derrifero 
le Rhin, et ses forteresaes et toutes ses intrigues soroicnt k Tau-l'cau. 



Je rvmm db eak, mm ckn- OmMb, pon^M vwh iMUfa 
de nt66tt Im idäM qM k ffw'i peol «vair, qa*a mI da mi 
nlMt aliaol« de inimLi «aOe jdooae «ntre mM el W Roi 
da ftm M U paar iatfwHaer taaa daaz Ji h müagtr: nnis KUp 
davrail anitir qne p«r «rette rauwetnre eile se rend inittile k 
rvB et Taatn. 

VoBs mmtia Wen, mm cber CoiDte. qve toos ne povr^a 
fiuK naage de toai eeci qa'k boanes eoMigaca et qa'en nuuü^ire 
d« reflexiooa partieafiit««, müs qoi p«aitent vom ont ete n^ 
gM ^ » par HB cemqMBdanc« prire«. 

Pasr Tooa ■attre « m^me de pnMTer eneore danuitaga 
m la Baaae lea maaraitTif iilaatiaiia de la Coor de Fnnce, ja 
roQS joiaa tet denx piftcaa aecrteaa l'ane ea fr«D{«» «t r*Qtra 
«a Italien qoi me sont parvenaes par od oonfident qoe j'ai k 
la Fbttt et de la eertitode deaqaeBea je paia r^undre; mais Q 
eat eaaeotid de oe poiot en deroiler U aooree. Vom ponT^ 
las &ire Üre k Beeborodko, Potemkin. Woroiuraw et k tos amis 
dont Toos etefl s&r el n möme ik dcairoient lea £iire roir k 
rimp^ntrioe vous ponnies lea lenr latsso', en exigeaot näao- 
moiiu den ^arder le plus profond 5ecret et Bortoat de a'en 
lien marquer aa uunistre k CoDSUatinopIe, pourque notre con- 
fident ne toit poiat dccoDrert. Je croia que voos serÄs pen 
^difi^ ainsi qae rimp^ratrice et ros amis non senlemo-nt des 
objets qni y »ont trait^ mus aa$si de la tournnre de« phrases 
dont »e sert CbobeuJ QoufBer' ce grand auteur {>ittoresque. 
Kon seulemeat mon arrangement de Umltes Q'avacce point, 
mais de cette fa^on probablement il D'ea sora plus rien. 

Je rous envoye aussi copie d'une lettr« qae le Duc de 
Wuriembei^ vieot de m'ecrirc par courrier avec ma reponae. 
Quolque peüt en soit l'objet vous pouires ni-anmoins le faire 
raloir cotame an trait coracteristique de la France; et Lcars 
Alteases Imperiales saurout oa uieoie teius par quelle« raisons 
la Convention poar cette legion WurtembergeoLse a et^ an* 
noUäe. 

Voicj ane lettre de U Princesse Elisabeth pour la Grande 
Dacbesse k qui je n'ecris point k cette occasion, paisque j'en 



* UAii« Oxbriel ComU A» Cboiseal-Gouffier. k. franiAHMbej- OMandtar in 
CoiBtaatlDopel, ipäter in LAadoo: AlterthnanfonolNr umd Uitfliod der 
&an>Aii«cl»fin AktKlcmio; f«b. lifiS, f 16IT. 




s 



nlteiitls encoi-e iles röpöii«M et r[ap j'ignore comiuenl »e tronvent 
actu<.>lli-'munt uius actione aupr&s d'elle. Marquös moi, je vods 
prie, moii eher Cnuite, corame eile cnviuHg-fi ht maria^o du 
Priiice Louis,' 8on friere, avec la fille dn Princc Cwirtoryski et 
ai eile Ic reconnoit ou non? 

II ^ a l)ien lougleius quo vous ne m'avös pariß de la 
eantd de rimpenitnce; je m'y int^ressc ai fort, quo vous ne 
ponvf^s m'cn flniinri* assia da details: cnv on en A\t tant et Von 
[>aroil y m*?tti-e tiint de mistfere que »on etat coiumence k lue 
donner de vives inquietudes. 

Ariieu. mon o-lier Comte, porti's-vous Iticn et 8oy^ per- 
auadä de l'cstimc et de l'iLmitiä avcc lesquellos je äuis 

Sig.: Mon eher Comte 

Votre trSs affectiouä 
Joseph m. p. 



1 



CLXXII 

Cobenzl an Joseph. 

|Hir Oourriflr R«r»eT[tBjr. K 8' P6ter»b<iurg' lo 21. Tcvrier I78fi. 

Sire! 

L'Imp(5rflti'ice ayant voiilu mteiidro des nouvelles ultd- 
rieures sur la lournure que jirendroient Ics affaires de l'fieliaTige, 
et Celles avcc la HolUndc avant de i^pondre aux diffcrentes 
Icttrcj] dont il a plu ^ V. ^1. l. du luo chargcr pour eile, ce 
n'cHt qu'aujuui'd'hui que je nie suis vu daus la possibilitt^ d'ex- 
pädier mon courrk;r. 11 a r^-sult*^ de ce retard, quc les nrdrea 
anpremee dont il a plu k V. M. T. de in'honorer en datc du 
1& et 28 Üezbr. de l'annee passdc, et du 11 et 22 Jauvier de 
oelle-ci sont restds sans ijue j'aie pu faire pai'venir aucuiie tr&8- 
Iiumble rclation aux pieds de V. M. I. 

En effet les instruclioiis qiii m'etoient parvetiues succes- 
sivement et par Ic gard« noble Veglmti et par deux coumui's 
russcs n'avoient pour but quo d'informer la (?43ur de Russie de 
tout ce qui s'^toit pass^ rt^lativement nux affaires nctnetlement 



' IhT KKrt-iUilUuit« Bniilor dnr riniMtlinitin Mnriu, HerEOg Ludwip von 
WQrlttgiibor^, bMl« »k-h am 20. Ovtgbti 1784 mit 51arie Aiitia, Tochter 
du FdMton Adxm CKnrtorjrfiki (gob, 17CS) TOrmAhlt. 



aar k iMpie. Ce n'est qae pmr le gvrrl« BoUe GmHm qac 
T. M. L A ltea^»< MD dÄsir <|ik' U Coar 4* RttStis 6t nt» 
oOBvaOe d^marebe en IloUand«, ec c'eat aatai oette exp^ditioa 
qoi exi^eoit oDe prompte niponse de e«tt« Coar. 

Qnoiqne U n'y eoi par cons^eni «booluM»! pw de um 
&ate, du» llapcwi b i fa ^ oq j'etots de pocter ncs trtsluiBLblea 
»l^oiti aux picds de V. M. U et qoe je nw pes dboonÜnBA 
dlnfonaer U Cltanc«Uene de Coar et d'JUai de ce qm m^toit 
soB «ttentiao et pouroil toe eoafi^ ^ la p«*^ o» ^ (l^^ coor- 
rier» nuae«, je dVd ai pas mwos reeaenti une peine infinie de 
m« tnnTer reeeroir jasqBli la quatriime trie g r atiime lettre 
de Y. H. I. Sans avoir }ra räpondre h aocane qa'en ex^utaol 
IfiBT eonteno. 

Je o'ai pas manqae de faire passer eaccesaTement k 
S. M. rimp** \es lettrefi dont V. M. I. a dai^6 me cbargcr poor 
cette auflöste soareraine; j'ai l'honnear de mrttre tr&shamble- 
Beut k aes pied« U räpouse qae S. )l. riup" rient de me Uire 
remettrc daos ce momcnt-ci.* 

Apr^ m'etre acqaitt^ de ce devoir. il ne me raste qa'ä 
repondre tr^ahnmlilcment k toat Ic contcnu des Ir^ ^^oicuMd 
ordres dont il lui a plu de m'booorer successi^'etneut. 

Dfcsarant la r^eptioa de ceux dn 13 decembre de ['an- 
nfe pased j'avais en rhtmiiciir de porter aux piedt; de V. M. 1. 
la noavelle qoe le rojage de Cherson n'anroit paa Uen daiis 
r^e de 1785. Du momeot oü les affaires avec les IlolUudi^U 
avoient pris uoe luarauro s^rieose, oq s'^toit bien attvndu ici, 
qti'il ne scroit plus poAsible k V. M. de s'^loigncr dn timoit de 
sea affaires, et yV de Besborodko m'a dit k Hirersea reprises, 
quo cottc coD&ideration ^toit enträ pour bcaocoap dans la fiici- 
lit^ arec Inqaolle riiup°' a consenii k remettre son voyage. Par 
les intcrccptea on a lu la manifirc dont V. M. I. daigne a'cx- 
priiuer vig-ä-vi» de moi rolativement h ce voyngo, et j'ai en 
uutre saifii qneiqaes occasione naturelles de Inisser lire cette 
lettre k quelqoee unes dee pcrsonnos cd cnMit. L'Imp^ n'a pu 
qa'ctrc tr^ sensible anx exprcssions si amicales dout Elle 
s'est serrL 

Ä prdscnt od eroit que ce voyage est absoltiiuent ddcidt^ 
poar rbircr de 1786. On tkchcra de I'arran^r de mHiiittru 



* Araeth, l c Hr. CXIV, p »46. 



10 



de VMi dans len 



le 



qae l'Imp'* ne s© trouve pRs a« ccwurde rete aans le« pais 
plus chaud de soa eiupire. Elle ae flatte toujours que jusqu«» 
Ik lefi aöaii'tss uctuüUes serunt lermiDÖt-s, et que rien n'empd- 
cbera V. M. I. de ea rendrc k Chcraon. Lcs gciis bicn intcn- 
tion<?e3 reg-ardent toojours cette entrevue comme la chose [& 
plus uLile ttu succ6s de toutes les affaires communes aax deax 
Coure Imp'", et en effet il ti'est pas douteux que la präserice 
de V. M. I., ses qTialit<5s personelles grandes et amiahlea, et sä 
dexterite a manier Elle m6me les aftaires mieux que tou8 »e« 
negociateurs. que tout ci-la dis-je ne soit le meilleur moyen de 
porter Plmp"* k tont cc qai peul pour l'avenir etrc utile aux 
itit<^r6ta de Iä monarchie autricliienne, Je ne manquerai pas de 
porter treshumlileiueiil k la connoissance de V, M. I. tout ce 
qui aara rapport ä ce projet de voyage. 

J'ai exticutä uvec la plns grande ex&ctiludo tont ce qu'Il 
a plu il V. M. I. de me prescrire par ses trfcs gracJeuses oi-drcs 
da 28 döcembre de i'anntJe pass^e. II oe m'a pas ^tä dii^eile 
de faire gouter iej les ilöinarchfa vis-k-vis do la Franoe, qui 
avoit pour but de l'engager k adopter le projet d'echauge. Ou 
en senti la sagessc du premier conp d'ocil, et loin de trouver 
qu'il y ait trop peu de nerf dans la lettre que V. M. a adresBe 
au Roi trfcs Clirotien en datc du 17 decembre, Woronzow m'a 
fait de son chcf la möme r^flcxion que V, M. urordotinoit de 
füre aeulir ici, qa'il ^toit de la bonne politiquc, de ne montrer 
aucun ressentiment eontre la Fraiiee jusqu'^ ce que Techatige 
fut exrcut^e, apres quoi on pourroit mettre en ligne de eompte 
u coaduite actuelle. En göncral il plaira li V. M. I. do voir 
par tout CO que contiennent mes trfesbmubles relalions, que 
quüique I» RuBsie aoit eiiiieinie de la France, et qu'elle resseat 
vircment »es procridös actueU h notre ögnrd, ou eutre eu möme 
tema daaa uotre Situation vis-a-vis de ce voisin puissant et dan- 
gereux pour nona. et on sent la n^ceasit<5 oü nous sommes de 
lo mt^nager, jiiaqu'uu niontenl^ oü soit qu'ii ait d'autres affaires 
snr les tras, sott que nona reussisBion» k concentrer noa poe- 
■essioas, et k uous eloigner de lui, il soit hora d'^tat de nona 
Doire. De meme j'ai fait seutir la differonce de notre position 
TtB-h-Tia de la France, et de coUe de la RiiaBie vis-kvis du Roi 
de Pruöse. L'une et l'autre de ces putssancGs vcut du mal 
aux dcux Com-8 Imp'"*, mais nous ne pouvons rien faire k la 
i'rauce, et eile peul beauuoup nous nuire, la llussie o'a neu k 



n 



craindre du Goi de Prusae, «t pout le meUrtj dans les bornes 
doQt rUg n'auroit Janiftis du le (aisaer sortir. Lo contenu de 
mon trjsslnimttlt) P. 8' prinripal Joint k cette relation scnÜFÄ de 
prenve, qu'oa est convaincu ici de cette vinti. 

QuADt aux complimeas du Roi de Pruese outrc qa'il n'en 
est plus ai prodigue via-li-vis de la Kusaie, lea nouveltcs sccrfetos 
cortiennent des exprcssions si oiitrageanteB de sa part contre ITm- 
p^ratrice que »es fiagornerie» ue p«uvent inspirer quo du degoöt. 

J'ni rendu compte h !a Chauccllcric de Cour ot d'Ktut du 
regrct avoc luquel on u appris iui in rä]>onse nägntive du Duc 
des Deuxponts ruf laffaire de IMcliange, et combien od ^toit 
irrit^ de son prouedö, oii u senti tout la justesse du raisonne- 
ment contenu dans la lettre dont V. M. I. m'a honorö cii dato 
du ll.jsavier qu'on a ca aa mcyen de l'ititerveptc, et qtic 
j'ai communiqu«: aiinai it qnclquefi nn& de nos amis. Je n'ai ptLS 
besoin d'en eiter d'autrc prouve, que Je reseripl que i'Iiiip" a 
adress<5 h cct egard au C** Komanzow, ot qui sera communiqiiö 
an P" KannitK par Ic P'"^ Galitzin ftussitÄt que le courrier qui 
a 6tÖ envove k Francfort aura pu passer de [h h. Vienne. C'eat 
rimpöratrice elln inr^iiio qui a rt^digi^ eotto pifice, et j« dois 
Boumettre an jugement sop^rieur de V. M. I. ai en remerciant 
8ön a\]\6 k cet e^ard, il ne seroit pas utile de dire aussi quel- 
ques muts k la cuurage de l'auteur. 

D&8 la tout prcmi^.rc i-t^ponBC de la France au snjct de 
IMehange on a jug^ ici par ta mention qni y etoit faite du Roi 
de PruBSe, que ces deux Coura ^toient tellemeut d'accord que 
l'unD ne fcroit rion san» l'autrc, et c'est ce qu'on ui'a rappcllä 
lors de la lecturo de la dernifere lettre du Koi de France k ce sujet. 

Je n'fli TU que fort h la hate des copies du memoire que 
M. de Kolitsehew' re^oit ordre de präsenter aux Etats geue- 
raux, ainei que de la dt^pSche qni Ini est adrcsßi^c pour liii 
prescrire le Inngage qn'il a k tenir vis-k-vis des chefs de la 
Republique. I^e P* Galit/in est charge de faire passer ces 
pi^es sous les yeux de V. M. I. Je n'ai rien äpurgnä pour 
effectuer et leur prompte expßdition, et pour qu'ellcs soient tellcs, 
qn'il ne pnlsse rester aucun doute sur la ferme resolntion de 



* Ealltecbew, k. riuslsclier Kitititnerjunker, dann bei den Qa5AndWr.hKften 
In PnriH und MAtlriil, k. ni»iacIiiAr (jOMntllitr in Hollnnd, HpSlvr Bat* 
wliafi«r iu Wiüu uuil I'Hri«. 



1^ 

ITrap"" de scpourir V. M** contrc qiii<^onque voudroit prendre 
paiti poiir les Hcillciudois. Kien ne me seru plus agr^ablu quu 
d'apprendiü tjue V. M. 1. tronve ces pifeccs conformcs h aos inttm- 
tions supi'^.incs. On s'y eal sei"vi autuiit (juc je pnis me rappeller 
aar un simple lecttirc, de rexprossion quc ITnip" nn pourra 
voir avec indiffurence le feu d'uuc guerre generale, cxprtüssion 
reyue en poliLique, puur dire polimeiit aux geas qu'on veut leur 
ffttre lu gtierre. 

A eil juger par toutes les apparences tout aniionce que 
rimp"* est serieuBement intentJonnöe de rendre h. V. AI. I. le 
mßrae acrviccj qii'ellc cn a re^Mi daiis rafiain^ de Criitiee. et 
de la secotirir effit-ac-ement, si le feu de la guerre dcvoit s'al- 
lumer. J'ai rendu coiupte en detail k la Cliancellerie de Cour 
et d'Ktut de raugiuentatioii do 40/m Iiurames, qiii est ordonn^e 
poiir l'infanterie, ainsi que des ordres doiint^s h. la flotte. Quant 
k cea dernicre je dois ajouter qu'on i^quippe eii möme teraps 
50 gal^res, ce qui ue laissera pas d'ea imposer k la Su&de. 
Bcsbopodko iii'a dejli parle? de troifl coi'ps d'iirnit'fe tjui pour- 
roient fitre pr^ts en cas do besoiii, i'un de 8Ü/m hommea 
contre les Tares, comme armee d'obserrftlion, l'atitre de HO/m 
ccnlre le Roi do Prusse, ot le troiaÜ'mc de üO/in Ijommes coiitro 
les Suedoisj et il & ajoute quo ces eorps Bcroieiit toujoura incls 
iiOD seuk-inent puur le ca» pr^Hent^ mais m&me puur tous les 
cas k venir. 

D'aprfes raou foible Jugemeut eeci pourroit suftire contre 
le Roi de PniBse. et les Turcs, mais ei niullicureusenient on 
4^toit dans la darc neeessit^ d'avoir k faire k la feia et k la 
France et k la Prusae, il faudroit des secoui-s bien plus con- 
siderables, et je erois qu'il ce seroit pas impyssible d'y deter- 
miner la Hussie. Itakuuin m'a dit plu& d'uiic Tais, si voua de- 
viez avoir la gucrre avec la France et la Prusse, h quai ser- 
viroient 60/m liommes que uous voue envoyons, il on faudroit 
au luüins dO/m k lÜU/tn. 

On a apprit ici avec hcancoop de salisfactiun la fiii dea 
troubloa de Tran syl van ie, rimpt^ralrice ayaut syu que j'avtvis 
re^u des sÜbouettes de deux malheurcux eliefs' des revoltes, 
me les a fuit dcmander et les a gardä depulti. 



■ Nioolana Borjali uud Knri Kloilta (KloUclikx), Annilirof der rftbellischcin 
walitehiiicliaii Bmicfri in «ialjünbilrg«!! (17M— 1788). Eretorer wtr Vor- 



13 



Je ito man^uurais pas de me couformer aux onlres su- 
prßmes qui m'ont ete envoyds relaüvemeut aus pr^^sens, et je 
puiä assurer d'avance quc t-ela prnduir» nti tr^ iioii ßffui et 
Ötoit abwiument n^ccssairc. 

Pour ne pus reutlre cetle tr^sliumble relution trop longae 
j'ai cra devoir partager daos dißerens I'. ä' les antres objcis 
doDt il mc Teste ^ rendrc comptc k V. M. I. Je me bomeru 
donc ici k rcciamer rindulgence si sourent eprouv^c du meil- 
leor des moitres pour mon taible travaU. 

En me proeteniant otu- 



le Sl. fevrifir 1785. 



P.S. 



V. M. I. au moven des ordres supr^mes qu'il Lui a pla 
de m'adresser Ic ^3 dn mots paasi!, a da\p\6 mc faire connoitrc 
sea intentioDB au sujet du projct d'une rtiuuion onti'e Ics cours 
de Vieane, de Petersbourg et de Berlin. 

Klle mc prcserit cn m^mc tenis de nc faint nsagc do coci 
qu*^ bonnes enseignes et qu'ea inaniörc des reSexious parti* 
culiers. 

L'ex^cution de cet ordre suprfime de la manifere qu'il a 
plu II V. M. I. de mc le prcscrirc, d<:-mandAnt du icma, ot dos 
occaslons favorables, jo crois devyir profitei- de cet interTalle 
pour fairo parvenir mon tr&shamble rap])ort aux pieds de 
V. M. I. et Iiii rendro eoinptc dos sctilinnins aclucls de cotte 
coor pour rtutant que j'ai pu m'eu proeurer la conooissance, 
Burtout par mpport k l'ordre qa'iJ plait h. V. M. 1. de me 
donncr. 

Kn premier Heu il e-st <igalement de mon devoir de nc 
pas lui laisser ignorer, qne pour antant qu'il est possiblo do se 
proeurer des nutiuiiä exaetes &ur des pureiU objcts^ tout an- 
nonce qne Tlmp** est pcrsonellement si vivenient ptqu^e contre 
lo Roi de Prusse. qii'il »eroit trfes difrtcile m6me k nou9 de la 
determincr jamaiü do renouer avcc lui. Et de fait dopuis l'iii- 
stant lieureiix. oü In presenee de V. M. I. u. öcrase I'inäueuce 
pnipondernnte de la Cour de Berlin on Kassie, le Koi de Prusse 
n'a ceesä de contraricr cette Coor on tout ce qn'ellc a entro- 



■Inper und hltmi «IgAnÜicfa NIcoLiu Um; der xweile walAtrUicicber 
Priutar. Sie vriudon beido am 26. iUx* IT8& biiigAri eiltet. 



14 

prise, et 20 ans de bonheiir et de »ucc^ sont cause que CftUie- 
riue II Douäre }j1us itup&tit:mmeiit qu« tuut autre d'etre contraria. 

La conduite du Roi pondant tout le cours des afTaircs de 
CMnitor ^^ '' ^ ^^^ '° ^^^^ dans tonte l'Kuropc qiti ait cän> 
BbHnnMnt travaille k faire riohoiicr \ca projetA de Ih Russie, le 
laiigage qu'Ü & loim k tous les eabiiiel« puur su»i;iter des enne- 
mis h rimp"*, l'opposilion que les ministrcs iic Riissic ont trouv^ 
par tout dans ceux de Berlin poiir toutes lours negocmtions, le« 
offres d'alliance foits aax Turcs, les intrigues ici arec lajeune 
Cour, qui oiit si fortenient d^plu h. la graude, tout cela a 6ni 
par le rcndrc odicux. Ott !c crftinl peul-^trc plus, qu'on ne 
devroit, vu Tavantug^ d« la puisitiou de la Russie '& sou egard, 
mais ea mdme temps od le däteste, et on dästre vivemeot son 
abaiseement. Eii ontre taut dans lea pifeces secrfetes communi- 
quees par nous, que par cellea qu'on a cu ici aoi-nieme par 
les interccptes, on a vu que lo Roi de Prusee se sert en par- 
lanl de l'Imp'"' de teruies les plus uifensaus; Tliiiperatrice entre 
autrcs a 6t6 furicuse h la loetnrc de rintcrccptc prossieii dont 
la copie est jointe Ji mes rapporU d'aujüurd'hui k la Cliancel- 
lerie de Cour et d'Ktat. D^jii le luot de Zarine est pour eile 
ce que celui de inariage est pour le peinire Vertigo. I-a iiia- 
niire indiSccnie dont on s'exprime sur le eonipic de V. M. I., 
et le ton de meuace qui r&gne daus toule eette pi^ce^ tout cela 
a rovoltö rimp** au delii de toute expression. 

Dcpiiia k; ri^tablisseraent du sisteme de ralliuncc dca deux 
Cours Imp'"" on a bJen senti ici, que la rlvalit^ de celle» de 
Vieime et de Berlin^ l'^quilibre de Icurs forces rendoienl l'une 
et l'autre niuiii5 utile k la RuBsie. mais on est eonvuiiuui nn 
m^me tcms qne de ccs doux Cours la promit'rc et saus eontra- 
dit la plus puissantc, cela qui par sa position est du plus grand 
secours k la Russie, et dont les inti^rets ne peuvent jamats se 
eroiser are« ceux de la Cour de P^tersbourg, tanditi qmi l'antro 
n'a qu'unc puissancc factieux, par sa position n'est d'aucune 
Utility k la Cour de Russie, et peut souvent etre en collision 
avee eile. On en a conclu, qu'il ötoit de l'int^ret de la Russie 
de travailler de toutes ses forces k rabaisaemont du Roi de 
Pru8«e pour rendre k la niaison d'Autricbe la facuUe de faire 
usagc de sienncs Ih. oü l'cxige l'intäret commun. 

Tel a die le Bens dans lequel J'ai ftüt usage des ordres 
supr^mes qu'il a plu k V. M. 1. de mc donner en date du 



15 



30 raay 1784, Jons lesquels Elle a dejl» daign^ faire mention 
du mal que cauaoit h la RoBsie r«^uilibre actuci untre la 
puissance pmasienno et la pnisaance autrichieone. Tel est 
aassi l'esprit du memoire qae j'ai remis au minist^re msae en 
date du ... et de toutes mes n^gociations laut avant qu'nlors. 

La i^ponse qne le Prince Galitzin a ßtö chai^«^ de Kom- 
rouniquer portoit : que l'Impi^ratHce etoit toat k fait d'accord 
aar la question an? de la n^cessitä de travailler .^ l'abaisse- 
ment du Roi de Prusse, et qu'ellu vouloit seuletncnl sc i*on- 
certer avec nous sor le qQomodo? Uae tr^s longue converaa- 
tiou que j'ai en ces jours pass^ avec WoroBzow prouve en- 
core les sentimüDs de la Roseie k uet egard. Je vais rapporter 
ises propres mota: 

Vous savez k present, me dit-il, k qnoi rons en tenir stu* 
le compte de la France, tous voye.r. claii'emcnt que vous n'aves 
jamaiB rien k esperer et qu'au contrairc- cette puissance s'op- 
posera tonjours h. lout eo qni pourra acroitro Totre puissance. 
D est clair que si encore il ii'y a pa« quelque trait^ de fait 
avec le Itoi de Prusäe, les expIicatioD!? soat telJes entre ces 
deox Cours, qu'il u'y inanque que la ri^dactioii et la signatnrB 
de l'acte, et qu'ellea out rapport ii tous les cas oü vous voudriea 
tenter quelque chose pour augmenter votre puissauce. Malgr6 
cela je ns orcis pas, que M'' de Vergennes d^iro la guerre 
avec TOUS et quo tout ce, qu'il pourra olitcnir des Hollandois 
il les fern de bonne foi pour appaiser les choses daus les 
affaires pr*^sentes. Au reste toutes nos d^marches et les pr^- 
paratifis considt^rables que nous faisons pourront aussi y influer. 

Si vous ^tcs forcf^^ ii la gucrro ccrt&incment nous vona 
aiderons de notre mieux. Mais jo ne erots pas qu'il soit de 
l'iDterdt de rEmpereor de vouloir la guerre dans ce moment- 
ci, niAiuc; assur*! de uotre secoiirs. Ce n'est pas une occasion 
oü il y ait k gagner, et noua aunons de ternbles cnnemis en 
töte. Je d^sirerois par consequent que la guerre fut renvoyee 
k un moment plus f'uvorable. 

Quant k IVcliaitgc de la ßavi^re, vous savex que nous 
avons travaill^ Ji le faire reussir du moment oü vous nous en 
avea fait l'oaverture, c'est ce que nous ferons toujours pour 
tout ce qne vous croirez etre de votre avantage, et en cela 
c'est k chaque puisgancc k decidor eile m£mc ce qu'ellc croit 
lui coDTcnir; mais k präsent que les choses sont pass^es, je 



16 

vottB ftT<rae qii'en mon parüciilier j« ne pouvois penser qu^aree 
regr«t k la pcrte de Pais-bas puur vuuif, le plus l)eaa pais de 
l'Kuropc, et qui a de reesourccs on fait d'ai'j^nt quo rien au 
raonde no ptMit reinplaoer, Pour moi je nie figiire toiijoura que 
tÄt 011 tard la Bavi^rc tioit voiiä tomber cn partage. Le Duc 
des Dcuxpoiits ii'a pas d'^iilniit, et uombru des circonstances 
peuvent amener cet üvÄnncment, qiianl et coniraent c'est ce 
qn'il 09t impoBsihle de determmer. Ce ne sera peut-Ätre dans 
20 ADS, peut-^tre pa« dans 40, mal» tCt ou tard ccla doit 
arriver. 

Mais CO qui doit ^tre l'objet de tona tos d^strs et 1ü sciile 
acqniaition que vous puissiez faire qui soit ]iiJleim?iit impürtante, 
et qui vaille la peine d'un« guerre, «t d'y eniployer tous ses 
efforts, c'est la conqtifte de la Silcsio, et eVst pour cellft \k qn'il 
est ausst de notre interöt qne nous vous secondions de toutes 
aos forcea. Ceux qui ont conseille h riiup'" de soutenir le Uoi 
de Prusse ont pr<?cisoiiiorit «^labli urio barrii-re qui croisu tuuB 
Ips interfits de la RussIp. II faut pour ccla attcndre Ic nionient 
favorablo et ensuite le saisir aux ulit-veus eii cmplo_yant tous 
les moiens possibles pour y rcussir. 

Mul^rc la cßiintii.ssaii['e que voub avc7. de lu tnauvaiso 
intention de la France, je no croia pas que dans ee nioment-ci 
vous devez rompre avec eile, il y auroit beaucoup äi perdre ei 
rieti il gagner. Vous savez ii quoi vous «n tenir avvc eux et 
vous ne screz pas Icur du|>o. Actucllfiment il faut attendre le 
momcnt favorablo, prendre cd secret taute« ses niösures et 
lors d'une nouvellc guerrc cnti'e la France et rAngleten-e, 
o'est Ik le vrai moment de mettre ses prujets cn ex^eiiliimj et 
de non s'oceuper ii autrc ohose quo purcinunt et simplement ik 
la eonquete de la SiMsie, cct objet rempli, tous les autres dc- 
vjennent aisäs. 

La France ne veut paa que votre pulssance a'agrandisse 
en maniire quelconque; mais cn mßme tems olle ne diisire pas 
la guerre, et dfes que vous ne voudrez rien a<'qu(^rir, «llc restora 
toujour» votre alliö tatit que vous voudrez. II sera donc tres 
ais(^ de rester avec eile sur le picd de soit-disant alllance jusqu'aii 
moment, oii U sota question d'agir et pour celnilJi tl fant choisir 
l'äpoque oü eile ne pourra pas, ou foiblemeut l'empechcr. 

Quant J» l'Angleterrü je c-rois loujours que ce ne Beroit 
qu'k la dcmiirc oxtremit^ qn'il faudroit s'unir avee eile. La 



IT 

forme da goureraement ne pertnet pas )i oette puiftsance de 
r«inplir sea eo^agenieiis toutes les foU mStnc qttc U Cour en 
auroit envie. Hais st oii venoit Jt so brouüler avec la France, 
il fnadroil bieo 8'anir k eHe. Ao reste poar cda mdmc quel- 
qnä9 anaees de delai, et tattcnio du moment favorable soroit 
fort utile, paisque cet intervatle La rpm«tt»Qt consid^rab1emen% 
flQe scra alors en etat d'agir avec plus de vif^enr. 

Voilli je le r^p^te en qnot doit consister tont le biit [wli- 
tiqnn des dcnx Cours Imperiales, enlevor la Silesie au Roi d» 
I'niSiSe, et «tteudre pour cela le moment favorabje, Toulo 
autre uonqa^te qne tous ferieA, ne vondm Jamals la pciae quo 
vous vüus exposiez k nne gaerre. et reIli*-oi niiHtc qnc les 
deux empircB fasscnt la gnerrc en y employant tons leurs efforts. 
Mais daus ce moment-ci il faut nn peu de patience et attendre 
le moment favorable. 

Je n'ai pas bcsoin de dtrc qnc ce scntimont da C*' Wo* 
ronzow est naturellement celui de la Coor de Russi«. V. M. I. 
connoit trop bien tout ce qui a rapport it cette Cour pour en 
douter. J'ai done rru de mon devoir den mottro le trftshumble 
rapport k äes picds avant de ricn faire de ce qui concernc Ics 
ordres secrets qn'il Lui a plu de me donner en me prescri- 
vant en m^me tcm$ du n'eu fairo ufta^e qu'a bonnos eii!>eignes. 

Je rcnds comptc aussi h In (,'hanfp|ierie de Cour et d'Etat 
de ma longue conversation avec le C" Woroniiow, mals sans 
rien touchcr de cc qui a rapport aux ordres sccr^tcs quo 
V. M. I. a daigne me confier. 

En m^me tems il Reroit contrairo h mon devoir de laisser 
ignorer h V. M. I. des fniLi, qui quoiqnc antericurs, onl copen- 
dant trait k ce, qu'EIle dnig^ne me prescrire. II n'aura pas 
öcbappe i. sa baute penetration combieu le mioistre actuel est 
uppnsä k tous les principes et nu Hratcmc da Comte Pnnin. La 
marotle de cc demier rtoit touj'>urs ce qn'i! appclloit le sist&me 
dtt Nord, jtar lequei il vouloit uuir la Kussie, la Prasse, l'Aiigle- 
terre, la Suade et le Dannemarc contre le reste de I'Kurope. 
11 y a%'oit un moment auKßi. et c'ätoit celtii qui a siiivi iuimi!- 
diatement le partage de la Pologne, oii le Roi de Pnissc lui 
mSme dösiroit une triple alliancc cntre rAatriche,. la Itussie 
8t lui. ^ n en est questiun (Ions les rapports du Baron 



■- Vg-1. Bu«r. ilio «rsto Theiluii|* Polens U, 38 f. 
r*nl». n.AMb. M. UV. 




18 



äuitti 



tvmps Ih.. ot cK 



• ([im jr> SUIS ici j ni appns 
quo le Hoi avoit dijk |)ort<*. In Comtc Paniii. doiit il faisoit tont 
t;e qu'i! vonloit, k adoptcr ce sist^mt- tt h y pr^parcr Ics voio». 
Tanl Womnzow que Desboroilko lu'ont pari»?, souvent et du 
siöt&me du Nord et de celai Je cetU- tripk allJanue et s'y soai 
moTilres enti^reinent contraires. 

D'aprfes leiir «entimont ils croient que toutc alliatice entre 
de» puissaaces qu'ont une cnlliiiiim d'iiitt-ret ne peut subsister 
ot nc pcut-etrc que siuulcc. L'iillianuc de Luul le Nerd äurait 
une chimfere en ce qu'elle rcnferme toutes les eolUsions d'in- 
terel qii'il peul y avoir entre des puissÄnces. IIa ne croient pas 
duvantage ii la poBäibilit*^ de ]a Utir^e d'uii triplc a]liancv untre 
I'AutricIie, la Kussie et la I'russe, ijs ne In croient paa meme 
de l'intärdt de la RuBsic, ni du iiotre. I>a RuHHJe allJde de 
TAutricljc, ses intf^rets sont en collision avec ccux du Koi de 
Prussc. Sans douto quo les Forces reuuies de ees trois puis- 
saDcca seroient iovincibleK pünr tout la reate de l'Europe et 
qu'elles pourroienl y jmttT Ics maitrcs aliBoluea. Mais tm ne 
croit pa» ici cette rdunJon ni possible ni dorable. Pour ne faire 
aucun acquisitioa et realer comiue Ton est, du n'a pua be^oin 
d'antres sistitniea que eeux qui itxistent. Oertainenu-.nt rAntriclic 
et Ift UuMie i^tfl.nt ausäl intimcmeiit li^es qu'elles Ic aont, per- 
sonno ne tentera de vouloir leur enlever quelqne choso. La 
France mSnie qui d'uii eüte craini taut tuut au^meutation de 
riotre pnisaanco, de l'autre ne voudroit surement pas la veir 
diminuer. Quant aux acquisitions Ji faire il est certain que les 
Cours de Vienne, de Petensbourg et de Berlin une fois d'ac- 
cord, jjersonne ne pourroit pliia mettre ob&lacle ni b. la destrtic- 
tion de l'Empire Ottonian, ni h raequieition de la Bavi^ri: pour 
uous, ni a teile chose dont on scroit eonvcnu. Maie qaele 
avantages ne foudroil il pas faire au Koi de Pmsse povir ob- 
tenir eon consentement, et quelle difHculie n'y aui-oit-il pas de 
convonir sans sc brouiller de la part qui devroit revenir h. 
cbaqu'un des alÜt^s dan» tout ce qu'on cntrepren droit. Cha- 
qu'un d'eux croiroit toujoura sa part moins considerable que 



* Ooltfrittd Preilierr v«ii Snieten, Sohn fies berUJimton Ocrhnrii vnn 8.. 
k. k. ÜosatidU'r aui k. |jrQU*ii>«ob6i) Hofe, tt])Kl«i' I>riUiili>nl diT fitvirfieii- 
uorl il(lcl)orccn*t]r-HhfcniniiiLs8ion aiul Prllfeüt dor k. k. HofUibliutbok; 
geh. 17.14. t Sn. MSiK 1KU3. 



19 



oello des antpea, et le Roi tle I'i-usse surtout oe penseroit qu'a 
aiigritionter la siennu en tridiant sps dutix allit^s. (^nc! tVintrij^ue 
ne riiäiiltoroitil pas de ces discussions, olle? ameneroient bicn- 
t6t QTi refroidissenient entr« ]e9 troia Coura, oelle rjui se troQ- 
vLTüit Ms«!.' suruit toujours lenteo de »'eiit«iidre avec une des 
flutro« Cours de rEurope Jalouse de ce siBti''mp et «ipiant sans 
ce9se Je laoment de le dt5raiiger. Le Hoi de Prusse enti-e autre 
qiiaud meine Ü y adhereroit, ne perdra jaiuais pour cela le Hl 
de ses intri^uuit avcp. I» FraiiK'.c qui lui ttcnnenl taut k cocur. 
D'ai!leiii-s qtiand meine oti rdiissiroit h faire des acquisitioiis 
communos, de qnel avantaf^e scroicnt el3es k aucnnc des trois 
puissaucuB dhs que Ics auti'es »i recevrolciit uutaut. Teiles 
8ont les rcflexions qiie m'unt IViit alors ces iiiessieors datui 
nombre d'entrp.tiens que j'si ou avec eiix 8«r co stijet, et qu'a- 
Inrs j'appuvoi» de raoii niieux n'ayant jnmais en d'aiHre bm de- 
(luia que je suis ici, que ceiui de säparer enti6reiueat la Uusste 
et la Friisse. 

V. M. I. daigncra se rappeller que dans mon rapport h. la 
Chaneellerie de Cour et d'Klat du 23. juin 1781 j'ai mandrt que 
le C^ de Ooertz, ayant cru aiyre iiotj-e n%üciaUtiu tuucbant 
t'alliani^e rnmpue, avoit dit Sei que dans le cas oü Ic traite 
aui'oit ou licu, le Hoi lui avoit di'jk dann^ ordre d'y acci^der 
en *0Ti nom. En nou» rappellant dopuis cctte proposiiion du C" 
de Goertz avec tes pemunneft eii place, Üb m'ont pluäieurs fois 
röp<?t(5 le raiftonnriniiiit que je viens de rapporter. 

L'Itnp*'" ctant donc personiicl lernen t piquiie conlre le Koi 
du Pru5t(e, t<iuteti les personoea en cri^dit ^tant contraires k 
toutc iiiiiiMi avec lui. il suil de \h qu'ü paroit tr^s difüeilc pour 
ne pns dirc imposalble, d'ütablir dnuH ee niDiuent-ci le ßistJinie 
de la triplc alliunce ciitrc TAutriVhc, la l*rtissc et la Russie. 
J'ai cru dautant plus de inun devoir de porter tous ee» faits 
h la eonnoissance de V. M. I. quo d'un autre cflt^ des nrigocia- 
tJODS qu'uu enlameroit d'ici avec la Cour de Berlin ponrroit 
foumir h c«ttc dernitre Toccasion de reprendre unc caapjtce 
d'inSuence k celle de l'eter^bourg, laquelle, &i ces negoc-ia teure 
n'nvoient pas le aucc^ö desire, auroit d^jk produit un mal dif- 
fidle k r^parer. 

V. ^I. infonn<^e par ec tr^sliumble rapport de la vraie 
fafon de pcn»er de cette cour-ci sur le compte du Koi de 
Prasse, coiinoissaiu en uu^inc tcins le sentiinent dea gens en 

2» 




20 



place loucliaal \v isistfeme Ji tetiir pur les ileux Cours Impdriflloa 
ä pvt'sent que les sentiinens de lu France sont riövoilt-es, U 
n'ÖcIiaiipcPH pas k Sa haute pi^-n^-tralion et a Sn sagcsse, qußl est 
le parti le plus avantageux ä prendre une füis lea affaires de 
la Hollaude arraug^es. 

Dans le cas oü la forme de voir du C* Woronzow m^ri- 
tcroit l'ajiprobation de V. M'* 1., je crois qu'iJ ne seroit pas im- 
possible de conveuir en secret aveu Ea Itnsaie du renouvelle- 
ment des stipulatioiiä du 1756; aiiitii (\u.u j'ai etti eliargu de le 
propüser pnr mon mt^moire du 30 raai 1784 et que la Kussie 
y avoit donm' son trontentenient. Peut-elre uieme qae si V.M.I. 
etoit inteutionöe de cunvenir d'avance et an soeret de quelquee 
sUpuIations rel&tiveinent au. cas possililu d'tine gucrrc Inrque, 
et (Ig la ilestruction de l'Eiiipire Ottoman ronfürm^ment aa 
contenu de la lettre d« V. M. I. k Tlnip"' du 24 fevr. J783, et 
eous des condition8 qui iic nous Ücroient imlleiiieut lo& mains 
eur I'epoquc u laquello il convieiidroit de foriucr «es grnndes 
ontreprises, on poniroit aiissi sc Üattor de r<5iiHsir dans cette 
negociation et de s'asaurer de plus en plus de rauülie de la 
Kussle par un traite secret ^vcutuel sur I'objet qui iai tient le 
plus il coeur. 

II me scinble an surplus d'aprfcs raon foible scntiracnt que 
si m^me daue quelqae acquisitioa commiiue k la HtissJe et » 
uouB, on cruit devoir uclietm- le cunüenteniunt du Kui de Prutsse 
en le taie^atit prandrc aussi quclque clioec, il ne seroit pas ab- 
Bolument n^Jcessaire pour cela d'cn vcmir h icn sist^me d'alUancc 
avec lui. De uieme <)au lors du partage de la l'ologne la 
Kutisie et la Prii&fio (-ti-oitcmont alti^itn uiiL auliete le eonsitute- 
mcnt de rAutrJche, en lui faiäant an part et sans s'allier iivec 
eile, de m£me l'Autriche et la Rusnic pnisentcmRnt alliecs entre 
elles pouTToient dans une occasiun importante salialairc Ic Hot 
d« PruKse uu uioyuii de quclquc auquisitiuiL saiis paur cela se 
lier avec luL 

La r^flexion que je crois devoir soumettrc tn^'sliumblement 
h. V. Jtl. I. c'est que ti uno fui» le siat^me etitre les cours de 
Vienne, de Piitcfsbourg et de Berlin a'ölablit, il est iiupoBKible 
qu'il nc florvient beaucoop de caa, diins hisqucls nous seriona 
d'un avis diflferent de celui du lioi de Prusse, et oii la ßussie 
soroit iiotro arbitre, ubügi^s alors de faire lutter notre credit 
contre le sicn, qui par ce sist^me devroit naturellcnicnt avoir 



repris de riofluence a IMter^bour^, il nous en couterait des 
sommes bien [ilns cotisiderables pour etigager loa per- 
sonnes cn place (l'<;trr> de noire avis. lo Rni de Prusse 
Ryant tonjonrs mis la plusgr&nde prodigaliti^ dans les 
pri^sens qu'il a fait ici, et Q'epargnaiit pHS süu argeul 
mAine düptii^ que Icb nTfairos y sunt si mal. 

Cc n'cst (\\i'h, tin maitiv tel rjun Joseph 11 qu'tm sujet 
penl öser parier avcc une lib«rli-^ eemblablL- k eelle qui r&i^ne 
dans cette treshumble relation, mais je ne craindrai jaraais de 
dö|jtaire ii V. M. I. en poi-tutit (.rt"^shunibkiueüt h. ses pieds la 
sitQAÜon reelle des affaires, teile quR je la crois d'apr^s les 
sentimcns de ma conscience, et toutes les peiaes possibles que 
je me doiine puur en etro itiformde. Je puis me troDipcr, je 
pnis inanqiicr de. Inmit'irct^^ iitaiä non de k^Io ]Hiur \p servtce 
de mon ouguate maltre. Si je snis dans cc demior cas je rc- 
cUme son iodulgence dont j'ai si souvent scnti les effets. 

J'di riioiitiüur d'ötrct etc. etc. 



le Sl.foTrier 1786. 



P.SK 



Confornidmont uitx ordros siipr^mcs de V. M. I. j'ai fiüt 
lire k Woronzow et Besborodko les deux pifeces fran^ises et 
italiennes qu'Elle a dsigiiö in'envoyer coulenautes le n^cit des 
confärenees de M' de Cliüiseul-Ooufier uvec l'iitterprMe de la 
Porte et avec le Visir. Je lui ai fait apprcpicr la inarqitc de 
confiance que noiia leur donnlons par Ih. et rimportance du plus 
grande Beeret. IIa ui"oiit rept>ndu que leur propre interet Texi- 
gßoit, puisquc dans l'intiiDitc qul existoit entro les deux Cours 
un pareil eanal utoit tr^s precieus pour eiix mßmes. Ils mc 
donntrent parole d'honneur qn'ü no seroit rien mando de ces 
notioiiis k 31' de ßulgakow, et en cons^queuee j'ai laissä les 
pi6ccs h Besborodko pour qii'il les fit voir ä rimp", S. M. n'cn- 
tendant jms l'italien et Heöbwodko n'etatit paa fort dans cette 
langu«, elto me fit prier de lui traduii-c le rapport de la Con- 
ference avec le Visir, ce que j'ai fait Bur le ebaiup. Quant k 
Potemkin je l'avois prevetm de I'amv^^e de ces pjfeccs, et il 
les a lu cliez t'lmp'^ 

Od a äte generalement indigu^ des horreurs qui s'y trou* 
vent k cbaque ligne contre lea deux Cours Inip'^ et sur tont 
coutre \'. M. On eet d'uutant plus aiBe que nuus ayous pn Qoaa 




procorcr des piiees de cclte iraportance, qnc tottle Iß pnlitiqiie 
fran^iso y est d^'oil(?c, II est fiftpcndnnt dos poinis d«ns 1p,s- 
({ueU 011 croit, que ClioiBeul a outi-epa»sp ees m«tructious, i\>\i 
que le projet qu'il prSte h. la Keine touchnut ravceptution de 
ce plau, I« tiii^donlonteiiUMit Jb 8ii C'oiir contrft S* Priesi,' loiitps 
chosc-s qui QU peiivent cxister, uiais qut uu i-(^glc n'ötent rivn 
aux prcuves d'intimitiö de In X'Vance contre la Mnisoii d' An- 
triebe, que ces piöci's noiis pronviMit. 

J'fti fait usogc aitpi'äs du miiiisljti-e des eopiea de la lettre 
du Duc de Wurtemberg et de la r^ponse de V. M. On a re- 
connu qu'il ^toit iuipu&äiblo du poussur plus luin la cundescen- 
danco que ne Tnvoit V. M" visJi-vis du Duo. J'if;ni»re fei ccä 
foits sont pan*enu5 k la cünnoistiance de Leura Altesses Imp''", 
msis en lout cas Je ferai en >flort£ qu'elles en soient inform^es. 

J'ai l'honneur d'etre etc. etc. 

P. S*"^. Ponr satisfairo aus ordres suprdmes de V. M. I. 
de lui rendre compte avec detail de l'etat de sant« de l'Inip'". 
je puis avoir l'lioniuiu]- d'assurcr V. M. I. qui- cette Äugtiste 
souvcrainc se portc mieux qu'elle n'a jamaia fait, et que tous 
lee bruits coutraires qu'on a fait courir ne sont que l'ouvrage 
de la Jalousie contrc Tintiiiiit*! des deux Cours Imp'"*. 

Pendant toiil le oonre de cet dtÖ j'ai en l'honneur de 
rendre corapte k la Chancellerie de Cour et d'Etat de chaque 
Indisposition qu'a eu riniperatrice. Vivaiit coMiiiie jf: !ft fais 
joumellement avec U)uti'S los personnys taut cralVwiros quo 
d'autres de la soci^tc de la premiire classe, ayant des con- 
ncxions avec plusieurs de ces qui servnnt la peraonn*^ de ]"Ini- 
p^rutrice, et sacbant par consequent ce (pi'elle fait pendanl 
tout le cours de la jonrnee. il est irapossible que pcndant six 
roois de suite eile ait afTect^ de se bion porter tandis qu'elle 
auroit 4U' sccrfetement malade et qu'il n'en soit rien parvenu h. 
ma couooissanee. L'IuiiMjrutrico a älä k la verite vivemeut 
affectäe de la mort de Lanslcoy, mais ü prÖsent son afttiction 
a tout k fait t'.essc'. A tonte» les Cours du suir oü nons avons 
«u l'honneur de la vuir, S. U. ni'a fait la gräc-e de s'autreteoir 



' KraofoU Emauuel Quignard Comte da Saiut-Pfi«st, frllher franzOftiiiclier 
Bolflchafter in Cotutanliiiopel, iIbhii im IlaRi;. ii^Hler MinlHieriles liiiißTn; 
geb. 1T3S, t 1821. 



23 

toujours tn's lonpt<;ms ;ivec mfti, et eela avcc In mus ^uticlü 
gaiete, boiitü et aiuaLiiliiiS, cu mi mut absoliuiient comme V. M" 
l'a vu lurs du voj-af-e de Jloliilew. II csl mrmm an'ivii qii'cn 
niü raeontant difTi^ronti» cliu8(!8, eile tn'a uite Lanskoy comrae 
y ayant t-te present, sans qae ccia ait paru lui faire la niüin<3re 
iiapresstou. Un jour meme rirap'" m'a racanU^ ditTdivntcs anfic- 
dotes lie Pierre III iiuoiquo vk mit une matiere trbs delicatc, 
et dont eilt: parle tria peu surtoni k des eirangcrs. 

L'Iiiip"' n'approuve pfls les bruita qu'on a tail courir sur 
son etat de eaDtc, et j'ai rendu compte b la CliancelLorle de 
Cour et d'Ktat de ce qu'cn cons(?qn«nce eilt! a urduiinp au 
V'ieC'Chancfdier de dire k ceux qui lui parlerolent des arme* 
meiM de la lEuäsie. 

Jo ii'ai pas besuiü de dire a V. JL combien ees hürreurs 
debittfos parle Koi de Prussc indlsposcnl de plus on plus coiitre 
!ni. II en a reaiilte que 8. il. I. a cesse de se laisser «Her au 
goüt qu'elle avoit pour la retraite, et qa'elle att'eete de »c 
nionlrer en toutcs les occasions posslblos. 

L'Imperatricu a fait eel hiver dea partiea de protnenade, 
qoi cxigcnt certainemont une bien bonnc saittä. Par un froid 
assez vif eile est alle diiier ces jours passes k une campagne 
de fea ÄP de Neplujew,' qu'elle a achet«- et qui est h 30 Verstes 
d'icl stir Ic cliemin de Sirbhmäelbuurg. S. M. est alli^ et re- 
venu cn traineau ouveri sans quc cela lui ait fait Ic moindre mal. 

Ku Uli mot je puis avoir riionueur d'assurer V. M. I. que 
B*il exiale quel(|u'un de ÖO ans qui protiiutte uue lutiguc vie, 
c'est assiirtSment ccttc aaguste Bonveraino. 

L'Ioipdratrife se proposc de passer uue grandc parlic de 
r^td k cetle caiupagne de M' Neptujew. on ajuute tous les bäti- 
mens ntfcessaireu. Elle n'y aura que ti-^s pcu de tnondc. S. 31. 
a donii)^ au grand t^cuyer une petite terre situees tout aupris. 
Le P"" Potemkin en a une depuia long tenis qui n'est pas non 
plus i^Ioigiiee. II est aussi quesüon d'un säjour de PtSterhoff de 
Serie que Czarsko Scio paroit en discrädit, seul tribut qu'on pnie 
encore k la memoire de Lanskuy. 

En outre l'Imperatrice se propose de faire un voyage a« 
comuienceuiuut de TilU'; d'iei k Nigny-Voloezok, oü eile s'era- 
barqucra aur le Volga juaqn'ii Nowogrod et de Ik Bur le Volchow 



* Aloxuider N(?plujQw, gftwesenor KAsiilcnt i» CßiiflUuiinopi:]; f llfiO. 




u 



juKqm,' au lac do LaJoga, d'oii o]le rcvionne par Ic canal Qt 
puis la Xcwa k sa nouvello campagne. Ün coüstmjt dejä les 
bftteaax poor oo voya^. 

Je- supplie V. M. I. d'etre tris pereuadee que je ne man- 
([uerai pau de lui dünner les nouvelle» les plus exactus de la 
sante de rimpt^ratric«^ et quc si cc, qii'ii dien ne plaise, die 
renoit k se deranger, j'en ferai sar lo chaiiip moo trfeshuiuble 
rapport k ses pieds. 

J'ai rfaonneur d'ötre etc. ßtc. 



3. V. S'"°. Par les oi-dres trOs gnicieux «ju'il a plu k 
V. M. I. du Ju'adrcKser en dntc du 2ii decbr. et 22 janvier, U 
Lui a plu de me presciire de tftcher avoc beaucoup do circon- 
apection de savoir au juste qncis sont les sentimens de Leurs 
Altesse« Imp'™ k regard de V. M''. 

U ii'a pns ecliappe k la }mute pdnelration de V. M. qu'll 
(itoit plus diföi-'ile & presenl qu'autros fois de Baroir au justo 
Icu^ maniire de pen&er. 

Je me suis doun^ toutes les peines possibles pour «x^ 
cuter Tordre supi'äunc de V. M. I. k cot ägard, et iiialheurouse- 
menl les notions que j'ai pu mc procurcr jusqu'ici sembleot 
prouvcr que l'amitifi de Leui-s Altessee pour V. M. est sujctte 
k des variatJous qui uo devroJent ualleiQüot exister d'apr^s 
l'ensemljle des eirconstaiiees, Eii ulTct aprfcs tout ee qu'avtiit 
produit la connoissance personelle entre V. M. I., Ic Grand-Duc 
et la Qrande Duche^se, tout ce qui uvoit äte fait en fareur de 
la famille de U Grandt; Duehesse, les lieiis du san^ qui vont 
l'unir k V, M'"il est iiiconcovalile qu'ils ne soient pi^netrt^es de 
Tamitie la plus vivc pour k bienfaitciir de la maison de Wur- 
temberg'. Des penounes qui les entourent, la plupart sont 
d'hoDD^tes gens dt^voues au bon sißtftme, teU sont la rerroifere, 
Nicolai dt Mad™'^ de Benkendorff. II ii'y a plus personne auprfes 
d'eux qui ticnne k l'ancienne cliquc, et malgre cela co n'est 
que d'aujourd'bui que je iii'aperyois qu'il y a quelqu'un qui 
leur peiat toujours en uoir tuul cu que fait V. M., uieme dans 
les ehoses qui ne les rugardent un rien. De cc. nombrc sont 
plusicurcs des plus »agea ordonnances par lesquellcs V. M. I. 
a sJgnaM les coramenccmens de son rfegne glorieus, et tout re- 
cemiucnt raffairo de l'dcliange aveu la mati?uu Palatine^ quo je 
s^aia qu'on leur a d^laille sous Ic point do vuc le plus d<^8- 



avantageux, et le plus t^loign^ de la verit<*. Commc cette affairc 
est aujourd'hui jniblitiue. j'ai ti"Ouve uue c>cc»sioD luiturelle d'eii 
pürier k tiu eurtuiit Kruk,' ijiii ti eli; autre fuU du depiirteuii^nt 
des afiab'cs (itraugäres et que je syais qne Iq tiraiid-I>uc con- 
sulte qnelquefois sur les objet« politiques, st je In! iii fait 
toucb(;r uu i\o'igt l'equite, Ja modL-rutioii, et la vonvetiancu 
generale de V. M", et l'csprit de piirtie, l'aiiimosW et la folie 
du Du« d'avoir refusc^ de tels uvantages, II Pst possible quo 
Krok fassft usagc de cc- que je lai ai dit Tis-K-viB du Gr«nd-Duc. 

£n mdiue teuis je croiä pouvotr ansurer qu'il n'existe pa4 
des relations directes entre la jüiine (-our et noilc de ßarlin. 
Toat panidoxc qiic vela pnroit, il est pourtant Ir^s probable 
qu'ils ne Sollt dans co moment-o.i ni prusaiens ni autricliiens. 

£n y reflöchissuut beaucoup je ne Toia que le P*" de 
Wurtemberg, t[\i\ eoit autour d'eux dont on puisse bc 8<'rvir 
pour les insinimlions rontre nons. II est prussicn dans le fond 
de l'äme, et il e8t poBsible que Ooertu »e »erre de lai pour 
faire passer jusqu'it Icurs Altesscs de critiques cotitiuueJlos de 
tout ce que nous laisüus, imds i|u'u1Ibs t>e doutent que cela parte 
d'un canal hcrlinois. 

II est luaüiuureux auusi quu la jeuiie Cour ait pris k lache 
d't^trc preaqur sur tout d'un aulre avis que la grandc. N'syarit 
pas de part aux utfaircs. ils ne peiivent pas uprecier rutiliti' 
que tirc la Uussic de l'atliance de V. M., ot lout ce qu'Us eu- 
tendent diri: de tout ce qui se fait, leur est loujoui'b transiiiis 
par de mücoolena, Ics seuls qui ieiir parlenl d'affairc, et les 
leur prdscntent sous lo jour le plus fanx. VoilJi par cxeniple 
coiument Ics gcns jaloux de Besborodku et de ses partiitaas 
censureiit vis-k-vie de la jeuuo Cour le sistime de rallianee 
uniquement pareequ'un leB y voit altacbüs. 

Au rcste ilß onl si souvenl ehangö du tout k tout k IVgard 
de V. M. I. et de tunl d'aulros cboses, quo I'ou ne peut encore 
il ce qn'il me scmble, asseoir aucun jugement aur ce qu'ila 
feront nn jour, quaiid ils acront les niaUres. II y a d'ailleurs 
anc difference si enorme de voir loa chöses commr; suct-csseur 
oa comiue possesseur du tlirdoej qu'iU s'attacliei-ont peut-etre 



und trat im Jahru 1792 mit Beibelialtan^ des Oehxltfls und xweljäli- 
rigom UrUabo aua dem Uicnstc. 




26 

aloTS k cc dont ils ninrqußnt Ic pIns dMloignemcnt dans ee 
moment-ci. 

Aprfes que V. M. I. » sgu si bicn gagner Icur nmitie do 
Tavcu m^me de rim)/", rIidso quo |wi'Hon))e n'a pu iivnrtt (;[lc, 
aprfes tont re qii'Ello a fail en favciir de la fainille de la 
Grande DuehüiJFe. il seroit liop mallieurcux, quc ccOa n'aboutit 
pa» h, perpiituer lo sislftme d'iinion eriti-e les deux Cuurs Im- 
periale«. 

C'cst ce qui me paroit impossiblc cn contlnuant sitr Ics 
inemes principe« si sage» et si bien vus, tot ou tard il fnut c[uo 
Icurs ^'oiix snient dessill*?s, et qu« Ics Ixms 8('nliMieii8, rcux qui 
conviennent h. lenrs vrais jntftröts, qu'ils abandojincnt quelquc 
fois, mais auxqueU ils revieniieiit aussi souvent, que ceux-IK 
dis-jc IV-mpoileut sur toiis les efforts de la cabale. Les aban- 
donruT ii c-iis memps et ci^ssur lea iiioyens qu'on a pris potir les 
gagner, eeroit d'uiio consi'queuc« d'autaut plus dangtreuse, qiie 
la Cour de Berlin en tjrcroit partic, et que notis risquerions de 
trouvcr un socond I'ierrc III dnns le ürand-Duc. Kn general 
B0U8 son rigtic je crois loujonrR qnc les pereonnes en place 
meneront tcs affaires plus que Im meine. 

Bunkendorff m'a dit il v a «uvirons six semaines que le 
P^' Gidilziii avoit ecrit h ua femine, qut^ V. il. I. avoi: donnii 
nn regiment au Prince Ferdinand cn qualite de coloncl pro- 
prietaire, que cetie nouvelle avoit causi^ la plus graiide joie ä 
Luurs Alteases. Depiiis ee-ei nc s'est pas eonüniie. En goniiral 
qu('Iqnes deplacöcs qne soiont Ics pri'tcntinns de la Grande I)u- 
cliesae relativemcnt aux avunisges de ea fauiilTe^ eile n'en &st 
pns moins entiche au del^ de tout expre&sion. II saffit que tout 
ce qu'eile s'est mis en tele k cet tfgard n'nil pas ou !i»-n pour 
occasionner Tbunicur qui jcttc du froid dans sa correspondaiice 
avec V. M. Sa nifere a toujours le plus grand cvt^dit sur cdte 
IVincesse et c'est eile qiii peut le plus intluer sur ses eeu- 
tiniens. 

On m'assnre que Goetz est dans l'opiniou que le Grand- 
Duc est tout a fait pnidsieii, mais la Grandii Duchesac autri- 
cliionne. 11 seruit h lUsirur que la chiisc f'ut aini^i, ear ccrtaino- 
ment notrc lot seroit le uicillcur, et ce sera la Grande DuchcsBe 
qui goiivemcra son inari. 

Vuilii tout ce que je auJs k mSme dane ce moojcrit-ti de 
porter aux pieds tle V. M. l. Je La auppH^> d'dtre persuadee des 



27 



effbrts qae je fais pour ctre toujoora instmite do toute cc qui 
les conceriie. 

Ij'Imp^nitrico a dte fort raecontcnte du tnariage du P™ 
LouiB de Wurleniberg »vec U Princesse Czartomka. On croit 
le Prince gentTitl lout Ji fait prussien daiis c« nioment-ci, et on 
rcganic ce manage, eommo l'oiivnip-e du Koi de Prusse. C'cst 
aussi ce qui est cause quo dans l'affdire de rempoisonnemetit 
de CO Prinee on prend ici tout h fait la parti d» Koi de Pologne, 
et (in regardt' Ujiito l'atTairc comiiie une fimrlnM'it- de cüUc 
fommc ponr uttruper de i'ur^^ent. 

Oll m'ussure que Leurs AUesses Iinp'" ont et« presque 
aussi inccontentcs qiic rinipcrntriee de ee manage et qu'elies 
se soni lioniees It tout ce qu'on lour k Acn\ k ce stijet di^ ni- 
poodre, quo Ic P" Louis ^toii Ic maitre de faire cc qn'il rouloit. 
Cepeiidaul iie ue pouvoient se dispenser de reconnottre la 
Priuccäse. 

Depnis que Mad""' la Grardo DucIicssq est relevi'-e de 
coaches, le» bals chex lilJe et Ic» (sie) Karaeny Ostrow ODt rc- 
cümmcneö. Peudaiit lo cureuie l-eurs Alteases Imp'" doiveat 
aller quelque tems ii Uatstdniia. 

CcmfornK^mt-nt aiix ordrca supr^raes de V. M. I. j'ai fait 
ser k Leure Alteisses Ir piTtrail de S. A. R. l'ArcIiiduc Fran- 
'foie que jcur envoyoit lu IVineeci^e £lit:abeth. Leurs Allcäscs 
en ont 6t4 encliantöes do raöme que rimpöratrice qui a ü'ouvi^ 
qnc ce Prince <ttoit d'une tr6» belle figure. 

Dans CO momentci je rcfoia de Leui-s AUesses Imp'"" la 
lettre d-joiiite ä V. M", ainsi qu'uue autre pour S, A, Madam» 
la Princessc Elisabctli, et doux ])aqucls en toUc clre dont le 
preseul couiTier est i'gislemenl portt-ur. Je nc puls savoir si 
dans cette lettre on repond d'une mniiif-'i'e coavenable au con- 
tenu de eoUu de V. M. I. qui etuit si faJto pour amenor dos 
eicplicalioiu aniicalcs. 

J'ai I'liouueur d'etre etc. etc. 

CLXXIII. 

Joseph an Cobenzl. 

Vietine ce 17. Arril 17W. 
Mon eher Comte de CobRnzl. Je me flatte qu'K l'arrivee 
de CO courricr rous scres dtjt cnliöreiueiit retabli et que cette 



d 



inconimodite vous servira, comiae je Ic d^ftire bien siucerement 
du k-yoii ii vuuK luviiager davaiitagu |iHr la suite, et cela Bur- 
tout (lans le manger et ilans le sonimeü, dans lesquels vous 
faitcö dcux excfes opjioHi^w. 

Je vous joina ici une lettre pour Sa Majcste Impi'Tuile,' 
que Tous Lui ferös i'enietti'c. Je ii'ai rien h hm aiiiioncer de 
nouvuau potir le pri^sent. mais j'attends d'uii moment k l'autre 
d«s noiivcllcs de Fi-ancf: an sujot rte incs differends avcc les 
Holkiidoi», 

Le» TurcB, soufUe» et ponsaes par le Cabinet de Berlin 
et cpliii dl' Fraiicf, travaillcnt av«c une asHidiiit'* im-rnyahle 
dana les' aradliorations de leur nülitah'c et de leur marine, et 
ineme il se rassemblent do fayon eiu* mes fronti^re», que je 
setai puut-etre oblig^, queli^ue peu probuble qtie pnroiis»e une 
aggrcaaion de. leur part_. dv pnmdre nraiuniiiiin doH meBiiroa do 
prefautioii, [| scroit bleu dt-airable, que pour caluier les tisprlw 
agites et d^raisonables tnot en Hollunde que surtoat k Con- 
staiitinüple, uion Inngage et celai de la KuBsie ftil paiiaitement 
conformc et d'unt; fennetä effieace k faire üvanouir tüus les 
autres. 

Adieu luon eher ComtCj liientot je eorapte vous en dire 
Havantage, en attcndant je vous prie do croirc, quc; ju suis 
toüjours avec outant d'amitid ot d'cstime 
Sig.: Mon eher Comtc 

Votrc tr^s affcctioni 
Jo&epb m. p. 

CLXXIV. 

Xaauitz an CobenzL 

Vienue le 18. Aviil 1785. 

LV;tat de votre aanti^ m'a beaucoup allarm^, inon eher 
CobenzI, et vous dcvess riinnginer moyeniiaiit le tondre luteröt 
qiie vous savez que jo pr«nds Ji vous. En meine teras je uc 
jiiiiH pas m'etiip^clicr de vous exliortcr eauB plalsanterie et tres 
sf^riouscmcnt k enrayer un peu sur la bafre, ei vous voulez la 
faire longiie et bonne comrae je \n d^sirc. 



' Artieüi, i. c Kr. CXV, p. S49. 



39 



J'espJtrc do jour h autre que nous acrons bicntfil cn etat 
d'iofoiinßr i'Im|n?rfllricc oii noua on somnies avec »ob Diarclmnds 
de fromage, et vous puuvc-x aäKurur quu do quo uüus auioiis 
qiielque cliose k lui inander, nous ne tardcrona pas k lui cn 
fairi! pnrt. 

Ainic-% toujours ua p«u, mon eher enfiiDt eto. 
Minute. 

CLXXV. 

Joseph an Cobenzl. 

Vtonoo CO 7. Hai 17Ö6. 

Moa eher Cocate de Cobenzlt Voilk bleu lougtcms qae 
je n'ai eu le plai»ir de vous ecrire, lUftts il n'y avoit point 
d'objcts inhircaaants k vous niarqunr. I/ftri'ivt'je des tiouvellcö 
de ma negotiation k Paris «'est trainee jusqii'k ce moment. 
Pour vous en iuformcr je von» joins ici U copie de la lettre 
particulitirtj qiic J'iii öeritä au Comie da Mercy.' 

L'arlicle de l'envoio des doput<-s d'Hollando, pour mc 
faire des cxcuses, est le seul objet interessant ponr ma con- 
sideration. qui, vu le projet niaiiqn^ de l'Bchange de in B.iviere, 
cxiat<> cncore dans toutn cetla iiffiLiri!, cl: quant mix nnlliorm, je 
voudrois, que les HoIInndois airaassent micux Targent et me 
«loiinassent Maestrirlit. Ce nest pas la valeur nutneriiii-e, mais 
la raison du iic piis luc [uis^br inaruhander, couiiue jls ont vuulu 
faire, et de no pas ac{^opter uii pour-boirc, ainsi rju'il8 vondroicnl 
lui en donner l'air, qiii me fait tciür fcrmo sur ce poiiiL Vous 
fer^ seutir les inotifs de tout cela en Kussie, 

VouB v«ri't'8 i/galeiiieiit par la Iftlre, qiiu je vous joins ici 
poar rinipenitrice* et an copie, que jo lui parte dos pr<^para- 
tifs, que 1a Porte fait et qni reellcraent sont de natnre k in- 
quieter les voisins, parceque jaiiiai» Ics Turcs n'oüt eu tant de 
Corps d'armt'ic nsscinbU^ et n'ont parld si gt^nöralomcnt de 
gnerre, Joint k ccla le clianj^ement do niinistire, nn Vezir et 
un Mufti turbulcna, qui nc pourront so soutenir qnc par un 
eoup d'eclat; tout cela doit m'engager de m'occuper s^rieuse- 
ment de c^oncert aveo la Kuasie, de ce qu'il y anra k faire. La 



' Der Uriof Jn«&jilis na Morc^ bei Arn«tb, Corroftpoiidnnco An Comto ilo 

Merpy I. ji. 418. 
• Arnolli, 1. c Nr. CXVI, p. 250. 



1 



80 

Porto a (^n-itc une lettre trfta singiiHere k k Cour de Pnnoe 
en rcquei-rant se3 bona officca vis-Ji-vis de moj poiir mos ftrranjfo- 
mens de liniite. UAnibas-sAdeur de Trance vient d'executer »a 
cominiBsion, ut M' de Vergfues a 4lä fort eiiibarrasse. devnnt sc 
contrcdii'P et nppuyer U cette licurß tes df^Birs de la Porte, lors- 
r|u'il n'y a pas im an, qti'il avoit recormu iiiiiiistt'rictleiiii.'iit ot 
fait appuvor mos bon« droits aupr^ d'elle; il a fait un bara- 
goiiin de ni'cmoirc, qiii, comme loiitas Ics fois, quam) on n'ii 
lietl de vrai ni de bon h diri:, devicnt long, vürlieiix et (U;s- 
Hpreable. La Porte prcrd tin pretexte de croire 4110 je veux 
Tuttacjuer, ut iiies proposilioiis k son egard n'ont jamnis 6iA 
i]'uiitrcs qua d'uii arrungoment amiral et de vouloir iik'iiic 
aclietor ce morceau de palfö le long de l'Unna. On voii bien, 
coinment le Koi de Pruase et les Fran^oiH ont echauff^ leur 
imiiginätioii, k leur tairo ciivisager tont k coiitre-seiiB le vrai 
fond des cliosos. Jo dois meine, si je ne veux point oxciter la 
Porte k des dt^marclics hostUes, abstenir k prcndre des mesiircs 
de prt?eaution, cjue les eirconstances parcissenl vraiment exiger, 
puisqu'on los ititcrpröteroit pour dee dispo&ilioim ug^roüslvcs. 

II est essentiel que noua tciiiona bien eiiseinble, la Knssic 
et Tiioi, potir resister k totites ces lucii^e« et en Imposer k tout 
Ic monde pur la euiibtancu de dos Hgus. 

1.0 ]{oi de Prufiae inäpui^blc dana sea projets et dans 
les moyenB de sn haine et de sa Jalousie tourne la titc aux 
Princc d'Empirc, m^'-ditc une Association forniellc coiitre inol et 
toute innovutioTi, k laquollc on ne peiise poiiil. Iai Koi d'Ai](;lc- 
terre, comme Electeiir d'Hauovre, l'Elccteur de Saxe, le Land- 
grave de IIc9So-Casficl paroissent döjk trnp pK'ts a y aeecdcr, 
luais ä preseiit on u*a pas encore trouve cclui, qui cii veuiUe 
faire la premiirc proposition. et probablement ce sera le Üuc 
des Denxponls, qti'on einployera h. ccla. Vons fer<^a hien BCiitir 
les conacquences de cecl en Uussic, 

Je u'äcris polut cette fois-ci k Li.'- AÄ. I., parceque le 
froid qui a rcgni^. duns leur n^ponse et qui ätoit d'autant plus 
choquant. que mn lettre n'ötoit pae faite pour In meriler, paroit 
exiger ce sileuce; aöunmoiDs je vou» jolns ici le paquet de la 
Princesse Eiisabetli, que vous leur rcmettr^s. Je ne 00090!» 
rion k cette conduite de leur part, et si i-'o»t en me faiaant 
penr, qu'iU venillcnt procurer a. leura parcnts des avantages, 
ils ae trompent fort. 



ai 



Je suiB bien foch^ de cettc nouYcIIo com^te, qui a pnru 
«nr rhorizoni drs taveurs de la Coar, et j'aurois bien deeire, 
que coUc, que non» aimons tous dcnx si sinccrement et qui 
luerite taat de rstrej pour 8s »ante et »od repos üut paudu toule 
gatantei-ie ati crac. 

Lcs Pnissicns repandont que le General Samoilow sera 
enroye a Vientie arc-c d«8 projet de cani|>agiie k conctirter 
eotrc nous. Je n'y con^ois rien, e4vös-¥0Us qaelqiie cliose, que 
ue genöral est dnns le uis de voj-ager? A I>ieu mon cIut 
L'omtc! je suis bifn charmt^ de savoir, que votre santö est ro- 
rnise, et espire, qu'avec du uieuageuieut eile se soutieudra luug* 
tems. Vous Toudrcs bien croire, quo j'y prends tout l'inttfräl 
pouüblo et que je suit; avec beaucoup d'eHtime et d'amitit^ 
Sig.: Mon eher Corate 

Votrc trts affcctionä 
Joseph m. p. 

P. S. Je veux ansri vous avertir mon eher Comte! que 
je eai de äcieni:!! certaine que lu cbevalicr Harris intriguu bcau- 
coup Ik allier l'Äiigleterre avec le Koi de Prusse, et que ponr 
cet effet il ebercbe ^ gagner rimpöratrice de Rnssie et de la 
d<itacber de uos liens et surtuut de lue faire perdre persuiielle- 
ineiit dans son ainitit;, en me faisant passer k scs yeux pour 
faux et la leurrant dans ees csperances aans vouloir janiais Ica 
rdaliser, ni seconder ses vues. 11 vent employer k cela tous les 
moyens possibles, il exliurte eu ineme teuu le parti prussien 
d'ogir de Ja mf;ino fa^on de son cotä, et ponr y parvenir il ne 
vcut epai*gner ni argent ni intrtgue et snrtoul «'addresser au 
PrincQ Potemkin. Je n'ai pas vuulu uianquer de toub en io- 
foruer snr le chaiup, pour que vou& »oy^s h toms d'cn pre- 
venir les tnanvais effeta et memc d'cn avertir l'Inipcratrice par 
vos ainis. 

CLXXVl. 

Cobenzl an Joseph. 

par Courrier Ve^heljr. k S* Peter* liuiirg lu 14. mii 1705. 

Sirel 
Lc (jourrier cxp^dif? par le Prince Gidit;:in m'a remis les 
Ires snpremes, dcnc il a plus h. V. M. I. de m'Iiuuurur en 



83 

date du 17. april. Je Ln supplio de vouloir bien reccvoir k See 
piedä [ßH aüäaranccA de ma tri^shiimUn reconniiissnnce, 6e3 ex- 
prcftsions pleines des bonti^a dont Klle doignc sc scrvir relative- 
laent U nia maladie. 

L'inleröt qae V. M. I. daigne montrer h raa sanlö est nn 
noQveau Kicinfait qu'KlIe ajniitc k lous cciix Hont Elle m'a 
combU. Paisse uion z^e et mes efforts me rendre digne de 
tant dn cldmencc. 

Acconturae en serviteur fidel ii exdcuter avec la denii&re 
pnnctiialite: les ordres doni i) plait 3i V. M** de m'Iionorer, j'ob- 
sorrerai exac-tement ce qu'Klla daigne ine prcscrire relativemout 
fiu inan^cr et au aomiucil. 

J'ose en oxcepter ecpendant toiis lea caa, oü le serviee 
de V. M'* pouTToU extger des veillca de tna part. Alorsj'aurai 
möme Taudace de Im döaobeir, um saiit^ et iiia vie n'est rieu 
ijuand il est qncstJon do aervir mi maitre tel quo V. M'*. 

J'ai fait passer sur le champ ä ü. JI. rimperati'ice la lettre 
que V. M. a daig-n»" m'envoyyr pour eile. Je n'ai point rc^-ii de 
ri^pouse h cettc IctLro pai* la raison qu'on attond lei d'un mo- 
ment h Tnutre le courrier que le P*" de Kaunitz me promut, 
et qui doit apporter des ncmvelles (ledsives sur les affaires avec 
los Hollaiidois. C'est alors que rirnpöratrieo sc propoisü d'ticriro 
h V. M. Jo n'ai rien poiir cc courrier qu'une lettre de Mad""" 
la Grand« Duchesse pour la Princesse Elisabeth, (|ne je prends 
la lihcrtf'i de mettre aiix pieds de V. M'*. 

Le» nouvidlca qti'on a dtruetumcnt de Paris, confonnes au 
contcna des ddpdclies que j'ai regu de la Chancellerie de Cour 
et d'Etat, annoneeut l'accrMTimodemeiit avec Ics Ilo]landms commc 
trfes procbain. Ou regarde lei l'issue de cette alfaire couiuie 
avBQtageuse k W iV* en ce que la somme que les llollaudois 
auront k payer, remplacera plus que coinjil^tement les döponses 
des armenicns, et que ccttc afi'air« a fourni ä V. Äf. iinc occa- 
stoii trjis natui-elle de faire paeser aux X'ais-bas un uombre 
ossez considerable de ses trouppes pour que cee provinces ne 
soiont pas ODtiJireiDcnt k la morci de la Fratice en cns d'<;v6ne- 
mout. 

Quant anx affaires tarques la nouvello qu'on a re^u ici 
dn rinstallatiun d'un luinislrt; tont a fait ^uerrier, fait eroire 
qu'cllcs pouvoicnt dtre plus ditlScilcs k arrangcr, et que quclquc 
pen importante qne soit l'objct de discussionj it pourra peut- 



33 



Stro devunir iiu|)üsoibIe de remporter autrement que pur ane 
giiei're. Dans cc cas coramc dans tous ccux, oii V. M, 1. pour- 
roit ölre oblig«5 h iin parti cstr6me, on mc donne toujoura lo» 
> iksanroDccs les plus complettee que Tlmp"' est pret« H la se* 
conder. 

Äi Ics afikircs d'Hollande, ai ccUcr avac les Turcs pen- 
vent s'arranger k l'amicaUe, l'optnioii des personiies en place 
ici est qu'alore l'inl^ret conimun de deux Coura Imp'"' exige, 
qu'olles tii> s'occujiunt plus d'^autre ittiOKtt tjue des muyeQtn de 
saisir la premi&re occasion pour abaisscr la piiisaance prusaiennCj 
et qu'elles y employent alor» tou» leur» efforts. 

Informä de recours que In Porte a en h la Hussie rclative- 
nieni a l'affaire du l'arrangKinent de se« limitüä, niedüieurt de 
Herbert et de Bulgakow s'ötant röuni h dire, qu'ils ne pon- 
voient plus rien faire daus cette affaire avant iVavoir refo des 
nouvdles directions d« leury Cours, on ii'atlecd ici, quo de 
savoir rintention de V. M. I. pour w^pondre k la Porte absoln- 
ment de la maniti-e que V. M. I. le dtisn-ipm, et on suppose 
qae le premiur t:ourner que je recevrai lu'apportera le» ordres 
Ddcessaires h cct «Igard. 

Je n'fti joraaiB laisse (ichapper aucune des occasions qui ae 
rencontrftes pour faire voir ici la m-cessite que le langage 
deux Cours Iiup'" soit ubsuluuient uiüforuie k tuute^ les 
Cours de l'Europe, pour y produire Tcffct qu'on doit attendre 
de leur rönnion, et on m'n toujoura r^pondu. qu'on ctoit con- 
vaiucu de cette verite, et qu'on agiroit eu consequenc-e, D'apris 
le contcim des ordres que j'ai rcgu de la Cliaricell«rie de Cour 
et d'Etat, je dois croirc que V. M. I. a etd saiisfaite des di- 
marchcs que l'Imp"' a fait faire jusqu'ici cn llollande, et k la 
Porte, tfi coutre toute atteute ies affaires avec les ii.tat& g^ui^- 
mux devoient prendro nne toomuro qui rendit TK^cessairc uno 
troisieme representation plus (^ner^lque encore de In pari de la 
KtiSHie, je suis persuad^ qu'elle y donnera les mains sur le 
chatnp. V. M. aura daiguä Toir parceque j'ai dit plus haute^ 
qu'il en est de mAme des affairoa lurques, et qu'on n'attend k 
cet ^gard que de savoir Scs intentions. On con^oit Irfes Lien 
ici la n^cessitö od l'Ille pourroit etre de prcndre dee mesurea 
de pr^caution sur 8ks fronLi^res surtout depiii» l'installittiun du 
noaveou ministfere ottoman, et en genr-ral si mÄme 11 rtiaullolt 
unc guerre entrc les deux Oour& luip*^' et la Porte de cea 

FoBlitv U llUi. M. i.iv. t 




u 



aflkiKa de Kmite*, on n'cn seroit peut-ftre pas faclie ici pi 
U nüßcn ijne cet ^reDement rapproulierüit IV-poqnc du grand 
ftf^et. 

Quast aox affaires de commerce les propositions, qni 
m'oDt ete fkites ici par les plenipotcntiaircs de rimp^^ratrice, 
Muit teilet qu'ellvs outrepawent mes poavoirs, et mcs cfforts 
poor tes en faire d^morilrt; ajant et<i tnfructneox, je a'ai pas 
M L mtme de conclare, et e'est printripalrmptit ponr demander 
des DouTeatuc ordres et pour faire parvcnir mes trishumblee 
rappvrts k ce nijet aax pieds de V. M. i. que j'exp^ie ]c pre- 
seot cottrrier. 

Voici ea pen de mot3 de quoi Ü est question : La Riuaic 
coosent k dimioaer lei droits sur les vins d'Uoogrie sur le pied 
de 4 rbla. et '', par oxoSte pour le via ordinaire, et de 
9 rottbles pour le vin de liqueur. L'oxoSt fcsant 3-10 bouteillcs, 
c'e«t k dire k peu pW-s 4 de nos antais, les tins d'Hoiigrie ne 
seront pltu charges h rarunir qae d'un impots de 1 Itbl. par 
aotal pour le vin ordinaire, et de 2'/( RW- pour le viu de Tokai, 
ce qai eBt encore moins que ce que la Chancellerie d'Hongrie 
8 propoee, 

La mesure appell« ici oxofTt etant la plus determlD^e et 
Ift pIoB nsit^ ici, il ne pciit plus y nruir ii cßt cgard d'errcur 
du genre de celle dont V. M. I. a datgti^.e faire mention dans 
«a rt^solution »upr^me sur le rapport dti iy de Kolowrat ' du 
IH mara de l'aune« pa«8ee, dont il ni'a ete fait conuuunication. 

lOri revauche la KuHsit; inuisle sur la tliminutiüu demandiic 
pour le« Youchies; eile insiste ^galemeut sur ce qu'en nkipro- 
cil^ de 25 pc. de rabljsis des di-oit-* qu'elle accorde dan» so« 
ports de la Mer noire k tout ee qui imlietinctemeut lui sera 
apporU^ par nos vaiaceaux, productions de chez nous ou ätran- 
giree, il seit accord«^ dans nos puils un nibbais de '2b pc. sur 
tous le» vai&eeaux ruBi^es parlaiitä de la Mir noire, moins seule- 
ment pour les marcbaadiiies du cru et de fabriques rusacs ou 
chinuises. 

Elle demandc en outi-e uti rabbais de 6 pc. aiir In fcr des 
uiines, des toilea, des fabriques, et Ic tabnk en fcuille dans les 



' laMpold Kraküw»ky, Itoichngraf vo» K(iI()wr;iT. ktUi. blihnilticher oberiUtr 
mai ClMerr«lc)iUcber erstor KaaxJvr, Hufkauimef und MiiiUtonalbaukv 
UeiinUtiuoft-PrftKident. 




35 



PaiU'bas sar 1s total des tiroits qtie les ölrangers sont oblige 
de payer sur lea iiiemf» objets. 

II cß ni'ajipartient paä de jiiger ai Tavanlnge qnc peiit 
prociirer le nouveau rabbais sur les vins d'Hongiie est assez 
conitid<^rabIc poiir iiK-riter toiils Ics deraandos quo fait la Ruisic. 

Je HC piiiä (-cjiumiaril [las mo dispcnsor de souniettrc k 
la supdriorjhj des lumiferes de V. M. 1. ane reniarquc relative- 
ment ä la n^ciprocit^ du 25 pc. de rabbais pour te commerce 
de Ih M^r noire. 

Lorstjuc dans le tarif de 1782 on fit le premler rabbais 
sar les droits de vins d'Uongrie, il fut statuö en mfime tcms 
qiie daijs les porls de la M^r noire on percevrolt les droits sur 
cet arltclv saiiü la dJiuiniitiuii du 25 pc. Quoiquo leti j^liini- 
potcntiaires iic m'cn ayent nun dit, et qae- les dcrits qu'ils 
m'ont remis, ne contiennenl: rien h ce sujet, je ne doiite pas 
qu'il en soit de meme du nouveau rabbais propusr, et dac« ce 
cas Ih les Youclitns, leti pcll^teriosr, le caviar dcvraicnt aussi de 
notrc part etre excoptes de Üb pc. des rabbnis qu'on aecorde- 
roit au rommcrcc de la Mfer noive. Or res objets Im prineipaiix 
et presquc tes aeuis que lu. RiisaJe puissc importer che?, dous^ 
U suit de \k quG les 2o pc. acuord<^s eur le reste^ ne s^auroient 
&tre d'nne bien graude cous^quenue. 

Unc aulrc conaideration qtii n'^cbappcra pas k la pöni^tra- 
tion de y. iS.. 1. c'est qu'il u'est pas probable que peodant les 
doQze aiiiiees que doit durer notre trait^ de commercu, la 
Rttssic att tin nombro de vaisseanTv mnn'rhands asBcz considt^- 
rable sur la Mer noli'e pour que l'importation qu'elle fcra cliei: 
Dous, seit consid^rable. 

Quant il la stipulation qui uuuh asHureruit le droit de 
paycr ici len doiiancs en monnoio courante, les döpartemciis 
internes cbez uous out evalue ä 12 pc. et V> '* bön^lice qui 
en resulte sur la moitit^ que saus cctte stipulation nuus t>ertuiis 
oblig&a de payor cn dalträ. (.'e calcul 6toil tr^s juste auti-e fois, 
mais depuis que Ic changc a tellcment baissd ici et que les 
circonstances sont tullea qu'il n'y a plus d'cspoir qu'il puiasc 
se reluver, on pcut cvaliior toujour» iMJttu difi'ärence h, 21 pc. 
C'est sur quüi je joins des ealcnts dötailles h mon P. S''^" ]■"■ 
k la Chancelcrio de Cour et d'Ktat. 

Le» pleiiipotenliaires russe» evalueut ii la verite cette 
differcucc dans la uote qu'ils [u'ont dorne h 12 pc, mais c'est 

3» 




66 



en Ifl comparant h la sommc cnti^re des droits k payer. D'apria 
Ittur calcul eile serolt de 24 pc. s'ils la comparoicnt k la moitie 
k payer en dalers, ain&i que l'oDt fait Ifs d^partemt-ns internes. 

Je nn puis quo iii'cii mpportcr Cr&iihiimMoiiicm tt mcs dd- 
p6chcs h la Chancellorie de Cour et d'Etat, pour prouver lea 
offorU qae j'ai fait poiu" faire dösister les pleDipotentiairuB 
rusaes de leurfi demaiules. 11 ne me reste k pr^sont r^ii'nttendr« 
les ordrea qu'il plaira k V. M. I. de mc faire jmrvenir k 
ce sujet 

J'ai eu rhonnear de rendre compte en son tems de l'in- 
Btallatinn d'un nouvcau favori noinirn' Jornuilow. Mou tr^s• 
hurable P. S. ö Ii la Chancellerie de Cour et d'Etat contient dos 
d^tails Bur cc qui a atnen«^ le choix qu'on a fait de lui. et toul 
ce qui le coucerne. L'lmpöratrJL'C ainiuit raicux fait saiiä duute 
pour eile möme de ne plus so donner en fipeetacle ii ti»ut l'Ku- 
ropo comrae cllc Ic fait par Ii». rnais quant aiix autres il nie 
wmble qu'on dit en £tre plutüt bleu aise que faebä. Cet evt^ne- 
incnt l'emp^chera de tombcr dans la loZ-laiurciÜ«, et «n l'entn.'- 
lenatiL daim 9a gaiete naturelle lui conacrvt^r l'^norgie de sou 
coractfere, pent-ötrc que na «antii mfme ne se seroit eile paa 
Talen trouve de s'abßtenir tout d'un conp d« commerce dea 
hommes. Le choix ne pouvoit pas tomhflr stir uii sujet plus 
propre k rassurer «ontre tonte intrigue dniis le grnnd. Jerma- 
low est uu fort bon enfiint d'un bon caract^re tnais asisez born(5. 
Ses p&rens et ses aleutour« lui ressemblont tuut k fait ii cel 
^gard. Lufarhcw son introducteur et son mentor actucl est ce 
que pr^iaomert on peut appeller un bon vivant, d'un bon 
caract^re, aiuiant les plaisirs, et tie faisant mal ii per!»onne. II 
cat prcsqu"au5öi atiacliti U Uesborodko qu'a Potenikin, meme k 
ce demier rinstallatiou de ce favori n'a pas valu antant en 
aurcroit de credit, que toutcs les pr^c^denles. 

Potemkin jouit toujours d'uue (rfes grandu eonsiddrntioLi 
vis-k-via de rimpüfatrice. Dana une Indisposition nssez forte 
qu'il a eu ces jours pasarts S. M. a t''t^ In vnir, I'a forcf^ de 
prendre des rem^des, et a pris infinimcnt soin de sa sant^. 

Dans un Ukasc concemant les droits de la uoblesse il est 
fait montion de lui d'une maniire peut-etrc mtmie trop }iono- 
rable, puiaquc sa priae de possessioti de la Crim^^e saus coup 
ferir est mis k c^te des victoires du marecbal HomauKow, et 
qu'il y a pourtant quelque difTf'rence entre un g^nöral qui 



37 

gagne des Lataillcs ol folui qui aveo 40/m hommcs s'empAre 
d'iinc provincft qui est sans defense. Mais en raeme tems Po- 
temkin u'a plus n iieaucoup [ni:» l'hiflueDce daiis Ic« di^partu- 
mens qai ne sont |>as les Hiens, qu'il avoit autre fois, et ü s'y 
est tellement fait, qn'il paroit prasqu«, qu'il n'y prt^tend plus. 

Cc c\nc l'enti^-C; de .lermolow en faveur n valu peut-t-tre 
de plus k Putemkin, c'est que riuiperatrice a fait uioias d'utten- 
tion b. toiitee les notions, qui lui aont parvenus sur ce que son 
ann^ nVst pas en aussi bon <!lat qu'il lui avoit fait k croti-c. 
II est certain qnc depuiB sou voyagc en Crimce, oü il a vu 
les clioses pai- lui m6iue, Puii.-mkin a riSfonnü beaucoup d'abus, 
fait compl<5tcr beaucoup des i-idgiraens, et arai!Iior<^ pluaieurc» 
choses, maia malgr^ ceta l'armi^e es~t encorc aasez loin du pied 
oii eile dcvroii ^tre, et comme le Princc n'cst plus commc autre 
fois riiomme uuique aupr^s de l'lmp'^ Ü lui parvieunent par foi 
des details k cct egard. 

Dans tout cc qui conceme Ic miÜtaire S. M. comtnence k 
mettre beaucoup de confiance dans le gineral Anhalt, ot c'eirt 
Sans coatredit celni qui seroit le plus en ^tat de mettre raroi^e 
siir un bon pied. 

Hesborudko est loujours rhoinme essentiel quant anx 
affaires, et nous pouvons nous assurer de plus en plus de se« 
bou» eentimeus. Comiue d'apr&s auu caractäre tous ceux qui 
Bont autaur de lui iufluent beaucoup aar lui, j'ai cliercliti k 
m'aasuror do tontea lea personoes qui composent s« soeiet^ in- 
time par des pi;titcs Services. 

Poteiukiu et ßeeburodku ne sont plus en Opposition, et 
le premier ayaut purdu Uniti' idve du reiiveraur le sueund ilä 
sont fort bien enseuibje. II n'en est pas de niAme du pi-ocurcur 
g«?n(:ral' qui n'est pas bien arec Besborodko et seroit surement 
bieu aise de le voir horü de place. Mais il puurroit plutöt etre 
colbut^ lui memo quo d'en venir k bout. 

L'Imp*' ätant k tooa (fgards renträ dana son ancienne 
moniere de vivi-e; eile s'oat raccommodf^e aussi avcc Cxarsko 
Selo, qui apr&s la mort de Laiiskoj a t.Ht'' tout Ji fait dis- 
gmä&. FMe n'ira donc k sa nouveUe maieon de campagno 
qne pour quelqaes joure en revenant par le canal de Ladogn 



* rOrct Wjaxeniak/. 




38 

et Ja Newa de son voyagc de Wiaclini-Woloczok. On croit au»fli 
qae cettc aTin«>e Ics fAtes atiront ]ieu k P^terlioff. 

Qiiant i\ U jeuiie Cour je ii'ai riuii ii ajoutcr ^ ce que 
mcG rapports prucüdens contienncnt. Mßs nourclles secr^tea 
«lisoiit loiijotirs f|HO lo Grand-Dnc penclie vcrs le Prussianisme, 
tandi» quc lu Oi-ande Duc-hease e»t plalüt portee pour nous. 

Notre seul f^ief vis-Il-vis du Grand-Duc, et qui je crois 
liii tient encorc k eoeur, est la i-liulu du O' Punin qu'il noua 
attnbuc. II est tclEßincnt rancniiicr nur cct ai'ticlc qu'il n'& pas 
pu pardodTier ä ßakunin d'avoir quttt^ le parli du C** Panin 
pour celui de Hesborodko, et quo qnelquc vivenicnt qu'on Ten 
aye sollicit»! nn n'a jamais pu engager S. A. 1. k l'inviter ni a 
seB baU ni ii Kamen i-Ostrow, oÜi d'aillcui-s la ville H \ea faux- 
bourgs sont adiuis. 

I^e ministre de Saxe' dont le frftre est charg«^ de I'ädu- 
tvation du Grand-Dtic ConstantiTi, ot qui par lii peiit etre aBsez 
instruit de ce qu'a rapporl k la jeune Cour, m'assure que de- 
puis quelqne tems Hesborodko va quelqae fois cliez le Grand- 
Duu pour Uli montrer de& papiers sur tes aS'aires politiques. 
Si Ic fait est vrai, ü re pcut cxistcr quo. du sju et par nrdrß 
de rimp"', et eu le mettant suceessivemeot uu fait des aiVaires 
d'^tat avec la prdcaution cependant qu'exipent celles dont le 
secrct est important, ch tieroit peiU-f'try lo moilleur nioyen de 
Ic ramencr peu k pöti li des bons scntirucns. 

II doit partir incessammenl d'ici un certain Krok qoi 
preiidra sa routo par Vienne. Mon P. S. lÖ ii la Clianocllerie 
de Cour et d'Ktat conticnt des d^^tails k son snjot. S'il a Ic 
bonbcar d'etre pr<Ssent(i ä V. M. I. il ne sera peut-^tre inutile, 
que par forme de conversation et eans le charger de rien, Elle 
datgtie faire en «a prdeeuce mention de Sem amitiä pour la 
jcunc Cour. A son retour ici il en rondroit compte, et cela 
fera d'autant meilleur effet, que cela aura Tair d'avotr 6t6 fait 
«WS but. 

Par le courrier d'aujourdbui j'obc pricr Ic P'-* de Kaunitz 
de voöloir hien mcttre aux pieds de V. M" ma tri&s-hurable de- 
mande pour obteuir uu conge pour me rcndre äi Vienae. Mais 
cela senlement dnns Ic seul ca«, oü Ics afTaircs pornicftroient 




* Johann GusUlv Freiherr *i?n 8iic]c«ii, iSchsUdier Qenerallieatanxnt imd 
QesaDdt«! iu I'clorsbiir^; t 1789. 



39 



eetle al>8ence. Ce seroit pour moi ane punilion d'Stre absont 
de rnon postc dans tonte occasion oü je potirrois avuir des 
ordres importants de V. M. I. h cr<*cutcr. En revaiiche si les 
circonstaiifc'8 lu permeltcnl yo&a esperer que V. M. ne d^saprou- 
vera pas In dttsir que j'ol npi-tss 5 uns d'nbsenco de um patriu 
d'avoir le bonhenr de me mettro k .Ses pi<^da, de la n^mcreier 
persoaellement de toun Ics bienfaits dont Elle m'a combl>^ de 
voir Ines parena et meg protectcors et de profiter de cette oc- 
casion pour ramcner um IV-iuine en Russie. 

Ce sera pour mci nn des tnoments to plus hcnroux de 
ma vie etc. etc. 



CLXXVII. 

Co1)e&zl au Joseph. 

par Conrriar GiarrM. ä. S* P6tenboiir{f 1« 8 jiiin 1786. 

Sirel 
Le gardo noble galicien Poradowsky m'a remis les ordres 
Bupreiues dont il a plo ii V. M. I. de in'honorer en date da 
7, mai. Je n'ai pas differ^ de les incttrc sur le cliamp en 
exäeution en fai&ant passer » H. M. riiiipi^ratricti la lettre dont 
Elle a dai^d nie charger pour ce.tte augustc souveraine, ainai 
qae colle de la Prineesse Elisabeth k Lenrs Altessea Imp^^nales. 
JVi fait og'alcment communloation au ministirc des piiVcea, qiic 
la ClianccUcric de Cour vi d'Ktat lu'u c]ivoy<^ rclativeiucnt aux 
affaires d'UoUande, de l'Eiupire et de Turqoie, et j'ai exöcutö 
h. cettp occftsion tont ce qu'il a plu k V. M. de me prcscrirc 
trfes gracicuaement. 

Sa Majeatd Tlmp^ratrice venant de me faire remettre une 
lettre pfiur V. M. I. j'expedie le pnisent eourrier pour Tapportcr 
JiSespieds/ ainsi que m«5s trftshumblea rapports sur l'cxi^cution 
des derniers ordres dont j'ai m cliarge. 

Par le contenn de mos tr&shumbk>b rappurts au P"-' de 
Kaunitai il plaira h V. M. de voir, qu'oii a parfaitcmocit senil 
id, que ce u'i^toit pas uu inttiret p^cuuiaire, inals la dfgnite de 
V. M. I. qui exigeoit de tenir ferme ^galement et sur l'article 
dea millions, et &ur colui de Tenvote des d^piitc'is. Oii a i-eiidu 



» Artifllh, I. c. Nr. Civil, p. 863. 



40 



Justice k In stigesse et k la fermete des ordres cnroyes k M' 
Ic Corate Mcrcy. On est penrnad^ fjue les Ktats g^^neraux tie 
tarderoDt pas k ge cüiiformer iiicL-SHainmünt k ce qne V. M. I. 
esige d'eiix k si jaste titre, et i|itr! raoyeniiaTit ßelii l'accom- 
modement aera bient/lt conclu d'nutant (tlus que les deraitres 
döp€chc8 d'Hollande parlent du prochain ddpart des depates 
pour Vienno, et annonccnt (\w. lea Ktat* g'rin^niux ont dtijk 
lionaenü k faire niontcr la sorauic pour Mastricht jutwju'a 7 inil- 
liona, de aortß qu'ils ne sont plus si fort ^loignes des sommes 
qui ont ^t<5 prescrites k M' le Corntc Mercy. 

On croit que le Kcii de Pi'usse n'aui'a pas pcu travaiUö 
k d^tourner lea Etats ginivanx de l'id^e de la ccssion de 
Mastricht. Ccttc forteresse vciaine de ses etats poiivant lui faire 
de l'ombrage dauK les maiiis du V. M'^. 

On & troQv<5 ici les pißces que M"" de VergentiC8 k fait 
remettre k Vienne eur lea affaires de Tiirqiiie fort entortil!«!s, 
et aassi mal n^digcs. que peuvent letre des ecrits, oh on ti'a 
pas des bonnt-.s raisons k alldg-uer. II v« ßtre donm; connois- 
eance k M' Bulg-akow de ce qae V. M. I. ac proposc de faire 
r(^]iondrc a la France, et il Ini sern enjoint de conformer en- 
tierement »ob langage Bur ce» affairutf avee celai de l'internonce 
deV. M. et de donncr les mains k tellcs df'tmarc^lies quo E« R"" 
Herbert roudrn exiger de lui. 

On a admir^ la sage pr«Voyance de V. M'* de suspendre 
dons ce mument-ci les mieüuruä de präcauiiuii que k's annemens 
de la Forte paroitroient exigor, pour i^viter qu'on ne les intitr- 
pr^te pour des disposilions agressives. MatgTri Ic caractferc tur- 
bulent du nouveau minist^re ottouian, on ne cruit pa» que les 
TurCB osent de täi&t se parter a aucunc agrcssion contro les 
deux Conrs Imp'", ou ce qui seroii equivalenl ii un retus d'exÄ- 
cater les clauses des ti*ait{*8 dijk siibsistane. On attribue les 
präparatifs de la Porte k la fauseu interprelation quo la Prusse 
et la France ont d()nni5 aax propositions de V. AI. qu'elles auront 
fait cnvjsager comme des vues hostiies. 

En mSnie tems conimc on ac flatte d'apprendro bientÄt la 
conclusion des alTairt.'!) bullandoiees, et qu'on a vu par le pri'jet 
de la röponse qui doit etre donn^e au Marquis de NoallloH ' 



* Emanuel Maria Louis Uarquis do Moailliw. k. fraaEOKischer Goaudlor 
in Wien (17«3— 170S), früher in Lnndcin (1776— I77»)i f 182*. 



^^ 41 

qne l'intention de V. M. I. n'cst pas de taissor vonir latfiboeea 
k ane gneire pour les affaires turquos, on croit qu'on ne sera 
pas dans le caa de donner k V. M'^ les secours qiie rimppra- 
trice dtoit pr^tc de lui foumir si la ^erre i^toit T«nao k s'a)- 
lumer pour Tod ou Tautre de ces objeta, ainsi qae les a»su* 
Tiinces les phis positives m'en ont ^lö reilerees ii chaque occa- 
aton et notanmient cncore lorsqn'on m'a mis k m^me d'exp<^dicr 
le pr^eiit courrier. 

Dans cet ^tat des dieses il paroit quo l'intontioo de t'Iuip*^ 
est de tävher de calmer la fermentation gdii^rale ob Ton est 
dans Eout l'Europe sqr les projets qu'on prete aux deujc Cour» 
Iinp'", eil memo lems do s'unir tuujours plus etroitemeiit avec 
V. M. de concerter cnscnible secrMement les moyena les plus 
propres k se faire des amis en Kmpire et li eulever des parii- 
sans au Roi do Prusse, et de se pi-eparer ainsi pour U pre- 
luitrc oucasion, soit ti luettro de justc« lionies k la jiuissaiicc; 
prnssienne, soit k executer lu grand projet. Du moina tous les 
discours qne le P" Potemkin m'a dit avoir tenu au nnnveau 
minidtre de France, qui s'adresüe souvent k lui eu aftalre, cnl 
pour but ossciiüel de tranquiliacr lo cabinot de Versailles. C'est 
dont je rends compte avec detail k la Chancellerle de Coor et 
d'lW 

J'envoyc eil mOiue tems par ces mOmes rapporta aux piods 
de V. M. I. copie du ctrculaire quc la Hussie adrease k ses 
iDlnistres en Empire, conforme k celui qui a <>tiJ cnvoye aux 
uiinifitres de V. M. I., eu meme leius il m'a ete declar«^ par Bes- 
borodko que si nous aviona de notre cdtö quelques vucs sur les 
moycTis (rattaeher quelques uns des Princes de TEnipire aux. 
deox Cours Imperiales et de les enlever au Küi do Pruäse, 
S. M. Imp'" n'altendoit que d'en Stre instruite pour s'entendre 
avec nous sur les raoyena d'y röu&air et y proceder iuces- 
sammeot. 

J'at eugag^ Besbororlko par le moyen de aon conßdent 
Lwow d'wmployer tous ses efTorts pour faire reveuir l'Iinp" de 
son idde qu'il est de l'intdrdt de la Kussio d'avoir ua Hui Piaste 
Bur le throne des Polognes, et pour lui faire apprdcier l'avaniagc 
qu'il y aoi-oit k g'attacher la Cour de Saxe au moyen de l'cx* 
p«Ctation do cntte eouroinie. Lorsque Tlinp" a döpens^ des 
wmmes si considdrables pour releclion da Koi Poniaiowsky, 
afin de jnstifier en quelque sorte sa condtiitc k cot ^gard, eile 




43 

a ^trtWi pour prinPip? la n^cesgit^ pour la Russie qn'il y ent 
un Hol Piastc aur le tlirßiic <le Pol(jgn<?, principe pr<5cisement 
oppos^ k ceux de Fierrc I*^ de ses successtiurs et siirtcut du 
Chaucelier Bestouchef.* C'est cc qui a <^t(^ cause do la rriponse 
qiiolle a. faite h la pro]i08ition de \'. M. I. sur les moyens de 
s'Altaclier les Saxons. et c'est ce dont il faul la deaabuser pour 
parvenir ii l'exäcution des ordrcB que j'ai royii de la Clmncol- 
lerie de Cour et d'Küit.* 

Personnc nc m'a pnni plns pmprn h nons sftrvir en cela 
qne Hesborodko, et j'ai fait co qui dependoit de moi pour <ju*il 
y mit la idialeur ncfussairc. 

En tiii-nic teins j'ai fait Heiilir qu'il avoit fallu toutes Jes 
bonnes dispoaitions de V. M. ponr tout cc qai ponvoit concourir 
k I'avanUge coQveou des deux Cour» Iinp'", poar 3a porter de 
proposer eile lueuiü des choäes avaiitageuses li la Cour de Suxe 
uprfes toute l'ingratitiidft de cftttc Cour des bicnfaits de fcu 
rimp™ Heine. J'ai ajoutd qae V. M. I. vouloit bicn mettre tout 
cela en oubli pour procurer Ja rcussite d'un objet »i avatitageux 
poui' !a cause commune.' 



^ Hoxia Petmvic BestuscIjaw-RaniiD. rusaisuUnr GroMkanzIor, frtllier ßo- 
aandl«r in Mmiiliiirif urnil Kupenljafreii; ^eb. 160^, f 21 April lT6ß. 

' Am lö. April 1765 wurde Cobeunl versüiitdiut, d»6» der pr«iis»Lflcbe Hof 
diQ Abflicht habe, ^iie KeldiMtünd« In eine f^rmUclie Verbindung r,u 
xiehen", dia gegan diu beijnu kaiBerlic:]i«ii Hnf« geridilet »ai, und dia 
Minister an den dautaclien Huf^it linbeci don Auftrag ürlmlteD, dies- 
fHlligeti [lAWA^iTigfin niiRhxiiiighllrßn. T.igi>dxrniif wnida liiritiigriltl^t, dAM 
der Atilmg TniuMiius iii IlKnnuvor und London violun L^üifnll ^vfoiideu 
lintin. ]>ifi pronsdUche Politik sei ein w«liror l'rntciut, da der KSnig in 
Londnn ein«! andere Bpracdie fUhre ak in l'ari». Am H. Mai «rliiall 
CubünzL den Aufirng, die UDteraiUtxtingKiisBUndB (rse^n ^^ preussisclie 
FßdorAtiotisgirojfict iu Aaxg)ri]ch eu uebincn. Hunsiaud kum den Wdn- 
schM) Oeoteriek'ks nntli. Woroniow uiaclite dem englUclian Oesaiidtea 
VorBtellungen Über dßn IleitritL lliLiiBirivt^r.i; di^m VArti-otfir Kachitens, 
Skckeu, liasH dia Kaiiterin iuif[un, dmni illv KelbRiligiLiig diu nitiiliiiiiH'.ban 
llofos mit dt'UL Venpreciien der Neutralilät »icb niclit v-timnticun ]iu*e, 
da Sachsen lugeaag't biibß, dem niMiBch»n System xii fiilgfiii. An l'reuä»en 
g*h di« Kxi*arin fulgenile ErklXrung ab: Sa Maj, l(ti]i. IrAs aRniiblts k 
cetu AllonlioTi de 8. M. K> Kni de rniMo ntt vniit poiivair uiiuux t6- 
}vondra it «x pareillo oiirortiire ipi'^n lial avouant nvei; la Tranchise 
qu*£ll« Mt Kcccuturneo de c4ni<ii(rivor en touto oct^siaii A aou uni et 
■]li6: qu« ne royKnt polnt ]a rouaiiLulioo jj^ermaniqua ittenacfro de qiiel- 
(ju« danger et la croyant Hiifösamuient Garantie pour lea trait^ de Wesl- 
phati« Ol d? Teschert, anasi hien <]nn pur Im awinninceA anleinnnll«» 



43 



L« Vice-CliaQcelier « pari^ aa ministrc d'Angteterre des 
Invito qu conroient de Imdbäsioci du Roi soq inaltr«, k la li^e 
proja Ufe par Iv Roi de Prmse en Empir«^ et hii a fait seotir 
combien ettu^ conduitc d^plairoit Ik l'Imp^ et mettrait obstacte 
aa düir de rAngleterre de s'anir avec eile. Fiuberbert en- 
vojant na Coarrier k aa. Cour, je euppoee qae ce qae lai a dit 
le Vicc-Cbancclier k eet rfgard fait resäwniiel de ses ddp6chee. 
Od ne croit pas ici qoe rAogleterre eoteod aasea mal se« in- 
tern poor Be laisser aller aax insinuatioDs prassiennes, mai's 
d'aprte i'avis de Woronzow, si m^me cela i^Loit, il en resolte- 
Toit plat&t da bien qae du mal, pntsqo'alors les dcux Cours 
Imp"" puurroieot platöt trouver moyea d'altirer la France ii leur 
parti, et qa'il est inconteätable quo daos tout ce qa'on vuadroit 
catreprcndrCf la seole n^atralit^ de la Coor de Versailles est 
pr^ferablc möme k la coopöratioo de eelle de Londres. 

Je a'ai pas cm pouvoir faire meilJear osage de ce qae 
V. M. I. a daigne me niander au sojet des iDlrigues de Harris 
qne de laisser lirc k Besborodko Ic passage de ses tr^ gr»- 
denMS ordrcs, dan» lesqueU il en e-si fait mention, ponr mcttre 
par \k lai et rimp"* en garde contre cette odtease trame. Hea- 
borodko nie dit qu'k Ja v^riti^ on conDoissoit ici Harris pour 
nn intrigant da premier ordre, que par Ik m^me il avoit peut- 
ctre aui aux interets de sa Coor peodaot »on »^jonr ici, et qu'on 
Dc pODVoit aallement garantir ta dan^ de rattacbement qu'il 
a fäit äciater alors pour les inttirdts de la Cour de Vienne, mais 
que du moins jnsqu'ici il n'y avoit aacane trace ici qu'il ait 
change a cet egard. Que tout r^cemment encore dan» an« lettre 
äcrite k lui Besborodko, il liii avoit beaucoap parlö de la ma- 
ni^re indöcentc dont le Prince OalitziO; ancien ministre du la 
Russie k la Haye, croisoit les Operation« dc Kalitschow, et chcr- 
cboit k affoiblir l'effet de tout ce que la Russie faisoit en ootre 
favear en Holbnde eur quoi Harris fai&oit des plaintes tr&e 
Tives. Aa reale, ajouta Besborodko, voaa pouvez etre bioii cor- 
tain, qae ce ne sera jamnis ni un Harri», ni pcrsonno qui pourra 



qa'KlIe rient Ab donner en mänic tcmps qtia S. M. TRiniioreur. Ella 
a d« U peine k w {•emiadvr qu« rNKincixIian fnrmAn (|ai pattroit «i 
aü^mvnt ripsndra de U mätisDee entre ies Kutta niAmo«, puiMv cQDtri- 
bncr k eonaoMdet d'aTiuitA|^ le KJünlion de la coDStitution, «t la libcrtA 
d«» £tau d'Allamugue. 




44 

apporter Ic moiTidrc nhangcmcnt k rnmitii^ vive et cordiale de 
l'Imp*" pour S. M. L'Kmporuur. It iie t'uuroit jauiais pu ^tanl 
ici et il le pourrn bion moins enßore ]i la Ilaye, eii Angleterre 
et partout oü il sera. Kien ne scroit plus absurde, que clo dire 
quft TEmpereur no vcul qiic Icnrrcr rimperatrice dans ses cspc- 
raiR'vs 8une jainaie Ics räaJiser, iii secoiidor 8cs vues aprös qae 
8. M'* l'Kiuperear nous a second^ d'une inanifcre si paissnnte 
dans l'afFftire de Crimt^e, et qae c'cst nons. qni sommes en restc 
via-k-vis de lui. J'ai n&m au^i une occasion naLiirelU'. pour de- 
maudor aa P"' Potekikin B*il y avoit long-tcms qu'il n'avoit re;u 
dea noiivellee de Harris, qn'ori m'assuroit qu'il avoit ehang^ des 
sentimena h notre ifzard et qu'il ^toit dcvenu pi'usiiien. Je nVn 
serois pas surpris, räprit le P''' Pot«mkiii, c'eet uu houime saue 
principBH, et sur lequel on ne peut absaimiK-iit compter, ü esl 
coniiu poiir lel ici. Au reste I0 Prince m'assurn qci'ij n'avoit 
paa reyu do ses lettre» depuis lon(^ tems. 

Poar satisfaire aux ordres supröincs de V. M. I. et Lui 
rundre couipte de ue qu'a donm^ lieu aux faux bruils d'tin 
vuyage de Saniüilow i. Vieiimr, je dow avoir nmiincur de Lui 
dire ti'e!*t)QinbIeinent que dnus le teius oii ou ik' savütt pas 
eucore quelle toumure pruudroient les affaires lioUaiuLoises, Ics 
pruasicnncs sc sotit empresae ici do i'i'^pandre toute sorte des 
noavellcs tendaatcs iv faire croire une guerrc turqae commc 
tr&8 proch&ine. Leur Imt rtoit que l'ambassadeur et le resident 
d'llullaudti un mformtnit lea Ktato g^n^raux, iitin <iue dann 
t'ospoir quo loa deux Oours Iinp'''* auroieiit bicntöt des affaires 
nur le« bma, lea representationa de la Russie fussent moins 
d'effet en HoUande, et ([u'uu y persiste dans TubstmatioQ oii 
Tod ctoitj c'est pour appu^'er cette praliabilite de ruplui*« avec 
la Porte, qu'on a imagine le soit disant voyage de Saiuoitow 
qui n'a paa quittt' PtHerfibourK. et qui ue le qnitteru que pour 
retourner au Oaucaae. Cctte uouvulle a'vist repandu si forte 
qae .Samoilow a eraint qu'elle ne pai'vienue jusqu'ä» Tlmp", et 
que 8. M. ne lui tniputa de l'avoir rt^pandu ]iar vanitd. II s'cst 
adreaae ä Besborodko pour le prier d'asaurer S. M. l. qu'il n'y 
avoit pa» la molndre part, et qu'il ne ssavoit pas ce qui y a 
donii<^ lieu, si les choses en ^toient avenuea au point, que les 
deux Oours euBsont en h sc concerter ßur le plan d'opörntion, 
11 Buroit fallu employer des gens tm peu plus habiles que ne 
l'oet Samoilow. Au reste j'ai rendu compte en «on tome ii la 



45 

ChanccUeric de Conr et d'Etat des motifs qui fikisoient repandre 
ces bniils d'une gu^rrc tur<jue proehaiue. 

La jeuae Cour est actaellcment data le plus grand em- 
liarras pour fftire face aus d^peoses des diff^reoB bAtinicns, 
qa'Üs ont entrepm assez iiupmdt^romeDt, ce qni Joint anx pensions 
coDsid^nibles qu'ils doDoent, les a mts dans les cas d'aroir des 
dettes tres fortes. ut de n'avoir pa£ mßitie de qiioi pavcr les 
onvriers qut traraillent pour eux. 

Tb se sont «dress^ il y a donx jours par une lettre trbs 
sappliante k rituperalrice qai Wur a repondu le meme jour, 
qn'ello i^toit peiiif^ de Icur itsU mala qu'elle ne concevoit pas 
comment arec t'argent qo'ils avoit-nt, Us pimvuient Strc si de- 
rsn^^ qo'il falloit qu'iU fosscnt extrJitmcmcnt voles. II faul 
absolauieDt que U' Orand-Duc aie aQprte de lai quelque emis- 
aairc prussicn qni lui goufUe des ehoses contraires ii nous meme 
qnant atix affaires, main jnsqn'tci quelques poines quc je tue 
suis doDDi$, Je ne puis encorc d^tcrrer qai c'est? je uiis en 
otiUTro pour lo savoir Mad"" de Bcnkendorf, Krok dont j'ai cu 
rhonncnr de parier k V. ^1. I. dans mon trÖBhuiublu rapport 
pr^edent, et 8nken' ci-dcvant ministrc en DaTicmark, datia 
leqaet le Qrand-Duc mot beaucoup de conüaoce, et aaquel il 
parle souvent il'aßaire, tous trois sont fort bien intention^, touü 
trois conviennent, qti'il laut qu'il cxiKie un pen^ontigc pareil, 
mais ibi ne peuveni xavoir qai c'est, et le Grand-Duc rcfuse 
absoluuient de s'ouvnr la des^us. Dans le moment oü la Russic 
a ordonne sou arm^ment inarilicne et Tau^inentation des titiuppes 
de terre. qae tont le nionde savoit Hrc en notrc favcur, le 
Orand-Duc a fort deaaprouvc tout cela en disaot quc la Rnssie 
alloit s'cngoger de gayete de coeur dans ane guerre dont on 
ne pouvmt pr^voir les suites. Saken lui a roprcnscntr quo lors 
de Taffairc de la Crimee, V. M. 1. avoit egalemcnt courrn lo 
rüqne d'une guerrft trfes dangereuse, uniquemeDt pour les in- 
törSts de rimp"', que ceci senl äprouToit les avantageo de l'al- 
Uance, mais que pour qn'clle puisso subsistcr, il falloit que la 
Bassie tit ponr noua dans roccasion ec qu'elle avoit eproitv«^ 
de notre part. Le Üraud-Uue est couvenu qu'il avoit raiaou et 



' Cmrl Magnm Baron 8ftck«n riin der Oaten, VntcrlioftD«isler bei dem 
Gro»mn(en P«u1, dxoii k. ruMiMrhor Gewndtar in DSneuiark, etidlirh 
Uotargonrcrneur Att GroMlilnt«» CunstAntiu. 




r 



46 

c'est cc q^ci'il f&H ['ominimonicnl quand on lui dotiiie des nrgu- 
ments ausßi conriuatis quc ceux-lä. mais quelques jours apris 
il revicnt a la cliarge avec des nouvelles difticult^s, ce qui 
prouve cluiromoiit qii'il «st »uulH^. Si je pouvols d^turrer U 
Boiirco de ees intrig'ues il seroit peiit etre poesiblo de la ddtruirc, 
mais je no puls pas trop omployer pour Tespionage de la 
grande Cour pour n« pas inuDü'er trop de cliaWur h, s'attauher 
il la jeune. 

On a füurr^ dans la tele k Leurs Altessee Imp''* qüe V. M. 
ne cherchoit quc difP^ror Ic mariagn do la PrinceRse Klisabetli 
poiir eusuito la rompro, ci Elle voyoit quL* la jcuue Cour ne 
fut pas tout k fait il Elle. J'ai lait voir l'absurdite des parcÜles 
itißiiiuatiüus, mai» ea mcme tems j'ai fait senlir qtie la iVoideur^ 
que Lenrs Altcsscs t«^inoi|D;noient :i V. M'* n'itoit certainement 
pas le moyen de l'eiifjagei- h ajouter eucore ji tüutes k-s bontes 
qu'ElIe avuit eu pour la maiaon de Wurteniberg', üii a per- 
suadä cn ontrc k la Grande Duchesse que la Princeaae Klisa- 
betli ne poiivoit ni recevoir ni ^crire des lettres »ans les müiib-er, 
de Sorte que S. A. I. ne pouvoit s'eiitrcteiiit' libremcut avce £a 
soeur de leurs affaires domestiqocs, et de fainitle, teile que la 
dciTiifcre avonture du P'" de Wurtemberg. La Gnmdß Duchesse 
a dit ausei k Rrok en lui ruiueltaut uiio lettre puur lu Priiicesse 
Elisabeth : je ne vou& cbarge d'aueune conimission verbale pour 
ma soear, parcequc voob ne pourrez jamaia la voir ex\ pnrti- 
culier. 

J'ai fait scntir sar cela qu'il ne seroit trop extraordinaire 
qn'on permit k une jeune Prineesse de 16 ans de se trouver 
dans des tMcs h. t^te», tandls qu'ituß »imple particull^ro de cet 
age Ih ue quitteroit jamais aa lu^rc ou sa gouveruante. et j'ai 
ajoutd, que j'Ignorois qu'il y eut la nioindre contrainte aur la 
correspondance de la Princeisse. D'un aulm <-öt^ la Grande 
Duehesse a cbargd Krok de prier inatammcnt Mad'' so merc de 
faire des reuiontrances ti-fes vives au Prince Ferdinand sur ce 
qu'il manquoit h ses devoirs vls-^-vis de V. M., et que aon in- 
t^rfit et r'idui do sa fainille oxigcoil, qu'il employa tout aa monde 
pour meriter ses bonncs gräces. Je crois d'apr^s iiion foible 
jugemont qu'ü ne seroit pas inutile de permettre k Krok pen- 
dant son st^jour k Vieime de faire souvent sa cour a, la Prin- 
cesse. Je le crois chargc de rcndre compte h. la jeune Cour 
de tout ce qui la concenie, et ses rapports nc pourront ctro 



qae tr^ avanlageux pour nous. Le Onuid-Duc dotme de plus 
en plus det- preuves d'na camct^re toat k fois foible ot soup- 
(ouneux, auqtu;! il Joint beaucoup rl'imprudunc«. H ne se con- 
dnit pas bien vis-k-vis de ritopcramcc. Tout cc qni est en 
fareur clier- eile n'est pa* bieu re^u pjir lui, en revanche il 
aucablu de distinctiüiis Loiis ceux rjui sonl mal k U gi'andc Cour. 

La Grande Puchcsse a pIns de formettS et do prndeTice, 
•ans Tempire tr^ forte qa'elle a sur loi U feroit eneore plus 
de fanases d^marches. Mad' de Uenkendorff est luute u nous^ 
et toujours l'amie iutimn de la Grande Ducliesse, maiK eile ne 
jüiiit pos ^galoiQcnt de la confiance da GrandDuc. Lea pnis* 
siens sc vantent ijne le Grand-Duc est lout k eux, et que do 
mouieiit oii il Sera le maitre Tancien sUteiue reprendra viguear. 
lis sont ossurä dcpuis lung (eins que la corrcspondaDce cntrc 
V. M'" et la jeune Cour etoit absolument rompue, et que le 
Graod-Duc en entretenoit une fort soivie avec le Itoi. Quant 
k cc domicr artick- Mad*" do BcnkendurfV m'assurc qu'cUo dq 
le croit pas fondä. Elle, Sakcn et Crok croyent toujoars, si 
mdme dans les sentimens actueU le Grand-Dnc roontoit sar le 
tlir6ne qu'Ü n'abandonneroit jaiiiai» le sislfeme de ralliance arec 
V. M**, mnis ils ee fiattenl toujours qae d'ici k co mouieiit^ qui 
pgrAces au ciel [Miroit encurc fort «'loigne, on le rammenera en- 
ti&rement aux bons scntimcns dcsquols il n'aiiroit jamais du 
se d^partir, d'autant plus qu'ü& croyent la üraude Duclic»se 
pour nous. Je prie V. M. I- de daigner recevoir k Se» pieds 
Ich assnranecs qtic je ne perdmi jamais de vne ces objets in- 
töressanta. 

Aa moment o£i je m'y attcndois le moins rimperatrice 
m'a fait proposer par le P<^ Potemkin de Taccompagner dans 
le petit voyagu qu'elle va faire, ce dont j'aj l'honnenr de jojndre 
ici tre^bumblemeiit la umruberoute. La mSme prupoeition a 4lö 
fatte anx niinisircs de france et d'AiigIctcrrc aeuls. Je crois 
que l'nn ou l'autre ot pcnt-etre tous les deux ont sollicite cclte 
grflce, tAodis que moi j'ai sniri ma raethodo ordinairc d'acceptor 
toajotui avec rcconnoissance des parcilles distinctions eans ja- 
mais les deniander. Le clioix de eet> deux ministrcs du secund 
rang a rendu la chosc encorc plus afHigcante pour Ic O" Goertz. 
Je parts dans Tinatant poar Czarsko Selo, oii S. M. I'lmp"' nous 
a ordonne de venir de boane lieure roulant se promener au- 
jourd'bui avec nous dans uejardii). C'esl demain que uummeuue 




48 

le voyage. Mon P. S. 1"""° l la Cbaacellürie de Cour et d'Etat 
contient tons les ddtails qui y oiit rapport. 

.lo suis pf^iiöcrf'. de la (»Ins viv« reconnnissiince de ce quo 
V. M'' I. daigTie me dire dereehef cn dstc du 2 mai »ur ina 
sant^. Je dcsire d'einijloyer chwqu' instant do ma vie au hfrvica 
du meilleur des ninitros, et de mo reiidre digiie de touies los 
bontcs dont II n'a ccstn^ do mc conibler. 

Eq tue prostcmant etc. 

CLXXVIII. 

Katinitz an CobeazI. 

Vieniiü ve S4 Jiiillitt L78B. 

Noüs revöilii donc enfin daus le cas de pouvoir voub en- 
voyer u[i courrier, mon eher I-ouie, Vous verrez par nies luUres 
d'office, oü riouB en sonimcs actncllcraont avec nos Hüllandois; 
et je suis trhs avide d'appreiidre la fa^oii dont on iiura envi- 
sage Ik üü vou« ^tes riiicroyable deraisonemeiit que doit port«r 
it la connoissance do rimptValriue diructumciit }iur Ic canal de 
Moneieur de Besborodko Monsieur Fitzherbert. Od n'imagine 
paa, comment on peut-elre assez bete, ou croire son procliain 
aesez böte, pour oser lui priisentyr de pareültjs absurditc^s. Jb 
sais par une lon^uc oxpt^rieneo que lo ininUtfere anglots est le 
pIuK d^raisonable et le plus insolent ni^me des püssibleB, lors- 
qu'il croit pouvoir l'etre: inais je vous avoue, que ce petit 
pulisaoii üti pulititpK! qui y vat actuidlemunl h. la t^te des 
affairca etrangferea a BurpasBe, ce me semble, tous see pr^deces- 
seurs en deraison et en impertinence. Parblcu on feroit Ik im 
bviiu marcbel 

Ott me paroit fort empreBgt; ii Petersbourg da traite de 
commerce d'apr^s plusieures instauces rriter<*<^B, que m'a fait 
le Prince Galitzin; et attendu qui^, quod femina \'u]t, vehe- 
menter vult, je penue qu'il faudra bien »e preter autant qulm- 
maincuiont faire so ponrra, et Je ferai tout ce que je pouirai 
pour cet effot. 

Je Bouhaile d'avoir bientdt de vo8 nouvelles, et je suis 

toujüurs bien cordiateiiiont mon eher enfant 

Sig.: Votro bien bon ami. 
OrLgiuI. 



49 



CLXXIX. 



S* PAtersboar; 1e 6. Aaut |766 
par courrlar Vegbel/. 



Joseph au Cobenil. 

Viennfi ce S6. Jaillet I7B6. 



Hon eher Comte Cobcnzl! J'ai d^jk ßti qiiclqne t«ms k 
ne poiot itvoir eu le pUisi'r de rons ccrirc; outre la sbi^nation 
qu'il y avoit dans les objets majetirs. j'ai M4 an voyagc en 
Italie, duiit j« suis rvvimu uu pcu iui'ammod<^. Je vous savoi» 
an reale cn routc avec rimpöratricc. Je vous joins ici copio 
de la letti-e que j'en ai reyn,' ainsi qne de LL. AA. I. ;ivec 
nies ri'pODse». Vous y verrvs ane bvllu dififermice dans lu sü\e 
et dans les coeurs qui Ics dictciit. M' de Kiefrcr qui a t^lti k 
m6me de voir de pr^s LL. AA. I. m'assure, qa'elles sont plus 
mal que janiiiis avec rimpi^rfitriee et quc c'est en ^rrande partie 
par votitradictiiin k t'ainitit^ qvi'cllc a poiir itioi, qu'iU sunt \irua- 
Eicns eil diables; un ccrtoin Sonateur Westerwald, qui duit avoir 
beancoup de credit aiipris du Grand-Duc, est celui qui Teutre- 
tieat le plus daos le prusäianisme. Mad" de BenkeudorfT^ m'aa- 
sure-t-Ü, est partaitciaent des aötres, je vous prio de lui faire 
Aussi mes complimeTis et de lui dire touto sorte de choses ob* 
Ügeantcs de iiia part. 

Quant uux iitfaires avec los Elollundois vuus vurrea pur 
Jcs d^pecbes du Fi-inue Kaunitz de quoi il s'a^it; J'essc-nlicl est, 
qne l'Impdratrice veuillü bien jirossor par son inäuence la con* 
clusion de» negoeialion» avatit l'ecouk'iiient du teruiö que j'ai 
ßxe au 15. Septcinbre prochain. Pour le present je nc puts 
que me louer de la fayoii avec laqufllu la France s'est expli- 
quee viäii-vis de la Repulilique, et il taut vüir si eile continuera 
de mSme. 

Je ne doute point que le I'rinee Kannitz ne vous inforraü 
00 detail d'un pitce secrfete, que iious avons eue, et qui met 
dana tout son jour le projet aussi absurde que rldiculc du 
minist^'e auglois et nommemeut de M' Carmartheti,- ^)ar lequul 
il veut engager la Hutitiie pur M' de Kltzherbcrt h faire des 
demarchcs pofiitivea ris-ä-vts de uioi, puur ni'engager }l conclure 



» Ärnaih. I. c. Nr. CXVII, p. 252. 

' Lard CartDArlhen, SUats-iecreUlr für die «luivXrtigeti AiiK<)tet(<^ti^i6>t«n i»i 
MlnUleriuii) Pitt. 
r»DtH. tl. Ahth. Jd.LIV. 4 




50 

ane allianee fonnell© entrc noua trois, on me faiannl par con- 
i^nent renoncer Si mon alliance avec la Fiuücü, et en liaut 
cette derni^re ^uissance avuc la Prasse el in Porte, ce qui me 
rendroit joli garfon ik- toiis los i-ntiis, clw iii^^iiie i^uc Iui|nJr»- 
trice cK' Kiissic ne poarroit plus complor sur mon asaistance, ni 
mol presque sur la sicnnc, pcndani. ijuo Unia lt;>t iXona unrUiinu- 
ment, vu l'ötat misörable et dt^chu d'Ängleierre. et anrtoat de 
Bon ex<!cral>Ifi ralnUt^re et goiivemcment, tious n'auriona pas Ic 
moindrc nvHiitage '& nou» eo proinetlrt;. Vous fere» seiitir celäi, 
»i jatuuis on poui-roit eo faire illusion ä co siijot, et vous ap- 
puyen'jt fiiirtuut tju'aussi longtems quc !e troc que j'ni tnnt de- 
air^, ne pout avoir lieu, et que le Hol de Prusse n"est point 
abaissä, je me trouv« datis une Situation k ne pouvoir d'aucunu 
ta^on lu'^cnrter de ines Hlmis nvce la France, sana expoBBr meH 
province« au plus grand malheur. Crci est un objct, que vous 
ne perdr^s pas de vue, et coiume iudubittibleraent Fitzherberl* 
prendra toule sorte de voies, qnoiqu'on l'ail adreswi direclüiiioni 
au seid Bosborodko afin qu'il fasse lire cette fnmeuse lettre 
Wtensible Ji i'Impi-i'alrice m^me, je ne doute pourtaiit point. 
que le Prince Potemkin, (tans cela Anglomao, n'eo soit instruit^ 
et o'y entrc pour qnelque chosn. 

Quant aus Turcs il n'y a rien h. dirc pour le pn'seiit. ii 
ne mc re«te donc qu'k vous asaurer, que j'ai troiiv^ trrs jolics 
les relatious de votre voyage, que vous aves tWrites de main 
propre au Prince Kaunitz, et qua j'aurois bien voulu en etre, 
surtont ä Moscou, oii riraperatrice a eu la satisfartion de voir 
que la nation ^oit convaiucue du bien qu'ElIe lui faisott, pen- 
dant que Pierr« Ic Orand u'a eu que celle d'ea jetter les pre- 
uiiers fondemona et cclli avec les moyeuB Itis plus vjoleits. 

NouB avons actuellement ici le fameux Süpratio Matche- 
sini, qui ebantera «n paasant quolquea foi» dans l'Opera de 
Sarti il Giulio Sabino et qua vous alMs bientöt avuii- :t Peters- 
bourg. Vous pouv^s asaurer quiconqne ßii est coiienx, que 
c'est une cxellente acquisition que I'Imp^^ratrice fait, et que cot 
homme est un prodige pour l'etendue de »a voix et Ica cordea 
de basse qu'il a, de meine quo pour l'art de la uiusique, qu'il 
p08H*de, et pour l'ex^cution et la variete de son chant, ayant 
forra^ de son gosier un vrai inslmment dont il joue li plaisir; 



' Der k. engUicLio (icjuinilt« in Peiter»biir^. 



ontre ceük il est d'anc tr6s jolie figure, fort bon actenr, et il 
rdcite bien. 

A<3iea mon eher Corate, port^s-voua bicn, je von» join8 
ici les lettres pour llniperatrice et LL. AA. I. coiume aussi cell« 
do la Princessc IClisabctli, croy^s luoi bien sincJirement 
Sig.: Mon ober Comte 

Votre tri'S affcction^ 
Josepb xa. p. 

CLXXX. 



Joaepfa ftn Cobanil. 



?»r U>rrli««int. 



Vienna c« 18 Jlout 17SS. 



Mon eher Comt« Ca1)cnzl. C«liii qiii voas rcmettra cotto 
lettre, e«t lo famousc Marchcst. Je ne puls vou» en dire antre 
chose, 81 non qu'il est Miluoois, qu'il reut meme s'y tixer k 
l'avenir*, qu'il vst hitbilu, pttut-Stre uniquu dnus son nrt ut (iii'avttr 
cel^ il paroit bun cnfant, car cc scroit lui faire trop d'honncur 
qae de dirc que c'eat nn bon bomme, parccqu'il lut en manqne 
ane pnrtie si caract<)ristique. U n'est point difHcilc ni imperti- 
nent cominc le i>uni souvont ces Mc-ssieiire. Je d^^irc bien qu'il 
plaise h rimp^ratriec, car c'cst Ik Ic grand et uniquo objet. Je 
voiis le reeommande donc, mon eher Comte, comme un sud- 
dito aufitriaco et ü cutto qualite peut lui etre utile, dans l'eaprit 
de rirapt^ratricc et des Russcs bicn intentiontis, voua la fercs 
valoir. Adien mon eher Comte, port^ vou8 bien et croy^s moi, 
Sig.: Mon eher Comt« 

Votre trÖB nffectione 
Joseph m. p. 

CLXXXI. 

Joieph an Cobenzl 

8* Petanibounr t« 20. SeuL 1785 ... - „ . 

. ^ ^'^ VlMuie ee 7. Swuwmbr« 1785. 

Hon cber Comte de Coben/J! Co courricr rous est ex- 
pedid pour vous mettru au fait des circonstancoä, dans Ics- 



* Anwtb, I. f. Nr. OCVIU, p. SU. 



«• 



53 

qaelies se trouvc la nf^ociatton avec 1a TTDllan<1f . Je ne doiite 
presque poiiit, que je serai oljlig»^ de commencLT les liostilites 
el quu par cun^queiit la g-uerre aura lieu. Je nc pais voiie 
donncr unc coniioisaance plus tleitaJlMe k ce sujot, qu'en vous 
joignniit ici In lettre et U copic de la \cnrc, quo j'iV'rU a. 
rimperatrice ^ et de ceilo que j'ai dcrite au Comic dö Mere^-;' 
cette durniSre no servira, qu'k votre connoissance et atin de 
potivoir faire connoitre Ic fund dp. mos inlrntions h Tlnipi^ratrice 
et k 80n ministere. Je mc Hatte, que quelquc cKoae, qui puisse 
arriver, rimpuratrice tiendra ferme daiis ses principes d'amitie 
ponr moS, et qu'cEIr- iirasüurera an iiioiris mos derriferes, savoir 
du cot(^ da Roi de Prasse et de la Porte. 

La faineuse soidisaut confederatioii gennaoique s'est faite 
et Jusqii'k preseiit eile s'ost borti^e au Uui de Prusse, atix Klee- 
leurs de Saxi» et d'Hiinuvrc H h quelques potits Princes, qiii 
en »out entiöreiiieut depcndaiia. Pour moj, j'ai pris Ic parti, et 
je croiS} que c'eat le plus sage, de ne plus m'y opposer d'au- 
cun(! fav'Hi, liiais de laia^cr toniljcr la cliost; d'cllu nu'tnej ]iiiis- 
qu'on CD veconnoitra riaulilite et qu'un n'a vti que la dupti des 
mcTisongcB du lioi de Prusse. 

VoQs aurös ptjut-ötre eiiteiidu parier de toutes surtes de 
projcts de vovages, qui ac di^bitent k iiinn sujet, et Ton nie fait 
möme it Vienne pariir tons les .jourSj mfime pour Petcrsb^nirg', 
raais vous sent<^s bien, que lea circon^taneos nc ino penncttcnt 
püint de me absenter du tiuioii de luvs atTaires, d'autaut plus, 
que si la guerre venoit U s'alluiuer, je me remlruis ai'ir aux 
Pais-bas. 

Adieu iiion eher Comtel portes-vuus bien et soyia per- 
8uad<^, que je suis toujours uvoc les luäuics seutimcns d'estime 
et d'amiüä 

Sig.: Mon cber Comte 

Votre tr&s afFectionö 
Joseph ru. p. 

P. S. Je vuus joins ici uue petite lettre pour la Grande 
Duchcsse, je veux pourtant voir, a'il est possible, que ces gen« 
retournent k la raison. 



> Arn«tli, I. c. Nr, CXX, p. it>% 

' D«r Brief Joneplie nn JAervy hm Ameili. CurrMp. ilu Cumto Morcy I, 
p.444. 



53 



Dans ce raomeat je re(ois 1a lettre ci-jointe de U Prin- 
ces&e de Zerbeit' bellesoear de riiup^ratriee. On pou( aiseincot 
M figurer le triste ('•tat, datis leqiiol eile se trouvc, lorsqac Ton 
connoit le Prince aon man. St l'occasion se pr^entoitf vons 
poQTTrä faire voir cittte lettre, de mdme qno la copie de la r^ 
pouse, que je lui ai faite. 

ci.xxxn. 

Joiepb an Cobenzl. 



A P£t«rabiiai7 1« U. Octobre 1785 
pAT Beukovlch. 



Vtenne oc 30. S«|il6ifibr6 I7S5. 



Mon eher Comie do Cobenzl. Je mo suis empresse de 
faire partir ce courrier pour annoncer !i Tlmperatrice la Signa- 
ture des preliniinaires couclua k Paris entre le Cotnte de Mercy 
et les ambassadeurs Hollnndoin.' Je iic doute poiiit quc lu 
Chanecllcrie d'Etat nc voub communiquc lein* contcnti pour quc 
V0U9 puissie« en doiiner part k l'Iniperatrice par la voic de »on 
mioistere. D6s que le grand objet de l'ecliaoge a manque il 
ne s'agissoit plus quo de sortir de ccttc vilatno aflfaire le plua 
honf tement que possible, et je crois qtie les points qxii ont öte 
arraiiges inutuelleinent soDt de nature k pouvoir me eatistaire. 

Je vous envoTe ioi copie de la lettre que IJmpcnitrice 
m'a öeritc par im courrier expedtd nu Princc GalHlzin et quo 
j'ai re^ue U y a trois ji>ar»5 vous trouver^s uussi ma ropouso ' 
en original et en co^iie doot toub fer^s passer le premier k sa 
desünalion. Je ue ('omprend« pas ce quc rini])eratrice a en 
. id^e au aujet de rAngleterre. Kaitos, je vous prie, bien com- 
prondre aux Kusses quc depuls l'arnec t756 Ics Angloia ont 
pris k lache de ino faire tont le lual qu'iU unt pu, et que le 



* Frinterike Auniute, Tocliter da» FDnten Victor Friedrich voo Anlialt- 
BernbuTi;, eweite Geiiiiililiii iloi KUraieu Friedricli Auffust von Aiittnlt- 
Zcrbst; t lt>^7- 

' Diu PrilituiuariCH vvm 20. Septvmbvr I78& aiin) liDllliiidi»i.-lii'rM3it« ualcr- 
itiehnet ron: Muthimi IiAoUrcnoij du l}r^rk^1Il^oo<le niid ätr^tm, l>i>piitirl'<r 
ä*T pTOTins IIhIIaikI b<ii di«n CI<<nnml*tAfiti>ii, und Gernril Uritnteeu, 
BOrgeriDOiitor und äountor dar ätMdl Aruhcui. Gro&siuün&iueistor der 
Republik uod Dßputirt«r. 

" Ar»otb. I. c Nr. CX.Xl, p. 281. 




54 



Roi rorame Elpctetir d'Hanovrc a tonjours M le boute-fen rte 
tou8 leB desagremeus qui ont t^te sueci'tes en Älleuiagne doiit 
la fameuse Ligue est un eseiuple lout r^cent. D'aprös ce» 
iilIiireB on ne sjiuroit moconnoitre (jue les Aiiplois no rocher- 
chent point sinc^rcment raon alli.inco, et qu'ils n'ont d'antre vne 
f|ue de mc brouillei' &ciit avct; lu Krnnco uu avec ]a Kussie et 
d'engnger par \k le Koi de Prusee qui a iüujourti vX^ l&ur idole 
de Bo lier avec la France on d'acquRrir dercelief !a KusbIü. 
Dan» t'iin et Tautrc cas il n'y aurok quc moi qui en seroil 
dupe, et je suis sär que le Koi de Prusse a euggert^ cette idÖe 
mix Angloia. En me broiiillnnt avec la France tmis le« effet» 
quft doit prodniro mon alliancc actuelle avec la Ruasic, seroii 
alToililis de mcme qiie toules nuK dcmarehi^ä coiiimaiies ; puUqQe 
j'aurois sur les braa un anssi puissant fmiieini comme la Krance 
qui peut m'attniiuer de pUisiears cotös. Vous feri^s donc con- 
cevoLT que taut que le troc des Pals-bas ne sera fait et que le 
Roi do PrussG nc soit abaiBaä, TexäcutiDn de tuutos ces idees 
dovicnt impossible. 

II convieiit cependant d'eii laissei- toujours I'esp^ranco 
^loign^e et ^ l'Angleterre et h Ib Uussie. 

J(! vous joins ici iiuin eher Comte copiR d'iirit' singuliere 
Ictti'e quo m'a Pcritft la nn'^rc de la Grande Ducliesae. Les ex- 
cuses qu'eUe m'a faitee saus les avoir demaiidees, m'ont paruea 
(ort uxtraordinaires. Vous verrös aussi par la cü]iie de ma vi- 
ponsp la mani^re tlont j'ai saisi la chose; je Tai consue de 
fajon qn'elle pewl ineme 6tre eommunique par la vakte h. Lcurs 
AiteBses Imperiales. Je vous onvoyo aussi quelques lignes pour 
la Grande Dui'liesse qui renfennent nne lettre de la Princesse 
Elisabelh, aa soeur. Voii.s tacheres d'apprendrc si du cote des 
firand-Dtics on a envie de s'approcher de moi ou k quoi aboutit 
la lettre de la Grande I>uchcaso de WiirtembergV 

Adifu, iiiun eher Comte, voila tout fe que je piiis vons 
dirc pour le momcnt. Port^s-vous bien et sovcis persnade de 
toute Teetiiue et d« l'amittii avec lesquclles j« suis 

Sig.: Mon cber Comte 

Votre tris affection^ 
Joseph m. p. 




56 



CLXXXIII. 

CobenzI an Joseph. 

[IM- Courr. I'oradorsky. i ß» PAteribmirg 1» S. octobro 1785, 

Sir»I 

C'est RveK la plus vive impatience qite j'attendots l'occa- 
Bion de poavoir exprfdior uti coTinricr ponr cnvoyer nica irfe»- 
humbles rnppoilft aux picda An V, M. I. On lue remetloit ton- 
jouns d'une semaine u l'nutre pour cela, et ce n'est qu'aujour- 
d'hui qae je pnis enHn faiir partir uii des trois qui se trouvent 
chci moi, enporc snis-jc obli^e de l'expi^dier fort h la liAlc poiir 
ne pas retarder l'envoie du trait^ de commerce que uoiia veiious 
de conclure, et doiit la publJL'ation est üxi' au 12. de novembre. 
Je n'aiirai In li'tiri!, quo S. >[" rinipt^ratrieo präparo pour 
V. M. I. que %'ers la fiii dL- cotle 8«muinc ul alor» je forai partir 
im second courrier, qui portera en meme tems des rapports plus 
d^taill^s de nia pari aux pied» de V. M. I. et k la Chancellerie 
de Conr et d'Ktat. 

de dois reclamer tr^-shumblcmeut indulgence si sonveni 
^prouvö de V. M. I. sur ta muni&re dont j'ai ex^cute les ordres 
tiuprAmcfi relutivt-mem au traiie de coiumerre. On le reg.'iitle 
ici cn gi^neral comme infiniment plus arantageiix pour nous, 
qu'K l'egard de la Rus«te, par la raison que nous pouvons iaire 
OD assez grand cummeree dans les etats de rimpdratriee et 
qn'cnx n'en peuvotit faire pr(>sqn'am:un choz nous. 

Sor I'article le pUis iuiportani pour cux, celui de Youclites 
ib »e sont content^ de Ja dlmioation des droits jasrju'h 6U fi. 
40 kr. par (iuin1;il, i;t jü u'ai pas ("ttt*' dans le caa de faire 
usage de la dimiiiution ultcrioure, a laqucllc j'etois autoria^. 

Le» boetes que V. M. I- a daigoe me cbarger de douner 
Hux plt-nipntetitiniret) utit paru magnifiques ii riiuperatrice et 
ont plu inünitneiit ii cob inensteurs, mais les prcit^eiitä extr»- 
ordiiiaires en argent, que V. M. I. lenr destinoit n'onl pas pu 
avoir lieu cette foift-ci, ftt c'i-st Besborodko qui y a mis obstaclo 
uu graiid uhagrin des autres pli5iii|>oteiilisircs, e'uöt ye dont je 
rends compto avec detail dans mon trftahumble V. S' 2 k la 
Chancpllcrie de Cour et d'Ktat. 

Si effeirtiveraenl la craiute de Besborodko etoit fondie, 
qua ce presciit exlraurdiuaire tr&s däeirt; par leB plenipoteii- 




5G 

tiaires ne prodnisit nn raauvais effet napr^B de rimp"^ i\ nons 
a rendu Service en rempecliaut d'avoir Heu, et personne que 
lui iie |i<;ut savuir ta tli&j}i)»itiuii et la fa^on dti piin^er momuu- 
tanäe de la sonverainc ^Uint touitiui*» son Iiomme de eonfianüc 
au prcmier d^gre. Kntre tems l'offre seiile de cc präsent a 
dejJi prodoit eur les gen» en credit ici tout l'effet, qu'on devoit 
»'attetidre du pr^ent inßino. IIs ont vu par le fait ce qu'ila 
avoicnt h ae promcttrc de la gi^nf^rosite ile V. M. I. on demeu- 
rants attacb^s k sea inlerfiis, et quc certiiincmcnt ils s'cn troa- 
veront ausai bien, que ceux (|ui autrefois ont ete de» creutnrea 
pruseienncs. D'apr&a luon foibte Bciitiment cet argcnC etant dt^k 
ici, et destiDi^ par V. M. I. jiotir ces inesBieurs, pouiToit y de- 
meurer et attendru une oocasion favorabk* pour Icur ^trc donn^, 
cliose qui dans riutiuiit^ des deux Cours Imperiales do peut 
inanquer d'arriver tot ou lard. Besburodlto lui meiiie m'a pro- 
mis de m'indiqucr Ic rooment qni sera lo plus proiiicc poiir 
qa'üs puiaseot juuir de la g^ntVosite du Y. )[. I., saus riaqiivr 
de d^plairc h Tlnipi^ratrice. Kn attendant ces messieurs sachaut 
cet argeiit ehez moi, et qu'il ii'attend (|u'uiie occat>ioD pour 
pasHcr dans leurs nmiiiR, cc »ora un aiguitlun qui los oxt^ilcra 
toujours de plus «ii plus ä tout ce qui peutStre de Tiuli-röt de 
V. M. I. 

Je ne crois pas que co pr^sont extraordinaire ait atjsaln- 
ment d<?plu h rinip(?ralricc, mais qunnd il n"en auroit rdsuW 
autre cliose, si noo qu'elle ait äte un peii pliin en garde contre 
les cooBeils favorables k hob intt^ret» que een messieurs pou- 
voicnt Iiii donner, Bpaborodko a dejli trfrs bioii fait de les cm- 
peclior. On denintider« peut-etre d'oii vient Besborodko, qui 
devoit Bavoir cela d'aviince, ii'ii-t-il pas accepti? la premiire 
propositioii qui lui a 6l6 faite, et a-t-il dcitiundü lui iiiiviite qu'on 
en fit pari k i'Imperatrice? C'etott surement un faux caicul 
de sa part, mais lorsqu'il ne voyoit la clioae que de loiti, eile 
lui paroissoit saus auuun inconveuienl^ et quaud üu eu est venu 
au fait et au preudre la peur Jui a pris et ü a salgnt^ du itez. 
Au rcste je s^-ais de acicnce ccrtaiiie i|up l'Iinp''" n't'st nullc- 
mcnt instrult de I'idöe de co prosent extraordinaire. et que tout 
ce qui s'est passe b cet ^gard, est reste cutitircment oinrc lea 
plenipotcn tiaires vi inni. K\\ meme (eras que Besborodko n'a 
pas Bcccpui les lü/m Koubles il m'a dcmandti de lui faire faire 
un trfes grand et Irfcs bcau »crvice de porccilajne de Vienne, 



57 



dont tl a cliuiiii le-denein, et que iiaturelleiutint euivaut 
l'nsag« it nt- |):i_v<!i-a pas. J'ai cm dcvoJr du lut promettre, 
et je donne In coinmiBsion h inon cousin par le courricr d'au- 
joord'liui de le Commander. .I'esp^re que V. M. I. ne dt^saproii- 
vera pas cett<* df^ptMisi; extraordiiiaire, commu tu göu^ral le 
picd oü, süiit ces messieurs äv me demander i«3 omplcttes qu'ils 
veulent faire, cet osage fort coramode pour eux fait plus d'effel, 
qae des prtiseiils beaucoup plus considerables. 

Sur Ice atfairns do Hollatide cv nvsl quo par raon pro- 
chaio t'ourricr que je pourrai inettre aux picds de V. M. I. mes 
tri«lmmble8 rappurta sur la maniere dout J'ai mls aee ordrcR 
sapr^mea h exöcntiun, uc dout je puis avnir l'huuneur de l'aä- 
surer ici, c'est qu'oti a ^t^ gthuiraleinent in<ligin' de la dcrnifcre 
proposition des HcillaDdois reintivement h la ceasion du Doel ', 
qu'on « approiiv^, et que j'ai 're^u de iiouveau ies assuraucos 
tes plu3 tWtes taut de Pliup* eile meme que de tuutes Ies per- 
sonnes du lumist&rc, que M le Roi de Prasse ou Ies Turcs, ou 
teile antre puissance que ce soil vouloit eiubrasser la querelle 
des Ilollandoid et leur donner des secours, S. M. Tlmp"" feroit 
uutiöreinetit eaune euiuinune avce V. M. I. 

On vicnt de publicr l'Ukase pour la Icv<Sc d'uno nouvclle 
recrue d'iui liomme sur 250, ue qui furniera 40/m liouimes, 
puiBqu'uu eompte ii peu pr^s it 10 uiillions la population des 
provinee» qui foiirninsent la recrue. En meme lema Woronzow 
qui vient de faire une touriK^e trta eonsidc^ralilc daus rint*^rieur 
des proTinces de rerapire, et qui a vu iiiut praiide partie de 
rarnii^e, ra'a donne sa paroäe d'honneur, que la d^-'rniere reerue 
de raiiu^ passe avoit auffi pour compicHer tous Ies rcgimens, 
par ronsequent que celle-ci fourniroit pryt-isement la quantit^ 
d'hommes neeessaires pour raugnicutatiuii projctti^ et dunt j'ai 
QU l'honneur de rmidre compte h V. M. I. par mes trfesbumblea 
rapporta du 21. fövr, Woronzoiv n'avant jaraais et<^ des amis 
de Potcmkin, ü semble qu'on peut assex k» reposer aar eelte 
assertiou de ea part. 

Le 1^' (talitzin a t\U'- idiargÄ de communiqtier au P" de 
Kauiiitz un res^-ript de riiuperatrioe, servant de rtiponse ii la 
d^peche qoi m'avoii öt^ adressee relativciueiil ii l'Angloterre. 
Je n'ai coanoissaneo de ce resuript quo par nne corainunication 



' Uovl, Dorf in Belgieu, l'rovinz Oitflaadetn, tu der 6obelde. 



58 

verbale que lo'cn a fait le ViceChatifelier, en !c tr&duisant ox 
abrupto at par cons(>quont o'est k peu prfes comine a'il ne m'en 
avoit pa5 fait aucune comraimication. Mais oe que je pnis avoir 
l'honneur d'assvirer Ji V. M. L c'est que FitÄ-Ik-rbürt a twot U 
fnit dchoui' ilans &a nt^g'oc^iation, ot quo la lettre ostonsiblc de 
Milord Curmatlieii, qiic 1p Prince Ae KaTinity, m'a bieii voulu 
envoyci" ii'a (ait aucuiie iinpre»»iou ici. On est convaincu de 
Itt neceseitä ijuc V. M. I. cultivc Ics IJcns, qtii l'unisscnt k la 
France aiissi iong-lcms que faire se poiirra, et on le d(''sire 
memo jirtur l'iiitrr^t <U( la Huwir. On fwt tr^.s di^oid«'* k ne 
s'unir avec l'Angleterre qu'aprfes s'ötre prealableiuönt concertö 
avec nou8, et dans le i'ns siMdement oü la France romproit les 
li&ns qui rnnittsent k V. M. I. 

J'ai iti absent de Petersbourg lorsque M' de Rieger y est 
venu, et ce uVet que vers la fiu de son stJjour nidiiiu qu'il a 
vu le B"" de Soddeler. Mais qimnd j'y aurois et<5 et qiiand 
j'aurois dingt' toiiles ses dernarclics d'aprfes le pcu de conuois- 
sance, qae j'ai pa me prucurer de la jeune Cuur, M'' Rieger 
n'auroit ptLS pti niiniix s'aeqiiiltor des ordrcs dont Ü a 6ti 
Charge. II a parle a LL. AA. I. et surteut k In Grande Du- 
ehesM avec une force et nne fermetd, qui a etonn^ toos cetix 
qui les untourent, ut il Iük u, mis en qut^tquu »vvi au pied du 
tnur. II H dt'rsaliiifiri Mad"" la Grande Dueliease d'une infinite 
de fsusses iddes qu'un lui avuit inepirees snr la manifere dont 
la Princesse Elifiabelli etoit trail^e. II est certain que rintiraitfi 
(luiiK luquelle V. M. I. i!st uveu l'Iinperatricc e&t la cause prin- 
eipale de la froideur de la jcune Cour. J'ai eu depuis irion 
i*etoar plusieurea converaatiotis avec Mad'"" de Ilenkandnrff, eile 
m'a avoüe qn'on avoit inspiree les idees les plus fansses ^ 
Mad"" la Qrandr DuelniüKe, snr In mauiire dont la rriucessc 
Elisabeth et le P'* Ferdinand *5toient trailes, et qo'on lui avoit 
fait imitre des pretensions les plii« ndicules k eet egard. Mais 
olle m'ft jure en nieme tems ijue dfpui» quelque tem» cette 
Princesse cu (^toit abaolumcnt revonu. Je Tili infinimcnt press^ 
de me dire quelle ponvoit ötre lu raison qui cinpeelioit lo Grand- 
Duc de sc litTcr aux acntiuiens d'amitie que colle de V. M, 
devoit naturellement lui inapiixT, eile m'a touJoui*B i'i5pondu que 
oVtoit \k le secrct de co Prince que personne ne ponvoit lui 
arracher. Le Gr«nd-Duc est foible, me dit Mad'"'' do Beiikon- 
doi-ff, et on peut aitiäuient le meaer. 11 uttt tres cliarjgCMnt^ mais 



i) 08t eacore plus dissimule. Selon «lle, U ne sei'oit pas impoa- 
Bible que duns le i'ond ilit coour ce Printit* iie Tut altuche ii 
^ M. et convaincu des avanta^cs de rallJunce cntre Ics deux 
Conra Imp'", toris il est si persimdö que rimp" est toiijoura 
d'un avis contraire au sien, qu'il craint de nuire k l'intimitd 
qai existe enlr« cctt« »ouvi-rairic et V. M. cn tömoignaiit trop 
Imutemcnt de ramitie puiir Klle. 

J'ai represent«? h. Mad""" de Benkendorff qnc cette crainte 
dloil ridicute que ce quf 3'Iinp^ratrice avoit fait, et peodant le 
scjüiir dw V. M. ici, ot poiir fair«^ ri'Missir U: inarlage, et pour 
le Toyagft de Leurs Altesscs Imp'" prouvoit assez que snn in- 
lenüon ^toll, que scs enfaus fiissent aussi Ijien que posnilde 
»vec V. M**. Madame do lieukendorö' en conviut, luuia ij]Iü 
ajouta qnß si lo Ciranrl-Due avoit uno fots cette tdäc dans la 
tPte ricn ne pouvoit Ton dismider. 

Au Teste Mnd'"" de Benkendorff, Nicolai, la Kermiere 
eniient ton» qii'en cuntiiiuaiit de Ics möiiugcr, le I4raud-Duc et 
Ia Grande Duelicgse finiront par ^tro attachi^s h V. M. outant 
qu'iU le devroient dr-puis long-tems, et qnc parvenus au tlirfine, 
iU trouverout le siäteme de rnlliaDce entre les deux Cours 
Imp'''" ^taljji siir das hases hI «olidos, qn'ils ii'y apporicrniit aucun 
clinngeinent. M«d°"' de Bonkcndorff croit, qu'cn luemc tema 
que V. M. I. coiitiniie de temoiguer loute l'amiti^ possible ä 
Leurs Altesses Imp''"' il seroit bon du ne pas les prc&ser si 
viveraent d'y nJpimdre luiiant qu'üa le deroient dans cc mo- 
ment-ci, que le Orand-Duu soup^onneux conime il est, en in- 
Wre, qu'il y ait quelque ehose la dessous, et que ceci le rend 
encorc plms rt^servö, Älad"* de Benkendorft' est pöut'-tre tAnt de 
ce que je lui ai dit en odusoqucnce des nrdrcs supri^-mea de 
V, M. I. que de ee qu'clle » trouvt^ plusieures foi» pour t-llc 
dana les lettres k Mad"'" la Grande Duchosse, mms en m€mc 
tems par iine siiite de son z^lc et de son nttaeliement h tont 
ce qui nons i*egardc. eile d<^sircroit qu'il ne fut jamaia qnestion 
d'elle dans les letties Ji Mad""' )& Orande Ducbesse. II en a 
r^ulte quelques fnin i\nc lursqu'elle a pri^ notre parti, on lui a 
fait sentir qu'on attribunit ccla an plfti«ir que lui convient les 
distinctions dont Tlionoroit V. M. Celle dame est tout a fait 
k noQ«, sin»! que Nicolai et la Fermifere. Ce dernier b'csI oiu- 
port^ quelques fois lorsquf^ la Grande Dachesse parloit de rrf- 
eeiTTü, doul il falloit uaer via-k-vis dt noiis jtinqu'au point de 



i 



60 

lui dire : Marlame arec votre sötte politique voü& finirex 

par tout guter. 

La conöance doiit le Graiul-Duc honore M' d'Oaterwalil 
vicnt Bnrtout de cc quc c'cst de lui dont il fait uAnge pour 
eropmoter de l'argent. C'est de quoi k graude Cour e»t in- 
«triiitt! aveu df'tuil. Ayant eli prtV-epteur du Grund-Duc dans 
le tcms ob lo C^ Panin en a öt^ le gouvemeur; je crois bicn 
qu'il a 8UCÖ dmi» ectte »Volc le« in^xiiiies pnissiuiinu*. mais. ce 
u'e<t pas un bomme capable d'avuir ud erödit pröponderaut 
daiiB les iiffairus d'^tat. 

Mad""' de B^nkondoi-ff m'a assurÄ trcs pf»sitivcmcnt qu'd 
n'existuit auL'uiie relution ciitru la jeune Cour et velle de Btirliu^ 
qu(3 jamaiä ils ne s'^crivoientj et quo mönie lu Grande Duche&se 
ayant cn differontss ehoses k dcniander pour seB frires, eile se 
scrvit ponr ccia des voios indiroctes. Uiic epoquc qui doit 
iiaturelK'Uicnt bcaucoup intluer sur les sontiuieoe de la jcune 
Cour c'est celle du manage de la Princesse Klisabeth, duiil 
Mad"" la Grande Ducdcssc sonhaitß bcaucoup ilft voir arrivor 
le moiuent. Ptut-t'trc n'est eile pas eutierenieat levcnu des in- 
quietudes qu'on a voulu lui inspirer h ce sujet. lÜle m'a fait 
rhonneur do me dire recemnient que d'aprfes Ica Ictlres de I» 
Princcsss, eile voyoit claircnicnt que l'Arehiduc nt lui ^toit 
pa« indifferent, et qu'ell*i prenoit un interet bien vif. Pen- 
dant le voyage l'lmp^ m'a demand^ aussi quand I« marisg-e 
aiirolt lieu? 

Pendant le B^jour que j'ai fait U Gatsciliina, Leurs Altesscs 
Imp'** m'ont comble de bontes. Le Gnmd-Uue B'est eatretenu 
plusieures foiB avec luoi sur les afl'iiireb d'HolstlJin, aiiisi quc 
j'en rends romptc dans tnon P. S' i» la ('liancelleric- de Cour 
et d'^tat. II m'a dcmande des nouvelles siir les affaires d'Ilol- 
lande, et je lui ai rcndu cumpte de l'etat oii elluä t^toit'ut. H 
m'a parn corapri'iidns l'indispensablti in^ccssitö d*üii venir i» des 
liostilil^a. Mais ponrquoi m'a•^il demandt^ a-t-on reveille le chat 
qui dort relativcmcut ä ces affaires bollandoises? Je lui ai re- 
präsente que V. M. i. ayanl vu par Elle uieiue que Ses sujets 
1^^ contre la tcneur de traitös et privi^s des avantages quI 
leur revenoient de tout droit, il avoil 6te impossible de laisser 
^tcrnellement les choses dans cet etat, et de oe pa» reclamer 
ee qui nous appaiit-noit le pluh clairement possible, teile etvti-e 
ftutre, qtte la ville de Mastncht, quc les traites les plus pueitifs 



61 



noiu «MorcHent, que ei Ics HoIUiidois «Toieat «iilundu leurs m- 
t<5rets ÜK n'auroicnt pas du hösiter un iostant h consciiUr ii 
rouvcrtiire tle l'Ivicant eti ivvanche rle toatcs les pretensions 
qac nons avions h rcclamer ii Icnr ciuirg;c ; quc ccUe libro navi- 
gation aurojt bieo ete un iirantage pour la vUle d'Auvers, uiais 
n*suroit jamais reiivere^ le commerce d'Amsterdum, ainsi qu'ils 
affectoicnt de le craindre, commerce trop bien i^tabli poar cela. 
Que V. M. J. dans tout le cours de cette ufTaire avoit doouä 
des preuves de Ja plus prande moderatioa, et da desir d'öviter 

'la guerre. Mait; quo Sa digiiiU', et Sa eunBid^atitiu publique 
exigeoit qu'Ellc sc fit rcndre justice par la force, tou» les mayenn 
de persuasioa et de conciliaiion etant itifructueux. Le Oraiid- 
Duc pumt sentir la verit«^ de mon ruisonnement: il m'assnra h 
ditl'ärcntes repri&os de an vire et sineäre amitiä pour V. M.I. 
et me dit entre autrc. je ne suis pas homme ii benucoup 
des paroles, mais j'esp^re qo^un jour od me coonoitra 
par les faits. Comme cette afTaire de Holstein tiuiit intiiiiment 
h coenr an (Jrand Üuc, je suis convaincu que toul cc que 
V. M. I. pf>Hrra y faire en sa faveur. lui sera inßnimenl agreable, 
el produira an excellent etTet sur lui. Mail'"" Iä Grande Du- 
cbcsse de son cf<i6 m'a beaucoiip pari«' de son s(\jour de Vicnnc. 
des agremcns de la siiuntion du \*^ Ferditiand son frfere aux 
Paiit-bas, eile m'a parle de toutes Ics nouvellea concernantcs 

fies pensotines de la soci^tä k Vienae avec des dt^tails dout j'ai 
4t<* t'tonnö, et qui proaveiit qu'on lui en rend compte Xrha 
exactement. .I'ai l'honnenr de mettre anx picda de V. M, I. 
One letbe de LL. AA. P" pour Elle, et un autre de Mad' Ja 
Orandc DQche8s<' pour la Princcsse Klifiabetb. 

Je dois en meme teuis uvoir l'liütineur <le lui Bnnoneer 
treshumblemetit quo la Grande Duehcssc est grosse dans le 
cinquieuie mois. 

Leurs Attesseg Imp'^ m'ont dit d'avoir eu an plan du 
Bourg H Vienuf! que V. M. I. lenr uvoit doiinc^, et qui lo.uv a, 
fait le plus grand plaisir. Sa M"* lirapi^ratricc ayant döair^ le 
voir, il est reste quelques jours cbez eile et s'est t'gar<J. I^eurs 
Älteres m'ont teuiuigu^, qu'il icuv seruit tr^s agreable, que 
V. M. Tüulut bicTi räparer ccttc porte, c'cst ce que j'ai cm de 
mon devoir de nc pas tui taisser ignorer. 

Quelques jom-s aprfes moi est venu ä Gatschina Je C*^ 
Qoertz avee uii aulre d^tavbcment du corps diplomatique. 




«2 

Quolque Iyem'8 Alteeaes Iiup^** les nyaiit rejH avec leor jtoli- 
tessc ordinaire, dies oiit cependant eviti5 de parier äi aucun 
d'eux en particiiliei', et se sont tonjoure adressä k toae k la 
foi». Senicment le Grand-Dnc passaiit K cfM du ministre de 
Saxe, puur k-c^ii«l il u tuujuui-s eu des booten, liii dit tout bas: 
Ich muß mieh mit der Politik sehr in acht nehvipu. 

Le P" Potemkin m'a charg^ de le mcttro aiix picds de 
V. M. I. 11 doit partir pour la Crim^e, mai» i[ n'en 8«;ait pas 
cncoru vxacUum^iit Ft-poiiin'. II nie dlt iiu'il dcsireroit ti-ea-vive- 
ment que V. M. I. fit l'ete prochaiu uii voyage en Oallcie, oü 
f|ue du moins le bruit en couriit, que ceci loi scr*'in>it de pr^- 
texte pour preiidre stir lui d'uller ii hemburg, et u'y Irouvant 
pu T. M. de pousscr son voyago jusqu'k VißnnC| oü. il auroit 
ainsi le bonhetir de se mettre k Scs pieds. J*ai cm devoir 
l'assurer du plaisir que V. M. auroit de la voiv dans ita eapi- 
tale, et je crois qu'il tie s<iroit pRB mauvaiä qu'Ellc daigna 
mVcriro quelques niots relaiÜB k ee projttj que je pourrais lui 
montrer. 

Le Prince de LIgne a öcrit ces joui-s pass^ aae lettre k 
rimperatrice qut I'a boauconp amu&fi. 11 dit qu'ü uttend avec 
impatieni-e l'ordre de piiiiir cetto basse et ignoble piiis- 
sancc. L'Imperatrice iious parlnit derniferKninint de ccttc lettre 
k M'' ä^gui-' et k tuoi, et vuuloit nou8 la montrer, häureusement 
qn'on en a fnit encore auparavant la Iccture, et qu'on a trouvö 
qu'cn parlant de» llollandoia le V"' de Ligne les appello : dea 
proteg^s si bas, des protecteurs si b^tes, cc qui n'aaroit 
pas et4 un coi]ipUiii«nt pour M' Segur. LTinperHiriee dans sa 
röpüDBC au Prince de Ltgne, l'invite d'*^tro du voyuge de Clier- 
son, si les circonstances le pennettent, eile lui donne un tHrrein 
ea Orim^ prdciseinent k l'eodroit oüi etoit le tciuple dlplii- 
genie. Le voilii duTic eitoyen de la Tauride, qufjique eotte terre 
ne puissc 6tre d'aucun rapport pendant une cinquantiiine d'an- 
niea, le P°" Potemkin e«t persuade qu'il commenccra par em- 
pruQter dcssus. 

d'ai rhouneur d'envnycr aux pieds do V. M. L une tra- 
durtion latinc des statu« ecclesiastiqnes de Pierre le Grand faite 



' I^ai* Pliilippi? Gnt von Kcgnr, Obisrst^r ilnr I)riigi':niM' und k. fmiix^ai- 
Khnr ücuanilbir in L'ateniburg, npKtor in Berlin, UMcliicIitsclir«iber; 
S«b. 1768, t 18S0? 



63 



ordre du P* Potemkia, et dont il doit avoir parlö k V. M. !. 
de Süd sejunr ici. 

M*^ le Lieutenant Colonel du genie tiomme Fallois qui a 
riiuimeur d'^tre coimu de V. M. I., ayaiit et^ ik notre tMjrvice et 
en soile de celui du Koi de i'russc, m'a {"cmis le memoire ci- 
joiDt. Quoiqii'il ne m'Ait pas pam contenir autre chnse qne ce 
qui est d^jk conua chez dous. j'ai cm deroir le prendre, ce 
FallotB pouvsnt nous ^ire utile pour aaroir ce qui se passe daiu 
sa parlie. II m'a remis ao&si uue armure de fusil qui k ce qu'il 
prätcnd eitipAchc 1« plnic de p<'nctrer jnsqn'an bassinet. et fail 
quo I« cuup eo partu eu tout teinjis. 

Ce m^nut rourrier portera aux picds de V. Äl. I. Toratoirc 
que Sarti a composö pour la musique du P" Potemkin, et son 
Premier opera bufTa jou^ ici pour la promi^ fois pa»s^ un 
roois. Le P~ Potemkin est tr^s grand partisun de ces deux 
muäiquc« et protccteur declare de Sarti. rVuprrs de rirapern- 
tricc, Lenrs Altesscs Intp'" et d'une grande partie dn public il 
n'a pu faire oubtier Paisiello. 

Marcbcsini dorn V. M. I. dai^e me parier a'est pas cn- 
core arrivde. 

En me pro!»temant etc. 

CLXXXIV. 



Cobeiul an Joseph. 



par Coarr, Ssabo, 



i S> P4lDralwurr 1« 37 o«(obra iTdfi. 



Sir«I 



Le courrier Ueokuwiiacb m'a remis les ordre« supremes 
de V. M. L en date du 80. eeptbr. Lcs depeclics de la Cban* 
cellerie de Cour et d'Etat de la m^me date m'ont appris le d<4- 
tail des articlea pr^Üminaires signvs h Paris entre l'Ambassa- 
deur de V. M. I. et cuux duü Ktatis gerieriLUX. L'issue de cetle 
afiaire est assurcment teile qa'oD pouvoit l'attenclre, et de la 
fermete de V. M. l. et de In sagessc avec laquelle lu Ddgocia- 
tion a ete conduite. Les Ilollanduis se sont Irinivo ri^didt» ä 
souscrire k taut ce qui pouvoit iatüresser la dignitu de V. AP* 
c'eet le jugement qu'on cn porte generaiement ici. 

Je n'ai pas manquc de faire paaeer k S. M. l'Impcratricc 
hk leltie que V. M. I. a daigiid m'envoyer, et j'ai rhonneur d« 



XM 



64 

metlre ü'^shumblement K Ses pieds la r^ponse äe cette sonve- 
ruine^ c'Qnt ue qiii tait l'ubjät |;niici{>al de Tenvoi de ce cuar- 
rier n'ayant ricn iln fort esscnticl k iimndtT. 

J'ai sflTi que la lettre de V. M. pour Tlmp" lui a fait Ic 
plaisir accoatuitiee, comme tout ce qui vitnt de Sa pait. .S. M. 
ainsi quo Ihh ptrsoniius de confiaiice doivmil cii avoir Lruiivi! 
Ic raisonncment cnti6rcmcnt convaincant. Je n'ai pns manquä 
de faire usage vis-h-vU du Pnnce Potemliin. Mcaboi'odko, Ba- 
kmiiu et Woronzow des argumens qu'il a plu k V. >I. I. de 
inc mottro cn mairts pour lour pi-oiiver la ii^ecssitä pour nous 
de möimgcr In Krance nutnnt que possible, et la delicatcssc de 
loute di*marcKe vis-a-vis de TAiigleterre, dout les procedes u 
iiotre ägard ii'etoient pas fuit d'iuUeurs pour nous uttacher ii. 
cettc ptiisaance. On convicnt ^öiiüi-aleinont ici de la mal 
adressc de la conduite du inimstere qui radeonnoit ses vrais 
interets au plus haut dügre, il in'a ete repondu en uutre qu'il 
falloit faire atlctilion ^ repoqut;. h laqiu;ll<! u t:t<- ^crit» lu lettre 
doiit !e cüurritT du Prince (lalitzin öloit porteur; qu'fllnrs les 
nffflires Hollnndoises nVtoicnt nnUrnient arrangees, qu'it pai-oia- 
soit aa conli-aire qu'on seroit rdduit h, ea venir ä uae rupture, 
et qu'on ne pouvoit pas gnrantir entiurcmcnt quci parti la 
Kranen i)reiulroit dans cea cas? mais quc depuis la Signatare 
dea pr4^ liminaires avec la Hollande a apport<! naturelle meat un 
diangemeot k la ckose. Au reste tout Le munde convient iei 
de la ni'cetMiite de pcreister dans raiüance avei! la Cour de 
Kranct-, on In dt^sirc nifmc pour Tintä-pt de la Knssie, tout ee 
qn'oD voodroit de notre part c'est qu'il soit martjoe h. lAngle- 
terre des mdnagemens euivant roccasion, et pour autunt qn'nn 
jugera le pouvuir sans donner umbrage :t la t'raiLce. J'ai repundu 
k cela, quc nous n'y avions jamaiä manqud; inaia quc c'^toit 
TAngleterre, qui depuia le ministfei-e de Fox, de Pitt et de Car- 
uiartvu iie cessoit de nous faire voir la plus grande inlimilid et 
raltaeheinent le plu« iiianiud pour lo Koi de PrusHe inaign^ lea 
assurances qu'elle donnoit ici du contraire. 

H n'y a pas Jusqu'au Vice-Chani-ellier, qui quoique Anglois 
de Corps et d'aiue ne sent« et ne cunvienne en toute oucasion, 
qu'il est imposgible ii V. M. I. de rompre les liens qni l'unisscnt 
h. la France. Ce^t cc qu'il me repdte tous les jours, mais il 
ftnroit voulu en möiiie tenia que la Rh»»!« »e fut ddjU lide de- 
puis long tems avec rAngleterre, il prdtend quo nous d'nn cÄtö 



65 



It^ ATec 1a France, Utidi» qite U Rimsie le seroit avec la partie 
advtirse, nous (icndrioiiB (^nsunible lout le mondo en iTspect: 
quo de eette maniiNro des qm; la I'>aiice l'eroJl faiix bmi ti notre 
alliance uous n'aurions qa'li a.cc/-Aer b ccllo qui seroit dJJk sob- 
«iMuiite eiitru la Itussi« et TAnglelerre; himis so» »vis fnit si 
pcu d'iiii|jresijiuu qii'il ofit luul nusei iuniilu de le cuntredire 
qa'impossiblc de le perstiador. 

J'ni cm devoir faire scntiraux aulres penonnee cn place 
toutea les foiü qae iioas avoiis parle d» ce sist^mc du Vice- 
Cliaucelicr, quy daiis rititiuiiti^ qu'oii savoit oxisler CHtro \va 
dcax Cours Imp^ il ätait tont simple qac dn momcnt qn« l'on 
Murott la RuMie allii'e de la Qnmde Bretagne, la France de- 
voit iious con^iderer eoinmu les uiuis sucretfi de rAiiglelerre, et 
que dds lors rien nc mnttroit plus ubxtacle k l'uiiion ai dango- 
reiiae des Coars de VL-rsailles et de llerliti. qu'avant que 
r^cliange de la Kaviere :ie iul ex^cute, oii la puissance prus- 
sienno nWlaitu ii deK juricb liornes, ü <itoit im|ioii«iUli! ii V. 1hl. I. 
de s'unir avee 1' Anbriet crre, qn'outre le mal qui en rt^aulteroit 
poor Dons par le daii^'er utique) seroient expos^ea nos posscs- 
sions ^loigDees, nous ne aenon» plus Ii iiiSme d'etre uliles 3t U 
Hassie, Ics forccs ri'iiinic« des denx Cuiint linp'*^ süffisant alors 
3i peine h Iciir di^fense vu le nombre d'enncmis qa'ellcs nuroient 
sur le» bras. C'est ce qu'on paroit parfaitement eenlir ici. 

Je aupplie V. M. I. du vontoir bieo £tre perMiad^ qne je 
ne laisserai iVhappor anoiine «HTasion di- faire iisage des rai- 
sonnements conteou« dans «es trts gracieusc» ordre* du 30 aop- 
tembre et de les inculquer ici autant qu'il me sera possibEe it 
ceux qui (»nt part aiix n^sulutioiiB ile la Cour d'ici. 

Tout se pr(']n»rc ponr le voyagc do Chcrson pour la fin 
de l'anniic prochaine, il est toujoiirs decidi^ que S. M. T. pnrtirn 
d'ici, aa premier Irainage de l'annee 86, qu'KIle pasi^cra un mois 
OD stx acmatne-ts !l KIüw, et qu'aussiU'iC qui- la Bnison de l'annäc 
S7 le permettra, Klle conlinoera sn roote pour Cherson et la 
Crimrfe, de mani^re Ji eire de retour ici avant les ^ande« cbaleurs. 

Cctte au^uslu souvuraino eoniptc absuliimenl sur lo bon- 
heur do voir V. M. I. pendant ee voyo^c, et on nc sauroit es- 
primer jusqu'h qnel point eile s'en fait f&tc. Ce voyage sc 
fera avec plus de poinpe et d'appareil que le prec^dent, S. M'' 
Toidnnt 61- moiitrer avec äelat aux neuvoatix poiiples qui sunt 
60US sn duiuinatiuQ. 

f«Bl«*. lt.Xb^A. M.I.IV. ( 



3 



66 

Un petit accident «(ui m'est snrvenii nn [twA in'a eiiip/lchä 
de me rcndre li Oatscliina Ic jour (juc je ra'etois proposc, je 
n'ai pu y aller que quelques joure aprfes et j'y sui« rest^ troi» 
jours, LL. AA. I. uyant duigiid uie retenir plus long tvms quu 
je ne cotiiptois. EUes m'nnt traitd avcc 1» plus grande boiite, 
j'ai fttit lirc au Graud-Duc I'actv des prelimiiiaires signcs k 
Paris, il a temoi^i^nä beaacoup de joie de ce que cette ofiaire 
s'^toit turmiiieü saiw cüup ftrir. il tii'a djt «n mo rendaul l'actu: 
il est aisö do voir celui das dciix qui a tirti Ja courte 
paille. Je ri^poTidis k S. A. I. qiie tout cc qui nous avoit At4s 
accord»? ne vuluit ni Touvertun; du l'Escaut ni Maetnrht, sur 
lequcl i)»UB avioiis cepcndanL dcä droits s'i clalrs. Ktad'-' do 
Benkendorff assurc que L. A. sont trfes satisfaitea des lettres de 
V. M. ut que les clioaeä voot au nioina passablenient bien. Je 
düia croire que ee u'üüt pas pnr L. A. 1. qu'a Me suggerä la 
lettre Äcrite k V. M. I. par la Duchcssc de Wurtctnbcrg, inais 
il ne sei-oit pas imposstble, qu'aj^-aut appm par les lettres de 
Mad" de Denkendorff ou par d'autres voies combien V. M. I. 
avuil raiöun d'üLrt: cliuquce dw» prourides du la juuiii-' Cour k 
80n ^ard, la mfcro de In Cirande ÜukIicssc n'ait eu peur, que 
ea famillc s'en ressenlit, et qu'eile ait voulu par la donner k 
V. M. I. des preuveti de sau partaiL dL-vüuement; oii no peut 
qu'admircr la tournure que V. M. I. a donne b sa rdponse, 
c'est tuujünrs nnc circonstance tr^ favorable surtout pour les 
lern» k veair, que d'avoir la mvre dfi Mad" la Grande Du- 
chesse |Hiur ev'u Quaiid uiiu fois Ic Grand-Duc; Rcra sur lu 
throne U est asscz probable que la Duchesse de Wurtembei^ 
vteüdra k Pt^tersbonrg, et il ne seroit pas iiupoBsihlc qn'cllc s'y 
tixa tout k fait. Alürs eile juueroit uu Irö» graiid rölc Jci et 
pourroit nous £tre d'unc ^randc utilit^ d68 k present menie eile 
peut beaucoTip sur la Grande Uucbesse v\ fc-lleKri iiblieiit tout 
k U lougue de sou niari. Ce nioyen peut ctre crnploye irfea 
utilement pour lets faire r«venir. 

Je n'ai pas nianquii de fairtr passer k S. A. I. Mad™*" la 
Grande Dachesso la lettre que V. M. I. in'a envoye pour eile. 
J'ai riionueor de mettre k Ses pieds la ri'ponsc de eettc Prin- 
ceeee, ainei qu'utie lettre pour S. A. Mud" la Vrincesse Eli- 
sabeth. 

£a me proeternant etc. 



67 



P.S. 



Marehe«! m'a n-.mis les oriJres suprCmcs tlont V. M. 1. 
Ävait ilnignt' le charger puur moi eii dato du 18 aoi'it. Je I^ 
sujiplic d'otro pcrstuidee de l'exactitude, avec Uquelle je lu'oiu- 
pressirrai do les rouipHr, et layliiTsi d'etrc nussi utilej qa'il rae 
sera posslble k cet hoirunc ii talcns, qtii If'« a ])oussii k im A^.- 
pr^3 Ac. perfecrioTi iiniquo. Comme je snis quc I» qualite de 
Sujet autrictjiennv est uii titi*« tr^s piiiBsniit auprus de l'lmpera' 
trice, j'ai fiiil ürc au P** Poleuikin la lettre, dont V. M. m'a 
hononi. II a beaucotip n de In charmamc plftisantorio dn hon 
enfant qui n'est cepondant ptis bon lioiunie ä cause de ce uui 
lui manquo. et ceci ne l'a paä eiiipecliä de s'emporer de la 
dite lettre pour la montrer k rinipi'iratrirr, qui eti n i'galemeQt 
beaiiconp ri. II eu ti reault*! que S. M. a 6t6 prevecu tr&a 
favorablement pour Marchesi, qm a debule liier au ooncert de 
la Ccmr, ^ ii ou le succfes lu plus couiplet, et a reyu le itißme 
8oir tin pr&ent d'nne fort UbIIc bagne des diitmana de la part 
de rimpt^ralrice. Comme Elle n'aime miileinent Im miisique, 
malgfre tout sod taleul. il auroit peut-^tre fajt peu de Sensation 
Sans la lettre de V. M. I'"^. Le P" Potcnikin qiii prot&ge beau- 
coup Sarti, et qui s'csat enihousiasraö de premier moment de 
Marcbesini avoit graiid d^ir de le faire goäter de rimperatrice, 
inai» ne eavoit eomment y röilKsir. hti lettre de V. M** lui a 
purfuitcmcnt servi pour cela, et en a öl^ cnchantii. 

Je prends la tibertö de joindre ici un pedt corapte qac 
j'ai döboorsö pour diff^reote muaique envoyee aus pied» de 
V. M. I. 

CLXXXV. 
Kauuitz an CobeuxL 

Vlanue le 11 Noventbre 1785. 

Mon eher eomtfi. Mnnsienr le Prince (Jalitzin ne m'a 
rendii quo de buuühc Ic contenu de la depeclie, qui lui a. ^t^ 
adress^ et que vous a tue Moimieiir le Ccnnte d'Osteriuniiu. 
II ne m'cn a point donn«^ copie, et moyennant ecla j'ai dt(^ bien 
aise que vous ra'en ayez infonne. pour pouvoir en reiidre corapte 
plus exact ä l'Kmpcrear. 




68 

Le Princc Galitzin mandc vraiseinWnblement aiijourd'huy 
k 9A com- ce que je liti ai dit eu repoii»«, et ijui est c<jiiiürrnä 
en groH h. ce que Ir^s sagemeiit vous avez dit k cet Pgard hu 
minist^rc de i'Imjjöratrice. J'ai cm devoir y ajoiiter cependant 
quelques rt^flcxions siir le degre de vrais ein blau oc qoc jiout 
avoir le dnngcr d'une Uaisoii formelle eiitre Ics cours du Loiidros 
et de Berlin, et en voiui la subatanue: 

J'ai fait ubsurver au l^rince qn'il me sembloit, que la 
Grande UrcUgne, en tems de paix no ponrruit iluiiiier au Roi 
de Pniöso qu^ des subsides, qu'clle ne donnern pas, seit par- 
cequo ce ii'c»t paa son usagc, toit, parcequo l'äiat de ses 
finances ne pourroit gu^res de Jui permetlre, quaut memo te 
Itoi do l'russe scroit disposd ii en accepter, comme il n"est pas 
vrai»emblable, qu'il en acccptat, surlutii cn toins de piiix. 

Qtt'olle ne peut ricn faire de )dus pour lui iion plu« en 
tenis de guerre. et quo eon uIlinncR par consequent duns Tun 
et dans Taiitre cbs non seuienierit no !ui .scroit d'aucune ntilitf^, 
mais pourroit lui devenir meine trfes prvjudiciable, parcequ'il 
disposcroit la France contre lui et qu'ü contribueroit par bou 
propre fuit k l'attacber de phis eii plus au\ deiix cxinrK im- 
periale«. 

Qa'il en ^toit h pcn pr^B de meme de l'idöe de ralllaacc 
du Koi de Fnisso avee TAngleterre, dont eette drmiiTe dans 
ton.« Ics caa, et miömc dans lo plus favorable ne pourroit ja nmU 
tirer aueutto autre utilite quo eelle de so servir de repouvuntaü 
de ses forces pour contenir la purtie de celle» que la nmisou 
d'Aotriche jugeroit necessairiia h sa BÜrc1(5 vis-h,-vis de lui, ot 
pour la mettre par lä dana le cas de pouvoir en employer, 
pour les inti^rets de soii alliä, en tems de gaerre, uue partie 
moins uunsid^nible, fju'elle ne ponrroit le faire d'aillcurs. 

Que ralliance du Roi de Prusse ne seroit par conBequent 
^alement d'aucune utiljtt^ reelle pour la Grande Hretagne, et 
qu'aind au contraire eile pourroit lui devenir ^alcment ti-Aa 
piN^judiciablCj söit parcequ'clle l'exposeroit h la peite de scs 
Ävsntages de comuicrce duiia le nord, qui dependent principale- 
meot des volonlet) de rFmpire de Russie; soit par tout le mal 
que dans cctte siippoettion pourroit lui faire I» inaison d'Autrirhe, 
directement et indirectement, dans le contiucnt cn äpousant les 
int^r^t« de la France. 



I 



Qiic Sans sapposcr par cons^quent rsTeuglement le plus 
complet aiix caliinetit du Londres et de Brirlin, il somble qu'ü 
n'est pas vraiscniblablc au moias qn'il pnisse s'ätablir one 
alliance eutre ces deux coun. 

Qa'elles conqiietteroDt saas dout« et lAcberoDt de la faire 
appr^hendei- tant qn'ellos poiirront; maia qn'il ost hors de toote 
prgbabilitö que l'idve puiäse ft'en realiser-, et que, si tant est 
que cela peut an-ivcr, il scmble qn'il a'en r^solteroit que du 
mal pour unc et poiir l'tiutre, et bien pIutAt du bicn que du 
mal püor les dcnx coars imp^^rialcs. 

Que la uour du Loiidres ii'eat d'ailleurs nullement fondvfe 
a. se plaindrc de la cuur de Vienne : que peiidant tonte la der- 
ni&re guerre l'Eniperenr en a use a son egard avec unc im- 
partialiti^ anssi serupiJcusc qne pleine d'^gard» et qa'il est 
meine vraisemblable qii'elle auroit foit sa paix bien plus bone- 
rablement et moins desa van tage asement, si eile avoit troovt! 
bon de sc determinor k cn traiter dans les conft^rcncea, que 
Ton avoit propose d'elablir k Vienne du consenlement des 
deux coars imperiales deux ans avant qu'elle ne se seit faite, 
Ol dans un etat de clioscs qui etoit encore bien muins facheux 
alora, qu'il ne Test dercnu pour la Grande Bretagne dans la 
auite et pendant cet Intervalle. 

Que tu lea prupoa de la cour de Vienne iUi>ient alors plas 
amicals et plaa ouvcrtB, qu'ila nc Ic sont devenus peut-äti*» de- 
puis, c'eät qne ceux que fesoit tenir dans ce tem:s lit h Vienne 
le uiinist^e d'&lun», etoient du meuie genre, et que par con* 
scquent, si le ministJirc d'aujourd'huy les trouvc difTcronts, il 
nu peut que sc les attribuer h lui mäme, sana que l'on puisse 
en deduirc de fa^on quelcotiqne, qae la cour de Vienne, qui 
est Sans rancune, ait changc de fa^on de pen»er h. son Ogard, 
laquelle est, et sera toujours consljimmeiit amicale et trts-im- 
partiale, k cliargc de revanclic s'entend. 

Que d'apr^s tout cc que ci de*sus et ce qui &'cn«uite, je 
pensoit dtmc, qu'il ii'ötoit gu^res possible qu'il puisse g'ölablii- 
une liaiöon effecUve enü-e ces deux puissances, et que, si tant 
est que ecla arrivat oe seroit pltitöt un I)ien qu'nn grand mal. 

L'Angleterre ne deuiandera pus mieux que de s'attacher 
aax deux cours impt^rialßs, si jainuiti, qu'k Oieu nc plaiee, le 
Iraite de VerHailles veneit ii eesser. Ell teraa de guerre eile ne 
pent nouB faire ni grand bien, ni grand mal; au sein de la 



LJ 



70 



pais pur le fait des liaUons que I'EIocteur il'Hatiiiovi-« vient 
de contracter avec le Koi de Pruasc, et f)ui aaus lui ne aeroit 
jamais parvcnues h leiir existence, eile nons a dijh fait tont le 
mal qu'cllc peut nous faire; et i] n'y a. conBÖquement rJcn de 
plus ttbäurde quü leä raisoutieiucuts de Mylord Carmatlieti, (jui 
nei ou asscB aveiiglo et döraiaonable pour ne paet sentir que 
tout cc qii'il d]t n'est compasse que sur los convenances de 
I'Angleterre, et en fa^on qnelconque sur celtes de duux cours 
tnipäriales; ou, qui Ica ci-ott asscz avcu^lcs pour OXve capablea 
de h'en tatseer imposor par niie logiquu aussi riiliculc. hv »enl 
Service quo pourroit rpndrc son aJliatice en teuis de giiorrt;, ce 
seroit celui d'obliger la FranCL* u partagcr ses forcos ot ses 
moyeDa entrc uno ^ctre de terro et mer en mSme tems, eans 
penser qu'il Ini en reeteroit bt'jtucou]) plus que de besoin pour 
la faire »i la uiaisou d'Autricbfi dircctcmcnt au Paya-bas, sur le 
Khin et cu ItuUo, et aux dcux cours irapt'^riales euparcmcnt et 
conjoiutement, en excitant coutru elles la Portu Ottomane d'uni) 
cot**, avec Ic Uoi de IVusse et pent-6trc m^nic nnc paiiic des 
plus puiaaauts priucc» de rAllemagnc de l'autre. Eu uu mot, 
je vous avouo, qu'il est inconeevable que l'on puisee se pei*- 
uiettre d« dire et nißme de punser des choaeB aussi absurdes 
et aussi di^raisonables. — Faites dß tontea cea rüHoxions cn 
tems vi Heu l'usago que vous croirez puuvoir ea faire 
utileiucnt. 

Je rae flatte que j'aaral bientot la Hatisfaclioo de voiis em- 
brasser Jci, et en attendanl je vous renouvelle avec grand plaisir 
l'ancicnnc clianson de la tcndre et sineJtru lioiinc amitie, avec 
laquelle se auis constamment mon eher enfant 

öig.: Tout iL Voxi». 

P.S. 
Si la cour de Uerlin s'etoit t^ontenti' d'uiie notifieaiion pure 
et simple de flon trait«^ d'aflsociatiüu avec Ics Elcctcurs de äaxe 
et d'Hanuovre, lee Jeux cours impt-riaies auroient pu dtssimuler 
cctte dt^marche, qui uc pouvoit leur 6tre que trös indiff*.^ reute, 
en supposant que cVtoient ellcs qui seulcs dovoicnt faire exister 
le casus foederis; mais comme Sa Majest^ Prussicnne par la 
däctaration qu'ülle » fait röpandre en tous lieux h. f'occasion de 
cette notification a trouv(5 bon de la motiver d'une fajon non 
moinfl odieufle et offensante ponr Flmpc^ratricc de toutcs les 



n 



I^usstes qne poor l'Empereor, cn d^oonyitot les Aeux coars im- 
periales h tonte l'Eiirope comnie nynnt attenti^ aa sysU^me de 
rKiiipirc GiTinaiiiquc, et se pnipoHaiit de ronverser sa Constitu- 
tion, ponr ftToir demandä ii M' Ic Duc des Dcuxponta, s'ü troa- 
voit ßti-e ou ne poiiit etre de sa convenance d'<5olianger lea ^tats 
de Bavi^re contre ane partie cquivoJeate et müme sup^rienre 
en revenna des Pays-bas antrichienB; U a ^t6 impossible do 
laisaer 8ubsUt«r des imputations aussi gravea, quc sans c«U nne 
partie au molns du public anroit pa crolre fondees. C'ost ce 
qni a rcndii indispL^ntuiblc 1» publication d'ane analyt>e de cette 
declaration, afin do mettrc tonte la partie de l'Allcmagne, et 
luSuie de rii^uropc uapabl« do votr saus pnJveation, k m^iue 
de pouvoir ju^cr de la valcur et de la veraeit^ de toates les 
asfiortioiis, i|ui lui ont i^tti pr^-sontdes. II setnblo qu'on pourrott 
trourer dana ccttc anaijsc de qiioj sc convaiticre: 

1** Que ce que les detix cours imperiales ont propost- a 
M' le Duc des Douxpunts ^toit do la catln^goric de cos elioscs, 
qui se proposcnt tous les joni-s entro partjcnlicrs et auxqnelles 
on ajoute ordinairement : Voyez, si cela vous convient; et si 
cela ne vohs con\'ient pas, comptes que je n'ai rion dit 

2" Que cettc proposition ötoit fondöe sur le droit naturel 
qai comptSte k tmit I« munde de disposer de sa propriet«^ ainai 
qu'il Ic tronve hon. 

3' Que les pacte-s de famtUe n'ont jamais priv(5 de ce 
droit la maiHou de Bavi^ra daiiit tous les caa et sans excep- 
tion; ot que quaud möine cela seroit. eile doit pouvoir pcvenir 
de cct arrangement toutes et qnantes fois, d'un commun accord 
dsDs la maison, eile jugcroit qu'il Ini couvient de statuer ou 
de rätablir le cootrairc, en vertu du droit qu'cn ont tous les 
princes et «'tats de ['Empire, seloii le propre aveu du la cour 
de Berlin. 

J'ai jug^ deroir tous informer de ce que ci desflus pour 
vous mcttre en (Hat de vous expliquer un cous^queiLoe, suppos^ 
quo l'on vouB en fournissc l'occasiou. 

Üt in litteris 

Sig.: Eaunitx Btetberg, 

Origiiul. 



CLXXXVI. 

Philipp Cobenzl an Lndwig^ Cobenzl. 

Vienn« le IS. Nnrembra 1786. 

M' lo PriinH! (jtalitzin exp»icliant aujoiinMiui un courrjer, 
je basardc encore cettc lettre penaant quc s: vous altendez la 
gelee pour piirtir (le P^tersbourg, vous la rccevrez encore 
avunl votre depurt; s'i non, M** <le äpddeler la lira et cn faira 
soll ]jrofit, autaiit quc bi:süin. Vuus verruz dn la lettre du 
Prince la conversation qu'il a fiu avec lo Prlnce (Jalitzin tpü 
»ans doult en rendra conipte deUillö h, sa Cour, I/e Prmce 
Kauiiitz vous en dit beauuoup dans aa lettre particuli^re poar 
votre informatioji, iiiais il vous laisse deviniT le roste pareeque 
dicter loDgienis le foti^ie. Ür cc restc vous poiiviez bicn ne 
pas le devioer si exacteuieot, c'est poQrquoI il m'a parii ii^- 
ccssaire de vctiir Jt vulrt? secoiirs cn vous inarnnaiit avijt- |>lu5 
de precision Tesprit de» raisonneraenta du Princ« Kaunitz snr 
les insinuatioDS qui lui ont etr faitfs par M"" le Priiice Galiuin, 
conrortnes en taut k ce que le minisli^re voa» a dit egalemeut. 
Nons somnies charni<^s de voir quo rimpöratriee entre daiw Icä 
raisoDB ijni nous obligeiit ä tcnir 11 Talliaiice de la l-'rnncc. de 
inline iiouft aentons Celles qui l'diga^ent k tui^nager l'Angle- 
terre et it. desirer que nuuä eu agigüionü de lueuie. Kn effut, 
il acmble que rien im doit noua portor h. indisposcr la Cour de 
Londres contre les deiix Ccnrs Impi^riales, niais ausst ne parnit- 
il ni uece&saire ai utile de TeEUpeeber de »'nllier tbrmelleuient 
avec la PniBSO, d'aburd parcequ'il ii'cst pas probable quo cettc 
alliancc so fasse, piiisqu"!! y aiiroit puur I'uue et pour l'autre 
partie plu« k perdre qn'ä gagner; et en accond lieu, parcnqnc 
cette uniün seroit tntiiiiiuent plus avantageuse aux deux Coura 
Impririalea qiu; l'eLHC uetiicl dca clmses. 

On ne pent ae dissimuler que toat ce qui pourroit arriver 
de plus Iieureux aux di^ux Cours Imp^^rialcs seroit de faire 
uutrvr la Cuur de Vereailleä d&ns uos Juteretä couimuiaä, cUose 
qui comme riniperatriec l'observe, n'est pas k espdrer, mais 
setilement pour ans.si longtems que IVtat iaoM du lioi de Prasse 
met la Fraoce datis le t-as de pouvoir l'opposer quaud eile 
voudra a nos forees rt'unJes. II n'y a. donc qu'une etroite 
liaison eatre PAngleterre est la Pru»<G qui pourroil obliger la 



1 



73 

Prance k changer üe slstime, puisque Am lore oe pouvant 
opposer uux deiix Cuurs liitpi!nale& im« «livurKion »t redoutuble, 
il ne lui rcsteroil ponit de ineillciir parü h pi-eiwlrt! i|iu^ celui 
de faire cause romiiiune Avec elles. 

Le ^rand pftinl pari>it dotic toujours etre cc\m de seconder 
tout ce qtii pniirroit aiumener les eliust^ ii iine üU'uite lijütiüii 
cntre le» deux Cniira Imperiales et la Francs, choso qui lellc 
difticile qn'elle paroisse dans l'etat actiie] <U'S clioses, devroit 
s'entmivre necessairement d'iine nlliant.'« soleiuiiclle eutre l'Aogle- 
ti'iTt' et 1» Priisse. 

L'allUnce avec l'Angleterrc nc pciit jnmais noii8 mcttre 
ea it»X d'etrc utile U ta Ru^sie, lu uous faire le moindre hien 
qae dans le cus utiiquc d'ono union untit; la i'Vanuu ut la 
Pnisse; or pour vn ca» ]>m>sil]lo il r'y h iiiilUf necoBsite de cc- 
qiietter d'a^-anne avec i'Angleterre puistm'aiissi bien alors il ne 
tui resUToit poiiit d'aiitrc parti ii preodre. 

Toat sujct qne Ics deux CoiirK Imperiales ))ßuveiit avoir 
de lemg an tems do sc plaindrc de la Krancc pose sur cctte 
base, savoir sur la possibüite de foiie agir nu besoiu Ic Uoi de 
Prufiso coiitrc uos intt-i-ßts r^iinis; ce moyen ötd, il ne paroit 
plus douteux que la eonduiie do la Cour de Versailles devroit 
changer K toaü /'gard du tout au toat. 

Coiielusiuu : il faul meiiager la France, il nc faut pas 
rotnprc en visiere h. l'Aiijrlelerre, luais uue alliaace entre 
I'Angleterre et ta Prussc est moina ii craindre iju'i deRirer. 
Dixi. Mettex-voiis ceta bien dans la tete, ditcs en qnelquc 
chusc lli oü il ajipartient, raaia ne vous an-etez pas pour ocla 
puisque je suis trJ!S prosse de vous voir. Adieu. 



CLXXXVII. 

JoHpli au Cobenzl. 

ViBltim C& 19. Novembrfl 17&&. 

Mon eher Comte CobeiiKll Je ne serai pas long k vous 
eorire, puisqiie je compte d'avoir bientöt le plaisir de vous voir. 
Dans l'incertitude si ee ci>urrit;r vous irouvera eneore h, Pelera- 
bourg je rends möriic ma lettre trts euiirte et egaleiueiil propre 
k »ervir pour Seddolur. 




74 

Je V0U8 joins ici une lettre pour S. M, L'Impöratrice,' 
une autre pour LL. AÄ. I. et une lettre de Mad' la Princesse 
Elisabeth h la Orande Duchesse, de mSme qua ies copies de 
mes lettrca et de celles, que j'ai reju en dernier Heu de l'Im- 
pcratrice et de LL. AA. I. Vous verr^s par cette demifere, qu'il 
paroit, qu'on veut s'approcher de moi; sans faire le difHcile je 
prens la cliose pour bonne. 

Ma paix est enfin faite avec leB Hollandois. La fameuse 
Ligue en Empire va toujours peu-ä-peu en augmentant jusqu'k 
ce (|u'ii ia fin nous y serons tous, et alors ce n'en sera pluB 
nnc. Adieu mon eher Comte! je n'entre pas en d'autres d6- 
tailß avec vous, comptant de vous voir dans peu; croyöa moi 
cn attendant avec bcaucoup d'estime 

Sig.: Mon eher Comte 

Votre trfes affeetione 

Joseph m. p. 

» ArneÜi, I. c. Nr. CXXIV, p. 265. 



1786. 

('LXXXVIII. 
Joseph an Gobenzl. 

Laxenbourg ce 30 Aout 1786. 

Mon eher Comte Cobenzl! En voua envoyant ces denx 
lettreB pour rimperatrice ^ et pour Leurs Ältesses Imperiales, 
je vous souhaite encore une fois une bon voyage et je vous 
prie de croire que je me ferai une fete de vons revoir soit h 
la mcr baltique on K la mcr noire. 

Adieu, portes vous bien etc. 

Joseph m. p. 
CLXXXIX. 
Cobeiul an Joieph. 

p. Courr. Beruatb. k 8* Fötersbourg le 1" novembre 1786. 

Sirc! 

L'Imperatrice ayatit daign^ me charger d'une lettre pour 
V. M. I. me met dans le cas d'expedier le pröaente courrier 
pour ia porter k Ses pieds,' je saisis avec empressement cette 
occasion pour jouir de nouveau de la gracieuee permiasion dont 
V. M. a daignö m'honoror de lui präsenter mes tröshumblea 
rapporta directs, et pour lui renouveller les assurances du zMe 
avec lequel je vois reprendre mes fonctiona h, cette Cour, trop 
heureux, ai je ptds me rendre digne du bonheur de servir un 
tel maitre. 

Le retard d'un jour h l'autre dea lettres dont le pröaent 
courrier est porteur, a öte cause, que je n'ai pu jusqu'ii ce 



» Arneth, 1. c. Nr. CXXXI, p. 278. 
» Fehlt. 



76 

moment faire d'nutre rapport li la Chanccllerie tle Coar et 
d'Etnt, cjue t'clui de mon arrlvee, rnais j'y est (!) ga^ie d'nn auti-e 
cöte d'etrc uii peu plus k rnSme de preiidre des infunusitioii» 
do l'etat, Oll 86 trouve la gründe et Ift jeune Cour. 

Par 71ICS rap[ini-U k Im Chfincollm-ie de Cour et d'Ktjit 11 
plaii'a ii V. M. I. de \mr qu« j'ai el«^ re^u d« riiuperatricc eii 
minieü'O d'une (Jour intimem ciit li^c, et d'iiti Piiiico h qui eile 
iivoit vou^ rnmitie la plua cordiale. C'est avtrc l'interet le plus 
vif, qiie Celle a«gnsto Princessr, a ri'-poiuhi aiix assiiranres, quo 
je lui ai donne de la coD6ai)(;o que V. K. I. mottoit dans son 
amitif^, que rien ne pouvoit lui etre plus apniaUe {pif d'ap- 
prendre (^uc son ptiis inlimc allit^ recidoil juatif^e ii svs i^citti- 
mens et au d<isir qu'ellc avoit de lui en donner des preuves 
eflectives et reiterees, qii'elle m'a demande des nouvelles de la 
»ante de V. M., de Öa inanüre de vivre, eurtout du bi-jour de 
T-rtxenbourf;, daiit j'at du faire tmta Ics di^taila cn le ('omparant 
k celut de Czarsko Sclo, inais eile a trouvä k juste titre, que 
la nuuü&t'e de vivre U Laxenbourg valoit eucore mieus,, et a 
l^ootä que CO ti*aiii de vie stTüit parfaitenituit de tum godi, cq 
quo je n'oi poa de peine k croirc. l/Imp(!ratricD m'a bcaucoup 
questionn*' sur tont ce qui concorae M'«' rArchiduo, et Madame 
la PriiictMitic Kliüiibeth, »ur l't-puque du K>ur niuria^e, qui parüil 
lui tonir de jour on jonr plus k cu>ßur, eile a t^moigni! beau- 
coup di3 joie de ce que je lui ai dit des sentimena de cordia- 
liti?, d'attachement, et de confiaiicc qui rfigiioil entrc le Prrnee 
et la Princusec; peu<laitl ce diiier it a boaucoup M6 queetion 
des arraugemena que V. M. I. fait daris Ses elats dont l'Impi^ra- 
trice a fait mcntion avcc les r^loges qui Lni sont dues. 

Je ne puis parier t-galeoieiil qu'avec reconnoieaance de 
ramitie avcc laqucUe j'ai 6t6 rc^u par le Pnnce Potemkio, le 
Vice-Chancclier et Biirtout Besborodko et Woronjcüw; J'ai fait 
U ces mcssicurs des coiupliuunis dt- V. M. ei \e» ai assun* de 
ta bienveillauce dout Elle lionoroit d'aussi botiB servitenra do 
rimperatricü, ils y ont lite tr^s eensibles. et ui'ont prie de luettre 
aux piede de Y. M. l'ßxpresHiou de letir tr^Khuniblu reeunnois- 
»ance et de Icur attachemcnt au sistfeme de IMicureuse unjuu 
des deux Cours Irop'". 

L'Impi'ratriec ui'a fait la gräc« de Tn'annoneür cile-mpme 
quo j'auTüi I'liouneur do raceuinpngner dana le voyago qu'tdio 
va ontraprcndr*', rllft n vu'- d'atitant plus cncliant^o de lu lettre 



77 

3eT. M. dont le dernier courrior etoii porteiir, qu'ontrc la iiou- 
vellc inarqae d'amiiic qu'elle lui ilonnc reUtivcment aux alFiiires 
tiiiTs, Sa M" y a trouvö l'assunince de te ((n'elle desire tsnt, 
le Ijonheur de voir V. M. h moiiis dV*räuumoah imprevucs pea 
probables dans ce rnnmeiit-ci, de aortc que d'apr^s eobi j'ai 
trouv<> toui 1r mondc ici pftrsuade quo cettc nouvclle cntrcvuo 
aurA lieu. et les bieii int(;ntiQi]vs <>n sont d'nutanl p]iiB atsos, 
qa'ils savcnt couibien riuipvratrico In dösirc viveraeiit. Poiir 
Balisfaire a t'ordre qii'il n plu ü V. M. de mo donncr, do lut 
Faire mon trtSÄliiiinble rapport, Icqnd de seß troJs projets de 
To^age pour Ktow, Clior&o» uu Moscou conviendroit le plu& ii 
l'Impcratricc, je mc Biiis doiiiip tootes Ics peines poiir iiio pro- 
eurer des notion« enrcH, et voici le r^aiiliat do ee qiie j'ai pa 
apprendrc k ca sujct dans Ics difT^reos Antretiens avec des 
porsonneit instniitcs, dans lesquel» cepeiidaul j'ai toujoiinf pari^ 
de nioi nifmit ul i-uiiitiie ignomat U's intentions do V. M. 

Cb quo I'Inipei'airieo dt-sira In plüS, c'eat de voir V. M. el 
de pAS»cr quelques joura daus cetto societti cbaniiaiiti.' qui lui 
a fnit tnnt de plaisir k Mobilcw, Siiiolcnsk, Czai*t>ko äulo et 
PiUorhofT. »t k tuquclt» rien de ce qu'elle a vu apK!S et avant 
HC pcut-Ätre compar^; ceci est ressentielj et le reale peut ais«^- 
meiit ötr« »rrangu de hi luani^re qui coiivieiit lu plus » V. M.; 
mais en meme tcms ee <|iii soroit lo plus agrf^ablo ii rimpf-ra- 
trice c'est quo V. Kl. arriva k Kion- dana les derniere jours du 
adjonr qu'on y fcra, pour fairo avcc Imp" Ic voyagc par cau 
jnaqu'L Catliarinoslaw, et de \k par terrc k Olicrson: on n'a 
jamaia wA se Halter ic! de possi^dtir plus long tems V. )[. et 
on a tonjoars suppose que de Cherson eile rctonrncroit dirt-ete- 
ment dans ses 6tats; y compri» Ics s^jours on euiploycra 12 
jours de Kiyw k Chersoti. Ku curnjitant Tarrivt-t; de V. M. I. 
k Kiow 3 Oll 4 jours avant le dr^part do la Cour et antaiit Ii 
(Ü^hei-son, c« -icroit cn tout r-nvirotis 18 jours qiir, V. M. passe- 
roit avec riiiiperntriL-e, Pendant qn'on sera sur l'e^u tout le 
mondc sera partngt^ en diiri^renls biitimena, oii seront les löge- 
inenH de vliacun. i! y i"ii aura nii qui «orvini des rondoü-vuiia 
g«oeral. el on s'ii^semblcra pour k- dincr, Ui soir ou se reunira 
chez rimpei'utrice poQV paeser la soii'öe, la malinee et l'apre« 
diner uont ab&ütumcnt Ubrcs; il s'tintcnd de uoi tu6iue i|Ut' dt! 
c«8 bAlimcns un de plus commodc sera dcatiue pour V. Jl. I., 
et ccux de sa suite qu'EUe vouda-a recovoir aupr&s d'EIIe. 




78 ^^^ 

jaoiHB 06^ 80 flauer 
cette touruee avec rinii»eratrice, il y ä des pcrsonnes qni 3iip- 
posent »[u'elle ii'aura pati üvu du toul, et que diins t-ett« pru- 
vince tont so borncra k iinc tncursion de quelques jours, jmr 
ta raison que trtut ce qu'il faudroit poiir uii fniry !(• tonr iie 
pourra pas 6tre pret. Ceci n'eist cependant cncore qii'un briiil 
(loni il n'est pas posiiiblc d» vt^rificr l'aulctititntö; on revauclio 
l'Irapi^ratrice k son retour demeurera pIns long- tcms li Moscou, 
qu'on ne le croyolt d'abord, et y c«*l('brora la 25°"' annr-p de 
sou r&gne avec touto la porope et la soleianit*^ imaginabJe; on 
in'assui'H qu'on destin« tant aus fdtes qu'aux fiboraliti^s qui 
nuront lieu äi cetle occusion entre 2 et 3 millions. Le voyagc 
doit Äussi c-outer entre 3 et 4 uiilllons. Malgr^ raugiuentalion 
des r&Tunuue de la Hiiäsie qui outri'passent l'^tat des dt^penses, 
je erois qu'il faudra pourtnnt quelques rames de papier pour 
»outonir k des fraix aussi considerables. 

L'huperatrice a d^ji, charg^ le comte Besborodko de ue 
demander de ss part, si jt- n'avois aucun ordre iln V. M. rtda- 
tiTnment k la suite qu'KUc prendra avec eile, .l'ai repondii 
qite V. M. ne ra'avoit pas eticore fait coriiioHre «es intcntioiis 
k ce Bujet, que je supposois, que si hs occtipalionts perniettroient 
h. V. M. de faire co voyagc, ea suite soroit k jn'u pr»>s la tii^mo 
que lora de la premifere entrevue, que je pouvuis ri'pondre 
d'avanee^ que V. M. desiroit vjveraent d'etre rej"« abaolumenl 
de la [ueme mani^re en obKervanI lu plus parfait iueognito, 
que V. M. dt^siroit aussi que rituperatriec ne sc gAnat en rien 
pour EUc, ne clmng^'a rien ii sa raani^re de vivre et qu'KlIc 
la verroit dans les iustans qu'elle dcstiue d'ailleur» k la sociöte. 
Je crois ne ui'ttre paa i'^eart«* pur co laiigage des iiiientions 
BuprÄracs de V. M. I. J'ai Thonneur do joindrc ici la liste des 
porsoDuus qui doivent avoir Tlioiiüeur d'etre de ce voyage. 
L'Imperatrice s'eii fait uns föte, et tout annonce qu'il doit Stre 
fort gai. 

Par mon Ir^sburabln rapport k la Chanccllerie de Cour 
et d'Etat il platra k V. M. de voir quels ont etri les diffei-ents 
entretieuB que j'ai cu ici avec les personnes eti placf. Le n'- 
Bultat de ces cutreticn«, et de toutca les notions quo j'ai pii nin 
procurcr d'ailleurs ]»ar tous les diflVrents canaux secreis, est: 

1*" Que rinipöratricc est plus attacltc que jamais au 
BiBtäme de fallianee des deux Cotira Imp^. 



79 



2^" Que ui^coDtoato du TAngleturrc olle ne pense TiuIIe- 
ment h a'allier avec ellcj encorc moins fi'en press«r V. M. 

3" Qii'rlie acut la ri^ceasitc püur le bicn tJc la cirnse 
commune du maintien de notrc atlmnoe avcc In PrAncc, et 
que 81 cu u'est pab ßllc, du moius son miniKtire (.■ouiprc-iut Ic 
bieu qui rc'aulteroit d'iine allionco furmülle entre la Prusae et 
l'Anf*Ictcrrc. 

4*" Que daiia ce munient-ci on nc veut nulleineiit la guerrc 
■voc les Twcs, et qu'on paroit mi'-me dieposc^ h. attendrc que 
les circonstances dt- l'Kurope soient favi>nibK'8 pour entreiiremiro 
Texiicution du grand projet. 

b" Qu'on couimeuce ii su eoiivaiiiLTC de plus tn plu8 de 
la necessitö d'coorner la puissancc pruaaieiinc, et par consetiuciit 
dans le cas d'uuc guerre avec le Roi de Pnttuic V. M. a tout 
lieu de s'attendre ä un secoiirs efßcacc de la part de I« Russie. 

Quoiqu'on continuo k reccvoir de V. M. loutes K's marques 
de con6«nce pussibles, on n'avoit pas ose se Hatler tout k fait, 
qn'cllcs allasscnt s\ lein jtisqu'K arccptcr la proposition pour le 
cliiffre, et Ji uie metti-c daus le cns de pouvoir i-oiiiuiuiiiquer 
muu instruction seci-^te. Oes deux ouvertures ont fuit ici le 
nicilleur cflet pnssible, ei on uons en a la plus vive recennois- 
aancc. quoique dans le fait nous nc Jeur apprcnons, iii ne leur 
apprendrons rien par Ik, qu"ü ne auil de notre iiit*^ret qn'ils 
Buclient. 

L'Impi^ralrice jouit de hv sante la plus liourcusc. J'ai 
trouve la cour montee plus que janiais sur un ton de gaiete 
extraordinaire, c'est le nouveau fovori qoi en est cause^ il est 
d'iine lp>urnure fort jdviali-, pluB ainialjle et pluK fait k l'usagß 
du mondc qu'nuctin de sob pnid^cesscnrcs, il ainuse autant 
Plrap^^ratrice qne son d^vaneier l'enuuyoit Ji la fin, et tout an- 
nonee qu'il se ßuuttendra quelqoe teins. I.'liap(>ratriee m'ii fait 
faire connaiBsamrc avec lui et nons sonimes di^jJi fort bon ainis. 
Son credit d'h aucune inäuence sur les affaires; une des raisons 
de U disgräcc de son pr^d^cesseur a cU^, qne dans In erainle 
d'imporluner rimpönitrice il a refuse au P*" Putenikin de s'cm- 
ployor nnpres d'elle pour tont ce que le Frince voudroil ob- 
tcnir ponr sn famille et ses prott^ges; c'est ce qui a mts le 
Prince on fnreur contre Ini, et l'a rendu si ardont k travaillcr 
k sa perte. La clioae a cout<5 quelque peine, Jennolow n'ayant 
donnö aucun 8uje( de [ilainte. L'Imp^ralrice, quuiqu'elle en i'ut 



U 



80 

cnnuyi^c nvoit de la poinc k s'exi döUchor; deux joars avaot 
qu'it re^-ul aoii coiige eile se le propuisuit ni [JL'U. (ju'elle avoit 
(loiin(! un onlri? aux nrvhitects pour des cliai)<femcns dans les 
a]>|tfLrt(!menl24 rto Jermnlow. mim enfin il n'a pu tenir contre les 
intrigues de Potcmkin, Mnmonow en rt^vanclie a th'-jk fnit ob- 
leuir le Portrait U AI"" Skavronsky, qui ost redevenu |iius bellu 
que jatnais et Sultane favorite en chef de son onclc. II 
travaillc nussi h faire aroir Ji 51""" Branixka l'ordrc de S" Catli^- 
riiie desire depui» si loog tertis, mais on duute eiicore e|u'il 
puisse en venir a l>out. 

Bpsborotlko n'entrc pour rien dans toutes les intriguos, 
doni il so tient (^loipiK^, mais en revanche c'f&l le veritalile 
homme de coiiliaiiee de rimpt-ratrice sur ies affaires et surtout 
sur la politique, son credit ost phi« forte que jamaig, il notis est 
allarhi^ de coeur et d'nme, et a *'tA p^n^tre enlre autrc de 
toutes les gräces qu'il a reyu de V. M. I., il regue äi pr^^sent 
beaucoup d'union cntrc toutcs les porsoniies k i]ui ITmpc^rutrico 
aecordo sa confiance, ce qui ne fontribue pas jteu k la rendre 
de si bonne Inimenr, pnisque toutos ces gtierres civiles pntre 
ses serviteurs la faisoleiit beaucoup »ouffrir. C'est Putemkiii qui 
a engag<^ l'Imp'* k tous les proaens qu'etle a fait ä cenx qui 
ont eu part h rötablissein^ent de la lianque, dont k' B'"" Sed- 
deler a rendii compte nn son tems. Rn p'-neral oii ne peut so 
dissimuler, qu'elle gätu uti pcu ses serviteurs pur son extreme 
liberalit*^; dernifcremeni eile a donn(^ .'jO/m roubles au P"' Vin- 
semsky pour avoir dirige les travaux d'un pori oii aboutiront 
l«0 trois caniiax de la rille que l'on fait pr&s de la porte du 
c£t^ df! Pi^lorlioff, et il a re^ardiJ comme I» pliiti ji^^raiidu in- 
justice du momle, que In somme fut si modiqiie. 

LVtabliBsement de la nouvellc lianque tmuve aussi beau- 
coup de frundeurs, et la pusüibiliu* duiil il est fait mention daus 
l'IIkfisc d'avoir jusqu'ä 100 niitUorfi de roubles des billets de 
banquc dans le» besoins iirgeTil« de tVtat, effrayu j^r-iii'-ridoimint, 
et cmp^che qu'on nc se Kt k la promesae quo d'aillcurs 11 n'y 
en auni que pour 40 ujillions. 

.rai ete rc^D avec beaucoup de bontä par Lüurt< Alteeses 
Imperiales, qui m'onl cbarg*^ des Ictlres ci-jointes pour Votre 
Majeste et pour M«damc la Princesse Küsabetli. et m'ont de- 
inaudö des nouvellcs de Votre MHJeslv avec Tair du plus vif 
inte rät. 




81 



I 



Je n'ai pas besoln de d'ire couibien j'ai 6ii ^OMtiODii^ sur 
toat ce qui concome Madame U IMncesse. LL. AA. F^ m'ont 
parM du fiäjour de Vienne cumiiic d'ane ^poqiic des pltia hno- 
rcases de leur vie, ot m'ont donn^ des nonvelles nssurnnces de 
lem- amitie pour V. M. 

Depuis uiuD nrrivi^e j'&i eu plarieurs oiilrcttcns iiix con- 
üdentißls avoc Madame do Benkendorff et Saken, Ü-oaverneur 
de P" Constantin, ancien rttenm du OTand-Duc, en qii'il a bean- 
cuup de coofiance, et <jai » mt-me re^-n la i>romes»e de S.A. I. 
d'fitro un jour son Vico-diancelicr. L'une et l'autre m'ont 
assur^ de la mnni&re la pltis forte que le Grand-Dtie et 1a 
Grande Dacliesse 4Uno.nt diuis ce moment-ci att&ches li V. M. 
et tr^ »atiKfiuts dos lettre« qii'elles en rece%'oient, Madame de 
Benkendorff m'a dit quc lant le Grand I>au que la Grande 
Daehease n^ronnoissoient ii präsent toiis les lorta qn'ils avoiont 
eu vw-k'vi» de V. Sl. [K-ndant leur 9<*jour de Vienne, «t lea faux 
\)aa qu'ils aToient commJs et qu'ils di'^slroicnt beaucoup de pou- 
voir La revoir et de se retrouver aveo Elle, k tin de r^parer 
lenrs fautcs, que c'etott lii ee qu'elle Icur avoit entendu dire h 
difförentes reprises; je n'ai pas cach4 a l'une et jt l'aatre des 
persciuies ei-dussDs mention^es, qu'il venuit ii V. M. des nmi- 
Tvllcs des Lous les cütes poa&ibloü coiunio st le Orand-Duc litott 
tont ii fait prussien daiis l'üme. qu'il dt^saprouvoit l'amitii^ de 
l'Imp" |Kiur V. M., et qu'il cntretcnoit avec la Cour de Berlin 
un coucert secret, quo V. M. etoit attaeliü de eoeur et d'äme ä 
Leurs Allesses, ce dont KUe leur avoit donne ussez des preuves, 
maifi que naturellement KUe s'attendoit k du retour de lour 
partf et par couB^queni Elle nc pouvoit qu'Stre tr^ peinäe de 
ces nonrelleg avoc lesquclleg s'accnrdoit d'aillcura la broideor 
qu'on Lui avoit t^moignä quelque fuis; j'ai cru bien faira de 
tenir ce lun^ngc vis-k-vis des personnes ci-dcssus nientionneea 
dont je counois les bons sentimeus daris la suppositiou trea pro- 
bable, que ce pr^tendu concert entre le Grand-Duc et la Cuur 
de Berlin atiit faux, Le. Grand-Duc doit elre rmtiirellemenl Irfca 
offenae, que la Cour do Berlin faase courir des pareils bruita, 
U doit toujöurs craindre qu'ils ne parvieunent h Tlmp™ et n'ex- 
eitcnt son indignalJun. 

Dans ie cns oü cc concert extateroit en cffct, plus le Grand- 
Due prend ici de pröcaulions pour s'en cacher aoignensement, plus 
il devrolt ÖLre clioquä de rindiscr^tion des prussiens ä sou vgard. 

roatt*. n. Ab». Bd UV. fl 



I 




«2 



Madunie de Beokendorff et M' de Sakeit m'ont usar^ 
touft le« deuK de ]a maniere U plus forte, qu'ila etoicat psr- 
fkitonient süra, qo'il ne pouvoit absolument rien exister de parti- 
eulier entre U Cour de ßerlin et I<. A. I., et qu'il n'y a%'oit pas 
la moindre correspondaDce. Qae mfeme dans Ic dernier tems 
de la vie du feu Hol, le Grand-Duc et la Grande Ducliesse en 
ätoient fort lu^ontens, qae la inort da Koi n'aroit cautte pree- 
qu'aacune Sensation mfeme aiir la (»rande Dachesse, quc le Roi 
d'aajoQi'd'hai a^'oit ä la verit^ ecrit «ne lettre d'bonnStet^ a 
!■. A. I. qui y avoient r^poodu datitt le meme sens, main que 
c'est ii. qiiot se bomoit ju^qu'ici leur corrcspondance; toas ces 
bniits qa'oo fcBoit courir d'un priStenda conccrt entre le Grand- 
Dqc et la Cour de Berlin ^loient lorg^s par celle-ci pr^cis^ 
ment pour empAcber Icü preures d'amiü^ que V. M. etoit iu- 
lentionnfki de donner ä la Grande DucluiStift, cl qui (^toienl 
aulant de crfeve coeur poar les prussiens, que c'öioit de la 
m€me manidrej que pendaut le voyagCj et mSme depnis od 
avoit tdcbi^ de donner des duutes siir rainitii' de V. M. poiir 
la Grande Duckesse, que leg torta que la Grande Ducbcsac et 
Ic Grand-Duc pouvoient avoir envers V. M. ne venoient d*ftu- 
cune impulsion jirussii'nne, mais des idees qu'ils s'etoient forges 
eux invmcs, et surtout de Icur peu d'cxjx'nence. Madame de 
BenkendorfT m'a demand^ avec inqnit^tude, si ces brtiits pnis- 
siena ne [>arvenoieni pa-i tt l'lmp'*? je r^pondis que cärtaine- 
ment nuuä ae lui eii dirions rien, V. M. ne desiriiut rien de 
plus qu'nne bonne liarmonie entre cette augruste sonveraine et 
•ea enfants, tnais qae de la möme maniere, quo la cbose nons 
revenoit par cent canaux difförtnls, ei tont U fait indirects, noa» 
ne pouvions pas rcpondre qu'il u'en arrivat autani H rimpöra- 
trice. Madanm de BenkendurflT s'empoi-ta beaucoup contru La 
Bcrfl^ratesse de la Cmir de Bt^rlin, eii ajontant ct^pondant, qu'on 
croyuit que U* Koi d'aujuurd'bui seroit luoiiis intrigant, et que 
lieurs Altessea Inip"** le reg-ariloient corame trfcs honnete liomme, 
je repondis que ee que le Roi ne feroit paH par lui meme, se 
feroit par aon ministre Herzberg ' h, qui il avoit donn^ toate sa 
confiancc, cL qui cLoil absoIumcDt inibu des prijicipes politiques 
da feu Roi. 



^ Ewald Friedrich Gtaf HenbvTg, kODigl. prouuiiwber CttbUieUmiiLiater; 
t tl. Mai 17Sfi. 




83 



l T | H i| |fu na toujt 



I 



ioui-s poiir noas aitpr^ de 1b jeune Cour 
jt Sakeiij la Fermifere ot Nicolai; loa 
seulü <iui se penncttuiit d'etre ti'ua »üiilimi^ul opj>OB(! sojit Epi« 
niu, par In raison de eou cxtrömc mäcnntenloment de la ^randc 
Coar, et cet abominable bavard de Oruse qui a oai? <[uc'lqaea 
fois, k CB qu'ü m'est revenu, cBnsarer eii prpseuce du Gniiid- 
Dqc les chaDgeiitens que V. M. I. trouve bon de faii-e daiis ses 
iititR. En mc cronsant In tAtc pour trouver le scul caiml qui 
pourroil exialfr d'iitie fOrrespondAnce 8ecr<ite entre !e Grand- 
Duc et la <'our de Berlin, il n'y en n qu'un dont je puiase 
concevoir In poBsibiliti^. Lenr A. I. sont fort uttacbt^R nu Prince 
Evßqne de Lubcc, ' et entrctionncnt nne eorrcgpondancc fort 
8uivi avec lui^ ot quelques personues preteudeut qu'il est tout 
h Tait prasäien dans Tfime, il est posstblc qu'il serve d'interpr^te 
h la Cour do Berlin via-h-vis Hu Orand-Duc. C*o»t ce dotit je 
aerai plus particulierement instniit d»n« quelque tem». Rath a 
foit connoissancQ avGv un nonimc Klingcr^ qui est particuti^re' 
raent liö avec le plus intime contident du P*'' Eveque, it fait 
dans PO momont-ci un voyage Ji Eutin, et k son rctonr il nons 
a proiuis du« notions t^Cires de tout cv qui couoenie cette Cour. 
Les gen» bicn iiittiniirm^iB et instruita me proraettent lou- 
jours (|ac le raoment du mnriagc sera deiTisif pour nous assuTor 
de I'attacliftiHtnt de la jeunc Cour, surtout si V. M. I. daignc 
saisir cetlu i^poque pour acuorder quelque grnce distingaee au 
p&re et il la m^re de la Grande Uiichesse, qui nnuMioreroit leur 
aitnation; ceci foroit sar elles rirapresaion la plus forti-, et dfes 
que cette Priucesse est pour dou», nous ne devon» plus avoir 
de doute sur le (Jlrand-Duc qui sera toujourB conduit par eile; 
c'est au reste pendant In vie de l'lnipt'ratrice qu'il «Hl impor- 
tont do faire quolquft chose cn faveur des pardis de la Grande 
Duchusse, quand uno foiti le Grund-Due bera sur le tLiiöne, les 
Ir^aorB de la Uussie Icur »oront ouveiis, et ils n'aurunt plus 
besoin d'avoir Aks obligations k personno qu'k luurs enfans. 




' Peter Friedrich Herxflf van HaUlein-Oottorp, Riachof von Labeck (1788), 
geb. 17B&; war fnllier in rLi!(iiiii<.'lieii Uieimten, «pSKr Admintstratot dp» 
Heno^ham« Oldenbni^, orliioH (l80:i) ]nn der SflcuUriiiruaf; «Ins Bü- 
Üiam Lnb»c.k »h Erbsiffiüiitliiiin. ]ߣ3 (Iroxlierxüg von Oldonbai^; 
t 18S9. Ssiuo Oumaliliu war FHiIi^riko EUHobuÜi, ile> HeriKi)^ Fried- 
rich Kii(;«n TOM Wtlrtembfvrg Toclitor, SchwoAtor der OrMafilmtin Miirte; 
gtb. 17C6, t 17ä3. 




84 



TcUm MMt !■■ rMcxion qn'on m'a fut faire, et qn« mon z^s 
me aw penDct pu de kuMcr tgnorer » V. M. 

J"«! ea occaüoB de remArquer encore k präsent qne la 
Onu)'!«' E>ueb«a*e couenre des dontes, que les is«Dtiiu«n8 de 
V. M. ne floot pltu le» mtoes k son ägard qoe lors de gon &^ 
joQr k P^nboarg; ^Cant alle mir Madame de Rcnkendorff 
|Mrti de joon apr^ idod arrire«, et lui svaDt beaucoup parle 
de la Tire antti^ de V. M. pour la Grande Dachesee, eile ea 
a renda ounipte avec detail ii 8. A, I. qai lai demanda k dif- 
förentes reiitis«« et aree beaacoup d'int^Mt : est il bien Trai 
qa« le cumte CobeazI toub aditcela? crovez vojie que 
c« loDt leR vrais BCDtimens de rKnipei-eury il n'i-chappera 
pu k la haute p^ntratton de V. M. I. cotnbien il est iinponant 
ponr l'avenir de convaincre Madame la Orande Duchesse qne 
M' le Conile de Kalkenslein est toajoura le meme k ror ^f;ard. 

Quoique je eui» fort bien traite dana ce momeDt-ci, il 
pourroit fort bicn m'airivcr d'6tre pcräoucUcment sujet h des 
baut* et h&a ä cet ^garii, siiivant Thnmenr dn Grand-Duc au- 
qa«l mea liainons o^eMiaires, et la maai^re dunt je vis pabltque- 
ment avac tctt gens «n crt^dtt, peuvcnt deplaire dans des cer- 
tain<) tnnincns de bile, mais c'est an mal inevilable de ma 
(»frtitjon, je tuetlrat toujoun mon attention prineipale k cc quc 
cela me reete |>ers<*nel, et qu'il n'en inSue riea aur ma cour; 
en CG cas la choüe peut ätre assez indifferente et tout ce qni 
pent en T6m\tßr, c'cst qne lorsque lu Granil-Diic sera »nr le 
Ihrdne, s'il me prend en grippe, V. M. dotve employer un antra 
auibassodour i\ise tnoi aniiH« de lui, rinter6t d'uu partieulier 
n'est rion quand il est qnestion d'objets pareils k coux-ct. 

Kiitrn Ia grande et la jeane Caur la froidcur est aussi 
grande qu'elle o'a jamais ^t^, et od obseiTe que le Grand-Duc 
n'a pos m^me potir l'Inipt^ratrice lea loenagenien» dont il ne 
»'ötuil jamais ecarn^ auparavanl. Ptmilant Vi-u'- L. A. I. n'ont 
prcsqne jamais 6i6 k Czarskoe 8eIo, tonjours ä Pawlowaky o« 
k Galsliina. Dans le» momens oü le Grand-I>uc sc trouvoit en 
public avec Tlmp" les jomii de föte, i>n a cru voir qu'Ü elTec- 
teil de jotter des rägards sur Potemkin, sur le nouveau favori, 
et sur rimp** elle-möme^ qni peignoient IMtat de son Arne. 
Toute» los fois que l'Imperiitrice lui adressoit la parole il lui 
n^pondoit avec la diMintre fT'oideur. S. 31. etaiit nll^ nnc fois 
h Vawlovisky, eile remorqua qxm les ouvrages dtoient iuter- 




rompits ot qu'il n'y avnit niil part des oiivriem, noii Mitilame, 
lui repontlit le Granii-Duc d'nn iiir trfcs i-avalier, jo ne ferai 
rien bätir clans c« monieDt-ci, pcut-etre daus troi» ou 
quatre ans recounnoncerai-jt! idub ouvrages, seloo qae 
la fantaisic m'en vtcndra. On m'asMiro quo VIiiip'^ avoit 
pri3 sur eile ce jour Ik une assignation de lOO/tn rouljlp», et 
que choquee du ton qne le Grand-Duc prenoit vis-K-vis d'cHe^ 
eile est parti sans In lui doniier. ha Grande Duchoss« se con- 
duit ftvec plus de circonapecüon et de prudencc, et eile a tou- 
jours viVä-vis de rimp^rfttrice lr> tnn qn'elle doit avoir, tonte 
cettti humeur nc provient d'autrc cliosu que d'an luanque total 
d'uriront, et lire encore son oriffine de la r<^ponso m-galivo qut 
est venu de la part de l'Inip"' k In lettre pnr Inqnelle on Im 
«n demandoit, dont j'ai fait mcntion dans mon trishuinble 
rapport, . . . il est cerlain que lea fonds sunt quelques fois si 
las, qu'on oe s^iait oü prendre ÖÜ roublea; le Grand-Duc 
cherohe k empnintcr Ji droite et k gauehe, mais ne trouve rien 
r&ulle part,, il a vt4 outrö de tuut ce qu'on a doune ä Jennolow, 
du changciuent de favori, et de teus Ics prf^sens taits ä ccux 
qni ont 6l6 empluye k ri^taljJitHicment di; la bfinipie, it en a 
parl^ hautemc&t avec la plus vivo amertume. Leurs Altcsäc» 
se plaigneiit atissi. que toulea les fois qu'ils ont voiilu se mettre 
avec rimpei'atrice »ur un tun de tendresse respectueuse, plus 
ils s'avan^oient vU-K-ria d'oUe, pluB eile «^toit froidc et räservt^e 
k leur ögard, en marquant clairoment que leurs attentions Inf 
ddplaiBoient; it n'est pas deutoux que dans toutes ces choses 
il n'y ait de (ort de part et d'autre, iiiais le plu;? grand est 
toujoiii-s du cfiti^ de ta jeuno Cour. 

Toule« ces circonstanees ont affecte trfet vivcment le Grand- 
Dnc, et out influä sur sa sante, qui u'a pas du tont ^1^ bonne 
pendant eet <^tiS, il a bnaueoup maigri, il a perdu le sonimoil ot 
l'appt^tit, il s'esl plaint d'une uialaise universelle et d'un poids 
qu'il avoit sur la poitrine qui le iVsoit beaucoap souffrir, il 
perdoit en niöiue tems presque tuus ses cbeveux; on a Mi 
obligi^ de loi ]>rcfirrirc' uti nJgimo trfes sevfere, de ttii faire ])rendre 
lc8 eaux de Spa pcudaut trhs long tems, qui lui ont fait grand 
bien; k prcseat il est enti^rement retubli, mais sans qu'on puissu 
Stre si'ir que cet etat ne revicndra. Je ticn» tous ucs dötoik 
de Mohrenbeim qui continuc de jouir des bonnes gräces de 
Leurs Altcsses Imp''", Bladame la Gratidc Duchcsse a imagind 



loup las moyens [lossibles d'egaycr le Grnnd-Diic, cVst de ]h. 
quo sollt ^rovenu cee »pentai;les de :4odi^tä qui ont dure tout 
V4\6 chez Leurs Altcases Imp'", et qui auront lieu ögaleinent 
cet bi%'er. I.» Fermifere a compose h cet eflfet plusieares comö- 
dies et opüra coiuiqueu. 

Lo Grand-Duc B'occnpe bcaucoup h. s'mstruire de tout ce 
que regardc la I^islatioD, et c'ost «vec Nicolai qu'il travaille 
Hur cet objet important; il blame fortcmcnt tout ce qii'a fait 
rimiH^ratrice daiiR TiiiUiriiiur il« eon einpirci, mais quam aux 
ordonanccs de V. M. je connais trop Ics bons seiitiuients de 
Nicolai pour u'ßtro pas 8Ür qu'il les fem envisiiger au Grand- 
Duc 80US leur TÖritable point de vue, et s'efforcem de lui faire 
eomprendre leur utÜitr^. 

Teile» sont Ics notions que j'ai pn nie procurer depuis 
mon arrivee, et qui ru'ont paru dignes d'etre porlees h. la con- 
noissance de V. M. I. C'est avcc autanl de liherte que de 
francliise quo je tÄchc de mettrc sons Ses yeux les choses ab- 
solument teile» que je les voia, je cviinois trop le maitre que 
j'ai le bünheur de servir pour n'dtre pas per«iiHd^ qu'll rcndra 
justice II la puret*? de mon zAIe et qu'll daignera me continuer 
lu iii6me indulgence dont j'ai souvent ^prouvö les effets. 

i'. a. J'ai l'liüiinL-ur de uiettre aux pieda de V. M. I''' la 
musique de l'opera de Castor et Pollux, lo dernier que Sarti 
ait fait ici, cet op^ra Ti'a pas eu le memo succiis qu'Aruiide. 
Sarti a demandt- flon coDg^ qui lui a ^te dound, et le PrinL^e 
Potemkin l'n eiigagd k son eervice pour le metire Ji ]a töte 
d'iine chapellc qu'il reut forraer \ Catterinoslaw, c'ettt la pre- 
mifere fole qu'on ße scra avise d'6tal>!ir un curps de iiiiisique 
dans unc Tille avant mäme qu'ello soit li/itic. 1_>n a öerit ii 
Paisiello pour le ravoir, mai» ce qu'il a dprouvii jadis I'a üb 
peu d«tgoutrf de la Knasle, U a rcfust'! la proposition en disant, 
qu'il avoit uue pension de la Cour de Kapks, qu'll ^agttoit 
d'ailieurs de l'ai-genl par ses compositions, et qne la santt^ de 
ea fetiime nc lui pemiettoit pas d'cntrcprcndre le voyage, oo 
veut i pr<58em <*erirc ii Sachini.' 

V. M, I. aura pcut-etrts ett* irifnnn« que dans Ic tout der- 
nior moment de son F<?jour ici, Mack' a vendu son beau coUicr 



' Anlonlo Murin Gu|Mire ^at^cJiml, iul. Operiii:am|)oiiit«iir; gab. 17^6, 1 1786. 
* Franx Mack, k k Kariiiii«rJiiwelL<!r 



87 

de perics^ mais »ans connoiLre la persomio qui en faisoit I'nc- 
(juisition, e'eat Ic Prmee Polemkin qui a fail cette «mplette, 
mais il nc tlit paß le prix, et on a exige de Mack qa'il obsorve 
le mäme sileuce, \e Priuce in'a dit qu'il sc propose de prc^senter 
ce Collier h riin]»**' a Bon passflge h CatJiennoslaw coinmo un 
pr^ont qiii liii (eniit le gc>uvemeraL>i)t. Le I'rince est parti 
da&s la nuit du 29 au 30 poar Kiga d'oü il va Ii Plescow, 
Mohilew, Kiow, Chorson et jiisqu'<Mi Criiii^«', puur vuir n tous 
les arrangemens sont fait pour ia recepüon de rimpt^ratrice, 
il retoumora jtisqu'Jt Kritschow terre k lui dans la Kussie 
blancliü pour y recevoir S. M. I. qui s'y arrötera un jour. 

Besborodko. p'est enfin d^'goi'iti^ des oaprit'ps do la Davia 
et la p]anl<.^ Ik, il lui a substitue une petite danseuse russe qu'ü 
B d^jJi combU des pi-t^sens, et avec laquelle, il in'a fait »ouper 
un« coiiple des fois, mais il dc oera pas impossibi« cependant 
qu'il reprit ses aticicns licns. 

P. S' 2. An moraent du d^part de mon coumer, Tlnipei-a* 
trico m'a fait encore dire par Btfsborodko, qu'elle d6siroit, que 
je Bupplic V. M. Jai]s raoii ti'^s-huinblu rapport. de iii'i-nvoyer 
la plutot poBsible, Ses ordres supr^mes touohant Ic voyaj^e et 
la Suite qu'ell'i prendra avee Klle, afin qu'on soit k temps pour 
faire le» dtspositious neecsisair«« k ue qii'ICIIe soit bieii servio 
d'abord en Polognc enti-e Brody et Ktow, et si on a Ic boiihcur 
de La vuir k Chersoii et qu'Klle vcuillc ensuite B'en retoumer 
par la routc dirocte poiir qn« les arrangemens soiml bien pris 
sur cctte route. J'ai cru de mon dovoir de porlur h Sos pieda 
Ig rapport de ceMe ouverture de Bcsborodko. 

cxc. 

KanaitJt an CobenzL 



Vioorc Ifl VI. DsMoibro 1786. 

J'ai bien reju, mon eher enfant, le premier petit in quarto, 
que V0U3 m'avcz adreRBÖ depuis votrt! d^part, ei j'y ai vu avec 
plaisir tout ce qu'Ü conteuoit d'instrucüf et d^afToelueux. Tout 
cc que je crois pouvoir ajouter au contenu des Icttres d'ofäce 
que je vou9 adresse aujtnird'huy, sans tomber dans dtw rcdits 
superflnc-i, c'cst !■"" que tout cc qiic in(^cliamment on tache 
persuader au public d'un pr^tendu rapproclicmenl entre uous 



8B 

et la coiir de Rcrün et quo nouB nous en oenipons, est de 
tonte faussetii. Nous sommes trop avisös, pour ne pns f,trc in- 
tünement codtaidcus, que toat üaisoD avec la clit« cour, aJDsi 
qu'ullu ecroit uümpMtemeut iauüle, parcequ'ellü n'epnrgneroit 
paa un i^cu, sttendu qn'on nc pourroit jainais y motire asses 
de c'onfiaoce, pour o«er veCormer un seul homme dans nos 
arm^es; eile pourroit entrainer dea contreliaisouB tr^B facheuses 
dans lo iiord et Ic midi Bur U Hiippofiitioii d'iine iiuportance, 
qu'olle soroit tonte fota trfcs ^löigii«5it; d'avoir. Qu'iä s'cn suito 
par coDs^qiient qu'elle ne nous convient pas et oe peut noxw 
convcnir janiais; il y a plus; il ne convient pas möme aus 
deux coiirs impt^rialcs, nl conjoiiitemont, ni ei-pan-inciit, d'iSira 
avec cette com- ni m6me de paroitre sur un pied de mcüleure 
intelligence que par Ic pass^; parceque, outre qu'elle ne seroit 
jatuais «lu'appareute, il est bien plu» avantageax ii toutes deux, 
qiic la cour de Hcriin continue et augincnlc scs torls vis-k-vis 
d'eüe», pour les maintenir par \k dans le droit de s'en veng«r 
quand elles te pourront et de se debarrasser par la d'une puis- 
sance, qu'uljo!« trouverout ^tornelleuient dan8 luiir cheiitin, taut 
qu'olle exiBtera, et qui par Bon existcnce rendra toujourB si 
noD impoäsible, a« moins trfes djfjicile l'ex'^cution de tout grand 
prujet qucleonquc qu'ellea pourront avoir. 

2^^ La seconde des grandes vdritds politiqncs qu'il est 
bon que vons sarhiez pour votre direction, e'est, que, comme 
Ics deux coiirs irapöriales ne pourront janiais tronvcr un mo- 
mcnt pluH favorubkt k quiilque graiide itntrrpritie, qne ixlui, 
anquel d'autres grandes puissances de l'Europe dans le eas de 
pouvoir y mcttrc obstadp, sc trouvcrojent cn pierrc; entre olles; 
il ne faut juiuaia outlier un instaut c^u'il leur couvlcnt que mä- 
lianee et Jalousie puissent s'eutretcnir entrc elles, et que par 
conedq^uent il faut bleu se j;ar<U*r de rieri fairt; <pii piiisac dt- 
ininuer cc scntimcnt reciproque et U plus forte raison rien de 
ce qoi pourroit I'^teindre, et faire cesser par \k une rivalit^, 
qui peut dcreuir d'uue utiliti- deciüive. 

Je scns fort bien que ues deux obscrvations, que je nom- 
mcrois lumiuouscs, si un autrc que moi les avoit faites. Taute 
de loiajr je les ai serrces si fort, que je ne »aia pas trop, si 
vous ne les trouverez pas obscurce par cxc6s de laconisme; 
mais je n'y saurois que faire pour aujourdbui je n'ai pas plus 
de tems, et tous m'eDtendre:; moycnnant cela, si vous pouvcz; 



CSCL 



Sig.t OB fUClV MB |l>p>i 



JsMph BB C«baaiL 



e* «.Dm— tw 1T«8. 



Hob dier Conto de CobeasL Qvoiqvtt v««s aj& d^jk deax 
coomers ch^ nms^ je bis n^uunoias pwnir ce troisine ponr 
T<M» porter les deUUs e»-j<Miits et ees lettre« poor S- M. rim- 
p^nUrice et Leors Altesse« Imperutes k qai toi» K» remettrr«. 

Je mlnugine qne ce conrrier uriTeim encore KTsnt 1« 
d^pArt de L'Imperatnce, et qae toqs »eH« encore k m^me de 
me fiüre purenür mraat cette ^poqae tooUm le« ootkaa qtte 
TDus JBgeres D^eeasaires de m'to« tnmeisises. 

Je Toos joins id copäe de ma lettre ii rimpermtriee * et 
de ceBe k Lenrs Altcases Imperüle». Dans cettr derni^re vous 
travTer^ aossi U copie d'nnv ftroUle $e[>«rv qav j'v ai nü»e et 
qoi devroit lear pitrarer juHiQ'k reridence I'int^i^t et l'amitie 
qQp j'ai ponr ellea. J'ai airangn la cliose de fa^oii qa'ellcs 
poissent faire roir ma lettre et garder poar elles seulofi 1a feuiUo 
separ^. Vooe ne feres aucuoemeut semklant d'en etre iufimid, 
5t m^me ellee voue en parloient: mais roas voas rliargen% de 
tonte commtsnoTi directc on indirccte qnVlIe« pourront vons 
donner pour moi k ce snjet. Elles ont Ic chaiiip lihre de de- 
ntander de moi des seconrs eu argeot on de mv cliar;^r dea 
dcsirs qtiVlIi-s atin>ioiit vis k- vis de l'IinjM'ratriru k taqiielle je 
m'cogagerois den parier. 

Je TOQ* eiiToie en meme tems copie des potot« d'in9tnie> 
tioQ qae j'ai donoe« aux deux gardes expedie^s dcmi^rcment; 
poar reconnoitrc le cbemin droit qni dvs fruntitVres de U Gal- 
licie m^^ne ii Cfaerson. Voas trouveres aussi copie de 1a lettre 
qoe j'ai öcrite k cette occuioa au Princc Polemkin.' 

' ÄraeUi, I. e. Kr. CXXXIV, p. 881. 

' Der Brief JoMplu «« Poteaikiii ron t5. Kovembi« 1786: Hob Princ«, 
«^ncrtque inc«rtun, n cm (Unz Gudw NobI«« que j'eBvwy» dinowaiMl 




so 

Je suis d^-cide, s'il est Immainement possilile. de me rendre 
directeiueut h Chei-son ei nmi h Kiovio, do fai;fiii (juo jt; [luissc 
y ßtrc un ou deux jours avant rimperatriee; et voici les raisons 
qtii m'engftgent h prcndi-ft ce parti- 

1° Je puis partir plus turd «t pur cuns^queut m'apprüi:lmr 
davantage du la ui«iileure Baison qiii rendra les fhomina pltia 
practicablos. 

2*' Je ne seroia paa ei longiems absent, et par Ih mes 
affaires wuffriront moins de retard. 

3^' ChertiUii <>st lo lieu pour lequel je me suis engage et 
qui est aussi II- plas iiUi^resftant k voir. 

4*" Si j'jillois ;i Kiovie et que je dusse lairu ly voyage 
avec riiiipc^ratrice jusqu'Ii (-'herson, je pcrdrois bi0.aiiC(»iip de 
leins, car snu dcjmrl d^^pendant du di!rgel pourroit ^tre sujet Ji 
des incertitndes et enfir j« craindrois mnini-; que riiumiditc sur 
les batteaux ne ni'expasat h iine atUiqiio d'^^rttt^ipfile. 

ö'* II seroit peut-etre fort embairnsBant de faire tin anssi 
long Toyagc avec L'Imperatrice, et tons les plats recbauffös ne 
räaasiMont prettque jamaia ou il fuut au moin« les rendre ausst 
Courts que possible. 

C'est donc dans cc sens que vou3 vons expliquerf^s. Mais 
Bi Ic« cbemins directs pour aller k Cbftrsoii seroient tiouv<^g 
eiiti^reuioiit itnpractiuablüs, alurs jo proiidrüia plutOt lu parti de 
me rendro ii, Kiovie pour y passer quelques jours avec L'Ira- 
p**rtttricfl avunt son d^part pour (_'lierflon, «t je reviendroia en- 
auite du Kiovie ,direel6ment au logis aaiiä alter k Cher&on. 



pur Kamintdr k Clienton pour en j-ecoiinoilre I& nniite, von» / trouTft- 
roiit, je Iva vliurgv udanmciitu d« cetto petlte lelire, trop Lbarinj <I« 
iloiinor iIm iRArquM de mun BOiivetLir k tiu ßilel aiTvitmir de inn moll- 
Iniir» »ini. lAv Qt ponr le tntit* d« niDii döpart et (Jüur celui du inon 
rulotir [)AT ililfümntM cinionxlAiicuiiF jo veux ui'iiiformer d'AvAiiuo do 
toiit^ii k<A roult's pDMibte», mtin de potivnir prülUer ilit innmeut do remjiÜr 
lo Mtiul iilijet quo je dösir« >i siiicrriitnvnl, i)a,vuir cului <l'a,rüir la duuco 
sntisfactioit de rovoir 6a MajcAiä Imperiale ti Lmiuvllv vuutt tuv&a cviu- 
Eiiou JB iiiiii riWillumeiiL atUcli^. Je jouirai A möme toni» du jilaisir 
qu'EIlo rr«ontira on vojraut pAir Ell« mdnifl les arraugeinaitK iulärosaatita 
■1 liM cT^tiana inrpreiiaiil)>% (|ii» miiiii de «a cutilinnce et de »a vuloiiti>, 
iroud «»4« e?u, roon Prince, faln» r^uwSr w prom|il*nieiit par votte x^le 
»t Tt» Uti>ni dans le gonvcmcmcnt qnl vone est conüt'. Adieu, raon 
l'rinc«, cToyi* (ju'i) me sera ^gnltimont fort aijr^able de voua rovoir et 
do VOU8 Bscurer de bouch« dtj l'aiiiitilS avec Inijiielle je auia . . . 



rti 



VouB nn r«r&> aueun uaage de toat ceci, oar jo voiis le 
miirqtie spiüement poor votre connoissAQce privt^e et nfin ()ne 
dans vos dUcoars vous puissi^s preveoir les espriu «n con- 
säquence. 

Qiidquc route qae je pronne soit dircctoment ii (Person, 
soit k Kiuvic, j'aaroift soid moi-mcmo de ino fairo [vourvotr de 
chevaiuc. et ce n'e&t cjuo dans les Ktats de ta domiualion de 
LTmiM^ratrice qiie je d^sire qu'ou m'en fasse Irouver. de vous 
envoie k cet effi^t la liste des vohurcs qne j'anrai avcc Ic 
Dotnbre des chevaiix qu'elles exigeront. §oit en ca* de bons ou 
de mauvaiE cbenüiis. De cette fuyon ne voyageant poini avec 
L'Iiup^'-ratrii^e je n'oinharraHfroU \tas tta siiilo punr les chevaiix 
et ne croiserois point ses disposilioTis. 

Lee deox caissea dont ce courrier est porteur, conttenneot 
DD btiste de la Princesse Elisabeth de Wiirtemberg cn porcc- 
laine avec Koti piMcstul qnc J'envoic H Mad' sa socur la 
Grande Ditcbcsse; je soubaite qu'iU amvcnt 3i bon port et vous 
Toadrea bien les lui remettre. 

Je £uis bieu facbt^ des nouvelles dissonsions qui existent 
dans la famille Impt^rialo et que j'ai »pprises par vos riipporlä. 
Le voyage des deux jeunes üi-and-Duc« h Kiovie est certaine- 
ment de nature h etre tr^ di^sa^eable h I.eiirs Altesses Iiii- 
pcriales, et j'en suis mi^me facli^ pntir I.'Iitipi''nitri<'C ptiisquc 
cela lui donne an nir d'inqaietnde que je ne voudroia point 
ftavoir dans son coeur. 

Au rcsU) j'ai re^u, mun eher Comte, par lo eourrier votre 
lettre et j'ai parfaitctnent f^out^ tout co quo vous avds dit et 
f«it k votre arrivöe a Petersbourg, 

La polilique n'oSre pour lo luomcnt rien d'iBt(5ressant h 
V0U8 mander. [1 taudra voir ce que devieiidra lo uoiivciiu 
Roi de Pmssc qui paroit cncorc tr^j| tndi^ris dans scs propres 
affaires. 

Vous prendres aveo von» h Kiovie tous les gardcs qui so 
tronvcront h Petorsbourg au toros de votre d^pnrt, pour m'iu- 
siruire bien exactemcnt de tont ce qni a Irait »lu voyage Ae 
rimperatrice, raais surtout pour ce qui i-ogai-de la dtiree de 
son st^jour h Kiovie vi a puu pKtH lu tcois do son doparl pour 
Cherson et le jour de son arrivtio en cettc villo. Vrms feres 
toujourK passer ces eourriera de Kiovie par Kaminick !i L^pol, 
puiaqu'iU me trouverout par 1^ lo plus suremeiit soit en 




92 

Gallicie, oh je compte in'approclicr vors ce tcm», on d^jU 
en route. 

Adieu, 111011 clicr Comte, c'est dans l'atiente d'uIt4iriem'eB 
notivelles et du ptaisir de vous revoir que je voua assure de 
l'estiine et de rmiiiti«^ avcc Icsquellcs je suis 

Sig.: Mon eher Comte 

Votre ivh» aä'eetion^ 

Joseph 111. p. 

P. S. Comme je sais quo vous n'Ätes pas mal gourmand 
et que vous aves h faire avec des gourmancts dans iin pais oii 
uidnie la politicjut! sv fait pyr lo palaia et l'tiatuiiiac; je vuus 
erivoVe iine petite caiasc renftTiiiant des faisans de Hobfeme et 
des chapjioiia de Stirie, qnc je viens de recevoir. Je souliaito 
quilü arrivent «a hou etat. iii. p. 



CXCII. 

Philipp Cobenzl aa ladwi^ Cobenel. 

Viflanu Iti äl. DeuOHibm 1786 

TaodiB quo la Lettre d'oflice que vous apporte ce coumer 
vouB donne des directions pnneipales, et que la lettre |)ar1icn- 
lifen! de rKinpercur vous ins[ruira sans drni(e de ses ititcntions 
sur d'autrea objets, je lto!» devoir pour le bJen du servlce vous 
iiiformer en conSdence sub sigillo confessionis de quelques 
partitMilarilet> qui ne sont pas coutenuee dans lee aut^dttes lettroB. 
VouB sauroz donc qu'il y a eu cea jours passes dos pourparlera 
cntre rEmperetir et le Princo Kaunit» 8ur un objet de la plus 
grande importanee, puisqti'il nc s'agit de nens moins que de 
la basc de iiotre Systeme pt>Htiqiie. Vous vurrcz tont cela par 
]ea pifcces que je vous ctivois ici de mon chef saus y 6tre 
authorise par persunue,' et par consequent sous la i'oiidltion 
bien expresse que vous nc forez contideni^e du contönu euver» 
qui cc puiasc <itre, non sculement panni vos amis dana ce 
paya-lä, mais memc enver» aucun de vos subalternes. De plus, 



' WahrMiiflinlivh sind dio Dfiiik>i(^)irirtou Über im AlliJiuK mit PreuMen 
g«m»i[it; BbgBttrui^kt K«iike II, H. ^9b— SUH. 



9$ 



d&8 quo voiis aurcz bicn lu et ta^ttä ces pi^ces pour les avoir 
iiaprimt^cs dnna votre memoire, vous les brnlcrez bicn siiremcnt 
vouft-meme k votre propre chemiaee, pour qu'ü u'eu reale pas 
le moindre veslige dans vutrc archlve. I.e Prince croit d'avoir 
pÄifaiteinent piM-suadt- t'Kmperinir, iiiiiis k moi il luo roste en- 
core deä doutes lä dessiis; tout mon but par eoDsequent eu 
vous faisaot cette confidcnce est de votis mettre en iJtat d'ar- 
gumenter sur cet objet t*n cas que i'Einporeur vous entretienne 
Bur ccttc tuAti^rc, cn qui arrivcra prohablcmcnt, bien cntendti 
que von» Ic fassieic de raanifire que l'Kmpereur ne puixse paa 
se lionter que vous 6ie& iostruit de cc qiii a m dcbattu ici 
enlre Ini rt lo Prince. Votm sentex bien qii'il ne sera pas pen 
parlä politique ontrc l'Kmpcrcur et I'Imp^i-atrice pendant Icur 
eutrevue, il est dooe bieo csaentlel que TEmpereur ue lul tienue 
d'antre ])ropos que cenx qui peuvunt lui fnii*« enviBager les 
chosca de \a manibm commn il iinporte ü nous qu'on Ip-s en* 
visa^e on Kuasie, en Tciigageant Ki possiblö est d'u|^r eu cou- 
8(/quence. D'apri-s ce que vous uous mandez, il semble que 
les uiatadoFH de cu pays-ljt cuiumencent k present h convenir 
de noa principcs; si cela est ainsi, nous lo re>;ardons conimc 
voti-e ouvrage, c'est donc k I'Euipereur k preseut Ji y uiottre 
lu 5cu)iu, et k vous par const-qucnt k faire de votre miciix pour 
l'y detcrminer. Si cc voyago produtsoit ec grand itlVl, on 
pourra bien dire que cela a etö de la part de l'Einpereur iin 
grand coup de politique; ei non, ce n'aura «'t^ qu'une convis 
bien fatlgaiit«. VuiiJ» eo (jui uie paroit ii uioi salvo meliori. 
Kncore une choae. Suremeiit il sora paj-iti enlre vous de bi 
Pologne et nomraoment de la question : quei i'ole nous devons 
jouer dans ce paya-iiiV Nous avoiis diäsertö sur ce poiut pen- 
dant votro dciTiier a^jour h Vioniie, d'aprj^s cela et d'aprAs ce 
que vous nous avez ^crit, le Prince n fait occasionelleraent k 
l'Emperpur le nipport que je vous joins ('galemeut ici pour 
voLre iulbriuatioii, qui coiuiue vous verrez n'a uniniutif^ pour le 
uioment k aucuue dcterniination, pareequo ot rKuipcrcur et Ic 
Prince flottent euuore loujonrs djins Tincertitude s'il seroit pour 
nouä plus utile ou yhia dungereux de uous meltre 9ur uu pied 
de prätension k avoir aussi uti petJC mot k dirtt dans cc paye- 
Ik. Or il uie semble k moi qu'au point oii les chosos en sont 
ac'tucllcmcnt, cc seroit en effct plus dangerenx, mais que si 
TEmpereur pouvoit effcctuer aapr^s de Tlmpt^ratnce ce que 



94 



Tons ind)r[nez et ce qne rona croyez possible, alors tont danger 
c«s*eroit et il ne rcsteroit pour nons que l'ntilc. 

Vo«B me dites lUns une de votres. qae nos affaires com- 
menccnt h, mieax aller aoaei avec la jeune Conr, et j'ai iieu de 
rroir« qae ce soit ainsi, putsqiie rEmperetir vient de me dire d'en 
avoir re^ des lettres cvnyaes dans ud ton amical au delk de tout 
ce qoi se faUoit jusqa'tci. L'Kmpereur cd repondant k L. A. I. 
par ane lettre fort honnStü y a ajouti^ tui Poslecripttitn reservä 
von^n rn de tcrmes intiniment obli^eanta et tendres qui de- 
rroicnt n^e«eairement les captiver. 11 leur dit en snbetaace 
qa'il prcnd tont la part imaginnblij ii tetirs plaisirs et li Icurs 
poinos, et letir offro d'nne maui^ non dquivoque ses bons 
Offices aaprfes de rimp^ratrice. Je crois qn'U n'j a paa de 
mal k cela, qnaad au fond de la chose, mais j'aurois desir^ 
qoc I'Empercur ait na peii plus pvtfc les expresäions, parceqae 
obscrr«^ et surrcill^ comme cea Prtncea sont, Jl n'cst peut-ctro 
pas absoliiuent impoasible que ce Postcriptitm passe »ous lea 
f e«x de rimp^ratrice qui poarroit ne pas approurer <igalemeQt 
tontee les fnaes. Rh'u n'e&l plitt; Tuiidö d'aillctirs que votre 
rcmarqae qu'il fant gagner la Grande Duchesse en &tsant da 
bien a im^s parents arant qu'elle nc puisse les assister 
elle-m(;aie. L« mariage de l'arcbidnc »croit pour cela l'occa- 
sion la plus javorable, et lo luoyen imogin^' autrcfois par l'Eni- 
pereur meme de donncr an Prioce Frederic Engfene le gou- 
vemement de rAulricbc Anteriearc, Yid6e la plus heurcusc, s'Ü 
voiüoit Ja mcttre en execuüon, c'cst un point essenticl, anquel 
VOU8 deves tacher de disposer l'Kniperear de votre cot«^, nons 
vons seeoodenmB ii cet cgard de toiitrs nos forccs du notre. — 




1787. 



CXOIII 
Cobeul an Joaepli. 

pAf Eiliiiactowies. S' P^lareboorg c« 18. JKiivier 1787. 

Le gmrde polonaia Uyeskv urriv^ ici dana la nnit du 4. 
an 5. ta'n remis le« ordres siipröines dont \'. M. l'*" a dai^^ 
lu'lioiiorur v.n date du 22 d<>uciiibro. 

Je n'ai pas manque de faim parvenir ii riiup'" la lettre 

dont V. M. I. a daignf^. me cliarger, cette niignste sonveraine 

cat iofiniment seasible ä rattetitioii reclierchee de V. M. d'nvuir 

Toulu lui äcrire encorü avant son d^part de I'iHersboiirf^ pour 

]i souhaitcr un bon voyagc, et cette lettre de V. M*^ n fait 

^•ur cllc l'c-ffet ordinaire, c'est Ji dire le pUis grnnd plaisir. 

Conform^iiient itux ordrus supreiiifs de V. M. l. j'aj dä- 
olfträ en tems k M' le Vicc-Chancolicr, qu'EUe äloit dt^cidä st 
la choso etoit posaiblc de se rcndre directement ii Cherenn p&ur 
avoir lu satisfactioa de se retrouvcr nvec Sa Maj'" I'Ioip"', j'ai 
ajoutä, qu'une des ruifions qui detentiincroicnt V. M. ii fulre ce 
toboix puur cette accondc cntrcvue i^toit qiie la promesse que 
Mkl. I. avoit fait k rimp""' lors de snn premier voyago regar- 
doil Chenton. et que V. M. roaloit eu toute choso observcr 
8crupulcii.sßmont tc.» (^ngagenicna qu'I'Illo avoit contractti vis-k- 
vis de son intime alliee. 

Je pois dire que rinipj^ratricc a 6t6 enchanti^ d'apprendre 
avec cerütudu qu'olle auroit le botiheur de revoir V. M. EUe 
m'en fait assurer par M"" le Vice-Chancelier et le Cotnte Bes- 
borodko, et tous les canaux indireets me l'ont encorc plus con- 
fitmä; a quelques personnes inditT<^reiites qul m'ont demaod^ la 
raison pour laqiielEu V. M. iie veiioil point ä Kiow, et ne faisoit 
pa» In mute avec rJuiperatrlce de Üi jusqu'Ji ClierKon, j'ai rü- 
pondu que les mc^decins craignoient qu'nn voyagc par can de 




96 

81 loiigue lialaine n'oceastonnat qiiclque rcasftntlracnt d'erösipMe, 
ot cette raison a fcru^ In. Liuuclie k tout ]e mouiU. 

La maniörc dont Tlmp" a re^ii la nouvelle de la r^sulu- 
tion de V. M. I. de veiiir k Chcraon. a jirouviS r^ue je ne 
m'ctois pas trompr* cti assurant f|ne tniit ce qu'clle dtisiroll, 
c''öU»it k; bmilieur clc rcvolr V. M. et «jue le lieu et ta dunSa 
de l'entrevue ctoicnt absolument h 8a dispusiliün, en memo tems 
j'ai en roecasion dft mc t-onvaincre encore de plas en plus 
combieu l'Iinp"' s'attendoit a celte luarquc tramilie de V. M., 
et lo mauvaia effet qai r^sulteroit si l'entrevue n'avoit pa» IJeu. 
Pour pi'f'-pnrer Iph ospriia h tcl ordre tpio j'aurnis pii reccvoir 
k cd <^^iird de V. M., j'ai aouvcnt parM m^mo dans le public 
de ce qu'il ^toit beaucoup plus difficile k V. M. I, Je sortir de 
sen (^tats k pi-esent^ que du vivaiit de 8. M. rinip*" Keine, et 
j'ai VII tOHt<T» !es perfioniioa hien intoiitionn(^(^ fori all«riti(''U 
loi-sqiie j'appuyoi» trop hV dessos. Le Koi de Prn«se u'a pas 
manquö de r^pondre partout que Teiitrevue n'aum pas lieu, et 
d'en uunt^luru <|y'il y a du refroidiHöiimeiit eiitro les deux Cours 
Iinp'*^'. D'uii autre c*ni on s);ait ici par des noavclloa secrfctes 
que la Conr de Berlin rcdontc trfes fort eette nouvclle occasion 
de cimeiiter de plus en plus l'unioii de t'AutricIie et de la 
Rusaic, et poutfitre qnc ce n'eat paa suna raiaon. 

J'ai rfionneur de mettrc trcs hnmbleracnt nux pieds de 
V, "M. I. la lettre dont S. M, rimp" m'a cbarge pour Kl!e,' ainsi 
qu'une autre de uette souveruine pour Madame la Pnnuease 
Klisabcth. Ces lottres sont dt^jii dcpuis quelques jours entre 
mes mains, maia avce la perniission de l'Imp'* j'ai vouln riac 
lo prwient courrier ne parte qu'iipröa soii depart pour en porler 
la nouvelle positive k V. M'*, en consdquence en mo rendant 
Ik Czurekoe Selo, j'ai laiseö touteti mus d^peches sign^es cutre 
les niaina da Baron Seddnlcr, qui dts qu'il aura )*tc) averti, par 
un de luea gens envo^i' par moi, du d^part de la Cüur, ex- 
pddtera te pr^eat courrier. 

Ah bal jmr*'; du jour de l'an S. M. Imp''' a fait avertir 
les danifs par la l'rincesse Daschkow, de prondre cong^ d'elle, 
o'est ä qnoi ellcs ne s'attendoienl nullemcut dans cet instant 
Ik, aprt^s qu'cllcs uurent tuules balBti la niain de Tlmp*", eile 
8'appruchat des tninistres 4^tranf;erH, prit congf^ d'enx et sc rctira 



* Ammb. 1. c. Nr. CXXXV, p. 280. 



aprbs r|ae toat le corps diplomotiqae exceptä nous trais voya- 
geurs et toutes les personnea q^ni se trouvoienl an bal lui ourent 
^gnleincnt haisc^ la iiiain. 

Le 2/13 S. M. Imp'" se rendit U l'eglise de Casan oü on 
fit Ics priftrcs accoutnmrjes pour son heiircux voyage et de lii 
partit ]>öur Czai-skoc Scio. Elle fnt accompapn<5 dans toute la 
vilJc pur une foule de pcuple, qui U combloH de beni^diction, 
la tristcsso (itoit peinte sar tous les visages, et on peut dire 
.Sans flatteri*". que cett« souverainc est t;»5nöraUmieiit aim^e. 
.Kou8 nous «oiimicfi roiidu ii Czarakoc Helo le H/17 au soir et lo 
7/18 S. H. a entrepris son voyago. 

J'ai riionniFiur de mettri; imx pieds de V. M. 1'' uiie carte 
qni vient dNltrn gravrie dii voya]*(; de rinip*^, il n'y a absulu- 
nifOt aueun changement relntivement h, sa route, ni dans toua 
les nrrangemens qui ont «tt; pris, seiileiiient dtins les dernicra 
niomeiits du son st^joiir h Petersburg. F-lIe n iiaumiri du voyage 
la jcunc cointcSKc (jKcniicIicw. dcinoiaelle d'lionneur, tille du 
Vice- Praesi den t de l'Amii-aat^ pour tenir compagnio k aon pfere, 
qui est tciijours comble de disünctiüns de Cour, et qiii ne peiit 
jiimaifi obtcnir iii crt^dit dans lua alTaircs infime de son dö- 
partement ni gnVce pecuniairej dont il aaroit cepcndaiil grand 
besoin. 

Toute la famille du KariKchkin, c't-st U diro Madame et 
tontes ses titles marii^cs et non maritJes se sont rcndu k Kiow, 
ob ils tiendronl inaisoii pendant le adjonr qn'y fera !a Cour. 

CoiiforiUL-imnit aiix ordres supretnes de V. M. I'" je n'at 
fait aucunc nientton de kuii iiiteiition dt^ Be rnndrc ä Kiow, 
dans le cae oü le eheiuin dircct ponr Clicrson seroit trouvd 
impracticnbic. 

En lisant les lettres que V. M. Irop'' a adrese** h LL. AA. 
l'^ au inonii.Mit oü elles leurs sont pnrvcnns, 11 scmblcroit qu'KIlea 
ont devinr tont i-c qui fM arpivt- ;i leur egard, tant les expres- 
sions dont ae sert V. M. sont adaptccs li leur sitnatioii; je n'ai 
paa manqtie de faire renieitre ees Icttieo d^s le lendemsin de 
l'arriv<5e du courner. et tV'tat oii elles ont trouve le Ornnd-Duc 
et la Grande Uueliease. a cneore ajouti^ ji. la rcconnoissaneo 
dont ils ont et6 pen<-tr*^; Madame de UeukendortV etant vemi 
le mänic soir au bal uhez moi uc dit qu'ello avoit ordre du 
Grand-Dac et de la Grande Ducbesae de me dire que cea lettres 
leiir Hvoif-nt l'ait le plus grande plaisir, et qn'i-lles (';toient bien 
P«nt«t, U.AtIb. 114 UV. 7 



vivomont tnucht^s des sonttmcns qae V. K. manifestoit pour 
tilloi, olle nVst enlrr dans aucun aatre detail, et moi de mon 
(:6|(^ je ii'ui n^poiidu (|ue |mr des asstirances gener&Ies de I'amitiä 
du V. M. I. [toiir LL. AA. Inip'^. 

Mi'8 nipporls saccesaifs a la Chnncelleric de Cour et 
d'KlAl iLiiruiU poi-t« »ux picds de V. M. I. U nourellc du dä- 
pnrt miliit du Prince de Wurteinborg et de ce qni l'a oeca- 
üiünnö, mon P. .H. d'aujonrd'hiii cootient qnclqnelR dt^Uils ult«^ 
riouni k cc snjel. 

l>i-jk l'idije de l'Iiiipi'Tatrice d'ameoer les jeaoes Grands- 
Dum II «'ti- Uli eoup torriblo pour Ll^. AA. I. ni siirtoni pour 
Jklikdümo la Grande Duchesse; S. A. I. m'aynnt paric nn jour 
dn Cour des fetes de Kamenoi Ostrow pr^ies k recoiniuenuer, 
iil lui ayanl rtjpoiidu que je les atteadois avec d'antant plus 
d'Hn}intienC'C quc j'en proütcrois tr&s pen cctt«) aimt'c, duvant 
jiarlir avec l'Iuipi'Tairico, le» larmes lui sont venu aux yeux 
au süul niQt de voyagc, eile a eu toutc la pciiio du nionde ä 
garder contenauce, ulle m'a fait dire par Madame de Benken- 
d«irff dans qucl ^lat je l'avoi» uiis quoiqu'innocemcnt, et il a 
fallu loTi^tems pour qti'elle s'accotitume k eutcndrc prononcer 
le uiot de vojago. H n'est sorte de moyens quo la Qrando 
Duchesse n'ait iiiis cn usage pour detourner ITmii"" de son 
projet, jiiHqii'ii cmploycr m^mc rcmremise dn favoin, mais tont 
a äte iiiuüle, peut-fitre m^me qu'on eii a trop fuit, et quo siuxs 
raclionieraent des soUiuilations de la (irande Üiichesae Tlmpt^ 
ratrice olle-meme auroit pn revcnjr de cette idee, mats l'liabi- 
tade de voir lout eecooder h ses Toeux est cause que S. M. 
ri'atinc pas la contradietJon, et qu'ellc n'on dcvicnt que plus 
obstinee h ce qu'elle a une fois resolu. 

Ud cadeaii fait avec gr&cc par Tlmp*^ k la Grande I>a- 
eliesse avüit uu momcnt cause mie petite joie k S. A. Inip'", 
maiB dfes le lendcinain un leger mt^sentenda h de nouveau tout 
gtX&i la Grande Duehesun a deinande Jlanioiiow* elm»: eile 
pour lui faire «n presont par la raison qu'il avoit «5te porteur 
de celui que S. A. I. avoit reyn, l'Imperatrice a cra que c'etoit 
pour Tengagcr ü faire de repi'^äentjiUuii cunLre le voyage des 



* AiexAii'Ier DiiniUinw Mamonow-, Generalmajor , Cornnt der aile-liitt^ii, 
eritar Mi^or der Pravbraflenfikj'achon Garde, Adjutant und Kammt>rlierr 
der Kiiiterin. 



09 



Jci&nos Graoils-Ducs, et quoique la chose a Mi äclmrcie le 
lendßinaln. )a Grande nuchesso. eii a AU't pmirtant fort affect^e, 
eile n'en etoit poiiit encore reniise, et i^loit möme inconinuKlee, 
lorsq^u'est survenu comme nn coiip de foudro raffaire du Princc 
do Wurteiiiberg. 

11 Rät impossiblc de jastificr la conduite qne cc Prince a 
tenn pendant toute la (lurec de 8on aejonr cn Russie, il ötoit 
<l'uiie violeucc extreme vis-k-vis de totis »es subalternes dans 
8on gouvemeinent, de ses domostiques, des onvriers et niar- 
«.-liatids qui füiirtiissoienl sa maiaon, dont plui^ietirs üiit t'iä tiial- 
traitä [kar lui-memo, nombre d'allcmands dana ce cas lu sont 
venu poi-ter des pleiiites ehez mol, et je sais que Madame la 
(irande Duchcase ayant tente vaicenient de eorrigur son fröre 
faisoit payer süub main des comptea qu'il refuaoit d'aequitter; 
pctt de Icms avant son nvcnture, nn ancien cnisinier h, lui est 
venu se pleimlre ii iiioi, que le rrince ne l'avoit pas paye de 
la d^pense d'uii couple des ^ands souj>erB qu'il m'avoit doimi^ 
11 moimrme lors d'uti coiirac que j'ai fait U Vibourg^ nvec ma 
famille passe trois ans; le Prince s'^tant appcr^ii, que &on 
äpouse avoit quclqu'intelUgence secr^te avee rimperstriee eti- 
gagca lui-m^'mc un jeime hninme i» faire la Com- h. Mademoi- 
acUe Prisborne, denioisello d'honnenr de la Prineesse, qui avoit 
sa coiUiance en lui promettant de Tepouser pour obtenir sa 
confiance, et savoir ses seureto, ut apr^s la planier Ik, voulaiit 
cnsuite se döfaire k tout prix do cettc raerae demoäaelle d'hon- 
neur ä qui le manvais etat de sa fortune faisoit suppnrtcr tonles 
tes brusqneries du Priiiee, U eiigagea an de ses aidea de camp 
de se ^li^ser la imit ilans rappartniiont de cntie pcrsonnc, et 
tout unimcnl de tacher de la violer, heureusement que Made- 
moisclle s'est trouve la plas forte et qn'ainsi l'cntreprise n'a 
pas reuesi; Madeinoiselle de Prisbome ayaiit fait des plaintea 
au Prince, il I'i^nvoya promciier, eile qiiitta alora la Princesse 
et est deveiiu depuis demoiselle d'hoeneur de la Duehesse de 
Meklenbotirg; je tiens ces details pen conniis des personncs 
digries de foi. Vis-Ji-vis de sa ienuue le Prince a exercö les 
plua grandes violences, et eile de äon cfltci n'a ricn fait de ce 
qu'il falloit pour l'adoucir, Ifi croniquc scandalcnse pr^tend 
qu'elle avoit de l'iticlinaliQD pour le jeune Prince Daschkow, 
et que le dernicr i'^clat qii'cllc a fall avoit pour bnt c&sentiel 
l'espuir d'^tre du voyago de rimpi'rntrice, et de rejoindre airsi 



I 




loa 

Bon l)ien «imt'! rinnt 1e r^giment pM on quartier h. Kiow. Une 
graiiJo |jni-tie dos piis Je i-lerc cjuc le Cumte et la Comteisse 
dn Nord ont fait poiidant Eeiir voya^fi icur onl 6t^. siigp^rds par 
le Prince de Wiirtcinl)erg, tl donnoit d'aiilcnrs de trfes mauvais 
conftcils au (Jraiid-Duc, toiis cslfjuAs siir son caract«'!-«; impelicux 
et violcnt, et <juui(|uc le Onind-Duc lus l'aiiiioit im», kg i\u"i^ 
dieoit n'en fatsoit piis moins d'impreasion sur son Altossc Imp''. 
Malpr*^ Ir rnauvais traitemont du Roi de- Priiiwe, les liontes de 
V. M. I. poiir 8a maison, Ü ti'eii ^toil pas moiiw pransien dana 
l'äme et U ne sorte du brait ridicule qn'oii ait fait courrir pour 
allarraer LL. AA. Imp''" qii'il n'ail apjiny« de Ums ses efforts. 
C'est un dp« plus grands jiricfs quc rimperalrice avoit oontre 
le Prince, d'autant plus que S. M., l'nyaDt pris k eon eerrice 
djins le tnonient oii 1p ](o) de I'russe l'nvoit si mal traitä, bs 
flattoit d'iivoir donnt'; par lil ati Oraiul-Duc ftt ji la (Irandß 
Duclii^ääe IUI (luiineur de conseils Hntipntsetiun. 

Tous ces faits n'etoieut point igjioviS de Ja Grande Da- 
chesse, qui di^eiroit di-piiiw Innjjbrnia IN'tluig'iiemetit du Prince, 
mais itinl^rn^ eela la mnriicrc briisqiic dont Ea t^liosc a ötß ex^ 
cutec, a pÄnetr«? de douleur LL. AA. Imp'", et tons ses torts 
n'ont pil faire oublier ii I» (Vrande Ducliesse qn'il «''toJt 9on 
frt^rc, ulli: a i'^tü nmladc dt! cha^rin au puint d'avoir pendant 
dix joui-s tons les soira un accfes de ä&Tre. t>n <5toit 1» souper 
ehest la Grande Oucliesse au monient, oii lo Comte de PohscIj- 
kin est arrivee avui: les deux billcta de rimpt-ratrict*, Ic Prince 
u rc^n le sicn avcc assi-s d« fermeti! il a pri<; Iß Grand-I>uc 
de ne rion dire k la Grande Duclicsse devant le monde, mais 
rentri' dans l'int^rieur de l'apparteiiient, le l'riiice s'est laisS^ 
aller k UHit,H »u furiMir (.'onlrt? llmpi-nitrice au point quo Ic 
Orand-Duc lui a imposfi silencc, et lui disoit de sc aouvenir 
que c'^toit sa mere et sa sonveraine. Aprfes (es premi'prs jnnrs 
cependant les ehuses se sotit uti peu ealinö, inoyennant beuu- 
coup deK lucasapes cntre la f^randc et la pfttilc 1~!our; U pro- 
tni&re fois qnc le (_lrnnd-I)uc et la Grande Uueliesse ont reva 
l'Imp^ratrice apr^s leur Indisposition et lenr rrtraite qui & dur^ 
pris de lö jonrs, il en unt öirf re^^'u fort lendrenient, lo Prince 
de Wnrtcinberft a laissfi ici 40.(KK> roubles de dcttes, ie Grand - 
Duo it eliiirgt- M' Nicolai de faire vendi-c sou mobilier et d'en 
payer les crt-anciers, ceci n'^tant pas suflisaiit lo Grande Du* 
elieR<M! H rripondu du re»te, on m'attsnrn dann ee inomont qne 




l'Itnpöratrice I'ayant uppris avuit fiiit iliro k k (ürande DuchAx&ct 
qu'clln a\-uit lipii fi'etre ofFenae de cc quVllc n'& pas eu con- 
tianue en die poiir un<? »uns! pelitt; somme. 

J'«i cm de moii dovoir d'ajonter Irfes-lmmblc-mont lou« 
ce» ddtails, k cc f|ue conticniient U ct't (^Rartl m«s rapports h 
lu (.'lianccllorit! do Cour ctd'Ktai. Si le I'rince dy Wiirtemberg 
lienl la promesse r|u'ii a <lorin<S de ne poiat reiitrcr au öt-rvira 
pmtfsien, U est iri:» boa poiir Ics iiit^rt^ts de V. M. qu'U soit 
öloigint- An *.Trrtnd-Duc et de lu (Trando DuchoBSP. 

An raoinent oi'i je cotu-he par t^cTit cettc trfesbmuble re- 
lation, je viens d'apprcudre quo lo Juuiiqs Grand-Utics Alexandre 
et CunHtanlin sc «luiüeront paa Fötcrsbourj^, voici tsomiuutit la 
chuse a'Bst pasäpc. 

J'ai cu l'honnear de rondro compto dans me« rapports k 
bancellerie de Cour et d'Etat quu lu Graiid-Duu Alt-xandre 
t Kit- retüiHt qiielqtie teiiis uliez lui pur ia pelitc v4>rolo 
volante, k peinc etoit-il r<'tabli. quo Ic Orand-Duc Conatantin 
a äte attaquc de la meme inaladie, on a« tlattoit qu'it »'en 
tjreroit imsBi aisement que sou frire. mais ii lui est rcste beau- 
cmiji du pelilf» tiiiiietir« sur 1« «ori»» ot aurtuut juix jambes. 
qiii s'oHvrent l'une aprts l'autre, commc unc esp^ec d'uicire, 
ec geueral il a Ic »auf; tr^s !*corbutii|ue couime lu Oraud-Duc 
son p^re,. on pnUoDd, qu'un an l'a itus uäsez purj^e dans sun 
indiB|>f>bilion, cc qui vicnt de cc que rimp*^'' n'aiiuu pa8 du tout 
les nn5dicines; son t'tat n'est miUement dacgereux, mais il de- 
mandc des meoageiueus, et ii est incompatible uvec Je projet 
du vuyago. L'ImpöraLrice s't^wit toujotire flaU)5 du ecmtruira 
jugqu'an jour de l'un, oü apr^s !c bal par(; eile est allf; voir 
ellc-menie le Grand-Duo Constantin et a ele effraye^c de sod 
elat, eile » ürdonrw- au g:<5neral ÖoUikow de so reudr« le 14/3 
k Czarskou Selo pour y recovoir Ins ordre» döKnitira, ayant vu 
de nouvean cc jour la par les rappürts du m^dccin que la 
snotc rlu Grand-Duc ne perniettoit pas du tiiiit ]<r voyage, tdlc 
dcmandc M' de Sühikow cu que disuiunt la des&ua lo Uraiid- 
])uc et la Unitide UiK^bcHbe, ils ne disunt ricn du tuut. repnndit 
le g^neral ,il9 connoisscnt votrc tt-ndrcssc pour leiirs cofans, 
et ils aoiit {»erisuad^, que voiia ferös tout pour le mieux, au 
roste apr6s avoir rcyu vob deriiiers ordrcs sur Ic voyagc de» 
jeunea Grands- Duc^. Üs s'y sont tout k f'ait souini», et ont pria 
teur parti )k dessus/ ]'lmp6ratr!cü apres c|ucl<[ueis mumons de 




102 

refioxioii <lit eufiii :i M' de Sultikciw, hs Grands-Ducs ne par- 
tiront pa8, et dans l'instant Sa Miijc&tt' fondit <mi IniTnes, et ftil 
long-tems sans pouvoir parier; il est certain qu'olle s'dtoit fail 
iino ffttft de !cs avoir ave« eile pendant ce vovage, et qu'il Itii 
en coutciu d'etrc si loiig-tuuis &aaK lus vuir; rimpt^mtriro a 
icrit k LL. AA. Imp""" qu'etlo les prioit de nc puint vcnir ii 
Caarsko Selo, parccqup dnns ce moment-ci il lui seroit trop sen- 
sible d« prcndre coiige d'eux et du Priuce Alexandre; le Grand- 
Duc ot la Grande Ducticsse aont enclianti! dn cu quo lenrs 
enfana reslent ici, tel est 1» dänonenient de cette aü'airG qui 
oceupe la Cour plus qu'autrc chose depuis iin caois. U en In- 
sulte qu'ou 86 Bera s^pari^ en aseex bonue iiitulliguiK'f. 

LL. AA. I. ne m'ont charg^ d'aucune cMjmmiasion parti- 
califrrc pour V. M, Rtir 1p« offrcs kI lendres et si amiirales (ju'eUe 
a bicii vooln Icur faire, de mon c6t<i j'ai execule scrupulcusc- 
ment l'ordre iiupK'<me de V. M. de nc pas paroiti-c infonnö, 
j'ignore en cunsiiquence s\ la rdponse tiue j'ai i'honnour de 
mcttre aux picds de V. M. conlicni quclque dcinando, cc qnc 
je ptti» asöurcr, c'est qnc dana ce monient-ci LL. AA. Iinp*^ 
sont attacb^es de coeur et d'ame h V. M. Je ne puis enoore 
d^coQvrir aueini traCB du i[nelqiie currespondance secrete enire 
Ic Grand-Diic et la C^oiir de Berlin, on lu'assurc qnc le Prince 
Evöque de Labeck qiü ^toit fort enüiuusiaste du teu Koi de 
Prusse n'e»t pas du tont bien avec culni d'aujoiird'lmi, et <:'etoit 
por 8on canol qu'on a sup^^onu«'. qne ponvott f;tre vcnn des 
mewagcs berlinois. Le Gra:id-Duc a auprfes de lui nn ofificier 
subalterne qui a eervi aiitrefoiB eu Prasse, il a beaucoup de 
pouvuir bur 8. A. Lnp''^' pour lea affaires inilitaiivs, et par son 
consoil lo Orand-Ünc envoie Tun nprts I'nutro des ordres de 
tont esp^ce k son r^ment, qui sont canse quo tons Ics oi^- 
oiers de in(^rite se relirent sncceäsivcmcnt, je l'ai sapvonn^ long- 
tenis d'nirc un emissaire du Koi, niais on ni'assurc qu'il est 
trop bom(i pour cela, d'ailteurs 1! est observß de prfes, Ini et 
M correfipondancc par Ics ordroa de Tlmp""'. Le Grand-Dnc 
«era tuujours d'un caruct^re cliangeant irresolu et suscepttble 
de prendrc des impressiüne du premier venu auquel il s'adressu, 
tnais eo »ra toujoiint la Grande Ducbessc qiit aura rempirc 
le plus decid»' 8ur lui, et il sent lui-meme qu'il ne peut pas 
se passer de ses avts et de ses conseil:», c'est donc la Grand« 
Dacbesse qui est la pereonne la plus interessante a gagner, et 



103 



cettc Princesee k ud fond de MusibÜile qui as»urc d'iino re- 
connoissnncc eleniclle tous ceux ii ([ili etle i^roira avoir obltga- 
tioii. Outro les vhagrin^ t|n'a uu Madnrae la (irnnde Ducbesse 
ivlalircmenl k cc qui a H6 dit cidessii«, ello a en cticore la 
ilouleur de voir daiii» lu mciue teuis Je (iraud-Dac avoir uiie 
espccc d'iiiclinaiion poor Madame Skawronaky, il Iiii a fait U 
cour fort assidat^ment et nt^mo sous Ics yenx di: la Grand« 
Dncfaesse Jt Kamenoo Ostrow et ea ville, et on pr^terid qu'il 
lai a rcndu quelques visitcs sccr^tes, M"" la Grande 
Dttchease a en lu bon esprit du ne puiiit pamtlri^ jalouse, quot- 
que dans le fond du cocur ello sonflroit extW-mcmcnt; par ccttc 
sag« coiidtiiU} ulle a et^ eile raöuiti üii quc-Kiuv Korte ea conli- 
dente et u'a rit-n perdu de ses droiu nupriV"« de lui, it y a tuuL 
Üeu de croire que ce n'est qa'un feu pHHsagcr qui ne durora 
.pat. M"* de Skswronsky ayant d'sillcurs qtiitti^ P^tersbourg 
poar se rcndre aupr^s de suu oni-lc. L'indispoKiiion drt la Grande 
Darfaessc n'est provenue quc des chagrins qu'elle a eprouvü, 
\c. fond do sa Constitution est exccllont, maia la snnt^ du Grand- 
Duc est biei) loin d'etre aussi bonue, Mohrenbeiui tn'assuro 
qn'il a quelquc fois des oppreseions si violentes qu'd en perd 
la respirAtton, et que cela tk preaqne jnsqu'aux ronvulsionft. II 
n'y a aui-iin dai)g*-r pi-f^senl, niai» si on no !ü giierit paa do 
uola, il lUL-aaee de nu pns faire de vieux os. Au reale peu 
de gens ici se doutent de son etat qn'on cache avcc soin. 

Par les sollit'itrition« de Miidamo de Benkendorff j'ai fait 
parier k Bcsborodku rvlatirement ti ce qui cunccme LL. AA. 
Imp'", et il a promis de saisir uii bon momcnt poor ougagcr 
l'Imp^ k les fnire vcnir n. Muscou. si eile y reste asseE de tems 
pour quc ccia cn vaillc la pcine, c'cst unc clio»e qui feroit le 
plus grand plaisir au Grand-Duc et k la Grande Duclicsjte, je 
dois agir k cet egard avcc la plus grandc cireonspeetioo, pour 
ne pas ristiucr d'<*lre comproniiä vis-k-vis de Tlmpöratrice, qui 
ne me pnrdonneroit pas de mc meltr des choscji par«--illc», et 
c'eit cc que Besborodko lui-iueme m'a recomiuund<5, j'ai engagä 
BUS«! ce Hueretaire du cabinel ä s'inU'resser auprfts Sa Stajpati^ 
on favear de M"" de Bcnkondorff pour lui faire avoir des terrea 
en [jiTonie, et je dois croire qu'il a d^^k commencif^ k faire 
qitelque chose pour t-lle, puisque Tlmpöratricc qui jiisqu'iei ne 
pouvoit pas la soutTrir, k tont d'un coup dit beaucoup do binn 
d'ella k Monsieur de Salükow k Czarsko äclo, cn avouant 




104 

qn'ellc s'^loit trotnpe sur mn compto. U n'ccbappera pos k la 
haute p<5n^tratioii de V. M** Tmp''' qucis sont Ics motifs qui m'ont 
eogiigä k fain cett« U<^iuarcbt; auprös de fiesborodko, par k-quel 
Je n'ai jamaiB h craindrc d'etre compromtB, c'est un Iioinmu 
aar leque) noua pouvoitö ahüoliimcnt cotnptcr en tout«^ cIiorc. 

Le Prince Potemkin n'a ricn c« de plus presse quc d'en- 
TOjer ici la lettre dont V. 3[. I. l'avoit Iionore par les courriers 
caToyä direftement U Cheruuii, je n'ai pas lißsoin de dire com- 
bien U a ^tö flatte des cxpreasions dont V. M. I. a dai^ö so 
servir k son i^gard, c'est nn brevei tont paissant en sa faveur 
aupr^ de rimp^ratricti, cette letlru a fait uassi ici un tres 
bon cffel. 

J'ai dit nu Comte Uesborodko cn Ini faisant des coropli- 
mens de V. M., que 31' le Comttr de FiükonstL-in s«n>it bitm 
aJM de le revoir ä Cbenwn, et qu'il etoit cbarge de ra«surer 
de la bienveillance de Ha Majcsti; TEmpcreur, il a et^ infini- 
ment sensible ä cc coraplimcnt, et il m'a charg*^ en le nieltant 
aus pieds de \*. M. de L''a««urer de «on zHc pour le« iut»'retä 
du plus intime allic de sa souvcraiae. J'ai cra devoir faire 
V^galemcnt un eompliment au Cuoite Leiermann et au Comta 
Woronzow et Icur dtrc quc V. M. litoit Hiebe quc lu voyagc de 
riiup" ne Lui procure pas rocca»ion de les voir, penetre de 
reconaoissanee ils m'ont pne de les mettre aux ])ied5 de V. M. 1. 
ei de I/aesurcr rgalement de leur attavbcmenl au siät^mc. Ces 
trois miiüstres, Maikow qui vicnl d'arriver et Sakcn, (iouver- 
Deor du Grand-Duc Constantin, dont Ics porsonncs sur Icsquclles 
Qous pouvonfi compter eutitremcnt. 

11 ptaira k V. M. I. de voir par mes ri^ipurts ii la Chan- 
cellerie de Oour et d'Ktat, qu'au momcnt du ili^part de l'Im- 
peratrice on a conelu le« trait^ de commerce avec les C^^ur» 
de l'rance et de Naplcsj quant au premier en m'a t'ait valotr 
loa faeilitea qu'on y a appond cnmme unc (b'tferenee k noa prin- 
cipcs, dont BcÄborodko et Woronzow reconnoisaent parfaite- 
ment 1 evidencc, on e»t «eulement fadie de ce quc la Cour de 
Berlin a bjiisse le ton pour leii atlaires d'lloUaude et ne veut 
paa so brouiller avec la France, ce qu'on dü&ireroit beaucoup 
iä, on attribue ee cbangement anx intrigues de Monsieur le 
Comte de Vcrgennes. 

Ou est fort atse ici du voyage que Leur!< Majest^s tiici- 
liennes se proposcnt de faire ä Vieonc, on de&ireruit qu'elles 



^^^ 105 

'attachasscnt de plus cn pfua k V. M., ce qu on rcgartle commü 
pouvoir elro trös tililo pour des cas possiblcs danB l'avenir, on 
»iippose qtie les mihi]!« considärnbles qau V. M. I. vcut tmrQ 
voir ftu Ro) de Naples ont pour bnt de Im insph-cr plus da 
goüt pour le mililaire, et le deeir d'avoir lui luemc uiie armtie 
de tutTu nussi boniie et aussi iurlc; quc posaiblc, ti'il est pout- 
ctro de l'int^rct du Koi de Kiiplus d'oinployer sos rüssoarccs k 
avoir iine bouiic floUe, on croil qii'il unpürte au contritire aux 
deux Cours Imp''* de rciign^cr de nc s'attachcr qu'uux trouppes 
de terre, ha seuls avec tesqneU il puisse etre utile daiiö le cos 
d'aoe guerre d'Iulie, teile» «ont les n'-flexions du Comto Wo- 
ronzow, que j'ai cru de muii devoir d'cxposer aux piuds de V. M. I. 

1,0 tmiU'. de eoinmeri^c avec rAngletcn'o n'a pas pu sc 
conclure, et ne sera pas mcme renouvelle du tout ii moins quo 
l'Angletorrc nc c^de aur K- ]M>iiit de U nriutralite armco, t-'est 
il cjuoi eile pitroit peii dii^pui^^^i; vis-k-via de la Russie, uialgre 
qu'elle aitreconnu ccs pnncipes vis-h vis de la Fmncc. Pour 
dr traite d'alliance avec la Grande Bretagne, il n'en est nolle- 
XQont quesüon. 

L'appi-obiition graciouse dont V. M. I. h honorc mes pre- 
mi^rcs d^marches Ji moii arriv^^c k Petcrsbourg, u ele pour moi 
de k plus grande cfiiisolation, puissois-je toujours r<!'Hssir ü 
reniplir k-s iiitunliori» du maitre quo j'ai le bonlieur de servir, 
le plus digne d'etre bieii servi, j'oae röclamcr rindulgeiicu de 
V. M. I, et je la !*upplie d'etre bien persuadi', qu'on ne s(,!aHroit 
»jouter au z&Ie dont je »uis ponetr«^ pour eoii servico. 

Qu'il me aoit permis en nißiue tenis de tönioiguer re«pec- 
lueueement nia joie de In iionvetle oceasion qui va un; proeurer 
le lumlienr de mn metti-e aux pieds do V. M. I., je prevoia 
quo M' le Couite de Falkenstein va in'cnlever cncore tont lo 
mi'nlc que pent sc faire un nef^oeiatüur autriehiun, auprea de 
i'Impenitrice c'cst Lid qui dans son prcmicr voyape en Kueeie 
a renonvell/; Talliance des dcux cnipircs; c'cst Lui qui dans ce 
second achevera probablement de porler l'Iniperalriee k tout 
ce qui pent accelcrer les avantages que nous devunb recuedlir 
de ce sistemc, trop lieurcux d'eiro le t«'motn et l'admirateur do 
tout cc qu'il fera, je mettrai toue me» soins k ne pas gktcT son 
oavragc aprbs son d*^part. 

Dans I'idöo que V. M. I. punrroit poutetre venir K Kiow, 
et sacbant qu'>:Ule ne Tout jamais acccpter aucun logemeiu it 




106 

la cour et taut ce qui y rca&puMci, ott m'avoU nrigo^ une 
mai^oD &»aQ-i gründe [tour qu'Ktle put mc luire la ^rAce d'y 
loger, commo Klle a daigtiö faire h. I'etorsbourfr, c|uoiqa'on ne 
m'en ait fineor« ri(>ii dit, it est |mi>sible qii'on fasse la nirtne 
chose pour Ic scjour de (Jhcrson, josi? siipplicr V. M. I. de tue 
donner Ses ordres auprömr-s ü cet ^gard. 

Je prends avcc moi dans ce voyage le doraestifiuc Rosen- 
l>erg, le iiK-iiR' <|ui a eu le bonlieur de Lui tservir de laquai 
de loQÄge k Moliilew, eil cas quo V. M. I. diiigiia cncore sc 
serWr de lui. 

ConfornK^mcnl k Sea ordres aupr^mca je prcns avcc moi 
les deux courriers qui ine restent, et je ne manqiierai pas de 
les expedier par lu ruute. qu'il a pln ^ V. M. L du vn; presciru 
pour Lui apportcr mes tr&shtiinbles rapporls sur Ic vnyagc de 
I'lTnp^mtrice. 

J'ai remis iui au Couite de IJetfburodkfi \n liste des voi- 
tures de V. M. avcu Ic nonibrc des ehevaux qu'ellcs cxigent 
aoit on cas de boos ou des mnuvais ebemins, en lui disant que 
ce nVtoit quo dans les etats dr. la domination do. l'Impt-ratrice 
que V. M. I. desiroit iiuVu le» lui fa^se Iruuver, et «ju'aillcura 
Elle s'en ponrvoiroit Elle tni^nie, il m'aäeiira <|i]'en cola, commo 
eil tont on sc conformera anx intentions de V. M. IK 

Je n'ai pfts ranncjue de remcttre It LL. AA. Imp'" Ic bustc 
de la Prin<;os»e Elisabotli avec son piedestal, qui eont arrives 
eil fort bon ätat S. A. I. en a 6U unuhant^e ot a vu par la 
que M""" la Princessc n'avoit paa pris antant d'omborapomt qu'on 
l'avoit dit ici, on avoit fait a croire Jt M'"" la Grande Ducliesse 
quo M"'" la Priucesse Elisabetb ätoit plus grasse qu'elle meme. 

Que V. M. I. ine pcrmcttc de porter h. Sc« piods mos trts- 
bumbles actions de gräee des excellens faisans et cliapons de 
Stirie qu'Klle daignn m'envoyer. le conmer etant arrivi^e uti 
jour oü il y avoit bal chex moi, d^a le m^mo soir uno parüo 
a (?t45 manpö et troiiv«^ exccllente, et comrae depuis ce raoment 
les affaires, dout le Comte de Besborodko etoit accable avant 
le di'jiarl do Itt Cour, ont empöchi^ nos diners de gounnans, j'ai 
partAgä cntre hu et Woronzow tetit ce dout je n'ai pas fait 
UMg^ le prcmier jour, ce qui leur a fnit grand plaiair, il est 
bieu vrai que la politique se fait dans ce pays ci par le patais 
et l'estomac, c'est ce dont ma pauvre bonrso se rcsseut bien 



107 



ainsi qtic rcxtr^mc cherti^ r|iii pendnnt lunn absortcc a augment^ 
h peil pres d'im tiers. 

Ä[archc;sini vä faire un voyage en Italic, mais i] rcvient 
decidemeut dans 6 inoi«, ce qui noiis en assure c'esl le dtipart 
de la Todi qni u.voit dcinaiidd 8000 roubles dv fjagcs et d'ötrc 
dispense de cliantcr aiitro partj quc dr-vant rimpi^ratriLC, nialjfi'r 
le ptaisir cpie S. M. Iruuve au chant de cettu virtuose eile a 
juge ccpendaiit cos pi-eicntions mi peii fortes, la Todi a, tou- 
jours il& fort mal avec Marchesini qui n'a pu voir sans Jalousie 
la pn'rFi^reTice que rimp<^ratrice donnoit en toutc oct'asion k la 
priiuu dunna eur Ic primu uomo. 

A mnn arrivt^c. )i Vierin« j'at porti' aus ptuds iln V. il. I, 
le plan du nouveau tli(*atre de l'Hi'-riimitage. comiue on va 
prcTidre anc parrie de rancien palais appelle Corpus pour y 
ajouter de« lo^'vs d'actuur», foyurs, salen du ix-pt^tilion etc. et 
qu'on va Uli doniier unc fii^adc n^^ulifcrc du c&t6 d« la riviferu, 
j'ai cru devoir en ajouter le plan que je prends la rcapcclueuse 
liberte de joindre ici. 

P. S"'", Pcu de tems aprfr» Ic drpart de mou dernicr 
courrier est arrivee ici la porcelnine que V. M. 1. a bieu voiilu 
donner au Cnmtt^ ile. Hesborndko, d'aiires les dispositions qui 
Ävoient Hc faites d'avancc ji la doimnc, ies caiaes ont ete por- 
töes directemenl chez lui »ans que peisonne en ait rieii fi^n, 
cettu nouvelle gräce l'a jnhitStrö do reconnoissancu, il est hon- 
teux de nio parier lui-mAniQ de co qn'il re^oit ainsi sous Diain, 
mais h Ratli visä-vis dtiquel il a bannt tonte honte Ji cet ^nrd, 
il a pnrle gans reserve du plaislr que lui faisoit ce magiiilique 
priJseQt, il n'est aucun pajs oii des choRQs pareillcs Hoicnt aus&i 
n^essaires et d'un aussi bon effet, que dans cetui-ci, 

V. S"", Au uHimcnt oii j'ai pris eong^ de LL. AA. Tm|>'" 
le Grand-Dnc et la flrandc Duchesse m'ont tous Ies dcux le- 
moigne combleo iU avoient ete toucbe du conteun de la lettre 
dont V. M. I. Ies avuit hoDur<i. Qu'Ilä i^spervient que V. M. re* 
connoitroit dans loiir reponsi> lonr seneihilit": k ect egard, et 
TOudroit bieu n« pas douler (|ii'Klle avoit acquis siu" cux des 
di'oils k nne reconnoissauce eternelle, le Grand-Üuc m'urdouua 
d'en ussurer eueoru derecb^f V. M. tanl daiie nies trfeshiimble» 
rapports que lorsquc j'aurai nioi-mßrae le bonbeur d'ötre k .Sea 
pieda k Cherson. Lea cxpressions dont LL. AA. Imp*" se sont 





108 

servi, le ton dont elles m'ont parl<^, et la iiianinrc dotit j'ai HA 
ro^u dao8 cu moment-Üi proiivc- encore d'avflntagc qac Ja lettre 
do V. H. I. a foit sur eox Vcffet qu'elle devoit produirc, c'e«t 
c« qoe j'ivi cm devoir ajouler eneore aax tr^abumWes rulaliuns 
dejk prt'pttre» jumr I« courrior. 



CXCIV. 
Kauaitz an Cobend. 

Vleim« le 13. F«rrier ntH. 

Moii clier Louis, Ma lettre d'office de cctte exp(*dition' 
est nnc parti du Contenu d'un ouvrage que je viens de faiif- 
et de remettre k TEuipereur, pour etre pur lui meme reinU Ji 
l'Impöratrice la veillo oii ravantvcüle de son di'part, pour tenir 
lieü des converaatioDs politiquos que je lui «i conseille dVvitor 
nutant qu'ii le pourroit, pendnnt »od »«your k Clicreon. Cc» 
»ortes de Üialogiieti uc pouvaiu Jamaife »n faire qu'Ji batons 
t'oiiipuSf itl iiiunijuaal moyennaiit ceia ordinal reiiiütit Uiiir hui, 
an Heu qoc co qae je lui ni fait üt qui csl d'iinc fnrce aphoris- 
malique, doit faiic vraitfumblableuieiit la plus forte itiiprettsion^ 
qu'il est jnste de lui laisser op<irer a Lui memo et je vous pre- 
vien« moyennatil i-cla. quc tout le contemi dn um lotlrr- d'ofSco 
Btudite n'ftst qnc pour vous, et que ni de bonclic, ni autrcmcnt, 
U ne taut en faire aucuii uwtge, pour ne pa« afToiblir d'avancu 
l'oifet, qu'il diiii öire reaervii k TKinpereur de faire un per- 
sonne. Poutötrc qne je pourrai vous envoycr tout rcnsemblo 



> CobRnxl wuHo «B^winnen (Kl. Kobniar 17tt<), <la ur (ii^U-gMilioil h&hßu 
wurd«, tüglicli mit IttwIiormlU» niif dnr liüvontuliundiin Keine ciiiuiinnit<u- 
sukomneiu fulgfludD ipoliliwhfl Botrjicliluugvti' Xil din Iliiiid xii (;rcbvn: 
Am ^lUrliclMt«ii »e\ Preiuuen, dAher IWtnirtion ilixm'.-lliMi, <titi iJurch- 
fHliniui; lies Kroiuuti riaiiea »»»»t tirisii^lmr. OostorruUli« MLlwirkuiiu mi- 
tUiiulich. Nntliwciidlf;: (}«(it«rTei(-li§ KorglAll für di« Aul'rocIiti^rliHlliiiig 
der rranx^Hiaclion Allixnv; kwne AUJaiir. UnmiHndii mit KnglAnd; £>»• 
TonttÜnduU dor K«i>i«rhf!f« über die Mitlol »nd Wegv, um »viiior^cH in 
Polen dt« t)(Miinr>glii'liiit« I'ftrini f;<>g:Gii I*ieuMi-ii kii liehvn; dio poItiiHchu 
Krout' koiiiciiu PiMl4ii zusiiwt^mk'H, (Hrtideni ire«t)d eiiiein K^iolixtsnd, 
Toni(diDi]i<;>i BjicIimmi; nitiigo Er^AArtung dcii Z.(!it[iutikUu, bi» man mit 
lanyllL-bsMr Stoherbait und llinUnbnltung fniiiidiT St^ruu^'iMi »ick Ke(ri->n 
PreuitMii werde wenden kffnnen, Am betten wenn Krankrckdi uud Eng- 
lAnd mit «inHiider in Kriege «ein werdfln. 



109 



dfl ce Vndemecnm, que j'ai fail pour notre bon 5?eignenr et 
Maiire; maiB comme je ne sais pas encore s'ü acceptera en toat 
oii cn parlit.*. je ue lu puls pu» Uitni> ce tiiument-ci. Au moiDs 
cfit il cci'tain qtic j'ai fait tont do inon mioux, pour quo cctto 
secomle entrctien srabrcnse ne fut ce qne parco qu'elle est In 
aeconde, paisse tourner a bien. Dont tout ee que vous me 
uiandez dos procodös de rimpt^ratriue vin-kvis de son fils et 
de sa belle tUle, je vous avoue que je n'y oi pas retrüU\V- toüte 
la prudence possible, niais il fant sapposer qu'elle connoil ses 
getis et que fnoyeiinaut i-ela tllo n cru ponvoir et de voir lußuie 
faire tont cc qirellQ a fail. Au rcste ee sont ilee «^U'angcs 
espL'ces, que toua ces Princes nnjourd'huy vivnnts de la mnison 
de Wurteniberg, et il ne peat etre que htm que l'on ait eloign« 
CL-Iui doiit riiD^jeralriee viunt do sb debarrasser. II ee peut, 
que nous vous envoyoUB eneore un courrier nvaiit le depart de 
rKmperenr surtout si quelqnc cxp^dition de votrc part en 
foumit l'occaBiOD. Je n'«u serai pa» fache parceque daos uoo 
cirüDustanec aussi cntique ori ne «a-uroil trop souveiil 8c doniier 
des nouvelles. En nttendant Boycz blen certain que je suis 
tonjours poiir vous ce que je soulmitCj qne vous soyej: pour nioi. 

Sig.: K;uinitK Rietberg. 

cxcv. 

Joseph an Cobenzl. 

VJwimo CO U. PovriBr 1787. 

Mon clior Comtc de CobeiiÄl. .Vm re<;ii la lettre que roas 
m'avtfs öerite avaut votre dtSpart de l'etereboui^ par le demier 
courrier. f;t je vous envoie eehu-ci qui j"espirt!, voua trouvera 
sain et sauf ]i Kiovip, Je vons prio de le renvoyer tout de suite 
ji Brody iiii Uli des ses eamarades l'attendra pour oontinuer 
eiiscniblo leur route jusqu'Ji Cherson. etant fiiargc-s de iiiarquer 
Ics gitcs et de cumuiandcr pn^nlableincnt les clievaux, tuasi qne 
di^tenniner les stations oii il faudra dos i-elnis. Vous poiirn^s 
on mfime tonis !ai remettre une d'^p^clie pour moi et le Prinee 
Knunitit, qui de Brody seroit onvoyee en touto surctö pur 
CHtoffotc il Vienne. 

Je V0U9 jrtins ici copie de la route qnn jft nin proponc de 
faire et que raes gai-des out ordre de prendre. D^s q«'!!« aeront 



iJ 



110 

rfivftiiiiB (Ifi Clierson » Brody ils vnua nnvrrroiit iino üsto «xacte 
des statioDB et du nomUre de» chevaiis qu'il i'audra h. chacane, 
surtoat pour la piirtie de In Ku^nie, küu qiie vous puissies en 
prdvenir U Icius le Priiicc de Puleiiikin, tJuist|ue je trois ijiiu 
jfi Tie traverscrai que In partie de son •roiivornp.metvt. II fimt 
bicn sc garder d'oi'donnor des J» prt'^ciit les clievaux (|tii atten- 
droient trop longtems, mais l'{5potjue oii il fautlra Ics rasserabler 
Ulis Btatioiis r»i8p«otivi'S duit iHru t^elUi du düpiit't de rimp^'rn- 
tricc pour SB rendre de Kiovie sur le Nieper h (^horson; vur 
c'c«l alörs senicment quo je compte partir de Lt'-npol oü je 
genii qnül([mi tein« d'avarit'ts afin d'anivui" eiisuite un cimpl« 
de jourä avKiit rimperalnee h Clierson. 

Dans la partic de la Polo^e je compte m'nrninger pour 
le» clievaux moyenanl mcs gardes solt par des jiiifs ou autres 
eiitrepieneurü. Jo eroi» que euttu iiiaiiii'fu scra pkiB a^fri^nlde a 
la Rfipuljliqiie que si les Kusses cn seroierit eliargtis. 

l\ est eascotiel qnc vous doimit^s au gardc, porteur de la 
pr&cnte et qui ensuite ha. regier ma route, tous les renscigiie- 
mens poasiblos sur Ic tcms ii peu pi*i^s que Miupi-ratrieo irompte 
ft'embarquer sur le Nieper, et les jours qu'Ello mettra pour 
faire le trajct de Kiovie ä Cherson, y comprift les cataractes, 
Ic stgour ü Kromcnlächiouk et Tentrevue du Koi du Polugne, 
afm quo je puisso m'nrrangor en consdqueiico ot arriver ni trop 
tot et eucore moins trop tnrd k Cherson. 

Pour vous mcltre au fait de lues projct« je vous dirai 
que je compti; partir d'ici, si vo8 HOuvwllt,-» n'y porUmt pas de 
changcmcnt, k peu pres le 24 Mars, et en voyniit qucEquos ob- 
jets en chemin arriver coTTimodcment Ic 3 ou 4 Avril k Lr^)pol, 
oü je passerai les feles de Päques qui soiit W 8 du lußiue moi», 
et conimo dans le premier projet de voyage ü ätott dit que 
rimpfN'atrice partiroit de Kiovie entre le n et le 10 Aviil. teiilfl 
aiiquel le d4^bAclc des glaces aeroit dejk p«ss(? sur Ic Nieper, 
je serois k mSme d' arriver uvant Elle ii Chersoii. 

Si rimperati-icc partoit avnnt cu tems et que mon d^part 
ßxö au "24 Mar« fut trop tarti, »lore vous ni'euvcrriös tout de 
snite un des courriers que vous ave» avec vous, pour (que) je 
puisBQ anticiper mondöpart; tout comiue dans le cas contraire, 
vous I'exp^dien*8 t^galenient si le vuyage de riiiipih*ati"iec scroit 
rctardi*. do fn^on qn'Klle n'arrivcroit ii Clierson quo les dernifers 
jours d'Avril ou aa commeneement de Mai; ear dans co caa 



je resterow plns longtcms k \'ienno, ponr ne pu aU«ndre io- 
vtilnaeDt Uot de jours ^ LeojwL Quoiqu'ü en arrive vous 
gmrdor^ toojours an courrier poiir t'esp^dier t[uolqiics jonrs 
avant le döpart mciue di> riiniM-ratrice de Kiovie, et qui viendra 
me trourer k Lt^opol pour tn'annonccr delinitivcaie&t Ic Jour 
auquel je devrai partir du cette ville. 

Voilk, mon eher Comto, bicn des döuiU dont je dcus vous 
enntirer poiir le motnent an liea de vous parier politique. 

J'oi fait ^rirc k rintemoiice Herbert df «e rendrc egalc- 
ment, comme Bnlgnkow, de L'ousUntinople h, Cherson pour le 
tems que l'lmpt>ratrii.-e &y arretern. Je cruis que celle parfaite 
conforniitc des mesun-ü, et TapiK*.! de mon luinistr« a l'rxemple 
de celui de Hiissie ne poarra quolre agreable 3t rimpt>rairicc 
et k snti ministt-re pnr rimpression qae cela devra taire »ur la 
Porte, et je sais en meine tcms charm^ qae Herbert pmsse £tre 
pri^sente a l'Imperatricc. 

Rien au reste ne sc passe danü la partie politique dont 
je poisse vous entreteoir. LVtat des clioses est toujoiire le 
mfime; lea niensonges invent^s par nn Hoffcnfels aux Deux- 
pontSf par an Statterheim ä Dresde et par un Herzberj; k 
BeHtn nc diseontinurnt, avec Li rltfTtTonec oependant qu'il y a 
nioins de gel qae dans ceux que feu ]e Roi de Prusse su plai* 
soit de repandre. 

Je vous suis obligd de rolfro qae vous in'avt^s faite de 
partager avec moi le quartier qui vous sera assigne Ä C'hersoa. 
Je compte loger cb^s mon Consu] Kosarovicb dont la maisou 
quulqu'iiri j»OH cloigiii'« de la Cour contient 14 ehaiubres; olle 
me Bera d'autant plus commode qne mes cuisiniers pourroni y 
appreter k irianger pour les gens de roa snite. 

Toutus r^exiouB faites je crois do cett4: fa^on preudro 
le ineilleur partl. et s'jl falloit faire qaelque ehose d'uxtra- 
ordinnire et que Tlmpt-ratricu nc se contenütt paa du tfejour k 
Chcrson, je prefcrerois de Taccompagner encorc pour quel- 
ques jours eu Criuice jusqu'au Port de Sebastianople, plutöt 
que de me rendre k Kiovie et d'etre preeent a l'entrevue du 
Roi Stanislas. 

Adieu, mon eher Comte, je ne vous dis eeci que pour 
votre directioo, comptant voua en parier eiicore loraque noos 
uous verrons. 




112 

C'nst iin raomnnt qne j'flttentU avec l>ien <lu plnisir pour 
vous aasurer de bouche tiua je sui« bim sincercmcnt 

Hig.: Mon uhcr Cumte 

Votre tr«s affoctioiiä 
Joseph m. p. 

P. S. Voici nne lettre pour rimpöratrice dont je vous cn- 
voie en nieme leins copic' 

CXCVI. 

Philipp CobenzI an Ludwig Cobenxl. 

Vieiirifl le IS. fawiftr 1787. 

Tont CR qiic von« nona ninndcz piir Ic courrir^r qiic vons 
ave« expedi^ de P^tersbourg )o joiir de votre tU'^porl, est fort 
iastractif paifaitement bicti vu et Veßei de vütre a^siduit^^ et 
nctivitä ii laquollv iious eoiumcs ei bit'ii hiibil)i<'-6; la äcule rc- 
iiiarrine, que je ti'ouve h faire est, que vous ne devriez paa 
rt^ppter dans votre lettre k D'^nperfiir dcR nbjeti (jiio vous 
mppurtux daiiü la k-ttre d'uffict;, var euiiiim: Sn Majustt^ lit 
toujours cctto demi^ro per oxtcnsnm vous le fatiguez mal ii 
pi'opos cn lui faisant lirc la mSmc chosc dciix fois. 

Dans la dtipöolm qu*oii vous exp^die aujounliun vous 
roccvre/, difft^runti!» nutions nouTidlcB ol diruutiwns pour votre 
coiiduUe auxqiioUea je mc rapporle. Je ne m'arrüterni ici qa'nri 
monipnt aur Ic point le- plus important. Iyapl■^8 quelques appa- 
ronccs il ne »croit pas impaasible que Fr(.MtTie Uiiillauniu laiasa 
dcpi^rir du moins en partle l't'diik'c diapfiulleux que &es ancf^tras 
mit i^rig).' et maintenu jusqu'ici par une nctivite infatigablo. 
Qardons uons bien de secouer k- chal qui paroil avoir envlo 
de dorxtiir; cur bI noua avons lo moina du nionde l'air de autiger 
il CD tirer parti, d'antrca remiw'clioront de a'endonnir et vcillo- 
ront itniii' Uli. Mais cc n'cst pns toiit de faire des proteatations^ 
cav non seulemenl on n'y croil pas, mala toul au eontraire on 
les rejfardo comiiic iles piCiges; e'iist par lii luanifire d'jigir qu'il 
faudruit tüclier de pci-siuder, non senlemcnt In Pruasc, ear ccia 

* ArDoÜi. I. c, Nr. LXXXVI. p. •i»3. 



US 



pmoj BUS rEwope ealitra, q«e »ow 
^tte de satre pt^m «jhuumIm»; le pw 

nil, Bi OB pvaBdt <iwb nvdcnc UuibaBv 



in pcflfce- 



■iqBB na aammtA et h »ectirite r juoais ik extsteol, q«'li«n- 
ff««x 4'itn tnuqwb ebes nooa, bm» b'atobs ancmi« eoTie lia 
trMbler nos vcnsinB m de oo«» mekr 4« ^«re&M dw «atr«;. 
Gab n'eet p«s fiwde k faire aeecoire, mais cda «i< pawMa, ai 
Boos Bau «mdanoBa ea coiri q a cBoe; qsszid j« db noa«. j',v 
comjnxtds las RMBta q«i gmieroot tarnt, u'ih bc milenc pas 
cadier lea» ob^wi aax Tttrcs avvc le nCsM Mtn avcc l^uei 
nms davoa« caelKr le& Botres k la Rrasac^ poor ne les faire 
pBfoitre ^*«n laaa «t fie«. Toates lea i^i|iBreaees soBt tdka 
qne b«iu bc pasTina i(ae pifiMT k Tatieote, et qv'ea prMp> 
tant lea cboee»^ en les annoo^ant kmgteBis d'aTanc« on ea )«s 
eotaBant dans nn BMnrats nomea^ qous feroos bw m c o np de 
bnnt el pen de bcao^«, et qo'etant mSme fori he nwa nous 
acheteroos Vnn et l'aiitrr fowi clier de tr^ minces arantag«s, 
taadis qo« d'autres mn^adm* GSsl» pfivheroat k DOtre pr^ja- 
dioe daas remn qne hods auroDä troabl^. Cee raimiis drvnticDt 
permader les Rnsses k moins qne la raiiit^ ne les avengle' an 
pennt de pivfiirer dvi expIpU bruranb» K des ^bÜMem^nt« 
sobdes et de saeritier des grands intt^r^ts Ii une };toriole passa- 
gifera et noiable. D'apirs le plan de condnite qiii nie |wruit 
B^fewaire dans les präsentes circonstances, j'avance m^me la 
qaestion, st dans le cm», que le Kui de Pru»»« domanda ii In 
Rossie nne prutongation du terme de son alliance, U ne vaudruit 
pas mienx de s'y pr^r qne de s'y refbscr pour nc pas Ini 
donoer des nonvesox sojets d'iaqaietude. Si noos somme« surs 
de l'intetition de la Rossie. ni cettc condcscendance ni aucnue 
antre pn)pre k rassurer le Kui de Prtisse ne devroit nous al- 
larmcr etant fait<^ de conccrt arcc nons, de ro^o qor la Rassie 
ne doit pa» croire qne uous cliangeon» de plan et de piincipes, 
si jamais eil« doqs voit en combat de politesses et de <!ompUi- 
aances avec la Prusse. Rnmincz tout cela dans votra cerrello 
et ne cefwez pas de pr^cher et k tos amis Ikbas, et k l'Em- 
pereur k votre rencontre le resultat de vos n'flexions. 

Quant h vvf^ depenses je n'ai rien k ajonter h ce que je 
voas ai dejn dit et ^rit; compt«'x ponr snr quo qnclque choso 
qa'arrivc, jamnis vdus n'obtiendrex un sei d* Augmentation k 
vulre traitumeDt. 

PaaUi. II.AUk. U UT. V 





IM 

Si vuus faites des ileUcs. je vous plains, mais enfin ee 
Bera rotre oSairc, car cc n'citt pas moi qui les pAyera, et TEtn- 
pereur Waiicoup tooiiis ent-ore, il «'est Irop netteineut expliquä 
aar cc point pour «[o'on puissc en doater. 

Probable iiii'nt vons anrez encore nn coiirrier nTant notre 
depart pour Clicrson, mais ce qae je m'empi'esse a vous noti- 
fi«r c'est qae cootre volre attcnto surcmcDl vous y rerres 
Herbert, TEmpereDr Inj ayant permis de s'y rendre tant pour 
le voir luimemc quc pour preaenter h Tlinp^^ratricc un «ervi- 
t«nr qui doil avoir k coeur l«s interets de la Ituuie aatant que 
lea ndüres. Mr. de üulgakow lui ayant dans uno converaation 
olfert une place dans aon uavirc, et Herbert en ayant rendu 
comptc dana an rapport »ans p«nscr qa'il puiBse en reauhcr 
quelqae cbose, od vtent de lui ecrire, qu'il n'a qu'k profiler 
des offrea tibligeants de Mr. de B;iIgakow si vi-aimcnl ü pouvoit 
accompagner ce mtnistre sann lui Hre ä charge. 

CXCVU. 

Cobenzl an Joseph. 
par I« Conrrier Bumuijr. Ktow, la 8!>. fivrier 17B7. 

»rel 

Le garde tiongrois Barczay arrivi ici le 22. aprJis diner 
a remis les oi-dre» sapreines dont il » plu a V. M. I. de m'ho- 
norer en date du 14. ft^vrier. Je n'ai [>aH iuan<iui> dös le mdiue 
joar de remettre moi mJ^me ii S. M. L'Imp^ratrice la leftre, dont 
V. M. I. m'avoit charg*; pour rette aaguate aouverainc, qnt m'a 
depModä sur le cbamp, oü eile auroit le plaisir de voir V. M. 
J'ai repondu que c'ctoit h. Cherson, ainsi que M'^ le C* de Fal- 
kenstein s'y t^toil engagi!' et qu'en gdncTal il vouloit toujoors 
etre scrupulenx ext^cuteur de tous ses engageraens envers 
1 Imperatrice. S. M. I** me r^pondit qu'elle ae flattoit que V. M. 
dtoit bien couvaini-ue de son einpresse uient h ex^uuter «nssi 
de son eüt^ tout ce k quot scs engagenicns, et la reconnois- 
sance robÜgoienl envers V. M. Je doit payer mea dettes, 
me dit riuiperatiice, et ce »era arec bien du plaisir. 

Je ne manquerai pas d'ex^cutcr aver lu plus scrupuleuse 
exactitude lout cc qu'il a plu h V. M. I. de me prescrire. Je 
n'ai attcndu, pour rrexp«?dier le Courrier jusqn'Ii Brody que 




IIb 



Ift lettre ey-jointe ^e rimp^ratrice, et la nouvelle marcheroate 
exacte cn partint d'u'i, qu« V. M. I. m'a prescrit de tlonner an 
garde purluur de ses tr^ gmcieux. ordre»; aiiieii quu j'ai Tlioti- 
neur de la mcttrc tr6s-hamblenient h Sea picds. J'y joins t%ale- 
ment iumlqiiHS trhanj^ornena quo li: Pn'rirr Pottmikin a iinqiiiflti 
poar In rollt« ii prendre par V. M. en Rusaie. Je l'ai dynuö 
cgalement au garde, avec ordre d'examiner los choscs siir les 
lieuti, et de »Q conforD](-i- apres k ce qti'ils Jugeront le plus cuiiic 
modc poor Ic voyage de V. M., ot Ic plus anaUiguc avct* vn, 
qu'Elle fi daigna leur cnjoindre. Ce n'est que lorsquc les dits 
gardes seront de retour li Ilrody et qn'ils m'auront envoye In 
liste oxiicie de stations et le iioiiibre dea chevaux qu'il fauilra 
li chacune, que je deraanderai au Prince Pötcmkiii de les faire 
rassembler^ mais cela seuletueut pour le uiouieat, oii V. M. I. 
cn Hurn liesuin. 

11 o«t irapoasihlc de df^tcrniiner dfes !t prc^sent le jonr du 
dt!part de l'Impi^ratrice, et de 8on embarquement, puisqu'il 
d«?pend nbsolumciit de la satson. Autant qu'on peut en juger 
it vuü iIh payö, il auva Heu eutre le 10/21. et le 20 Avril/l" May, 
du moiiis ccrtikincnicnt pns avant. Du iiiüincnt oü la rivibrc 
sei-a debäL-le« te jour du dc-part pourra etre &x6 il'uiic maiü^ro 
d^termin^e, et j'aurai toujuurs ]c tems d'exp(5dior an coiirrler 
pour Pii porti^r la nouvelle a V. M. I, au moina quinx« juiirs 
d'avance. 

L'entrevxte avei- le Uoi de Pologne n'arrMera l'ImpörR- 
trice quo tont au plus un jum*. Le rni restera tuut i-e toms-ci 
il Kuiiiew, a'il rejoint riinperatrieo Ic matiti, alors il dinora avee 
eile, et il pasöera le resle de la jotirm-e^ s'il arrive le soir, alors 
il dinera avec eile le leudemaiB, et l'Imp^ratrice partiru tout 
de snite apr^s diu er. 

En compUint ec jour de retard l'Impt^ratricc cmployera 
4 jours jusqiiJi Krementschuk. S. M. doit y passer 2 joure, et 
employ«ra cnsuite eniiurc 3 jouro puur allt;r jnaqu'ii tlkatbe- 
rinoslaw. Le voyage par eau sera doiic de 9 jour», et comiuo il 
CO ÜLodra encore 4 jusque h Chersoii rimpt^ratrico aura en tont 
depuis Kiew jasqu'h ce port 13 jours de jnarche. II r'ösulte de 
\k que riiiipüratriuc u'arrivcra k (^^licreon, qu'aa plut<H dana les 
premiere jours de may vieiix atÜe, c'est ä dire vers le 13 du 
nötre, et que par conscqucnt V. M. I. nc sera pas dans le cas 
de quitter Vienne oneore au8»it<')t, qu'KIlc »"est propose. 

8» 




i 



116 

Je la 8U]>pHc do rcccvoir h Scs pieds raesiirnnce qu'nussi- 
tßt qu'il 3erfl possible, rjue Ic deptirt de rimpiTRlrifö il'ici soit 
deteraiine, je ne tiirderai pas uii instant h. Lui eii faire mon 
tr^-humblti rapport par uu des courricrs. L^ jr>ur meme dn 
d^ipnrt de rimpi-ratricn j'aurai l'honnciir d« Lui eii vendre 
comptc par une estaffeite, et je garderai encore un courrifir 
■veo moi, pour poavoir Lui envoyer mon trös-humble rap- 
port, si peudimt lu vovnge memo il devroit siirvenir qut)I(|ut! 
changemcnt. 

II ne scrait pas impossible qtie la navigalion sur le Dnle- 
per dura quelqnes jouis de plus, qu'on nc p«iit le prevoir, 
Tamiral PuUcliiti qui doit dirij*«r notrc marc!li(! par nnti lu'a 
dit, que les vontB contraires pourraient ais^nient la rctarder 
d'un Joar ou deiix. Nous sommeä par const^quent tout h. fait k 
la uierci de la Kaisün et des ölömeuls. 

Conformömcnt aax ordres supK-mcs de V. M. 1. j*ai donnö 
ces TO^mes rcnaoigncmens, les scul« rjiii aont en mon pouvoir, fi 
Barczay. 

Ru cortaiit de hi Tfuiridt; rinipctratrico no enivra pa^ la 
meme routc qn'cUe s'ctoit propos^, olle n'ira plus ii Tagaurok, 
Czerkask et Azow, luais eile retournera k Cherson, Kkaterinn- 
slaw, Krcniuntscliuk, d'oii t^llu sh reiidüni k Pultawa, Charkow, 
Knrsk, *)rel et Moscoti par la iiu'irnr route t\no. <levoient stiivre 
les jennes Grands-Ducs. La raison de ces changemens est l'im- 
pcwsibiliU^ de voyagn* avec ime aus-ii grajule snitc du c»it»; de 
Czerkask, qui d'ailldiirs dariH U t»niti uii noiis aiiriüiiä du nous 
y rondre est prcsqut: touicui-s tout-a-fait inondi^ et dont l'air 
est trts mal sain. 

Si par hazard it tout oe que je viens df diri; plus haut, 
ot surtout il la partio du vuyu^^o d'ici k ClicrBon, il arrivoit im- 
corc quelque autre changcment, je nc manqncrai pna d'en faire 
mon trfes iuunlile rapporl aux picd« de V. M. I. 

J'ai dil uu Couite IJesborodky que V. M. I. avoit bien 
voala permettre h. son internoncc de venir sc mettre k Ses 
pieds pendant son 8<^jour k Oherson, et de pri^seiiter ses hom- 
mages k rimperatrice. S. M. Tlmperatnce m'a fait dire en r^ 
poQKC qu'Ellc ecroit fort aise de faire sa connoissance, et en 
gwniiral ce vciyage de deux ministres imperiaux qui doivent 
partir ensemblc de Constaiitino])le pour «in rcndrc «'galcment 
dans U villc, oix leurs augtistes maitres i^oront r^anis, a 



117 



fait un tre« grnnd plaisir iti. pur l'effet qtii en r^i^uHera chcz 
lea Tui-cs. 

J'ai (lit egalemeDt au Comte Besborodko, que V, M. I. se 
projiüsoit d(! luger h, CUvrsou uhez son Cunsitl aün t|ii'uii nc 
l'importune pas de quclquo ofFre d'uii lo<;c;ittnnt aitlitiirs. 

Pour nc- pjis rdanit-r Ic- Hrpart Hn pourriet", je prcnds In 
liberle du mc rappurlei- sur tout le rtjet« h ine» rappurt« k la 
Omncellerie de Cour et d'Ktat. Qu'il mo soll pcriuts süulcnient 
de lemoigner ma juic <lii iHirihtnir. que je vnis jivoir de me 
mettre aux [>ii;ds d« V. M. l. üi de ponvoir recevoir verbalc- 
menl \vh urdtes, qu'Elle diiignera uiu doimer. Que V. M. se 
mppellß los gräces dont Kllc m'a comblä ot VAh jui^ero, qiict 
doit etre mon ildair di^ I.a servir d'une mani^rc dign« d'un 
tel maitre. Kii me prosternant etc. 

P. S. Le Prince Poteiokin m'a pri<^ de lui dire confidcm- 
ment^ comment V. M. I. votiloit 6trc reyue, et tout ce qn'il 
pourroit fjiire dans ses goiivernomens, pnur Liii nindro 8on 
voj'fljje aiissi comraode (jue possible, sä V. H n'aceepteroit point 
une gRrdf ou escorte, cl cboses pureilles. J'ai rt'pondii qnc V. M. 
df*aii"oit ötre trait^ pretnsement corarae dans son premier voynge, 
dont Elld avoil ilA ßi salisfaite, qii'KlIe n'aeeeptcroit par con- 
Sf-qiU'nt ni garde ni escorlo. ni rien de ce qui tie s'accordoit 
pas avec le plus parfnit iiieoguito. Le Prince Potemkin roe di(, 
que comniG tous les chcveaux d« paysans cHoient »,tnijilu}x'8 pour 
le voyage de l'Impi'Tatric'e, on placeroit pmir cclui de V. M. 
des chevaux du r^jjiment. Mais que conime ceux qui La con* 
duiroient ne savoient pas les cliemins uur les ateps, oü il est 
trfes aifii'^ i\v s'i'giirer, il iHuit übsolumcnt nrcui-sairf tn>v V. M. 
fut aecompagn*: par un ou deux C'oeaques, qui sorviroiont non 
dVscoi'te mais des giüde», c|ue c'etott ce qu'on fesoit pour tout 
voyagear du quulqiie rang que ee sult, qui passoit par ces 
contnics. 

An sujet des liste», qu'il m'a dunn^ pour le voyage de 
V. M. dans son pouvemement, j'ai observ^ au Prince, que 
V. M. L u'aceeptoit janiais de logement dans uti ehateau de 
qui que ce soit. Le Prince tne repuudit, qu'il y avoil dans les 
m£mea endroits des aubcrgcs, oii V. M. pouvoit Atre servie, 
mais qu'il avoit note les meilleures villages. J'ai insinuö ^galc- 
utotit au Prince, qu'il faudroit empechcr que les pruprietaires 



118 

des lerrcÄj par oi'i V. M. jmssoii, ne se i-nissent obllges <le s'y 
remlrt' pour ha ixxuvüir, i:t: q^ui iie f«ruit tjuc L'iiicuimuodcr 
dans Sa route. 

J'ose espörer trnvoir temi Btir tout cela un Jaugage con- 
foriiip aus intcnlions Kupri^mcs lU-. V. M. I. 

CXCVIII. 
CöbeDzl an Joieph. 

KIow le 6. avril 1787. 

Siro! 

N'etant pas informd du jour, qu'il r plu k V. M'* Imp" 
tle fixer i)oiir aon dt^parl, je np imU t-tre sür, quc le pi-esent 
courricr que M' de Sogur cxp<idic par Vicnnc k Paris, et r^ni 
se Charge en meine tems de mes rappnrts h la Ctiunuellorit^t de 
CouTütd'Etftt arrive assös töI pour qirÜB ptiisBent ötro inis aus 
piodfi di'. V. Sl'* Inip''". Dans cflte iiicertiltidn je prcnds Ic parti 
d'addresser par la mcmc occasion la präsente relation a M' le 
Comtc de Brigido, qui aura Thonneur de la remcttie ä V. M^, 
et d'y ri*p<^ler i* que coiiüennyiit les susditö rappnrts touchant 
le voyage de Sä Majcste rimp**. Le Dniepor a debrtcte entro 
hier et aujourd'hui, et il est absolument Übre de glace ici. Mnis 
il n'en est pas de meine de Kaiiicw d'ufi hs derrii6rt;s nuuvclles 
pnrtirnt, quc la rivifere tstoit eiicore prise; ri'u^i ii trois un quHtrc 
jour* Ics glngons doivent passer, et il n'est pas doutcux, qne 
dane le courranl de la semaine proeliaiiie on ne tixe le jour du 
depart de S« Maj'* L'IinperiiLriL-i) d« Kiow. Dfes l'inslanl oii il 
y aura quolque chose de dctorniüit5 la dcaans, je fcrai partir Ic 
garde hongrois qui est vhez moi, poni' on poricj* la nouvclle 
oux pieds de V. M" rimp''. Vraiaemblalplement 1« <lt."pjirt de 
riuip<^ratrirfi aura lieu du 20/1 au 2b AvrÜ/li May. L« garde 
galtizien portera h. V. M^^ la nouvcUe du depart effeciive de 
rimperatrice, et se tnettra en route en inenie leius rpi« nmis. 

Kxcepte lu Priuce de Ligue pire, le grand gcut-ra! Bra- 
niteky et aon cpouae, la (Komtesse Skawronsky, et peut-etre le 
Prince de Nassau,' il n'y aura pcrsoune de plus sur le» ga- 

' Karl Heinrirli t'llrut vor NnwiJ)ti-!^io|;i<n, (jeb 17JA. Durrh Sprrich de» 
k«lB. Reichiliafralhei) fDr niclii lei;itiin orklUrl, ftllirtfl er «in ibüuUluor- 
licliai Lcltoii Kr [iiHctiU> im Jattri? 1766 die Wcllraisfl mit IIongAlnvtllo, 



119 

leeres, qne U smie de rimp^^norice, et aacaa des etrangen, 
qni loci ici eo Msex gnuid oombre, n'obtiendra d'r «tra go«d- 
pr». Sa Ma.y x pennis de propre rooaremetii aa Prince ClwHes 
de Ligne de se renilrv k (^heison et en (.Virnee en utoe ten» 
qae W CVmr, et ■ ordonoe nn Princ«' rotemkim d« Itii eo 5ici- 
liter les moyens. Mais cutnme tau cong6 est sur te point dVx< 
pirer, il o'oae p rnfi t er de cetio gräce et partira peu de teins 
i^rts hs Clt«s ponr rejoindre »on corps. 

L* eoatenti de mes d^cches k U Cbanceilerie de Cour 
et d'£tat, n'etaot qu'one repetition de ce qae j'ai dejii maode 
eur le« affaires tarqiies, je prenda la respeetnense libert«^ de mV 
rapportcr ici. 

Plus le moment approcbc de mo luettre mu% pieds da 
V. M" Imp'*, plus je sens combien je suis heurcux de jouir denx 
foia de eette ^rftce, dans la place qne j'ocrnppe; en attondant 
qae j'ai ce bouheur, qa'ElIe me peimette de me prostenier de- 
vant soD Üiröae etu. 

CXCiX. 



Cobenit an Joseph. 



Sil«! 



Dbw m e avril 1787. 



II est de mon dcvoir, de nc laisscr 4$chappcr ancnne ocoa- 
sioD, de porter aux pieds de V. )!** Imp'* les Douvelles touchant 
le royage de l'Jmperatrice. Je profite pnr eona^iienl de In posle, 
qni pert aujourd'hiii pour addresscr ccito t^^9hulnl>Ie reliition 
au Comte de Brigldo, cntre los mains da quei eile restera jusqu'a 
Tarriv^e de V. M'* ii Leopol. 

Lo Hrincti Potcinkiii se propoeoit de partir 1h scinaine 
derni^re ponr Krcmcntsclmk, aftn de juger ))ar lui m^me si 
tous se» ordres ont ^t^ bien ex^cute« relativement aux arrange- 



war nach d«r fiflokkvhr Ob«ret in frauxAM'chvn I>ütn»l<in, kimpfte aur 
Zeil der Botitg^erunc OibralUre in Spanten und urhicll den Riing «inet 
Oeneralmnjvr* iiiiil ä'iv Wilrde ein«« (irxrHi erster i'1>s«o. Von der Kli- 
Mrin Katliarinx nach RtLulaiii] bonifen und mit irroMer AtucflichnaBg 
b«luind«lt (<^r othirlt die Hntr^ea und ütn Titel Allane), wurde «r Vice* 
adiairal, esrit^riv sl> igicbcr ilie iQtkiRcli« Flotte Itii Sviiwuneii Meers 
nnd eiforbt sls llt-fehlnhiiber der riiM)»clien Oaleerenflotl« den 8eHieg 
am Niemen Ober die i^hwedeti 



u 



130 

mens de voyape de l'Impi^rati"ii;o. Mais cn&uite il n pris ie i>arti 
il'y euvoyer le colouel Popow,' aon liomme de confinnce avee 
ses instinictiontü ii cet egard. 11 duit eii revenir le 3/14 ou 4/lä 
de CO mois, ol i''cflt alorfi f|m' U; jmir iiu'me du dtipart do, t'Itn- 
p6ratricc sera 6x(^% et ijue je potirrai faire purlir nion co(irri*;r 
poar en porter la nouvelJc aux pieds de V. M"-' Imp''. Sa Maj'° 
riinperalrice aiiroit döt-ire pouviiir ]i;irtir d'iei virre Ic H> lil de 
CO mois, iiiJiis on croit f|«'il nc sera gdftres possible fpie cette 
auguste souveraine enti-cpacnne »on voyag-e avant le 22 avril/ 
3 maVj ce qui revient U ce (jue j'ai toujour» cu Tlioimüiir de 
inander trös liiiinideiiient ii V. M'* Iiup'" dcpiiis mon arrivi^e k 
Kiow. Je La siipplie tres liuiuLlomcnt d'ctrc pei-suadee que mon 
courrier partira aussitüt, que le jour do depart de l'Impt'ratricc 
sein üxi^. 

En luo proatcrnarit etc. 

CO. 

Cobenzl an Joseph. 

Klow CO 16. «rril 17t^7. 

Sire! 

Lc coionel Popow, cnvoy*^ d'ici ii Krementscliiik ainsi que 
j'ai eu riiouiiour de Ic luander trea liuniblKiiient ii V. M. I., alin 
d'exaisiaer, »i tout t*Bt pret poar le voyagc de S, M. I'lujjji'ra- 
Irice, n'efit ]ias oiicar(! de rntour, et coiiirae ou a d'aJIIeurs do» 
nouvelle», qu'a KremenUeluik le Uliieper n'cst pa« cncore drt- 
baiTassc de gla^on». que la crue des eaux est fort leote, et la 
Saison encore assez riide, il est impossiblo de diHcriiiincr prc- 
eiseraont li; jour du d<^part, c'est ec que S. M. llmpöratrice 
u'a fait la gi-äce de me dire eile mAme. Kn attcndent oti con- 
tinne de faire tous les preparatifa m-cß>«saii-e6, et il est toiijonrs 
ccrtain, quo l'oii partira du IHJ2*J au 20 avril/l niay, c'est sur 
quoi, j'ai eru de mon devoir de faire iiion triw-lmmlde rapport 
aux pieds de V. M. I. en me scrvant pour rcia de l'occasion 
do la posle que part aujourd'lmi, et inc rtsoiTaiit toujourft moii 
prcmier courrier pour le faire pnrtir atissatüt que le jour du 
däpart »era fixe, et le second pour portcr aux pieds de V. M. 1. 
la Boavelle du depart effectif de rimpf^ratrico. 

' Oburet PupDw, U«r vnlQ und vortntui« ClcuürnlniJjutaui Pgloinkins. 



m 

Je rejois dans ce moment-ci une d^pflche de la Chan- 
cellorio tic 0)ur ot cl'htiit, qui m'annonce, que V. M. 1. su pii)- 
posait de sc mcttre cn routc Ic II. de cc moia. Mcs rai»i)Oftä 
au Priiico de Kuuiiitx out apport^ aux pleds de V. M. tout ce 
quti j'ai )iu nifindL-r jusriii'ici touchanl te döpart de rhupiiratricc, 
et Kilo Jiiira tmnvr ä Lomtfi-g quelques une» th-. tnes tris- 
Immbles relatiou», od j'ai re])et*.^ h» meines nouvdlei« daiis la 
craintc que plusieur» de mcs rapports n'arrivent ä Vienne 
cja'aprÖB Ic depurt de V. M. 

Un connier frantois aynnt apportt^ k M^ de Scgur la rati- 
ticttlion dt! soii tmit^ de cüinmerce,' i'öcliougü sVn est fait avec 
]e Comle de Itesborodkn, senl ple]ii[>otentiaire russe qiil so trouve 
ici le 14. de co mois. i,e Roi Tris Chr«t. a charge eon niinislre 
k cette occaaiou de ronicttre k cliacnn des plenipot^nliaircs de 
rimperalrice outre 4(K)0 ducals eii argeiit, un boele avec sou 
Portrait enrk-hi des Diamnnts poiir la valciir d'onviron tO'" nibl. 
chacune. M'' <\o Scgur a reju egaleiuent de rituptratricc iinis 
boetc avec le portrait de S. M. 1. On eijvoye äi la latiiilk' de 
M' de Vur^^eniiifs lu pri^'sent, ipi'oii destinoit au di-funt ministre 
de Ja colIetitioTi de raedailles en or pareillo ü cetle qa'a re^u lo 
Prince de Kaunitr, et « M' de Montuioriu une tr^8 bell« bo6te 
avec lu purlrait de ['Iiiipt^raLricv. 

Kn me pinj^terimiit etc. 

OCL 

Joseph an Cobenxl. 

Ll>o(i<>1 CO 19. tivrlX 1787. 

Mon clicr Comte de Cobenzl. Jo vous euvule ectte estaf- 
fette ponr vqus annoncer que je suis arrivi^ ici hier apres midi, 
oü j'ai tmtiv^ V06 deux lettres adresB(^ect au Comte Brigido ot 
dont je vous suis bien oblige. 

Me voilli h pen pres ä inoitie chemiii de i'trridruit au quel 
je soubaitc d'arriver. ou ponr niieux dire de lu per^onnc qui 
Beule m'y attiri;, et qui est l'nuique objel que je dt'siro y voir. 
J'ai mont»^ mos fluttes de fa^ou qu'aussitOt que votre courrior 
viendra m'annoQcor le jour positif du deparl de ö. M. I/Inipe- 

> UvbOT dl« Vertrfl(rfv«fliiin<lliiiiKOa inlvrOMunto Auf«cblOMo. Se^r, M£- 
moiro« II. 



I 



122 

ntrioB, je puisse tnc meltrc cn routc «1 in« Irouvcr «vaiit Elle 
k Chenoii. Ell attcuttaut je parU dvuiain pour faire uiiv pftite 
toiu'ii6e k Zaiiiusce ot (lans les environs puur y voir unc partie 
des colonins d'AtleiniLiiils qim J'jii (itaMiti^s clans ce pai»-ci. 

J'fli eu le plus boau tema du mondo ])ünd(iiit mon voyagej 
mais depuis dcux jours il g6lo et notis avon» luämu «u de 
la neige. 

Aclii^ti, nion eher ('omtß, vou« trouvo.r*^s ci-joint rin lettre 
k S. M. L'lmjjcratrice quo vous Lui presenlerts de ma part' 
Au reste je ne vous rep^terai pomt le platsir que jaurat de 
vous revoir, ear vous ju- potivt?« cii douldr, iion plus quo des 
soiitimons d'eslJiiiu et d'ntnitif'- avee lesquels je suis 
Sig.: Mon eher Oomle 

Votje trfis afFcctiond 
JoBepb ni. p. 

CCII. 
Cobenxl an Joseph. 

|i«r C'uurrivr Prui^QM. Kiuw ce S3 »vril I7ä7. 

Par mon demier trfes humble rapport que j'ai l'honneur 
de mcUre aux pied« de V. M. I. j'avois assur«^, que Ic dt^part 
de Sh Älajeste rimpöralrice dir Kiow auroil licu du 16/29 au 
20/1 iQuy de ce nioiB, j'elois d'autant plus auturiee h le croire, 
que Sa M'* P m'nvoit dil clie-iiicnie ii clifferentcs rcpriacs quo 
le «öjour dp Kbw comuienyoil » tuj paraitro long, et qu'elle 
vouloit absotuuicnt parür inemc le IT/UÖ, effectivement le 8/19 
inatiii que le Comte Besborudko revint d'une cuuph, qu'it avoit 
■fftit 8ur ses terres, Sa M'* Imp'" lui donna l'ordro formcl de fuiro 
loul prrparcr pour parlir le 17/i)Ö, niaie Ic Princc Poterakin 
repr<5sentA tpie In cdiose etoit abaoluinent iuiposöiljii*;. La rt^'ueur 
de la Saison est teile qn'k l'inBtant oii j'Äcris, il ne fail certaine- 
ment pas plu« froid k Pt^tci-sbourg qu'ici. Choee ean» exumplc, 
la Neva a debäclce depuis le lae de l-adoga jusqu'Ji 7 vorstea 
au dcB8U8 de P^tersbourg deux juurs plutoL, que le Diiiepcr k 
Kidw: il a resulti? de celtc saison (ardivu que l'lierlie qui daiis 
envinju» de Krementsdiuk et plus bas est ordinaireraent dejli 

' Ariielii, t c. Nr CXL. p. 1'86. 



133 



loutc venac ^ \& mi-uiars, a b. pcine commcnct^ 11 pnrottre, et 
c'cst sur celi qu'on comploil pour le foui-age du uombre tr&s 
consid^rable de uhevAUX, dustini'6 au voyagti du l'Iiiipiirati'iL-Uj 
et ponr la c»vallci'ie qin doit stirvir partout d'escorle, et pour tous 
Ics diff^rens camps projctt^s qui doivent de nouvtiau avoir licii, 
c'est «e quB le l'rince Putuuitdn a represente !i rimperatricü, eii 
ajmitanl que la n'ctoit que l'afTaire de quelques joura do retard, 
puisqu'il ctoit imposBible que la raauvnis tems actuel dure plus 
longtems, et qu'il suffit d'une pluJe un pmi chaurln pour faire 
tout verdir. Cest d'apr&s ces represt-ntations que le 9/30 de cc 
mois Sit Majcstt^ mn iii la g-i-Acc do nie dire clle-nieme, qu'ellc 
me prioit instaramcnt de ne pas mc prcsser trop d'envoyer iron 
courrier ü V. M", et d'atteudre qu'il ful possiUe do detcrminc;r 
le jour dn d^part de Kiow, puur ne pas exposcr V. 31. I'" ä 
B*eniiuyer k Ciiorsou avRnt Tarrivite de rimpt^mtrice. 

D'un ftutrc cöte le Prince Potemkin et le Comte Besho- 
rodko m'ont dit tous le» deux, que le plus grund obutaele qu'iU 
ont trouvi^, h Piigagcr rimpi^ratricc k i\it\'ör*'r seutemcnt de 
quelques jours son depart d'icS, ötoit aon extreuic einjiremäumeut, 
de se retrouver avceV. M"*, et ils m'ont prif'. de ecinjurcr trfes- 
Immblement V. M'*dc iie pas troj» presser bou arrivec ä CUcr- 
8on, poui' ne pas cupafrci" l'Imp<5mtrico, lorsqu'cUn en seroit in- 
stmite, h precipilor sa routc, en ajoulant quo si Sa Majestß 
i'opiniatroit k vouloir aller sar les galeeres, avani quo Ic tem» 
soit radi>uul. t-llc s'exposuit inuurtnqualdcniciit ii avoir la fiffvr«, 
et y exposoit lout*; sa suite. J'ui repondii, que l'interet, quo 
V. M. prenoit k la sant<5 de l'Imperatrice ^toit trop rif, ponr 
qii'Elle ne vit pa» Elle meme avee beaucoup de regrets, que 
son au^uslu amie ä'cx]>o£c au iiioindre daiiger; d'apriit; eela il 
est d(5eidö que Sa Maj'" Inip''' ne partim d'ici, que le 23/4, lo 
24/5 on an plus tard le 25 avril/6 may. Outi'e le8 deux jours 
de sejüur i» Kruitiuutschuk S. M. I'' pourra bien, s'arreter un ou 
deux jom-B aux enviroua irKcatlierinodaw ou Koidak. peiidaiit 
le«quelle& on essayero de faire passer les cataractes anx ga- 
l<?crC8, ce qui di'pcnd de la bii-uteur rlr IVau, et si cela reussit 
Sa M'* I'* conliiumm la nnit«; par ea« jusqu'ii Cficrson, oii de 
faßon ou d'autro on peut compter qn'ellc arrivcru tuujours li 
pcu pr^-S dn 5/ Iß au 10/21 May. Le colorel Popow n'est pas 
encore de retour, et c'est c« qu'on atteud pour Uetermiuer irr^- 
Tocablement le jour du d^part d'icI, j'eu scrai iDformV: auEsi- 



i 



124 

löt, et c'eet ators quo j'fxpäilicrai sur le titiainp im de mc8 
coiirriera qui portem ans pieds du V. M. I'"^ la nouvolle precise 
ßt du jour que Tlinpf^ratricc finrtira d'ici, et do celui ah eile 
poiirra «rrivcr » Chcrson, il scra suivi pur iin des »es caiuaradce 
uu mouiciil meine, ou l'liujierutricu «juitter» Kiuw. 

liier est iiiTive uno cstafFL-ttc du Princc* (iaililzin avec U 
DoaTotle du dcpart de V. M. Irap'' de Vieniie. La du'p^clie a 
ete r«^ue avec plus giTiod pinisir. d'autaot plue, que quelques 
letti'Oä particutieres de Vieiiim |)iirv<.'iiui'H iiitLiructciiietil h la con- 
DOtssanco de rimpt^ratrico avoit dotin<^ des inquicUudes k a-t 
egard. I^a Sensation qui eii «voll resull^ est dejJl uue preuvc 
coinplöt« qui Ju&tiCie ük que j'iii toujours assur*^, combien rim- 
päratricc ddsiroit vivBinent de revoir V. M. !•* pendanl bod 
voyage, et quel fond eile faisoit aar la proraesse, qa'ellc avoU 
rc^ue k cet egavd. 

On a re;-ti ici la uouvelle, quo le rui de Naplijs se pro- 
posoit d'envoyor k Chcrson In Marquiü de Gallo/ le lufimc qni 
est drsüne h remplir la place de son ministre aupi-j;s de 
V. M. Iinp'', püur y compliiuenter l'üuperatrke au nom de I.cttrs 
MajestCE Siciliennos, au sujet de son voyage. Cettc au^uslu 
souveraine n MO on iie peut pas plus »chsüjIc a octte attention 
reelierelu*e, et lu'a fait la grflce de me dire vn uie l'aimonvttnt 
qu'ello recottnuJBSoit bien k cette marque d'umitie Ja sueur do 
son ineillour o.i plus intime .'iTiii. 

Au moment oü j'ecris cette tres hanihle rtOation, je re4;oi9 
un blllet de main propre de S. M. I'lmpenttriee. qu'ello m'a fait 
la gr&ee de iii'addrcst^er direeteiiieiit, eyntenaut c;ü» niota: Lc 
Barou Dnllicrp' ii ete unaiiiniemeut elu Coadjuteur de 
ÄEaycnec. On rcgardc ici ce choix codiuic Oivorahlc aux in- 



' Mj^iio MAiLrilli, Murrlieii«, »piiter Diica ili Gallo, f>eb. in Palermo 1768, 
golvitotü diu PrinKcsain Mnriu Tlivroeia, Itnmt de» Ersbenoga Frxuit, 
tiaili Wiuh, wo er vem J«hrw 1790^171)7 al» fc»iiigl. tieApoliUni scher Gö- 
aauiller funcirte. Er untcnti^iolineto di« I'TJinminnn»ii iti L<^<ilion und 
mit CobcriEl uiir) MtirTfilill do» Frieden voti Cnrnpu TtTinio; dann ging 
«r iiath Neapel, vi vr bis XHM» «ehr thSliif wnr; IK'JU a'^iiiu ]i<>t«cti After 
iii Wivii «niarint, wunle «r tlorl nicht xu^'oliauciii, ubotiiuwunig^ miiii 
CoiigrpKio in l^ibiu^li. f 1S33. 

' Karl Tbwodor K^iclisfr^tliorr v. Dxlberi,', Condjutor, dann Kiirfflr»l-Er»- 
biachöf von Ujiins (ib. .InÜ 18o3); •r^. Ai>rll ItlU-t Fürst von KefreiisburFT; 
Fßritpriina« von Dciittclilnnd (IS. Juli IMÜtiJ und Urmsberzog Ttin FrAnk- 
furt (16. Februar ISIO); f 10. Februar 18IT. 



1S& 



t^rets des dcMX C'ours ImpÄrialcs cn Empire. La part (\HB Sa 
Majest« rimp" a prie ä cette nouvelle et la niAni^re «lonl eile 
a daign^ me rannoncer, est uoe nouvelle preuve biuii marquee 
de son attacliomctit poiir V. M*^, et de l'int^r^ qaVIlc prond h 
tont ce ijui concerne la cause coramnne contve In parti prussien. 

La pregeiite treshunible relatioii sera Apportu aux pied» 
k V. M'* Iu)|>^' par le coarrier, que le Comte de Segur renvove 
h sa Conr chaT^i^ des ratificatians du trattä do commerce, et 
qui prend 3« route p«r Leraberg et Vienne, j'espfere qii'il sera 
bientöt suivi par mon propre courricr, qui portera des rebitious 
plus d^illäes aux pieds de V. M. Imp**. 

En mc pröstomant otc. 

P. S. C'est au momoul oii je ferme raon paquel, que je 
re^uttt par estaffutte \vs ordre» »uprSmee, qu'il a plu Ji V. M. 
de lu'addresser le 19. avril. Le courricr fran^ois, qui est au 
rooment de partir, ne me laisse qnc le lems d'cn annonoer la 
räception; je ne nianqtierai |>aa de remettre encore cc niatin ^ 
Sa Majcstc TlmptVatrico la lettre, doiit V. M. a daignc uie 
cliai^er puur eile, et qui lui fera süreinent lo plus griinil plaiair. 
II n'cst aucHiie occasion, oü celte angnste souvcrait»; lu; fasse 
äclater la vive amiliä qui l'unit U V. M., et rimpaticiice qu'etle 
a de Iwi revoir. 

Chcrson est pour moi la terre prouuse, puisquu c'est Ik, 
que j'aurai le bonhcur de me metlrc anx picds de V. M'" Imp'*, 
un des luumenl« los plus lieuruux du ma vie. 

Je nc manquerai pas d'informer Bartzay ii Brodv du Jonr 
du d<*pÄrt de rimp<*ratrice dt^s qu'il sera fixe. 

£n me prosternaiit etc. 

P. S. Je prolttc encorc de l'occrasion du courricr fiiin^ois 
ponr rendre romple tres-Itumbleuient aux pieds de V, M. 1'' 
de ce dont ui'a cliargt' rimp<.^ratrice au aujot de lYdection dn 
Baroii Dalberg « la t-uadjutorie de Mayence. L'IuiptiraUiro 
m'a ordonnt5 de dire k V. M. qu'cllw connoissoit depuis loiig- 
tems le Raron Dalbcrg, avoc leijuel eil» avolc &tA m^ine en 
correspondance litteraipc, qu'elle savoit, qu'on ponvoit compter 
de troiircr cn lui un purfait honuöto Iiommc, triis instruit, 
tr^s eclaire, et d'un meritc rare, qn'ellc se rendrojt presque 
jarant, qne jamnis V. M. n'auroit qu'k sc louer de lui, qn'cn 
'coDsequcnce olle le recomiuanduit d'avancc t la bienveil* 
lance da Chef de l'l'^npire. et croiroit, qu'il duigiie cn touto 



*J 



12G 

occasion le trniter avec "bontrf, Ce sont !es propres mola de 
1' Int per* tri ce C|ue je rapporte. Elle se pi-oposc de les repeter 
eile meine k V. M. si Tuticafiiou ti'eii präüeiitu h Chtintoii. 

C'eat im conrner du ('omte de Rouminnzow, qiit a apportd 
ici Ifl nonvcllc de l'dlection de ßaron Dnitjorg, qiii a tuiisi cette 
occasion pour addrestser iiDe lettre ä rXinpäralrice. Sa Maj** y 
a ri'^poiulu du la maiiiiVrc la plus gralieusß. Lc Conitc d'Anhait 
est arai intime du Baron Dalberg, et a foilifi^ ririipt^ratrice 
dan»t In boniie nptnion qu'cll« avoit de liii. 

ccin. 

Cobenzt an Joseph. 

pKT Conrrier BaUnk. Klaw es SS. Kvrl] 1787. 

Par unu Irtslmiiiblo JL^pf^cIie d'avant luur j'ai cu riioriiKur 
d'aceuacr la reception des ordroö supn'Miies de V. M. 1'' du 
19. ayril. Immcdiatcnient apriis le depni-t du courrier, je inc 
Bui» rendu it la cour, et j'ai eu riionneut' de remettre h rim- 
peratriec Ja lettre dont V. M" uvoit daign« me cltarger. Cette 
aaguste souvemine »'est inoiitree intiniment aenslblc !l l'atCen- 
tiozi rechercli^e de V. M. loip'" de lui annoncer non arrivee k 
Leiuberg, eile m'a lemoigiie lu plus vive inipatiuuce de »e re- 
trouver avee M*" le Comte de Kalkeustehi, et de viiir renaitre 
les heureax momenta de Moliilew. Mais en inc-me tems S. M. 
m'a dit, tpi'il etoit impossihle de detertniner le tems, qn'on om- 
pto^ernit k faire le traji^l d'iei k ('licrsDii. 

Hier S. M riinperalrice ma fait remettre la lettre ci-jointe, 
que je suis chargr de portcr aux pieds de V. M. Imp'-.' Cßttc 
aaguste souveraine y mande eile memo, nu'elle a &x6 rrci- 
vocablement son dtSpart d'ici au 22 nvnI/3 luay, qu'uutaiit qu'OD 
peoC dt^terminer d'avaiice, eile croit employer 15 jours d'iei k 
Cherson, et par conseqneut y arriver eiiviron le 7 18 mai que 
ce nc sera qu« de Krementsehukj qu'un p^^urni fixer propremeut 
le jour, oh eile scni k Cheraon, et quo m'y trouvant k la suite 
de S. M"* je pourrai faire mon tr^shumble rapport aux pifda de 
V. M. 1. par un courrier, qui pourra La rejoiiulre dan» Sa route. 
L"Im]n.M'alriee m'a pcrinis de faire Iceture do sa lettre k V. M** 
qu'ElIe trouvora tr^ amicale, et en tout les expressiüns de la 

» Amelh, l, c. Kr. CXLf. p 2B7. 



IST 



teil«, qne le m^rite les BBcamn i|tte V. M. toi • 
ioud. Defrä qae j ai I« eette leUre^ ajanl en ümmmot de 
6nra Bft eoor k rEmp^ratricc, eette pi ac» *» me £t, qae Ite 
tcno««, dont eile sVhMt senri d«ts sa lettre n'^toieat 4«« l'ex- 
praeBwo det lentimeos di^ot eil« ütoit p^aäträ peor V. iL, et d« 
ee qo'elle Im dtroii ii toaie sorte de ritne, qs'eUe se ftnk 
aoe Ale d'cn Msmnr per800«IIeiaeot )!' le Comte de Falken- 
Stein, et de le retrrarer avcc Lei, qa'etle destranit biea ptawar 
davanuge sa routp, mais qne Ciisant ce rvjwgi per ee% 3 
fidlott ae sonmettre ä cc qni sc troavproh poasible, qa'eOe aanit 
d^r« d'«tre rendue ä Chenon avaat V. M. coinai* cVtoit anen 
50D dcToir, ponr La receroir, mais qae V. U. Tmfaut ebaohir 
mcDt la devaaoer, eUe dMreroit beaucoap, que ee ne Atl^ ^«e 
d'aossi pea de tenis possible. Ko pirmier Bea ponr la rmtww 
que V. M sVona/eroii k Cherson, et pais parceqae Tair n'j^ 
^nt pas tout ä fait sain, eile ne vundroit pas prolon^r le ti' 
joor de V. M** an d^Ih da tems, qu'cllc aoroit le bonhenr d'y 
passer avec Elle; rimperatrice a beaaconp appuy^ $ur cc qQ'clle 
decirott qae V. M. o« fat pas trop longtenu avant eil« ^ Cker- 
soD; et li! P" Potemkin m'a dJt la mduie cfaose. 

C'est donc le 35 arril 3 naay que rimprratrice aprfrs avoir 
aasiste aa service diWa k la cathedrale dloera k bord de aea 
galdere^ et cootinuera sun Toyage. L'entrvvau avcc le Roi de 
Pologne se caosera prcsqu'aucun n>tardf et toat se bornora k 
cc qne c« Prince ditiera arec rimpvratrife vt [Mssera quelques 
henrcs arec eile, seit avant, soit apr^ le dioer. II est impos- 
sjbte de rester moins de trois jüun k Kreiuentscliuk, tems n^ 
ce::)saire avec diff^rentes fonctions d'usage daos nne ville si^gite 
d'ui) gouvernemcnt. 

D'apr^s cela j'ai pris la parti d'expedier aujourd'hui mon 
premier conrner avec la lettre de l'Inipdratrice, k la noavollo 
du jour üxi pöur son d^part. Lp jour mßme de son emliarque- 
nent il en partim un »econd, qui en portera la nouTelle aux 
|nods de V. M. et de RreuieiiUchuk je femi parlir, S(>it un de 
mes gens afBdi^, sott un courrier da Prinve Potemkin. qui m'a 
(^ert les sien», en cas que j'en eusse besoin pour faire mon 
tr^liumble rapport sur le jour de rarrivä« ^ Clierson, k moins 
qu'en recevant des onlres supr^nies de V. 31., je ne me trouve 
avoir avec moi un nouveau garde bon^rois ou gallitjtion dont 
je me servirai en ce ras. Si contrc toule attente dans ee djf- 




123 

f^rentos )ntervaIlE>6, il ärrivoit quelqu'autro cKangcinent, nn noa- 
veau couiTier «n portoi-oit sur lo clmmp la nouvelle aiix pieds 
de V. M'*. 

J'ose Ln sapplicr tres humblement de me Faire saroir 
ex.actciiieTit !<• jfiur, f|n'KI]^ se proposo de (jiiittor Leiulicrg, la 
route qu'EIk- duit luiiir, sur laqin'lU; cm ussiiro qu'il s'ust fait 
des changcmena depuia colle quc Schoky m'a envoyö, et enfin 
qiiels 8onI les gUes oü V. M. Sc propoae de conchtr, poiir quc 
je puisse calculer toujyur», oü je puis envoji'ei- les courrier», 
que je jtourrais 6trc daiis le cas de döpeclier. 

Je ine propose de devaticer riinpiiratnce daiis les derniers 
joiirs de »a roulc, assc's pour ttro sfir de mo trouvcr k Oher- 
8011 avaut l'aiTiv^e de V. M. Imp*" prßt K recevoir lea ordre» 
sar tout CG sar quoi Clle daigneru m'ordünner. Je n'ose Lai 
deTnandtir la pormii^Bian d'avuncer Dtieon^. d'avaiiUg'C pour moi 
le boidjour de La voir on iillant U Sa rcnconlrc, maii« j'ose 
lue ilatter au uioins, qu'KIle ne düsapprouvera pas luoc eni- 
pri'ssemeiit d'etre nux. pieds du uieilleur des luallree le plutdt 
qtio possiblc, et de prolongor Ica instants nii j'aurai le bniihcnr 
de Lui faire ma cour. Ce sera pour la secoiide fois, que AI'' le 
Couite de Falkeiii^tein le meilleur negotiatenr cjue rEiii|jerexir 
pairtHt' janiais «mployi-r, melUsra le sceau cn ItuBsi« ii im ai- 
steme dunt lo renouvellcment est iiniqneraent le frait de son 
liabilct«j. lleureux d'etre k poite de prendre des le^ons d'an 
aussi grand maitre, je iiiettrai toas mos »eins k bieii executer 
Ses volonte» et maintenir Son onvragc; aprJiS «nn di'part. 

Je prens la reapectneuBe libertc- de jolndrc in treslinm- 
bleiuent nies döpeches ä la Chanfellerie de Cour et d'Elat »üb 
volanli, en &u|jpliant V. M. de les faire parveinr ä sa destioa- 
tion aprfes qu'EIle aura daignö en faire la lecture. 

J'ai l'honnenr d'envoyer <^ga!ement anx pieds de V. M. I. 
une nouvelle liste de la route de l'liup^ratnee et de tontes lös 
stnliüiis. 

Kii lue proatoniant etc. 

P. S"™. Au monif^nt oii V. M. Imp'" va par anc secondc 
entrevue avec l'Iiiiperatricc fortifitr encore Tamitie personelle, 
qni s'esl ^tabUe h. Mobilew. je crois de inoti devoir de faire 
parveiiir äi .Ses pieds Ti-HqniHsi' du tableati di! la Cuur de Kussie, 
et dn ^Aract^^e des individnes qni cnmposcnt ta stiite de l'Im- 



139 

p^ratrice poor BUtent tjnf mnn pen ile lami^re a pu m'en pro- 
carcr U connwsjuce. 

Je crots qae V. M. trvurerm )'Im}>«nitrice pea changee 
pcmr le tems qui s'est ecoule depuis la premit^re cntrevac, 
scalement quVUo a prU plas d'cmbonpoini. Klle ml toujoars 
du caractfere le pla« gHi, le sacc^ des eutreprises, qu'elle a 
forme et qu'elle reconnoit k chaqae occasioQ deToir ii l'amltie 
de V. H. Imp'', a ajoat^ eorure ä sa bonne Immeur. Qnoique 
pluneon personnes aient dt^consetlle le vovage uctoi-l dnns la 
cr&inte, quVIle ne put le soateDir, eile n'a jamais vonln «n 
d^-mordre; en prcmier liea dans I'espoir de revoir V. M., en 
sccond liuii parce qu'elle reganie le lems, qu'elle y i-mploye 
comme an ddlaiiscmcQt de ses occnpadons. C'est ce qot est 
caoft« que pendant tout ce teois il s'est fait tre« peu d'affaires. 
S. M. jouit de la sante la plus lieurense. et il ii'e«t peivonne de 
SUD kgfi, qui äouticntic mmmc cllc la fati^o, rt qui n'iiprouve 
ancaoe espec« d'incominodit^. £Ue est plus que jamais sensible 
H la louaagc, et toutes Ics fois, que iious trouvvns occasion de 
Ini gli&ser qnelqite flagunnerie. sur ce qu'elle a fait pendant 
son regne, c'est loujours tr&s bicn venu. En m^me tems cctte 
suitc continneÜe dn succ^ Pa i-endu peu habittiee ii 6rre con- 
trediLe. II «6t possible de In faire changer d'opiniun, luais it 
faut pour eela s'v prendre tris adroitement, et la ramuienei- k 
son avis prcsque sans qu'elle s'en appercoive eile m^mc. II est 
incroiable tout e<^ quo l'nn met siins cesse en usage dans toute 
l'Europc pour pereiiader, que les seiitimeiis d'amiüfJ de V. M. 
pour rimperatrice ne aont plus Ics mämes, tout ceci n'a fall 
jusqu'iei anrun offet. H softit de rap|«ler la prisc de posscs- 
ftioD de la Crim<5o et quo c'est 1« Kussie. qui e«t en reste vis- 
i^Tis de neos du cnt^ des Services rendus pour se eonvaincre^ 
que ee n'iwt pas h nuu!*, h nous refroidir vis-Ji-vis de ceux, 
dont nouä attendons le rendu de ce que nous avons fait pour 
enx. La peiue, que V. M. proud de faire un voyage aussi fali- 
guant uniqnement pour voir rimperatriec, est unc nouvellc 
preuve de son attarhement pour eile, les asaurances que roeevra 
rette nuguste souveraine de la boucbe de V. M. de la continua- 
tion de ses sentimens seront un antidotc tout puissant contra 
toutes les iniriguus ii venir. 

Catherine [1. aiino Ii parier de tout ce qu'elle n fait dans 
rint»:riüur de son ompirc, et on ne peut digoonrenir qu'elle en 

FaaU*. U. IMti. 6J. UV. tt 



I 



130 

psrie IriiB bleu. Ses inteiitioiis sont tres bonnc3, 
grandu partie |>ar des di^rAiit^ i]'(tx<5üution, qui ne hii süut pas 
connns, qae le« effets ne rt'poudent pas partout k ee que Ton 
devroU attendrc. Ktant clln mem« gaie, eile voiidioit ijue tont 
ce ijiii I'eiiviroune participe k soii bomie Iniuieur, ctlv t;st sur- 
tont flatti- de ce qu'on affecte de ac trouver bicn dans »a so- 
ci^<^, et ricn ne In choqucroit taut que si eile d'appercovoit 
qu'on s'entitilo aupr^:« d'etie. 

Quant A In poHtlquc rirap(?i'atriee est ile jour en jöur plus 
atlacliö« k l'aUiiiiiCt; qiii l'unit avec V. M.. et c'est ce qui fftii 
la base de »oti systtVinc. Aii resKGiitiumiit qu'clic avoit contre 
le feu Hoi de Prusse, dea taauvais tours, qu'il avoit cherche it 
lai jüiier partout, s'est Joint encoi-e 8i>n8 le Koi actuel l'idue d^- 
uvaiilagtfusu, qu'clle a du soll pursuunel, at la peröuasion qu'il 
ne saura soutenir I'iUat do force aiiquel son priidi^ci^aacnr avoit 
Tait nionter la monarc^liie prussienne. Lcs nouvtflle« que l'oii 
re5oit de toute pari, qiril dünne dauß tout ce qui tieut ti la 
francma^onneric, aiix illuinturR, h, t'art de faire paroUre les 
morts etc. euffiroient d'ailleurs pour ha faire pcrdrc tout ert^dit 
nuprjss de rimperatricp si jamais 11 en avoit eu, taut eilt diteste 
tont ce qui donno lä dudaiis. Lee prucedes de Ueorge 11. vis- 
L-vis dr' la Russio et son avnuglir attacheuiont pour la Prusaei 
ont si non eteint. du moiiiH bien atti<5dc, laBcif-n attachement 
de rimperatrice pour rAiigleterre, eile aiine la natiou anglaise, 
luais öUe 6»i fort piqucu cutitre le Roi et suii iiiiniDt^re. Kon 
seiilcment il n'cst qucstion d'aucune trnitJ^ d'alliiince avec 
rAnglcteiTc, mais mZ-me lo traJtr de commerce est rompu. 

D'un autre cAt<( »i rimpöratriec n'cat pas rovcnuc tout k 
flüt de 8on ancicu eloignement k I'egard de la FrancCj du nioins 
est 11 bion djminue. A force de les precber Ik desHua, noua 
aomtnos ptirvenus ä Icur fair«' sfutir la »(^r.cäüitc de incriagor 
cctte paissancc. Le traite de commerce est dejJi iino espfece de 
rapprocbement. L'Trap^ratrice traite Ji. nierveille le f'omtß de 
ÖQgur qui a fait tout ce qu'il falluit puur reusstr completem«iit 
ici, et que le Prince Potemkin aime comme wm enfant. On 
Toit clairenieot, que celui-ci Iravaillc t&nt qu'il peut k chcrcliw 
h persuader le ministre de l'Vance que le Cabtnet de VcT'saiUcs 
a grand tort de Koutonir les Turcs, et fernit bien mieux de 
a'nnir aux dnux (Jours Imperiales, pour partsger leurB d^pouilles. 




131 



Les äv^neiueos futures uous ferant voir, ei 6es sermone aurotit 
besucoup opilr^s, 

En rnlitiaut rel article et toat ce qii'il cüntieiit sur le 
compte de TlmptTatrice, je m'appcr^oia qae ce n'cst qu'iinc 
repetilioii *le ce quf V. M. Iriip'"' u Irouvi^ elle-meme k Molülew, 
mais c'est luDJours unu nuuvellü qiie de dire, quc; leg chuseB 
sont dana Ic m«^mc «4tat, et d'ailleiirs je d<5fie M' le C* de Fal- 
kcnsteiu ä Chertson de preudre un plus grand ni un mcilleur 
modile, qae M'' le C" de Falkeiistein i» Molidow. 

Le Prince Putuiukiii jouit LoiijuiirA lUi In plitn tiaiUe cuii- 
sidt^ration et du plus f^and credit pour tout ce qui r-st atTftirr: 
de gnice, mala quoiqn"!! solt informö de tout, il se iiiöle ct-peii- 
üaiit moilis qu'uutr» iujs de» objeO< poÜtiques. A suii cn^dit per- 
sonncl ee Joint «ncore dana ce moiiicnt ei cclui du Tavuri ac- 
liicl qui a i'tü son aide de camp, et qui jusqu'K presfitit fait 
abüoluiuutit tout VC, qu'il veiit. Cesi Jiiaimtmovr qui datit; lue 
praraiers moments de sh faveur, oü ces messieiirs peuvent tont 
obtenir, lut a fiiit avoir In portrait ponr la €omtc8se Skavronsky 
et Iß promesst' du fürdoii de S" Catherine ponr la Couilesse 
ItminUkn. qui l'a cfTbctivcmciit re^>u ici it Kiow. J<' dois au 
Prince Potemkiii la justice qu'il u'CBt toujoiirs montr^ fort atla- 
v\n!- au svstwme de l'unJon dffi diMix Cours Impt-riales. Soii 
aiuitit- pour Se)jur «t ce ii quui il vcut ryngagcr est une (.ihose 
qui B'aceorduroit parfaiteTncnt avcc nos Tuos, et k laquelle par 
Cflnscqnent je rcncourage antarit (|Uf; ja puin. Les bontös qiie 
V. M. Imp'" a toujours eu pour iui sunt cause qu'il s'attend h 
an acunoil distinguö de Sa part, et j'ai cru bioii fairR de Iui 
dirc, lorsque l'occasioii s'en prescntoit, quo V. M. tHoit bien 
aiae, de cetie occftsion de le revoiv. 

Mais si l'oteniUiu nous sert et nous a toHJours bieu »ervi 
dans n08 alfaircs on ne pout dii^convcnir im revancliß, qn'il »crt 
aase» mnl la Kuasie en bien des points. L'arraec couta beau- 
cöup plus, qu'elle ue faisoit, el uutlgre toutes les augmeutatioo«, 
qu'il y a fuit, oii m'aBsure, quo du temu de la guerre de l'russe, 
ou pouvoit ineltre sur pied prcsquc autant de niondc qu'ii prä- 
sent. Lc9 eoniioisseu« approuveiit assez les changcmens qu'il 
a fail sur la tenue des truuppcs, maia il n'y a ancuue unifor- 
inite dans Ins maiuKuivn's, el lus volunelü n'i^tant poiiit inspcuti^a 
pftT les g^ni^raux, elmeuii «lablil une tactique a. sa fafon. J'ai 
eu rhonncnr de mander en »on tcin» dana nies ttvsliumbloa 





c 



[32 

rapport-i les projets qu'il avoit pour U formation üo trois caraps, 
dout l'uu d»vüit aller a löO/ni. hominis, dcpul» ces pi'ojets ont 
paru tout k fail evanoiiia, et il n'etoit plus question, que de 
faire vob* en passant k l'lmpi^rairice unc grandf^ partie de l> 
cavallen'c tini fte rangeroit »ur le chemin, pour cola h pr^ont 
on recouiiueuce k parier des cainps; maia personnc ne peut 
usstirer, qu'ils auront Ücu cffcctivoniont, piiisque cela tient k des 
ordre» que ]e Pn'nce Potenikin cxpedie lui iu«in>e, et varieiit 
d'un momeot a l'HUtre. 

Qiielqn'iiiti^rfit que nous puseioris y aruir, il seruit inutilc 
et mf-mc dangereux de vouloir r<^mi'*dipr ä oc innl. I,'liiip<''ra- 
trice u'entcod riea k tout ee qui tieut nit iiiilitaire, vi im peut 
paa TÖrifier pur eile meine le piti<l oh sont lea elioses. Kllc s'cn 
re|M)8« par consequent aur c-cux aiixquela die a donnä sa con- 
fianoe k cct egard. D'ailleurs quoique ranui';*^ russc soit hien 
^loignäe du point de perfeetion auquel V. M. Iin[j'" u portc la 
8ienne, l'eBp&ce de »oldaLs est ei boune, quo nmlgrü [eurs de- 
fauLs, Bi conimn notis avors lic-u iIp nons on flattor, l'Imp«*ra- 
trice ricnt ce qu'elle noiis a döjk proniis plusieurs foia, ■*Ojm. 
honimea de secours, dans une guerre prussicnue on trouveroit 
toujours miiyen cVen tirer graiid jmrti. 

II pai'oil qae le P"" Poteinkiii a usö de sa nrgltgeiici- urdi- 
uaire dans les ordres k doauer, el les preparaüfs li laire pour 
te voyage de l'linperatrice; occup^ daos celui qu'it u fait lui 
mSrae k Clinrson et en Criincc, d'une |)a8sioii rnoin^ntanrf^ poup 
une certaine M"" Sie%'ers, iI s'ust rt-pose de lous Ics arraiige- 
menB sur le colonel Popow, et il n'est paa douteux qu'unc dea 
rai&ons qui a retarde notre ile]>art d'ici. irbt cpio tcnit n'i'toit 
pas pret pour le royago. L'lmpi'Talrice etoit si decidec pcndant 
icngl«m8 h. vouloir partir le 16/27 ou n/2S qnc j'ai craint que 
quand on Ini cn annonceroit rimpinfsiiiilitä vWv en fOl Ir^» en 
colfere contre Potenikin, il y a eu aiisai nn jour d'oraicc Jt ce 
snjct, mals lc-9 soins et Ics bous ofticea du favori ünt rai'i'om- 
mod^ la cliose. II ne seroit pas impossible qn'ü ne ae recontrc 
encore quelque sujet de nn^eunteiitement pendant le cours de 
la route, a'il y avoit quelque confusion dans bc» arraiigeniens. 

Pütemkin paroit «u reale fort occupii de scs affaires do- 
mestiqucs. La terre iriis conBideraWe qu'il a acJicl«' en Pologne, 
a fait cmire U, beam-uup de inondc ([u'iJ avoit des projet» sur le 
throne de la Pologn«, mais il me paroit qu'it a pcrdu toutOB sea 



AHcienned idöes do acmvcraiticN^, qu'il n'aspir« qu'ä jouer le rölu 
d'nn parüpulicr dintinguP, et que le bui de ses aiiiplettes n'est 
autre que t-elui de e'ussurer »nie rt-trail« pour lee tema k venir. 

Bc&borodka est lo väritahic limiiiiio de conti&nce dans Ica 
afTnires et surtout i-ühitivemcnt anx objöt? polittqucK, oü il a U 
plus gi-ande influencc. il est Bttache de cocur vt d'ame au sy- 
sl^ine d'allianre qiii uiiil l('S deiix Cours Imperiales, et c'est 
dans le fait l'honiTnc lo plus signitinnt. et sur lequel nous pou- 
vons absolnmpnt eonipter. J'mc impiorer les bont^« de V. M. 
Jmp'" en Sil faveur, et ose L'assurer tr^s humbtemeiit quc I'ac- 
cueit qu'Kllc daigiicru lui futrc, et les choeeri obligeunles, qu'KIlc 
voudrn bicn lui dirc. seront du meilleur effct. II est actuellt;- 
ment asscz bieii avec FotHuikio, qui le lauWiuge iiiHuiinont. C'est 
l'Imperatricu qiu a trouve moyen, de coiieilier ces deux p^^r- 
soniiiigi'S, donl \a desunioti lui etoit fort a eharge. Ik travnil- 
leut enaeinble sur beaucoup d'objets, et 8c rcndent des Services 
mutueU. L-'est I*otemkin qai a propose k riraperalnee les r6 
compenses qu'eLle » duiitir k tuiih ceux qui oiit eu parti h l'äta- 
blissciuent de lu nouvello banquc, i-t lors de ramplptlo, que 
eelui'i-i Ji fall eii Pologne, Hcsborodko a engago unu jtni'tit^ de 
ges pajt'sansr pour lui faire aruir I'urgent neces£airc h eet ctTct. 
rnais tout (N'ci n'rnip'ftelie paa, qu'ü iio sente fort hiftn, ot c|U'il 
ne eonvienne dans ges entretiena üimilicrs tant avee Uath 
qu'avec moi, du mal occasionne par la negligence de Potemkin 
daoB difFerentes tdiosetf. Beäburudko Qsi pt-ni'lrt^ des tuutes les 
bout«'s que V. M. a blon voulu avoir pour lai, et les grncea 
qu'Elle II daignö lui accordor ont produit le meilloiir ettet. 

De toulee les peraonues qu'il a avec lui, il n'y en a aucun, 
qui iiK^ritj» la peiiiß d'fetre citi5 que le petit Luow, un des prin- 
i-ipaux oiuployi'^s du departemeul des pusten, qtii hv in^la ausai 
de faire l'archilei-te, Diaiä seulcmcni eonime amateur. C'est le 
ni6me qui a bäli l'eglisu de S' Joeepli ii Mohilew, en a mis les 
jdanB aux picda de V. M. et en a re^;u ä cette oci-asiun une 
tr^A belle boote, qu'Elle m'a ehargti de lui romottre. Lc (.'omte 
Besborodko » Iwaueonp d'nraitji^ et de eonfianee en lui. 

Je h'hi h i\m- tniF Ic coinpte du favori Maimonow, que ce 
qoe j'ai pris la liberte de repr^seiitor ä V. M. i. sur le vonipte 
de Lanskoy. avant l'entrcvue de Mohilew. L'Impdratrice est 
sensible aux distinction« qu'on accorde ä celui, qui est en exer- 
cice auprte d'clle. Je dois seulement reuiarquti' quu Maimoauw 




184 

nö hommo tle cuudition et appartenuiit uux fiiiiiilles les plns 
distiiigu<5es dt! l'cmpin-, avaiit it^'U une bouiiR (^ducaliori, et 
doue d'aillcurs d'usscz d'eaprit nntuvcl ä uiie convcrsation beau- 
coup au dessiw du celle de ses prerl*^i;efiseQrs, et qti'on peut 
plus ais(-iiitfnt cauni^r uvec lui. II vst actuulleiiiL'nt dans uiic 
grnndc favciir et Äatisfait rinipt-nitrioe de toutc numitre. IJ a 
des taleos, dessinc fort jolimcnt, et en tout it vaiit iniiniment 
mieux que I-anskoy et Jarmolow. Noui« somraes tous troiB fort 
Ut^a avcc lui, il ii'a ccpciidaiit auuuuc pari aus adaires poli- 
tiqucs, et nc ee m6la, que de ce qni est objet de gräce, sur 
lesquel^ il peut beaiicoup. 

Des damub ([ui unt rhunn(;ur d'aucüiupa{;nt>r riuip"' Iet> 
denx premicros M*" Branlzka et M'"" Skavronaky oiit l'honneiir 
d'dtre connues par V. M. L'liupt^ratricc les iraita avec uoe 
diatinction partlctiliero. Elle a fail inocnler lo til» ainc' du Comte 
Brauizky pi'iidunt le Ht'Jour du Kiow et y a pns l'inlt'rfit lo 
plus vif. ijuant k celin-ci qui est auasi du voyage, Ic Prinoc 
Potciukin l'a uQ pcu urondeu sur les affaires polünotses, uiais 
cela ii'empeche pas que riraptiratrice ne lui coueervc ses aii- 
ciennes buritäo qui datciit encere du senlce qu'il lui a reudu, 
loreqnc le roi de Polo^ne )5toit ministrc k IV-tersbourg et que 
Branizky s'y trouvoit en möme tems. 

Les denx uieuei:! 5ont au!>äi fort bien daiiE co moment-ci 
AVcc leur oncle, quoiqu'aucune dos deux ne sott la aul- 
tane favoritu et que lo niouchoir appartiennc k une 
des filles da ^rand ecuyer. 

La CairiineHVäule Pmlossow a du son ölövatiori ä Lanskoy, 
nuis aa favear est mortc avec lui et eile n'est que aouffcrte k. 
U Cotir. 

Le Cointe Aoclre Schouvalow est fürt c'uiploye dans les 
aflFaii'ca de Hnances, et fort distinfiu»' par riiniK-nitricü, e'est im 
courtisan ileÜc, esclavo di- la favcur et furl inlriguant. II a s^-u 
lirer parti de raneienae amiti<5 qui l'unisäoit avec Woronzow, et 
doit beaucoup ä celui-ci et au Cuiute Bc&bürudko; uu nu peut 
au rcste lui rcfusor beaucoup de L'oiinoist<ancc et d'instruction. 
II voit trop bien l'f^tat acituol d<'.s ehofies pour nc pas affocter 
le plus grand attac-hcmcnt au syslfsrae de l'union dea deux 
Cours Imp'**. il siiit d'ailleurs apprt-cier pnrfaiteiuent la sHge&se 
de touR les reg'leiuens, et le» i'li andern ens qiii- V. M, Imp'' a fait 
dona SA monarcliic, dont tl est radmiratt^ur. 3i V. M*^ daigne 




135 



lui parier quelquo fois et le distinguer, il cn sora pi^nöträ de 
la plns vivc reconnoissance. 

Lc ürand Chanibellan ächouviilow, qui a eu riiomieur de 
faire sa cour ä V. M. V' taut cii Italic qu'ü Paria et k ^[os^ou, 
juue dnas ce monietit-ci un assez triste r6le k la Cour, il a ea 
In malndreitse de fronder un peu ouvertcnient les clabli^seoiens 
de rimpenitrice Kur les t^eoles noruialen. ninsi quw les chaiige- 
mens qu'cllc sn propose de faire k I'untversit« de Moacou. C'est 
CO qui c8t cause qii'oo le traite assez mal. II se rappeile ton- 
jours avec beaucoup de reconnoisöance des boutes que V. M. 
lui a tömoigne en chaqnc of-caöion. 

Le Comic d'Änhalt qui fait le servite d'aide de camp 
general pendant tout le vojage est toujours tres bieD ti'aite par 
rimp^ratriee. II la voit souveut en purtieulier, et eile Lui de- 
mande des iiiformations 8ur tout plein des choses »ans quo eela 
perce dans Ic public- II est extri-iuement reserv^, trcs circon- 
specte, et c'e&t ce qui a cteint la Jalousie quc le P^'^ Potcitikiii 
avoit dans le premter moment con^ue conire lui. D'an autre 
cÄt(^ cettc eirconspection est cause qii'il n'infomio pas Tlmpö- 
ratiice comme il le pourroit peut-etre des viies de sou aniiee. 
ü est possible aussi que ee (|ui Ten empeche, c'est qu'il est 
convaincu qne co (|u'il disojl, pourroit lui nuirc, »an« eti'C d'au- 
cunc Hlilit(^\ On hü reproche coromunement d'etre un peu mi- 
nutieux dans toute» In» choees qui dt-pendeitt de lui. II se rap- 
pello avoc biou de lu rceunnoissance des boiit^s dunt V. M. Imp'* 
l'a honore, lorsqu'it a <\u': voir ses camps et a ^td cnehantc de 
cette uccasion de jouir du bonbetir de La revoir. 

Le Comte Czcmiczew continue a vegeter dans sa nullite 
qui le renil tuNlli<'ureux k eliaque instant de »u vic. On est si 
accontuniu il lui voir jouor la comedie sur Torticlo de sa »antd, 
que datis ce niumcut-ci, il est serieusement tualade et tr^s souf- 
fraitt, Sans que l'Jtup^ratricB veuüle y ajuuter foi, en surte qu'il 
faudroit, qn'il lueure, puur pt-rsuailer i|u'il peut Hvc iimladß. 
8a Hlie, qui e»t aussl du voyage, sans etre jolie a Leaueoup 
d'esprit et de talens. 

Je n'ai rien Ji diro sur lo coiiipln du jjrand riuiyer qui 
continuK d'etrr Ic bnuffon de bv Cour, ni sur eelui du Priiice 
B«ryatiri»ky qiti cn qualite de mar^chal de la Cour a sur lui 
tout le detail du service, ils ont toos deux l'hyuneur d'etre 
connua de V. M. i*". 





13(i 

Lö Princc Potcinkin a pris Je Princc de Nassau tres fort 
en ainide et lui a procure les peüle» euü-ees et riiomicui* d'etre 
du voyage de riiup^ratrice. It fnit nit pcii ici les functions du 
roi de Pologno. auqußl U est ir^s uitarhi^ nmiK mna que cela 
n'ftit d'aiilro hui, m d'autrc eft't-t quft cetui do df^lniirc tontos 
ks tcntatives en parti de l'oppoeition poiir iiuire uu parti du 
roi dana l'esprit du l'Inipöratrice. II est d'ailleiirs tr^s recon- 
noisttant des gräces qiie V. M. 1'" hü a ac(!ordi> (ontf-s Ics fois, 
qit'il a (.Ml le boiiheur de se iiit-Urf n So» pied». 

Le Comte de Segur est le preraier luJoistrc de France 
qui dcpuis longtcniR tiit i-tr^ hon traite en Itussie, il sVm «at rendu 
diffnc par le desir de plnjre qii'il a t4^raoijjnp et par unc con- 
duile tüut il tait opposee » celle dt* 8es priidücesseui». Par lä 
il a bien servi su cour et s'e&t mis n porte de connoUrc celle- 
ct, ul de Vüir combicn tous lea rapiuiHrt, qni avnumt Md fails 
arant lea sieiis ötoient erronee. Comine il ötoit dit dana »es In- 
structions qa'ui) rapproeliemcnt des uonrs et de Pciersbourg et 
de Vereailles tiloit conronno aiix inlyrets ,de V. M. je Tai so- 
condo de raon mieux, et lui ai U-nioign<* tonte l'amitie ci loul 
U conüance qu'il m'a etä possible. je dm» lui rendro la justice, 
que j'ai ^tö \iay6 de sa pai-t ilnns la mctne monnoye, il doit 
boBucoup aux bontös de la K(>iri<!, v.t iii'a temiiignfi beaiii;oup 
d'atlacbcment nu sist^me d'alliance qui iinit la Cour de Vicnne 
JL ccllc de Vcrsaillea, en assaisonuant cependaut sec assurances 
des ruiuarqu«8 franyüisfs siir le« projct» «rn^rgrandiösumünt (|u'on 
pn'ttoit anx denx Cours Iinpt'n-ialca. Rn tout e'cst nu di:s niini- 
stres de France, dont nous pouvons etre 1c pliu content, je ic 
crois (sie) de» bont^s de V. M. I''" et d'en etro aecueüli avtJL' 
dtstinctioti. C'est ec que j'oso implorci" poiir lui, uutre qu'JI ItJ 
mrrile par ses qualitös personelles; la mnni^re dont il a debut'i 
dans los atfaircü lui donnr droit de pretimdro aux prcmi^res 
pluces k »a cour, et il est par consequunt un de eeux. ipi'on 
a interc't de menager. 

Le ministra anglois Kimherljört k l'Konnenr d'eti^ connn 
personn ellement de V. M. 1'", et a f:u le bonlieur de si' mettre 
h Ses picds lorsqu'il ^tolt encorc ministre ii Brux(dU;ü. 11 asX 
präcisenient l'uppoBä de son pr^döcesscur Harris et m^t autant 
de pldegmc, do song froid et j'oseroi» presquo dire d'indiffü- 
rence dans lea affaires que l'auire y emplovoil d'intrijfue», de 
chaleur et d'activite. FitzherWrt u'a rien obtcnu ici quant h. la 





Iiulittqnc, maifi son pcrsoanol y est fort ngrcnble h rimpf^ratrico 
el M taiites le» pprsonnß« en place, et Ü emt effpcUvemont fort 
Aimable el lurt uislriiit II est atleint de mölHuculiü et üa Miitö 
n, <4i'> timuviLi.«!' t«iil k IMlcreltouiy qu'« Kiuiv. 

1'nnt Segur que Filzlicrbni t quitteront IV-tersbnurg ptMi 
Ac Icms n|ir65 lo rcloiir de riin|»rriitrip<f, Ic pfPinnif h ilt*jii 
obtouQ an r;oD^ (Ic BA cuur^ et le secoDd y est nbbg*^ ä cau«L> 
de sa aact«^. 

Le Print'o de Lignc ii ^ingDli^rrmcTil rRiif^si dans rtn second 
xoyAge prös de rimpöralrice: il rAtiia}>c Tx-aiiconp par »e« sail- 
lim, et an gaiete. Sa Majuiste l'Itupenitnec tu'a fait rbouneur 
dt* lue dirc trJn sonvent, que &i cela ddpenduil d'elle, eile vou- 
droit l'avuir tuutc sa vie dans aa sociöte. Kllc n ajoQit^ qae de 
toitle ffifon ce n Vtoit pas iin homiuo ordiiiaire, ot qii'elle lut 
emyoil des qiialitOe e^BCiitiellca ^(|nivalutitu& h raj^rötaenl du son 
«tprit. Sn pr4^«eiice et le pied, sur leqaol il esl ict, ne peal fiire 
qtir d'iiii Ixtn ofTet; il ne laiftse crhnpjwr »uciino orcnMuii de 
parier de rattacbcment de V. M. luip"* pour riiuperatrice, «t dtf 
Idchcr (|iie1i|iit; enrciifiue sur Iv iKiuveau Hui du iVilfiso, Iu«([ucIb 
dana la Situation actncllc des choscs n-usisaent fürt bicn. 

Dn restc de la suite de rimp^ratrice le scul qui nierite 
etirnre d'ctre nomm^, c'esl le senatuiir et seeröUüru de cabinet 
Sirt'cealew, homme d« n^'-rilo k loa* pRiirds. qui a aequbi d'in- 
Hutnetr dniis les affftires inirmes, ot t-lmil charg*' de bi caJBse 
dcB doinaine« ftotgnc pendant le vovagv toiilc« les di^prnse» qui 
y *r)Dl relatives. II u »Tvi couimu voloDtnirc pcndant deux 
4-airipagTii-!! dans rarmi^e da marechal Dnnn, e^i a rtö nn »litc 
une Mpi-ee de chai-gc des affair«*« de Kussic k rarnn-c fran^-obe. 

Kur tiiiiy Ic« aalre» indWidus je ne puls que eiter le veni 
de Curiiciilv: Le reste nc vaui pas Dienneur il'6tre Dominö. 

Co n'est qQc indulgenco d bi boatit si aouvcnt ^pronvee 
du mcillrur den TnaUrpn qui ait pu m'antoriRcr ä IVnvoyfr d'un 
ruppurt nuMi vulutuiliciix. S'il cuntieDt quelques «IrtaÜH qui 
puittsent intt'resser V. &!., je croirai )if pas uvoir uinl t'nii d« 
l'eaToycr t^^» baiiiblemfni H Scs pieds: il est iui|>o««ihIi' qu'uno 
cntrcTTie snit arrangi^c aüus de mf^illeurs »uspice» que cclIe, qui 
Ta avoir lieu enire V. M. et rinipiiratricv. Ceoi appuyc des 
taten» luperieun da V. M. Imit**, de Sa mantftrc de voir toi^nam 
ai juüte, de la cooiuiiwiaiice qu'Elle a do ce qa'exigo Tinter^i 
de Sa monarchk-, di- S>n esprit, ul de San omabilil*^ ne 



1»8 

ItUHHnr atiuunu duutc, quo lo BÖjour de Chcrson ne cimenta cn- 
v-urv pliiH (^troitüinont rainiti(5 qui a pris naissance, lors de celui 
du Moliiluw. II est d'autant plus essentiel, que cette entrevue 
HO piiHHn dftiiK h's trfmotgiiagoB les plus forts d'une amitie reci- 
pnxiuc, qu'nyant cetto foia-ci poui- teuioin les ministres de 
Kriiiiw i't d'AnnU'torro, lo plus löger nuage, mcme apparent, 
Kuniil Mur lo fliamp n^pandu ot grossi dans toute l'Europe et 
prcduiruit Ic« i'ffets los plus facheux. En me prosternant etc. 

CCIV. 
Joieph an Cobeml. 

Leopol ce 29. Avril 1787. 

Mon ehor Oorate Oobcnzl. Je viens de recevoir vos de- 
jwVWs (wr lo courrier Garde noble, dont je vous suis tres 
rtW»(j»t. los trtntvaiit intiniment interessantes et instructives. Vous 
in'aves aussi faii un vrai plaisir de me mander tous les details 
conooruaut los porsonnes qui com|H)sent la Cour de L'Impera- 
trieo dans co vovago. Je conjpte pariir d'ici le 6. de May et en 
m'am'tanl J» Br\>d_v. etro ä peu pres pour le 15 ou 16 pour 
sür i4 t^lu'rsiMi. Je desir^* y etro au moins un ou deux joors 
avaiii rim|H'R»iricT'. ot o'osi pout-ötro le moment oü je verrai 
ttlionx U-s oUosos qui s"v sont faiios: ainsi il u'y a point ä 
orwindiv que je m'eriiuye. Si eela s"arrange eommodement von? 
(vuvös d'HU jour devaiioor I/lmpt-mtrieo ä Cherson: je serois 
»'hsnwe d"*>eir le plaisir de os'^ser avee vous. mais si eela fail 
«pu*lquVi«l«rras. vous deves rester ä la suiie. Je ue manquerai 
(VIS de suivix» \^^s ivr.s e.^r.se:3s \"i nie r^'^lerai er. voiisequenee 
K* mien\ «^-le jv p.>'.;rra:. e^r vo:".a quelq'.;e> aniiees que je suU 
V.« |>i".i rv'.;".';» ÜAr.s 'c :".:ener de ecunisA::. 

Je v.",;s iTH- .■.< s:r.iir f.i:ez:er.: ^e :err>?:::. ?: pt-t-eßv- 
Ter. jvr.sv .r.:e ;»- jv.:rr::s :"jt:rc Is ::u,rr.<e i:e Is CVlcirt- arec 
r!r.*.|vr»;r,oj', "-.- r.'v .s-,ir:".* V>f->:::i c^v .^e o v;;:v.rrs le^^re«. 
cx" c"" ■.-.\-\.itT;i: ;jis \ <*:.:•:■:.■, :.-: .. r.tviv.x Ji s^r :~ -.Lirn:« 

xi-^\ ^«^r; vv^.r; -T: ::■:.-■.■: ii 4 ;:uri- ■::. V:-i:..i i' i~. 
- Wut A-wei^ . ,-. >: Ci^-ll i. £!* 



i3d 



Nkster poui* voir lee di6{K>sition8 qu'on y fiüt pour U navi- 
gation. 

Je vons priu de faire bicn mes compUmens au MaiV^chat 
RomanKOw et de lui tt^moigner la pein« que je ressens de n'nvoir 
pas le plaUir de revoir un homm«.' dunt je fais tant de cas, ntci 
Iruuvsnt si prös de Uli. Vous assurert-s d« m6m« le Priiice 
Potcnikin, le Comic Besborodko et tous ees MeäSieurs du plai- 
air qne j'aurai de lea revoir et de me trouver dans leur com- 
pagaie, ainsi que dans celle des Dames de la suite de Tlmpö- 
ratrice. 

Adieu luon eher Comte je vous dirai bienlät de bonche 
combieo je suis 

Sig.: Mou elier C'omte 

Votre If^s affectioao 

JoKüpll III. p. 

P. S. Je joins ici poiir votro notion la liste des couch^cs 
qae je coniptc de faire de Brody h Cherson. 

(x;v. 

Cobenzl an Joseph. 

A hord du Dni«p«r prA* Kitnivw (■• H inni 17147. 

Notre voyag« par eau n'ötant pas aits^si rapide qu'on 
s'etoit flaltp. j'ai eru ne pas devoir attendrc notve arrivöe k 
Krt-imnitefhiik [loiir fain? iiion tr«Kbuiiiblv rajiiHfrl ä Votrv Ma- 
je9U5 ImpfViaie. j'ai donc pris !c parlj d'pxpMicr im de mes 
gcns de Kantew qni aura le bonlieur de pcirtcr celte tres- 
bumbli; ri'-laltoii a Svs pieds. Je garde avec iiioi le garde hoD- 
grois DolaviLzeni patir Ic faire pnrtir dv Kremntitsuliuk. 

Sa Majesli'- Imperiale a rffectivement dine k bord de la 
gallire !e 3 de cc mois, ainsi quf- j'ai eu l'honneur de le ma» 
der k Volre 31ajest<5, mais jus4u'ii ee que tout le moiide ait 
ete rassemblf', ehaqii'un chez soi et quo tout ait M<: prfit, it 
s'cst <^coiili' im cspace de tcms consid/'rable, et on u'a pu partir 
jour lä nu'rt quatro lieurea et deiui apres diner. Le lendu- 
main le vent a ett^ contrairc toule la juurtu^c, la galAro portant 
la euisine eat rest^ en arriire et s'est trouvee cngage*' sur rnj 
kne de sabic. II a fallu une partie de la nuil pour la rctirer; 




140 

tout ceU H ^t^ cause que nous ne Rommes ariives ilevant Ka< 
niew que ce iiinliii ii dix lioure». S. M. riiuijuralri™ a envoye le 
C' de Uesboi-odko k hanl Ac aa eIiRlou[ip |i(jiir (^licrrlicr In Roi 
de Pologne, de le conduire ä sa galfere, 0(1 il n ete proscnU* 
k Sa Mftjcste »ous le nom de f'omte Poniatowsky. II a ilim' avee 
SR Majeßtr ritninirnlricpj et «n suitc liUml (orl riuiubrcuse il y 
a 6U deux tablesj lea princijialcs peraomies du Roi tous ont i*t«? 
h U preniitre, et Ips autres ii la secondc. 

Apr^s diner le Um »'est retiie diins aiie gali-re qui a ele 
priipartie ä cet cffcl. Oti avoit cru d'aliord que c'etoit h ev\a 
que se borneroit Tentrevue, mais le Roi a H^moipne tant de 
disir de passer encore )a soiree avec l'Imperatrice, que Sa Ma- 
jestä Iiupiiriale a diilV-re sun depart juäqii'Jt deiiiain. 

A I'heQre k luqtuille iioiia iioua rassembiDiiH nrcliiiairuiiieiit 
chez l'Imperatrice le Koi s'v est rendu, et est reste le mAmo 
temit que nous. Tout s'est passe d'une maniärc trüs gaic et tr^s 
amicale, mais HaiiK qu'il se äuit neu traite qui puisBc aroir in- 
fluence Bur U's affaires g^m'ralcs de rKurnpc |.otir l'avpnir. 

Demain innliti k la pointe du jour Sii Müjestt- l'Impera- 
tricB conliriue son vvyage paar KremeDt«chiik. oü od croit arri- 
vcr le 9. mai sans pouvoir eii <Vtrc aiir, to\iU'. la iiavigntion ost 
incertairic. C'est cc qui affecte boaucoup Tlmpdratrice, mais 
uiliquenieul dan« la craiilte que Votre Majestc n'arrive trop'töt 
k Chcrson et ne s'uuniiie eii I'atteiidanL Cette auguKtv aouvc- 
raine mc n^peto i-ela prestjue toiis les jours. 

Le PriucL' Potemkin m'a dit qu'il cl<'^ireroit que Votre 
Majest^ vouluL rejoindre l'Imperatrice sur le cliemin du Koidak 
k Chcrson poiir auet^lcrer le luoment oü eile aura le boiilieur 
de voir Monsieur le Cointe de FalkotiBtoici. IV^I» ne cau^urniL 
auoun derangement et il y a Ji ce, qu'il lu'assuro asscz de logc- 
ment et de ehevaux Bur la roule d'autant plus quo i'ou se 
flaUfl toujoura de pouvoir faire eette routo par eau «t qii« tout 
est pret cn meme iems ponr la viiyafr{! par li^rre. 

Je SHpplie Votre Majcste Inipi^riale de rccevoir mes tres- 
liumbles extases du mon gi'ifonagf, j'ecris ä la liät*-, dcvant 
pasBcr toute la joumÄe avec l'huperatriee. Je n'ai qm* lu l«ms 
de me prostemcr aux pieds etc. etc. 




141 



I 



CCVI. 

CobenzI an Joseph. 

Krumontschiik m II m*j^ 1787. 

Sire! 

Jo m'emprcBsc de faire pnrtir Ic garde hong'^is IMla- 
witziny, pour porter aux pieds Je V. M. 1'" la nouvelle de l'ar- 
rir^ de l'Inipenttrice ii Krementschuk et mea trfc» humble» rap- 
ports sur U siiite de nutrc voyage. 

An moinent du depart de mon demier rourricr iions espe- 
rons toiis d'eli-e ici le 9 au soir, lunis le 7 de ee inois vitb 
uiidi il sV'st ^lev<S un vent si fort et directemeiit contniirc, ijue 
nous avoiis it6 oliligVr de rester h l'aucn^ loitt Ic rcsto de la 
joximee. Le mdme vent a dur*'- toutc la joiirnöe du 8 et noos 
n'avons pw faire que tr^s peu de clieuiin; le Dnieper bäI ai 
rempli du bani-s du »aljte, ijvie djts que le vent est fort on ernint 
il cliaque iiiBtant de toncher, et malgr^ toutes Ics prf-caiitions 
i) n'est aucun bjitimeiit auquel cela ne sr«! arrivv phus d'iuie 
fois. II est resuUc de toQs ces enip^chemens qu'il a ttte ab&olu- 
meiit impo&siUo d'arnver avant la nintitiiiee du 11, et qut a in- 
finiraent oontrarii- rimpcratrtc-o el la mis dans uno ventable 
peilte, niais uiiiqueiucMit par U raieuii, quelle faisuit altciidre 
V. >l. Cette idee l'occupe et TafBifTC toutc la jounii'ie. Klle 
n'a cesai^ de ni'eii parier et de ine temoigner 5t\s regreta, ci\ 
me priant de »crvir de ti-nioln de rimpossibilit*^ de hittcr contre 
les äldmeiits. Quaiid on a fait cette roiite, oii ne eouyoit pas 
cointiient un a pu seuleiuent se Kgurer et ineme asBurer qu'üti 
n'cmployLToit qne deiix, trois oti qnatrc jours jiisqii'a Kremcii- 
t«c]mk surtout avec uno suite ausai iioinbreuae que celle de 
rimperutnce. II est vrai que nous sommes jiresque les premiers 
qiii aicnt tcnt^ cette navigation, dtmt Ica diftäiiiilti!» »vuiont Inu- 
joiira rebiitii, et S. M. Irop'" ni'a dit qu'uiic des rnisons que 
l'avoit püit»^ ä ce voyage, ^toit de faire voir qae la chose <?toit 
pussible et d'encoti rager par son exutnple k teiiter cette routu. 

Sann l'impatienec de se rctronvcr avec V. M. et la crainte 
de La faire attcndre. ces retards n'anroient rien fait du tout 
M rimp^ratrice qui aiuie d'&tre aur feau, qui est fort content« 
de son lo^-nioiit, et ipii vcut bien l'6trc aussi de sa ttocidte, 
iea deriirera jours eile a dini5 avec nous sur »a galt^re ii petite 
table ronde et nous a gard«^ tonte la jonnu^e avec die. 




H 



t4S 



J'ai cm bien (a'wo de rrtsanrcr Tlmpei-atvice stir ses craintes" 
KU sujct du retard de sou amvöe k Cliersoii, aulant qn'il etoit 
CQ moi, en lui disant q^ue I'inteiitiün du V. M'" nV'toil imlleincnt, 
iiue 8011 atigii^tß allii-ß so ^ina. pour Kliu Ic inoins du mondc. 

L'Impf^rfltrice reate i'ci deiiiaiii le 12 de cp iiiois et a]ii'^'s 
deniaiii le 13, eile s'embarque de uouveau le 14. L'experioncü 
qu'on H de In rivi^re et de la nuvigation fait, qit'uD coinptß h 
pr(?aent quatre jours pour la mute d'ici a Koidak. L'!iup«^ra- 
tricc y reste un jour. Ln Prinee Potemkin se flalte encore 
qu'on pourra faire paaser le» caüiractc» aax galijres et uon- 
tiiiiicr If voyjigf par eau jiwf|u'ii Clif-rsoTi. Mai« Besliorodko 
quc j'cn crois plus que lui m'assurc qae In cbosc? est nbsolument 
iiupossible, et qu'il s'en faut de beaucoup qu'il y ait assez d'eau 
pour cela. En cv cas Jii riinp*h*atrice ira par t«rre, et suivra 
lu routc (|u'cllc a'etoit ]>ropo8(i d'abord; S. M. sera par eou- 
svqiient qualrc jours cntre Koidak ot ('hcraon, et eile amvcra 
h t'bersüu te 23 de ce moi». U'est ciriq jour« plus lard que 
«Ott« souvcraiuc »'avoit umiidi^' ü V. M.; lesquoEä clnq jütirs de 
diff<5reiice lie aont pravenu» que des diftieulteB iiuprdvues ilo la 
navi^ation. 

Besborodk» croit sans en »tre efpemlanl sür que de Koi- 
dak riiiipiiratvice laissera en arriere une parlii- de »a siiitn pour 
acct^'lerer sa marche et arriver d'autant plus vite pour rcjoindre 
V. M., uiaiB c'est ce qui n'est pas encore otiti^reinent d<';cide. 

L'imperatrice arrivant cinq juur» plus tard ä C'her&on, je 
n'ai pas osi faire la moindre uiontioii de Tintention de V. M. 
de l'accompagner en Orimöe, de peur de leur en donner ici 
respoir, et qu'ensuite V. M. n'en eut pas le teui». Je puls r^- 
pätor li eol i-^'ard ee (|ue j'ui eu riiuuiieiir de luaiidcr der- 
niereiuent h V. M**, quo pour riinp^ratrice, plus cUß aura le plai- 
eir d'6tre avec M' le Corute de Falkenetein, plus eile en sera 
euobante. Mai» je enis informe ici de fort bonne part, que lu 
Frince Fotenikiii est fort, embarassii de trouver en Critue^e lo 
nombrc de choraux n<^eo*aaire k l'Impc'-ratrice, loin de pouvoir 
l'angmenter. Oii croit ui^me qu'k cHuse de cela la tourn^e que 
rimpöratrice so propuse de faire od Crimt^'e sera raeeuureie. 
Au reale lorsque V. M*" sc trouvcra k (!berson nvee Tlinpera- 
triee, la cliose s'arraiijcera absolmiiecil t'(miuiä M' le (.Vnutu de 
Falkenstein le desirera, et sj lea elievaux manquentj l'lmperatriee 
pourra ae. roserrer en laisHant en arribrc une pni'tie de sa suite. 



143 

Üne chosp qui me ppouve qoe Ic Princc Potcmkin ne 
eompte plits lui memc qae les galere« poarronl p&sser les 
catAnictc« c'est qu'U De tue parle plus <lu projet que V. M. 1** 
rejoi^e riniperatnc« sur la roiUe de Koidak ü l'herson, dont 
il DO cesHoii de m'entreteDir dan» \e. comroeDcemeDt. <>n tn'as- 
8ur« aussi que sur la rüa(e p&r terre, il o'a pas plus de che- 
vaux qa'il n'en faut pour la suite de S. M. 

L'arriv^ de rimperalriee h Kremcntschok a i^t^ fort belle. 
Ootre le gonrernement et une noblesse asaez notnbreuse, il y 
a ici an caiup de lintt regiments de cavallerie, ob Imtaillou de 
^enadicK et un n-pinerit de rha»Denrs. Des Imit r^mente de 
caroUerie sept sont clierauxlegers et nn de cniraasiers: celni 
du Priace Poterakio que V. M** « tq k Mohilew, et qtü s'ap- 
pelle k present le rügimeiit d'Ecatheriuostaw. Les ^ns de m^ 
tier ätnuigera et nalionaux trouvent eetlc oavallerii-* fort belle 
en hommes ci en clievaux. 

Je prends la libertd de mettre aux pteds de V. Il** 1'' 
doux ptrtiteR lellrcs au Priiiee Kaunits. boub cachet vnUnt, truii- 
tenaiit les details de rcntrevue avcc le roi de Pologne el quel- 
ques autres noavelles. Je supplio V. M. I*" de me pardoniier 
lont ce ^riffonagc, j'ai si peu de tems, qne j'ecris trt^s a la hüte 
et il baiütiH rompiu. 

Je me proposc toujours de quittcr Tlmperatrirc k Kotdak 
pour la devaneer k Cberson, et y jouir plulöt du bonlietir d'etrc 
aux pieda du meitleur des luattres. Cc sera an de ces uiouieus 
heurcux de um vie, oü je jouirai de cc-lte f^rAcc. 

Ku me prosternant etc. 

ccvn. 




Cabenil an Joseph. 

k KremontMlmk In IS maj 1787. 

I/Irapi^ratricc ayant rc^iie la nouvelle que V. M. I. avoit 
coucbä bier \ Meigorod, qu'Elle serait ce soir m Scbiwka et 
demain h Üherson, s'est deteriniuee sur le ubamp k faire partir 
le C*' Micbel Komanzow filä aind de mareebal a fin de cotn- 
pltnientcT M' le Comte de Falkenatein sur son arrivee dans cette 
ville et Lui expiiiuer ses regrets d'avuir ^tt- retardee dans son 
voyage au poinl d'arriTer si tard iipi-es Lui. Le C. Miehel 



144 

Romanzow est licat«]iant ^^•r\fira\ et riiftvnl, do l'Ortlre de S^ 
AUlxandre. Le P"'"' Fotcnikin qni l'nime beauconp, et qui tui n 
procuri* cette cominission aussi aRrealde que tlalteuse, on a prirf 
ile lui domier dos leltrL-a jjoui- II- fft^nüi-al Kiiisky/ et je me 
aei-s de telte inline occasion poiir pnvoyor cette trt'siiumble 
relation aux pieds de V. M. 

Je ne puis exprimer fa quel point rimp^ratrice est peiii^e 
du retard involoDtaini «rriv«? dfins «on vüyagi;, et de ne vßiiir 
ii Chcrson quo si longtcins aprfcs V. M. <^tte augualR souve- 
raine n« cessc de me r^p^ter qne c'cst iiiAiiquer ii tont cn 
qu'eile doit k M. Coint» dt' Falkenütiriu que de Le laisbi.-!' si long 
tocns Beul, ot de me preiidrc ti'-nioin do riiiiposaibilite oü cllo 
est de presscr son aiTivt^e au delU de cc qu'cllc s'cst propos^, 
et qn'il n'a pas dependn d'ellc d'jic-celerer d'avantage son 
voj'agc juäqu'ici. II est t'erUiin qu'avec tiiio nulle aiiKüi uuiu- 
brciise il n'cst pas pusttiblü de ricn elianger »iix arran^cnicns 
fnits d'avance. 

II est li präsent decidi que la ruute de Koiduk k CbersoTt 
sc fcra ]iar Icrre. 8. M. l'Iiiip'^' diiiora demaiii Kur ses galöres, 
ot tont de Buite aprfea diiier eile se mettra eii raarche. Si la 
navigation est bereiise on sera Ic 17 Ji Koidak. (^n n. besoin 
dl- lu JuurntSe du lÖ pour 6tre en etat de dtiburquer tuus tes 
^quipagcs, et Tlmp^ moltra cn mßmo tßms la premijtrc pierro 
tt In nonvclEe villc d'Kkatcritioslaw. S. M'* pni'lira le Ii> et sera 
le 22 ä Clier»on, et tont au plus tard le 23 ainsl q«ic j'ai oti 
rSiDuiieur de le inauder 1% V. M". 

Sij'en croynis rrion impaticncc, je me mettrais sur le cbaiiip 
dflTis la cnl*'cIio du (."" Itomnnzow pour Hre d'aiiUnt pluti\t aiix 
pied» de V. M. I. Mais pour obelr k Ses oi-dies aupri-tne» je 
dois attendrc que riiiipf'ratricQ soit k Koidak pour la quitter, 
re doiit Klle est d'^jii prdvenu. J'eapere de pouvoir etrn k 
Chcrson dans deux fois 24 lieurt?» et par eoiist'quciit de de- 
vvDcer d'autanl S. M'^. CV moiticiit sera un de» plus heureax 
de inn vie. 

J'espfere que V. M. I. niira re^u les deiix trÄshumbhts re- 
latioDS qne j'ai pris lu Hberte de Lui adrosäor cu dato du 6 
et du 11. 



' rhiti|(j> JtMe^Ii Ciraf Kinük^', k, k. l'"oMinar*cliJill-LiriitpnRiit., g4>b. 1711, 
IIegl«U«te ileii Kai»M »uf <Ier Keim< iinrli L'tierioii; eng «icli npüMr in 
dn« Privaücben mirDck and nUrb I8S7. 



145 



Cm toa* 



ins. 



Le pffde hii agi uii DotoTieaou mniri kä I« 6 s d«ax 
bean« apri* «aU m'a nam I» ocdras affiMM 4aai 3 m ph 
ii V. M. L ^ aloMt« tax dato de 19 4a mdm fami. J« «'■! 
pw muMtn« de pc ^ita lM 4is le mimt jomr k Q-U. lmp>- U 

^ne V. M. ■ dvgB« ■'«av«j«r pav £31e qw Loi « vuui 

imr meemiiamiL ObOb sagMto aawreraiDo s'fist letM sar 
rhaMf po«r en Ur» la lectm«. EU« a be*iKMip ri «atre 
aalra de r<9Epn«Mn oonoaraaut te Rabbin de lirody. 

Je dam parier anx pwds d« V. U" L rexprasswa de na 

laeiBaeaBaaea de rindalfreiire BTee la^ndfo EAa » daiga^ re- 

mr Fexp^ditian dont non deraier conrrier a et^ char^. U 

faien pru de Friaces. aaxqaeb ob poiiM parier arec Itbcrt« 

Fat la äiucfaise k U qnelk V. M. L daigne antoriwt gcs »rri- 

learsy et qm BOteni ansa dlf^«a d'ente&dre tonjoun la rMiA. 

tu» qoc V. M. L daigae me le peniwm« il n'j a ancaa 
iT^äent ni embanas h ee qae je derance rimp" k CStei^ 
tf paar aroir le bookenr d'etre plotiSi anx pieds du mcUIeur 
de maltres. D n'est pas dMiieQX qQ'nn on dexa joon qae 
V. M** paswra 3i Chersoa avant l'Imp", La mottent k mAme de 
bien Toir tont ce qui s'r est faiL Quorqu'k un boo jage comue 
Elle ce n'est paa le clinqaaot et rapparcocc qui en impos«, 
et tout ce qoi 8« fera m^me en prösence de Tlinperatrice a'em* 
pöchera pas de Toir les cboses teile» qa'elles suut Cest peal- 
Mre ce qo'on redoate ici, «( qui est caase qu'on ne ceese de 
me r^pcter combien an deeire qae V. M** oe soit ii Cherson qae 
tont an pln:; U reille de rarriTre de Tlmpt^ratrice. Je rt'pondg 
k cela qoe IVpoque eo etant si incertaiac. il est impossible de 
calraler aassi juste. Mais en möme icms je pais tr^ bieii 
m'appircevoir qne w V. M'* devanvoit Tlmpi^ratrict.' de plua qae 
de deox jonrs, Elle leur fcroit ici nne peine infini«. 

Je puiß repondre d^avance des sentimen» de ITmp^ rola- 
tiTemeot an prcijet de V. M" d'aller avec eile en CrioK^e. PIna 
M* le C^ de Fulkcnstein passen do tems aveo oUe plus olle cd 
»era encbantee, et eile ne d<^«ire rien de pIns, qne de Toir pro- 
longer les moments de cette oliarmante soci^tt' qui lai a fait 
taut le plaitür h, MoUilow et k POterebourg. Je uc luunquerai 
r«Bi*t. n.AMk »I. LIT lu 



J 



Lc PHnuc Patoiiikin a pri» Ic Princc do Nassau tr^K fort 
en amiti^? et \m a. procure les petites entreea etl'honneur d'ötre 
du voyage de riimperatrice. II tait iin peit ici les fnm-tionn du 
roi de Vohgnfs^ auqncl il est irhn attacliö, mais Baus que ceU 
n'ait d'jmtro Init, iii d'aiitre efFot (jm; lu?!»! de di^lriiire toiilc» 
le» tentative» cn p«rli de Topposition, pour imire au paiti du 
roi dun» l'esprit de l'Impöratrice. U est d'ailleurs tres recon- 
noiesaiit ititn j;ril«i>s qui! V. M. 1''^ lui a ai'-itoH« toutcs les fo\&, 
qn'il a tm le bonhcur de sc meltrü h 8ea picds. 

Le tarnte de Segur est le premier ministre de France 
qni depuis longtcms uit 4ic bon Iniite en Uiissie, ü e'en ust rundu 
digm? par Ic di^sir de plaire qu'il a t<5in()igin^ et par unc coii- 
duite toul il fait opp09(?e ii ccHe de ses pri^deccsseurs. Par li 
il a bien servi s» cour et sV$t niis a port(! de ccnnoitre cellc- 
ci, et de vuir oombi«u lous le» nippoi-ts, qui avoient Öl6 fails 
avant Ift« sicns ^toicnt erron*^. Commc il etoit dit dans ses in- 
stmction« qu'uii rapprocliement des conra et de Petersboiirg et 
de Versailles <itt>it conforme aiix iiiti-ret!» ,de V. M. je l'ai »e- 
condü db inun iiiicux, et lui ai teiiioij^iH' touLi'. rainitii; et tout 
la confiance qu'il m'a MA posBible, je dois lui rcndre la justice, 
que j'ai ^te paye de sa part dans la meine inonnoy«, i! doit 
boaiicijup uux bunte« de la Kuiue, et iii'a tiiiiiui^ue bcaueoup 
d'attaflieincnt au sistöine d'nllianee qui iinit hi Conr de Vieiine 
a Celle de Versailles, eti asHaisoTimint cependant srs assuraucea 
des remarques fran^oiecs äur les projct« d'ajjgrandissoiuent qu'on 
prätxiit aux deux Coura Imperiales. Ku Umt e'est uu des mim- 
Btres de t'rance, dout nous puuvons ctre lo plus content, je le 
crois (die) des bon«*« Ar. V. M. I''' et d'cn rtre aicnieilH avce 
distinction. C'est ce que j'osc implorer ptnir Itii, outre qu'il le 
merito par sos qualites pcr»oiielles; hv niaiiiere doot Ü u debutö 
dans tes afTaircs lui dmim' droit dt> prrtriidrr aux premi&rcs 
placee k an cour, et il est par eonscqucnt un de ceux. qii'rni 
a inleret de nn^nager. 

Le ministre aiiglois Fitzberbert k L'lionneur d'etre eonnn 
personnelleiiient de V. M. 1", et a eu Je bonhouf de sc. mettro 
a Ses pieds lorsqu'i] etoit encore ministi-e Ji Bnixelles, II est 
precisement Topposä de son pred^cesseur Harris et nict autaiit 
de pbleguio, de Kong fndd et j'oKoroi» pref;que illre d'iiidiJT<^- 
rence dans les aflfaires que lautre y employoit d'intrigucs, de 
ehaiour et d*aclivitt<. Fitzberbert n'a rien obtcnu ici quant )i la 



137 



politique, iiiais son pemoiinel y est fort agr^aUIc k riinju-ralricc 
et k toutea Ics personnes en place, et il est effectivcinent fort 
aimsbte et turt in^tniit. II est atteint de nit^lancolie et »a ft»nt^ 
a ctö luauvaist! tnnt k l'ätersbourg qu'a Kiuw. 

Tani Segm* i^u« KilzliiJi-ijftii <iuilteront Pptdrubom-^ \H:n 
de tems apr^ W rutour de l'Irnperatricu, Ic jinmiier h di^ja 
obtonn un cong«^ de sa cour, et le second y est oblige k cause 
de sa sante. 

Le Prince de Ligne a »ingiilifertMiienl rt^iiBsi dane co second 
voyage prfes de l'Imperatrice; il Taiimse bcaucoup par bes sail- 
lies, et SR gaiete. 8(l Majecite riniperatricc m'» fait rhonncur 
de lue dire trfts soiivpnl, que si cela deppndoit d'cllft. dl« von- 
droit l'avoir toute sa vic dans sa soci«^t<S. Elle a ajoute qae de 
loute fa^oiL ce n'OlüIt pas im lioinme orditiuire, et qu'elle lui 
croyuit des qualites e&senüellea äquivalentes ii Tagri^menl de son 
esprit. 8a jir^senee et le pipd, snr IcqncI tl est ici, nc jHiiit 6trc 
i|uu d'uii lioii effcl; il ne laisst* ecliapper aufuuc occasion de 
pai-lcr de l'attaclieinent de V. M. Iinp'" pour riiupct-atricej et de 
läflifi* quel<|ue earfapiiie sur le nouveau lioi de Priisee. lewjtielü 
daii8 la Situation actoollc des choscs rnisissent fort bicn. 

Du re«te de la nuiLu de riiup<}rHtrice le seid qui luerite 
encore d'ötre nomine, e'cat le senateur et eecr/'tairc de cabinet 
Streccnlew, bomme de merite k tons egards. qai a ac(|ui» d'in- 
fiuencir dans Ics afTalros intei'nt^s, ot Alanl rhargc de )a caisse 
des demaities soigne peudant le voyagc toutes les depenses qui 
y sout relfttivcH. II n servi eonime volontairc pcndaul deux 
fampagncfi dans l'arnn'«' dn mari-rhal J)aun, et a et*'^ en suite 
une cspfecc de t-liai^^ des affaires do Ru»»ie Ji lannee franyoise. 

Siir tous les autres JndivJdus je ne puls que eiter le vers 
de Cerneille: Le rcäte ne vuut pas l'honneur d'eti'e nuinuic. 

Ce n'cst que indulgence et la bonte si souvcnt (^prouvee 
du inellleur des luattres qui uit pu m'auturiser U l'euvoyer d'un 
l*appurt ausßi vuluiuineux. S'il eontient quelques ddtails qui 
puisseiil iiiU'^rcsacr V, M., je eroirai ne pas nvoir uinl fait de 
l'envoyer tr^s huniblcmcnt k Sc» picds; il est iniposaible qu'nne 
cntrevue seit arrangöe sous de meilleurs auspicee que eelle, qui 
va avoir lieii enlre V. M. el rimperatriee. Ceei appuye des 
talen» superieurs de V. M. Imp'% de Sa mani^rc de voir toujniirs 
si jnstc. de la connoissance qu'Elle a de cc qu'exigc rfnteröt 
de äa moDarchie, de Son esprit, et de iSon amabilite nc peut 




IH8 

Le Princc FotHinktii a pris le Prinoe di; Nassau trt« fort 
en (imitiö et lui a procnre les petites etitrees et l'honncur d'6tre 
du voya^e de rimp«rätrice. U tait un peu ici leg tbiK^^tions dti 
foi de Folog'ne, auqud il est trfes attaL-he. inuis santi <|ue cela 
n'ait d'iiulrp Imt, iii d'aiilre uffnt (jim rrlui d« dt'tniii'ß loutes 
les tenlAtivu» cn parti de l'upposition \touT nnire an jiarti du 
roi daus l'eaprit de riiupttratrice. 11 est d'aJIIem-s itha recon- 
noissant des gräces i|Tie V. Ä[. 1'* Ini a nccorcle toutea les fois, 
qii'il a cm Ic büiihcitr de «o incttTL- k Scä picds. 

Lc CoiTite de Segur est le preinier ministre de France 
qai depuU longtcms ait Mc bon traitä en Kussie, il s'un ust rendu 
digne ptii- li^ d<'«ir <\i: plair« (\ui\ a tiiinoi|t,'eii^ «t par une coii- 
diiito tout II fait oppos**e a eclle de ses predftcesseurs. Par ]b. 
il a bien wrvj sa cour et s'est niis a porle de connoitre celle- 
ci, et de voir couibieii tuus les rapports, qui avoitint ^tö laits 
avant 1<'S sißiis etoicnt erronPs. Commo il <^toit dit dans scs in- 
ilruetioris qu'uri rapproLiieiüent des conrs et de Petersboiirj» et 
de Versailles etoit conforme aux interets ,de V.M. je Tai ae- 
condr de mun niiüUK, et lui ai l/imuigni! toulu Taniitic Ki tout 
la contiuncc qu'il m'a M^ possible. je dois lui rcndrc la justice, 
que j'ai ete paye de sa pari dans la meme monnoye, ü doit 
boauuoup aux bontiU de la Keine, et iii'u t^uiuignc beuuecup 
d'altachoment an siBt^iuo d'ullianee qui unit laCour de Viennc 
il Celle de Versailles, en assaisonuant cependant sc» assurance» 
des remarques frnn^^oises Slir K^r: pn>jcl^ d'agj^i'atidis'^eitkcnt qii'ou 
prätuit aux doux (^ure Imp*M'ialeä. Ku lout e'e»! im de» inini- 
strcs de France, dont nous pouvons etre le plus content, je le 
erois (sie) des hontes de V. M. V" f.t dVn «'tic acrueitli avoe 
diBtincUoD. C'est cc que j'oae iniplorer pour lui, outrc qu'il le 
merito par scs qualitcs personelles; h. maniöre dont il a debutö 
dans les attaires hii donne droit de pretentlrc aux prcniiferea 
placeB il »a eour, el il est par oonst^ucnl un de ceux. qn'on 
a interet de menagcr. 

Le niiiiistrc an^luis Fitzherburt Ji rbonnetir d'eti'c uonnu 
personn ellemonl de V. M. l'", et a eu le bonbeui' de bc metlre 
h Se» pieds lorw|u'il etoit encore mini»ti-e k Bruxelles. II est 
pr^cisement Toppos^ de son predeccsseur Harris et met nutant 
du plilegnie, d(> «ouf; froid et j'oserois prrjtqu« dirc d'iudiffi^- 
rence dans les affaires que l'autre y employoit d'iiitripucs, de 
ebalenr et d'ac1ivii<*. Fitzlicrbcrt n'a rien obtenu ici qunni ä la 



v_ 



13 



politiquo, mais sou persoimel y est fvrt agre^ible a rimperatrivu 
et a toutes \es pGreonnes en place, et il est elfectivement fort 
ainiable et fort instniit, |] eril atieint d« iiKUaticülto et »a sant^ 
a (<|^ mauvaisR tant K P«^t«r9boiii^ qii'a Kiow. 

Toat Segur que Kilzlieibeii quitleront Pptorsbourj,' peu 
de tems aprÄa Ic riitour de l'Iniperatnce, Ic prcmier u dejU 
obtcna un ronge de »a conr, et le second y e»t nblige k cause 
de sa sant^. 

Le Prince de Ligntt u «ingiili6rciiienl rdussi dang cc second 
voyiige prfes de riiriperalrice; il raiiiuee beaucoup par &eB sail- 
liea, el sa gaiete. Sa Majest^ rimperatricc m'a fait l'honneur 
d« me dir« tr^s souvcnt, que ai cda dependoit d'cllo, ullc vou- 
droit Tavoir toute aa vie dans sa sociiitü. Klle a ajoiite que de 
tonte fa^'on ce nVloit paa un liomme onlitiaire, et qu'elle liii 
croyoil des qualitt^s etisenlic-lics (äquivalentes ii l'agrenicnt de son 
esprit. ^a pi't^sence et Ic pied, siir lequcl il ct-t iei, nt: peut ntrc 
qne d'iin bot! efTet: il nc lais&e ei^lmpper aiicune uccasiun de 
parier de rattachctrent de V. M. Imp'" pour l'luip^iatrice, et de 
laclit-r quflqiie »»rcajtin« sur le uwuveim Koi de PrussC; JesqueU 
daiia la Situation aetuellc des cho«es n-usisn«nt fort bieii. 

Dn reate de la suite de rimpfJratricc Ic scqI qui mcrltc 
cncore d'etre nomm^^ c'est le »enateur et secretaire de cabinet 
StTcccalew, tiuiiime de Iin5ritu h tous egards, qui a «eqtiis d'in- 
fluenee dans tes afraires internes, vi t^lant cibarge de la ciissc 
des doraaincB soigne pemlant le voyage toutes les depenses qiii 
y sont relative». 11 a servi eomme volontuire pcndant detix 
campagnefi duiis rariiiiH; du niareelial Dauii, et a vir. en »iiitc 
une esp^ce de charge des affaires de Kussie li Tarmre fran^oisc. 

Stir tnns les atitres individns je no puls quo citer le vcrs 
d« Corneille; Ij« reate ne vuut pas rhonneur d'etre noiomö. 

Cc n'est que tndiilgcncc et la bontci si aoitvent (iprouvüo 
du mejllciir des ranitres qui alt pu m'autoriBcr Ji l'envoycr d'un 
rapport niisai volumineiix. S'il contient quelques details qui 
paissent iiitt-resser V. M., je croirai ne pas avoir mal fait de 
l'envoycr tr&s huniblenient h Ses picds; il est iinpossihle qu'umi 
entn*vue soit arrangec sons de meillenrs auspices que etile, )|ui 
va avoir lica entre V. M. et rimperatriee. Ceei appuyö des 
talens superieurs de V. M. Imp''', de Sa maiii6re de voir hiujuurs 
ftl juate. de la eonnoissanee qu'Elle a de ce qu'exigo l'inter^t 
de Sa monarcliiCj de Son caprit, el de Son amabilite ne peut 




i;hj 

Le Printie Fotemkin a pris le Prince de Kassaa tr^ fort 
eu «mitk* et Kii a procure les (jetitesi entrees et l'Iionneiir d'etre 
du vuyage de riiup«mtriee. 11 tait iiii peu ici Ics t'orK-tioti» du 
roi de Pobgne, auqtitd il est Ir^ attat^>hc, maia saus qnc cola 
n'ait d'aiitre biit, ni d'autre effet qiie celui de di^truirc toiites 
les tontatives en parti de lüpposition pour Diiire nu pnrti du 
roi daiis Tesprit do l'Iniperiitrice. TI est d'ailleurs tr^s recoii- 
notssanl des gr&ces que V. M. !''' lui a acL'ord*^ toiitcB los fois, 
qu'il n en le bonWui* de se mettro ä Ses picds. 

Le Comte du Segur evt le premier ministre de France 
qni de]Kiis loiifrtenis uit *h('- tioii imitti en Rii^ste, il s\'.n est rendu 
digne par le di'sir de plaire qu'il a. teinoifrne et par iine t-on- 
duite tout il fait opposee k ceile de scs predecesseurs. Par 1« 
il a bien servi !mi cour et s'vsl mi» a purte de coiinoilre celJc- 
ei, et de voir comhien tims les rapports, qui avnitml t^t<^ fails 
avaiit les »iens etoient errones. Comine il etoit dit daiis ses ih- 
structions qu'uu rßpprocliement de» coars et de Petersbourg et 
de Versailles 6Unt uunforiiiü aiix iiiltirtHs ^dc V. M. Je Tai sc- 
cond(^ de raon niicux. et lui ai leinoignrf toult; l'amitie ei tout 
la confiance qu'il m'a (^te powible, je dnis lui rendrf^ ]a justice, 
quc j'ai 4l^ paye de sa part daiis In mSiiic numnüye, il doit 
beaticoup aux bontös de la Keine, et m'a tenioi/rne hcaueoup 
d'attairliemenl uti ^lisl^me d'iilliance qui nnit hi Conr de Vienne. 
i\ eelle de Vcreaüles, on asi^aisonnant cependsnl si-s HSititranrt:» 
de» remarques franyoiee» sur les prujets crii^'f.'candi(>8enient qu'un 
pretoil aux deux Cours Imperiales. Kn tout L-'est un des mini- 
stres de France, dont nows pouvons 6trc l© plus enntcnt, je lo 
croie (eic) de» honte» de V. M. I'" et d'eii elre aceiieilli aveu 
dietinctiou. C'esl ce que j'ose iniplorer pour lui, outro qu'il Ic 
mi'irito par ses (lualittU personelles; in inuniiTit ilont il a debutti 
dans les affaires lui donne droit de pr<^icndro atix prcniiärcs 
places h. sa cour, et il est par consequenl un de eeux. qu'on 
a intvrel du nii^nager. 

Le ministre angloia Fitzherliert h l'lionneur d'<^trc connn 
personnellemcnt de V. M. 1''", et n eu Ic bonheur dp sc mettrc 
il Ses pieds lorsqu'il etoit encore ministre li Bruxelles. II est 
pr<^ciscment l'uppusä de Ron predt^eeseeur Harris et tuet autant 
de phlegme, de song froid et j'oserols prcsquc dire d'indiff'(*- 
rence dans les aiFaircs quo I'autre y employoit d'intrigiies, de 
cbaleur et d'activit^. Fitzbcrb^rt u'a. rien ebtcnu ici quant k la 



poÜtiqae, niais son persoiinul y ost fort a^reable a rimpei-atrice 
et k toutßs IP8 pei-soiines en pince, et il est etTectiveuierit fwrt 
aimablc et fürt instruit. II est attüint da iDiÜaiicutiR et sn Ksintd 
11 öu- iBBLivaUe Unt k Pelersbourg qu'a Kiow. 

Tant Segur (jnu Fitzlierbeil quittcrout Pytursbourj; peu 
de tems apr^s 1<^ retour de l'Impdrotricß, le premicr il Hrjii. 
obteuTi un coDge de sa cour, et le second y est nbligri h causo 
do SA sant^. 

Le Prince d« TJgiio a sing^lii^rcIncnt ri?us8i dans ce second 
voyagc pr&3 de l'lnipftratrice; il rivmase beaueoup par sus saib 
lies, et aa gaiete. Sa Maje*te l'Imperatrice m'a fnit Hionncur 
dl) nie dire trfee souvent, ijne si cela döponduit d'elle, eJle vou- 
dn.}it Tavotr tnute «a vic dan8 sa sociätö. Klle a ajotile que de 
toutc fa(on ce nVtoit pns un homme ordinaire, et qu'eUe tili 
croyoit de» qualiti")» esRenti^lIes equivHlentPs Ji ragremcnt de son 
csprit. j*a preseiu-e. et lu pied, sur lequcl il ctt ici, iii; pcut etre 
que d'mi boii effet; ü ne laiase öclmpper aiieune occasion ilo 
parier de rattaclicinent de V. M, Imp'" pour l'Imperatrice, et de 
lAcber qiielqiic sarcasiDe sur Ic Qouveau Koi de I'russe, leäquols 
dana la Situation actuelle des cboees rrusisKent fort bicii. 

Du reate de la suite de Flmpt^ratricc Ic seul qui merite 
encwrü d'ötre iiomui^, c'eat le senaleur et secretairc de cabinet 
Strcccalfiw, bonime de iu<'rite ii tou& pgards, <|ui a acqui» d'iii- 
änenw dans los affairt'« intcnies, et i-tant ebar^ii de ]a caisse 
des domuincs soigne pcndant le voyage toutes Ics dOpt-nses (|ni 
y sont relatives. II a sc-rvi tonime volontaire pendant deux 
campagne-s daus rartnye du mareeliai DaiiTL, et a vlv. en suitc 
anc espfecc de u^iarpc dt^s affaires de Kusaic h Tarmi-e fran^oise. 

Rur tous les autres individus je ne piiis qiie etiler le vers 
de Curneillc: Le rcste ne vaiit pas l'hwnneur d'etro nouiuiw. 

Co n'oBi que indulgenee et la bontd si aouvcnt öprouv^e 
du mcilleur des raaitres qui ait pu ra'ftutoriser ä I'envoyer d'un 
rapport aussi voluniineux. S'il eonttent quelques details qui 
puisseiil intereirSer V. M., je croirai ne pa» avotr mal fait de 
l'envoycr tri^ liuiublcnicnt k See pieds; ü est ini]iossible qii'un« 
Ptltrevuc 9oit »rrnngee sous de meilleura auspices que celle, qui 
va avojr liea entr« V. M. et ilmperatrice. Cuci ajipuye dea 
talenB eupärieurs de V. M. Imp'*, de 8a maniärc do voir toujour& 
si jnate, de la eonnoissance qu'KlIc a de ee qu'exige Tinti^rct 
de Sa nionarcbiej de Hon e^pril, et de Son atnabilitc ne peut 




1^6 

Le Prinfc Potßinktn a pris Ic Princc dt Nassau trhs fort 
eu iimiti<5 et lui a prot-are 3es perites entrcea et l'honneur d'etre 
du voyage de rimp^ratrice, II fait nn peu ici le» fonctions du 
rui de Pulogiiu, au<[nel il est tr^ attacliL-, luuitü mns que cela 
ti'ait d'aiilro Init, iii d'autre ofFet quo, eclui do di'ilriiire toutes 
les tenlatives en parti de l'oppo&ition poiir niiire nti pai-ti du 
roi dans l'esprit de l'lmp^rntrice. 11 est d'ailleiirs tres recon- 
noitioaiil dtis fi^nWtts cguu V. M. V* lui a niM-ordii touU;« [es fois, 
qu'il n cu lo hoiihcur de bc mettro h Scs picds. 

Le Oomtfi de Segiir est le premier ministpe de Kraiicc 
qui depui.s lungtums uit eti^ bon traite en Kiiäsie, ü s'eii U8l rendu 
digne par le lUSsir de plaJre qu'ü a t^nioi^'-iK^ et pai' uue eon- 
duitc lout « fait oppoaee li Celle de scs predecesseurs. Par lii 
il a hien servi tM coui* et »'est uns a port«^ de counoitrc cellc- 
üi, vi de voir cumbieu tous les rappurts, qui avoieiit t^te falls 
avant le» siena rttoicnt erronea. Corame il etoit dit dans scs in- 
structiflns qu'mi rapprocliemenl des coars et de Petersbourjc et 
de Versaille» ^tüit confortiie aux inU-rets .de V. M. je Tai se- 
eonde de nion niicux, et lui ai iemi:)i<;Tid toute l'ainititt et tout 
la conBanee qu'il m'a et6 poi«sibIe. je doiä lui reiidre la justice, 
que j'ai ile payÄ de sa part dans la meine inonnoyc, il doit 
boaucoup aax bonl^s de lu Keiue, et ui'u temui|,ntü bcaueoup 
d'attacli einen 1 au siatiine d'atlinnee qui unit la Cour de Vienne 
h Celle de Versailles, cn assatKonnant eependunt «es aKHuranues 
des remarques fran^oises sur les projeta d'af^grandissement qu'oii 
prütütt aux deux ('ours Impörialcs. Kn tout c'est un dei« tnini- 
stTDB de b'rance, dont iiuus puuvuiis ctrc lo plus eonteiit, je lo 
crois (sie) d*?s honti^s de V. M. T"' et d'en ('tlre actnicilli avce 
diatinction. C'est ce quc j'ose iraplorer pour lui, outre fpriJ le 
mei'ite par ses qualit^ pensonelles; la maiiieru duiit Ü a debut(.> 
dans les afTalres lui dnnnt> droit do pret^^iidn^ aux pi-umierea 
plftccs h. sa cour, et il est par consequent un de ceux. qu'on 
a intcr^t de nii'nager. 

Lo ministro angloi» Fitzberburt ä l'huiitK-ur d'(>ire eonun 
personnollenient de V. AI. ]'', et a eu le bonhcui' de sc incttro 
ä Ses pieds lorsqu'il 6\oit encore niinistrc a Bruxelles. II c»l 
pr^cisement l'oppose de son pred^cesseur Harris et luet autant 
de phlcgine, do song froid et j'osorois prosqnc dire d'indiffö- 
rence dans lea affaires que l'autre y employuit d'iiitrigues, de 
cbaleur et d'activit^. Fitzhcrbcrt n'a ricn obtcnu ici quant Ji la 



liolitique, luaüt son pensotmcl y «st fort agreable ä rimperatiice 
et ä ti^iiles los ppreoiini's en place, et il est eftectivenient fort 
Aimablc et fort instruit. 11 est atteinl de un'-laiiuulit; cl sa tuintd 
a olo mauvaise Unit k Petersbourg qii'a Ktow. 

Taut Segur iiao Fttzhöi-boil qiiittcrout Filtorsbour;,' peu 
de tems aprfes le retour de riraperatrico, le premiur a drijä 
obteiin Uli cong6 de sa cour, et Je sccond y est nbligf- a cause 
de sa saute. 

Le Prince dp, liigiio a flingulifcronienl reussä dans ce second 
voyago prfes de l'lrapcratrice; it raiimse beaiicdup [lar ««h sail- 
lie», et es gaiete. Sa Majeste I'Imperatrico m'a fait l'lionncur 
d« nie dire tr&s souvent, fine si tela d^pondoh d'elle, t-Ilc vou- 
druit l'avoir CiniliR t^a vie dans aa socii^tö. lOllc a ajoiite (jue de 
(oute fa^on ce nVtoit pas un liontme ordittaire, et qu'elle lui 
croyoit des tjualitrK »».«enticllea ^^[uivulentes ü Tagrenicnt de son 
esprit. JSr pr^eyiire et lu i)icd, siir Icquel il ctt ici, nir peut etre 
qiie cl'uii boii effet; il ne laisse cScImpper aiicune oecasion do 
parier de l'attaclicment de V. M. Irap'* pour Tlniperatrice, et de 
lädier quelcjue snrtasme siir le nouveau Hol de Prusue, lesquels 
duiis la i^itiiation uctut!llu des eliosus rüusisscnt fort bicn. 

Do reste de la suite de l'Inipcratrice le seal qui merito 
eiieure d'ctre nonime, e'esl le aenatear et secretaire de cabtnet 
iStrocealew, hoinnic de incritc h. tous e^ardt>, tpii n acquiä d'iu- 
tiuene«! danc les affairi-s iiilenics. tU riaiit t-liarg«' de la caisso 
des domaines soignc pendant le vovagc toutcs le« depenscB qui 
y 80nt relative». II a sei*vj eonime volontaire pendant deux 
campagnes daus rarimk' du iriaroi'-bal Dann, et a idv en suito 
nnc cspjtee de charge des affaires de Kusäie u raroH^e franyoise. 

Sur tou9 [es autres individus je nc piiis que eiler le vers 
de Corneille: Le resle ne vaut pas l'liynneur d'etre nomuie. 

Ce n'eat quo indulgence et la bootd si aouvent dprouv^o 
du mcillcur des maitrea qui ait pu m'autoriser n Pcnvoyer d'un 
rapport au^si voluinineux. S'it contient quelques details qui 
puissent inti^reeser V. M., je croirai ne pas avoir mal foil de 
l'envoyer tr&a huniblement k Sc» pieds; il est impossible qu'uiie 
entrcvne aoil iirraiigr>c. sous de meillenra auspiccs que edle, qui 
va avoir lien entre V. M. et Tlmperalrice. Ceci appuye des 
talens supi^rieura de V. M. Itup''^, de 8a marü^re de voir loujours 
si juste, de la connoisaance qu'KlIe a de ce qu'exige l'intcret 
de Sa monareliie, de Son esprit, et de Son aniubillte ne jieat 



I 



1&4 



Ärriv^s. h Sevastjopo] et y nyant trouv*^ unn floltfi Ao 
3 vaisacAiix Ac. ürtio de 6t» canons, 3 fregaites de TjO et Ö fre- 
gattes ile 46, 40, et 36, et tont iß volles, togtes anuces, toiites 
üquip^eü et qui n'anroictit bcsoin quc d'nn ordre pour marcliur 
tb oi'i 011 jiij^croit h propoa, i'Impdrntrice dit ii Monaieur le 
Cointe tlo FalkeiiBtein, que ce seroit dommftgc que tout ccia 
düt pourrir dans le port. Le Comte r(?pondit k Sa Majestö qu'il 
falloit roccasiiiii et le moiin-Tit d« Ic» «mployer. Afai« Vous 
craig;ncz toujours poar les provhices eloignds de. votro inon- 
arcliic, dit l'Imp/Tatrice. ExainincK ma Situation, i'j^pondit Ic 
Comttij et Vous verrez que jo no puis faire autruiueiit; que 
Viilre Majesti^ rae mette eii suretti k cot «igard et ricn ne m'era- 
peche plas de la seconder de tontes mes tbrccs pai^out oii 
eile vettt. 

Entre temps jo eontinue toujours s«r lo mfime pied avec 
Bcsborodko, et lui ne ehanj^ß nullement son language. II rae 
r(!p&te «ans cesse qne pourr» que les Turcs donnent satisfac- 
tion sur leij puiiits qu'un leur deuiaude ä present, et qui sont 
toiiB coiiformcs aus trait<'-s, la Hiissic ne vcut pas Ja gTiciro et 
attendra le moiuent favorable poiir entreprendre ses vastee pro- 
jels; qu'aa reste si fllc avoit quelques projets, ce seroit toujoiirs 
par se concerter avuu iiioi, qu'oUü eoitmicnycroit. 

L'Impöratrice ne laisse pas d'fftru piqui^o eontrn Ics pro- 
ccdrfs de la France et l'eiivoi continuel d'officiera et d'ingcnicurs 
Jl la PortP. II se trouve <'ntrfi »utrcä dans 1« inoment-ri h Ocza- 
kow un Moiisitur de la Fite qui i'ail rejian-r les fortifieations, 
et sor le compte duquel M* de Scgur a dt^ä H6 plaisontö pln» 
d'nne foifl. Mais dans le fond on »(;fti1 liien que loul celn n'a- 
boutira pas k grando chuse par le ptu de docUitii dea Turcs 
k rccevoir des le^ons d'un Clirtitien. 

Tout cv dont j'ai l'lionneur de rendre compte k V. A. est 
un pcn h bfttons roin|>us: raais c'est k la liÄte et k mesure 
que j'apprends quelque chose, que je le couche *ur le papier. 

II nie fiomble qti'un peut cunclnre de tout cela, que tout 
CO que rimpi^ratrice voil de mtlitairn dans v.n voyage, VMat ile 
8CS forces navaJeK, les progrt^'S qu'on a fait ici> tout cela 
rechauBTe, et lui monte la töte, qu'elle voudroit tigalement 
<5chauffer Monsieur 1« Coiute de Falkeiistein, quo le Prinee Po- 
temkin qui veut paroltre tout militairc, l'cscite nussi de son 
cAlrf; niei» en mfime tems Ü est k e^i-er qne le sang froid de 



I 



155 



Monßienr Ic Comto de Falkenstein, la jastesse des misons qu'll 
all^g;uo, aiflt'i! do la boiint- muniiiro de voir de Itosljorodko, t)t 
de- tnoii travai] au|irJ!« do riinpftratriee l'cmpfichci-ont de prt^- 
cipiter 868 d^marcbes, et du s'engager dans des entreprises, 
contraireB h, nos inti^rMs. 

Tout ceci demandn en iiirüuc: tcms la plus söricusc atten- 
tion, et V. A. pciil f Ire bien assur^o^ que je n'üpfti-giierai iii 8oia 
ni pfines pour um procuier des donndes exactes U ce sujet, 
aiitaDl qu'il »era ilanH inon puiivoir. 

.I'aurois boaueoup d^'sirt- quc M*^ le Comto de Falkcnstoin 
proätat de ses entretiens avec l'Itupei'atrice pour la faire park-r 
eur l'articte de la diminution de la puissanee prussienne, et que 
lor&que eile eherclie ii exeiter ßoii amoiu- projire ntir ]vr an- 
cionnes posscssions cnlovecs k la maison d'Aiitrichc, II liii 
rapelle la playe la plus rt^cente et la plus considerable, la 
pertis dii la Silesiö. C'eet ee «jug j'ai pH» ta libertii de iliro li 
Mona' Ic. Corate; mais jnsqn'ici roceasion nc a'cn est pas prri- 
acnlee. 

M' de Öegur a ^t<i fort afflig^ des plaisanteries de lliu- 
p6raü"iuo siir «es compalriotes qiii ee irimvent ä Ctotakow. II 
n'cst i^as snns inqtiidtiidcB sur lout ce qu'ii voit ici, mais cn 
meine teinps il lue paroit persuad^. que la pr^seoce de M' le 
L'onitc de Fnikensteiii est plub prupre k arrcler qu'a eneourngor 
riinpärutriee dans sos vastcs pri)jct£, «t quo notrc atigttstc maitrc 
TIC d<^slrc nuEtemcnt la ^[uerre turqne. Monsieur le Comte de 
FalkenateiD le traite aussi avec toute sorte de bontes, et il a 
irouvö l'oeeasiori de lui faini suntir qu'il r(igÄrdoit l'rlat acHiiel 
de foibicaso des Turcs conimc plus avantageux li. la monarchie 
autricliienne qoc tout ce qo'on pouri'oit y substituer. 

Eq me recommaiidant aux buiitvti de Votre Ältcssc j'ai 
riionncur d'ßtro avec rcspoct 

De Votre Altosso 

Lo tr6s-humble et tr^-obeisaant 
servile ur 



Louis C. Cobcozl. 



KiKenbünHif^ Ori^lnnl. 




156 

CCXI. 

Cobenzl an Kaunitz. 

Biivn*Lii|i<>l i-fi H Jiiiii 17H7. 

Monseigneur. 

Votre Altesso a 6t6 informee taot par mes Irfeshumbles 
rapimHH, quc jiar eeux i3u B'^" lUi Hfirbert (I«is poinbi litigioux 
qui fxiatent enlre lu Kussic et lu Forte Ottomane. J'ai eu 
liionncur de lui mandcr egalemetit, qn'on 9'(^tott pi*opos<S de 
s'abouelicr li Clicrson lant avee le Biiron de Herberl, (|u'av«c 
M' de ßulgjikuw Kur la inaninrc da Jitiir iine bonne fnis ccB 
differens. Le Cointe de Besborodko m'ayatit fait connoitre 
d'avancc ce qu'on exigeoit ici de la Porte, j'en Ils part k M'' 
de Hurbert k Cliersun, qui m'as&ura qu'il iie vo^-ojt Ik aucuo 
objct qui dut entrainer la giierrc, et aiiqucl il no fut possible 
de portcr la Porte, dfes qne la chose scroit appuyc'^e par notre 
cour. En cooBt-quence ayant prts les ordre» de Sa Majestä 
rKiH|ierctir je tis abouchcr lu Comte Bcsborodko avcc lo BaroQ 
de Herbert, afin qu'il put apprendre de ce niinistre mßme 
plus CD dötall tout ce que la Ruawe exigeoit de lu Porte. 

äuivaiit tes U'rdres de 8a Majcstä TKnipereur rintunionuu 
est parti dircctement do Cborsoii pour ( 'onsbLntinople; mais M' 
de Bulgakow a eu ordre de suivre rimpöratricc jusqu'ici. .le 
viens oncorc de m'entretenir tant avec le Comte de Bcsborodko, 
qu'avoc &P de Bulgakow sur cea objete, et un souiniaire du 
toat celo, voici cn peu de mota co qnc celni-ci est chargö de 
dcmander, et d'exiger des Turcs commc le deniier mot de 
l'Imperatriee, ot que M' le Baroo de Herbert sera dans le ca« 
d'appuyer. 

1". Un firman donni^ par la Porte au Pacha d'Akalczikc 
pour lui döfendre d'inquieter ä l'avenir oi directenient ni in- 
dlrectemeut Ueraclius, uu. eomme leg Turcs rappuHeiit Ic Chan 
de Tiflis. La Kussie n'cxigc lutllemcnt, que la Porte rccon- 
noisse l'i^tat des chose i^tabli avec ec Princc, mais eile insistc 
irrevocablemeot sur ee que duns le tlrmau on ue se serv« 
d'aucune expres&ion qui seroit encorc relative aux pn^tcntion» 
do la Porte sur HeracliuB, teile que de vivre sons l'ombro de 
la protection de la sublime Porte, ou autrc pai'eillc. On doii 
se contenter tout simpleoienl de la nominer. 



167 

9*. Qae (es Tttrcs en qtulite de soarenüns de U partie 
du Cafaui qtti en aa de & da fleare de cc aom, B'enga^nt k 
ripräner les riok ti oas d« terricoire qae foot It toot DManeot lea 
Tartares de ees contrees daiu le pals soamis k la Ran», oa 
si U PattB raeoBBoit son msofSance k cet ^gard. qa'eUe »e 
regarde pas conune «ioUtioa de territoire, ce qoe la Rusaie 
fina poor repiimcr cea peoplee, et mettre ses n^ets k l'abh de 
lean brigaadages. 

3*. Paar ^riter h Tarenir toate di£Bcall^ aar le kI qae 
la Ra«sie doit foumir k Ocxakow, «lle s*enga^ k Urrer tous 
les ans 50.000 poads oa 2,000.000 de fivree, ce qoi soffiroit 
poor ane popolalion de 100.000 ames. Or U consle qa'il a'y 
a jamaü qoe tont aa plus 13 m hommes de trooppes k Ocsa- 
kow, et fort pea de popolatioa, et les preteatioos de la Porte 
ne riennent qae de ce qae les Janissaires par abas Toadroieot 
recevoir assez de sei poor le vendre aiUeors, ce que no portent 
pas de tout les trattes. 

4*. ^ae la Porte satU&sse aux en^agemeos qn'olle a pris 
de transporter dans TiDti^near da pars les Zaporoves qai sont 
prte d'Oczakow; qu'ellc ne re^oire plas les traiiafn^:es qoi 
vieoceat de U Rossie, et qu'elle resLitne ceux que ooutre le« 
traites eile a pris dt^pui» qae cette clause a ^ sdpali^; quant 
aa demier artirle, je crois qae de ce cnt^I« on ne sera pas 
tr^s rigooreux. potirva qae les choses soient arrang^s poar 
Kavenir. 

&*. Qae les Turcs obeerrent doränavant les engagemens 
qa'ils ont pri.<< de oe plus taot mahraitcr la Valachie et la Mot- 
davie, et surtout de ne pas opprimer les sonrerains de cos prin* 
cipaat^s, et de les mettre dans Ic cas oü s'est tronvt^ le dcr- 
nier de pr^venir le triste sort qui rattendoit par la fnile- et 
ea se i^fngiant dans le pay« de U domination de riaip<^ratrice. 

6*. hn Porte s'eat engag^e par le« traites k rt>poiidre des 
prises, que les barbareeqaes foroient des raisseaax russes, et 
k Icar procorer ane satisfaction. Oepeadnnt aux plaintcs qui 
ont ^te faites de la capturc d'un vaisscau rasse qai a cu lien 
l'annäc pass^e, on a rd|>oadu k Constantinoplo, quo l'ou ne 
pooToit rien faire k cet ^ard avant le retour da Capitan 
Pascha. Ln Russie ne troove nallement convenablo, qu'on fasse 
dependre et l'honneur de son pavillon et la surete du vnisscan 
du retour peutetrc iucertain d'un individu omployö par U 



168 

Porte. L'Iiiipurtitrice exige, par consi^quent qu'Ji cet «^gai>d 
commo axxK iiulr<>s, ]a Forte ßarisra^au k hcü eug'agcmüns. 

7". Que la Porte uc porte aucon obstacle h. IVtaWisscmftnt 
de« CDDSols ntsses pai-tout oii t'utilite du couitnerce ru»&c 
l'oxige; o'aai k cjutii elie s'est cngugeo ('galemcnt pnr les 
tnulda. 

8^ Le traitti de commcixe ontre 1& Rassie ot la Poi-to 
Kt![)ulu, rjut- la Kuiisie poarni avoir des vaisseaux dans tous Ics 
purts de la doiiiiiiatioii utLoiiiarm sans aucune eiccuption. Los 
Turcs ont touIu oinp6clicr quelques vaisscaux i'u«sßs de so 
rcndre dans des contrees, oü tl n'y eu avoit pas encore eu, 
sous prütexlu, quu c'eCuit unu cliose nouvellc, qu'ils n'avoient 
paa prt^vii ßtt f'aisant Ic trailt^. On sent la futilitu de i'^ rai- 
soDiicmentj et on exige raccomplissement de ce qoi a 6t6 
convcnu. 

L'lmpfJratrice no voiilaiit uullcment k guerre, H. M** a 
ordonnö au Comto Bcsborodko d'envoyer nn courrior d'ici k 
Paris pour cliarger M' de Simniin de coimnutiiquer au cabinet 
de Versailles taut ce qu'elle dciuimde dco Turcs, pour lui faire 
conuoitTQ cn mfiiuc tenis, que saue craindre du tout la gucrro, 
eile desire iiifiniment de vivre cn paix avec la Porte; que M' 
de Itulgakow « ordre de faire communicatioii de tout ce qui 
vieut d'etre dil k W de Choiseul, et qu'eÜL' espfere que lu roi 
voudra bieu nrdonner k son anibassadour, d'etnploycr aon 
credit k la Porte pour engager les Turcs it executer fidtlemeni 
tout ce quexigo la Russie, et qui u'est rien d'autre eLose, quo 
la btrietc cxeuulion des traiti'ts. On prilvient M*^ da Simoliii, 
que sur cos points rimp<5ratrice nc peut accepter aucun moyen 
terrae quelcoiiquc, qui ne pourroit ctre que contraire & sa 
<lignit<i. 

Cettc dt^pöche k M'' de Simolin dcroit £trc traduite en 
fran^ois pour m'fitre cominuDiqu^; raais Ic tcnia «'est trouvö 
irop eourt, outrc qu'on n'a pas ici Ics craployea necesaaires. 
Pour y BUpplöer le Cemte de Beaborodko m'a envoye l'original 
de la ddpAchc en fusse par son homme du cuntiance M'' Lwow, 
pour qu'il fasse vcrbalemenl la traduetion, et e'est par eetto 
maoiire que j'ai redigd sur le champ ce tr&s-limnble rap]>nrt. 
De Pcrislawl, oi'i neu» ri^Joindrons une partie des employes, 
eeite depDclie sera envuyee au Priuue Galitziu puur utre com- 
inuniqu^c par lui k V, A. 



I 



Voos atirec ru, mon Prioe«, pftr ce qne je prens 1a tibert^ 
de vooa dire d&ns mn lettre in qoarto, combii-n Cherson et 
Sebasüopol ont ecbauffe rima^iuatioQ de rioip^ratric«, qui servit 

|trts port^ k teater qaetqae chosc snr Oczakow, aoit qne dod« 
fsMiona. soH qne doob U laisaiona a^ seule. Je n'ai besoin 

'qae de me rappeller le« instructioDS tri« gracieosea de V. A. 
ponr £tre c^nramco, qae Too et l'aatre seroit infinimeut con- 
traire » nos int^r^is. La Rusaie seroit ä la v6nli trte port^ 
k Bona latsser prendre cn memo tems Belgrad et la Bosnie. et 
a Bcnu d^fendre de toütes 9es forces contre qniconque voadroii 
s'y oppoeer. 5(at8 doos serioos tuajonrs daDs le risqae de dö- 
trairB par U notre alliacce avec ta France, et d'un autru oöcd 
ä nooB restons lea bras croiads, U Kassie so tronveroit en 

IpOMeswon de tont ce qu'elle s'«4l de«tinee par le grand projel 
poar eile -meine, taodis que nous de notre cüte n'aurioiis rieo 

i^agnö de tonL QacUc ratäon anroit eile ensaite de nous etre 

ja fort altacbee, apr^ qu'elle n'auroit presque plus besoin de 

qoe poar des interets qai ne la touchent plus directement. 

lous opposer ä Bes eotreprises seroii u&o tächn bien difBcile, 

'dans laqaellc notis ecrions foiblement second^, et qui feroit 
reTiTre l'allianc« du Roi de Pmfese avec la Rassie. Cea r^ 
flexioos qui sodC tir^ea moC k luot de« iiiatructious qu'U s ptu 
k V. A. de me donner, sont celles que je mc suis permises 

(>>riB-b^Tis de S. M" l'Kmperear qu'Klle a dai^i^ honorer de Son 
approbation. Piii» doac qa'cn appuyant les dctnAudes de la 
Kussie ii la Porte, on evite tous Ics incouvt^nicns h craiodre, et 
qae ces demandes ne concement daos le fait que des objeia 
de pen d'importaoce, il semblc qne cc parti est de tous le plus 
adapt^ ä nos inUr^ts. Entre tcms l'Iniperatrice sc retrouvera 
k FeterebouT^ loin de tous les objets qui lui ont fait une aussi 
vive iniprcBsion, et il sera [ilos aist^ de la calmer et de lui Eaire 

.Toir Ics avantages de diffi^rer et de remettre k un momcnt plua 

r&vorable J'execution de ses grands projets; comiue aussi d« 
lui rappeller qne c'est par la diminutioD des Forces prussiennes, 
que la choHC doit £trc entauiikt. 

II a ete eujoint serieusement ii M' de ßulgakow de 
montrer la coofiance la plas eati^re k M' le B""' de Herbert^ 
de QC lui ricn caclior de tout ce dont ou le cbarf^c. et d'6tro 
aussi plus comiQunicatif vis -k vis de raiiibasiadcur de France, 
Le Comtc de Bcsborodko a 6U tr^s-satisfait de sa conferencc 





nvec le Baron de Herbert, qui on tont a &t& fort bicn trnitä 
par L'Impcratrico. 

En mc re«omman(lant h. la haute protection et anx bontes 
de VotTft AJtcsse je l'honneur d'etre aveo respect 

Monseigneur 

Dl'- Votre Altesse 

Le tr^shumblc et trus-obeissant 

scpvitcur 

Louis C. Cobcnzl. 

(innt ^igpnhlindig. 

Gcxn. 



Cobenzl aa Kaunitz. 



Monaeigneur. 



llftrinUwI ca 1» Juin 1781. 



I-'iiopolicnce de riiiiperatrice de rcvoir «es petits fil» a 
6t6 cause qu'cDc Ics fnit vctiir au dcvant d'ello ii Moscou. 
Comme Üb voya^ent K petita juui'n4es ils devoient ä&}h ^trc en 
chemin. Ils sont atcompagn^s d** toiis Ifliira maitres en «orte 
qnu lours t^tudes uo serout pae discoiitiQU<*e8. QuuJque ccluail 
du faire beancoup de peine au Grand Duc et Ii. ta Grande 
Dnchesse, ils ont cependant en la pnidence de faire bonne 
mine k mauvais Jeu, et ils sc sont contentt?» dVcrirc k l'Im- 
pi^ratricc, qu'ila eiivioient le bonheur qu'aUoiont avoir lours en- 
fans de so trouver de quelque tems plutöt aax pieds de Sa 
SlnjcBt«^. Autflnt qn'ü m'a et<* jHtssible d'a^p dans nne affaire 
aua»i d^licate, et «ans courrir aucun risquc d'Ctre couiproinis, 
j'ai fait co que j'ai pa sous main, par ßesboi'odko, pour quo 
rimperatrice fit venir atiasi k Moscon le Grand-Duc et la Grande 
DucheKse, mais la chose a At^ impossiblc Ji obtcnir. Lcum 
Ahesses Imperiales en auroient ete combMes dejoye. Quoique 
rimperatrice n'ait ancun sujet d'6tre mecontuntc de leur con- 
duite ]iendant son abaence, \a grando et la jciinf Oour no sont 
rien moins que bien enseinble. S. M"* a dit k Monsieur te (^'omte 
de Falkenstein en Lui parlant avec la plus gi-ande conliaiice, 
qn'au inilieu de tyut c« q«i liu rtoit arrivi'; d'lieureux, s\ uno 
chosc ponvoit l'affligcr, eVtoit de n'avoir pu s'oecuper de l'edn- 
eatioQ de son fiU, et de u'avoir pu pr«5venir les defauts qu'Ü 




161 

ftvoit, ot siirtnut ehanger hdi» caraet&re mäfiant et soiipfonneux; 
mai's qu'an commcncement de son rijjne on avoit ou des id<5es 
91 terribles »ur soa compte, qu'elle n'üvoit eu d'autre |)artie h 
jjrendre que d'abandonner eDti^rement l'ti^ritier du throne ik 
cfiux qiii avoieut ät^, mts au]ir^s do lui avant cllc, que c't^toit 
ces meines pcraottnes qui lui avoicnt iQspir(^ toutes scs mau- 
vaiiies qaalitüs. L'Imjjärathce ajouU qu'elle etoit cepeodant 
moiiis möcoiitciito de son 6.1a quc de la (J-randc Duehostie; mats 
qii'Klie espdrüit qu'H se dt^tacheroit bientiJt d'elle, que le Grand- 
l>uc avoit dfVjii ou quolquo inclination pour d'autrcs personncs. 
Quaut au deroJer point il me semblc que nous devoiis esperer 
tuut le coutraire de ce que ddsire rCmpenitrice, b'Ü ost an 
moyon do noua assurcr dn Graiid-Ou(i, c'wt do profiter do 
Tempire de sa fcmmc 8wr ]ai, et de nous attacher ccUe-ci par 
tont ce que nous fcrons eu faveur de ses parens, si nous per- 
dons cütte vüie, je ne vois i>as, oii cn putirra la remplaccr. 

Kn me rocoininandant aux boutt^s de Votre Altessc j'ai 
rbonneur d'fitrc svec rospeci 

De Votro Altease 

Le tres-huuible et träs-ob^issaut 

servitßur 

Louis C. Cobenzl. 

(j&ux OLKeiili, Original. 

CCXIJl. 

CoboDzl aa Kaauiti. 



Berislkwl m 13. Jnin 1787. 

Moneeigneur. 

H m'a «ite impomsiblc do profiter du di^part du courrier 
exp^diö de Karaftabastar puur fairo parvenir nn niot de rapport 
k V. A. L'Euipuruur uo ui'en a parle qu'au moiuuiit, oii il ätoit 
pröt k monter b. voiturCj et oh je n'ai plus eu le temps que 
de lai faire avoir son pasBoport. 

Mee dcruiere Irfea-humbles nipport» <^tolcnl dat^8 de Seba- 
stiopol. II est imposflible de voir avec plus d'attention et de 
reflöxion un objet intiirussaut quo Monsieur le Conite de Falkon- 
Btein n'en a mja k observer tont co. que ce port oflVc do re- 
marqunble.. L'Imp«^ratric« et toute sa sutte en sont partis le 

foulam. [I JlbUi. HJ. 1.1 T, 11 





163 

cinq k neiif heuree du matiii. Monaieur la Comte de Falken- 
stein aecompagn^ de M' I« gt'neral Kinski sVtoit mi» en route 
des les cinq houres du tiuitin, ponr aller voir le ^jort de Bala- 
clawa qut est un peu hors de la route de l'Impf'iratrice. Les 
doiix augustes vnyftgcnra se äont rt^oints ii la premiere poste. 
On tt cotiliimt^ le voyage par un trts beau cheminj que le 
Prince Potcmkin a fait faire au travers des montagnes ot dont 
une grande partie est taillt^o dnns lo roc. On a dinö h Bau- 
diari daas unt tröa bollc vallie, et une Situation süperbe. Od 
n'avoit niAmc fait ce detour que pour voir cette belle partie du 
pais; inais comme il avoit plu toute la uuit, on a pourtant et<^ 
obligä d'aller fort lentement et on n'cst arrivi^e k Backtschi- 
saray pour la couch^e que vers luiiiuit^ ce qui a beaucoup 
fattgut^ riiup^ratrif^e. Sa Hajestf^ s'est decidöe h passor la 
joumee du ö. h Backtschisaray, et la choso ^toit d'autant plus 
nccessairc qu'iinc graade partie des equipage» sont restt^s en 
arri&re, et qne los dcrniires eali-clios n'ont pu arriver que vers 
Ics cinq lieures de l'aprfes-midi. Aprfea s'etre atnai rcpoaittj on 
s'est reraia en ronte le 6. ä ncuf heurcs du matin. On a din^ 
h Sin»erupul oü doit 6tr« le centre du gouvcmeiaent de la 
Crimäe, et oii on va bA.tir toutes les maiäona pour loa dieastaires. 
Vera cinq hcures on est arrivd k Karasabazar. Cest dans cette 
place que le Prince Potemkin avoit »Stabli son camp lors de la 
priae de posisession de la Crimäe. II y a fait bätlr une fort 
jolie maiaon k la Tartare avec un cliannant jardin anglois. La 
Situation est d'ailieurs trta belle, ot les montagnes qui serverit 
de point de vue fönt uq tr^s bei effet. Lb Priuce Potemkin a 
fait tirer Ic soir un fcu d'arlilicc, dotit le bouquet n'^tatt que 
de 'JOjm fusöes. Aprfes cela toutes les montagnes des cnvirons 
autant que rocil pouvoit y porter, ont et^ illumin^es en sorte, 
que c'etoit tout un pa'i's qui sv truuvuit (JclairiJ, une des moD- 
tagnes qu'on a illumince, ötoit k 20 vi>rätes de distanco. 

Le 7. apresmitU on est parti pour Staroikrim, d'oü on 
est allrf diner le 8 h Tbeodosie ou CafFa. C'ötoit autrefois une 
vilk- trös floriösante et fesant un iiha grand commerce. Mais 
lor!«quc dau3 la demiire gucrre le Princo DoEgortiki s'ost i;m- 
par^ de la Crim^e, CatlTa a ^t^ preaqu'enti&remcnt d^truit, et 
un y rencontre partout de» niine», qui a 4Xe. caxise, que cette 
villo n'a plu du lout ii flniperatrice. Moutiieur le Comte de 
FalkeuBtcin s'y t^toit rendu de grand matin avec le gdnänU 



163 



Comte de Kinski pour U voir k aoa aisu; il a trouviS la baie 
fort bonne et a )\xgi qiie Theodosie ne pourroit plus fitre utile 
|ioiir la marine tlo gtiorre, iiiHts bieo aen*ir au commerce 
d'cntrcp6t. C'cst anssi le sentimcnt du Princc Potcmkin, et on 
y fera U-availler en cons^qaeuce; rimperatrice u vu une feinme 
de la famille de Giierrnis qtii s'est rütlree k Theodoaic. Toute 
la Cour est rfitourni^o li; mfimc jour h Htaroikrim, et le 9 on a 
diue et couclie k Karasaba:£ar. La tournce qu'on se propoaait 
de faire h Sadak et qui est indiquee sar la liste da voyage, 
n'a pas eu Heu. Ou a craJnt avuü raison, que I'Impdratrice 
n'en ftit cncore plus fatigu«^, que de ccUc de Baadiari. 

Le 10 on a couclie ii Itabusar; le 11 ä Kamenoi-Host et 
le V2 ä Beriölawl. Le l'd rimperatrice a contlna^ sa roate 
Vera Krementfichuck. S. M. l'Enipereur est restö jusqu'au mo- 
ment oü cette augoste soaverainc est montde en carosac, aprfea 
quoi Klle est pai'tie de son c&t6 pour r'djoindrc le reste des sos 
i'tquipages k Cbcrsun. 

Pendant toute la durtSü aasoz longiic de ccttc cntrevne 
l'Empereur n'a pas cess^ d'etre d'unc gaictö et d'uoe amabilit(5 
charmaut«. 11 a dit lea choses Ics plus flatteuses et les plus 
amicale» k Tlmpt-ratrice. 11 a beaitcoup relevä tout ce qu'a 
fnit le Prince Poterakin, s'est ontretenu avcc inßntraent de 
bontes avec le Conite IJesborodko, liü a teuioignö le cas qu'il 
foi^oit de lui. S. M*^ a distinguä M' de äegur qui est enchunliJ 
de 808 bontt^s, en un mot il n'est persomie de la auitß de Tlm- 
pi^ratrice qui n'ait lieu de se louer iutinimcQt de l'augustc 
voyageur. 

Dans une coiivcrsalion avec rimp<'Tati-icc l'Euipereur lui 
ayant parle du rtgne de Charlea VI., du coinmencement de 
celui de Marie Therese, et des pertes qne la maison d'Autriclic 
avait faites, et contre [tu Turus et du Ruyautnu do Naples et 
de la f^ildsie, ü ajouta, que de toutcs ccs pertes la plus sen- 
sible etoit la demi^i-ti hint par son iiu]iurtanco en eile memo 
que par l'augmontation de la puissancc prussicnnc, l'Impera- 
li'ice repondit ii cela: wo einmal das U'twscr kvigeloffen ül, 
j:ann e« wieder hinlaufen. 

Une autrefois los deux augustei« souvcrains ayant parM 
dos luoyens de sc revoir encorc et de se donner un nouveau 
rendezvoDS, I'Impdratrice preposa en riant ConsLantiuople pour 
vela^ l'Kuipercur n'puudit, qu'll uc rcfusoit pas l'invitaüon, mais 

II» 





164 



^^ &Ba«l faiea eboiar le moment et les etrcoBBtances, qull 
ftWtS. If rinpteAnoeif n les ca£ arrivoit jamus de lui com- 
MMM^acr J'ATaaee «ni pUn poar qu'U pnt se concerter sor les 
■efWCf » prendre. Je croU, dh rimperatrice. ijne le mieax 
Ml, q«e niKn agsMwai chaqu'an de ootre cAt^ da mienx qae 
B0Wi pmiiiuiu* 

ClUe eoarerutioB donna liea k l'li^perear de dire k 
M f J ra tricc qaelquee Joars aprks, qo'Il avoit aassi k Itii pro- 
paaer «De place de rendez-TOtu, qa'Ü paroiBwit qae Koenigs- 
her% connendroH merveilleasement, que Lui en partant de 
Ologao, n'auroit paA loin k s'y rendrc. L'Imp^ratricc remarqna 
qne c'^tuit iin mauvaia pate, rEmpereor repoadit qu'il poavoit 
/•tre atKmcnc troqiu: contre la Courlande. Ka ce moiuent U 
ntnrint da monde qni cmp^ha de ponsser plas avant l'enlretien. 

L'Impt'^atnce n'a laias/- cchapper ancune oceasioD de tö- 
moifinv.r k TKiupcrcur, cuinhien eile lUoil reconnoisaante da 
•ervice qu'll ]m avoit renda, qa'elle etoit ea dette vers hm, 
et qa'eilc attcndoit avce impaticnce dn pniiToir s'acquitter 
Notre auguste maitrc ayant parU- k l'Imperatrice de» propos 
qn'on ne manqueroit pas de lui porlor, et des mcneoDges de 
tdato etp^ee qu'on tnventeroit dhs qu'll seroit parti. Elle r^- 
pondit : eomment pourrois-je ajouter foi k tout cela apr^a los 
fürte» pnuYe« d'amitii^ que vous m'avez donnd, et la peioe 
quo TouB avez prise de nouvcau de vcnir mo voir? J'ai va 
claircment cetlc folH-ci que vous voos plaisiez dans ma socl^bä. 

L'Iiuperatrice k dit k TEmpereur qu'ellc savoit qu'il en* 
troit dans les plans du Roi de Su&de d'eiU^ver k la Hiissic 
niAiiiu pHteMbourg-, bi jaiimls il en tronvoit l'occaHion. 

11 seruMe qu'on peut conclare de Lüut ce q«i vient d'ßtre 
dity que l'entrevuo n'a nullement rafroidi Tamitiö pcrsonnelle de 
Jewcph n et de Catlii^riiic !I, qtie si nons n'^tions en guerro 
contre le Rni de Prasse, rous ponmons nou3 altcctJre d'on 
lecours considt^rabk de la Russie, qui eontribueroit volonüera 
k la diminution de la puiseance prasäicunc. Beaborodko est 
toujour» d'aris que c'csi par Ik qn'il faudroit comraonccr. MaiB 
le voyago k Clicrson et eii (Jrimee » echauffe l'imaginatiun de 
ritiipi'ratriee, et Ta rendu plus impationto de profiter do ses 
furt-oa contre Icb Tui-es. Je ibrai tout ce qni ddpondra de raoi 
puur Ih rametier tuujüura an pnncipp qu'il fftiit ooniuiencer par 
to Hol. Mais I« iK>ssihilitä que rimperatrice noua a avou^e 




166 



(1'entrer en danser Bktaie «ms nont, en dooi laissant apr^0 le 
clioix d'ütrv o« äpectateurs mi actpurs, mörito h\ ^>lus »triutisu 
Bttcation. II scroit tr^s füchf^tix que ]a Kassie s'oinpnrBt d'l)i!x.a- 
kow et de son territoire, eans qne noos de notre c^tä ne da- 
sions aiictine acquiftition. Rlle pogacdcrott niors tout cc qu'cllc 
s'cgt rcservö d'apr^ le grand plnn, et plus eile avanco toute 
Beule contre les Turcs, moiDB noir« alliance lui derient näces- 
sairc. Sans doTitc quo ndf^vide et la Kosnic scroil im fort bei 
equivalent d'Oi-zakow. Nouä puurrtono obtenir aist^mcnt de lu 
Kussie tout cc, qui pourrojl nous etre utile de sa pnrt en cas 
d'opposLtion da Uoi de Piniase. Hesto ii voir encore, si le de- 
ficit annonre par la France et IVtat de scs financcs scroit nne 
»urcte süffisante pour ii'avoir rieii h craindre de ce cnte \h, te 
pltiB important de tous. Tols sont mes faibles iddes aur oet 
objet imporlant, quc j'ai cm de mon devuir de amimcltrc aux 
Imuieres de V. A- L'approbation dont eile daigncroit les bonorer, 
pourroit soulc leur donnor quelqac valoar. J'ai en rhonneor 
du rendre compte k V. A. des ditmandes qac la Russio foruiu 
k la Charge de la Porte, tellcs qnellfs ont etö communiqm5cs 
k la France, et qu'olles servent d'iastructioii k M' de Bulpa- 
kow. M' de Segur a Mmoignd un ßtre aatisfait, et a dil qu'Ü 
nc doutoil pas, quo sa coiir ne Ins appnyat de. tout aon pou 
Toir. Dans les circonstanccs actitellcs il est aiissi tris ossentiul 
que la Porte se pröte k ces demaades qui ne contienncnt rien 
de bien oneronx, et d'oü pourroit dependro la coiilinuatiou de 
la paix. II faut auesi quc ce äoit noua plutöl qut- la France 
qui »yoQ8 le inörite d'avoir d^cide la Porte. Ce sont les motifs 
qui ont d(5terminr Sa MajeatP rEmperettr de rcndru M' do Bul- 
gakow porteiir il'un ordre adrtw;«^ au Bai'un de Herbert, conyu 
en termes göneraux, par lequel it lui etoit enjoint de eecoador 
les demandes de M' dt- Bulgakow de tout son pouvoir. On a 
H6 fort Bonsible k cettc iiouvellu uiarque d'amilie de S. M"* 
rKiupereur. 

BuJgakow a pris conge h Karasabitzar d'oii il s'eat rendii 
k Seba-stiopftl pour fl'cnibarquer, (^)i) lui a fortement enjoänt 
d'avoir la c<JiiHun(u< lu jiltis cnti^rr duns Ic Uaron de Herbert, 
et tn^me d'etre moins rdservö vis-ti-vie de rambaasadeur de 
Franc«. 

L'Impäratrice a beaucoup demandi^ k l'Emperear dea 
Douvelles de V. A.; en lui r^poodant 11 a parM de vons, Mon- 





166 

seignonr, oomme le roärite un miniBtre d'un mörit© aussi unpe^ 
riour h tont. 

L'lmp^j-Ktnce u dit aujoui-d'hui au Prince de Ligne, que 
plus ulle voyoit le Comte de Falkenstein, plua olle cnusoit avnc 
Ltii, plus eile 6taii rftonni'C tle Sa prodipioiiso niöirnction et en- 
cliant<^e <lc Son Ainabilit<-, qu'II avoit tait sa conqu^te dka la 
premi6re entrevue, mais qa'eUe trouvoit, qu'II avott infinimont 
gagiiä on touto clio»» <lo|mi8 u« teitis Ik; qu'II ^toit plus que 
phia aimablc, plua attaclinnt et plus instruit, quc Sa aoci^-t^ lui 
etoit bien agreable, mais qn'cn m^mc tems eile Lui feroiL bien 
du mal par les regrets qu'Elle lui cauSf;roit, et le vuicle qu'elle 
Bcntiroit de Sa privation: qu'ontre Ics liens poliliqiics ut l'union 
intime qui rÄgnoit cntre eux, et qui lui avoit rendu Sa visite si 
agrt-able, olle rcgrcttoit encore en Le voyant partir, liiomnie le 
plus uimablti qu'ullu eut connu, qu'II pouvüit bicn cumpter sur 
eile cn toutc occasioii, coninic ausai ello dtoit porsaad<5ß de Sa 
Yive &miti6. Ce sont lea propres mota de l'Imperatricc qui 
proQvent qae cette eulreTiie a fait tout effet qu'on pouvoit en 
duüirer. 

Tels 9ont, mon Prince, les df^tHÜs quo j'ai cra de mon 
devoir de mcttre soua les yeux de V. A. Je dots tui d^mander 
pardon de mon grifibnage. et du peu d'ürdre qui n'^^e datis 
mon travail. J'dcris fort h la liAte presquc tnnjoure de null, 
n'ayant poa un momcnt k moi de jonr, et je n'ai paa de socrö* 
taiix! pour copier mon barbouillage. Je m'absticns de toute 
d/iecripLiou de la Criimi«; M"^ 1« Corate de Falkensli'in bicu 
meillcur juge que moi, fcra conuo'itre ce pois h V. A. bien 
micux quc je ne le ponrrois. 

El) nie reccommandant h la conlinuation de ses bont^ et 
a sa protecüoD j'ai l'bonnuur d'ctre avcc rcspcct 

Monseigneur 

De Votre AUease 

Le tr6s-humble et tl'^5-obotsaant 
servitcur 

Louis C. Cobenzl. 

Gatts «ig««!!. Origtiiat. 




^ 



I 



CCXIV. 
Ludwig CobenzI an Philipp Cobeazl. 

Benwlavrl o« LS Jaiii 1787. 

Noo» voilJi Ru termo He l'entrevue mon hon ami; je ne 
T0U8 r^pcterai pas tout ce qae j'eQ dia au Princ« et c^ue pro- 
liablemeTit voxa lirez, J'y ajoutorai soulomcnt quelques niote 
pour vouB. 

J'ai suivi la tnarehc qne je mVtois proposöe, et sur tontes 
los cliDses, Bur lesquelles Munaieur le Cvnite de Falkunstein u 
daif^ne me parier, j'ni röpondu avoc In plun prandc liWrti^ et 
francluHe lellv quu iiion /.isle et mon attacheraenl k ses interfits 
mß Tont inspiro. 11 a bicn ronlv recevoir avec boat<! tout ce 
que je Lui ai dit. Voiis saurez plutöt qut- uiui, s'ü a «Ste cou- 
lent de uioi et voua serez k meme de me le inander. 

L'Einpercur a 6i6 tout le temps fort gaj, et fori aimable 
vi9-i»-vi9 de l'Iraperatrice. Elle me paroit persuadee, qu'il s'est 
fort bien trouv^ de sa compagnie, cc qui 6toit eBscnüel. Tout 
ce que rKiopereiir a dit en fait de puUtique, et que j'ai en- 
tendn, ou dont il a daignä m'iustruire etoit fort k sa place. H 
a dit des clioees ti*^ datteuseä k L'IinpiVuti'ieu, et a fürt bien 
traitä les pereonnes signiliantes, qui toutes nie paroissent fort 
contcntes. Au rcste a'il y a quelque ehose, qui ait d<f.plu, oe 
n'est qae dana quelque tcms et par voio indirectc qwc je le 
Bjaurai. A moi naturellemcut on me dit les plus betlcs cbosos 
du monde. 

Une seulc cbose me fait un peu pcur, c'est quc rKmpc- 
reur a beaucoup parlä k riiiipf^ratric© et avec grand detail de 
sei! aiTaugemens pour l'inteneur, entre autrcs rclaüvcmeul h 
SCB aßatres des trunbles des Pays-bas. Or commc il est poB- 
sible que snr bien des dieses cea deux souverains Hicnt de» 
principes diff^rens, U aijroit peut-ötr« miöux etö, qu'on eut moins 
parl^ sur cet objet. 

Vouiii aiirez vii par me» rapperts quo la toumt^e en Crim^e 
a con9id(?ra Wem eilt inonte en lete ä rimp^rati-ice, et que cela 
lui fait revenir le» id^cs taut du ^rand projct, que d'une pcüte 
^uipäo sur Oczakuw. Elle est piqut^e contrc les Anglois, et le 
deficit annonc^ par les Franycis la persuadc qu'Üs sont hors 
d'ätat d'agir. J'esp^re que lorsqu'elle sera reveim chez uUe 



ä 



168 

plus cfllme ot plus trnnquille, je pourrai la ramener anx prin- 
cipe» de mon instniotion. Je fcrai cc, qtic je pourrai pour ccla, 
mais je ue puis eii repoudro. Uq autre mal «'est qu'il pourroit 
qu'cllc nous croit un p»u timideti. et que nous avons besoin 
d'Mrti forc^ß h cntr<!priMidre qudlque choae. Or il sc pourra 
faire qu'im jour oii l'autre au moiiient oi» uou» y pciisei-ons Ic 
moins, ello attaquera üczakow, en noaa laissant maStres de 
pronilr^} hü m^iiie tcms BHlgradu et la Hustiiu, si nuus vuuloiis, 
ou de la regarder faire, coninie pour la Crimde. DaiiB cc cos 
\k il me semble que notre poeition seroit fort embftrassante. Je 
rcponds bien d'avance, que la Russie fi'eng'agoroit, si nous vou- 
lious, k la mt^ino choBo qu'olle imus a propoHäe ralTuirii de Ja 
Crimee en cas d'attnque du Roi de Prusso, de s'en tenir Ii la 
guerre defensive contre les Turca, et k porler ses forces contco 
lui, mais il est eQcore h &avoir, si lo ddScit est uue cautioii 
süffisante que nous n'avons ricn h craindre de la France. D'aii 
autre c&t^ si nous restons les bros croises, la Russle aura pris 
tout C€ qu'elle a'etoit retierv«^ par le grand plan, saus que uuus 
ayunn rieu pour nou», vi quaiid cHc auiu tout eu qu'elju vuudra, 
quelle raison Im fera pref^rcr notre alliancc k cclIc de la Frusäc, 
et quel besoin aura-t-elle de noue? Le troisieme parli, ceiui de 
nous opjiuüur aux teutatives du la Kussie mc paroit eucore plus 
sujet k caution; eile s'allicroit plus fort que jainais avee la 
Prusse, nous anrions tous les efforis r^unis sur les bras, et de 
la France toul au phs le s^coui-s stipul^ de 2[>/ui liotumcs h. 
espäror. Pcrcö tout eela d'avam^e, en cas d'öveucmont je sm-ai 
viplont, et fcrai tout au uiotide pour dtre instruit, a'il est pos- 
sible, ä tems de tout ce qui se passcra. 

L'Empvreur iii'a fait voir 8011 Journal et Sa lettre au 
moräctial.^ ]1 me paroit quo S. M'* k une bcaucoup trop miucc 
idee de ce quo pouvent lus Russe». L'uriuite n'est (-eriaincnicnt 
pas complottc, ni en aussi bon etat que la nötrc. Mais malgre 
cola ils unt tact de forces, et leur enuemis en out si puu, qu'ils 
peuvent äi cc qu'il me semble, non pas osecutor sana nous lo 
^raiid projet, maifi fori hicn preiidre. naiis nous. Oczakow. 

Toul cc que j'ai vous dit, n'<Jmpeche pas quo si l'occaBion 
8*ea presentoit et si nous le voulions, je croie, que I'Impi^ratrice 
nous aideroit coutre le lioi de Pru^e, mais je crains soulement 

' Die Briefo an Lacjr bei Arnetti. 




169 

qu'elle nc veuÜIe pas attendre ccUo occRsion pour faire quclqnc 
cliosc cuntro les Turt-s. A« reate il est dans la tiatiii'e «les 
choses. qu'cllo nous ecconderu bieii plus efticav«inent, memo 
contre le RoJ de Prusae si la gtierre comnionce pour Oczakow, 
quc si nons Ic ferons commeTicer pour nous at directement 
contre lui. 

L'Empereur n'a paa voulu faire uBiige auprtis de I'Impöra- 
trice do l'ilprit du PrincCj et il mc somblft, quc daiis Ißs cir- 
conslaiices HCtuellts II n'a pas tort. Je ne m'aviserai pa« de 
rien minuter, ou corriger u ce qu'a fait le l*rince, U pourroit 
l'apprendre et ccla est trop acabreux. 

L'Empereur n'a rien dit k l'Impt^ratricc töuchant Roman- 
20W, et m'a inömL; k-rnuigni; n'avüii- pas ete satisfait de sa dcx- 
tcritti dnns raifairo de l'echangG; cela ne .m'ümpüehcra pas du 
fsüre ee que vous me ditcs, d'anlani plus fpie cela iiu^ donnern 
lieu de dire quelques mots en tenue» genäraux au sujct de 
l'id^c do WoronKQw pour Atlopcns. A propos de cela pour- 
quoi ne ra'envoyez-voua pas le Hostcript otttenBible quc je vdus 
aJ dcinand*^ a ce sujet'/ II est tr*Ss cssenticl quc cc M' AI!o|)cus 
ne 8oil puint eii tinjiire, il e»t pruwten «laus Täuie, ol par con- 
8<^qiiRnt il pnurroit y nuirc h noB iiit«''räts. 

Vous connoisaez moo zMc pour Ic service, mon ardeur, 
pourqne tout aiUe bicn, et mon attaeliement pour iiotrc maitre, 
qoi est si pur, que j'aime mieux avoir le inalheur du lui A6- 
pliiire que celui de le troniper Ain»! vous dcvez juger de ra« 
joic de cc que tout a bien etc. 

Je vou» embrasse ete. etc. 



CCXV. 



Joseph an Cobenzl. 

Äpportä [utr la Comt« do Porgea. CltureDu co 16, Juin 1787. 

Mon eher Comte de Cobenzl. Ayant troave ici le Comle 
de Pergen, je Tai arrete pour vous i'eiivoYor en courrier avec 
la lettre ci-jointe k Sa Majcst/i Imjierialc.' nc poiivant quitter 
ses Etats sans ini temoigner encorc la satisfaction quc j'ai eu 
do la revoir et les regrets que je seats de m'en söparer. 





170 

J'ai fait trfts hctircaaement ma conrse }i Kinbnrn, et j'ai 
ete par mer voir assi^s pr('s l'I&lc fortiKe, la flotte turque et 
OtiH^hakow pour m'oii former uno juslo id^n. Jo ne crois pas 
CHstliakow Busceptible d'un cou]) de main, hormis qu'on s'en 
prcparc! les moyens en entri^tenant une intelligonce dans la ville 
meme pour s'astiurer d'unu parte. 

Je parte demain et compte Stre en G jours & Leopol. 
Fiiitea l)ien nies coinplimons aa Princc Pottimkia et an Coiiile 
IJcsborodko, ainBi qn'Ji tous los Messieurs H Damcs de la auite, 
en les priaot de se rcssouvenir de leur caraaradc critneen. Pour 
vous, mein eher Comte, je ne puis assLis vous ropöter, combion 
j'ai f'X^ BiUiHfait Jt cette occasJan dfl votre z&le, imclligfliice et 
activttf^, il m'a p&rn raörae y cntrcvoir qiic vous Ica avit-a vout^a 
en grande partie au Comte de Falkeustein que je pr^fere in« 
finiment k TEnipereur toutes les fois qii'il s'ag'it de scntimens; 
CO dont je vous prie d'etro pcrsnade ainsi qnc de rcatime et 
de l'amitid avcc leaquellea je scrai toujours 

Sig.: Mon cbcr Comte 

Votre trfes affoetionä 
Joseph m. p. 

P. S. Vous trouvere-s ci-joint une lettre pour Lours AI 
toases Imperiales que vous voudrvs leur faire parvenJr par la 
preiuiftre oce&sion, eile ne contient rien qui ne puisso ßtre vu. 

Je V0U8 envoic aussi ce memoire que viont me präsenter 
im negotiant nomm^ Brighenti. Öes projets de commerce parois- 
sanl de natura k y int^resser egalement le Service de S. M. 
rimp«*ratrioe, vous l'appuyerds antAUt que vous lo jugcrt^s k 
propoR. Je lui ai donnä !e privilfege d'tine diligence sur le 
Danube, et il vh d'ici k Consta ntinople pour b'arranger avec le 
Baron Herbert sur sa nouvello entrepräse. 

Quant au bols do uunatniction qu'Ü propi)8e do procurcr 
de la Hongrie, i! souhaiteroit n'avoir nen k faire avec l'Ami- 
rantc de Cbcrson, oü il craint que des caisons d'ioteret per 
sonnet liti avec celui des Polütiuiti qui out aetuellemeul la fourni- 
Iure des bois, ne le fassent eckouer; it pröfereroit donc de 
ponvoir contrac-ter directement k P^tersbourg avec le Prince 
Potemkin; maiE j'iguore s'iJ n'est lui-meme int^ress^ pour les 




L71 



bots de aa teire cn Pnlopne; cependant. commc rien nc presse, 
vous ax6s le tems de vou3 ussurer s'il y tt de la probabilitc 
r|ae ce negociant puisso reusäir. m. p. 

CCXVI. 

Cobeiut ui Xatmiti. 

C'liarkow co 28. Jnin I7H7 n. «U 

Monseignenr. 

Par la demiere lettre quc j'ai eu rhonncur d'nddrcssor h. 
Vutro Altesse du BerisJawl, je n'ai pa^ mariquv do lui reiidru 
«Mimpid dos deriiiors momcnts dn rentrevue de Sa Majeste 
l'Kmpt'reur avec Sa Majeste Tlrap^^ratrice et du depart de notro 
augiiflte maitre poiir Cherson. X'ayant pas el^ dans le cas 
d'oxpediur depuia de courrier h. Sa Majeste rEiupereur il iic 
ra'est res«! quo la voye de la poatc pour faire passer mes tr^s 
Kambles rapport« k Votre Altease, et comme on fait d6}h, passer 
tout ce qui part pour (es pays ^trangers par Moscou et Pöterubourg, 
le pri'iseoi trfes-huinblü rapjxirt ne parviendra que longtcmB aprjis 
ma lettre ci-dessus racnttonneo; teile est la raison de rintervalle 
consideruble de tems entre ce» dcux. trtsdmmbles rapports. 

Monsieur le Comte de Kalkenstein ayant accoinpagnü Sa 
Majestd l'Impiiralriec jiisim'Ji son carosso ä Berißtaw! le liJ. au 
mmtin, cette aoguste soureraine cominon sa route en donnant 
lei marques le» plus evidentes, et de sa vire amitif^ pour Son 
augusto alli'i^ et du plaisir qii'elle avoil uu de Lc voir, et de 
868 regreta de Le quitter. Le raßrae jour au soir pres de Shea- 
teroia noaa troiivÄmos un camp de cavalterie commandö par 
le g^n^ral ea chef Souworow, ayant sous lui I« lieutenant-göneral 
Bibikow et lea gt'Mu'traux-majors Maxtmowicb, Ncranscbiz et 
Schelbiz. Lc corpa conaistoit en cinq r^giments de chevaux- 
legers de fi escadrons chactin et le regiment do dragons de 
Smülunsk de 10 cscadruus faisant un tout 40 escadrons, tons 
parfaitement bleu monti^s et fort beaux en hommcs. Le 14. on 
alla eoucher k Schettaja et le Ifj. Sa Majesti* l'Impc^ratrlcn ar- 
riva en parfaite sunti k Kremenlscliuck, oü cllo »'arreta le lÖ. 
et oü il y eat lc soir bal parä k la cour, oh tontes Ie8 damcs 
eorent l'honneur d'etro presentees ii Sa Majestt?. Iui]H5rialo. Celle 
angiiste souverainc partit lc 17. aprfes dincr pour aller coacher 
k Eobiliaki. 




^ 



172 

En airivant k Cherson Monsieur le Comte de Falkenstein 
uvoit trouve lo Cuiut« do Purgou qiü duvyit vunir mc iV:jyiiitlrf 
ovec mes cquipages, il liii ordonna de s'arreter jusqu'au IG 
aprfts (lincr, oii ü le Ht partir en Kourrier charg«; de sea ordre» 
tTL'S gracieiix ponr moi, qin contcnoinnt iine lettre pour Sa 
Majeelö riiiipöratrice. Lc Comte Je Pergcii ayant fait fort 
lionno diligenc» arriva k Kubitiaki le IB k 6 lieures du uiatin, 
JG me rendis de fort botine henro k la Cour et jo chargcai 
Taide de camp gci»*ral de service, Corale d'Antialt (lc Prince 
Potemkio ayant pri« les dcvanU, et le Comte Besborodko 
ayant aussi (|iiiti<^ la mili^, ponr allur voir iino dn se» terres), 
de prevenir 8n Majcstc l'Imperatrice quc jVtoia chargd d'uno 
lettre pour eile de la part de Monsieur le Comte de Falken- 
stein. Dans la vivo impatienee de recevoir cette lettre, ectte 
ati^stc Bonveraino mc fit cntrer eur lit champ dans son apparte- 
menl avant d'avoir iiieiiio commcnctÜ sa loJIette et me re^-iit 
avee la plus grande bontc, comme porteitr d'une misaive, qui 
lui (5toit dos pluH af:n'alili;s, Ell« me ilomanda dtw mmvollos 
de MunsLcur le Comte de KalkenBtein avec tonte rcxprcssion 
de la pIns vivo amid^ et du plus tendre inleret, et eile ait la 
bonte de rcmarquer avec sa gaietö et son enjoueraent ordinaire, 
quc j'Qtois le prcmicr ambassadcnr, k qui on cut jamais donni^ 
aadicnce en cotillon. Sa Majc3t(5 arriva pour dincr h Pultawa, 
oü eile s'arrÄta lc lendemain 19. Le Comte de Pcrgßn eut 
l'boniieur dt.- lui baiser la main, et d'ötre admis eiisuite ä sa 
table. L'Impi^ratrice nvoit enlendu la messe ce jour Ih, ii un 
couvcnt oü Charles XII avoit plac6 sa principale hattcne, lors- 
qu'il fit le si^ge de Pultawa; en y allant en avoit conduit Sa 
Mujcstä par le churap de batalüe mönic de ta famooso victoirc, 
que Pierre le Grand remporta Bur 1b monarqae suädois, et on 
avoit poäii des soldatt de distancre en distance pour faire voir 
la positioiL et la ligne de l'armeo ruBsü; euL-i Joint au plan lr6g 
exacte que nous avions vu la votUe, et que le g^neral en Chef 
Prince Dolgorouky avoit expliqut^ h. Tlmp^ratritM!, nous avoit 
donne une iSAc fort elaire de cc qni s'<itoit passd dans cettc 
fameuse joomee. 

A 6 heures du suir Sa Majestt^ riiiip^rutricQ se rendtt 
avec toute sa suite an camp commande par le Priuee Dolgo- 
rouky prfes de Pultawa. Sa Blaje^ti^ passa devant lo front de 
tonte la ligne, consistaat en 9 r^menta de chevaux-legers, le 




11» 

r^iment do Petersboarg dmgons. le r^giraent d'Kkntherinos- 
law cuiraseier», 4 liatiiillons cle Krena<licrs, et 4 liatÄilIonfl de 
cliasseurs, le tout furmaul par ct>u8(k|Uoat 70 äscadruns de 
cavallorie et S bataillons d'iQfantcrie. Le Prince Dolgoronki u 
sous lut deux Heutenants-gäneratix Kniking et Lewachow, ec 
quatr« gänt^raux-majurs. L'Iiupei'atrice K'etaat place ensaite 
sous unc tente, toutcs ces trouppca dcJHE&ront dcvant olle et 
allferent se poster poar la manoetivre, Cette manoeuvre cou- 
sista dans ane attaqnc eo face de la tente oii se troaroit Tlni- 
peinU'icü et oii Ton siipposoit etre l'eimemi; t'action comuitinvu 
par des dt^cliat^cs d'artillcrie pendatit lesquolles los troiippcs 
flvnncfercnt en colonnes, elles deployferent ensuite pour former 
la ligne avec autant cle vitessc que d'exactitude; la gaqclie de 
l'anu^e attaquantc deliusqua d'abord la droito de rennemi qui 
dtoit appuyö h un bois; ensuitc rennemi »Stallt siippose ae rd- 
tircr il y eut une chargc de cavallerie cle 54 escadi-ons de 600 
pan de loQgueur. dont les deux cent demiers en pleine carri^re, 
ce qui fut ex^cutt^ k merveille. Les rägimciits do Saint Piilors- 
boai^ et d'Kkatlierinoslaw, les tnemes qui avoient chasai^ t'cn- 
nonii du boiR lo prircnt cnsnitc en flanr en faisant rgateineTit 
une Charge en arriire tres bien extJcutä«, c'est ce qui termina 
la manoeuvre. Les trouppes ont paru }i tous les gcns du m^' 
ü(ir irba bifln öxorcres et süperbes en hommes et en tbevaux. 
L'Imperatrice se remk ensiute en caroase et rctouma tonte 
Beule k ]a cour, nous restämes tous au camp oii U y «Qt un 
tr^s granci suupur. 

Sa MajcBtt^ Imperiale voulant dönnor une marqne i^-cla- 
tante de sa satisfaction des Services importants du Prince 
Puteuikiii lui a doiine le sumom de Taurinsky en memoire et 
de la manl^rc dont il a cxc-cuti^ la j't^uniun du la Criiuöe k 
l'empire de Russie, et de tout ce qu'il a fnit dans los deus 
gonvemGincns d'Ekatborinofilaw et de Taurido depuis qfi'il en 
est Charge, aitisi que du pied sur iL-qnel il a mia l'armee russe. 
A oettti gräce si Batteuse et si dtstingudc, a ätc Joint oncorc 
un pri5scnt de cenl mille roubles. 

II est certain que lors de la prise de possessioa de la 
Crim^e, le prince a parfaitement suivi rintoiition do sa souvu- 
raine que cettc up^ratidn a'executa sans la moindtL' cffusion de 
sang, CG qui nc laissoit pns d'avoir sea dll'^icultös. Il est pro- 
digionx ce qu'il h fait eu ai puu du tcuw ü Cliursun et k äe- 





174 

tastiopol ftinai que dan» les autres parties de 8on gouveme- 
ment. Les cliuagoiuens uL lu» augmuntutionii consid^rablcs, fiu'il 
a fait dans rarm<^e avec autant d'intclli^cnco quß d'activitf^ sunt 
du plus grand avantage ponr la Russie, les 30.000 hommes de 
chasActirs cju'il a <^rig«* forinevont un corps d'infanterie legtro, 
qui rciidm U l'anuöe nisso les inömcs servieea, que mms re- 
oerons de la part de nos croates. Les chcvaux-legcrs, qu'il a 
snbstitttä auK houzards et aux piqneniers formcnt un corps tont 
k la fois süperbe et tr^ utile. L'ölite de rinfaDterie russe va 
former k präsent loa 40.U00 hommes de grenadiers. Le tont 
cnsemble met Tann^e sur nn picd cncore plus respcctable que 
colui, oü ello ^toit penciant la dernterc guerre avet-. In Porte, 
Qix oUe a cepoiidftiit rempoilö des uvuutages auissi cunsid^ 
rables. 

Le g*^ni?ral en chef Prince George Dolgorouky comman- 
dant le eaiiip prös de Pultawa, militaire Irus distinguii par ses 
Services actnels que par ceux qu^U a rendu dans rArchipel 
pendant la dernifei*e guerre, a ete nomiHL^ par Tlmpöratricc 
seeord Heute nant-colonel du reginient des gardcs de Preobra- 
czinski. Les gouverueur» d'Ek:itlierino8law, et de Tauride out 
re^u chacun nOO paysans dana la Rueaie blanche, il y a eu 
des petites croix de Saint Wolodimii* distribu^s hux cmploy^ 
qct se Bont le plus diätingud, ainsi que des prt^scnts de toute 
esp^ce pour ceux qui ont eu quelque pai-t atix arrangementa 
du voyagej j'ai vu porter quatre caisses de boctes, inontres et 
autres bijonic pareils destinds k ect usago che» le prince Potcm- 
kin. Tant oii entraiit qu'en sortanl de Pultawa, outi-e l'escorte 
ordioaire de la noblesse et des empIoy<;8 du gouvernement. S» 
Majesti't a <';t(^ iiceouipagin^; de la geu^ralile et de tout le eei-ps 
des officiers du camp. 

Le 90. Sa Majeste se rendit h Constantinogrod et !e 21. 
eile arriva k Charkow. Ce gouveraement etant uii de plus 
poupleg de la RTissic, et le tcrrobi comraen^nt iiiömc k uian- 
quer k la quantit^ de brns, rimp<^rntrii-e a pris )a n^solution 
de le confier au Prince Potcnikin, et de le joindre par Ik an 
gouvernement d'Kkuthcrinuslaw et de Taundc; succcssiveiuent 
on tmnsportera ce qu'il y a trop ici en liomines dans lea steppe» 
du gonvemement d'Kkaterinoslaw, oii le tcrrein est exccllunt, 
et oü il n'a besoin que d'ütre cuhiv<5. Monsieur de Cliertkow 
gouveroeur g<ineral de Worooesch et de Charkow sera d^dom- 



I 



175 



magö de la parte de ce deniier gouvornem«iit par celui de 
•Saratow, dont Ic ^('tnüral Paul Poionikiii est charg^ et dont 
Ics occupations, qac lui donnent l'Astraccan et le Caucase, no 
lui laUsent pas le tems de s'occupcr autant, qu'U le faudroit. 

Avant d'arrivor k la ville de Charkow, nous avons trouvö 
rnn^ sur la mute onze mille reenits deBtin^s pour la division 
dn Prince Potemktn, cc sont tous des jounfia gens de taillc 
fort eleväe et devaiit faire d'excollenla sotdats. 

A Kretnentschuck le Prince de Nassau a pris cong^ de 
Sa Majeste rirnf»eratricu pniir retoiirner k Varsovie. A Pullawa 
Ic prand gdneral de Pologne, Cotute Branizky et son dpouae 
out i^'galemeut prU conge de Sa Majeste pour s'en retourner k 
Uialloezerkiew, l'Iuipürutrice a dunnii titie fort belle bagne avec 
son Portrait hu grand g('n(;ral. 

Le Prince Potemkin oceupe de diflfi^rens objets tr&s im- 
portants dans se» gouvernemene se propose de a'y nrreter en- 
coro (juelquu teiiiK, et prcudra dcmoin con^iS de Sa Majeatä 
Imperiale. II commeaeera par visiter son nouveau gouverne- 
ment de Charkow, et pnsscra cnsuite dana ccux d'IÜkatcriTios- 
law et de Taurldc, il so propose d'aller voir cu iiieuie teins 
sa nouvelle terre en Pologne. II ne prend personne avec lui 
pour Taccompagner dans ces voyagca, que les gouvemeurs qai 
sont aoua ses ordrcs. 

Ce 8oir il y a bal par^ oü toutes les damea de cette pro- 
vince, oii il y a beaueoup de iioblussti, auruut l'buutieur d'etre 
pr^ontii il rimp(5ratrice. 

En arrivant k Charkow Sa Majeste Imperiale a en la 
satisfactioii de rencontrer le CouUu Tol&toi ofBcier aux gardes, 
qui tni a apportd fagrcablc nouvelle de I'hourouse arriväo da 
Leurs Altesses Imperiales les Graiids-Dncs Alexandre et Con- 
atantin ä Moscou en parfaite sant('-. 

Voila donc ce fameux voyage & Cherson et par la Crimee 
beureuseinent tenuiui^, inalgr^« toua les prognostiques par les- 
qtiels on vouioit en detourner Sa Majestä Tlmpdratnce. Je puis 
avoir rhonneur d'assurer Votre Altease que cette auguste sou- 
veraino a fait preuve k cette occasion de aa bonae sante et 
de son cxccllente Constitution; eile n'a pas 6t6 incomuiodiJo uii 
Beul jour. et n'a pas cesse d'ßtre de celte amahilih!, de cette 
gaict^ charmante qui fuit lo bonhcur de tous ceax qui sont 





176 

autottr (i'cito, Oulre le plaisir, qii'etle n dproave k rentrevne 
avec Sa Maje8t<^ l'Empercur, elic- a vXe trfes aise de voir par 
die m^me les nouvtjaax ^a-ys, qu'elle a ajoute uu vastv Empire 
de Kassie. Quand on a vn Boi-m6me Vital actuci des fron- 
b'&res, et cju'on le compare avec celui iiui exietoit boub Ich rigites 
pr^cMeQts, oü rien ne pouvoit mettre la liat^sk' h, l'abri des 
incursions dos Tartaros, on voit quols avantages immenses la 
paix de Kainardctii, et raquisidon <lß la Criiuee ont assurö k 
cette puisaance, et combien tont ce qii'a fait Catherine II eat 
glorieiuc. Tel a dte l'heureux fruit de renouvellemenl de l'al- 
liaiine dea deiix Cour» Tinpi'triulcs, qui a rcndu h la Kussie sob 
v^riCablcs alli^s natu reis. 

Autaiit le voyagQ, que j'ai le bonlieur de faire ii la sviito 
de rimp^ratrice, est interessant et instruetLf par tout co qu'il 
mo mct dan« Ift ras Av. voir, autant il est agn'ablo par la vie 
delicieuae, que je niene; il est inipossiUe d'etre plus Jiiniable, 
plus gaic, plus instroito, qae rimp^r&trice et por cons^qu^nt, 
quand on a I« bouhcur d'fitre de 8» socidlti, tont a la fnis on 
rit, on s'aniuac, et on apprend. Dcpuis Ic ddpart de Monsieur 
le Comte de Falkenstein i'ai eu I'bnnneur d'ßtre toas lee joars 
dans le carrosse de TlmptVatrice. Lorsqu'elle se sert de sa 
voituro fcrm(!e ii ß places, Sa Majofitö y fait nntrer la Coratesse 
Branizka o.t dcpuis aon dt^part la ComtcsBc .Skavronsky, le 
grund clianibellau Schouwalow, le Prince de I^i^ne, le gön^ral 
Mamonow et moi. On voyage souvent dans uue cal^che h 8 
places, et alors on prcnd de plus Messinarfl de Scgur et do 
Fitzlierbert. Quand le Prince Potcmkin ne prcnoit pas Ics dc- 
vnnts, il occupoit la place du grand chamboilan Scliouwalow. 
Hier les äquipagos de l'Iiiipi^ratrico arriviTiüit fori lard? Sa 
Majpstii Impririßlc Atant dh^hahWic fit cntrcr dana sa chambre 
il coucher lu Princ« Poteiukin, le göaeral Mamonow, le grand 
chnmbellan, le gt^.neral Anbalt et moi. on resta jusqu'Ji 11 lieures 
du soir h. cauKor; 8a Maje^t^ Tut d'unc gaiotd nbarmantc, et 
c'tSloit nne 8oir<:e di^licicnse. 

Je coDOois vos bontds pour moi,, raoo Prince, et le tendrti 
int^ret que vous pronea J» ce qui me conceme, j'ai cru dcvoir 
entrcr dans Ica di^tails de tont Tagn^mcnt do ma position. Ccat 
k vouB, que j'en suis rc^dcvablc puisque c'est ii vous, que jo 
doit et le postc que j'occupe, et toul ce qui m'est jamais ar* 
rivä d'buureux. Cunlinutjs moi toujüurä ces mGmca bontc^s et 



I 




le Sl. Jaillet 1787. 

Mon eher Comte de Cobenzl. C'est pour donnor pnrt K 
L'Imp(5ratricc de inon hciireiix rctotir h. Viennc, quft j'exp<*-die 
ce courrier.' 

J'ai fait Ic trajct depuis Clicrson jusqu'ä Ldopol jiar le 
Tionveau chemin le lon;^ du Bog* cn joure commodcmcnt, et 
jo n'cn ai mis qiic 4 de Leopol n Vicnne. 

Vous verr^ par la copie ci-joiotB de nia lettre k Tlm- 
pi^ratriee tout ce que je luj rfcne touclmnt la maüieunmse »ffaire 
des Pa'w-Bae, qui a pris un degres de forcc et d'inaolence h 
laquellc ricn n'approche. Je crois que le Prince de RaiinitK 
vous en mettra lui fait plus cti df^tuil. 

Sans me dfishoaorcr publiqacment, je n'auroiß jaraaiB pu 
rati6er, ec qiie le 30 May les Etats ont arrache de conreßsion 
k Lettre Alteaaes Royales. Tout le iiionde, san» excepter pcr- 
soiino 3h bas et ici, ötoit pour ce partt Ih, et t! n'y a que la 
voix de riionneur ßt de la consideration do niun ät»t, que ricii 
n'a pu <?touffer etans mon ame, qui m'a fait prcndre le parti 
d'appeller ici Leurs Alteeaes Royales et les deput^s des Etats; 
s'il» viennent, LI y a cncore un lueur d'espoir, mais a'iJa s'y 
refuttciit, tout est dit, et je marcho avec l'armÄe en personne 
aoamcttre des sujetn rebellcs. 

C'cKt le momciit oh rimpi^ratricc, ot oü la Kassie peut 
et doit me temui^ncr sa rocontiuissatice de tout co qiie j'ai fait 
dans l'occasion pour ollo, en donnant les plus fortes assarauces, 



> Arnttth, I. c. Kr. CXLVI. p. 2U. 

Fem««, if. AUh. ita.i,nr. 



ts 



3 



178 

i|ue ei quulquQ pui&aauce ätraag&re Toulut s'eu moler directe- 
ment ou mdircctement^ diu üpouäurüit ma cause et mu ppH»- 
roit Ich secours d'iiii vriii allie. 

Je no puis pos Tous Aire, mon eher Oomtc, combien je 
suis affect^ el Lonteux, que «le moii tems il soit arrivö un 
övAn«ment pureil; mais aanai it tülluit JuBteinent lu cumbinaiuuii, 
qn'on profität Ar mon abannt-ü pour qii'on all pu tont üser, et 
qae des miserables gcns en place aieiit pu tant c^dcr saos faire 
ancune disposition. 

Adieu, muD eher Coiute, je ne puis pas voud on dire 
davantage, et vous laiasc penser toat Ic reste de l'^tat violent 
et des peines dans lesi^uelles je me irouve. 

Je suis avec ttiu» Ins sentimeiis d'ostiine et d'aiiiilitj 

Big.: Moa eher Comte 

Votro iriis aflectiouä 
Joseph m. p. 

Je vous joints ic! eu copie la Declaratioii on datc du 
30. Mai que les Ktats de lirabaiit üot ariraulie ti LL. AA. ICK., 
la röponse quo je vioiis de fairo aux memus ElAts sur la v6- 
prt^scDtation qu'ils m'ont fait paiTenir directenient par un ex- 
prfe», et le nombre de baiaillou» et escÄdroDs que j'ai ordonn^ 
de H'BpprouIier de la fronticSre pour marcher aux PaTs-baä si la 
necessili^ l'esif^o; afin ipu: vous puisaii'a uiontrer cob pi&ccs h. 
I'lmpäratrice, si eile diiäir<-' de le» voir sur ce que je lul en 
parle daus ma lettre (üigmh.) adieu. 

ccxvm. 



Kaunitz am Cobenzl. 



»vu par FottyoDdy 
1« 21- Juillot 1787. 



Vionn« lo t>, Jiiiltct 1787. 



L'Empereur veut donnor une nouvelle marquc d'attention 
et de bonnc aniitit' h. rimpc^ratrtce, en vous depecliant ce cour- 
rior, pour lul uotitier bou heureux retour, et l'envoy de oe 
eourrier va remettre notrc correspoiidancc dans suii train ordi- 
iiaire. Je vous uiande li ectte oL-cusion tout ce quj pcut ßtro 
utile que vuuü »achiez, et cntrc autreü le facheux 6ta.l des 




179 



choses Anns nos Pays-bas, soit parcoque toat an moine il en 
coulera des millions k l'Einperear pr^paratifs de guerre, et bien 
d'uutxL'« avbc, tsi mullmuruuäeuient falluit la rüaÜser. indüpen- 
dcmmcnt du mallioar d'allcr devoir veraer Ic sang de seB 
propres Böjets; lesquels d'une fn^on repr^hensiblc snns doute, 
niais au fond <:epetid»nt ne demandent rieu que de juste, c'est 
k dirc Ic niaintieii de la Constitution et du contral social, qni 
les a r6Qdu!ü aiijets do la maison d'Aulrichc, et le tont pour 
ftvoir votilu tout rcfondrc et totit changcr par le ,8ic volo, sie 
jubeo*, au licu de »'enteudre avec eux aar ce, qii'on voiiloit, 
et de sc prßter k des formeB et h des di^noiiiinationSr aux- 
qnelles la natlon tient prcsqu'encore plus qu'anx cboses m^mes. 

J'ai fait et ccrit l'impoÄsible pour pft^veoir ]e& maIhRura, 
que plus oa moins on ne peut jjIus äviter; niais malhuureuso- 
inent »ans sacct«, et il s'en est auivi ce qui est arnv^ k TEm- 
pereur dopuis qu'il exifite, toiitos les foia f^u'il a voulu fnire sans 
me demander mon avis ou coutr« mon opinion. Dien Teuille 
qu'U nie reussiase de tirer encorc eette fois-ei la Charctle du 
Bourljtur, comnie j'ai eu le bonlieur de parvenir ä lo faire jns- 
qn'ici dana tant d'autrcs occasions decisivcR. 

Selon c« que j'ai pu öu appieiidre avaut et depuU le re- 
tour de l'Einpcreur, il me semble quo l'entrcvue au raoins n'a 
pas fait de am). J'ignore ä'il vouh a cotnnuiniquft un eertaln 
papier d'obBcrvations, snr Ic sistfeme des ADianccs des dcnx 
Cours Imp'"" que je lui ai fait et donue avant son depart, pour 
n'etre remis Ji riuipöratrieo (|ue la veille du jour ou le jour 
m^nie, auquel il la quittcroit. Mandoz-nioi, oui ou non, pour 
ma direetion. 

Vous lu'avex tres fort obligd en pren;mt la pcine de 
m't^crire tout co quo contenoieiit vos petits in quarto pendant 
votre voyage, j'ai senti tont Je prix de cctto attention bien obli- 
goante de votvc part, et je vous en remercie de tout aiao 
coeur. Aiuieii moi tuujours un peu, et soyez persuude quo vous 
le derej!, car je vous aimc toujours beaucoup et suis bien cor- 
dialoment 

Sig.: Tout a Voas m. p. 

P. S. Dans des niomcuts de lotsir, j'ai fait un pctit 
ouvrage, dont l'idde a le nierite d'etre nu moius neuvo et ori- 
ginale. II est plus inU^reasaut puur ]'lmpL*ratnce de toutcs les 





180 

KaBSies qne ])Our porsonne, et n^ellement je n'ai pris la pnine 
de Ic faire, quo parcequc je m'inti^rcssc! trim particnlicrciiient 
h sa glüirc. 

Ea voici le titre: 

fProposilion d'un ärrangement. qui assareroJt i. tous cgux 
qni l'ftdopteroiont \o. tronquillß joniaaancc de In libcrtc iHiraitöc 
de leur nSTigation, et de leur commerce, lorsqu'iU bc trottveroni 
neatres en teius de guerr» mantime, et la certitude de D'avoir 
rieii k apprelieiidcr de coritraire ü leurs iiitiir&te, lorsqu'ils 
scroient du nombre des nationB belligcrantos.' 

PersonDö ae la vu jusqu'k presient, et j'en ferois volon- 

tiers l'liommage k cette grande l*riacijs»e, si j'etoiit isür que 

cela lui Hora a^dable. Si vou» troavez roccaaion, parJfiz eti U 

l'Impäratricc eHe-m^me, et cd ce cas je me ferai an plaisir de 

V0U8 IVnvoyer poiir lui Hrc. remis, par Ic prcroier coiirrißr que 

je väuu di)puclier&i. 

Ut in Litteria 

Sig.: Katinitz K. m. p, 

P. S. Je nc vois aucun inconvi^nient ^ ce que voas lais- 
äiez liru k rimpt-Vatrice, ou que vous lui donniez copie de mon 
Postscript, morqu«^ an crayon de [a lettre A mnis je von» 
avoue que je ne me soucie paa d'envoyer mon ouvrage, h 
moins que l'Tmpt^rfttrice n'aye bion envie de le voir et que je 
ne 8018 sür, qu'elle m'en äaura gre, comme effectivement eile 
le devroit, parcequc si mon id^e s'ex^ciiite, ainsi que je ne voia 
rien qoi doive e'y opposer, je lui aurai rcndu Timportant Ser- 
vice d'avoir ri^usai enfin h faire ce que ni eile ni pcrsonnc n'a 

pu jusqu'ici. oncore uue fola 

Ut in Litterie 

OtigiaMl. Sig.: K. K. 

CCXIX. 

Philipp Cobenzl an tndwig Cobenzl. 

ft.Jnm«! 1787. 

— Je ne pnis rion vona diro en politiqne aujuurd'hui cl 
m^me ce que la dep^bc contient, est une simple ap^culntiun 
sur Ics eoutenus de vos rapports, car l'Eiupcreur ne nous a 



I 



181 



paB dit jnBqu'ici iin seul potit mot nur son voyagc ot sur l'ontrc- 
vuc. On u'a parli> jiisqii'ici que Paysbas, oü les nffnirca sont 
daua la plus violeute crise. En attendant ce qae von« nous 
avez umrquä de Chersoo me d^pUtt tr^s fort, je croU boane- 
inonl quo CaÜicrinft sc g'aasBc du nous, et qu'elle nons pn^.pare 
encore des seines egales h, cellc de la Crim^e, rons remp^chercs 
bien difficUement par votre «loquence, mau si ce!a doU arriver, 
tachez du inoins d'^tro bicii Eur vos gardcK pour ne pas dtrc 
joue, et que vob rappOTts soieut ti.ds qii'on ne puisse pas vouB 
rapprocher d'avoir 6tv diipc; ear entin pour toua los maux il 
y a des rem^des plus ou moins nfticaces, pourvuc! qu'on eu soit 
averli Ji tfims et qu'on pnisflo prendro un parti. Jtiequ'ici d'aprfea 
ce qu'on voit et entend, combine avec ta conduite que noua 
tenons depuis ]e prcmier voyage de IRmpereur k P^terebourg, 
lüutes Ics appariDnvub sont telles (|ue nous no fataons qu'aiguiaer 
le couteau qu'on cinploycra un jour pour nous chalrer. Fuisseiit 
mca craintes etre vainos! J'attends avec bien de l'impatiencc 
les premiires nouvelles que vous puurrez me douner en parti- 
uulier par voyc sfire, k l'ögard de tout uc qui s'est passe et 
uomuömunt pour ce qui regardu Uurbort. 



ccxx. 

Cobenil an Kaauitz. 

Kolomfliiitkl CO &. Jiilllet 1787 n. sk 

Monseigueur. 

l'ar mon dernier trfes-liumble rapport datee de Charkow 
du iJ2. Juin, j'ai <;u Thoiuieur d'iutormer Vntru Alless« de l'ar 
rivd du comte de Fergen k Kobiliaki, de la mnnifere dont j'ai 
cu lo bonhftur de rcnicttre h. l'Impt^ratrice la lettre que M'^ le 
Comte de Falkensleiu lui a addni.'ise encore de Cbenson, du 
plaisir, que cette auguBtc souvci'ainQ en a rosBontir ot de la 
6uito do notre voyage jusqn'Ji Charkow. Peu de jours apr^s 
cette auguat« souveraine me fit remettre ane lettre pour Sa 
Majestf^ l'Kmpereur, mais ayant manqui- jusqu'iin d'occasiou 
pour la Lui faire pai-venir et «Itant d'ailSeiirs infornni que cettc 
lettre ne contient lifm de prpssi*, mais senicment la r^ponse de 
rimpäratrice k ccIle, dont j'ai eu le boubeur d'etre le porteuTj 





189 

je Tai gardf} juequ'ä co moment-cj, je profite des premiers mo- 
ments de notre st^jour h. Moscoii poiir l'envoyer k Sa Slajeat^ 
l'Kmporüur par la ]J08tü d'aujourd'hui. 

Je m'cTDpresflc d'annoncer h Votrc Altesse par la m^me 
occMion la nouvelle de l'heureuse aniv^e de su Majustt; I'Im- 
pdratricc k Kolomeoäki, maison de campagnc situtk; k 10. v<!Tstcs 
do Moscon. Lo Toyogc a continu«^ d'ntrp tont aiissi agreablc 
et tnut «11881 hcnreux, (ju'il avoil comniencö, Kn arrivant prts 
de Kursk le gün^ral Kamenski a reyu rimpöratrice h lu löte 
do deux batuillons do grenadter» et deux bataillonB de cbas- 
Bccrs nouvellement fornn^s. Sa Majcate Imp'" n'a pas fait de 
söjour dans cettc eapitale de gouverneiueut, et aprim y avoir 
dioer lu lendemaiii du scn urnv^u, cLIu a cüiitiutiO t>a route vers 
Orel. Le mömc gi^nt^ral Kamenski, qtit conimando ilgabiuient 
dans CO gouvernement, a reju cette nugiisto souvcraine h la 
tete d'ane ti'ouppe pareille a celle qui se Iroiivoit k Kursk. La 
noblease do la ville a. cxäuutä la soirnie dn juur, c^iiu Sa Ma- 
jcstt! s'iist aiT4^l(5 h OrcJ un spcetaclo de socidtö quo Sa MaJcBtd 
ji boTior<5 de sä prdscnce. 

A Tula rimp^ratrice a vu l'ai-HOQal de fusiU, pistolets, 
öpäcB et sabres, dnnt on vonoit do tii-er iin a«»nrtiinent pour 
50/m bümmcs, et qui cependant tUoit encore bien fourni, et 
pouvoit avoir de quoi suffir OTicore k 40/m liommos. Lc Icndc- 
luaiu I'Imp^raü-ice a vu la fabrique qui üutre tout ce qui est 
neeessaire aus armes fait cncore des ouvrages d'ncicr lus plus 
tinea et lea mieux travaill<?s possil>ki.s. Lea ouvrieni ont eu 
l'honneur de präsenter k rimpöratrlcc aoe toilette en acier; sa 
Maje»tö a orduiim' de prendru pour son eouipto tous les ouvrages 
qui Bo trouvoient iaits, et doDt la vente pourruit ötre difltcilo, 
en Mite, qa'en tont eile aura arhet«^ pour envlron 30/m. Cette 
auguste souTcraine a lait la gnicc de donner a cbaeun de nous, 
qui avons pu l'bounuur de l'ac com pagner k cette fabrique, uoe 
fort helle ep^o. 

Sa Majest^ « paru trits satiafaite de la maniere dont ses 
ordros oiit Ötö cxöcutca dans les gouvemeuienta de Kurak, 
d'Orel et de Tula, et les gouverneura do ces deux premäer» 
gouvemements ont eu la croix do Saint Wladimir secondc 
clusse. 

Hier en arrivant iei Sa Majest^ » dine k Dubrowitz lerrc 
du Princc Potemkin. A 15 verstos de Kolomenski uou» avons 



J 



183 



tronr* les GwiTids-Thics AleTimtlre et Uonnliiiitin qin vnnoipi 
ä !a rencontrc de Sa M** Imperiale. Kien n'ötoit pIns inU^res- 
sant, et mtiiiie plus toucliuiit, que le plaisir röciproqoe qa'oiit 
<^]]rouvö CCS augaatcB personncs h. se r<^voir. Los Grands-Dues 
ont volc vcrs Icur (itiguale grand-rnire avnc reinpressoraont lo 
plus vif, et tous leure (.Iwcoor» l<;inoignoient la joie extreme, 
qu'ils svoient t\e la reroir. Dit prcmier moment Us ('toient avec 
oUe Bur l'flDcipn pied de confiance, et d'atlaolurmeiit filial. qu'ftlJe 
a 99a Icitr inspii-er par \f.R soins qu'ellc preud do Icur edu- 
cation. 

Sa Majesti^ l'Impöratrice coiupte se reposer n-i, judqn'aiix 
fßtes de I'aveoeiöent au tlimnc, et de Saint Pierro et Paul, qui 
seront c^lebrds ii Moscou «l pour lesqucUes die ira. loger au 
Krcmlin, do \k die sc rcndra au chat€au de PctrowsUi, (jü eile 
sc reposcrn ögnipment quelques jours, et pnrtira vers le 15 on 
16 pooj- l'^tersbourg. 

Pendant tout« la durtie da voyage oü j'ai toujours en lu 
bonheur d'^tre dans le carrosse de Sa Majest*^, j'ai eii des 
occasious conlinuelles de me convaincrc de plus on plus, quo 
ccttc sflcondc euLrevue ciitro Sa Majestd rKiiiperem' et uetl« 
angustc Bouveraine a prodnit le mfimc efFet sur tous les deux, 
celui de cimenter plus ^troitetnent que jamais la vive amilic' 
persDuelle qui hs uiiit. Jo pui» assuror, quc rituperatnc(> rend 
bicn sincftremcnt » Sa Majest»^ l'Knipereur les sentimens dwnl 
H est pi^netre pour Elle. Sa Majestd Imperiale a daigni^ nio 
cominuniquer journelltjnient «lle-iiiiim« toutcs Ics iiouvelles qui 
lui vcnoient des Puyß-lia», et de tout ce que se permettent 
ICB lualheureux habiiaiits de uette conträe dans lear triste 
avcuglemerit. 

Je puis assui'cr Votre Altesse que l'IrapiSratrice ressent 
cot (Svdticment comme ai la chose arrivoit k elle-nieiiie, eläo 
attend avee la plus vive impatienee d'appi*endrc les dispo&itlons 
quo fera Sa Majeste l'Knipereur, Intimimeiit persuad^e d'avance 
qu'elles seroitt pnrfaitement analogues & Sa sogesse, k Sa fer- 
metd et h l'ätendne de Ses lumiferes. 

Le Prinee George Dolgonmky cn devenant Heuteiiant- 
colonel du rögiment de Freobraczinsky a laiasd la place dn 
premier major de ce meine i-egiment vacante. Sa Majeste en 
« dispoß^ en faveur du geufSral Maimonow. 






CCXXI. 

CobenzI an Kannttz. 

Mu*i;n.u ce IS Juillei 1787. 
Monsüignenr! 
J'ai eu l'bonneur de rcndrc comptc i Votre Altcssu d« 
riicurensc arriT^e de Sa Majestö rimperalnco k Koloraonekoy 
on parfjütc sant^. Sa Majcstö Imp''' y a passi; Ics jonrndes du 
24, 2b et 26, pcndant ce tems Ih. eile s'esl rondue ä Zariäin, 
et s'est promenee dans te süperbe jardiu, qu'elle y a fait faire, 
le 27 Juin/H Juillet Sa Majeste Imp''^ a fait son ontn-c dans la 
villo de Moseoii, cette auguste siiouviarame ^toit seulc dans son 
earosse avec Ita Granda-Duca Al<?xaiidrc et Cünstantin, la cor- 
t4go etoit saDS doule des plus brillauts, mtü» beiiucoup moins 
par la suite numbrcasQ de I'Iwip^ratrice, que par la foule in- 
nonibralile du peuple, qiii bordoii li* nies ei ontouroit le car- 
rosso de Sa MajcsUi, et qui t<^moignoU la joic la plus grande 
de voir Icur bicnfaltrice, Ics feii6tres litoJcnt plchies do inondc, 
partout, oü on avoit pu placer des gradins les places etoicot 
Rchet^es aux prix les plns haut«. Kn un mot il nc manquoit 
rien de lout ce qui pouvoit rendre ce spectacle süperbe et iu- 
tärcssant. Si Catherine II. se montre en toutes occasions la 
raferc de son peuplc, c'est aussi, eorarao teile, qu'idle vsl re^'ue 
partout oä eile daignc rc faire voir. Sa Maj** et LL. AA. 1. 
sunt descendu au Krcmlin, oü eltes out ete re^u par rArcIie- 
vj^quo Piaton qui a fait unc courtc harangu«, au moment oü 
ces aug:ii8te8 personnes entroient dans l'egbse a celobrä le Ser- 
vice divin, et aprös a fait un aermon aualogue Ji la circonstance. 
Lee damcs des prcmibres classes ae tiouvoienl rasaembi^es 
dans l'dglise; on s'est rendu ensuite a. la niaison du goaverne- 
ment g»'-D^ral batti autrcfois par Ic maröchal de Czeroiezew, et 



Ä 



185 

aofaetie apr^e sa mort par la coitr pour lo logcmont des ffou 
verneuTB gän^raux. mais que le gouvemcur d'aujourd'bni M"" 
do Yoro|ilttii ii'haljitu \inn, n'aynnt piis voulii qiiitter la siennc. 
Cette maison s'est trouv<^e asscz ß^ndc pour \oger tr^ com- 
raodement, rimpöratrice, les Grands-Duca et nous toua qui 
avons l'houneur d'etre de lenr euile, ce qoi trauroit pns 6t6 
possiblc au Krenilin, oi'i Sa Majcsif'; ronloit lugcr d'abortl. II 
y a cn graadc table k la Ooiir, et le soir toutfts los porsonue« 
qui ont les entr^es, oot eu rhunneur de faire leur cour k L'Im- 
peratrice. 

Le lendemain, anniversairc du jour de l'avf^ncmcnt au 
throne, Sa Majesti^ Iiiip'" s'est rendue au Kremlin et y a assUt*? 
au Bervicu diviu. L'ArchSvequc Flatoii a pronone^ un sermon 
qu'on aaaure avoir 6ti trfea lUoquont, apr^s la messt; Sa Maj<»tä 
s'est rendu dans Ics sallca du Krcmlin oii toutes les prcmi^rcs 
ciasses en houimeti oiit eu L'honneiir de baiser la maiu. II y a 
un suitc grande dinor k la Cour et le soir bal pai^ au Kroiiilin 
pour toutos les huits clnsaes, auxquela Sa Majeett' TlmpdratricG 
et LL. AA. I. ont assistö. Le 29/10 föte de Sainl Pierre, Sa 
Majestö et LI<. AA. I. ee rendireut i5galement au Kremliti et 
pendtint lo scrvinc divin au monicnt, oii suivant Iß rite gree, Ic 
Diacrc dit loa priores pour l'arclieveque, Sa Majestf^ lui a fait 
yrdonner de proclamer Piaton Metropolite, ^vi^nement, tout h 
fait iiiattcndu pour lui, au poliit, que dans le premier moment 
il a cru, que c'dtoit unc erreur du Diacre. Apr&s le grand 
ditier ordinaire ä la cour, le soir il y a cu hal masquc k la 
salle du Club, que la nübleftse a fait batir, unc des plus belies, 
ut plus conimodcs pour cc k quoi eile est activ<5e quo j'aic cn- 
core vu, sept millc masques se soiit irouv^ k eelte f&te. L'IiQ- 
pöratricc ayant «raint le chaud oxtr*'mc qu'il y a faisoit n'a 
pas vüulu y assister, et nous uvons cu l'honneur et le bonheur 
de paascr la soir^c avcc eile en petite couiite. 

II vient de [laroitro une ordoiinanc»^ coneernant los gräces, 
que Sa Maj'" rimptSratricc accordc k la ville de Moseou, dont 
la pr^ambule est h ce que I'on m'assure, fait do main de maitre. 
J'auriii l'hunnuur d'en eiivoyer k Votru Altesai; unu tvaduetion 
äha mon retour h Pdtcrsbonrg, ccs prAcoa concertient surtout 
le peuple auquel on fait reniise de tont ce, qui ^toit du cd 
contributioD encore avaut 1770, et püur tout oe qui est du de 
76 jusqu'it fSC on accorde iJO ans de terme. 




il 



186 

Hier Sa Maj'* riraperatripe a fait I'l-ionneur au Comte 
ScIiereiDctew de üb i*en<lre ü sn inaltiuti dv. Kamyiiignu de Uous- 
kowa Vera les hcnms du soir, et eile a asslstd k nn spectacle 
donn«' par Ics actcurs et dnnseura et un orchcstre k scs gugcs, 
on ft jooe l'opera de Gretry, les mariageR Sammtefl »vec tout 
son Bpcctacle, eu langue rustse, l'orchfistre est excellent, Icb 
chantenrs fort bon, et on nc ponvoit ricn ajoutcr ä la Ueaut«^ 
de» decorfttioii», des hahits et de la pompe du spectacle. Sa 
>Iajcstö est i-otoiirnö eo suite au chaleau du Comte Scbereme- 
lew, et spr^ le jeu, eile a bioii touIu se mettro h table, et 
qiio!r|T3C il lui arrivc rar^mont de veiller, eile n'eat rentree chcz 
e)l« ({u'apr^ une heure du matin. 

Tout Ig jurdin ätoit illuiiünä, et U y avoit une afHucuoc 
de mordn pmdigieuse. Fwt frate »*tnit uno des plus belle» qu'iin 
particulicr puisac donner. Sa Maj" Imp'" qui distingue particu- 
lij^rvuicut lu coratc de ScbcromoteWj le »eifriieur le plus riebe 
de l'einpirc, Va eoinblö de bontös par tout ci^ ipi'elle a bieri 
vouln lui dire d'obligeant, et par la inanii?re dont eile a t4^raoign(5 
se plairc chez lui. II e»l h. reiuarquer quo la nuit en revenant 
le cbcmin t^toit bord^ de voitures, et les rues pteines du monde 
pour voir passer rimp^ratriee, comnie si cVtnh en plein jour. 
<>n nc lai.sso «kibapper aucunc occattion pour jouir du bonlicur 
de rotr cette ado'rablo souverainc. Aujourd'liui toute ta cour 
part pour le cbateau de Petrowsky. oü on rostcra jmjtpi'nu 
inoment de se inettre en route pour IVtersboiirg. 

Sa Majeste i'Irapt'rutrice a nommöe demoiselle» d'honncur 
de sa cour, deux des soeurs du gi'-ni'iral Maimonow, eile a 
doun<^ le rang de capitaia des gardes au fils du comte Ales! 
Urlow. 

Eo me recomuiandaut k la continuation des bontds de 
Votro AlLerao j'ai l'bouneur d'ftrc 

de Vulre Altesae 

lo trJisdiumble et tr^s-obeissant 
aervtteur 

Louis CobenzI ui. p. 



J 



CCXXII. 

Cobenzl an Joseph. 



par !• Courmr Votiouiy. 
Sirc ! 



h S* Ntorabmtrg I9 ». «out 1787. 



Arrivc ici le 22. dn mois passö a la suite de rimp^ratrice, 
j'y u U'Y»u%'6 1« gardo noblt; Potiondy rjoi oi'a remU lo» ordres 
supr6nies du 5 de cc nioJs, dont V. M. I. a daign^ ra'lionorer. 
Conformcment a ce qni lui avoit du5 prescrit, il avoil pris la 
roate de Smolensk, oü il avoit appris qae rimp<^ratricc 6toh 
parti do Müscou le 15. II e'oat dtidde sur cela K »e reudre » 
Pötcrsbourg, oü il est arrivu daits la aint du 21 an 22, ol commü 
on m'y attendoit pour le lendeniain, il no valoit päd la pcino, 
qu'il alla li ma rcncontro sur le chemin de Mobcou. 

Autarit on ;i rcssnnti de joie du rotour do l'Iiupi^ratrice, 
autant j'en ai eprouv*5 de savoir V. M. I. rendue dans sa capi- 
tale en parfaitc sanl6, apn>s avoir feil le trajßt Ic plus heurcux. 

Le voilii doiic toriiiiue ce faiiioux voyage coiitre lequel 
dans les dcux enipircs tout le luonde ctoit dcchaini^, qui ccpcn- 
dant s'est passä de la manifere la plus agreable, la plus intüres- 
santo, et dans lor^uol V. M. I. a parfaiicmcnt rcmpli l'objot 
i]u'IilUe s'etoit propose, non pas de traiter d'uäTaires avec l'Im- 
pöratrice, mais d'ctre avec eile, et d'auc^nieatcr par Sa pr(^.sencc 
l'aiuitid pursonclld qui Vüus unit toua lits dcux, on mdme toms 
de voir conime Mons' Ic Cumte de FalkeuBteiu avoc tous letf 
pais qu'il a parcouru, la partic la plus iutf^i'e&sante de Tcmpirc 
de Uussie, et la seule quj en valut la peine, apr&s avoir 6t6 h 
M08COU et h Pötersbourr^. 

J'ai vouIh Uiseer paaser quelques temps pour pouvoir ötrc 
bion sssnrö, et pav moi-meme et par les ditfcrens canaux quo 
j'ai de Toffftt qu'avoit protluit aur rira]K^ratrici'. n'tto noiivollo 
entrevue. .le pujs avoir l'lionncur de dire h. V. M. 1. avec 
pleine connoissance de cauae, que M'' le Comte de Falkenntcin 
a surpasse tüut co. qu'on ]Hiuvoit altcndre de ce vüyage, et 
qu'ä, la lettre rimpt^ratricc est enchant<^e de Lui. Klle a trouve 
Sa convcrsaiion encorc plus atmablc et plus iuslructive que lors 
de la premifere entrevue. Elle pr^tead que S. M. TEmpereur a 
cu grand tort de lui aiuiuncer cet augusto vniageur comrae 
moin» gaij que lors du premier voyage, qu'elle La truuv^ en 




i 



183 

tont supf^rieiir k ce qn'Il etoit alors, et qu'elle voudroit passer 
sa vie (laus uno aus«! charmante soci(^ic'.. C'cst l'hoiiime, a-t 
üllß ajout«, qtiL- j'atiuc t:t ruapecte le plus au inoude. Ttils 
gont lea discours qu'elle nous n tenu, na Princc de Lifjne et 
an moi, pondant tüoie la iIoiVko du voyagn, et que je eais qu'ell« 
a r«pt5te Ji tous cv\ix, h qui eile & parle de cette second« 
entrevue. 

Un iLcitre avnntage qul cn a r^sult^, u'ust que da inoiDS 
poiir Ic moment, tv- »anj* froid, avcc Icqiißl V. M. I. a r^pondu 
k tou3 les tentatives de Tlmp*" pour LVcIiauffer sur des projcts 
de eonqufete contre les Turcs fi contribm; k apaißer cette hu- 
nieur beliiqueuse que la vne de Cheraon, et de Sebastopol avoit 
inspirä. II a fallu ccpendant qticlquc tcmps pour ceU, et ce 
n'est qu'h mesure qu'on s'eloig'noit de la partle meridiouule de 
l'empire, que j'ai pn reinarquor de la dilferenee k eet (Jgard; 
dans les prcmicrs momens aprfts Ic ddpart de V. M** c'^toit 
toujours des propos du m^nie genre. Rira bien qui rir* te 
dcrnicr, mo disoit ud jonr rimpöratrlcc, en mc parUnt de 
tout C6 que fall la Fraoce en faveur de« Turcs. Je rdpondis 
que j'espärois quo les choses scroicnt combtndca do fa^^on, qun 
nous ne HHons Jamals Tun sans l'autre; cela di^-pend de 
V0U8, repliqua S. M. 

A prösent j'oso cspdrer quo si Ics Turos no provoquoni 
pas riraperatricc cn rcfiisant d'nccorder les domaudes bien pen 
importantes, qui nous ont iH(5 communiquees h. Chersoii et k 
SubaHtiupolj il ue seru pas questiou de guerre avce eux. I.a 
disettc dont on est mdnac6 dans Ics provincea d'ailleurs les pluB 
fertiles de l'empire, vient k l'appui de tont cc qne nous pon- 
vons dire puur inijpirer des eeutiuieus pacitiques. C'est sur 
quui je pronds la rcspectueusc libertt^ de m'on rapporter tr&s- 
humblement k mes ddpeuhes h la ChanL-ellerie de Cour oi 
d'Etat. 

Mmb si d'uu cdt^ uous devons nous feliciter et de l'eDtre- 
vne et de TcfFci qu'elle & produit, si Mona' le Comic de Falken- 
Btein a trouv(5 nioien de i-eniilierir encoru ä, CherRun et en 
Crimee sur ce qu'il avoit ddjä. cffoctuee avec tant d'habilitö k 
Mohilcw; en revanche on no peut assez deplorer le malhcureux 
ätat des choses aux Pais-bas, et jusqu'uü 3'eiüprit du ri^volce et 
do sddition de qnclqaos audactcux a pu conduirc les sujets de 
Votre Majesl^ dans ses provincea belgiques. Je puia avoir l'hon- 




189 

nenr de L'aesarer que Tlmp^ratrice a pvis ane part aussi rive 
h tont cc, qm s'cst pass4^, que sl ccia rcganioit aen propres 
possewions. Elle n'a cesse de nous eo parier peadaut tout le 
Toyage, U mani^re dout on a aiTach^ h Lours A. K. les con- 
cessions coTitraircs aux ovdrea dn V. M'" ]'a rri%'olt/; an del^ de 
tonte expressiou. Rite » dit w ce sujcl: la chose est devonuc 
si delicate qne je n'oserais doaner aucun couscil sur 
lo parti qii'il y a ^ prendre, mais uu peut s'en rappi>rter 
k M.' Ic Comic de FalkßTistcin quo cclui qu'il clioisira, 
aera suremcnt le meilleur. 

Dh& le lenderaaln du jonr de notro arrivöc je n'ai pas 
manqi»i de mctlre eti ex<'fiution \<;a ordres supriMiies, cpi'il a 
plu h. V. M. de me dooncr. Je me snis rendn de bon matin ä 
Czarsko Selo, et j'ai remis au C^ Desborodko la lettre dont 
V. M. a daigne me charger pour Tlmpäratrice. Je hii ai renda 
compte en meme teras de tout ce dont j'etois chargö, et parti- 
CTÜiferemeiit du malheureux i^'tat des clioses dane les Pais-baa, 
et j'ai ajoutö qne quoiqu'ü ne fut pas probable que queique 
paiseancc <Hrangfere vuulut K'eii luöliir diractemuat ou iudirccto- 
ment, bi contre toute attento la choBc arrivoit, V. M. comptoit 
trop 8ur ramitie de rimperatrice pour n'elre persuadee d'avance, 
que dans un cas pareil eile en ^prouveroit les seeours d'une 
bonne et fidMo alliee, et qu'ello äpcuseroit la cause. J'ai tonn 
le ra^me langage dans mes confdreneea «vcc le Vicc-Chancol- 
lier et Markow. 

Kn me remeltanl passä trois jonr la r^ponse de rimp«fra- 
trice, que j'ai l'honneur de mettre anx pieds de V. M. I.,' M"" 
le Vice-Chancellior m'a dit que son auguste souverainc ne pou- 
voit qu'applaudir aux meBures qu'avoit pria V. M. I. d'epuiaer 
toutes les voieR de la müderatiun, et de □'cmploier Celles de la 
riguonr qu'a la dcrnifcrc cxtr^ini'tÄ, qa'clle fesoit les voeux lea 
plus ardens pour la reussite complette des eotreprises de V. M., 
qa'il n'ätoit pas probable que quülque puissance dtruug^re 



* Ametb, I, c, Nr. CXT>VTI, p, 397. Jofmph nbnrmittelta den Brief Kxtlia.- 
riijfta an Kauiiiti. DteMßr schrieb An tlen K&taor am ib. Aiigiiat 1787: 
Je reniereie tr^ liumblement V. M, de ce c^n'Ell« n bipn voiilii m« 
<»min uniquer la lotlra de l'Impör&trlcv. Elto am piiroU tout au-tnuiaa 
■nml atnicnl« qua r^Loit celle (|ii*ell6 dcrivail A V. M. nvaol In dorui^ro 
«iitrovuo, et c'mt tine preure bten ngrfable & ce (ju'il m<> R«mb]« i|u'elle 
n ou lout lo niceifl 1^00 Toa ]iouvuit deciirer 





190 



veaifle se meler ni directemcnt m inclirectement dans cette 
affairo tuaia (|uu, ei cuuti'c tx>ute l'attuDte cela arrivoit, eile ötuH 
pr£te k remplir scs engagemeiiH vis-k-vig de V. M. t;t Lui prßtor 
toofl lea seconra d'nne vraie et fidfele allic, La mßme chose 
in'a M/& confirnK^ depiiis par Rcsborodko et Markow qui ont 
ajoutä, que daiitt un cas pareit Iva socours de rinipf^ratricc 
seroicnt proporttonäs non paa ans stipiilations dc8 tmitcs, mais 
k toute l'^tendae des scntimenfi de cette aa^istc soiiveraine 
poiir V. M. On rae dit, que la kure de ['Impi^ratrice contieal 
lei mSmes agaurancea k cet <^gard. 

Je connois trop la soHicittidc dn mcilleur des maltres poar 
lu bieo elre de ses sujets, auxque]s il sarrilie toat son temps, 
louit nvs »mu», toutvs sus veüles, pour nu pus savoir d'avaiice, 
conibien lo coeur de V. M** doit etre peinö de la necessitf^ oü 
se troQvera peut-ötro d'emploier ses forc-cs contre Ses propres 
Hujets qai L'y coatraignent par leur aveagleiaent et lern efTer- 
vescenc«. Je Bouluiite liicn plus que je n'ose ospt^t-er que Tcn- 
voi des d<iputi!B pnisse eucore prövenir qu'on ne soit rddiüt 
d'en vcnir k des extrt^mitps. 

n a'est pr^qu'aucuoe partie de l'Europe d'oü Ton ne 
doive attcndre dans ce nioment-ci des noiivellcs int«5rcs8aiites. 
La France, l'Angleterre et In Priisse arment a IV-nvie k I'hon- 
neur de la IlolJande; vm& fois Ics affaires des Pais-bas termi- 
n6Q9, CO qui d'uue mauiäre ou d'aulre oe peut pas durer trop 
long tems, s'il ^toit possible que les pnisBaneea susnieiitiouniiea 
piissent s'engager dans une belle et bonne guerre, ce seroit la 
le moDient d'ex^>cater k la fois le grand prujet et de räpürur 
lea uneicnncs pei'tcs de Ja iiianarclilc aulriclneniio, dont l'IiU' 
peratrie« a tant parl^ k V. M'^, en s'aUacliant eependant cBsen- 
tiellonieiit k la plus ri^cente et la plus sensible c'est k dirc k 
la Silftaie. Ce seroit le moyen de tirer parli de Talliance de 
Ja Ruastc et de tout ce que V. M. a fuit ponr riiupt^ratricc. äi 
au contrairc dans iine nouvolle guorre untre la France ot 
l'Angleterre cclle-ci dcvoät avoir le deäsous, ot 6tre ri^dnite k 
la condilion d'une puissance du seeond ordre, ai en rn^me tem» 
laRussie püussuit toujours plus luin ses contjuStes conLre lesTurcSf 
ot quo malgri? tout cela l'cSquilibre ontre loa Coura do Vicnnc ek 
de Berlin dut rester tc] qu'il est, V, M. I. est trop eclairde, pour 
ne pas sentir eouibien la monarchie autrichienne perdroit k cc 
luaretit^, et quels inconvönions devroicnt eo re&ulter pour etle. 



J 



191 



Lm circonataaces noas oat mis dans le cas de former 
saccosÄivemont difFiirontös entreprie««, tlunt uoiis n'avons pu 
execulec tiu'une leckre parti. II est k pr^^^ent de \u plus griinili' 
ni'xessiti^ de ne plus nuns utt&cher, qu'k des objets d'nno ini' 
portAncc majeure et seuleiuont lorsqu« les circonstAnces piu-oi- 
troDt fävomblcs, inais unc fuis quu la cliosc asl Hiitrcprisc do 
n'cQ plus däinordre k quelquc prix que ce 8oit, et de tout 
tenter, el m^me tout riaquer pour en venir 3i bout, notre con* 
aidtSrattoji politique tient k prouver, <^u'^il n'est pas si alsee de 
nous faire lä.ulicr pmc, lorütju'uiiü fois iious avon» aimouce un 
destiein bien formö. 

O'est le zHe Ic plus pure, et j'oso dirc l'attAchernunt II; 
plus iiiviolable ;i la püraoiino ile Mousieur le Cornto (\c. Falken- 
atein, autant quc Ic devoir d'un sujct fidel et rcspeetucux qui 
m'ont dictä ces reflexions. Je sais trop eombieu V. M. exige 
que Bca servitenrä lui parlent toujours utcc la plus graudc fran- 
chise püur avoir la inoindrc crainte de bien dt^plairn par la 
liljci-te avec laquelle je m'exprirae. 

Le voyago a continu^ absolument aar le mfime pied, que 
lorsque nous avons eo le bonheur de poasedor M' Ic Coiutc de 
Falkeii»tein. L'Imp'" u cumbtü lo P'^ Puteiukiu du uuuvclles 
gräces, et de tout cc qui pouvoit faire coiiuoltrc, cDiubien eile 
^toit sfttisfftite de lui. Outre le titre de Taarisky et l(K)/m. 
roubles qu'clle lui a donnt'^e, eile a ecrit eile mtmc aux gou- 
verneui-8 de Moscmi et de Petei-sl)üurg pour leur apprendre 
comment elto a trouvdc ]es choses dans les gouvemeuiens du 
Prinee, et leur ordonne de travaülcr h delmiro les Hruiia con- 
(raires qu'on s'efTorjoit de räpandre. Ceci u'a pas fait bcau- 
coup d'cflfet dans Ic public, et k Moscou on n'u pas meme voulu 
croire que I<?b ehoses (^toient tetles en Tauride et ä Clmrsun 
quc nous les avonS effectivein*tnt irouv^. 

La manouuvro de Poultawa a fort bieu rt^ussi et au dire 
des gens du metier de toute natiou, cetle nouvelle eavallurio 
leg&re est passablement bien exerci^e. 

Le P'* de Ligno et moi nous n'avons plus dt^ dans une 
autre voiture, que celle de l'Impöratrice dcpuis Berislawl jiis- 
qu'ici, et S. M. nous a conibld des bontös. Segur et FitKhcr- 
bert n'ont plus et»; avoe die (luc lorsqu'clte s'esl serri du 
earossc ii buit placea. 



ifl 



192 

Üftputui notrc retour ici Ü y a cte tems cles petita soupers 
i:\w7. Miiiaionow k Czamku äalo, oü litip" vieiit, et uü dous 
puHHüiiH la soirt^Q avcc olle on petit comitä de dix on doiiKc 
pünonnoH, Lo P*^ de Ligne oüt tont h. Tnit etabti ä Ozarsko Selo. 

Lornqiio noii« y somnica arriv*'; In fJrand-Duc et la Grande 
IluclioMii tUuiont au bßs do l'cBcatiur pour rocüvoir l'Impi5ra- 
trioo. Oulte proiuiiro cntrevue, et le moment qu'on a passö on- 
lumble 011 piililic^ dans rapartcmcnt etoit akscz froid üiitru S. M. 
ot Leun Altoasos, ut lo Orand-Duc dans ces momcnts Ik a ton- 
joura In contcnoncc d'un courtisan disgmciö. Ils sont enlree 
ODBuitti daiiH lapparteinont de rimptVHtrice, et nonn avans at- 
tondu qu'ila a» quittcnt pour baiacr la main h la Grande Du- 
olt(«sc, lo Gmnd-Dui- a säIsi cet inslant pour questioner beau- 
oonp le F*" tl» Li^nu sur les luallieureuses affairus des Paiä-bas, 
et en a Tf.i;xi dus t^elaireiäseiiient; i-oiifnrmcs h la vöritt^ et ii ta 
diniflon <loä malheiiroiix liabitaiie. 

Lorequc quelques jours apr^s nous ovoDS <:te h Pawlorsky, 
k* jour du lu t^^li.' de la Urnnde Duchesso h uue m»S([uerHdo, 
l.L. AA. 1. lu'ont Tii^u avcr bcauroup de bontd, m'out long 
l«m» fait promenei- avec eJks et sc sont entretenues avec moi 
nur K' iu6uie objet en t^moignant beaacoup d'iuteret h tout ce 
qui poiiTutt coucornor V. M". J'ai ti'ich^ de prL>$«:nl«r la chose 
•on* aon T<MtabIe point de ruo, et c'cst ce qui a fait 1 objet de 
rentrettcn de toute la wir^. 

Lo Grand-Duc a beaacoup questionne le C* de Se^r et 
lo P" de Lif^ne sar le plus ou le nioins de fondcmcnt de tont 
e« fju'on «Aede de repandre sur les progr^ et la qaontit^ des 
^OM* Culw daos les gouTenieiiwiis du P" Potemkin, et sor- 
tool nr r^tat de rarm^ niaB«, Halgre tout ce que ces deox 
TOjragvun ool pn hti dirVy U ue reut pas se pereuader q«e les 
choMt Mwu en si bon etat qu'on le dit 

n • p«ni an P^ de Lt{^. que le Orand-Doc n'aroit p«s 
de l'ana^ de V. M. I. I*idee qo« doit en aToir toat coaimw- 
amr, U eroioil cvoon deToir mc«order quelque a«p^riorit6 daas 
Yvit de« «motiiTiij. k fanai* prassienne. n ne pent ea 
jtftr %» ptur les nffotta, qa'oD Int en bit, a'ar&nt tu de 
an totappai qja» pmi d«s u'^aieM s^par^ St le camp qm 
i hiiil to« Mih» p<w In aw In fiiMtWinw de k Uanmm 
«t ^ k B i fcl Mt vrail «a Ka% i «a ^tfunk m 




193 



Je n'ai pa parier h mon aise h personnt^ de ceu:c qui 
Aont äf. la Coor de Lcurs A. I., Bcalcment Mad* do Bcnkeii- 
durfT a trouve le moiiient de me dire, que tottt alloit fort bien, 
et qae les lettres de V. M. fesoient le plus grnud plais'rr. ,Tu 
dniä incessament aller passer quelques jiturs it Pawloveky ehez 
L. A. I.. j'aurai occasioo de savoir luieux l't^tat des cboscs, et 
ce qui peilt s'ctre passe dana uion absence. 

L'Impöratj-iüe .1 entendu ]»eudutit le vo^age la lecture 
d'nnc trag^dic faitc par M' de Segur, iDtituldc Coriolan. La 
pifece doit etrc jouee dans quelques joiirs au tlieatre de TKi-^S- 
mitagc cn vUle par loa acteurs devant Ü. M. qui viendra ex- 
prfes de Czur»ko Scla puur cela. 

It n'y anm qu'un trhs petit nombre de spectateurs admis. 

En ine prosternant etc. 

P. ä. II eet connu k V. M. I. que Tltiipe Patrice a fait 
Trapper une mi^daille it l'occasion du voyaffc qu'i-lle vieiit de 
terminer aussi heureuscmeiit, d'un cöi^ son bnste et de lautre 
la carte de touFi les pays qu'etle » pareotUTO, cette lu^daüle 
est dcstirit':e utiiquumcnt ä ccux qui ont ou riionneiir d'elre da 
voyagc, et persoiiuo d'ailleurs ne pourra cii avoir, j'ai cru liien 
faire de dire k S. M. l'Inip" que M' le Comte de Fttlkeiistein 
reeevruit uue de uus uieduiUes uvec d'aulanl plus de pinisir, 
que tout ce qui rappelloit ce voyagc et k- teuis qii'il a pass^ 
arec eile Lni semit toujours inünimcnt prelieux. S. M. m'a ton- 
jours n^pOQilu qu'cllc n'ortcroit janiniä l'olfrir ü son augustc com- 
pagnoii de voyaj^c, mais que si jo Tcxigcois alfsolumciit, que 
j'en ötois le maitro, et qu'cllc a'en trouveroit trfes tiattö. i*ors 
düTie que le Comtr- de Hesborodke m'a retiiis ccs mcdailleä pour 
luoi, le Prince de Llgne, M"" de Segur, Fitzlierbcrt et Ic gent^ral 
Kinsky, Je lui eti ai deiuaodä ane penr le Comte de Fslken- 
fltein, qui suivant les ordres qii'il avoit m'a M^ remis aur lu 
champ, je prcnds la lihert«,^ de I'cnvoycr tris Imiiiblcrncnt aux 
pieds de V. M. I. dans l'espoir qu'Elle ne desaprouvera pas ma 
conduite 11 cet ^^gard; deux mota que V. M'* daigneruit dire la 
dcs&UR daii!^ uuc de .St-s lettrca a l'lmpt'^i-atrice, lui feroienl le 
plus graud piaiair. Cette mödaille püurru tuujours servir, « 
V. M. le vent, pour etre placec daas le cabiucl et sem unc pi&ce 
rare par le |K'-til iiuiribre qui cu soiU distrilmes. Jadressc pur 
Ic prescTit eourricr au gcueriil Comte de Kinsky cclle qui m'a 
^t^ rcmise pnur lui. 

7«i>l«* II Abib. DJ, LIV. IS 




il 



P. S. 2 On viont tl'aclicvi-r la voiluro ouverto daiis lo goüt 
de cclle dans laqucllo W M. I. a fait avftc l'ImpwatriKQ ]a 
touniiie ilo la (_Vini^e, et que M'' 1p Conite de Kalkensleiii a 
l»en Tontu arcepter; aiisitit^t que rim|i<'M-Htrice laiird. va, eile 
scra eiivoyiie h Viciiue, et c'ost mi ofäcitT de r*^ciirif avftiit le 
rang de capituine, immim* Kogt, qui est cliarg«' de la fuiidiiiri!, 
je Ini ai donne une letti'e pour le p'and ^.ctiyer Princp de 
Dietriclist^-iii, el comnie il seroil possible 4m!' eeliii-ci rie fiit \>a» 
h. Viuiinc au moment d« rarrivuc de ce ciu"os(?e, je Tai adressu 
en ce cna k man cousm Ooben;il, Icquei nc p«ut jamais quitter 
Vicim« fmiir aller k sfts tiTiTs, par la (jl'*"'''' ''aison qn'il hV-ti 
a pas. L'luipvratrice dL-i»ire liL-auruup quu cv carostio suit trouvä 
cominiidi* imur Jea protnenadea de Laxen) bonrf(, et rapelle ii M"" 
le Comto de Falkenstein le cliarmaiit vuyage qu'ils ont fait en- 
scmWc. 

P. S. 3 Je prends la rcspectuea&o libcrtä de mettrc aiix 
pieds de V. M. I. lea nuuvcaitx Üvres de l'^cole normale qiii 
ont et«* publii? ioi, que Jankowirs vitit do nie rcmPtlrc, Ir- paiu're 
liomuic a L'U le iiiiillivur qu'ii la »ulLc d'iLiic couclie sa femrac 
a presqu'entiercmcnt perdu In töte, lieiireiiaement on est par- 
venti h la ^nerir, et die est parraileiiicril relaljli(.i: coinme la 
rhose n'est que accidenlcUe, 11 est ii esptirci- qu'ellc ne re- 
vieudra pas. 

ccxxin. 

Joseph an CobeiizÜ- 

A 8« relersboun: le IS. Saptonibre 1787 ,.. .. ^ ^ - , 

pftr cciurriftr fiacsKAdy. 

Mon clier <'omtß de Cobennl. tl'ni re(;ii par le eoumer 
votrc lettre dont le euntcnu ra'a (?ui tres satisfaisHiit |>ar l'iii- 
l^rit que rimpüratrice continue li prendro k toua ce qiü me 
regarde. Je me voi» bien promptement dans le cas de faii-e 
honneur uns. boDneci intenttonti que le ministt're vous u tait 
connottrr. k mon aujct, an i^aa que je fussc attaqii^ par quelqnc 
puiss&ncc h roccasion des troables qui existent anx PaYs-bas. 
Vous aurds dejii appris par la leitre que Herbert voub a öcrite 
(Urectement. ce qai c'est jiaswi k Ciinslixntiiiiiple. Je piiis alse- 
meut mc figiirer l'indignnlion avcc laqittdie r!mp<'ratrice aurn 




195 



refu Cftttc noiivßllp, et l'insölcncc de» Tiirc8 de lui d<?c!arcr la 
fjuerre et de coiuinencer [»nr mettre M'^ de Bulgakaw et soii 
st-i!ri^tuire du lepitiün aux uept tours. 

Jo V0118 JoInB in tiiie lottm quo jMr.riH h l'Iinperntric.« ' ci 
nne anlrc k Lcnrs Alteaacs IiupRi-ialfs (|ue vons leur roDiettrtis. 
Voiis vctTiis pur In copie de la premüre, commeiit je punse 
sur uet (.H'enemeiit. L» vasun fiiuduri« obI cluir et je iie lialuii- 
cemi point k le reconnoltre, cn y cmployant tous les nioycns 
<jue !a »uret»! de mcs anti-os pi-oviitres potirra getiletneni per- 
mettre. 11 est essenttel qiie je sois iiifono« exactement et »u 
platiH des projetü do la liui^ait>, conimeiit, d» tiuelle fafon, avec 
i[Ußlle forof, nii et qnand eile compto n^ir contre les Tiircs, oü 
ello uo restora qiie sur la defensive, ot de ([nel cot<^ eile se 
jiurtcru uffensiveiuent'? car je ne puia nen faire ni rien diä- 
pu!>er Bana ces notions pn-jilubles. Voiir seni^H bion cju'il Bcmit 
ituprudenl h. müi qiie si In Ku.>49ie ne se tenolt qiic sur U de- 
fensive, ou ne fnisoit qu'iine leg&re aggressiun dans sgs pro- 
vinues les plus uloij^uefs, quß moi j(s m'attirnsae r^cul Hur te 
hras les plus f;;mndes forcea ottoraannes. <''est de la part du 
Ulli <]'■ Fnisse qu'olle doit snrtout se jirociirer des a!»ui-anc«s 
bien pusitives, cnr au ilefaut de cüUect-lti eile mc niettrüit pres- 
quo hör« d'i'.tat de Iiii fitre efficacmiiont utile; ce que vohb aur^a 
sein de bien faire sentir. Je ne acaiirots vons en dire dnvantage 
poor le moment, puisqua tout dopend de la fayon dont t'Tui- 
päratrice sc Hera decide eur revi^nement. Ju fais ueauiuuiiis 
da-* disposilifius <le lein k loln pour clrc pret cn tout ens h 
seconder ses vues. Vons ferrs valoir mon emprcsserar-nl dans 
la Position oii je suis et avec mes autres einbarras, etant msCs 
i-an* qn'uii allii'- s'olTrc de lui raömo sans atleiidre qu'oii rc- 
quierl racföuiplissemeiit de aes engageraeris. 

.raltends dans peu de jours des nouvelles d^eisives des 
I^aKs-bas, ai rexecution des pn^nlables que j'ui ordonneci, atini 
eu lieu un non; en atlundant rassonibhio dtrs Irnuppes &'y oat 
fftitc sans le moindre cinbarraa. Loi-sque tout sera remis en 
ordrn et qu'oii .aura accorde Ip subside, ü sera ensnite facilc 
de convenir aur b;s autros poiiilii. 

Je V0U8 suis oblifTc de la mnintrc dont vons m'avda pro- 
curÄ la modallle du roya^e do rimiM-ratrice. Quant ä innii 



> Atmth, i. B. Nr. CXLVIII, p. %W. 



IS» 




196 

portrait poiir M' Mamonon- j'aMendrai quelqn« bonne occaaion 
pour le lui envoyer. 

Je V0U8 jt>ia8 id däux uboeiirs pour la moBique du Priiiee 
Potcmkin qae je vons prie de Ini remcttro. 

II iiMportvra Vieiiuconp qiie quiconqne comniandera Ics 
Iroupc» ruwcÄ »e mette en coiTespondance directe avcc nioi, 
sott quo jo uie trouve k Vietmo ou k l'arm^ quand eile se 
mssemblem, il faudm i^iublir des Cosaques jusqn'it inoa fi'on- 
ti^res, et dcL^i jr^ ferai de mon cot^ des diapositions pourque 
notrc corrcspondance soit siire et acc*>)er6e. 

Adieu mon cln^r Conit«, j'attcnds avcc bien tJrn ('Rinprcsse- 
ment de vos nouvellea, et je vous pne de eioirc quo je suis 
toajours avoc estinie ut aiiütit- 

Sig.: Mon eher Comte 

Votre Ires affectioiiä 

Joseph ui. p. 

CCXXIV. 

Kaunitz an Cobenal. 

Vlenne le 3U. AaClt 1187. 

Ua Porte veiiaut de faire exister bieii positivemenl le 
Casus foederis de iiotrc alliatice avec In Ilii&sie. cclIe ci lious 
detnandera sans donte le secotirs stipidc^ pnr le traitt^, en natare 
oa en ar^gent; oa peut-etre u.ne diversion, uu nutuniinent de- 
Bign^c oa ti notre cboix. Sans doute nous im nous rcfusorans 
paa II I'accomplisseiiiBiit littiirul da trniLe; niais kg tpii tiuus con* 
viendroit de pnTercnec, mo pnroilroit 6trc que i'oii nons pro- 
poäat Ulli! divei-siou, oc que Ton uous en abandoniiat le tdiüix. 
Votig sentez bicn que nous nc vous envoyons pas ca courner 
puur V0U9 apprcndrc cc quo voits aaveü aussi l>ieii que nous, 
et qac pcut-fttre m£mc vons avcz sqvL avant nous, niais poar 
vouK nietlre eu ^lat de iioua appretidi-e ce que l'ou se proposo 
de faire Ik oü vdus 6tes, soit h Tegard des Turcs, ßoit vis ii- via 
de Doni. La mptore an fond n*a rien d'extraordinatre, ai ce 
n'ost que le8 Turcs s'j' aoiciil detcrmint^s It-s proiuier«, qu'ils 
aient voulu se rendre les aggresseurs et mcltre par Iii les turts 
de leur cOle, et il est ccrtaiii, que, sl taut eat quo In Kussie 



J 



MV 



ne dfai rait, <)«'■■ pntexte povr raoqm atvc eax^ da imt, a* 
ted 4k cmv, fear laTxiir gre, d'avojr Um vaohi k lai Ibanur 
et SMM qii*U Ti a a^iiT k moüidr« des eir 
Beste ■ Toir si, «hbbo devnik k sappaasr, k 
Buiak d^fiinu» k paerrv. « ea eam de se mcttre en etat, d« 
po q Toir k £itre d'aa iBomeni k raatr«. Je oe ak qa!! s«a 
80B plAn paar cettc prenüero nuapa^e, raab il ow whk 
qa'elk ne peM gaAvae d^boter qae par k süge d'Oeaakoar, et 
dans k snppoettioB qa'elk ah pm poar rek bwle« ses BMaarea^ 
je le sookiite. J'aUeads mr«v iiapalKace ks Doareltv« qae voa» 
pwiii e a Boa» doaner sar leur pkn. aän qae noos paudona nom 
dfcider ea coM^aeace, et je Taas prie nHjeaaant eck de wnb 
rtnmytr vatr« connier k pklAt ponihk, avee toatcs lc$ boIüm^ 
qae T<otts poorrex ncneUlir. pour Dotre iustmctioiL 

J'ai bieo re^ae rotn* dcmier dn 9 da roarant. Je sok 
bicD aise qae vons dc sorex mort ni de fittignc«, bi d'cnaa^ 
peadant votre vov^e. 

Je Tous remerde pour \e deseia dc U rae de Backsiserai, 
qui me paroit one mis(Tab]p bicoque. Main i.*p n'csl poiot cek. 
Ce sottt les [ikna de l*intcriear du PalaU des Khans avec tout 
c« qoi ea depcad. qae je voudrois, poor me fair« one td^ 
nette de son or^nisation. et je Tons en t^trat obtige. Je soU' 
liaite qne voas [>uisi^icE continuer ii jniitr de k plu« brilknte 
sant^ mon tr^a eher gar^n; ainKM toQJORrs un pcu cclut qui 
est irrevocablement 

Sig.: Tont )t Vous tn. p. 

Ot%inü. 



ccxxv. 

Plülipp Cobenil an Ludwig Cobenzl. 

Vwni» t« SO. Aout 1787. 

Vos rcHt^xioiiB sur l'^ini prdsont des afkiroB ino sont )Nir- 
Tennea 3i point, ninsi qnc vous en aiirex ju{»p cn rc<'e*-ftnl lex- 
pris que Herbert vous a cxpedic )c Iti. de cc mojs. KUes sont 
trhe judicietises et pur cons^queiit f&ites |Kmr ^Lru iniüus soub 
Ics yeux de rKmp«n>iir, co qae^ je vais faire incossament diö- 
que rpsprit de Sa Majestt- sera un peu calme et roveuu dc 
Tetourdissement que le nouvel ereaeuient a uccasione. Kous 




J 



198 

voilk donc pri^ts U cntror e.n danao, ne clouUuit pas im instant 
quft I'Impc-rRtrice n'accepte sans halanccr k-. doli qne ta Porto 
lui u fjiit. II y a en ccU ooinine en tont autrc j(-u des chanros 
pour et UQuti-ü, luaia lus dcrniäres ne me pui-cit>8eut daus co 
itiiinivnt-ci nullemeiit tellcs ä devoir eiif^ager ni la Kusai« nl 
nous k refuaei- la pai-tic. Tel est Jp scntirocnt du Prince Kmi- 
nltx, et r£mper«ur en pamt ^galemciit coavaiticu, et si «od 
arm^e le s^rt comine Ii? sorvira eoii (labiiiet, Jl' iio euiB pas 
fort nn pcine de l'isaue de celle noaveltc Imgarre, siirtout ai eile 
Ämcnoit un bonlversemcTit gerK^ral qui me paroit » present bieo 
plus h (l^äirer qu'^ craitidro, tturtuiit si un reuB»it>soil de maiiiJtrc 
on d'aiitrp »i emp<^cher im i-uriüort Bolidc i-ntrn la France et la 
Pmsse, ce qui ne pavoit pas impossible. Si uous travaillons d« 
notre cöU Ji lier un peu la Cour de Vei-saiUe« avec celle de 
Petersbourg, si on travaill« ehez vuus h üiiip^cher la Conr de 
Berlin de ß^eourir la Porte, quc Tun ou l'aulrc r(*ti88isMte, nos 
atftüres peuvent liien aller, mais U me semble que pour Tun et 
pour l'autre il n'y a point de teius ä perdre, parcequ'un con- 
cort arreU^ ctitre la [■'minic, la Prusst! et la Pnrlu svruit da 
toutcs les chanoee qu'on peut prevoir la plus mauvaisc. Je nc 
crois p»8 qu'il failie faJre des avances au Uoi de Prusse, iiiais 
00 n'c&t pas non plus le uioment du la brusr|cii>r par des pro- 
eud^ä insultaiiä umt que uous ne snniiiißs pus surs d«: ta Ki-anct', 
ee qui tne feroit suuhatter k llerlin un ministrc Kusse tout autrc 
que l'avtiiel qui y est prrsoiinfllcincnt dötoslö de tout Ic inoude, 
ul qui vv- i-iMiduil euiuuiu un lau. Kiitin ii presuut iiouk v<;rri>nt) 
bioniflt quelle tournurs lea ehoses conimenceront ii prondro de 
tous les cöies; ce nVst quc d'apr^s rrla quc nous poiirrons 
nous r%ler, raais en allendant il faut preparer plusieurs eordes 
k »on axc, se la^na^er dilfereute» reitsources et De barrcr aucuno 
des portes. jiar lesquelles ou pourroit sorlir glnrienseinent du 
labyrtnlhe. Tout crci sont dca idccs cnics et vagucs qui mo 
paSscnt par la lüle duiis ce premier nioment, et que je iiv vuu8 
donnc que pour ce qu'clles sont. J'aitends h. etre informe de 
votro niani^ro de voir les meine« ohj(;ts. pour discutcr avec 
SpieluiHun le» deiuarclie« ä »uggercr BUccesBävt;ijieut au Prince 
et h l'Kmpcrcur avec lesquels, uommc vous savcz, on ne dia* 
cute gufere. 



J 



CCXXVI. 

CobenzI an Joseph. 

|wr M' Putx. k S* PiiUnhouTg ta 1» M|^br. 179T. 

Sire! 

Aa momeol oii oouh recevous par M' de Uerbert la nou- 
vcltc de U rupturti dus coDr<dronc<;& et de rcm|tri£onneuicnt de 
M' de Bulgakow, j'&i crn de mon devoir d'expAdicr snr Ic 
chfltnp nn conrricr poar rendre tr^hnmblement comptc anx 
pi«d» d(r V, M. 1. de IVffet c|ue cet vYiÜnement » preduit iv't. 

Voas eonnoissez trop, Sire, la gnindeur et la fidrtt^ de 
rimpcratn'ce poar ne pas savoir d'nvance rombicn eile est ir- 
riiee de la conduite des Turcs » son egard. V. M. 1. a ^t^ 
t^oin de la mant^re doat eile etoit exaltü lors de son s^juur 
k Cherson et en Crinidc, nial^rt^ tont Tetfet quo cot appareil 
militaire avoit produii sur eile, cette fumt^e s'etoit bleu appais^, 
et le laDgage de la moderation aroit succedc k celui des oon- 
(|udte8. Ceci sc aouiicitt oneorc, nialgre que Ics Turcs soient 
visiblemcni agresseurs de la Kussie, et rimperutrice vient de 
notts faire döclarcr. au C" Scgtir et k moi, que »i les Turcs 
vouloient encure retacher M' de Bulgakow, et doDoer uiie satU- 
faction i^clataiitc et proportionnt'e h raltcntal coiuini» cnntrc sa 
personne, S. M. I. nc seroit paa öIoif;nee d'ccouter dos propo- 
aitions raisonables, cc qui doil s'entendre d'uo arrangeiuetit qoi 
iinroit lieu sur Ic |iied des derni^^es pn^positiuii» faitt.>s k la 
Porte m^mi^ avcc qtielqnes nncs dos moditic-aliona, que Tam- 
baaeadeur C" de Cliowcul a indiquecs au C^' Segur. II me 
semble qa'on au peut pas pousser la modäration plus Ioid, et 
qne e'est faire tuut ee qu'it faut pctur mi^tti'e tuut Ic lurt lUi 
c/itÄ de« Turcs, Entre tcm» on s'üct^iipr de lous les nioycna 
de repousser la forcc par la forcc, maU d'apivs ee que t'Im- 
p4^rntrice n dit an 1***= de Uigne, il paruit qne pour cette ann«5c 
nonB nc devoii» pa« nous attcndrc ä de& evcnenicnä fort im- 
portants; probablement il y aora dcux arm<ks, l'ane commandöc 
par le P" Potemkin, qui entreprendra le »ifegc d'Oczakow, 
j'ignore encure, si ce sera cnile annce ou au jirintenis iimcliaine, 
l'autre k laquellc on donnera le nom de tu premi^rc arm^e, 
command«^« pni- le mart^clial Romanrow, a'il veul bien acceptor 
ce commandement, sera dcsüneo k coaviir le sJöge par tont 
ou les Turcs vouilruiuiit lenter de riiiquiiHer. 





200 

It se Irouvc asnez des trouppes en Crim^e pour <^u'on n'aye 
k craiudre iii iinL- ilescuiitu du lu pari dt-s Turcs, ni iinn irnip- 
tion des Tartarcs du Cubnii. J'aurat soin de me protnirur mir 
tous cee pointn des noiions, rjii'il scra piiHsilile d'avoir, pour cn 
faire mes trcs humblcä rapports h V. M. I. 

Ol) SQ Hatte ici bcaucoup, quc dans ccttc ouca&ic») !<■ t^irt 
Stallt visibleiucut de cfii6 des Tiirca, Ib France n'emlimssera 
pae loiir eausc. J'ai heaiieoup appiiy*' «nr U nöcpssil«- de mö- 
nagei- t-etlc puissancc, et c'est poiit <'trc co »lui a fiiit ilire par 
W' le Comte Besbon^dku au C" Öegur, que limpf'-ratrii-e i^uoi- 
f)uc rot'c<^e a la giierrß, nc ponsoil nulleiiipnl ä renverser l'em- 
pire ottoraan, et fin'clle ne vouloit quc sc pröcnror une jwstc 
satisfaction d« l'insulte r[u't-lle avoit i'ctue. 

Si on pouvuit se Üntter raiBontiablemenl de mt pas ciro 
attaquß par la Franec. cc ücroit sans doutc uni'. piiKitioii, dont 
V. M. I. pourroit tirer une grandp partie, soit pouv se procurer 
aux d^pens des Turcs un juste equivalcnt de taut ce qu'cllu a 
fait poiir la Kassie, seil nnMi]R püiir inettre dfö justes* bumes k 
[a puissance priisäicnnc pour lo cas od le Roi de; l'russe aide 
de l'Anglfterre vnutut nous .ittaquer en Iiaine. des »ccours quo 
nous doniierions k la Fiussie; M'' d» Segur etil dauB des fort 
bona prinoipos siir les affain's actuollcH, il n'ii'paigiic: picu pour 
les faire goötor h sa Cour, ainsi que V. M. I. dalgnera voir par 
mea h-fts humbU-s rappoit« k la Cliaueellerio do Cour et d'Etat. 
Puisse-t-il n'-iissir a cet t^ganl.' Si jaiiiais on a quolque droit 
d'esperer la n(';utralil)^ de la Frarcf. i! est certain qiit: cola 
devroit ctrc dans ce monient-ci; oü scs fin&nces sont dans l'^tat 
le plus döplorablc, la nation dans la pitis grando fermctitation, 
OÜ il cxistc utic divuniitii d'upinionK entrc la France m la Priisso 
8ur los affaires de la Hollande, assej: forte pour faire raarehcr 
dea trouppes de part et d'autre, et od I'aitaque hoetile des Turca 
est Uli ctfet dets manocavrus priissienucs et angloise?, quj paruis- 
sent ctre reunis ensombl«- eii toiil lieu. Kn gitniTal li- nmint'nt 
est le plus intereasani ponr toute l'Kurope, et tcl, que si d'un 
cM6 il peiil procurer dea avantap*-.-* essentiels, de I'auü'e It est 
impofiKtblr di; se deridcr eii qu'»i rjuc ce »oit, Sans qu'il y aye 
un inconv<fnlent et risqiie k courir. 



* Svfut büfOrworlet« eine Allianz FriinkreichB mit Kiisslaiid vvä eine An- 
Üieiluiüiiuo au dem Kriege mit Uer ['forte. 




201 



Le Grand Duc veut fa loul force aller a Varmce, et rtil 
p.n Bvoir ta |ir<iini'ssc. f)r|>uts raffnirr i\r la Critnee, il croit les 
trouppcs russcs duns Ic plus «miivai« «-tat possible, el voit cn 
noir tons les ^vi^nemens de la guerre. J'ignore escore si un 
Iiii ai'coriltM'u BA (lumande. 

Lt! Princc de Lignc lUoit au raomcrt de partir, lorsqnc 
la nouvcUe de la rupture des Tiirc» est arrivöe. Cotlu vircon- 
iftaDCC l'a engoge d« suspendrc son ddpart, et de |trolitur en- 
coro dl! la pmiiinsion que V. M. I. tui a bit-n vriuin at-L-order. 
II ecrit niijoHrd'lmi au marf-tihal Kacy ' pour I« pricr d'intcr- 
C^der aapr^ de V. M. 1. pour <|u'd puisse eli-o t-inployö ä 
rarmöe russe de la tncuiv I^ant^rL■ tjue le gändrai Barco' dan» 
In dcrni^rc guerrc. Jn pi*onds lu liltort«.'! do repr^nter träs- 
huinblemeot k V. RC^que d'apr^s rnoo foiblc jugemont il Beroit 
rhoninn" \c- plus propre j* celte inission, l'intimite qui existe 
entru lui et le P" Poieiokin le mellruit ä meiae d'entrütenir 
tonjoura ce dcmitT daiis Ics bonnrs diRposidontt [tour nous, et 
d'etre in«truii raieux que tont aiitrc de tout ce qiil »c passera; 
je dois memti jijouter, que je craiiulrois i|ue le refus de cetle 
grA.cc qu'il sollicitc avoe la plu» vivi: ai'<l(!urf iii; parul KCtiHibln 
Ji rimpi'ratrice qui sera Haii(^ d'avoir k son armee un hommo 
ansKt distinfruf', et qiielle honore d'unc estime tuutc particuliere. 

jlladuuie ta tirandv JJuclu-üse iii'a remis le paqiict rijoiiit 
ponr Mad™'' la Princessc Klisabeth, quo j'ai riionneur de mettn; 
aux pied» de V. M. I.. et eu m'y prasternant je suis aveu la 
plaü prgfonde Bourniesieti utu. etc. 

OCXXVII. 
Joseph aa Cobenzl. 

AiignrtQ», H. S«piamb*r 178T. 

Lieber Graf Coheiizl ! Cberhrin^v dtegee ist det- Knpellen 
meisterCimnvota^tcelrhßrmie.h'itni.eint^rhreihen.antiiegebethenhnt. 

' Der Ii«k»iiii1i> PdliiiiiATxrliall und Il<if tiri<>g?irailii>-!'riü>ii|iMit Krnnic MurU 
Griif VOM Lniicy, Loliror unil Kroutid den KxUntvt, wie ilisii«! aviXhxi Ihn 
mranlft; geb. in I'fllerntiurK. 'il. OuEuber il'ih, f Wien, ü-t Nnvuiiitier IttUI. 

• Vinc^ns Freiherr von Barko, k. k. Fetdtnsm-ball-LiiMitouant, cuinniaacliu- 
roiidar Oenerai in Unj^arn; f li.Mftnt 1797. 

* nmaroM Oumeiiii-o, Cjioini^onijioiiitnur; geb. ku Av»rMi, 17. Dec^miieT 
1747, f SU Venedig, II. jaiiuci 1^1. 



Unrrb d«n KApoHmatsli-r CiiimroeA 
den :!. Uvoeniber urhalten. 





202 

Da nun ttinvr Mnnu trirklick viele Kentuinse m der Mu»irk 
beaitzl und Ich Mich f/lttuhe, titttfn er miV geinfim J^ingen eelbat 
hey dem Ciavier in eintr kleinen Gesellschaft iffullen tcitd, «o 
will Ich Ihnen dttnarXhKu hiemit entpfehloi, dmnit Sie ihm Ihre 
ViiUrsliUzwrif, da tcu er sie n^Hhig hat. antjeddhi'n laasiai. 

JosAph m. p. 

CCXXVIII. 
Cobenzl oa Ja8«ph. 

pu Coirrr. Biitxkudy. & 8' PitomWiirf le 21 eoptbr. 1787. 

Le pardo nobl« Haozkady an-iv^ ici Ic 12 h. I* hcures du 
soir m'a remis Ip» ordres supremes dnut m'a lionore V. M. I. 
dU luumeut oü l'üffSoiiil d'atuläiiK6acUt Tut/ reucvoit d« raoi sc« 
depÖL'hoa pour les portc-r ü Vicnno, d« sortc que poiir no pns 
nrrÄler celui-ci, je mc «nia bornö d»n« un P. S. li lu Cliancül- 
lerie de Cour et d'Ltat d'annoiicer en deux inots l'arrivt^e de 
moii Douvirau cuurritT. 

Je quittois l'liiip'* au monicnt de rarrivtfß de mon nonvcan 
CDUrrier, "^V de Se^'tir et laoi iiou« passotis lim isuir^es prets'^uu 
joiirtn-diemont iivcc eile Ji son KrL'milap;e; on avoit co|ho mos 
dt'pOfhBS ptmdaiit mon aliBcncK, vt ja n-iurois chez moi pour 
IcÄ »igner lorsqu'ii la Iccturc des ordres suprf^mts dont V. M. I. 
m'a lionor«^, j'jii appi-is la nnuvelle marque d'amilii- ei i'^clatuntc 
qu'KlIe vouloit bieii «loiiticr Ji .Sun allic en lui ofTrant äoTi se- 
coure meme avant d'cn rtro requia; j'ai vouIh quo I'Imp'^ re- 
9ut Ic plutöl pofesiblu cL'Uu nouvolle si inN-i-fssaiitL; pour eile, et 
j'ai vu cncorc Ic mcmc soir Itf ViceChancelüer aufjuel j'ai re* 
mia la lettre de V. M. I., et chu?. lo tavuri Matiiunow h qai j'ai 
confiä l'objct do I'cnvoi dti coarrlcr, en sortc que l'lmpi'i-atricc 
«n sVvuillaiit Ic lundemuiti a Irouv)^ sur 6a tabtu vt lu letlrt: de 
V. M. et Uli billel de M^ Mamonow, qui la fölicitc de l'iicurcusc 
nonvelle qa'elli* recevoil. 

Ne pouvant dans one occasion comme eelle-ct refusor do. 
nii'OiiiniUni le imsuB foederis sans renoiieer d'avance ä tuut 
«äquivalent des conqu^les de la Kufwie, leg cireoriHtanoes <?tant 
d'ailieors anssi favorableB, qiir possibln m Kiirope, rien rVloit 
mieux vu quf le parti qu'a pris V. M. I. de j»revcuir les re- 
quisitioos de I'lmp^ et de lui offrir Elle meine ses secours, ce 




qui augmcntoit cncorc lo prix do cctto prcTivo d'amitic. Je 
uiaiii^ue cie teruies poiir faire contioitre Ii V. M*^ quelle n ele 
lu joic do cettu augiisLu souvcruine h Iil rticeptiun de cettu iiou- 
volle. Qu'ai-jo fuit, di&oit eilt-, sans cesso )mur niiiritcr d'nvnir 
un ami &i vhand, et si inagniinimeV je n'ai \»i {[iie motitrer tna 
boone volonte. C'est ii ues traits, h cette maniere de st* dti- 
eider sur lu vliaui|i qu'uii rauonnoit le graiid Prinec et riioniino 
auperieur. Tels aont les diECours qu'cllc a nSp^td sana cesso 
au Prince de Ligne, k moi et Ji tous ceux qui ort le bonheur 
do rap[>rocht>r. 

La joio de Tlmp** i^loit trop gi-ande pour quc la chose 
pul lotig tems demeurer seer&tte. II ^c repandit bientöt dans 
la villc des soi disant copics de la lettre de V. M. doiit riisn 
n'ätoit exHcto, &t iion U proniesse du vL>nir au secüurs de la 
Kussie, et tout Ic inonde est dana la plus juslc adiuiration et 
da servict; iuiportant quo V. M'"^ rciid ii son allie, et de la gratt- 
deur d'.4me avec laquelle Elle a daign^ l'oftVir. 

Qu'il ino Koit purmis de relicitci* nioii auguste maitt'c de 
la resolution qu'Il vient de prendre sur les affaires prescnlos 
vrainienl digne de 8i>n rouragf, Vriiille lo cid eMniroiiner du 
succ^ lo plus coinplet tuutes svs eatrcpriEjes pour Sa. glotrc per- 
sonelle et pour Ic bien de la jintrin. A present que Ic parti 
est pris, et annonct- taut en FrainMi (|u'f'ii KuRsiti, oii m; doli 
plus a'occuper que d'cn tirer toutc lu parlie possible pour le bien- 
ötrc dt" Tetal, et Ji risquer plutöt loul« clioae au monde, qu« 
d'en avf>ir lo dementi. 

La lettre ci-)oiiite quc rimp" me charge de faire par- 
vonir aux pied» de V. M. I. coiitient saus doule le« exi>i-es8H>ns 
de la reconnoissauco de celtc aupiistc souvcraine.' Du inoraeut 
oii on a appris icj les intentions de V. M.. uii a i'^lti k t>e repuiitir 
de ce qn'on avoit df^clarö au C" de Segur et k moi qii'on ütoit 
pret de L-oiis'eQtir eueore ü, la paix, »i les Turcs vouluienl re- 
Ineher Halgakow et dünner uuo saüöfartion convenablcj ce qui 
a oceaeiunne l'envoi de mon dernicr courricr. (->n Irouvo ectto 
d^marelic qu'on n fait alora d'autaiit plus jirc^i^ipitec, qu'ä l'aidc 
du set-oms de V. M. et h la poaition lies affaires de l'Kuropc 
üu rcgnrde h irmuient eoiiime tres lavorable. .favoue qu'avniit 
rarrivee du courricr, ignorant cncorc les intentions de V, M'", je 



* Arnertli, I. e. Kr. CXLIX, p, .HOO. Der Brief vom 11. Se^ilember ». SL 




II 



304 

les ai encouragd moi iiiämc k cette df^miurch», en repr^entant 
qae qnoirtti'il arrivc olle serviroit toujours ä iiifMtrc la mod<^ra- 
tion flatiS tout son joiir, et »iignient«r les lorls des Türe». A 
pnisenl un eai rosolu a'il o«l n^coesairü d'en renilrü l'effct nn\, 
cn se montrant d'autant plus diflicüe sur la BHtislaction qtrori 
cxigcra. 

Par tnes treehumbles rapports k lii Chancellerie de Cour 
vt d'bÜtnl il plaira k V. M. I. de voii* i\ac j'ai fnit lout cu, ipii 
dependoU de raoi pour qu'KlIe fut inforrawc le ])lnt6t possihic 
de tout cc Qu'Kllo dpsiroit de savoir tovichant les npörations 
des trouppcs russee. Les ordreH les plus pr^cis ont it^ dunnc 
sur le flluLmp au Pnnce PoteiiiUin d'enlrfii* ineft-^saiiiont cn cor- 
nispfindnnce d'abord avec le Prince üalitzin, cnsaitc arec les 
(ff^iiftraux de V. M. I. Aha qu'il« »eront d«sigT»es, ou avcc qui 
Elle dai}^iicra lui prescriru, klin qiic V. M'" suil abäoluiiiuiil in* 
strnito de toul vc qu'il se proposc de fairCj et qu'KlIc veuillo 
bien se döcider en ronsrqnenpe. Aux ordres qni lai otit ^te 
envoy^ de la Cour et qui onl ete regl«5» Pur les demnndes quo 
j'ai faitcs, j'ai Joint (Micoru unc lettre, i[uc je lui ni adrcsse sur 
lü meine objet. 

M' le Comic Besborodko m'a commuiiique de plus tont 
ce qu'on savoit ici. eu qui est ^alemont uuntenu *lans moii 
rapport au P"' de Kauiiilz, mais quo je dois avouer ötre insuffi- 
saiiT. Jo dois donc m'en rapporter absoluinc^ni k ce qui lui 
viendra dirfrctemcnl par lo P" Potomkin. 

L'c&prit de inodt^ration avoit ici tcllemcnt succcdc^ aux 
fumi^es bciliqucases afHchdes avcc taut d'eclat pendant le voyagc, 
et on (*ti'.n! si eloi^e de croire qnc le« Tnrcs OKaRünnt attaquer 
la Kusaie, qu'on avoit dejli distpentiL' le» trouppes, ne^^ligv de 
fonncr den nia|;azins, et qu'on ne s'attcndoil nullemcnt h la 
guerre, sartout dans la dispositton uü on ^toit d'adoptcr des 
modificationa sur les pnint« litjgicux. II r^^sulle de \k qu'on nc 
firoit pas ici püuvuir n^'^ir oüeii^iveinent peuümit cette catni>agi)C, 
et si le Prineo Potemkin exöcutc quelqoe cbosc, il surprendra 
d'autant plus nprrpftblcinent rimperatrice, qii'eJle rir parle vWb 
meme que de rester sur 1» defenRive. J'ai rcpreseiite cunibieii 
il ätoit dn conEü^qucnco d'afrir avec le plus de vijiuour quc 
possible, et de faire les phi? grands efforts pour oblenir des 
succ^s rapides, que e'etnit Ic moyen df tircr Ic plus prard 
parti des circoostanccs favorables, et quc plus la guerrc duroit, 




ao& 




plas OD ^it expoe« k lea roir chuiger. Od coavicnt ^Mufaite- 
ment de cela, et an m'assure, qae di» que les ohoses seroot 
en min, nous DVaraos pas k nuus plaiiulrc, qo'on n'apase pu 
id d'ane mani^rc asset v^areaae. Aq reste on attribiie tt tont 
et! qae nous »von* rrpr«unte ici, si les pr<-parRtir« De «oiil pas 
[litis avaoces, riiii]>^ralric« n'avant JAiuais rirn voiilii cutrc- 
prendre sans y ctrv fon'^e. uint que son allie, dont Uis inti^rf ta 
lai tenoicnt antant k coear que les «iens möuics, trouvoit quo 
les circonsUnces n'^toient pas favunbtes. Le pleinpguvoir ab- 
solu qu'oD a doDne au F^ Putemkin Joint au peu du ilötail quo 
conticonent sea rapporta, est cause qn'on est hoi-s d «tat do 
donner ici les rcnset^icmcn« que nons avons <lMnande. CVst 
doQc chez lui qu*.- tuut se dt^cidera. C«ci pruuvf uiicor« plus 
la neccssitö d'avoJr ä son anoiic an bommc de conßance, et 
qui aie du ponvoir snr lui, ce qoi se rencontre dans le Priuce 
de Ligne mieux que dans tout uutre, j'oae tnVn rapporter trda- 
huiiibleiiiciit k ce, que conticnnciit inc£ rnpports du 12. ik cot 
«gard. 

Conformt^ment nux ordros suprßmcs de V. M'* I'* jn n'ni 
pas manquti de represoiiter ici foi-teuienl, que cu u'cttl qu'uii 
pritportion de ce que ferolont les trouppes i-ubsos que V. M. 1. 
peut rtgir Elle-mf me, puisipie dans nn« gnerru <|u'Klie »'untre- 
preud que par nuc suitc de Son amitiö pour I'Imp'^, U ue seruit 
pas juste qu'Klle cu supporte seule tout le fardeau. Ou uie r«^ 
pond ti cela, qn'on agirn certaineiucnt nvec toute la viKueur 
n^cessaire aossitöt qne faire se pourra, et que ]>^in'tn- ilfl rc- 
connuissance de procüdes de V. M*". flmp'" s'en reniet absolu- 
mcnt k Kllc de tout ce qu'Klle trouvcra bon d'eutroprondre 
pour la cause coinmtine. 

J'ose n^clamcr K cctte occasion la libortä quo V. M. I. 
daigiie accorder k tous ses svrvituurs de lui parier avec toute 
frniieinsc pour exposer tr^shuniblement h. ses piuds, qit'etle vHl 
ina imiiiii'ro de vnjr ii cd egard. II ts&t cei'taiii qu'un nc pout 
pas s'attcndrc k quclquc chosc de constdiürnble de In part des 
Russcö pour celty uampiignc, c'est l'annee procliaine qu'ils aKi- 
rent nvec toute vigucur. II nc eeroit äuremcnt pas raisonable 
qne nons nous attirionn k nous 9euls toutcs len forccs utiümnnncti 
sur le Corps, tnais d'un autre cöte les Türe» trompt^s piii' les 
assurancc» prussienucs nc s'utLendciit » aucunc ultaque de la 
part de V. M'*. Ils rasseniblent tout ce qu'ils out do foive vers 



1 



2or> 

la Hussanibie, \a Servie et la Bosnk- doivcnt nRcesBairemont 
etre dtffrarniea de troxippes. Si le reste de cotte cani|mpiic stif- 
ÜRoil. ponr f[ii'oii put sViiipfirer ile Belgrade, uii faire tinc attai|nc 
avantagciisc ditns l'ano de ces deux provinccs ponr »'y i^tablir 
riiivcr^ ce sci-oit un cominencement t\c guerre tissez ^'lorifux 
ponr iioas. Lcs truiippus iitii sunt en HeHsambie ne pcnvcnt 
vcnir au sccoura de ccs provinces, m tcnter qucliiuc ohose dans 
la p&rtie des etntö de V. M'' qui avois'ment lu plu» ile ceux de 
rimp", saus abandomier l'annee russe qu'ils ont a preseiit eii 
tele, ül qui en k'S suivaiit Ii:a t'iiijjpcheroit ilo ricn teiiUsr contre 
nonst. Dans !o fait nous n'cntrcpronons ccttc gaerre que poor 
iiuuti atHsuror uii t*qu!valeut de eu qu'ucc:|u^reroiil uu ont acqiiitj 
Ins Kiiäses, chaciuiiu ngira de sun räte puur faire les plus do 
ronquAtes poiiBiUlvK, t-l prulmblciiicnt celiii, qin auni etö le plus 
loin, cöiiacrvora le plus ä la paix, teile est la raison qiii doil 
noua en^agiir ü no luisscr ücUuppcr aucuiic oceasiiin ili! fuiro 
quelques progrfes. An restu les nouvelles qu'on rccevro du 1*" 
Fotemkin, rt Ion caloiiJB militaircs pr-iivont stniln dr'tPrminfr U 
vnleur des idi'cä d'un Uabit ;;ri», qtii viuidroieiit ({uc lei> armees 
puasent fuirc niitant de clieinin,. quo son doigt un fmt Kiir U 
carte dans »on cabiiiet. 

IjC Slinistrc do Priisso so doniie tontcfi les peinoH poRsiblee 
ponr di'lruire les nouvelk's que l'ou a de luut co qu'a fuil k 
Constantiniiplt! M'' 0iutz' poiir suscitcr la guerre Le VJce- 
C'tmiiridicr Iiii a n-poudii, qti« riiiip"' jiif^oiiit ti<iii mir des liniitSj 
luatH aiir des fait*, et qu'elli; etoit duiis li' caa d'eprouver qiieU 
ätoient les v^ritables umis dans une guerre, oü on l'aLta'juoit 
tiijustomi!iit. 

Je erots qu'on ne fem ricn ici ponr choqutr la ("oiir do 
Berlin, maia oii n'Ira pas au devant d'elle, et je crois qu'il 
seroit dungereux de le cotmeiller. Kn dcidoinngoment de sa 
potiduit*^ passive oii nirmie du contingont peotniiain^ fixi'- par son 
traiti* avee la Hiissio, 1p Itui ponrroit exigcr qu'on lui livra 
Danxic oii qiielqiie atitre acquiflitinn, que tHÜe quVIle soit r>terüit 
IohW )a valLMtr h vv qu« nun» püiiriuii« vtdevirr ii l'eiupire otto* 
man. La Krancc ne nous attaqucra jaumia a, moins d'ctro avec 



' Hcinridi FrleilrifU Ditw, k. prouMiaclior Cüsandtw in CotisUiitiiiovi'l. 
Er w«r fröbor K*n«lei<ttreck>r und Protiiiiotjuiii« bei der li«fl;ieiruiij{ in 



J 



207 



Ic Roi de Prusse, et ai cclul-ci cntrcprcnoit quelquc cltos<> suns 
la Frarieu, quelle jilus belle uccusloii ite tounier c-uiitrL' liil lu« 
forccs n5unies cIo TAutriciie et de In KaHsie, et dt- ivpiirer les 
pertes les plus sensiMes qu'ayent fall les iirt^difc-essuars de V. M"*. 

Lcs iiiMivdlK'S qufi V. M. I. ftvoit daig-iie iiu- donncr tivii- 
eliuit leij jilfjiircti di-a Puiä-I>as feroient cspiiitii- quo les (■lioace 
ne tiirdemient pns h rentrer dans l'urdre, mais les lettreä directes 
nonw |)arlent de nonvelle r^sistance dt-s Klats. F^uissent-ils n*i 
pas 6tre assez nveugles pour forcer V. M'' ii depIok*r Sn piiis- 
tutiicc k leiirs thijions. Cec (tvtineiiicnt acroit h la verili- faulii-Mix 
dana les circonstancos actiielles, inais les forces de V. M. peu- 
veiit feuffire ä tont, tt »i h- Uoi Ac- Priisse «Hnigne (>0/m lnnntm's 
du L'ueiir d« ses ^tatb pour le» aiTaiix-» dlloliaiittu, V. M. yviil 
Sana auftiri danger eiuployer Ic norabrc necessaire k eonUinit' 
sea provincea belgiques, 

.l'u! fait pusser aa P" Potcmkin la miiBique (pie V. iM. a 
daigriü de mo iiiandcr pciir lui. Qnant au portrait »U: W th' 
fAnmaiuiv; ([h'IOIIp iiic periaette de Uli representer tW-shuiiiblc- 
nient, qu'ü a ete aolerancllement promisj quo rette f'aveur est 
atteiidu avec la plus vive inip«tieiice, «t iii'a, t5t«i rappele iv tr&» 
fl'cqueiitiiH repriRC&f qiii: Mamonow est toiis les jours phis cn 
j^-flee, qu'il n assez d'esprit paur ponvoir alter loin, qu'il cat 
tres favorablement disposi* pour iioiis. et qu'il wroit fjlcln:ux de 
lui donner de riuiiiiuur puiir uiie clmue qui peut au coiilrairu 
noiia l'attaehirr d'avaiitafre. V. M. est trop eclairc^c ponr ne pas 
apprecier loulos ce.t rnbona que iiion zelc me diclo; j'ose donc 
La suppUer de nie meltre k meine do d^ga^cr Sa parolu h plus 
prifmjiloment et le plus ricliciucnt que faire se pourra. 

Je n'ai pas iDaiiqtld de faire parvciiir h Ijuurs A. 1''^ Im 
lettre dont V. M'* a daijnni mo chargnr, ot jn joins ici tr&s- 
Imtubleinent les rt^ponses du Oraitd-Duc et do la Grande Du- 
(rhesse aitisti (pi'inifi ifAin: kS. A. Mudame la Prlncesse IClisabetli. 

Ell liie prusternant etc. 



CCXXIX. 

Philipp CobenzI an Ladwig Cobenzl. 

Violine Ic 11. Oftr.bro 171*7. 
Lt- iiicuuiire fjue vous vciioz de luNfrivoyi-r h la suitc du 
prt5cedeiit, cütiticnt bcaaeuup de propusltions triiä-juates el aiia- 



logucB k nntre mani&rc de voir Spielmann et moi. Je ne S(ais 
ee qni en arrivera puisqne cc n'cst pas nous Aenx qui decidons, 
Bai« li on s'c'carte de ces principe», cc ne sera pas notre fnut«^. 
— NoQB voilk duuü preta k entrer cn daose, oü pcu s'eii ftuit, 
malhearoDBonient voilk la snison pluvieasc qoi ra commencer 
eo Hongrie, et d^-lors on nc p^iit marclier surtont pas avoc 
an traio d'artilleri«, par cons^quent je doale fort qae les ho«ti- 
litt^s puiääciit commencer de notre cotä avant le pntitenis, ce 
qui nuus est aans rantrtidit tr^ prejndiciable. — 8'il faudroit 
mcler dans tout cela Ics V<5nüticn8, c'esl nn point qo'il faat 
peaer encore plus muremcut; en attendaiit a vue du paya il 
me aemlile que pour noas il vandra beancoup niieux les tenir 
debors, va que tout« linitton avec fux noiis generuit; ce que 
j'aimerois Ic micux acroit qu'ils s'alliassent avec les Turcs. . . . 
P. S. Si le Prince expedie encore une lettre particulüre 
qu'U a eümmence k dicter pour voos, vona recevrez lii de lu 
pTMC d'nne singnlt&re toiirnnrc. Vonn Ini rcpondrcz sur cela 
tout ce qui voua plaira, maia dans loue von propos et dans toutc 
votre conduite lii bas, je vons conseüle de vous tenir toujours 
exciusiveiuenl aux lettres d'ofüee. Nnuft avon« encore le jugo- 
niL-nt fort bon, m;it>t p.ta autant de memoire et malhcurcnacment 
TG uns 8ur bä epaulea. 

ccxxx. 

Kannitz an Cobenzl. 

Vionno In 12. (IctoliTO I7H7. 

Ici, cons^quemment au bon ordre ^tabli dans toutes Ics 
branches de Vadminiälrutinn^ et Ic couti-ole, qui ent constani- 
mcnt S008 les yeux de l'Krapereur an moyen dca protocolles 
aur loutca clioses, que Ini founiissent tous Ees Departeiuen» et 
qui ao trouvent Ii 8u Suürätaire de Cubinet, II Kait uu qui est, 
et ce qui se peut, »ans avoir bcaoin de aortir de sa cbanibrc, 
et cn Knssio au contralrc Tlmptiratrice et son Ministfcrc ne 
aavont exaclement que cq que l'on veut bien nc paa leur laisser 
ignorer, et je ne »uiy pas f^tunm'^ inuyeniumt eola, que Ton sott 
dans le caa de devoir nltendr»! loa infurmatidnB du Prince 
Pittcuikin, ponr «avoir ce qni jiourra sc faire »vant de puuvoir 
dire cc que J'on voudra faire, inais j'ni grand peur que Ton 



J 



ao9 



iic aoit pciit-otrL- biuti ylus eloigm^, qu'il ne seroit däfiirable, de 
IVtat oJi ou devroit filre, pour pouvoJr entreprendrc. du grand 
tont (lo snite, et satis Hre oblig« de dwbnter, par mit! Iiuiui- 
liantc dcfirmsivc, aprts tant de jaetanoc. 

' »utillL-, cumiiu; nou9 le sommes ici. on eut öle eii etat de 
debuter par un cuiip d't'clat et de viguenr, au momeut uiöme, 
oä on a Mö. mfonii^ de la d^claratiün de ^crrc, et e'cnt mal- 
lieurciiacment cc qiie I'oii ne paroJt paa etre Ji beaucoup pr&s, 
ait grand detrinient de l'avenir, siir lequel de k moUeöse au 
debiit :iu pi^ii pas lUiimiui;!' d'influur. Majs (^ritiTi cpi« f&in:Y II 
faut aimcr scs ainia malffi-<; leurs df^fauts, et pourru qac cette 
premi^re »'(^ole soit re^n'-e paiiloiiucr. Vous penscz bleu que 
cet i'-tat duti ubut>eti tue fait attendr» avue biuii <U- riiup!iti«lK'e 
Ca quo V0U8 pourrcx nous mander de plus satUfaiäaiU par la 
stiitt', d'iipräs les ronseigncuiens que Ton atteml t\f. M' de 
rutemkiD. 

Voiiä verrcx par lea cnmtiiiiinicatinns (ti-joiiiti!s, le mauvais 
effet qii'u t'ait tont de suile bi demarcbc nmlle pr<H:ipit«Ui ut tu* 
consideren, que l'on a faite en Frauen, ainsi que la fa^-on, ilont 
j'ai eUitlL- la doiimnde, qti'un nou» a faite, do iious eiiiply_VBr 
canjointement avcc M' de Clioiseul Ciouffier k nous attirer un 
refus ileratif et huHiiliaiit <le la Porte. J'ai tat-hti par Ifi de 
raccomoder la sottise le plus quo possible et de prt-parer cn 
m^me tems k- Miiiistere tVuii^-uis au i-efus d'un concert, qu'tl 
piiroil tent^ de iiuu!> propuser, daii!> iiti moiimnl. daiis lequel 
certainement il re peiit pas rri ntre quc-stion, supposii memo 
qu'il put I'ätre par U euite, si nos succ^ ätoient par hazaM 
assL'z brillantes, pour pouvoir rendre vraisemblablu l'entiere de- 
atruction d« l'Eui]iire Ottoinan «ii Europe. 

Noua venons d'avoir ]a faebeuae nouvelle du inallieur ar- 
riv^ a la flotte Uuase, cela est malbeiireux parceque «.-ida fail 
des purtes <|ui ne sont rii lacilemeitt iij proinptomunt ruparubleä. 
Oioii vi'uille quo k mal ne soit pas Jiussi graiid qu'oii lo dit. 
Noua le äouhaitons bicti vivemcnt, comme vons ponsez bicn. 
Je i'oua embraase. 



Stg.: Tout U VouB in. p. 



Oriflnal. 



r«BUi. n.AbUi. Biur. 



14 



i 



310 

CCXXXI, 

Jnepb an Cobeazl. 

Vionno v,B 13. OctobrB 1787. 

Mon eher Cointc de Oobenzl. .T'ai rc^u Ics dcux luUi'es 
que vouB m'avi^s envoy^es successivemont par Pute et te tiarde 
nnbliP Ba<!skacly, el j'ai vu avcc plfli-str f!ans la dernü''iT que 
la prom|itL' «Wcision »[«iw j'avuis prise pmir k*s »rrun^eiiK^ns 
iiillitairus, a ct^ sentie piti- t'Iia))üratricc et toiiB las ICusses, 
romiiie eilt» le m^ritoit. 

.I'attpnds iLvec iiHpatmnco I«« prcmi^t-cs nouvollps <lu 
Prioce Potumkiii duiit juDtju'ä ce momoiit je u'ui etivurts cu le 
inoindre signe de vie. 

.Selon tonn vos rnpports je remarqae qti'on a {'ifi pris im 
peu au depourvu. Voua von« souviendr^ que je vo\xs ai dit ii 
Cherson et on Cnnif^c, que je nc voyois point les clioses arran- 
gii'H de fa^jon n [louvinr entrer en guerre oii faire qiielqae 
entrcprisn sur Oezakow. 

Vou8 verrös par ce que vons mande le Prince de Kalt- 
nits, caiutnetit sont les vhoHCH avec In France. Je crois que 
riiilpt^raLrifC. poiirra i'trr. pHi'faitPtnenl conteiUe de ta limnifere 
dont j'ai decliiM? d'enlrer cn pourpnrier, en remettant tout li 
80D arhitni£:e. 

Jo prevois bien qua cel autouine on ne furiv plu» rien, »i 
Ics Tiirca ne fönt cnx-ini"imis quidqu»; attaqne snit sur le Bung 
ou sar Kinbnm, oh tondent leurs projets k cc qii'il on aasnre 
do ConBtantinople. Kn attendant vous aurt-s dejfi. appris le 
(l<58aslre arrivi; k la flotte de Sebastupol qui a i'tti dispprsee 
par des ouragnns, et dont un vaieaeaa nomine Madelaine de 
74 canons a 6l4 tout demai'- et pousse par ies vent« et Ics 
c<)urraiiL'i dans le Canal di; ('oiiBtantiiiüpte, et par conHi^ueiit 
pris par los Turcs avec tout r<^qiiipa^c, Dieu s(;ait ee qui est 
arrivi Anx antres batimens. C'est uns temble perte, parce- 
qiiVlIc est irreparable, Ies chanticrs de Sevaatopot iiV-tünt ni 
roriiiiiti iii fitiirili^ de ce qui est ueccsBairo; ccux de Cliei'sua 
niuntpient aussi de bois et I'on n'en peut rien tirer lant qu'on 
n'a pfts Oezakow, et que l'embnurhure dn Nieper ne seit librn 
de- vai(»8<;aux turcs. Oe u'est donc que de ramiraut^ de 
Tagaufog que la flotte peut reeevolr des agrt-s et des mvitaille- 




^1 



mens, ot uncore la iiavigaüoti est dilHcilc ol pou »uro, si les 
Hottea turques se (iennent tians la nier noire. 

Quelque bcmne envie q«e j'nurois et quelqu'avnntageux 
qii'il scroit pour nioi d'Agir le pltttöt posstble, vous senläs bien 
que je iie le puia avaiit que k-s Kusses n'ayont iJnblie lear 
manifeste et fait quolqiic iiiüuvement avec Icnr trouppcs; car ce 
n'est quVn alli«'- que je sois en bon droit d^attaquer tes Türe*, 
n'HyftDt point d» plaintea directes vontre eux; je le pourrois 
d'aiitant limine qiie par vos döpficlies envoyi^fK avcc Putz vuiis 
in'avies inatruil de la (triuarolie trfes paeifiquc que l'lnip^-ratpjt'e 
ftvojt faite vi»-k-vi8 de I» France pour pouvoir evlter la gueri-e. 
Actuellement que ta tiaiBuii est dvja uvaiicee, je vois bien qu« 
iiüua iie Icrnns riL'H jiisqii'aii prinU^mpa, 

Je destine le Prince de Ligne k saivre l'amiiie mss^ pour 
y mener la corrpsiumdance, «^t jft voiis joins jri nnf- pctitc U-ltrc 
i|Ue vüUH Itii romtiUn's, Jt- t*u)ii[)ti! ausai lui cnvuyur claiis peu 
quelques pointa d'instniction avec un officicr de l'etat- major 
dont il pourra se scrvir. 

.]ii Ullis cliarme pour l'opinion publique qu'on all doDDe 
IUI comiiiaiulcniciit h. Koiiiuiizi>w, quoique ju mi vraya jiiiK qu'ttii 
en tirem prnind parti; sa röconciliation avec le Prince Potemkin 
fait ni-aniiuiiiis Koniieur ä Ums deux. 

Je suis l^iuii ciiricux d'apprcndri; si oii peruiettra au Grand- 
i)uc de faire eampa^iie; il in'en a tetiioi^ii son däair et je Tai 
Pirl appnMivil <)n ne Tenrerra aureinent h Tiirmee du Mare- 
ebal Koman/.uw, et je doute qu'il voudra uUer h celle du Prince 
I'otciukiii. Qciaiil i. iiioi jn sula decidä U nie reiidre avce muii 
nevHU H l'arnK^e quo je fai» rasBombler, ce- qm pourra accclerer 
*on mariagc avpc la Priticeese Klisabcth. 

A l'ügard de mon portrait que vuus suUicites pour M&mo- 
iiow je vous renverrai pour io lui romettrc dana uno montro 
que j'ai commnndee h cot effet. 

Je vous joins ici l'etal de l'arm^e et des corps que j'aurai 
«ur mes fn>iiti6rt.-8 et e» Hongrie; il est uxact et tel qucjo Tai 
liioi-meine. Vous pourn^s le comuiuniqiier !i l'Iiiiperatrice et U 
son iniiiiitirrc, sans qu'il soit pourtaut eoiumiuiique k d'autres, 
comme nne cliutie qui n'est point suscepüble de pubÜcite. 

On uraniionec dans rinslant l'arriv<^o de la voiture qiiH 
{'[»iperalrino ni'a fait faire u Petoi^bourg. je rouvre ui^mc ma 
lettre pour Ten remcrcier par nn postaci-ipt. 

!*• 




212 



Vous trouver<*s ci-joint nia lettre |}oiir rimpt^ratriee' el unc 
aatre pour Lc'ur!> Altessf» Inip^riales iivec nne lettre de In 
Prineesee Klisalieili ii MaiJ' 1» (Tniriiii^ Dut^hussc iitH'iniijiaj^iiön 
d'one petite htiite. 

A^lien, mon cljer Conile; ci-oyös qiie je suis toujours avec 
Im luüineH HentiitiutiH irc^liitie et il'aiuitic 
Sig.: Moll eher Comto 

Votrc tr&fi nffcctionä 
Jonepli m. p. 

CCXXXII. 
Joseph an Cobenil. 

Visiinu CO S3. Octnbra 1767. 

Müll eher (dornte ilc Cotcnal. II nc vous nrrivc plus de 
Maitre de Chapelle snns 6lre porieur d'une de mes lettrea. Ce- 
Itii qui vouB remeitra In prescnte est nn nomine Martin* tjni 
80 rend aiissi k Petersbourg. II s'est »igiiale k-i par Iruis joli» 
opcra qui ont eu du sacc^. il n'est piis ausst boufl'on que 
Otmarosa, inais sa ouinposition nVat jms nioitiA aji^re'^alile, r« qtii 
m«' fait croiiv qu'il rt'tisslra (^galcrafnt ehcz vous. 

Adieu, uion clier Coiute, vous (-onnoiss^s lea ftcntiiucns 
avec leHqiieU je suis 

Sig.: Votre trfes affcction^ 

Joseph TU. p 



CCXXXIII. 

Joseph an Cobenzl. 

Ä Pfiwr^boarg IB 22. Növomkro US? y.^^^^ ^^ 30. Oelobr« 17«?. 

piiir coiirrier rii«e. 

Mon eher Ooratc de Culjerizl. C'est par le retuur d'utt 

eonrrier du Pritice Gallilziii quc jf^ vous eiivovo cee ileux lettros 

dont vous remcltröa l'une ii S. M. L'lmperatrice " et l'autro k 



^ Anietb. 1 c Nr OL, y. aU2. 

' Martini Vlcentl, OpurncoinpvsitAiir, DirßDlor dor iUilieiiliicliGin Opvr in 

ftt. Petenbunc; K^^- I"f>* in Valencia, f IHIO in Hu Patarsbnrg. 
« ArD«b, 1 0. Nr. CXI, i> :i<)3. 




213 

L«un Ahesses IiuiwriiJrs. So lear iiDnonce par ceiiv. orrju^iim 
fjue j'ai 6x1? poiir les premicrs joiirs He Janvier la cflcbration 
(!u mariagc de ta Princesse Elisabeth, avant prfifero riocou- 
vönicnt de nc piaj y voir le Grand-Duc, xaou frferu ot la Grande 
Duchesse ä faire partjr juun neveu tout de suite apr^s lo 
mariagc ü rarmec: do cetto fayon il passen» pourt*nl pres de 
trois mois avec son äponsc et pendant ce tems-Ik le mariage 
pourra pr(;iidre Couleur, aiiisi que setablir sur uii pied solide 
ü cimeiiter leur bonheor et salisfacliiHi reciproqae puur le reste 
de leur vie, - 

Je n'ai encore an sigue de vie ni du Prince Polemkin 
ni du Marechal Kuraanzuw: par eonsequent j'ic^nore absolumßnt 
cc (|ui se pas^e; auesi n'ai-j« apprts <ju« par la voie de Polognc 
les Bttaques faites snr Kinburn qui ont Mi repouasecs avce 
«Tantage. 

Les arntngeracns out i^t^ pris de mon cuit', et le printems 
prochatn je coraptc ouvrir avee de grands moyens la campagne. 
Poor le present l'hiver etAiit ii la porte je puis d'autant rnoins 
commencer des Operation» »olides et importantes, que pour atta.- 
qaer les fortercsscs qui sout devanl n]oi, j'ai de grandes riviisres 
k passer dont les hautes eaux souvenl suivies d'innondations et 
les glace» interruDiperoient ines communicatiuus, Je (TOJs memc 
k propos de ditferer jue><ju'au printems la declaraliuii du guurre, 
afin ()ue mos vastcs contiiis »reo les Turcs sotent encore pour 
cet hiver h l'ahri de tont pillagy. 

Vous teres concevoir ces verites 1» oü vous le eroyeres 
n^cessaire; elles lue paroisscnt de naturc i. cunvaincrc totil lu 
raonde que c'est la vraie iovoD de pouvoir aseieter efficacement 
mon Atli4^. 

Adieu, mon eher Comte, il «st inutilc de vous rappellcr 
combicn vos nnuvclles me dcviennent interessantes dans ce 
momcnt, continues ä me les transmettrc exactemcnl ainsi c\u'h. 
Ptre persuad«'- que je suis toujours bicn sincfTcmcnt 

Sig.: Mon eher Cotnte 

Votre tris affectionä 

Joseph m. p. 





La dignite de l'Impei'atricc me füit deairer bicn vivcmeut 
qiic seB arraees soicnt bientot en etat de ponvoir convnrtir In 
guerre deffeiisive en offensive, et de jouer mo^ennant cela uu 
r61e conveoable k Catherine II et k rL-mpire rtissc. 

Ul in literis. 



ccxxxv. 

Philipp Cobenzl an Ludwig Cobenzl. 

Sl.Octobro I7d7. 

Je n'ai pas grandea choBCS k vons dire aujourd'lmi. La 
depeehe d'oflice vouu luet au fait de tont ce ijue voub devez 
savoir pour votru iiifonuation et pour cellc Je tios atnis et allii^». 
Vouß voyez que lea Franyois aprte avoir fonrnis aiut Turcs 
artilleriee, Ingenieur«, Construc-tcurs cto. paroissent vouloir au 
moins premlrv jmrt au guteuu, K'ilü iii.- ^euvuttl tiouK iiouti em- 
pftchcr Tcntamcr. IIa comincnccnt k cette heure de ]>arlcr do 
conccrt: est co tout de bon on est co pour noiie tirer Iva vera 
du nez et se regier eo cuns^quence? Voila 1» quejstion. Je crois 
qu'il fanl le» voir vcnir, nu {loint sc jctLcr k Icur tSto et im 
point les rebiitcr, et en attcndant se presser k aller cn avant 
Sana eux autant qup poBsiblc. 

Je crois au^si qu'il laut ecouter les Auglais, ni6me le Koi 
de Pnisse s'il foroit Ic bon vatot, älin lout Ic mondc. Keoutcr 
n'engagc k rien, et rebnter qiti qiie ce soit pourroit nuire lant 
qtl'ou ne s^-ail pas de qiii on [loun-oit eneorc avoir bcsoin. Si 
Ics Angloia et les Fnui^uis vouloienl se prendre par tes clieveiix, 
e* seniit une bic;n bonne elioae dantt ee moincnt-cy, et cela nous 
mettroit bicn k l'aise, les Kusses et nous. Quelques soiont les 
armements des d«ux cote il n'y a pas grande apparenue qu'üft 
on viennent aux maini«, eepondant qu't-n solt on Ics denio]isti*a- 
liona menent souvent plus loin f[n'on iie vouloit aller, et il faut 
se metü'c eu passe de tircr parti de tout (;v(5ncmeut. — ^ 




CCXXXVI. 

Cobenzl an JoaepL 
pBT Courrier Vegbelj. S' P&tenbonrg ce 14. uovbr. 1787. 

Siru! 

J'ai re^u avec la plus prufunde soamission k's ordroti 
KiipremeB doiit il a pEu » V. M. !'■' de m'honorer en date du 
13. Qctobro. lesqiicta m'ont iu^ remis par Putz et les i\eux 
gardes nobles Vegliuly et Rctzey. Je n'ni pas manque do 
luettrc Bur le champ li exiScution ce qui m'a ü(^ prcscrit par 
uette exjn^dition. Une legfero hlesiinre k la jambo, Buite d'unc 
chute, que j'ai faii cn nie promenant k pied et qui me relient 
cliez moi depuis truk semaiiiee uö m'a pa» ompe'chci de voir 
les ministres qui onl eu la complaisancc de se rendre che?, moi 
toutes ies füis, que Je leiir ai fait savoir, quo j'avois quelque 
cbose ä leur dire. 

La tottre de V. M. que conformömont k Ses ordrrK, j'ai 
fait pai'venir Ji l'Inipi-'ratrice a caus^ un plaisir infini h Sa MajK' 
J'y ai Joint IVtal rlc, Tannt'*' «-t des corps, qui ont etP ra»« 
Bembtß sur las frontiC'rc'ä t-u Hongriu, llmpüratrice et son minis- 
li-rp Olli vu avec lu plus graiide satisfaL-tion, ro!iib!<Mi loa sr- 
cours qu'ils re^joivcnt de notre part sout considt-rnbles, cc qui 
ajoute encore k leur sensibilit^ et ii leur reconnoisHance. J'ai 
(Ifinandt^ eoiuuie de raison, qtiü la cbusc nu tut cumiuiinic)uöi! 
ä porsoniif, coinme n'ötanl point susceptible de publicitc, ee qui 
m'a et«i sotemnellcment proiiiis. 

J'ai l'bunneur de mettru aux pieds de V. M. p la lettre, 
quo rimperalriue viniit do nie faire parvenir. j'y joins ^j;alc- 
munt l'i'Lat qui m'a ete remis des forres, quö la Kustvie emploic 
daas la guerre prefteiite. Apres la deroi^rc ]ev(^e des recrues 
si considörable, il ti'est presque aiicun doute, que ces truuppes 
ne soicnt absoluniunt coiiipletoa. 

Malgrfs lc9 ordrcs rciteres qui ont ^tc envoyc au Prince 
Potuiiikin, d'iuformer If Prince Oiillisiin directcmcnt de tout t-c 
qui se passe partui \es trouppuä qii'il eominandc, lc£ {;ens en 
place crftignent bi'aiicoup quo jusqu'h Tarrivee da Prince do 
LigDO U l'&rmee, V. M. n'en anra cu que pew on point do 



> Ameih, 1. e. Nr. GL, ji. 302. 




216 

noiivellcs direttRs. J'ai fortcmcnt ajipuye ici sur Imdeconce 
(rim pHrnil prooiidi:, j'ai r«prt'senl« qu'il ötoit inoiii qiic lors' 
qu'un allie tel qiie riCmpcreur pousHoit raiiiitici jtieqirk oßrir Lui 
meme Ses «ecours, ne dcmunHoit poui* agir que dVirc informd 
du plnii d'wpei-alioii dv TariUL-e russe, el qu'on chai'geojt des ces 
informntions II- gduf^i'ul comtiiaiidaiit de cclte arniöt; il ne donnc 
absolument aucunc tiouvoIIc, rto tout ce qu'il importoit de sa- 
voir. pyiir que de iiotro cöli^ on put eomrnenf<T lep op^-ration». 
Beaborudko. Woronzow et le Vice-Clinacelier h qut j'ai le plus 
parle cüntidentiellement de cols,, eoiivieiiiient parfaitement du 
tort du Prinfc. Ja-. Vice-Chancelicr cn park menic avuc unc 
v^hemt.'iK-e L-ontro lui, qui seroit imprudentc, s'il parloil de la 
Sorte il tout «utre qu'ii inoi. Outre la nt'gligence du I'rincc 
dans tout ee qu'il fait, uue des eliosos qui l'aura i-mp^^ch^ de 
auivre ii cet «'gard les ordres. qu'il a rc^u d'ici, c'ost quc dans 
te fait, il n'avoit rien d'interessant h. mander^ U ii'a pa« uucorc 
forma de plan de caiiipagriti, et juequ'ici tous bgb soins se sont 
l>orn^ k iv^parrr lea pffcts de son pou de Boin en tem« do paix, 
et il remetlre te» ciioses au point, oü ellea aiiroient du ctre au 
moment de la rupture. 

Je H'iii pas ijiaiiqui'- de n-iurtlre au Princt! de I.igre la 
lettre dont V. M" Imp''' a daign^ me charger pour lui. Peiietrc 
des boQtes de V. M"* et »nime du zfele le plua vif pour Soii 
Service, it s'est einpressä de se reiidre au lieu de sa destina- 
tion et il a quItW Pi'lerabourg k; I. novbr. cn se proposant Ho 
iairc aatant de diligence que les cliemliis detcstaUlvä qu'Ü tron- 
vera le penuettront. II m'a [mss6 cn partant la lettre ci-jointe 
que je prends la respectueuse liberte .de mettre aux picds de 
V. M. ImpK 

L'Imp^ratrice a Me tres flattee de ce que V. M. a bien 
voulu nommer le Fritiee de Liifnc pour faire campagne h 
IWiiK^ ru»sc. Taut \eä partisauK du Priuci'- Putomkin quc ceux 
da parti contraire ont tous ete enchantcs de ce choix. sacbant, 
combien la maniöre d'etre du Prince de Ligne couvient au 
Princc Potcuikin, combien il ainic sa personno, coniioissant cu 
inemc tcnis sa rt^putation miliuure et n'attendant (|ue tU'. bons 
conseils de sa part. ils croyent quc la prescnce du Prince de 
Lignc '» t'arniüu rus^ae sera inenie utile aux aifaiies de la Kussie, 
cn uicmc tems qu'il est riioiume Ic plus propre & y bien servir 
\'. yV*. Comme il pourra par ses discoui-B inÜuor esBentiellemcnt 




S17 



siir la manifere de voir du Prince Potcmkin Hans In (Miriie poü- 
tiquc, j'«i cm devoir causer nvec lui, et hii donncr quelipips 
niots par eciit siir c'e qu'il ai'oit h fairo dt; cc cAte Ik. J'fli 
joiiU CL'ttc piöce k iiiys rapporte ü la Cliancellerie de Cour et 
d'>Uat. Jß Ini ai donnc an chiiTre pour les choses BecrJttes, 
qw'il voudroit me fairf savoir par nolre corrcspondanco qui 
luilurelleaient ne poiirra guertr» aller que par des courriurs 
russDB. I>ös qu'il Mira iirrivt: aupr^s du Pritico Potcmkia, In 
correspondance directe et tramödiate avec V. M. nt- ttirdera pas 
ä ctre clablie de maniLsrc ä cc qu'I^Ue soit informe de lout 
aveu le plas de celärite ut exactitude possible. 

V. M. Iinp"" avoit parfailenicnt vii, et lifiaucoup niieiix quo 
nüiis, lorsqu'Elle dm'gnoit nous dii-e ä Olierson et iti Criim-o 
qu'KIlc no croyoit pas les chose« arrangi^cs de fa^on h pouvoir 
entrer eu guerrL-, ou faire quelquenlreprise siir Ocaakow. Le 
Princo Potemkin croyoit ne rien risqüer on assurant Tlnipeni- 
trice du conti'aire. U n'aiiroit jainais cru les Tur»-s asscz osAs 
pour declarer la guerre a la Kassie, et il comptoit, que tes 
cfTorts reunis de M' Ilei-Iierl, et de M' de Choisoul mojennc- 
rutent encore ud accummudemenL On lui a d^jii vcnt plus de 
■I iah d'ici d'envoyer son projet pour le plan de cnmpagne, 
mais juloux comme U est d« la furmation du oouveau conscil 
et prevoyantf que tout ve qu"il fera, y sera scnitd d'unc nia- 
niiru tW*a stivirc il n'a pas encore obei h cet ordre. 

Dans cc» cireonstanccs il m'a paru quc tout cc qui pour- 
ruit nccolcrer la Hxatiou d'uu plan de campa^c, ctoit tres 
utile ä la cause comiDUne et surtout aux intöröts de V. M". 
si cc plan etoil conforme Jt Ses intentions, en consequencc rona 
sommes trouv^ d'accord avec Ic Prince de Ligne, qu'il com- 
muniqueroit k M' de Mnmonow un cxtrait de la lettre dent 
V, II. Tavolt honor^, cet extrait a H6 lu avec la plns grande 
attention par rimperatrice, et examine par son consoil^ et c'cst 
d'aprfes cela, que S. M'* Inip'* vieut de me faire dire par M'' Ic 
Vice-Chancelier qu'elle areit admire les eonnoissanees militaires 
quc V. M. Imp'' a dcployii dana uti plan si eonformo aux in- 
t<5rÄt3 de? deux Coura. Quc S. Jl. l'Irapönitricc ^tyit tout ii fiiit 
d'ftccord avec V. il'" sur les principaux points qu"il reuferiuoit, 
qu'elle ue diff^roit de sentiment que eeulement cn eelu que 
dans le oiöiric toms, od aprts la prisc d'Ocjuikow l'nriTK*e du 
Prince Potemkin suivroil le bord de la mer pour s'aiiprocber 




218 

d'Äkei-niann, et onmite de l'cmhoiichui'e de Dunube, l'aiitre 
ann^c devroh ponrlant entiRi" dans la Muldavio et Ia Wallacliie, 
oü Ton croit savoir iei qu'ils cxialont des magazins assez (.■on»id6- 
i-ablefl ^our fourair k ]a subsistance des trouppee sans avoir 
beHoin de Ja Oalltcie, et oii on s'attend ([uu les habitantis du rit 
grpc donneront tonte sorto d'ussiatancc ii la natian russe. 8. M. 
l'Irap«5ratrice est lout k fait d'accord de I'avanfcige que les 
trouppes turques soient atlar|uees par les deiix »ugustes alliL'» 
daiis dct) poiiits \eä plus (^liiigin'-üi?;, poiir \es nbliger do 8^)>arui- 
leurs trouppes, cl Ics cmpficher de prendre ime posjtion centrale 
oii ÜB pouiToieiit reunir leurs ibrces contre l'une oa l'auti-e des 
dcux Cours Imp'". Oa croit ici^ que Bender n'exigem pni? un 
ei&ge rt^gulicr, c.i qii'il peitt ätre empört«^ soit [mr un eoup dt: 
main, soit par un blocns. Une partie de la garnison ^^ent den 
etre tir^o pour remplacer celle d'Oc-xakow apres la ppi-tr ocea- 
sionn^ie pris de Kiubum. On reüre tuiit a fait les iruuppeti de 
Caucaso pour le« joindrc k ecllcs du (.^uban, oh on croit le 
nombre actuel neeessairc Jt la döfensivc, on ne pense point du 
tout ä 8gir offensivement de ee cöt^ Ik, si ce n'e«t en poiir- 
suivant Ii!K Tiires apn'^s avoir repousae leurs uttaquee, et unique- 
raent pour df'lruirc qnclqnes unea de lears KahiüLiions, e'est eo 
conformit<^ de cette repouse qui m'a ^tc donne qu'on a exp(^di(5 
lex ordre» au IVince Potemkin. 

Co n'cal que pou de jours avant larrivf^e de raon courrier, 
qu'on a appris la pertc du vaisseaii de la Ma<U>latiii-, par im 
cstafFettc du Prince (iallizin de Vienne; le l'rince IVteiukin In 
appris par les nouvelles de Pötershourp. Le rcste de la flotte 
est rentre ii Sebosiiopol, oii on eet occupe k reparcr le dom- 
magc cause par I'ooragan, I.a perto do cft vaisRfiaii et In pcn 
de (tuccJiB du rt:xp»5dition 8ont cerlaiiiement de (frands malhcurs, 
qui ont d'aiilant pluR afflige le Pritice que tc con&cil avoit d6- 
saprouve la »ortie de la Hotte. L'Impi^ratrico donl tou8 lea sotns 
dans les circonstances attuelles sont d'cmp^idipr une trop grando 
d^union entre ses serviteur» a t'te trfts OL'cupee de la ^l3ni^re 
d'annoneer au Prinee la prise de ce vaißßeau snns qu'il eii iut 
trop frappe, il [«rie de faire sortir encore la dotte ri'Oezaküw, 
mais on doutc ici que la chose »oit possible. Le Contreadmiral 
Mordwinow qui a eu l'bonneur d'fttrc pr<^scnle ä V. M. Ji Cher- 
»on est parvenn k armer le Wladimir de G*i Caiiune cl la fre- 
gatte de 50, qui ont i^te lancca co prösencc de V. hl., il a arme 




219 

en memo tems toutes loa givicres qni avoient servi au voyagc 
de rimpÄratricc sur Ic Dnicper, ainsi qu'un nombre de clia- 
loapes canoin^re», et avec cette tlulillii et quelques brulöu il 
se proposoit d'attaquer la Üoitc turqiic dcvant Oczakow, mais 
un graiul hnmillarii sur\'eiiu Ic jonr qui ^toil fletermint' pour 
l'cnlrepriso et qu<.'lques leDteurs dus ot1icii.'l*B subaltcraeis (Jans 
rcxeuution des ordrcs out cinp6chri la rcussitu de ralTaii-e, Lu 
flotte turque d'Oczakow a qaitt^ la poBttion, et est alM prenilrB 
Ic Iarf;c oti pleiue mer. (>n ne sait pas exactctnenl si, coiumc 
quelques uns priiteudL-iit. eile croise » 25 ver«tvs de ]k pour 
atteiulre des renforta, oii sj eile rctounie k CoiiBtantinopIej* II 
n'cst pas probable, qu'elle veuillc faire une dcsccnte en ("rimee, 
□'ayant pas a bord »sacx de trouppcs pour ccla. Daus octtc 
meme expäditioa I'urflcier de marine Lombardi le mcme qui 
a'^toit couduit si bravenicnt cn deux oceasions. en commniidaut 
la gal^re Desna a montö sur une graud chaloupe ranonniftrc 
ou especc do batterie» flottautö, avec un lieutenant coloucl et 
150 soldats^ niais ils oiit cu Ic uiaJhcur d'ßtro empörte pur Ic 
cüumnt, et dcpuis on ne sait paa ce qu'Ms sonl devenus. (>n 
suppose, qu'ile ont etn pris, par la raison, qu'un r^pion de la 
viUe d'Oczaküw, qa'on a arrdte, a dit d'avoir vu dans la place 
im offieicr de marine rasse avec 12 liommcs, qu'on «voit fnit 
priäouniers. Lu Joseph üecond n'a pas pu i.'iicurL- jusqu'Ici ctrc 
tout k fait öquipd. 

I.e Prince Potcmkin a fait un« coursc h Chersiin., Kin- 
bum et a ete voir la flotte de Mordwinow, on croyoit, qu'il 
iroit uutDbi k Scbastiopol iiiaJK il n'a [*&>• poiiKatt sa route juscpie 
Ik. On viont de recevoir la nouvelle do son retour h Klisuhcth- 
prod, on mande. qu'il est k presenl d'uussi bnnno lium»Mir, qu'il 
etoit triste, sonibre et ehagrin depuis la mpture jusqu'« cu nio- 
ment-ci, ce qui fait supposcr qu'il sc eroit en t^tat d'nllcr en 
avant, et de tentcr quelqne ehose. Uno griinde partie de ses 
tronppes sont pres du Boug, Ips pontons nt'rcssfirres pour Ics 
paaser ([ui ont i'-le construits h Kremcntboliuk, vionncnt seule- 
mont d'arriver h. prescnt, et on croit, que Tarmöo va eiitrer dans 
les pay» ennerais. IBesborodko m'assiire, que le Princo a ii piV- 
Bcnt absolument tout ce qu'il lut faut jiour le siege d'Ocjcakow, 
868 Iroiippes sont rassembk'ct;, ce qui luanquoit h Tarlillene rsl 
ff^pare, et on a toujours re{;;arde le mois de novembre comme 
le tcms ic plus propi-c a faire ce sifcgc. II nc sei-oit donc pas 





220 



iuip«)H«il)le que la t'Iioee uut licu uiicore cette annüc, c'cEt ce 
ilont iew roppuils Hii Prince d« Li^c infonncront V. M. I** 
beaucuiip plus, <{a'Kili; ne \n3ui l'etre pnr les niiens. 

Pendant l'absence du Prince Potcmkin d'Eltsnbetltg^i-od, 
il y (-et arriv^ im courrier du corpit du Cubau, leqtiel avaut 
ett' oblige de suivre \e Prince, ce n'est que hier, qu"on a rcyn 
formellcment la noiivelle, quo le» Tartaren avoient tentö nnc 
atlaque contre ce corps en plusieurs eudroit», mais que partout 
iU ont 6t6 repousse nvcc parte, qu'üti un seul endroit, on leur 
avuit tu<'! ^/]u huiiirtiH», t;L qu'eii tuut ils avoient laisse Bur le 
place bcauconp de morts. L« gcnÄra) Tükcly^ «^toit b\16 Jk lAur 
poursuite et a ruine quelques uues de leurs liabitaliüii*. 

Je n'ai piLS busoin de r<'-p^t«r Ires humbLuuient ä V. M. P* 
avec combit'Ti d'iiii|Mitience on attonil ici In nniivelle de la d^- 
t'Uration de M' de Herbert k Constantmople, et du commcnce- 
ment des liostilites de notrc part. A tout ce qu'on me dit ii ee 
sujet, je repunds tuujours, que nous ne soinineH qu'auxlHaireB. 
qoc c'cst Rux HusBC» h eonimencer, que u'aynnt aucunc raison 
de noüB plniudre des Turcs et ue leur faisons la p.ierre que 
poor secüurir la Kussie: que c'est k eux ii iioas donner l'exemple 
par de» altaques, et deB upi^ratiün» vigourenses. II plaira k 
V. M. I'" k vöir par rocs rapports k la ('hanceleric de Cour et 
d'Etal, que conform Erneut aux oidres que j'en avois reyu j'ai 
employe lous jes mcyeus pottsibleti puur faire eenttr ici ta n^ 
cessite d'accdl^rer les Operations et de les pousaer avec la der- 
nifere vigueur; en m^me tems je nc puis m'enipecher, de re- 
presenter trfeebumblemeiit buk pieds de V. M. 1"^ que d'aprt*» 
nia foible iiuinii-re dir voir, il nie i^eiiiblc. {|»'il ncroit Irfes iin- 
portant non pour l'iiiterct des Kusaes, niais puur le nötre, que 
nous puijisions coinmencer les liostüites Ic plutot possiblo. A 
ritnpäratricc il puurroit dan» le fait sufliru tpie de |>art et 
d'autrc l'attaque dans leg pais enncmis se Ht en mcme tenis, 
mais pour noiiü, ce n'est pas du tout la niemc ehose. Quitnt 
au droit noue l'avon« »ans controdit, les Türe« onL d<-ekr^ la 
guerre k noei alHi!»!, iU un( euiumeiicä conlre eux les lioslilit«^», 
ils ont fait dnns differenta cudroits plusicurs invaaions dans ieur 
pai», CD voulant s'ernparer de Kinbum, ils ont publik Icur 
manifeste de mcme que l'lmperatrice leur a fait ici uae d^ela- 



' QMientl «D cfaef, commjindirt« Hin Kubati. 




291 

ratioD de gacrrc solemnclle. Les hostüit^ iinr. fois oonimcnc^^s, 
i^m* ies Knttiiei^ entreiii oii non <Ians le pnis enneroi, nous somtiips 
Wen et düeinem anlorises ä faire une diversion en faveur de 
la piiissance avec laquelle nous somines li^s par nn trait«3 d«*- 
ffitsir. Quant II notre intention, ii exigc incontestablcmont qac 
nons nfpssions Ic plus promptement et Ic plus vi^oareuscmi?ul 
possibte. Daus le fHit, si nous fnisons la gucrre, cc n'cst pas 
du tout pour les beuux ^'eux de la Kussio, mais |M)ar qu'ollc 
nc «'a^fTraudissp pas >^ns que nous cn fassionB autant de notre 
cöte; nons devons chcrrher jl rendro notre |jart anf^fii considt;- 
rable qae possible, pour avoir le plus de dvdommagemcnt qu« 
faire se pourra des frais de la guerre. Si pcndant le tems, oii 
Ics Kusses s'anmsenl a prendre Orziikow et son iHrrhoire, nous 
ätions i m^me de nous emparcr d'une partie auaai grandc quc 
puäsiblcr, de cü que V. M. Iiup'' s'i^toit destiii^ par le j^rnnd 
projcl, ee ne seroit qne tant mieux. et Ji la pais plus nous 
aarons pns vniisembl ablernen t, plus nous gardcrons. Les eir- 
constanues sont trhi fnvorablei) eu Europe dans cv moiueut-ei, 
nijiis ellcs pcuvcut eliangcr et nous devons taclier de pnivenir 
par la rapiditc^ de noa progWts le monient üti d'nutres ])uiKHaneeti 
Bcroient en ^tat de faire une dlversion en faveur des Turcs, 
ou du molns faire en Korte, quü dun» un cits pareÜ iU uous 
trouvvnt en si boiine posturc du cöle de TKinpire Ottuiuun, 
qne nous n'ayons plus qa'ä y conserver nos avantagcs. 

Au restt; je saia diins qnel etat adrairable V. M. Inip''' a 
mis Son aruit-e, avee quoll« ciMüritd les preparatifs se fout cliez 
nuiis, et je suis persuade d'uvance, que ee que nuus n'aunms 
pns pu faire auroit ete impossiblo h tnulc onnde quck-onque. 

J'ai trop eprouve Tindulgcnce de V. M. Imp''" pour n'^tre 
pas persuade d'avaiice qu'EUe fera grÄce iv la liberle que j'ba- 
sarde. Mon attochemeDt inviolable k l'augusto pci-aonnc de 
V. M. me fait di^sirer, je Tavono, «vcc la passion la plus vive 
qu'EUe se eouvre de la glotre niilitaire, qu'EUe est uee pour 
acquerir et qui rtlponde A la sup(^noiit^ de Ses taJunts, et n 
r^'tondue de Ses connoiH»;anees dans cette partie. Janiais peut- 
»tre daus toul lö regne de V. M" il nc »e rencontrcra d'ocea- 
sion plus favorable que ccllc d'ä prösent. 

C'cst avec beaucoup de salisfaetion que j'ai appris lo pre- 
sent que V. M. destinoit Ji Manionow, et qui en le couiblant 
de jüie, fera grand iilaiair U rimjxMatnce. II mc rappclle ti'i:3 





222 

gouvent I« promessc qui lui a &U faitc trcSs gracienacment du 
]iortrait de V. M'". 

Kn luc prosternant eto. 

P. S. 

Cent avcc nutant do satisfaction que de rcconnoiasancc 
qiic riiu])™ a appns \a inuniörcv tlont il a plii h V. M. I. de A6- 
clinor In proposition de In Kraiu-p püiir des nouveanx efForts k 
CunnUir\iiin>\t\vi rclatifs tiii r<>talili3semenl de la paix. V. M. I. 
a a^ dune iiiaiiiere uiitierement conforoie im desir de riuip**, 
et a pai-failenii-iit setitl quo cot oflVß ilo pai:: i'iiit \cl datis \o- 
toiit prciilici" moment o.n constSqnence de In di^solation oh la 
^uerre avoit Ulis Potemkin, et avant qu'on s^^ut, que V. M. L 
vicndroit aiissi prompte ment au sevoura de aon alliö, dtoit nne 
(Ifiraan'hd pr/'i'ipit<^e doni on ae repentlt prcaqu'aii moment od 
eile a et4 faitc 

II aura plu i, V. M. I. de voir par mes tv6s hnmblcB rap- 
ports Ji la ('liMTiccIlerin de Cour i't d'JClal. qn'ici la FrniKHi a 
fait unc proposition foi-mclle d'une triple allianpc nvcc les dunx 
Cour« Tinp''", fit M'^dn Segur a donni! Ji cntendre, que tta Cour 
iHoit prote h rcnuuveller lo siateme de 17öG, ou ni^me k voU' 
courlr II la doslruction des Turcs, sl la Rnssie vnnloit sitipnler 
de secours en eas de guerre conire l'Angleterre.' Dans loutcs 
les instroctions qiii m'ont ^t<^ dutinn depnia 6 an» sur cet objet 
importanl Tatitiocialion du ta Fratico a iius vu«s ui'a ttmjouns 
vtA reprddcntt? coinuK' lu sUttine lo plus favornblc; j'iii cm en 
con«*iquence dcYOi'r clierchei- k tUsposer la Cour de Knssie k 
ciiti*er dans Ics dispoaitionu de M"" Segur. l'ar la reponsc qn'oR 
lui a cIiiuim'} DI) a'en r^'-inct vn (piuUpiu fav<>n h cu qui viendra 
Ici do I& part de V. M. I. L'Impi?ratrice et soii miniatfere nc 
pju'uissent pas äloignes d'_y douner le» miiitiK, surtuut si la 
ehosc est iippuyi^e par niius; il Mirnit Hatiü doute h di-sirt^r qne 
les deux (Viurs liup'" puisH(*nt Hinniiier In giierre tnnpii.' Haiia 
avoir k portcr Icitrs arnicg d'aucun nutrc cMd, maia il faut ponr 
cela que les autres puissanees de l'Earope ayeut de» airaire« 
sur les bra«; la i-'i-aiire n'ttinnt pns en etat lufime avec lo se- 
cours de l'Kjtpagne de rZ-sister anx forcca rcSunies de I'Angle- 



* "Vgi. t'ftpir, M/'tnoin» II, IC«, timl In«imctif'ns donri'^^it miit Aii))iAn<n'1ftnra 
Ah Franc». Hiiimi« 11, p. 4HI f 



1 



223 

terre et do la Prasse, sans Tiissistanee des deux Cours Imp*" 
il est ä craiiidn.' qu'elie ne cede eur les affaires dTIollande. et 
De «'accuiDinode ü tout prix arec la Cour tlv Londres, si on 
I& rdbutott dans le nouveau sUt^tnc qu'elle reut embarasser, 
niors rien ne rempeclieroit pIns de porter son ntlention nnx 
alfaires de l'OrieDt, et toate collisioo venant h ce»9er entre eile 
Bt la PrtiKse. peut-ntro niöme ccs dcux puiäsanuos s'uniroieiit 
el!es pour ccla. L'opinion publique si puissnnte k Paris, les 
vooQx de tont le militaire fr«n9oi9 potir mic picrre de tcrre, 
forveroient meine lu miiti)«l&r6 k soutenir les Turc« ; seul ino^'cii 
pour lui de se laver aux yeus de la nation de l'abandou de 
la Hollande. II faat en veiiir k une güerre generale, la cliance 
est bien plus cii notrc favcur, si loa doux (^*ours Imp'" ont pour 
elles la France et l'E^pague^ que V. 31. n'aye rien k craiudre 
punr ses puTs-bas et ritalie, que si l'union de la Pnisse areu 
les Cours de Itourbon nous obHgeoit ü pai1no;er nos forcf^a. An 
re«te si la Uussie doit »'allier avee la France^ il c»t Irjts im- 
portant que cette alliunce ue se fasse que par notre enti-emise, 
ä quui tuutes lea voies aunt prepan^es dans ee inouieDt-ei. 

Teiles sont nies foiblcs id^es eur cct importaiu objct, Ics 
ordreg ^upremes de V. M. I. et les instriicüon» de nie» vliefs nie 
mettront ii port^e d'appr^ciur leur valeur. 

Je suis etc. 

P. S""". Confonaöment aiix ordre« siipr^rnfts tle V. M. I. je 
n'ai paj) iiianqu^ de faire piirvi-nir ä L. A. I. la bitlif! qu'KItu 
n daifcnä ni'eiivoyer, ainw qnc ccllc de S. A.Mad"" la Princpsse 
Kli'»«betli accompagnee d'une potitc boite, j'attends d'un mo- 
menl ii l'nulrä leurs repuDses de Oatficlnna, et j'eapure qu'elles nie 
parviendront asBcz ü tcms pour ctre jointcs au pri^scnt courrier. 

II n'y a rien encore de decid«^ snr lo projet du (Jrnnd 
Due de fle renrlro h TariBHe, dont le »eul ubstaele est toujoui-s, 
que Mnd" la Grande l>uulieäse veut absolunienl s'etublir nuäsi 
präs que possible de lui pendant tout ce toms. Si V. M. 1^ 
(laigne se rapeller, que l'Inip"' lui a ti^raoignÖ qu'elle verroit avec 
plaisir. que le Oruiid-Üuc se detacha de son epouse, Elle ue 
sera paä surpriüc des diflieiiltf's que rencuntrc Mndaino le Grande 
Durhesse » olitenir la pennission qu'elle aolicite avee tant d'ar- 
dcnr. IjC Oi-and-Duc consentira volontJcrs it i-cslcr ä Parni^ 
du Prince Potemkin. 





224 

Je pronds U rcspectncuse libertt? de m'fin rapportev h ma 
ipi'« huinble «leperii« rlii 18 üftobre siir les ib^nÜB du drriiier 
s^Jüiir (|iic j'at fait ii Gatachina, oü il h, <*t«' boaiicoup r|ucätion 
de CO que deniandent L. A. I"". Le Grsnd-Duc m'« lemoignö 
buftiK-oup dt^sirur ijue les circonstiinees oeen^ionnf iit »rie «ntro- 
vuo tnilitnirct sivov V. M,, dans le ras uii los progres de dmix 
aiinees fussünt teU qu'ellea puBsent «e joiiulre, en g-öiieral j'ai 
(!t(j traitr pcndaiit ce s^jour avec tonte sorte des marqucs de 
buDtü et de contiance. Depnis je n'ai pas eu rhuiineor da voir 
L. A. I. 

MalheureuseiQcnt je n'ai que trop eu Toeeasion de voir 
pnr les dernicrs inlereeptcs, i]iii m'ont ete eiivoyr, ht rnitSBiet^ 
do toutijä ces ]irutestal,ii)Tis de l'attadicmetit, oii du ciiointt rjnc 
bi jeunc Cour ne piiltive tont autanl l'ainitie du Koi de Fmsse, 
ipie eelle de V. M'*. II me semble que inalgrc cela il faul toii- 
jouPB eviter de jetter le uiaDche apriiö la co^mW, et si noiis ne 
poitTons espf^ror qno lo Grand-Duc t!taiit sur Ic trAne, noos 
doiiiie des puissanls secours, au moins faut il tftcber rle fairft 
cn sorte qu'il ne soit pas contre iioas, ce qui iie mu paroit pas 
iiiipossible d'apr^s le earaeterc [jirnntionce cc Friiiuc. et ii quo! 
je mariflge de Mfid""' la Princcsse Klisnbctb, et raltachement de 
Mad'"" la Grand«- Dnclifsse ä sa famille pournmt bfaucuup con- 
tribuLT. La iiouvello qui: l'üpoquo eii Ctuit avuiieee a cause la 
plus ^randc joic h In Qrande Uuebesse, et a fait oMsäi plnisir 
h rirapi!nitnVfl. 

Je n'ai rien reyu encore de Oatschina, et je ne pui» re- 
tenir plus longlems mon eonri-iei- sana risqiicr de di^plaire i\ 
l'Inip"; tris certutnenient les paqiiels de L. A. I. iii'arrivcront 
au pbiM tard dans nn conplo ll(^s j"»rs, mais je nc potirrai lea 
conttwr h Im poeto, ne sacbant paa s'ils ne reufcnuent pcnt-^irc 
quelques ebose qui pourroit d»5plnire ii riiiiprrntviee. Je serai 
donc contraint d'atteiidre unc uecaslun. 

ccxxxvu. 

Gobenzl an Joseph. 
|Mu- Courri«- miwe, B' P^tenboiirg' e» 10 «lecembre 1787. 

Sire! 
J'ai rc^ii avec le plus prufund respect les ordre.» aaprdines 
dont il a pIn ii Votre Majcstt^ Inip'' de in'lionorcr en date 





du 30 ortobre. Je n'ai pas manqu^ de faire pa«»er le» mümn 
jour k 8. M. rinipiratrice et Ji I,«nrs AJtesses Imp'" les Icttres 
dont il a plu k V. M. de nie charger, et je ne douto pas tjuo 
le pri^sent courrior iie porte les r^punses au Princc (jaliizin. 

La iiouv(!l!o qu'il avoit plit k V. M. 1. d'avaticer l'epoqae 
da niariage de S. A. K. l'Archiduc Franfois avvv la Priiici-ssB 
EJiäabotIt a du natu rul lerne nt faire beaaeoup de plalsir ict. ()n 
ii'a pu qn'avec Leauconp (In natisfaction voir approcher le mo- 
nicnt qtii va ajont^r les lietis du sang ä totitj ctus <jul unissent 
le« dtiux Cours Imperiales de la iiiani»>rR la pliiK imlissoluble. 
II eat k capärer qti'aprjts cet ^v^nement les intrigues pru;)si^nnes 
aiiprüs de Leurs Altosscs Imp'" aiiront moins de »ucces, et «jue 
iu Cour de rterlin recevra do luur part inoiiis de tömoigiiage» 
de stintiiiiens qiii ne s'ac.cordent nulleinent avec la sistßme de 
raUiancc s'\ etrotte lienretweuient (?tablie cntre I'Aulriehe et la 
Russie, et dont le» eflfets se manifestent d'une maniirc si ecla- 
tantc dans ec niomuut-ci, 

D'aprfta Jea nouvelles arrivfies ici de rarniöe Ic mareclial 
Ronianzow doit Hrc nntre c-n {•»iTospO'ndpnce dahord avec le 
Prince de Colwurg, coniiuandant lus Irouppes en Gallicie, «t doit 
enuuite s'fitre donne rboniienr d'dcrire ^galement a V. M. Dfes 
rarriv«''ß dii Prinrc de Lipne au quartier gi^nrTal du l'riiice 
Potemkin iU doivAnt s'ctrc cntretenu aur !c plan de campagno 
des nrmees nieses ce qui aora mis le Priuce de Ligne en ^tat 
d'envoyer un rapport dt^tailk- aux pieds de V. M. M' le Viuo- 
Chaneelicr vitint de me rcmcttre la piecc ei-jointc qui contient 
en substaticu ee qi4e le Pr. Potemkin a dit au P™' de I.Igne. 

L'lmpt'ratnce sent parfaiteinent qu'avant le retour de la 
belle Baimtn, il est itupussible qae les npt^rations ooinnt c(immRn> 
c<5ea de- notre cAtii, mais cctte augustc souveraine desireruit de 
voir biuntdt tiiiir rignoraoce oü Bont en<:ore les Turcs da parti 
quo V. M. I. est devidi! h. prendre, confurmänient ü »es ordre« 
flnprAines je n'ai pas nianquf'i de r«])iV;sentpr iei que cetto in- 
ccrtiludc de la Porte si eile esistoit dtoit plutflt utile que nni- 
tible ik la cause commune, puisqne les Tur*;« en scroient raoins 
pröpards h. nous recevoir, que de se döelarcr avant d'ctre en 
ötat d'agir, n'i-toit autre cbose qu'avei-tir Tennomi de so tenir 
aur ae« gardcs, qu'il paroissoit d'ailleui's que les Tnres s'atten* 
droient Ji nous voir prendre jKirt ii la guerre puisqu'Üs faisoicnt 
Uiarcber des eurps eoii&idärablea du cotii de Üolgrade et Widin, 



r»H(«>. lt. AVth. M. LIV. 



i& 



I 



226 

et qu'ila avoient d^jh design^ un üe leura habilcs gi^n^ranx 
pour commaDtler Tarm/ie conti'c noiie, »ans coinpter qu'eii se 
iliclarunt avant d'Stre eii ötat J'attaqiiur le lurritoii'e eiinunii, 
Bvoc les graniia moyona pn^parüs par V. M. nous cxposiona in- 
ulilement nos vastes conÜns avcc li*« Thr-s Jl des Jnsultes et 
brigaiidages de leur pari, toujours difficiles h. einpüt-lier quelques 
iiombreuseB que Huient les troupjios qiii foiit le cordon. Que 
s'ii 6lo\t qucstion de faire )a paix avee les Tiires, je convoivrois 
que l'effct que pouvoit occaaioTicr la certitnde des soc^otirs qtie 
V. M. I. donue ik la Kiissie, en apportant du troubk- dans k* mi- 
iiLät^ro otluman y 0])<'4-eroit des cliaiij^^eiiiens dans leur sistäme 
gnerroyant. Mais comiuc l'intention et l'interet des deux Coura 
Imp"" n'est autre que de faire repentir les Turca par la foi-ce 
des armes de leur ogrossJon tiiuiiJraire, ü me puroit qu'U peut 
6tro öjjal, que le Visir actuel cn place, et que l-c syit lui, ou 
tel aatrc ignarc de Maraboud qui dirigc Icurs Operations milt- 
taires. 

A cela il m'a ät(^ ri^pondu qu'on reccvolt ici des nonvcHes 
rf^iteräes, que les Prussiens et les Anglois ne cessuient de per- 
suader aux Tores, que V. M. nc prandroit aueune part k ia 
guerre et que tous k>s armeuiens qu'on fait actuellement ne sont 
autre choae que des dt^monstrations, qu'il seroit Ires avantageus 
IL la cause commune que les Turt^s soient dirsabusti k cet d^ard 
le plutöt poasibl(\ que le troublo qu'une tolle declaration devott 
a porter cbez eux nuiroit ii leur» pn'paratifs niilitaircjt, et los 
eiiipfxdieroit surtout de porter tuutes luurs furces eoiitro les 
arimies de Tlmp^ qu'unc teile d(5marchc en faisant ceaser la 
m^me inoertjtude datis toute l'Europe iie ponrroit produirc qu'un 
lion eÜ'etj en ce que les deux Cours Imp''" saureicnl k quoi s'eii 
tenir sur los inlentions de oeux qui pourroient <ttrc tentiS do 
a'oppoBer k leurs progrfta, et qn'ellos seroieiit plos k tems de 
prendre des mesures en consequence, que d'aillcur» Ic präsent 
eourrier ne pouvant arrirer k Vieiine que vers lla fiu d« d^ 
ccmbrc, et conime it fandra quelque lems pour qu'on dclibire 
et qu'on prenne parti sur ee qui fait l'übjci de aon etivni, eeite 
declaratioQ ne precederoit que de tr^s peu de tems IVpoque 
oii V. M. I. etoit r^solue de l'ordonncr, et seroit un nou* 
vean ti-moigna^e bicn sensible de son aniitii^ pour Tlmp*', 
qu'Klle ajouteroit U tous ceux que cclt» auj^uttte KttiivcrAinc en 
a reyu. 



Cest ctaos ces tcnues que m'en ont parle les mlnistres de 
S. M. rirop"' dans Ic5 diÖ'<?renles Conferences qua j'ai en avuc 
eux, ot que le P"" Galilziii cüt eljarpf; do rcpn^Hentor Ifi eliose 
a« P" Kaunitz. D'aprta ccia je n'ai pu que Ift prendrc ad re- 
ferendum, et me charger d'en faire mon tr^shumbl« rappoi-t 
iinx pietlö de V. M. I. 

On t-Toit toujom'B ici quo la priae de ChotKim n'esigentvt 
pas un sijtge ri^-gulier, et pouvant fitre Taffaire d'iin cou]> de 
niain au({uel les trouppes quc- V. M. I. a t'aJt r.HSSCiu1)lei' dana 
le voisinage pourroicut i^uftir, eettc opüration paurroit avoii' lieii, 
Bans nuire k celle que V. M. I. se propose sur Belgratl cl la 
nosnie d'anlant que d'aprfe» cc dont on est c-onvenu pn-cede- 
ment ctiltu fürtcresse devwit faire parlie de uoLru lol, cette 
tciiLativü si i^rlle räusäit conviendroit in^inlment au plan d'opera- 
tion des armees nisses en ce qu'elles dispeiiseroieiit raran'o dti 
mareclml Koiuauzow de tout öi^ge, qu'Ü pourryit sc coiitcntor 
de uia^^ucT Biuider, et i.-.i>uvnroit cu uieuic tuiiis Ic &ih(rc d'Ocza- 
kow, que fcroit le P"" Potemkin. Le Princti Oalitzin est «5ga!e- 
mont elmrg^ de repre^scntcr la fhose au Princc Kaunitz de la 
meine maiiifere qu'il ui'eii a <Stö parle ici. 

Je supplie V. M. I. de recevoir h f^es pieds l'aBsurance de 
mon emprcasenient et de inon zfele pwtr faire lt'3 rapporta It-s 
plus frequens et Ica plus exacü: de tout ce qui pourra etre 
dignu d'C^tre porle ä Sa counoissance, trop lieui'eax de me trou- 
ver cTuploye b, des oLjets qui intt'M-esäent aussi etiscntiellcmiuit 
la prospei'itt'; des dcux enipires «t la ^Iwre de dciix soüveraiuH, 
dout lea iuleretJf soul iiiseparables. 

£n me prüstemant etc. 

P. H. Le Maitre de (Jliapolle (Jimarosa vicnt de me re- 
nietlre les ordres supremcs dunt il a plu k V. M. I. d« lo cliar* 
gel- pour moi, je ne nianquerai paa d'v satisfuire et tächcrai 
de tui nirti utile cii luute ehoüc, qui püurra dt'ipendre de iiitii. 
Sa maniftre de chanter les aira bonfTonB an clavccin ext reelle- 
ment pr^cieuse et pourra etre amuser un moment riniperatricc. 

MaltieuruuHement dans le motuent oii il nous vieiit un 
compositeur qui est eerijiineinenl du premier mtTite on renvoits 
l'opera boTiffon qui d'nülenr» n'est pas camplct, puisqu'il nous 
nianque uue premi^re chanteuse; 11 vieut d'arm'er an jireniier 
sopi'aiiu ikiuhih'; Itninij qu'on dil iivoir du UKTilej iiiaiK la clian- 





228 



ten-se Sfailame Pozzi ne »era ici quo V^ prochain en sorte 
quu i:t' no tsera que d'ici en un an qu'oiL aura iin optJra s«- 
rieiix, et qu'oii pourra faire ussige des taliMis <liHiin{^u«8 de Ci- 
marosa. Je suis avec la plus profondc sourniasion. ut in üttcris. 

CCXXXVIII. 
Philipp Cobeml an Ludwig CobeazL 



le 



Vieiine 1« 10 DMombre 1787. 

Vdub n'^tes paa Ic seul, qui no pmtt pas bien combitier 
angage de Mr. de Montmorin h Mercy avec celui de Mr. de 
Scgur k IV'tersbourg; mais vmci \ncs conjrctm-fs ll cet i'rgard. 
L" Ü me sc-mble que les ordrcs k Mr. de Sfgur uut <ii^ doDU«! 
dans un moment, oü on pr^voyoit eueore h. Versailles une 
posHibilitri d« ruptiirt* avec TAiigleten-e et la Prusse, ot ti Mr. 
de Mercy ou a pnrK* apr^u qu'on i^toit dejii rassure k cet ^ard. 
2" Je ne syais pas cn quoi uoimlstc l'tiisiiiiiatiuii vcrbalu faitc 
par Mr. de Noaillcs an Prince Kaunite, ni cc quo le Princc lui 
a r^pondu, ni cc qn« Ic Prinec a i'^crit h Mr. de Mercy pour 
6tre reiidu et meine lu k Versaillea.' Von« trouverez fort etrange 
qne je no sacho rien de tont ccia, mais cola n'cst pas moina 
vrai potir cela. et voiHi des tours qne le Prinee noas Jone h 
pi-<^flent quelque fois h, Hpielmann et k nioi; ajoutez k cela que 
jainats tiuuä n'apprenuons ce quo l'Empereur derit de soii eotiS, 
ot ätonneZ'Vous aprfis celk, b'ü arrire quelquc fois des ehosea 
on de propos incombinableB. Tant y a qae dans Taffaire en 
questiou j'ai lieu de croire, que I« langagf tenu par lu Prinee 
k Mr. de Noaillcs et sa lettre ea consäqucnce k Mr. de Meray 
ont ^t^ assex s^cdio ]iuar dünner uu peu d'hunieur » Vereaillea, 
et pour Tondrc le miniati'rL- franyais plus n-atii-vt^ et plus taci- 
turne euvers nous qu'enver« lu Rtiesie. Quoiqu'ü en soit, cela 
se raccomod&ra, nous avuiii> niarquä depuis lers ä la Cour de 
Vcrsailletj que nous ne ncus rcfusons pas h un concert avec 
enx conjointement avec la Kassie, et que nous serions chai*mä; 
qae Talliance proposee par Mr. de Segur s'effeetua sur le in^me 
pied qu'en 1766, voilk dune les cliuses en bou clicmin, 11 faut 
voir ce qui on ri^sultcra. — Commc voua mc demandes d'ßtre 

' Die Briefe Ju«eph* uml ilea FQnten Kannits An Mercy vom 8. U«e«inb»r 
1787 b»i Ani»t|i, Curresiiuiidance du Cointe il» Men-y II, p. 148. 



J 



SSO 

bien instniit, von» verrez quo Mr. de Spielmann a rHSscmbI«? 
pour vous tont cn dont ta coimotssatioc pRiit vous «■trc utile, et 
on cootinuern de meme. — Nous ne votw parlerous ni le Prince 
ni moi tle ce qui est arriv^ k Belgrad, piiisque rEmpcrcur vods 
en flit aiitant rju'il veiit quo vous sachtez, et nous tous nous 
n'en savons pas davanlape: luai» cet övenement et bion d'autres 
clio«f:s, dont nous soninic« tous Ics jours Icmoiiis, tue portuiit k. 
rroire trfes-BÖrieuaetnenl, qti'une prompte paix h tont prix est 
ttiut ce qiie pctit nona arrivor do moins malKeui^ax. et si la 
Russie et la Porte iuclinoletit k tcriniiiür bientöt leur quereile 
k Tsmiable, ce n'cst pas nous qui dcvons I'cmp^clicr, bion au 
contraire, notre interieur <^tant malhenreusement tcl que jamais 
nous ne tirerons im bon parti dt!s circonstances. Plus long teuis 
la queroUe durera. plus y aura-t-il de la perte pour nous, de 
qnelque manifere que les autres e'aiTangent. Tous les appr6ts 
nous content dcja nn argent immense, mais si Abs h, pr^cnt la 
Kassie vouloit noas en teiiir quttte pour avoir montr*^ notre 
bonno volonte^, jo snis sör que rEmpcrcur nc so le fcroit pas 
dire dcux fois; entin quoiqn'on pnisse dire sur les incouvi'nientß 
infaiUihles d'iine inactinn parFaite de notre part, dans Ic teins 
qu'on agit ailleurt;, lualgr^ eula il est reconnu par tous ceux 
qui sollt h nifmc de voir le& chosoa de pr^B, et constate par 
rcxpörience, que ces inconvenients ne sont rien cn comparaisjon 
de ce qui nous attcnd, si nous sommes i>b]ig(*s d'agir, ce qui 
ne 8e fera jamai» qu'h notre corps d<ifendant. Vous rae direz 
nonvdicmenl, commont corabiner ce que je vous dis Ik avec 
ce qn'on vous dit dnns la dep^che d'office an snjci des prnjets 
de Mr. de Uerzberg; qt la diejiariliL' consiste en ce que dans 
la depßclio on parle comme il faut parieret coinme on devroit 
agir, et ce que je vous dis moi. est fondt' sur la persuamon 
dans laqnelle on agira cn cffct, ce quo von« ne devcx jamais 
perdre de vue daus ros d^msrcbea et dans votre conduite , . . 

CCXXXIX. 
Joieph an Cobenzl. 

ViDtine <.'« II Decembr« 1787. 

Mon ober Comic de Cobenzl. J'ai rc^u vob rapporta par 
Ic dernier Garde noble. Je suis fachÄ que vous ayd» ete in- 
commode peiiduiil quelqu« tetuü aux Jambcs. C^uand cea si^rtes 




f 



230 



d'indisiiosilinns s'attAclient !i iin pros corps conime vous. eile 
dc.viciinent quelques foia longucs et fort cnnnyuntcs, cn m^mc 
leina qu'cUes exigcnt beaucoup de meuagement. 

Les proponitions (]uo la FraiicG a faitcs k la Hussie m'ont 
{tBrii bieti ninguUferus d'autaut plua qti'un n'en a suiinä niut id, 
et qiic M' de Noailles de nierae qiie M' de Montmorin ii Piiria 
tenoieni un tout nutrc laiigagc. Pouroicnt ils s'imagincr quc dans 
les circunslances juesvateä, et vu les liens qul BuboiKtent entre 
moi et la Russie, cclto-ci ayc pu me laiaacr ijfnorer. TI fuinlra 
voir h. pn^sent que sa frayeur d'avoir une guetre k soiitcnir et 
conirc l'Aiigletorre et contre la Priisse est possre, si eile con- 
tiuuera li. vouloir reaÜsur unc alliauce aveu riuipiiratrieu. 8i 
Ic trait'i de I75H est pris poor base de cette nouvelle Eiaison, 
je n'aurois rien contre; niaJ6 il est essentiel et je ne eaiirois 
ass^s vous Ic rccomcQ ander, quo vous cn^gie» la Ru&sic de 
n'aeeorder au Roi de Prusst- aueiin avantagc daiis tout «c dont 
on pourra convenir. Je ne puiB doutor et je ci'oia que vous en 
eercs inforrat^ par la Chancolerin d'^!tat, que les projcts de M' 
de Herzberg autMii iiiadmissible» que ridiculea ont etü iuit» dans 
cette vue. Je ferai \k un beau marchd en m'elenduiit du eoti^ 
de la MoEdavie et Valachie pour me troiivor entre la Hussic et 
la Porte, et en rendant la Gallicie ä la Pologne poiir que le 
Roi de Prusse s'nrrondisse par une parüo de la Grande JV 
logne et Eiirtoiit par lu Palaünat de Posen. Je votis prie, mon 
eher Comtc, de bion obaorvur que Taequitiitidn de dunx ccnla 
villagfS que je ferois en Moldavie et vn Viilachle ne vaudrolt 
pa» Celle d'nn seul viüage que Ee Roi de PrusEC scroit dans la 
caB do faire k cette occaBioo; toute mon amitie et liaison arce 
la KtiBsIc ccsBcroicnt du momont qtie je vorrois qn'clle songc 
k aggrandir Ic Roi de Prussc. Vous ne pouves asses pr6chcr 
oette veribi. 

Selon les nouvoUcs que lo Prince do Llgne m'a luandäes 
d'Elieabetbgorod on ne fera phiB rien cel hiver, et il est mr-ine 
lr^a ]irobl('niatique, s\ Ic Prince Polcmkin poarra ou voudra 
faire quelques Operations au printeuii« procbainV II veut, k ce 
qo'Ü dit, faire prdcöder une bataille lieureusc «ux sieges qui 
seroient k enti-epr«ndre. Ceci est d'autant plus douteux qu'il 
n'y & pas d'armee turque dans ccs cnvirons, et qu'il est incer- 
tun s'il y eu aura une de rasseuibS^«. 



231 



J« 



Je Tov* I'aTOw Im«« Ait t)iM <«s g««s «'^«bmM p«tet pröt». 

lias snrioat (|«e Ir muiqv« 4« virm 1« mMm ahaoh 

bofs d'Aai d'apr anal Iq »•■• 4« Jn, «* ä Im 1^ 
tares oa le& Tures brolcnt Ics fonm^w av l«s M«|k an d^ Qi 
ein Bop U» se vecroot daii* rimpoMilüfiir Ar rien eti!rp|iren«ii*. 

l«e Prinoe Potaakm ost hiea Ibommc ic moins c«{<abte 
paar nw parriDe baaogiBe; occnpri d« »es inirif*«« d« Oonr il 
n'a pcHTit U trte k la r<>ndiiitc d'an« artn«^; «vcc Ik Ic pmi 
dlianBonie (]ui iv^ik nitre lui et k MjuTvhal Kodmuibow 5üI 
qaa edni-ct devicnt ^gsliMucni tnacti^ cc qni conrirnt trte fort 
h la piwga c tiatiireil<< tu k md araric« qni ne ekerckc q«'k 
ranusser d« Taif;«!! sans on depenser, rottUnl jouir d« sa rd- 
|Hitation SUIS ph» la ns4]acr. 

l<ji fa^n de prnscr dn Grand-Ditc ost certaJBCinoni trte 
fachense. rt je ne crois pas qu'on pni<<se iamais esp«^tvr d'^n 
lirer an meilleiir parti; en aticodant il n'y a pourtaat rtcn de 
mieax k faire de noire cM^ qnc de nc point attiser 1« fbii et 
de &ire semblant de l'ignorer. 

1-a farce qoff le Koi de SuMe vienl de joucr k CoiK-n- 
bagnc lai rcsscmblc bieo; auvsi rim|M^ratnce b'cr moqnet-cUo 
parfaitcment dans sa lettre dont je votis envoyo ri Joint copte, 
et Toas Terr^ qne lo Koi de Prusse y est aussi pour qu«lquo 
cboM. 

Je vDos eDToye egalcuii-nl par oo oourricr tmc eaMtUtu 
contenani unc montro «tqc ihimi porlrait poiir M' Mainonow ot 
que vtrns Ini ifmrttrds de ma part, sil est cncoro ön faveur, 
car il faut «jontor cotto precaution, si noD vous la gardcr^ 
pour one autro occasion. 

Je vous prie de bien faire Bcntir rimpnrtauett do U vpnV 
de CO quo vu tos considi^ralions tant püiir In Franea qnn pour 
la Prasse «t les autres puissances do rEuro|n\ j<^ i>« pou^'om 
entrer dans tout« uette guerra quc coinnu' alliö et auxiltaire de 
Ij'lm|M»nitrico de Rtissic, n'Hvant \ifis Ic iiu>mflrv motif dirv^Pto 
de faire la guerrc aux Turcs, ol quo par consi^quont il t^toit 
naturel quc avani d'entreprendre iiurKiue cbo»o jattends i|U« 
l(!5 Kusses ayciit fall I« premier pas Bggrc«eif, ol alom j'aglnü 
de mon cot^ coinnie alliä. 

D«? dcclarer la pucrre, ^c faire »juolqiieB prt!(<^s lioMiülM 
insigQitianles pendaat eet liiver no soroit d'aucuno utitilä li la 
Kussie et üX(ju6oruit touto tVtonduu du lui^s pruvinccs litnilrufoH 




232 



et a üffi brif^andAges, ou m'obligeroU au moins k tenir un cor- 
don beaucoup plus coasid^rable, el ä exposer mos trouppes pcD- 
daiit la piuK mauvaise saüon k toutes les fati^os et incomtno- 
dit4^s qui s'en sairrotent naturulIeineDt, Je ne perds cependant 
pft« mon tcms et je condntic toajours mcs dispoäitions; je serai 
liar lii daiis le cas do aoatenir mon alliiS de toutes uies forces, 
lorequo celoi-ci aura commenci^ h agir aggressive ment. 

Aiitant que je rac Bouvien« de ce 0<^n«ral Pau] Poteniltin 

que vouB m 'anuoiic^» 6tre destiin? pour mon- aniiee. c'eel un 

potit gros monsieur bien eonoyant, qni eera espion de son oncle, 

Sans Bvoir plus de credit pour ce qu'il öcrira en Conr; mais 

commc \l en faiit un, il m't-st i^gal que cc soit lni ou un aulrc. 

Pour vuutt donner uiie preuve que je Buis recUciueiit de- 

cidä ]i faire ia giicrrc aux Türe» comme alliä de In Hiisaie et 

il ne pB9 niB laisser tirer I'oroüle k re snjct, je von« dirai, que 

j'aToi» lout dispyse pour une surpHse noctiivne sur Ublgrad qui 

]iromettuit Ic plus ^rand eucer-g; niais malheureusement la grande 

obacurite et un brüuillnrd enipeeli^rcnt les troupes cmbarqtn^es 

d'arrivcr ii lems a» rendi's-vons, et par const^qU'ßnt rim n'a ntc 

tiDtrepris Dl ancun acte d'hoatilit^ n'a 4li coromis; ni^anmoins 

l«8 Tures ne Tont pa» ignori!. Je n'nttends que les ebnere ayent 

repris Icur assiette poar voir ce qu'il uui'oit k faire par la snite; 

l'objet e«t d'uoe »i graude importanee que je suis tr^^s fach«^ 

quo cel iucident l'ait fait nianquer. Vou8 pourres eo faire pari 

en conödancc h I'Inipi^ratrice, pnisquc je ne liii en marque rien, 

on 'lo lui faire savoir par quclqu'un affid^, en vous gardant 

toute fois de iVbruiter. 

Adieu, mon elier Conite, je di^sire bicn que votre sanUJ 
soit deji» renuse. et je vous prio de faire passer c-etlu lettre ii 
rimpf^ratrice,' ainai que de croirc que je suis toujours avcc les 
rncmea scntimciiB d'ealimc et d'amitiä 

Sig.: Mon eher Comto 

Votre trfes afTeetionÄ 
Joseph m. p. 

> Bei jLxnaÜi, l. & Nr CLIV. p. 307. 



1788 

Joieph ui Cobenil. 

V'ictiti« c« 7. JanriM- 178S. 

Mon eher Comic Cobctixl. J'ai rcyu vutni lettre par \c 
courricr rosse, qui a apporte les peUssed pour la Princessc tUi- 
sabeth. Vous aur«s dt-jk appm eii attcndant ce quo j« voiis 
avoia mande au sojet d*unc vxpötlitiun qae dous avions voulu 
bin) aar Balgrad, inats qui ualheuroasßmcnt n'a [tas cu de 
sQccife, aniquement parceqn'elle n'a paa iti enlropris«. Los 
Turcs CD oot «te pleinemeiit iiiform<.'$ et par coiisequcttt Icur 
doutf! — si clToctivuiiiviit jt- Icur furai la gucrro ou non — cat 
enti&rement leve; et cela se constate par les disposiiions defen- 
sives en tout genre, qu" ils preuneut tant ä Belgrad quo toui lo 
long' de mv» frouti^res. Que )a dt^claratiou de )^uvnv ne s'eD 
soit point suivie cncorc de nia pari, ccln n'a d'autrc objel^ que 
dVritcr encore, s'U est poaeible. pour cet hyver les loalheure 
des ItabitaDB qu! sur uno distancc de 130 lieucs) de paYs, comtne 
est ma fronlit>ru. se irouvoroiont expos^s ii diflfei-vnta; brigan- 
dages, que la nation tr^s portee aa vol, leur feroit resseiitir, 
Sana qu'on pnt ass^s s'cn garder malgre les forces qui sc Irou- 
vent reunies. 

Vous pouves enti^rement tranquillisor et S. M. rimpöratrico 
et tout ceux qui vouk on parlent, que certaincinent je ferai plus 
pour la catiBc do la Knssie, qui n'est pas la miennc, qn'ancun 
allie n'a certaiDemeot Jamais fait encore, et que j'y deployorai 
des moyens de la plus grande force, renant «neore de Com- 
mander 1!) bnlaillons ol dcux regimens de cavalerio dn plus ii 
rarmee; qu'ils n'avoicul donc ii so rcposer cntitrcmeui sur moi, 
et je me röglerai dans mes Operations uniquement sur les cüs 
constances les plus avantagcuees du mouient. fit! peuvenl elre 
i'-galemcnt rassurv's, que ccrtaincmcnl les uruK^es russc« n'aurunt 
point A combattrc les plus grandes forces oltomanncs ot ne 




AI 



2M 

venxint pas nieoic lu flninil-Vizir, puieque selon respt-Tience de 
ioulen k's giierres pjisseus et ]wir \n rniöon trt-M simple rlii Iop.il. 
flt>sf|ti« nies HrtiR-cs imssfi-ont le Dnrmbe, ]c Grand-Vizir et 
l'armec principnlc oltomaime no poiirra plus song'er k marvlier 
en Valacliie et ÄIoKIaviü, niais tlevrn se [lortti" clircctcmpnt 
cutitrc moi. 

II seroit hiftn mjii£te et Jt^sagrealilu^ »i ruxigonce ou l'in- 
g^rHtilude de M" les Hussein viot k uii si haut dcgrö, qu'ils üc 
rcconnusfierit pHs iiiiiiiin loiil irc tjii'ile me doivenl, et onissi^nt 
qii«; je devrois cncorc fairß bcaiicoiip ilavantage pour Icurs 
beanx ycma. 

La [irisu de Chotym dont voue ine parl^ et que les 
Kusses vnus mit insiniH^e quK je devrois fnire, est enooro ane 
de ces eontrndictions manifestes, lls discnt pour raison quc par 
Ik Ic Marechal Itomauzow seroit dispeiisi^ do faire un si^ge, et 
avoir k^ train tjui y est necessaire; on devroil donc croire qae 
pour )a prendro il faiidroit faire un siftgc; eependant k nmis 
ils vondroient que nous la prenions de vive force; mal» cotuinc 
nous iravone que 8 bataüloiis et 4 regimens de cavalerie dans 
touti! la Hiicdvina et la Galicie. »tnt^ traiii du »ii'g^e, il Hertiit 
irte coutcux d'cii cnvoycr !i 150 licucs loin de Vicnnc, pour 
avoir celte bJcoquv de Cliotyiu. (Jiitre cela il iie nie eoiiviont 
d'aufune fayon de lu'attirer la guerre clti cot»^ do In Bucovina 
et do cctte pnrtic do la Galicie qtn sont un paVs entieroment 
onvcrt k tniitcs !es incursions; niais si Ic Mart^clial Romaniow 
avec Bon arnuie s'approcheni do mos frotitlf-rcs, alors Ic IVince 
de Coburg k l'ordre de donner au Maridflml, avec lea lrou])pe8 
qu'il a, toute rassistance possiblc. 

Mais il est un objet encor«,- bieTi plus inipoj-tant. dont je 
doi» vous enti'etenir, et sur lequel il faut que j'cxcite tcut votre 
Z4^lc et tous TOS taletis pour le bien du acrvice. Je suis »dr 
que M"" dt; Hi-rz-berg on qui le Uoi de Prusso a une confiance 
avvugle, nu'dito de proüter de cette guerre, pour procurcr k 
la maison de ßrandenbourg un accroissement cunsiderablo de 
poisaance. II ne s'agit pas do mnin«, que dt; lui faire avoir — 
Sans coup ferir, et sans df^pensor un öcu pour la cause de la 
Uussie — Uanzig, Tliom, le Palalinat de Posen et peut-clre 
eneore une couple d'autres de la Polugnc, cn revanclie il croit 
que je pourrois rendre toutc la (lalHcie et la Bucovina k la 
Fologne, pour me coutenter de U Valachie et une partie de la 



Bee8«rabic ]e long du Danub«, que la Porte me cederoil » 
condllion qm* toiitcg Ics piiissanccs niiranlisscnt ii la I'orto 
dorölwvant tonlos st-s possessiones siir la rive droile du Diiuitli» 
et de la pHvß.' Vous voyes bien qiic Je sorois par IJi joli p^ar- 
^n, et plutiit quc ilc auufTrir, qac te Koi de Prasi^e ait im s«!u) 
villngo. hors quc Le gi';itid projet ne .s'execntu dans tont son 
enticr, j'aimcrois mi^nx faire la giiRiTO junqn'k destruolioii; et 
»i vous nc pouv^s point nie procurer k ce sojet une ccrtitudc 
parfaite de la pari de Is Russic, qu'elle ne consentira jamais, 
que le Hoi de Prusse tire le mnindre avaniaj;» d« (.•ellv guerre, 
je ne balancerai paa an momcnt de m'arrangcr tont de snitc 
aT«o la Porte ii teile condition que cela pnis*e etre, et laisser 
la Kassie tuute seide, pour tourner toules mes forcus du cot<^ 
du Roi de Pnissf. Sur ccci je nc hadinc pas, et vous voudri^a 
bien, mon eher Comtp, ne voos en pas faire accroire k cc su- 
jet. ni vous Inisser endornür par des phrases du Ae^ parolea 
eramiclk-es. maiti teuir uu tiingagu femic, au quel je iiut>!> autorisö 
ii tout c'^ard.* 

La France m'a fah connoitrc sca di^sira de a'entendi-e 
avcc les dcux Coura Imptiriales; je nc puls que me rcf<i*rcr k 
la dÖpeelie de la Clianceleric d'Klat par ]ai|ueUe vuutf vurrüs 
cc qui s'est pa«öi'- k eo «uji^i. 

Je vous join» ici nno lettre pour rimpt^ratrice," et denx 
pour Lcurs Altesscs Royales qui ne trailcnt que du marlfigc 
eclcbrv cntro mon neveu et Ja Printesse ElisabeÜij du quel je 
lenr donnc part. 

Ailieu, inon eher Com te, croyt5s quc je suis toujours avcc 
bcaucoap d'oBtimc 

Sig.: Mon eher Comte 

Votre tr&s aflfectionä 
Jo»eph m. p. 



' V^l, li^rlxheri; ah Dieiz. Sl. N-ivcmbnr 1787 bei Zinkelumi, GflaeliLchtf^ 
iliM uHitixiiiKcliuii Ituk'lie* VI, |i. 674 f. 

■ V|;l. Jom|j1i an Merc^, 7. Jänner 1788 b«i Arnctli II, p, IM). 

■ B«i Aroeth, I. c. Nr. CLV, p. SOS. 





236 



CCXLL 

Cobeul an Xaunitx. 

8' P^lenljuurg ce 26. Janvier 1788. 

Je profitc do Tuccasion d'un conmer riissc, pour voiib 
envoycr In doupHcat de la lettre que je vous ai envoy<5 par ta 
dernii"i-e postr, pour que vOu8 l'ayez plus vite. l>ans les ino- 
niens ou riiupei-ati-ice n'cst pas occupi^c du bunlieur des tms 
«ujetSf des luie leu plus sages, des projets Ics plus utilos et les 
plus gloricux, Ics gcicncßs M Ics »rtK reiiiplissent tous ses iu- 
Htans de loisir; actuellemeiit Sii Maj. luipörlalu «'aniuäu v\iv 
incme ^ mettre gu ordre iine coLIßction tr^ coiisidi^rablc-g de 
medailles. Elle voudroit avoir sons les yeux la Catalogue de 
notrc Cabänel do Vicnnc. Poiir aulant *|ue jVn suis informfi, il 
luc somble que cc ('atalogut: ti'ust [loinl. iiupriiii^. iliiiiK w cas 
Ik, je TouB prie de faire en Sorte, qu'on donne les ordres n^- 
rpBSaircs pour qu'on en fassp tout de suite xinf. copie, et de 
me faire parvoiiir cette copie le plus promptemüut «^ue faire 
M pourra, a&n quo que je puisse remplir les ordres que 8a 
Maj. I'Irnperatricß a bten voulu me donnei* elleonöme. Je n'ai 
pas licsoin de vou» rccoraiiiander d« mcttve tonte la cplcritö 
poei»ibIe a rexeculioii d'unu cuuimisätou paruill<j ä celle-ci. Adieu 
mon liou ami, je vous aime et vous cmbrasse de tout mon 
cocur. 

Cobenzl. 



CCXLn. 
Cobenzl an Joi«ph. 

Saint- Pctonbourg co 3 forrier I7d6. 

Sirct 

Le retard qu'on a mis iei k In rripenKe, qu'on devoit me 
doDuer, a ete cause que le gard noble honp'ois Bersewitny, 
porleur des tn'is gracicux ordres dont V. M. 1. a daign^ m'ho- 
norer en date du 7 Janvier, est arrivc iei avant que j'aie pu 
envoyer k Ses pleds ma trJishumble rolallon sur la mani^^e 
dont j'ai mis h Texeculion les ordres du 11 döccmbre. Je pro- 
fitc de roccasion d'aujourdliui pour y suppleer. 



1 



2S7 



On n'fl pas eu nn instant Iri l'iilöe qii'il put Ötre qiiestion 
du projet rhiun-rique, fruit de rimaginatioD dereglee de Herz- 
berg et du &a mauvAJsc voloiit«^ ]iour nous. On sent l>ieii c^ue 
le fruit de la guerre »cluelle duil ötro pour lus deux Coure 
Iiiipi^riates, nun piu^ d'eclinng'cr. muia d'ncqut^rir. L'lm|)<^ratrico 
HC di^nire autrc cliDse que de tcnir le Hoi de Prnsse dan» un 
ätat parement pa^sif, et «on intention est en mSme tetos que 
lee deax Coure Iiupt^riales titcndciit li;urfi ronqufitvs contre la 
Vortv. atissi loin, ([u'clles pourroDt; qiie Ini de 8on cötö ne doit 
rien gagner nulle part; s'il voiilolt faire nne tentative pour 
8'approprier quelquc vhuäc, soit en Pulogne, BCilt aillüiir»j l'Iiu- 
püratrice rendroit sa guerre contre le« Tures pur«raeiit di'ifen- 
sive et uniroit ses forcta ii celies de V. M. 1'' pour Ten faire 
rcpentir. 

Teiles ätoient les sUpuIatioDs des cn^uffemunK des deux 
Cours Imperiales; teile» sont encore les asßuraiices rejteri^es 
dana un rescript de rimpöratricc an Prince Gallilzin, qui a Mi 
Cdvoyt- par un courrier ru8S0 pas«^ quolqiic-» jours. J'en ai 
Joint ane traduction k mea dep^ches ii la Clianccllerio de Cour 
et d'Etat.i 

V. M. !''■ anra daij^n^ voir par ces mnincs d«pÄclics que 
je n'ai t^par^ii^- ui les souis n'i les r»pr^aeiitalioim les plus furles 



' Kituiiltx war Ub«r Aa» KMrripl un Uaihsin befrietügt, Km 10. Fabninr 
178ä aclirieli er au Juiepb: .Vol.re Mxjeat^ observera |iar le coolonii de 
luiiiiinunicatiüii i:i-j<tintti i|UO In lettre (iitten.iiblu au LWile de Culieiiül, 
i]ui «ttjil ilontiti^'v pricn;ipnl«Hi(.>iJl i'i In «Wi^viivurto '\v* ioloulioM* »wir-'-le^ 
ilans 1>c5iiiigLLu ponvoit £tro la Cour de l'ctoriboDrg k l'i-gaid dn collo 
Am ßerlin r»lati<r«in«nt i. tu gnerre prämnCe, s rcmpli non objvt, au mot- 
titnt la ministro Kümo iIhhh In ii^iMinit^ du dovoir ■'vxpliiinsr Mnr lr< 
d«nx caa pomililps Hhuh cotto circoDitanco. Attondn que d'unc jiArt lo 
rM<.-ript itn^if-ria] reiiKUvulle t'aiisnraiice du rSlitri«Tix agfORipIiM(>ni«nt des 
oiigaif emKT) ü Nttbai«M»U entre len dem Empiroa, et de Taiitre L-ello [[U« 
Voa ■'n[>piiHt!TM de tüut Buu puuvuir ä luuta ac<|uüiliu]i que pmtrrutl 
ruulvir fuint la Cuur de BerHu aiix ^lipeiiOa de 1« &*^publit|He de Po- 
logiie; pan^DqiiA l'tin peiit j croire; ati«ndii t\ua, quölle <tti'elle fiit nAii 
«iMiInmant nllv iw>ri>U cuntrairn h la garanlie Nrilenn«U«inaiit jirumiiie pnr 
la Riiinia, ninis de plu« diana^traloment oppoaj A sva int^t-^U, ot ((n'il cjtt 
toiijuiim bori li'avoir tr9uve> le niny«ii de ae faire rBiioiivBllwr ut n'tilBrpr 
da (tareilkts (utflurancüs, Atoc la pli» profonde GounuaBiüu.' 

Beaolatioii Joanph»- Je suis parfnitoiuent de votra avis et en 
vom renvojaiit cette pliJc« J'y joints leitdenx lettre« du l'riiir« d« Ligiie 
i|iie Jfi vIetiH de rerevoir. Ailieti. 




y 



3S8 



pour fiiirc eenUr h. U Kussic qne quelques nvMltagea, qce nous 
piiisäionfi ohtenir du cMt': rlc la Portt"^ ils nc Boroient pIns tl'iin- 
ciine vateur, ci^'s que le Koi de Pmsse s'aggTJindissüit iVuiie 
fa^on cjnelconquc; je n'ai pAJt m^me excRpt4^ de cette aHüiirance 
positive et geaiirale, qiie j'ai rt^petd toules lee fois que l'occa- 
sion s'en est presente, reiitiiü-ö ex(^ciition du graiiU projet, pour 
en faire d'aQtnat mieux sentir quelle importance Y. M. I. attA- 
clioit h toutu augiueiitatioii de la ptii«sance prusetenne. L'Im- 
päratrice a crtt itiutilc do faire uiiß notivellc ooiivcntion » ce 
Hujet tandisque les engagemens des deux Cours Imperiales sont 
di'jii aiissi obligatoires que possible. I) lui a paru qu'on nc 
pourruit stipuler d'avanee luilre chesü, quo la promeKäe gc^uerale, 
de (leclanü- foi-iiiellement la gueiTC au Roi de PruBse, et en se 
hornant h la defensive dn c6tä des Turcs, d'employer le plus 
des troiippes qu'on pourra conlre ce iiouvel cnneini; mais quc 
de spdciHer d^s i'i pri'rüurit le nombrc do cos trnuppcs et Ics 
mcsnrcs qn'il y auroit h prendre ötoh d'une chose inipossible, 
pnisque cela di^pcndolt des pro^r^-s qti'oii aurftit fait poiitro Ica 
Türe», et qu'vn voulaiit faire faire dfea h. pi-«9Ciit quelques mouve- 
ments aux Irouppcs on cons6quence oq allnrineroit inutileuient 
ce voisin dangereux, on le precipiteroit peut-etre dans im parli 
violent, auqud W penscra ce]»)mdant avanl quc de s'y resoudre. 
J'ai fait ce que j'ni pu peur qu'on doiiuu siussi Ics uiaiiis ä une 
nouvclle Convention relntivement ii cet objet iruportanl; mais on 
m'a toujoiirs r^pondu^ quo cette Convention no i;aur«it avoir ni 
plus de saintctt^ ni pliia de force que les engagemens d^jk siib- 
siatens et les nouvelles assurances positives que I'on nons don- 
nuit de les exöeuter üvcc la plua grande osaetitiide. Je serai 
ti-fes hcureux at V. M. I. daigne apprnuvcr la nianierc dont je 
mc suis aquitte de Ses ordrcs suprömea k cet ^gard. 

II ine semble d'apres mon foible jageraenl que l'oii pent 
d'autant pUm eonipter sur I'ex^cuUon Am celtu promesae quo 
nous savons k prescnt, quelle partic de la Pologne Herzberg 
voudroit procurer li sou maitre, et que cette «cq^uisition seroit 
prcaqu'auHüi pr<-judieiable aux intürets du la Kassie^ qu'aux 
nötrcB nißmeSj sans coinpter toutea les autrcB coiisiderations; 
l'Iinperalrice pcrderoit toute Tinfluence qu'elle a en Pologne 
d<>nt eile se niontre si jalou&e li chaqu'occasion.' 

' Uabor Fo]«n wnnlen iliv liOtiiüi^Icij Kii4i<rlioniiip:«n jfcinai'lit: ,rim<'-g^ritä 
«1*» |iij:iM>iMiotii> nctu«lla« d»» 1» l'nIct^Tie put pinintie p«r tuilri» Ir.iilA ftritc 




239 



La condnite de la France pour sc rapprochcr iIcs iteux 
Cour« Iinpi^ri&tes est coinmc ji son ortliiiiLiro luiijoiiri; torUitüise; 
iiprfes avoir re^u de8 r<?ponscs assez favorabU-s ä ses prcraiiTes 
insinnations en Uussle, eile veot k present que les denx Coura 
Iinp^rialvü 6'(.-xpli<|uent vis-U-vis il'uHe Sans r^urvu aueiine. et 
lui i-fnimiuni(itien1 lour plnii ponlre Ica Tiirc«. M'' dt; Srgitr iii'a 
fuit cnteudre en meme tcms, que s'i] dtoit qucstion de cliasser 
les Turcs tout ii fait de TKiirope sa Coar voudroit pour eile 
Ulli! pari du giiteau, et de» »urett''ti pour la i-outliiuaüuu de ses 
avantoges de commerce, mais quo s'il n't^toit qucatton, qtic d'ac- 
qut^rir quelques proviaccs, le Roi son maiLre ne croiroit pas 
avoir besoin de ricn premlre pour lui, et sc contentroit de sti- 
]iuIor la ueulndiu':.' Ln diTiiior piiiiit rcvieudroit au si8l^me de 
1756; lea ordrca supremes de V. M. I. et Ics instiiictions d^- 
Uiillees que j'ai re^u de la Chancellerie de Cour et d'Eut uie 
taiäatit eurinuitre qu'uii traite i-uuulu iViipr^ res priuuipos Keroit 
conformo aux intcnijon» de V. M., j'ai fait cc quo j'ai pu pour 
les faire adopter ici; il jilaira ä V. M. I. de voir par mon P. S. 
Kr. 1 au Piince de Kuuuitz la meni^re, doDt je ni'y suis prls 
k cet ^ard; un est en gt^nt^ral assez dispos^ ä un pareil si- 
stime, et pas i'loi^nf'i d'y donner les maina, mais on s'etoit at- 
tcudu que la France fcroit eile meme des propositions soit ä 
nuUH, soit k la Uuäsio.' Commo il n'y a pas de plan arrute pour 
les couquetes k faire ontre les deux Cours Imperiales, k plus 
forte raison ne peut on ricn cnraniuniquer k la Franke k cet 
^gard; en outre Ü mc paroit, qu'on ne seroit pas faelie, eu 
tenant toiijours la neguciation uuverte de la trainer un pcu on 
longuenr, pour no pas trop ehrtqmir rAngloterro avant que la 
flotte, que Tlm^eratricc veut abäolumcut envoyer ii la Modt- 

veUo ra|>ultliijue, eile Test eucore pnr U triple (ronvention il« |Mr> 
Ingcw. niuM pnr nntro traili5 m^ma aTo<' S. M, rKinporPiir, Ln HaiiiUti} 
•lo notnr [lariilii i*t nur intiti'lK tin-rin--* iiü nuii]« jmrmetiroiit dücii- jninai« 
de voir avoc l'itidiflrrtttiM him'-oik! teiilAtion puttr hii dünionibremeiit da 
Koyaiiinfi ile I'olo^ne.' 

» Vgl. die WeUuivy Montraorliwi an Seijur 2, Octobcr t7Hi, Imlrmnidtiii 
Kii»<i« II, |. 4.14. 

* Dom P. 8. l vom 3. F«triiar I7i*ö lii-gl ein Mi'iiK-ire bei, vreicLea Co- 
tienil Aem niiwisrlion MiniiUtr ([bcrf^obnn ltAtt<^ litwjr ilio KrKiiricK&llviikclfc, 
jn NotliWfipnfiiRkpit pinor Vitrbiiuliiiig mit Fr«iikn-ii-li. Di« niwisLlimi 
SuaCflin&iirior sliininteii lu, abi<r die Vurlisiidliiiig «vi eii dis LKiif^o uu 
zielieii mit KilckiiiL^til auf Enf^lnud, 




340 



tcrrannie, ait eu le feras d'ßtre hors de port(?e äc toutcs m- 
itultes qoe le» fiftrs Anglow ponrroiftni dans nn momejit ft'Iiomeur 
ijtrv l«iit^ de lui fuire. Ou m'ii assurü qu'uii repuu droit k la 
Krance beaucoup plus amicalement que ne l'indique le rescril 
nu Friiice fiallitziii, v.n hii montraiit tonte la Imnnc volimtö 
pvasiblv [lour Ic rapprüuKeiucnt dv« deux Ctiurs, an \& tranquil- 
liaant stir Tidäc de IVxpulsioti des Turcs de PKurope; mais oit 
lui faisant scnlir en mntne tems qu*)! litoit iuipossible des te 
comraenccmcnt d'unc ^--nerfe de s'cxpliqncr siir Ics plans, qn'on 
n'a pas arret^ soi-rtM'iiiu et qui di^pendcnt des «v*>iieiii<-'iits. 
L'ette rt^ponsc acra ri^digi^ en grande partie siir le modt^Ie de 
!a lettre qiie le Princp de Karniit» a <5tTil au Comic th: }Ao.rcy 
8ur Ic nifiine ol»j©i.' ElU; doit m'itrc commiiiuqH(';e dh& qu'elle 
Bura öt^ approuväo par l'Iiuperntrica; je ne raaDquerai pas de 
l'envoyer aur le cliamp aux pieds de V. M. I. par un second 
courrier. 

En r^ponse k ce qu« lu'avoit <^U dit Ici poiir pre«8er !a 
d<''c]]irntion de gueire de V. M. I. conlre la Porte, j'ai coiuniii- 
riquv au miiiistfere de 8. M. ['Itiiperatrin; le 1*. 8°"' original qiie 
In Chaneclleric de (.'our el d'Ktat m'a nddressd h cet i^gard, 
duiiH teqiicl il est dit que Ic ßaruu de Herbert est dejit iiiiini 
de eette düelaration. qn'il ne difl^'^re de In doiiner que pour ne 
paa meltrc les Tiirwi eti gardr «ontre une noiive]le tenlativc 
pour aurprendre Belgrad, que dfes qu'Ü sera informii de la 
reu8«ite de ectle cntreprUe, il a ordre d'en faire usajjc toul 
aussittit. D'aprös cela un eap^ro de rucevoir ineossanuTil deux 
nouvoUes, que Ton attend ici uvcc la plus vivc ardeur; cellc de 
la prisc de Belgrad et <*o]le de la di-claration de guerrr.. Je ne 
»auroit expriraer k V. M. I. quelle est l'impaUence de Tluipt-ra- 
trice il cet <^ard; olle ne ceaac d'en, parier tant h nioi qu'^ 
lous eeux qui l'entourent; eur Ica premiers ordre» de V. M. I. 
je nVi piw nianqii^ de representer li rliaqu'occasion, que Ton 
m'a fourni, que iiuub ne puuviuns enlrer dans eette guerre, que 
uomme auxiliaires^ et en vertu des enga^emens, qui nous nnis- 
Boienl k la Kuösie, que len Turcs noiis aveient dotin^ aucun 
autre uiotif de rompre avee euxj que nou» ne puuviuna donc 
rien faire do plus amieal que d'agir offensivenient en meine 



' Dm fk)ir«lboQ rori KkqiiIU an Morcjr vom 1. JHiinpr 1788 hni Arnoth, 
Citfra«pnn<lAni*it iln CotntA Marr^r-Ar^onteaii II, [i. IA4. 



?4t 



tems qa« k Russie; qne de d^cUrer U giaerrr »ar le chütiip 
ei de faire quelques pedtes hostüiu^ msipilficaiiies {>eadant 
l'bvver De wn>it d'auoune otilile Ä U (."«use commaue. el ex- 
poseroit Umte l'eteDdae des pruTtnces Itmitropbes de V. M. k ces 
iDewBKMis flt des briganditges, uint qoe la rmison ne peruii'ttrvnl 
p*9 d'iller «D avant; oolre Ics fatigues «t les incomntodiuU, 
qui en r^solteroMiit poar le soldat: quaprös qn« V. M. I. aroit 
d<klar4 et li la Bussie et k la Francu Sc« intentioDs d'unc 
muüire si decid^. apr^ Ics preparatife immenses, qa'un fetYNl 
ches noos, Ü o'ebHt ccrtAinonient aucuhc p«rAonnc qoj put aroir 
le moindro doute sur la partie qu'KUc prvudrcMt k cetto gucrrv, 
et qne les prOparaüfs des Turcs contre ttoos BUKpiaiant «BS«, 
combien ils s'y attendoient. J'ai juitii k mes d^pAohes k !■ 
Chaocelleri« de Cour et d'Ktat la lettre, quo j'ai «krit k cet 
dgard au Priuce Poterakio, et une billet qoe j'ai addre«s^ au 
Comte de Woronzuw, au moment, ob noos ^tions tuas Iva dcux 
malades, et par eonaequenl hon d'ctat de nous voir. Ce der- 
n!er m'a dit en coafidence quo l'idäe des avantHges qtti devoient 
r^olter pour la cause commoae d'accelerer la declaration de 
gucrru de iwirv \mrU Moh pvrsoniielle ii rimpöratrice, quo 
mojennant cela personne ne ponvoit la lai ftter de la t^te, et 
qae ft'il ^toil possible cbez nous de s'y pr^'ter «ans nn trop 
grand ineonvi^uient, eu seroit duubler la reruniiois«nni.-e doiit 
eile ätoit d^jk pvn6trv ponr toat ee quo V. M. faisoH pour erla. 

J'ai cra de mon devotr d'cn rendro comptc aux pieds de 
V.M.L 

La voille de l'arrivfSe de mon courriei', le man'chal Ro- 
mansow a mand^ ä rimpdratricc, qu'il venoit de recovoir In 
nouvelle dn Pnnce Potemkin, que la ddclaration de giicrm do 
notrc part ätoit df^k faile, qu'en constMjuence le mar^'bal nvuU 
fait avancer sur le cbamp les corps des gt^n^raux i^oltikow et 
Eimbt' pour soutenir en cas de besoln le Pi-ince de ('obonrg. 
C'cst cc quc j'ai appri» de S. M. rim[H;ratrtce elli^nit^nie qui 
inarqua k cet ^gnrd lu plus gi-aiidu joie. Je fus obligä de 
J'euipecher de s'y livrer en lui faisant observer quo si cette 
döcJaration etoit faite cfTectiTcment nous dcvrions en avoir des 
nouTelles directes de Vieuue; je ruuarquai vistblemeut combien 



* Jchtinnn Mnrtin Frfiben v. Blmpt, kaU. ntMisekwr 0«BertiroMinHr«okal), 
Poai««. li. AhU. M. MV. Ifi 



^ 



242 



cette reflexioD lui faitioit tlc puino; ellu rtipoiidit, qu'elle üspöroit 
du :uoiii« i]iie cetto noiivellc n'aiiroit pas t%t*5 preiimtiiree de 
lro|i toii^triitii. D'aiilatit plus grandc n etr la joie de S. M. 
lorsqu'ellu n M in«truite par le P. S. du Prince de Kaunita et 
döNSUs c-iti- d'une uouvL'lle teiiUtivc- tsur Belgrad, et que Herbert 
ütoit d^jh mmii do la dt^claralion de gucrre, iiiais poor (ju'etlü 
dnm, il est m^ccssaire qii« cet espoir seit contirniä Ic plulAt 
poeaikte. 

L'Impi^ratrice ayant fuit la locttirc du P. S. de Prince de 
Kaiinitz KUsuiL'iitiuniit! uie dii: eiifin j'esp^re que ces in- 
crädules y croiront; ja vous nssure qu'Ü y en avoit 
beaui'Uiip, mais ea mSiuv leiiiä que je n'ai Jamals Mi 
de ce iiumbre, jo coniioiit l'Knipereur, sa vivc et sinc^re 
auiitiä ponr oiui, la loynatt^ et la fid^liiä de ce grand 
Prince it, lenir la paroU, ainsi j'ötoit parfaitement 
trant|uillu. 

Oll a s^u presqu'eD meiue tems que j'ai eu mon premier 
coorrier par le« nuuvellc-jt pnkliques les detail« de U prcmi^re 
bentative. qui a vtc faite sur B«l^rad; od ne doiite prvsque pas 
eu 1« retusito de ceile que ra avoir Heu. 

Las Pnusieits n'ont pas manqu^ saivant lear habitude de 
in«ntir loujours contro l'eridence d'insmner ici par tous leä 
i^anaux po«sible«, qo« malgr^ les assoraac«« qoe nous donnions, 
ou SV bomeroit L-h«>> uons k des prt^paratits et des demonstra- 
üon&, et <)ae qoaud on vit>ndroii aa aoiiteBt de roaipre, doqs 
cben'berwM qiK'lqae moyeD de DOtu «n dtspenser. <jaotqoe 
toa oiassnre tuujuurs de U maDi^re la plas postttre. qa'oa est 
tuen Uhd du orvire a odi; impatation aossi it^prieose, il eal 
pouitaDt poasibie que ce seit cela qui alt engage rimpt^ratriee 
^ Uml preMer ta d«claratioo. Ceci n'eat qu'nne sünple eoajec- 
tu« d* na part, mau j'ai vni cep«ndaiit de unm devoir de ta 
an j ag— —> sapihrwttr Ue V. M. I. An reste teUe 
iTre lihn— i—hir ntooibatm sor aoa auteor dH que be 
Sut» »tiivTtmt les promessea qo« V. H. I. a bien roab ftfoer 
kSsnattiM. 

^«r vonhger la memoire da Vtev-CWacafisr, je hii ai 
nrnia «t extrait de ce qui eBott ostensible doB ordres expAfi^ 
q«W V. 31. L a daigur m'aildresser le 7 jimrier. La graadsor 
im naye« qua V. M. L «s propM« dempluvec paar 1* Mcmr« 
i» floa alUee anfastm bmt t9 *^i*fa omtfc e^ifer, et FIi^^s»- 



trice ÖQ est penetree de rcconnoiasnnco. Koii seutement U 
Kiisflie, maiB tonte TKurope cn attcnd les ptas grunds effels 
prfjimrtiont's ii l'immensit^ lies pn'-parntifs, k ta n^putation de 
!'arm<ie et k Taugustc chef qui la commande. Je connois trop 
lo maiti-e qüo j'ai Ic boiilieur Je senür pour n'etre pas pfir- 
snadt! qu'il so couvrim dans cette occasiün U plas favontUle, 
(|Qi pntsse jamaU sc rencrmtrer, de tonte la gloire qu'H est fiiit 
pour acqu^nr. V. M. I. a mis Sou armäe sur Ic pied le plus 
respeetable, Klle a n faire h un enncmi tout a. fait ignarc de 
la mnniärc de ftiin- la guerrc actuclJu et vis-ii-vis dmjiicl 
l'ordrc, la disciptine, la inanocuvrc, la supcrioHte de l'artiUerie 
doivenl assurer les plus gnuids avantages. II est tr^s probaljle, 
qil'aiicune piiiesance de l'Kurope ne pourra s'oppuser aux pro- 
^iis des dciix i'iuirs Iinpi^riaU-s; c'eat Joseph II (pii commandera 
Lui-in£[uc son anni^c; comracnt pourroit on doutcr «n seul in- 
stant que la gaeiTC nc soit aussi avantagcusc quc possible. Notis 
verrona dune arrivcr le iiioiiieiit »i dOmril p»r toa» les Hd^Ies 
scrvitenra de V. M. oü KUe rocueUlora le trnit de sca longs 
travaux, et rendra k la tnonarchie ce que les circonstanccs 
mullieureusea liii avoient fait perdre. 

J'ai oxpliqut^ de noiiveaii au udnist^ro les raisons, qui 
empöchoiont que nous no puissions nous occuper de la priae de 
Cholyni. L'Imperatticc a appris avec la plus vivc gratitiide 
Tordre dunnö au Priuce de CoLiourg de dünner toute rassintauce 
possible au mariielial Komanzow, si aon armi^e s'approcbe des 
frontieres de V. M. I. C'est avec la tti6me satisfaction qu'on a 
»yu par dett letti-ea do Varsovie que M*" de Cache' avoit Hi 
chargd de dcmandcr Ic passage par lo territoire de la R^pQ* 
bÜque pour les trouppes de V. M. 

La nouvelle du manage de MonseJg'' l'Archiduc, attcnduc 
icl avec la plus grande impatiuncc par liladaiiiB la Grande 
Duchesse, a dte re^ue avec la jolc la plus vivc tant par H. M. 
rirapiiralrico que par Lears Altesscs Imperiales. 

Je rends oompte dans mon PS'"" de la nianlerR dont j'ai 
notili^ cet üv^iicment et de la Sensation qu'il a cauüi^ Preisquu 
tout le tuonde se reunJt k inc dirc quo ces Houveaiis lieiia fönt 
un grand effet aur la jeune Coiu', et il m'a ete fait h. cot egard 
tant directemeat par L. A. L qae par tous ceox qui les entourent 



* Bmnhanl r. C^hi, k. k. Mofrath nnd ChuTf^ d'ilTnlrm in WvRchMii. 




244 



les protestatioiis les plas fortes. 1.es mimtitres de rimpäratrice 
en me parlaut de umt r.c qtie noas savünfl du prassianisniti du 
Grand-Duc me rcpetcnt sans cesse, que cela vient en grande 
partie de riiabitttde de ce Prioce d'fitre en tout et pour toat 
d'uD avitj cuiitraire k velui de l'Imperatrtce: que lorsqa'il sera 
lui mömc k ta t^tc des affaires, il vcrra trop claircmcnt, coiu- 
bien il est de l'int^ret de la Russie d'ätre uuie k l'Aati-ichc 
pour ne pa3 adopter ce systfime. Matlieurcuscment od peut 
d'autant moiiis compter sur ees assurances, que ceux qni les 
fönt sunt intt^resäöä h nous en conraincre poar nous attachür 
d'avant^^ k ce sytteme, en nous en promettant la dure«. Le 
fait est qu'aveu an Prince du carnct^re da (irand-Duc, il est 
impossible de prtivoir ce qiü arrivera. 

Peut ^tre que l'empire qoe M** la Orande Duchessc a «or 
Ini et IcÄ liens qui unissent V. M. k cette Princesse le feront 
pereister dans le siKt^ine actuel, toujours est U certain qne nous 
devons dt^irer la continnation du credit de la Grande Ihichesse 
comme etant re qni doit nous etre le plus utile pour Tavenir. 

Dans mon tr^s Immble l^S"" N* 4 je rends compte de tout 
ce qui concenie le depart du Grand-Duc pour Taruiee; le PS** 
^toit dijk &n\, lonquc j'apprends que cet d^part est difii^r^. 
L'Imperatrice ayant s^o que Md"* la Grande-Duchesse i5toit 
grussf. a «crit de propre mourement une lettre au Gmud-Duc 
ixnir lui atinonevr qu'elle trouToit boti, qu'il resta ici jusqu'aprfcc 
les couchea de Madame la Grande-Duchesse, qni doivent avoir 
liea Ters U tio de may. ou le commencement de juin. V. M. I. 
peut aisämeut se fignrer la joie qu'a ressenti cette Princesse de 
cet ordre de ritnpt^ratrice. Celle du Grand-Duc sera un peu 
moin» vi\ej vu I'extr^me desir qu'il avoit d etre k rarmrfc. 

On ne sait trop ce que nous devons ddsirer k cet e^ard; 
il est certain, qa'il seroit trte malheurenx pour l'aTemr, que le 
Grand-Duc 9«5par<t de la Grande Ducbesse prenne de l'incli- 
utttion pour quelqu'autre, et que moycnnant cela eile perde son 
cnidit sur lui. De l'autre cät^ rien ne paroitroit plus propre 
k atUcher le Grand-Duc au sistJ^me de lalliaace des denx Cuurs 
Imp'*. que de le rendre lui meine U^raoin des arantages qui en 
re&ullcnt pour la Russie par les progr^a que V. M. I. fer» pen- 
daut cette guerre. 

J*ai fall parvcnir k S. M. rimperatrice aimi qu'k leurs 
Altesse« Imp*" les luitres dont a plu k V. M. de m'envo^rer 




245 



successivemcnt par les deux roiirriers qni me sonl venns. Lo 
Princc OallitKin aura döjb. port<5 aiix ptcds de V. M. la reponso 
de la Souverain« k ta lettre du 11 decembre ', et le courrier que 
j'expcdierai avec le memoire pour la France sera porteur da 
la r(!pon8e k la luttrfi du 7 jaiivier.* 

J'ai riiuiirieur du iiit;ttre tres liumblement aux pledii de 
V. M. les lettre» dont Leurs Altcsscs Imp'^ m'ont chargö. 

On envüyc plus de courriere nti Prince Potemkin, qu'on 
n'cn rc^oit de «a part; on Im" a funrni avce la plus grande 
abondance tont cc qui lui est nccessaire pour agir avec vigueur. 
()n m'aBsure tin'il a assez de vivres pour pouvoir en prondre 
avec lui, tjuatid m^me il n\^n troaveroit poJnl che» rennemi. 
Les gcns cn place ddplorent l'inaction oii il a 6t6 juBqu'ii co 
iiioineQt-ci, et le desordre qui regnoit daus Tarmee, au moment 
de la guerre. Ils eitpärent pourtant, ijiril f^ra des progr^s ra- 
pidt-R Ahs qua la saisnn Ic pcrmettra; malgri^ toTite. la partialil(! 
de riiiiperalrice pour Itti et raraili^ du favori, il ne peut pas 
sc disaimuler, qu'il risque beaueoup s\ l'effet ne ivpond pa» J» 
ce que »a sonveraino altotLd de lui. On croit que lorsqn'i! aura 
pris Oczakow, attrappc Ic grand ordre militaire et fait sonner 
bien haut cet ^venement, il »bandonnera les opiJrations ult^- 
ricures au mnrfichal Rtjiuanzow, ce qui n'en sera qu« mieux. 
Siirtoiil wi le ftrand-Duc va iv l'armrie, lo Pnnce fora tout au 
monde pour protiter de cette occosion de regagner ses bonnes 
gräces. Quant au tnurf^clml Homaiizaw, on m'assurc, qu'il n'al- 
tend que l'üecasion d'agir; pur la mani6rc dont S. M. l'Ioijte- 
ratrico m'a fait la grAce de me parier de lui derniferement, je 
voia qu'elle est tout ausfii salisfaite de Tardeiir qu'il t<iraoignc 
danti aes rapports, qu'elle etoit mi^contcnte de lui dans sou 
gouvernemeot gönerol. 

Sur IcB nonvelles que nouB av(tns iei d'KliBabethgorod je 
dois croire le Prince Geor^^e Üoigorouky* arrivt'. depuis long- 
tems h Vienne, je ne douto pas que ce choix ne aoit plus 
agr^able It V. M. bnp" que celui do Paul Polcmkin. Lu demier 
est actuellement ici, mais il va se rcndrc inccssamcnt a l'ariu^ 
du Priace cü il eera emplo^ä. 



' Am«th, I. c, Nr. CLVI, p. «00. 
■ Arnelh, I. c. Nr CT-Vll, |>. 309. 
* Cieorg FQnit Dolgoruky, General en ebef. 




13 



exercice 



M' "li- MniiKDiow t'Uiiit non soiilornunt 
iit< HJi |)liit.'<:i, iiiaiK iiiniiie soii iTi^ilit aiigmctiLant do jour en jour, 
jo n'iii pfiB luaiiqud coiifoniHJment nux ordres suprctnee de 
V. M. I. tlo Uli filiro jmrvenir la snperbe inontre qu'ElIe a 
dnigiMÜ III 'iniv 0^01- i>i>iir lui, e» 1 uccoiupagnant d'uii billvt. dans 
loquot jo lui disois, quo c'ctoit la boime opinion quo M' le 
Comto do Knlkonstoin avoit con^u de Ini, et dout Ü avoit rendn 
ooroptp h S. M. L'Kuipereur, qui lui valoit cette gräce. II m'a 
i^pondu Kiir Ic fliamp, tU il m'a pric iiisüiDHUCiit de faint par- 
ronir uiin lottnt de sa pari niix pieds de V. M. I. Je ne puis 
oxprim^T h V. M. jusqu'iiü a «te sa joie lorsque it a rp^o ce 
pn'Kvnl. II Oll a i^U« flalte autant qii'il dvvoit l't-lre; l'imp^ra- 
trte« eile m^e on a parlit quelques jours en soite, et en a 
pari«' dr mani^rv a tue faire eonnoUre, qn'tlLte n'avott pas et^ 
moins charm<V quc lui de ccttc bontä de V. M. I. Je dois avMr 
l'hoimeur de Lui rt'pelcr tr^ liumbtement ici, qu'aprr» avoir et« 
|u«ane, la i-Ko«c etoit indispeusablement n^ce-SBure^ en qn'elle 
a Gut \c mcillcur olfet possible. 

Prät^tTT' do la part qu« V. M. I. da^rne prendre ä ma sant^ 
je Ia supplt« d« reccvoir Ji S«« pieds rexprewton de na tri« 

KMmm dn» aoi. je n'^tais M«ntt«M^ q«« 4e b cniüK de ne 
fmcnit n'«^inner aT«e k rnfto« lUe d«s ordr» que je reoe- 
««% «( j^WMrais 41^ iaco M o h bk si lee niBistnc ^ llmp^ntnoe 
9» wr ftaaal 4m Tiaitrir fri^quentes, me ■ anäeat pas 
I» «as 4t «rater Im «Ain« at^c «ax k ■* 

kr I «■■■iMiwI 4« l'uMC je MM «■ «<at 4e aortv. 




247 



elari* ii Tlmpi^-ratricc, (juc fjii&Iquc. peinft qiin cela lui fit de ho 
separer iln GrarnM.hic, eile avoit pris son parli Ik dcasas, et 
qu'cllc HC pr^tcndoit nuilcnicnt k cAiise de flon litAt l'empecher 
de ee rendie Ik, oli son zhle, et son d^sir de »'instruire l'appel- 
loit. Malgri- t-ela, rimpt-ratrice insisto toujoiira eur cß quo lo 
Grand-Duc nc parte point; il attribue cette resolutioii de S- M. 
au Priucd Potemkin qtii ne se soiicie pas de l'avoir k son arnice> 
et son aversion pour lui cn auj^menle: il n'etdiappcra pas k la 
ptinctration de V. M. I. que cel evt'nemenl. ajoutc encorc k la 
desunion de la grnndc ci de la joiine Conr. J'ai cm de mon 
dcvoir do pri>tit<!r du eoiirriwr d'aujüurdhui pour porter des 
iioiivellcs aus pieda de V. M. luip. 

coxLin. 

Joseph an CobeoxL 

Vienn* ce 7. FoTriar 17S8. 

Moii eher Comic tic (?ob'OD/.l. Apr6s avoir cn vain attcndu 
avec bieo de I'empres seinen t de vos nonveües pour vous ex- 
pedier ce courrier je nc puis le differer plus longt^^ms, ptiis- 
qu'il est porteur du !a notifiealiun de ma ddeJaration do guerru 
tjuc le Baron Herbert est eharpci de renicttre ii la Porte le 9 
de ce mois de la fa^-on dont vuu» serc» instriiit par la Chan- 
celerie d'I-lut 

Je nie Hatte que la Kussie sontira ce quo je fais ])our eile, 
et qii'il cut ^tc trfes fort de ma convennnco de siiBpendre en- 
core i cette d<^<-laration sartont apr^s qu'rlle oftt si pcu avÄnc(*.e 
dans 868 dwpoisttjous mititaires, et qu'ellc n'a pas niüine encorc 
mls lo pied lior«; de scs fronti^res, ot que probablemont il ne 
sera pas qiiestion de ses operntions avant la tin de mai ou lo 
commenceraent de juin, do mariJtrc que je portera! scul tout 
lu poids de la guerre. 

Mais unc chose bien plus essentielle c'est quo M' de Ilerz- 
berg contiiiue teujourn h poiirsuivre sor projct dont j« von» al 
blftmnä en dcrnier li«u. II »'est un'mc vanlö d'cn avoir dt?jk 
fait avoc Bucccs des insjnuations & Petcrsbourg, aiasi que vous 
lo verree plus on detail par les pieccs (pij vous serout cointiiu- 
niquecB par la Princc KaunitT!. L'ohjet (itanl pour moi de la 
derni^re importance, je ne »aurois asse» ranimcr votrc z^le dans 




24S 



une conjoncture aassi delicate et vous ex1iort«r d'«tre en gard« 
contre toutes cajulerieK insideases qiii ne doivenl vous imposer. 
Ainai loin de pensor cn Russe, vous tacherös sans doiito d'agir 
en bon Autrichien ä qni les suites pemicieiues d'an piireil pro- 
jet ne peuvent »^chapper. C'est dans ccs sentimens que je vous 
Charge, nion eher Cumte, de faire tous vos efForts pour tno pro- 
eurer de la part de la Russic des assurances non ^^qiiivoqnes, 
mais des plus cathegoriques r^n'il ne sera jnmais ([iicstion de 
conseDÜr au moindre avantage en faveur du Roi de Prussc; 
car bI j'y cntrevois du louche, je n'attondrois d'6trc plante, Lrou- 
vant bien plua de mon interet li planier In. Htissie. La Moldavic 
et la Valachie seroient un beau ivoc contre la Gallicie! Cgb 
deux pruvinecs u'offrent que des pais deserts, incultes et 
eloignds, en m^me tenis qu'elles nie pSaeeroient entre la Kusaie 
et la l'orte; tandis que la OallJcie a tntinement plus d'nvantages 
Unt h IVgard du voisinage que de» diff'^rentes amelioraiions en 
tout genre dont eile est susccptible. L'acquisition de Danzig et 
de deux Palatinats de Posen et de Kalisch donneruit k la Prusse 
une sup^rioritf^ dccid^e sur la maison d'Autriehc, ati point qu'U 
n'y anroit plus enti-e elles une egalitf^ de puissance. Par la 
vous jugcr(5s de riiikportance de l'objel. 

C'est avec bien de rirapaücnce quo j'attcnds de vos nou- 
vellcB et de cellcs des armöes et flottes nissos duut je n'cntends 
plus parier. 

J'ai envoy^ deux oflGciers k Montenegro avec de l'argent, 
des armes et des inunitiuns pour laelier du faire une diversion 
aux Tnres; je les ai do möme charge de lettres pour lo 
Bassa de Scutari en autant qn'il y aura moyen de s'ar- 
ranger aussi avec lui. Oti vurra jiar la que je negligc aucun 
expi^diciit propre u secondcr Ja cause coramune. Faites-le bien 
valoir, mon eher Comte, rar je pourrois bien in'ennuyer k la 
fin, de ne troover toujours que des ingrats. 

Je complc me rendre avec mon nevcu le 1"" mara k l'ar- 
mde et onvrir la campagne aussttot qu'U sera humainemeot 
poBsible. 

Adieu, mon eher Comtc, en vous joignant ici nne 
lettre pour l'lmperatrice' et une autrc pour \eä Üranda-Ducs, 



■ Anieth, I. c. Nr. CLVUI, ^ 310. 



249 

]c vous prie de croire qne je sms ttrajours avec estime et 

amitic 

Sig.: Mon eher ComtL- 

Votro trfe» affcciione 
Josepli m. p. 

CCXLIV. 
KftiiDiti an Cobeaxl. 

Vienn« lo 7 FftTrier 1788, 

Mon clier comtcf Fante dn. loisir je n'ai \m von» i-crirn 
familiärem ent p«r la voye de mon dernier coarrierj et par la 
rnSme raison je oe pourrai ötre qoe Ires bref anjoard'lmi. 
J'espÄre qu'on sera content de iious actueilmiienl et si oii iie 
l'a pas <^td pluüftöt, je vous asanro qtic ce n'etoit pas ma faule. 
Le reste di^pendra de la fa^OD dont on fera la gnerre; suppoui* 
qa'on la fasse de pari et d'autre avec assez d'energie et de 
vivaeit*', pourqiie tout piiissc etre dit duns ccttc ranipiignt^ oit 
tout au plus la eampagnc tl'aprfes, tout ira bien et tinira comaic 
OD peut le d^sirer, mai» en ächange^ si eile traine et qu'on la 
fasse müllcmcnt, non seulciitent Je nu repotids de rioii, tiiais 
j'appri^hende iri-s fort Ic enntraire, si on laisse aus cours de 
Berlin et de Londres le tems d'intriguer, de s'en mt^Ier et de 
rendre par 1k le mal plus coinpliqun. C'est quc je nc ccssc de 
prAcher iei, et que vuus iie sauric/. trop tächer de faire sentir 

Ik OÜ vous CtCB.' 



I Am 7. Kf^brtinr orhleli Cobftnsl nmAiAieiiile Wsbniifwi tlb«r *lie Alliani 
mit Krxiikr«ii:lK ,gtit<1i)iie viit IV-Ut t)e|>lüniMedu HnaiicCN dt? In FfAnce 
ri«a Bfl Mrvit pliu fncilv i vHK paianniica diu ([u'oll« •'eiitmdroit ar»« 
la Pmue, fino Atf itir« mnrclii^r im« nrm^ 'In 4U Jt &U niille liomniM 
daus le» Fftys-bx*, d<> Itw niitrtiN'iiir aux i]^]ienii da caa nchva |>rovincM, 
et d« nous enlerer ]>xr IJi 10 millioiis du rcwiiu». II neroit toul au»! 
Müi » la France eti ae juif^nanl h l'K«pag'n«, ft h la KarrlAifpfio ilß fairfi 
line di<rertioii en Italic on Amis ne mogiient-i:i nnu« n'a.vi>nit jirünque 

nacnn«* troupsN. du OLoineut ou le miDistöro nera d'ficiMird avfri: 

lo Parlotni'nl, ri«u ne te« eui|tt-«he p!ii» de iroiiTer dp l'argfiit, et hdb 
pnärre de t^rra, quo Ic miliuiirG fran^oia d^aire avec ardeur, eoroil pDut- 
6tre la «hosp ts pltm proprn A op^rcr una I»lie rAunion.* Weniffstens loi 
die KeatnLiiUt Frankraichs aD»UKlf«bcn. Die VerlilKui»«« ^olen lihnlich 
«16 1756, wo ProuMcn Frankreich vttrliess uud ein BUndnu niit Eng- 



J 



2Ö0 



J'ai iKTaiiroiip (Viiiipatience d'avoir de vos nonvollca, et 

attendant, je tous rcitörc l'MRiiraTice de la peraevnrftncc inal- 

terablc de tous mes sentiinenU pour Vous 

Sig.: Kaiinitz R. 
Orifinftl. 

CCXLV. 

Joseph an Cobenzl. 

Vienne ce S.1 Fevrier I78B. 

Mon eher Comte de Cobenzl. I-uurs Altesses Impöriales 
m'aysDt dcrit par votre dcrnicr courricf une lettre fort obti- 
guaiite et amicale, j'ai vonlu leur repondre tout de suite. (Nomine 
je parta Ic 29 pour rarm<>e et que je ne sais pas quand on 
expedier» un coumer pwur Pt-lersbourg, j'ai mieux aiiui^ me 
servir de la poBte que de diffcrer k leur temolgncr TinterM 
quc je prends k lout ce qoi les regarde. Je vou» envove donc 
ci-joint lua rt'ponse que je vous prie de leur remettrcj ainsi 
que de croirc que je suis toujuurs avec eiitiuiu et aitiilit'^ 

Sig.: Votre affettione 
Joseph m. p. 



GCXLVI. 
Cobenzl an Joseph. 



Saiiit F&tenbourg vo 1"' man 1'88, 



Sire! 



All inomenl, oii j'attendoi» d'an inoment ä l'autrc d'^trc 
k mpine de expedier un courrier avec raes tres humble« rap- 
porta aux pieds de V. M. 1'* est arriviS le gardc polonois Za- 
rcmba porteiir de Sc$ ordres suprf^mcs du 7 fevrier. 

Peu de jours aprt« le däpart de ce garde polonois doit 
Ätre arriv^ k Vienne »n courrier au Frinee GalUlxin porteur 
du reBcript de rimp^ratriec k hii, dorit cet ambassadcur tUoit 
Charge de faire communication au Prince de Kannitz. Lc raien 



laad acblom. ,Dlui> c« iimmenl-ci 1» Franc« «n » /-Ir ci>ni|<1Ätemei>t In 
rfupr d« U fnif ilp|Hfrlifi, (]ui Iiil a fail i>reiidra rKlli»ace do la Hol- 
Uode, i)iii I'a hixniUio ü. U fac« de rEuru|)0.' 



Söl 

a dn le snivre environ 8 jours njirj«; et ce n*a pas pid pour 
niol nne petite peJne, quc Ac savoir, quc mcs rapporti ptoienl 
attendiiü k Viennc avcc iiupaüencu. vt dti iie p<puvoir dt.'p(^cL«r 
Ic coiurier par la ientear extrduic qae Tod aet ici dans tontcs 
lee affaires. 

V. M. !. awa dai^^ roir et par mes rapporte precedens 
et par ceux que j'addresse ajourd'hui k la Chanccileric do Cour 
ei d'Ktat, qiie j'ai fait absoinment tont cc qne döppndoit de 
inoi pour obtcnir Ict aaretns necessaires de U pnrt de U ßtissic 
contre le» projeu de Herzberg. 

Je ^Dis dans rimpatience d'apprcndre, si V. M. I. Hura 
trouvee süffisant ii cet egard le contenu da rescript ci-dessus 
eit^; en rappctlant Ics cngagcmcns directcs des dctix Cours 
pour Ic cas d'une diversion prussieiiDe pcadaut lu ^erre lurque, 
et la garantie de I'integrite des possessions de la Pologne, sti- 
pulee par les memes cngagcmcns en rcnonvellant la prnme^sc 
d'y «atufaire en plein, U semble que la Bussie it'engage ä faire 
cause cotniuanc avec uous contre Ic plan de Ilerzberg, et je 
regob chaque jour de nonvelles assorances des inteDtions loyales 
de rimpcratrico & ce sujet Ce non obstant apnSi la rcecption 
des ordre» supremes du 11. d^cembre et 7. jaavier et apres 
que j'ai vu dans les pifeces, qai m'ont 6t6 envoyees, tont le 
deveIop|>ement du plan de Hnrzberg, ainsi, quo l'cspoirj qu'il 
sc faisoit, de le voir goAtcr par la Russic, je suis revcnu k la 
cha^« ä cet egard, en appuyant mes demarches par tous les 
moyens, que j'ai eru le» plus prupres k les faire reussir. 

Pour 6trc k in£ino de vörificr les iLftSuranccs, qu'on mc 
donnoit de la fausscti^ de la supposition de Herzberg et de cc 
que le Baron de Keller' mande ü. sa Coor; je ne suis pas eon- 
tentä des Communications verbalei?, qui m'ont <^te faites; j'ai 
demande copie des propositions que M' de Keller avoit faites 
ici, et de la reponse quc rimperatrice avoit trouve bon d'y 
donncr; les piiices m'ont üte rcmises par M' le Vicc-Clianeelier, 
et elles sont jointes k mcs rapporls k la Cbancclleric de Cour 
et d'KU)l. II plaira h V. M. de voir par leur contenu, fjuc l'Im- 
peralrice y dccliue l'ofTre du Hei de lVu»äe de »a mediation 



' Dorothens Ludwig (.liristopli Baron, dann entn- Ornf (1"8!>) t. Keller, 
k. pr«iiM. Geundter in FetersburfT, frUlicr in Wion. i>i>Sler StAxliwiiniRlCT; 
t 18a7. 



252 

poar ]a guerre actuelle itvec In Porte, en disnnt qu'elle ae peiit 
enUindrc! Ji rien iJi H«i4siis sann Ic concert fle V, M. Irap'', et 
qn'elle 90 refuse cgalemcnt k renouvcllcr l'alliancc pi-ussicnno 
qui 6nit datis le courraot de ce moJs-ci. 

Quant HQX »ilretcb contre les projets prussiisns, il m'a (>t^ 
röpondii h. tout lio. qui- J'ai dit k cct (5gard, quo l'ImpiVatricc 
s'expliquoit Ik desaus eile mänie dans ]a lettre dont le präsent 
courrier est porteur, et que le Prince Gnllitzin est charge de 
rcmellre au Prince de Kauiiitz pour la porter aux pieds de 
V. M. Imp'". On m'assure que celtc lettre contient de tiouvellos 
asaiivances amsi positives^ et auasi obligatoires, que tel acte, 
qu'ou pouiToit cuncluru h cet egard.' 

Les miiiistres de l'Imp^ratricß m'ont citd pour preuve de 
leiir bonne foi, Ic3 moyens qu'ils nons mettont etix-memes en 
maiii de savoir meine avant eux tont ee qui se passe entre les 
rmir» ile Pi''tei'!il)nurg et de Berlin, ee ([u'il iic feroient ixr- 
taineinent pas, s'Üei avoicnt avcc cctte Coitr quclquc nt'goiiation 
qae nous dussions ifrnoror. 

Par mon tres humble rapport N" 3 il plaira It V. M. I. de 
Toir que tc Prinvu do Lignc par une suitc de son zMe pour 
tont ce qne ini^ressc lo ßervico de V. M Imp'' a cm devoir 
mVnvoyer un cotirrier, pour m'inforraer en confidence de tout 
ce qui s'est passe entre lui et le Prince Potemkin. et du v<fri- 
table etat des choses h I'arnn^c. J'ai Joint au meme P. S. üne 
r^ponse au Prince de Ligne, e:oniünant des driaiis de lont ec 
dont il m'a pam neceasairf, qu'il fut insti-iiit, et qui »ert en 
mdnic toms de Supplement k mes rapports ä la ChanccUarie de 
Cour et d'Ktat. Par rensemblc de toutee ccb pieces 11 ]ilaira k 
V. M. I. de voir qnc j'aj tait tout ee qui a pn d(*'pendre dn nioi 
pour qu'ils soient envoye au Prinee Potemkin te-s ordres les plus 
positives poiir ngir otfcnsivement, le plus promptoment, et le plus 
vigourenscment que possible; mnis d^s les preiniors iiioments 
de la guerre, j'ai 6t^ convaincu, qnc tont ce qu'on pourroit 
faire k Pitersbourg n'influeroit que foiblement snr le Prince 
Potemkin, et qu'on avoit besoin il'un hoinme de confiance auprfes 
de lui, dont la personnc lui fiit agiV^able, et qui put influer Bur 
ses deciaions. C'est cc que m'a fait supplier V, M. Imp"" de 
fiairc cboix du Prince de higae pour cette impurtaule commts- 



' Amcth, Lc. Nr. CLIX, p. 812. 



253 



Bi'on; inalgT^ ioat ce qae j'a! fait et que je ne manqu(;rai pas 
de faire encore avec tonte l'ardeur, dont je suis capaUe, il est 
a meine par sa pusition de contribuer autiint 4jiio inoi k retidre 
!c8 Operations de TaniK^'C riisse ausfii vi^ottretises que nous de- 
voiis le dösirer, C'est ee que m'eiigagc aussi de represeiiter 
trfes Iminblement u, V. M. I. avec cette fiuneliise que le iiieilleur 
des maitres daigne pcrinntlre k ses scrriteurs, qa'il est essentiel 
que le I-*^ de Ligne s'eloigiie le moiiis qae possiblü ilu Prince 
Potenikin et quo lorsqiin V. M. I. aiira besoiti d'un boiumc de 
coDÜance aupres de manklml Komanzcjw, 11 raudruit uiieux, 
qo« cc fut le Baron Herbert, qui ee rendit ä son arra(:e. 

Müiiie ajirfeb Texplusiun de la ^'uerre, et jusqu'aii luoiuenl 
oü j'ai appi'ia la pari, que V. >I. I. i5toit intentioiitiee d'y prendre, 
je s'ai cessä de travailler ü la paix conformement uax iDHlruc- 
tioiis, que j'avois k cct %ard, maia dcpui« que V. M. a annonc4S, 
noii seulciiictit iei, inais k la Fruiice, et quo par eons^queut 
tout le munde a s^-u qu'KUe alloit coiubattre !o croissant; j'avone 
qiie j'ai d^sire avec la plus vive ardeur qn'Elle se couvre de 
la gluire qu'Klie e»t faite pour acqiierir, et que toute TEurope, 
qui L'a vu upporter Ic pliiiü ^rand soiii k incttro le militairc et 
cn gi'neral les t'orcea de Sa monarchie dnns l'etat le plus re- 
Apectuble voii^, de qiioi celte arm^e est capable, quand eile est 
eunüuite par Juseph II. äi eu celu Jo paruis bou Kusse, c'est 
que je crois, qae dans la posttion, oü je suis, le aervice de 
V. M. Imp^"' exif^e que je le paroisee, inaiH jt.- Im sup[)lio d'etrc 
persuade, que je ne le serai jaiiiais, qu'autaiit qu'il le laiulrn 
pour etre boii Auti-iehion, et pour rcmplir le moiiis mal qu'il 
m'est poasible les ibuctions de la place que V. M. I. a daiguti 
ne con6er. 

U aeroit muüle de dire k V. M. I. corabien on a et^ cn- 
eharttä ict de la nouvelle de notre däelnration de guerre. Sa 
Majest^ rimperatriee in'u t^^moi^ne sa joie et sa rccounoissance 
envers V- M. Iinp'"' de la iiiaiii^re la plus forte. Toule la naliou 
partage k eet ^ard U suutiraent de sa soaveraiu, je iic deute 
paß que riraprirotrice ne temoigne sa gratiltid« a V. M. 1. dans 
la lettre, dont le Prince Galitzin est charj?e. 

C'est nujourd'hui le jour, oü V. M. Imp'* quitte sa eapitalc, 
pour se rcndro ü Farmee. Puiasent Ses fidtiles atijets n'6tre 
pas prive long tems ile bonlieur de l^'y revoir, eouvert des 
lauriers qn'Klte doit necessairemeut rucueillir. 



1 



254 

On a appris m avee autant de jole que de reconnoisagnce 
les dispiisiLioriK [|q<! V. M. l]ii|>''' ii liicn voiilii faire |ioiii- uvca- 
sioncr en Mniitt-ii«gru utii! (livuraion niiiln; In» Tiircs, et jhorlor 
des secours au Pascha de Scutnri. Toul le mondc adinire b 
sa^fesse, et l'activite de» mesui-es prises cootre rennemi com- 
luiiu, t-'t Uli en altend le plus grnnil sucl-ös. 

Ja vjcntt de ret-evoir k rinfttant \o- hillet ci-joint de Mon- 
sieur de la Feruiiirt% doiit j'ai cru do Mion devoir de porter le 
Qonteini iiux pieds de V. M. Imp'"; Iei lettre doiit il y est fait 
meiitioji iVUuil «ddn-Mw'o Ji Soii Allewu Madame l'AiirhidiUTliOHse; 
je la joins n mcs rapports k la Ohanccilcric de Cour et d'Ktnt: 
je suppose, qu'elle en coniient uiie aiiire pour V. M. Imp'", 

La Grande Duulieääu a appris par dtss luttres de Munt- 
Löliard que V. M. Imp'* aroii daign*^ perini^ttn; au Princo Fer- 
dinand de WUrtemliorg de faire In caiiipagne anpnVs de Sa 
personne. Cette nouvclle lui a faii te pluä ^raiid plaisir et eile 
in'a parM diins les termes les plus recunnoiH&uns de tout co 
tju'elle devoit ii V. M. 

Le Grand-Duc coramenco k ae flatter de nonvcan de 
l'espoir qu'apr&tt les cüuclies de son nugustc epouse, on lui per- 
meitra d'alter k l'antiee; son Equipage poursuit toujonrs sa 
ronte; les personnca qui lui aont attaehf^es, sont pi>rsuad^ea 
au contraire, r|u'au nioiuent du depiirt, quelque nouvt-au pr«^ 
texte l'oblif^era a rt'ster iei. Peur ne pas toniber dans une r^ 
Petition t<^dieiise dauB UTi iiioniitnt oii V. M. I. est sans doulß 
surcliargee d'occupalion, je preiid» In respoctuouso libort«? de 
me npporter au contenu de mes rnpports h la Chancellerie 
de Cour et d'Ktal, dnns JckciuoIs je suis entni dun« le detail de 
lout ee fjui ni'a paru (Jlrc dijfiic de parvenir h la ponnoissance 
de mon nugiiste Cour. Oserois-jc apres toutcs les bontrs, dont 
V. M. luip''' daigne me combter, La Hupplier eneore d'y ajoatcr 
cellc de doiiuer des ordre» pour quo je mh inntrutt Uion 
exartenieiit de tous les «Sv<*nemcns do la campugnc aeiucllc; Ü 
n'<^cliappcra ])as ä Sa baute p«^n<5tration combien je serai ques- 
tionne ä cet egard par rinipt'rnlriee et LL. AA. htip''" k nüson 
du vif intdret, qneUes doivent y portor h. tant de titres. 

En mc proatemant etc. 

P. S. Le niattre de <.'bap<^!lki .Martini avrivt; dcpuiH pou 
de jours m'a reiuis lea ordres anprßmes doiit ü a plu h V. M. !'• 




2BÜ 



de le chnrger pour moi cn date du 32 octobre de t'anndo 
passive. Jü ni! man(]URrai pa« do m'y conforrner en clierchant 
de lui eü* utile datis toui co qui poiirra depcndr*^ du moi. 
Comme c'est pour dtre k la tele de l'ecole musicale russc qu'ou 
l'a fait vciiir; Ü fait tiuduire diinb ce momünl-ui &on opera dclla 
(^osa ram, et il sc propose de lu fairo donncr d'aborrl apr^ 
Piques par ses «I^ves. 

Cimarostt di^bute par une ^spfece de Pastorale, qu'U Went 
de coinposm*, et cjui doil Tttn! <ix<<cuti' par lo peu He siijeti) ipie 
nous avons tci pour l'opera Bi'neux, «iiln^ leaquela il n'y a tpift 
ISruiii qui säclie clianter, il c*t trös fäcli«? de dovoir coinmüiictr 
arec dos gens, qui sont si pcu en (Hat d'cxecuter sa muaiquo. 
An döfnut de bonnes voix, il a clierclie h sc tirer d'affaire pai* 
Ics nionicns d'enscmblc Ics chooura, et Ics ballcts. Sa ptj>cc de- 
voit ^tre exectitee jt-udi paasfJ, mais rimpt-ratrice »Vlaiit Irouve 
indispust^t-, la rupfttäCtitHtlon a üIb rumise ti ja semaine provhailie. 




COXLVII. 
Kaunitz an Cobenzl. 

Vionne le A»rll 1788. 

Ma lettre d'officc ne mc laisse rien h njonter on affaires,' 
et je ne voiis dirai \mv ffiniM«'i|neiit <jtie <nielqiie.s mols siir l'c- 
veiieinenl siufjuMcr de la libvrU5 do au retirer accürdvy ä Her- 
bert et il Hiilgakovr avec tinc boitne gräce, Jaquelle cn veritä 
n'est rion moins qiie turqne, et que Ton ne penl attribucr qu'K 
la l'ayoii de pciiser pcrBonello de 3a majeure parti«^- de ltux <jui 
coiuposent le Uivaii actaellemmit; cllc n'est pas moins notable 
cependaiit, et paroit due priiicipalomeiit »ux expressiütis iiio- 
dcrdes de rolro declaration, auxqiicllcs Ics Turcs ne s'alten- 
doiuut puä, et qul eu \m etoiiiiaut a dimiiiue l'aigrcur au lieu 
de l'aagmenter. 



* t'iuere wasentliche FrA^a boeMht darin, ob die Kaiierin von RuMlnml 
ileii Fftll «iner dir&ct«u hgf^re*»wu mid jeiiRii einer viiu tiotto I'ratiMciiN 
auf irnkiiHten der Rnpiiblik Polen bi^wirkon wollenilen VerRrOMürung 
r^lr uiiitii iiNil il4)u niiinl<ii-|i(-n Ksll Annitli«, rul|{lic)i Üir den letztej^ii die 
n&mlU'lifiii VcrUimilloiik«it«n nls gihij; orkODm-, xu welctien »ie fiir den 
orftton Fnll nnmcntlirh .«ich Anhontchtg gcmAcbt habo. CabenM liali« n\i? 
«>ine kliiT<>, bHNtimmto, knt(>gnriii<:b* Antwort xn dring«». DepfjtL-bd vuiu 
6. A|iril nsü. 




256 



Noa arnn^os aiitricliiennes vont donc enfin oavrir boa- 
ticjue. J'esp^re, que celles des Russe» feront de meine, ßt je 
ftouliaite que celle des deux qiii ira 1« phi», comiue on dit, hon 
jtiu et bou argent, puisse engager l'autre h, suivre aon exem^le, 
ßt ji la siirpasser ninmc, s'i] se peut; vor j'en reviens toujuure 
\h: U guen-e lit plus coarte sern t^ujours In meilleurc, mömc 
la seuli- bomie dans l'i^tat des circonstauces respecllves. Je d<i- 
sircroiK KUHK doiitb. quo iioiis fusäioiis Ics doniit^uifi d'cxemples; 
mais je pardonnorni cependatit voloutfers aux Kusses de IV*tre. 
FftitoH toul 04^ quo vous poiirroK, et au demeurant aimez moi 
tuujuurs L'uiuuic JL' vüus uiuie. 

Sig.: Votre bon papa. 

Original. 



ccxLVin. 

Philipp Cobenzl an Ludwig Cobenzl. 

Vieiine le C Avrll 1788. 

l.a dt-pAelie d'offiee bicn diSt&illi^c qu'on vous oxpddie 
aujourd'liui tie tnissunt rien de dt^sirer 8ur tont ce qui est nä- 
cessairc; pour %otre ccmduite nctuelle, je n'ai rien k vous dire 
en pailiculier sur tes mi-mes objulH. Nous vuilii doiic en pays 
enneuiis dtpuis Cliotziiii jusqu'au Danubc d'un cote et de l'amre 
cote auüHi daus In Croutie tnrque; il ne noos reste qa'k passer 
U Kftve pour ftre aussi en Bosnlo et cn Scrvie, üt j'espi^rc qne 
cela scra fait avanl la tin du nioia; l'Kmpcrüur fatigue coiume 
un ehien s'etaut pressö de faire la döclaratiou de gnerre qiie 
1I0U3 aurioiiti pu difKrer jusqu'ti la boiinr saison, et le mart^ehal 
Komanzow est sur seä teiTes, et le Princc Potemkiii dans un 
bon lit ä Elisabeth. Ou dit que les Uut>9es ue pounont entrer 
en caitipagne quo dans Ir emirrant du uioiij do Juiri, et par 
cons^uent ce ne seru qa'en Aoüt qu'ila pourront tonter de 
passer le Dniestre. Soit; si seulement il» vonluient faire minc 
de remuer pluU'it, alors du luuius le» Türen daiis le douto de* 
vroieut divisei" leurs forccs et envoyer une armdo en Bessarabic, 
au licu qne voyanl qae de ce eol^-)k il n'y a pas pour eux de 
qnoi ti'inquit^ter de sitöt, ils nous viennent sur le dos avec 
t(»ilen Imirw forees pour commencer par nous bien pIot»!r, en 
attendunt mieux. J'esp^re bien qu'ils ne nous feront pas gr^nd 
mal, cl je sens anssi qne lea Knascs ne demandent pas micux 



257 



qtic de nniis cndosser le gros do la besoj?ne, jjourquo le Prince 
Potemkin n'ayc ()u'li mn liaiäünr et citcillir les laurJcrs. ninis 
rEm]i€reur poun-oit bion ausst s'ennuycr de la fete, s'Ü voii 
qu'oii lo laisBo tout seol dans le margoaillis apre» l'y avoir cn- 
tniind; enfin iious verrons. 

Fr^dcric Guillaame paroit donc bicn dlaposö h tirer parti 
<loB cii'conslauces, on fouille dans les arcliives pour trouvcr dos 
droits ä fnir« valoir, on s'asaure des Ligueurs en Allcin»g)io, 
un uianigant^;» suus niaiiis ii Uaiizt^, on & du rargoiit eii cait^se, 
nnc nrm^<^ \trv:U' Jl inarclicr mi premior signal, et nous autrow 
iiouB L'uminereürous k d^übt^ivr avec la Kussie sur Ic qiu; fjiiil- 
il faireV lorsqiie Ics l'riiasiens auront d»'jk tont fait. Tuut ceUi 
va fort bicn. Li- inoüluiir luoyeii pour i-n impwaor au Kui de 
Prasse soroit Taccessiun de la Knsaie an trait^ de Versailles, 
mais comme cela uous seröit fort otÜe h nous, et quo Ics Ilussea 
Bout dans la posseasion de iie coiisulter qne Icmr iiiU-röt parli- 
calier, il est tout simple qu'ils n'^pitgriünt de a'y preter. II l'aiil 
voJr ii quoi tout cela aboutira. 

Je suis bien fache' d'apprendre que voub vous plnignicx de 
votre sanlä; ta paiic faiU> ju trouve tr^s-ju5tc qu'oii vous ac- 
forde un congd, et mc flatte bien qnc rKtiipereur ne vniit! te 
refuser» pa», maiR d'iri a la votiR dt-vricz un ycu vivre de re- 
gime, poiiit uüscnüut quu curLaiucuieiit vous negügez trop .... 

CCXIJX. 
Cobeuzi an Joseph. 



a' Ntemlißnr^ ce IS. avril 1T»8. 



Sirel 



Monsieur le Vice-Chanceiicr Comte d'Ostermann vient de 
nie remclti'c un rescript adresse par rimperatrice au Prince 
Galitzin, dont cet ambiLssadcur a ordre de faire eomiiiunicatton 
au Prince de KaunitK, cl (jul couticut le plan d'uptiraUon de- 
tiniüveniunt arrete pour les armäes rnsaes, ce rescrit ötant en 
langue nisac, Ic C* Ostcrmann me l'a traduit verbnicmeni in 
extenso et m'en a remis en outre l'extrait ci-joint que je prendu 
la reapectueuse liborte de mettrc aux pieda de V. M. Inip'", et qiii 
eoniieitt tout ce cjui ee truuve d'essentiel dans la piüee nieuie. 
Lc8 miniatrcs de S. M. I'lnipilratrico m'oni fall obscrver qnc co 
tvniM. fl.Atib. Itj. UV. JT 



I 



25» 

plan tcl qii'il vieiit d'fiLrt! nrn't^, r«vinnt prr'Bqn'entieremcnt h 
ce quc V. M. Imp'" a bien voulu indirjucr duns la prc-mi^i-c lettre 
dont Klle a honor«; le PrJnce tle Ligne, et dont dous avous re- 
uiiä ici un extrait. Apr^s _v avuir möreuient refltWhi, apres que 
U cliosc a (iUJ dcbattiie entrc lo eonseil et lo Princc Potcmkin, 
on est revenu ici de l'idec de faire prendrc possession k Far- 
m^e du Feldmareclial Homanzuw du la Moldavie et de la Vu- 
lacliio, et Oll ö'ost determine, Ji eraplo^'cr cettc ariiiöe ii eouvrir 
Jes entreprisca du Printe Potenifcin, et ii garantir la Pologfno 
de loule invasion de la pari des Turcs, ce qui n'emp^cliera 
cependant pas que ir It C" du Soltikuw avev son «(;rps ne 
faHüi-- loiitcä Ins luaiiocuvrcä necesiuiii-cä pour faeiliter le »iege 
de ChotJm et donner tout nssistence au Prince de Cohoiirg.* 
Ce qui n'a pas jieu contribuö k ecttc nouvelle determinaüon 
pour rariuiio du aiaröehal, c'esl la couduile de la (Jour de 
Berlin, et Ics indices qui sc rauUiplient toua les jour» de »es 
projets sor Danzig, Thom el uoe partie de la Pologiie; on a 
cru necesvaire dans ces circonstaiiecs de teüir l'armee du ma- 
ri^chal tüu-juurs n porttJc de marelier contre Ic Uoi de Pruste 
d^B qu'U fcroil In nii>indre tertlAtive i>uiir s'agrandir. 

U a 6t^: cxpiÄdic; CCS jours ]iii->i'h ili:ux coiirriera, l'tin 
au uiurt'chal Homauzow l'aulre au rmirr i'otemkiu pour leui- 
apporter cc plan d'opemtion delinitiveraent arrßte; outre lo re- 

* Der Koiior beurttieilte in einem SuUreiben an Kauuiu voin 9. Mai I7dB 
diMon Operationii]i)Aii alifHllig: ,Ea wird Ihrer Rinüiclit ni^^ht oiilgAhKn, 
wie wiiiiig ffolbor allotn deinjvnigon nnfrumOHeon i»t. wur Ic:]i Mir run 
dem wicfaügon Uicnirt, den Ich joUl HiiiftUiid leiatc. ventprecho» hüXUf 
aollen; d.i »iif Chotym i^xr nirht ijsilncht norden, nn» die uMn \et»fnn- 
mclutn Türken iinil TuTlnru fiiif diiin Itnls L'^luson nerd«ii. dAilurth 
Aber dio Buhowiija und GaIükI«!) Uiroii Einnil]«» ntiKf^'^*'^'''' blciiioR, und 
dw KorpK d«N I'riiixfii von Kuliiiiii; in die Uiit)))tti)fktiit veni«UI wird, 
neltiit dijin, dAfirt \>ey ilfr Molton Tnr^-PrQckten Jnllnu^tt, tiikd da auf OoxJi- 
knw noi'b iiicIilK unti-mniiioit^ti uordnn und müi« (intt wnnti hu ifiixciliuhcn 
dbt^«, Alir dor ^tiifi Schwurni dur Tdrkeii gntii, fiuliur Über doti IInIm 
kOmnl, wrii] dor Uri>vivo<ir kriii« liiHAt-lic hnit«, »cino Armt^o nti th«ilBti. 
Sie werdoD dieao unniif^eTicihnii.'i und 1)«dunhlii>hg Lxgv dem Urftfen Co* 
benxl mit den lebbaftfuten Farben suhildorn, damit, obRction dermalen 
kfiti Miliel da(;QK«u int, weni);Ht«ns der Werlh von detii, uns Ich tlme, 
crkivnnt werdo. Aitf siddie Art werden wir Ton dein Frieden, di'ii Sic 
wfimtclicn, iminor miihr ftitfisrnt, je wiMiiffur Tbiili|;rkL-it und Kriial vnii 
Seitvn dur Kiimeii gT.'zi.^igi winl.' V|{l. Ouo Uriul' von J'iKujth nn KaudiIii 
vom 7. Mai 17H8 im Anhang 




2&9 

Kcript il' Office qae rimpdratriott lenr a adre»s^ k cvt (^rd. 
S. M. Imp*" lear a cncorc adressö k chaqu'un ane lettre parti- 
culiere de main propre, dans tesqnellcs eile sc eert des exproa- 
siona Ic9 plus fbrtcs pour les presser d'cmployor tons leurs sobu, 
tout leur eMe et leur talent k executer 1e (»las pronipteiuent 
possiblc taut ce qoi conceroe ce plan d'oi>eration. Elle leur 
rcprösento la n^cessite d'agir avoc U plus graude vigucur et 
d'acc^lerer les Saccus donC Ics dcux Coors Imperiales doivent 
raisonablement so öattcr contre les Tarcs, eile leur reconimande 
k tous le« deux d'agir daiis un parfait uoiiccrt, da sacritior luulc 
piqae ou animosite personelle k co qni exigo le btcn de son 
Service, et en un mot, eile met en usage tout ce qu'elle croit 
propre k tcs engager k agir avec vigueur; oa cspJire quo tout 
rcri prutlnira eiiün l'effct de dctcnuincr le Prince Potomkin k 
commcncer le sii^ d'Oczakow, et k le i«u3ser fortomenl. II 
ecrit lui raeme que l'herbe qoi servoit toujours de pr(''texte h 
Bon inactiun cuuimencu h crüitre de fautre röte du Bug, il te- 
nioignc le plus vif däsir de quiuer Klisabcthgorod, qui devlent 
miil sain, et il assurc que toutes ses trt>ui>pes sont cümpKNltus, 
et qu'il De lui oiauque absulument Hon }K>ur aller eu avaut. 

La dcrniirc reorue a rcnipli le Tuido qni sc trouvojt dans 
Ics rdgiraens, et d'apres les Ibtes qu'il a envoy^ par le demior 
courrier, et qu'on ».ssuroit £tro pfirfnitenicnt exactcs, sans 
comptcr raruiL'c du Cubau di cell« de la Criuit-e, saus couiptor 
mtme les malades actuolles, le Prince Potcuikin a tiO/m. hommes 
sons les armes. Ö'il prut s'crapnrcr d'Oczakow et battre rnrmic 
turque en cas qu'il «'«n prescute uue contre lui, il m'a ctö de 
nouveau döclarö ici, qu'il suivra prcciseracnt In marcho que 
V. M. Inip*^ a dnigm' indiqucr daos Sa lettre au Pi-inco de 
Ligtic ci-dessns mcntion^c. 

Taut par tue» trtis liumbles ruiatious que j'ai pris la libertä 
do mcttrc Ii Ses pieds qnc par mes raiiporta h. la Cliancellerie 
do Cour et d'Ktat, il aurn plu k V. M. Imp'' do voir qiui je'nic 
suis servi de touä Ics moycns qui pouvulout dt^pcndrc de moi, 
pour faire sentir ici la n^essitö d'acc^lt^rer les opi^ratioos mi- 
lilaircs et de les ]mus5(?r vigüureusemeut. 11 u'ei^t aucun excmple, 
que dans niio gucn-n contre lea Turcs, In, cavnllcrie rusae su 
suit pourvuc de fourage pour pouvoir agir avant la cruc des 
herbes, c'etoit done unc cliosc absohuucnt impossililo k oblenir 
dans uu tciu» surtuut uü le Prince Putemkin, nc &'ütaiit pas 

17« 




260 

altendii ii la guurre il lui mauquoit tant d'aatrcs choses k son 
aniieo, ot il avoit bfisoin d'im prötexte qui lui donna \v teui» 
de röparer lea effets de sa negligcnce, |niiB8t;-t-il mi iilüins nouB 
dödommager k präsent du ttuna pcrdu, en faisAnt des etTortü pro- 
portiont'ies »ux graiids moveiis qu'il a en luaiii. 

l*üurvu scuiement qu'il agisse assez potir forcer los Turcs 
ji employcr nne partie consid^i-alile de Icurs forcea contre lui, 
et par ce moyen nous en debarosserj il me semble qu'alors il 
]>eiit nous 6lr» iiidiffi-rent quc sos succiia suiuiit plus uu nioins 
rapides, pent-ctre mc^me seroit i) a dcsircr qu'Üs no fusscnt pus 
a«scz consid^'rablcs pour faire rctiaitre h riiitprratrice le (lüsir 
d'executer le grand plan, ptiiäquc; d'iipr^ä It-s instruutioiiH quc 
j'ai de la C!iaiiccllcrie de (?our et d'Eüit, V. M. 1, iie i-egardoit 
paa le momenl assez favorable pour cela. Si pendant le tems, 
quo lea Russe» employeront a s'cmparcr d'Oczaknw el de la 
Hetiaraliie, tes &ucc&s de» ariiieos vietorieuscs dti V. M. I'* pou- 
voicnt lui assurcr un äquivalent noD aeulemcnt des conquötes 
de la Russie dnne ccttP gncrre-ci, mais anssj de l'acquisition 
du la Crimee, que cette puisöauce a fait daus uu uiomeut uü 
les Ckrconstanccs ne nous percnettoient paa de suivre sod 
exemplej il me semble qn'alor« ce^le guerrc nous aura procura 
preciscmcnt Tuvantage quc nous dcvona raisonableinciit nous 
en prumottrc, ot que ue doit ou pos attendre d'uue ariutJe tellu 
que la ußtre, coiiduite par uoti*e augusto niaitre en pcrsonuc, 
qni 90 trouve k möme do so coiivrir dans ce niomcnt-ci de 
t«ute la jfloire, qu'il est fait pour acqu^rir? 

On a donnt^ iei lea plus justes elogee a Tactivit^ avec ta- 
quoHc \c& hostiliti^s ont M^ coinmeiicöoü cliez nous, et on lü 
comparant dans lo public avec l'inaction du Princc Fotemkin, 
il n'oD a paa reaull^ des yera & sa louange. Kous trouvons dars 
Ic8 Bosniaqucs los meilleurs ßoldats de lantK^e turqiiu, lesqueU 
h Tanne blanche ou dans loa asuauts dcrriiTO leH iiinra sout aa- 
surement auKsi redoutables qu'aucuni:: trouppc de I'Kurope^ mais 
düs que la grandu arm^e de V. M. luip'" a^ra, d^s qu'il sera 
qoestion d'entreprendre un sifege regulier en y einployaut l'ar- 
tillerie n^cessaire, ou de Ics attaqaer en picinc en bataitle ran- 
g«5o, jl paroit irapossiblc qu'ila puissenl r<^ister h la supi^norite 
de nos muyeng. 

Le tirand-Duc se Hatte k präüont du nouvcau qa'apr^s 
les oonchcs de la (Jrande Ducheasc on lui permettcra d'aller h 




l'ariucc, lc8 personnus de sa eour en doutoot toujours, on ui'as- 
surii que la. di^claraiion de piprrc de V. M. Imp** I* la Porte, la 
niani^re vigoureosc doiit Ic-jt tiosttlib^s onc r^U^, cominonct^ chez 
nous, ont fait snr Uli Ic nicilleur cfFet possible; je suis txhi cu- 
i-iL-ux do voir si inatgrö cela nous troQverons des traces de la 
continuation de ses liaisons avec la conr de Berlin. 

l.e Comte Scitikow qtii rommartdc \c oorps mssc lo plus 
voiain des armves do V. M. Imp*' m'a falt prier triii instammcnt 
de porter h 8cs pieds les assurances de son tr^ hiimble respect, 
et de la jr>ie dunt il est pi^netn^ d'tttre employi^ i^oiijointeuient 
aT«c les trouppes de V.^I. Imp'"; il csp^rc par Ic zile «vec le- 
rpicl il 90 propo*o d'execuier le& oi-dre« de sa souveruine de m^ 
riter la bicnveillance de son plus intiinu allie. 

Me Ironvant datis le cas dVxpridier un courricr avcu le 
rcscript ci-dpssus mentionö, j*ai cm ponvoir saisir cette oecasion 
poar satisfairc aa dcsir que m'a t^moignä le graitd marechal 
d'Autriche Cmnte ile Pergfn,' c[ue aon üIb puisse sc truuver ä 
Vicnne pour les tioces de sa socar, en chai^ant cc demicr do 
mos depSches. 

J'ose exp^rer que V. 31. 1'". datgiiera ne pu» desapprouvor 
cotte courto »liscncc qu'il fcra de P^tcrsbourg. 

Je ne pu-s h. cetic occasion rcfhßer h ce jeune homrae Ic 
t^inoignage du z^le, de la bonne conduite, de la discrction, et 
de l'aseiduitej dont il a fait preave pundatit le tems, qu'il u 
passe chez moi, c'cat un homniage que je dois h la vi^rlte on- 
vcrs un snjet, qui annonce les talens n<*ce89aircs pour etrc 
employc utilement pour le service ile V. M. Imp'^ 

P. S. Par mon trös humlle rapport h la Chaneellerie de 
Cour et d'Etat j'ai eu l'Iioniicur de rendrc compto du dtlsir do 
rimperatrico que son favori M'^ Matnonow soit elevä h ta di- 
gntl*? du Comte de PEnipire, et de la mani&re quo la »*bo»e esi 
parveuue It uia connoissaiice. II est de moii devoir d'ujoutor h 
CO que j'ai dit alors, que tous (es joiirs jn rcyojs des nouvelles 
prouvcs du prix infini qu attache rinip" ä cette gräuc que V. M. 
daigncra loi accorder. ilamonow de aon cötd nc pcnsc qu'k 
ccia Boir €.>t matin, et ectte bentti que V. M. I. voudroit biun 



Jwfaao» AuUiu Graf v. Perlen, k. k. StaiitRininistor in iuläuiliKclivu 0«- 
xcliftrien, l'riLijrtrnt iler ni&i1flrJMorroiuliiM;hon LaiidosrO((iDruiifT iiud Obenl* 
Lniultniinichall in Untiirmcb u. d. E. 




262 

ajoulur h töutos colk-s qu'Elk- lui ii drjJi t^iuotg'ne, at'hevera <le 
nous TattAclifir cntiiTcmcnt, ee qiii mc |)ar(iit iruutnul plus es- 
senttel, qiie quoiquo Bcs)>r>rodku se soutient toujuurs, et quo 
saiivant toute appiironcc il ne succombcra pas. on ne pcnl cc- 
pendaut pas rcpoudre de ce luj «iTiv<.'ra ä ctt t^gard, Tatlauh«- 
meiit de rimptiral"^ pour M' Mamuiiow iiugmciitant de jour 
cn jour. 

n n't'fliappcra pas i» In Iiautc pt-nt^t ratio n de V. M. I. quelle 
liuincur on prciidroit Il'i du rcfus k cet c;;ard, la lurrac prftce 
ayant döjk (tli d^c'uH on faveur do Lanskuy, Lurscjim la mort 
remp^clia d'en jouir. 

Eu me prostt^inant etc. 

CCL. 

Cobenxl an Joseph. 
par Cmirriflr IlerMviUy. A S^ i'ütvrtbuiirg lu H in»i 1769. 

Sirc! 

Le minislire de S. M. rimperatince venaiit de me roiUL-ltre 
luiu d^^claration rainisterioUe conccrnant \e» surctös quo J'ai 4X& 
chargä de demander retutivt'meul an lioi do I'nisäL'. nie raet 
daas le cas dV'xp»'dier nu courner «ve<.- uies lr&» liuiiiblt'9 rap- 
ports aux piuds du V. M. I. et k lu Cliunuullürio du Cour ei 
d'Etat. 

Je protitc de ccttc o<'i'a»ion pimr Lui donncr en meine 
tema la nouvelle, quo ^[ndame la Grande Duchesse esl accouchä 
fori beuruusement le 21 de cc luois d'itnu Princutjse qiii portcra 
Ic nom do Catb(!'rine. Leurs Alteaaes Imperiales avoienl quittt^ 
P^^trrshourjf pour sc rondn^ k Pavlovsky le 13, dies comploient 
y rester jui^qu'aii 31. Madatiu? la Grande Duchesse crovaiit 
acconcher beaucoup plus tard; dfe te 17 S. A. I. ressrnlit dejk 
dea douleurs, qui robÜgirem di; se rendre wir le cbamp k 
Zarako Selo, ce n'<itoit encorc qn'anc fausac alUrme; inais le 
21 k 10 lieures du njatin on vint averth- riiuperatrife. qui se 
rcndit sur le ubaiup cliez la Urandu Dueliessc, et y rcsta 
juaqu'li six bcurcR du soir. C'est k qualre heures de ^al^r^s 
midi, quc S. A. I. tut delivr(?e. Lcs couches ont vlö fgrl labo- 
rieuses. et la Grande Uucbesae a beaucoup soufferl, laais lillc 
se porte k prd^iil aiisbi bicu qu'tiu puut le dcsirer, auBst bien 
qnc la Princcasc nouvcllement nde. 




.J'w riionneur d« mutU-« aux piuils de V. M. I. lee Juttres 
dont k'iirs A. I. m'oiit chai';;».^ timt avnnt ([tt'aprt''* L-et c'ivönoiiKjiil. 

Lc Prinui; «in Kaiinitz ni'iivaiit fait connoitrp les intentions 
suprcmos de V. M. 1. qiii i-egardoit commc Xrhi ossvnticl: de 
8« faire donner de Ja Cour Inip'" de Russie louteg log 
ussuriLiices possibles cuntr« tuut ca quo Ic Kui do Prusse 
voudroit cntreprendro, cl ayant re\*u des instnu-tions dc- 
tftill^es ä cc sujet, j'ui mis tous los sotus, tous Ics cffurte <|ui 
etoient vn rnon jirjuvoir ii lu'y conformer exactement. SIes ordres 
portoiciil do demandei- iiiu» di^i-laraUoil minisliTiellu, r^ui iiüu» 
assarat de la pATt de rimpcrutricc pour Ic cas oi*! la Koi de 
Vrussc tenteroit de s'agr.indir eu Pologne, le« luemes mesui'es, 
uux quelles ultu ti'ütüit cngn^ |)uur lo ciis d'une diver&iou de 
8a j»ai-t peiulant une guttiTf turqiic, c'cst ii dJrc, de faire cjiuso 
commune avec nous contre lui. et d'y portcr totites Ics forccs, 
*iu*ou pourra soustraire a an »'tat defensif contre les Tiuxs. Toi 
C8t uustii lu (^oiiteiui du la drularattDH ci-dest^us ciuvu, et joiiitu 
k mon tr^s huinblct i-apport k la (Miancclteric de (7oar et d'Ktat, 
dans laquellc on n, pris pom- niodMc t-e que porte rarlicle 
»ecrct du Irajtü relativement » une divursion de la pari du Uoi 
de Prasse. 

Cettc döelnraliön t'tnnt signt'e de tont le ininistero de 
ritnp<'Tatrice a la tnömc force qu'un traiu'-,' il nie scmbte inoyen- 
iiant oela d'apr&s iiiun foiblu jugeiuent^ que cut objet so trouve 
rempli. 

Quant ä l'alliance avec la France, il plnira Ji V. M. I. de 
sc nipellcT que j'ai ete cbarge d'efTeetuer ici: 

* Sa MajealS rimp^rairlco iie balaiice ]i»o k Lni donnar do nmivegii Ym- 
»tiraiice U |ilus formelle, i|itfi ai I« Kui de FruuA entre|>rCDuit il.-tiiü Itm 
cunjunt-lurM {ir^Be»t«A do s'eni]iarer ile ijuelque« une« de« |<iM»»Miuun 
actiioIlM da I* R/'pnhliiin« do l'i)li>gni>, t^A Unj. i'Iinp^rnlrice n'h^iteri'iit 
pna uti iiiAÜint dw sp joiiidro A Sa Maj. l'KmpuKtiir, piiur ftiiro conji>Uitn- 
ment A ce Frlnce loa r^pr^aeiiiations ]i» plufl ^ner^iiguua oL Iwi plii* eu- 
pableH de le d^toiiriifir d'tiii deL<i«(>iii iiiitldRintit cßm)ratible, iii avoc la 
liuiiuu Imolli^euvG el !a tiaDcgiillllt^ cntre Ii»s voisine, ni avec ta tv 
lijrion dp» Irait&i, vt i|u'öii cas (jna cos rt^piäeenüitionH fiiMont infnic- 
1iitin»«a, Hn Mxj riinpäratnce, riiifniit catue commune avec Sa Maj. riCni- 
pBrcur, ötnitlojreroit jinur «mp^clicr I'ollüt d'uii teile ileweln, toule.« Ics 
furc«> et Inux Itut itKijrniui qiiu la nArcil^ de m>n ]ini)ire empire el 1« ttexain 
dopponiT UDO di^fiMis'j coiivvnablo ü titn vunviai aclutille ta I'urto Otlo- 
luatie, pourratont laiiuwr k «a Hie|j'nsiIion, Ü' Petonibnrp, lU- Mai 17K8; 
untvrzeidiaet: Jesu Uatormann, AJex. C'omle de lJ«xÜDn>dlu>, Harcow. 



f 



364 

Qu« la KuBsic sc d*Miirc prete ä renonvellcr le traite ile 
1756, on s'il eloit impossibW il'obtenir Bon avcu k cut dgard, de 
proposer: 

Qu'i] 8uit donnti h la France des assurnnce» positives, 
r|ii'on nc veiit pns pousscr les choses jusqa'ii la dcstntuüon 
totale do l'Enipirc Oltoinan. 

De lui prouivttre 4ue si Jamals il i^toit question de cet 
^v^neiiient on sc concci'tcroit avcc eile b. cet ögarü. 

De l'asBurer qu'k la pnix, eile seroit «t'tile char^re (le la 
inedinlion et qn'on cherchcra h, lui faire übtcnir la liUrc navi- 
gutioD de la Mer noire. 

De Uli ti^inaipier tonte In bonni; disposilion possible pour 
la snrete presemo et futuro Am avantages qiie lui procurc twn 
commarco dans lo Levant. 

Qa"«n revaiiclie la Frame s'engage k faire cause com- 
mune avcc les deiix Cuurs Iiup'^' contre lo Roi de Fnisse moq 
seiilement s'il les attnqnc, inais mAnie s'il tcnte de s'a^randir 
cn Pologne. 

.Pai cru devoir proposer !i la Kussie tont äi la foie et le 
traite avec la Fnincc. et cc i\ne nous proposions d'y stib^titucr 
en caB du refus de sa part, il m'a paru plus avnntageux au 
8UCC&B de t'affaire d'avoir aon aveu stir le tont eusemble, quittc 
b 8G reläelior de ec qu'on iie pourruit etfeetuur. 

La rripoii.'^e de la Russic L tous ccs poinla se Lroiivo con- 
signce dans un rcscript de I'Irnpi'rat"" an l'rince Onlitzin, donl 
cet ambassadeur a ordre de remettre unc copie nti l'rince do 
Kauntlz. Elle porte: Que rimpt'Tatriee eel prAt» ii eonclure 
avec la France le mt'mc traite d'alliaiice defensive, qn'elle a 
Avec V. M. sann y comprcndre ccppndant rurticlc eecrrt rclatif 
3i la Porte. On / exceptera da casus foederis toute puerro avec 
1h Ttirquie, aveo l'AngIctcrre, en Asio, en Italic, ot dans les 
dcux Indes; on stipulera In n<Unralitt.' de la France pour la 
gaerrc actacll«, de manitSrc k cf; qu'il ne pnisse plus 6tre 
queistion des ßecours inUlreets, que jusqu'icL la Porte recevoit 
de la Cour de Versailles. 

L'Imperatrice |>arlage le desir de V- M. que la France 
s'cngage 'a s'tuiir aux deux Cour» Imp''-'* coutre le Koi de Pruase 
non seniumeut eu cas do divcrsion, maie lucme des tontaUves 
de na part pour B'agraudir cn Pulogne. S. M. 1. detuiuidc Ogale- 
mcnt, quo si l'AngIctcrre vouluit mettrc obstacle au passage de 




»a. Hotte, OM l'altaqucr en hainc üo cettc alÜAncir, la France ßt 
causo cüiiniiQTiu iivuc ullu. 

L'Iniptinitrice tlöairc que non seulemeiit le Iloj d'i-Ispa^ic, 
mais encorc lo lioi de Napics nccfedc ti i'.etl<! alltance. 

S. M. L a do la repugnanc« Ji donnor d^B ä prescnt '» In 
France rassuranot- d'miy niödialion cxclusivc, imvis eil« so diV 
darc pr^lc h acccptor sps bona üfHces avec bcaucoiip de rc- 
connoissance. 

II est dit dans lo rescript qu« riiupernlrico ne desire de 
la Pi>r(<- (gu'iiiiis saUhfiictum eonvcnalilo pour l'iiisultc faito » son 
ministrp, qu'une indeinnisation jurte des frnix de la gnerro, et 
uue 8ui"etei complele pintr l'avenir, en ajoutant expressement 
que ccci est bicn Juiii de porter avvc sui la dcälrui.'tioii du 
rEinpii-e Ottomaii. 

Dans le cas oü. les Turcs forceroieiit pnr leur obstinalimi 
Ie8 deiix Cour» Irap'" a proloag«r la (fuerre, et par cette aug- 
nientation des disperses de domandcr aussi des plus grands 
dddommaKemons, on promet de s'entendro avec la France, corome 
A)i9si de liii Cf.nficr les conditions de la pajx (l^s quo loa cir- 
consliiDCfS permettront de former uii plan Ik-dessu*. 

I/Imprratrice eile sc8 ordonances relsliveraent au Port de 
Cherson. Sebtistopol et Theodosia, ot ses traites dn eommprce, 
poor prouvcr qu'cllc vi^rra avec plaisir !e pavillon marclmnd de 
toutu natioii uuiie, et notamnicnt de la Fraiice sur la Mer iioirc. 
Mais eile iio pourroit eonsenlir d'y voir le pavillon de piierre, 
Ic sicn menie n'ayant (Wiä le droit de passer li- ean.il ile Con- 
Btantinopel. 

S. Iil. I. se declarc prötc ä contnbucr !i la surctii du com- 
merce de la l'Vanee pour rovcnir, et on fiiiit par demandor le 
plas prnfond secret Rur eette negociation. 

U'aprfcs muii foiblö jugcmunt il mo semlle. quo cettc 
aflairc prent! une tournnre, qni promet im Won sueeis. U'ost 
aussi ce quVn pense le Conite de Segur, a qni j'ai cni devoir 
conficr cn gendral les intcntions de la Rnssie, et qui ne dotito 
pa», quo sa Cour iie les ti-t>uvo U sa couveiiance. Les ordres 
supn^meB de V. M. I. me mettront ii meme de eonnoitre, si noua 
enrisageons la chosc snas son veriialile poini de vuc. 

Le desir do rimp-mtricc est que loute cette negocialion 
se fasse le plus qnc possjble par rentremisc ilo V. M. I., et quf 
par COM sequ eilt le C'umlu ile Mercy Buit auturiä'ä h faire pait 



an minisb'ro de Vcrsaitle'4 ries intt'ntions de la Rufisii* dt'tntllrt^s 
dan3 Ic rcscript de la tnanii:re qu'on croira Is plus propre h 
le» faire poüter par \a coiir de Fniiire. Cc-cJ me pari^jt ojj;;il(,- 
mcnt {Hjuvoir nous conveiiir puiitqu'eu nicmo tems qu'il est de 
notre interct, qoe la Ilussie, et la FraiK^c Ritil liii;n ciisctiilile, 
il nc notis importc pas iiioins, fjue cc soit par iiou« et non 
aalrenieot, que cetle uniun s'eGTec-tue. 

II no Bcra ricn dil daiis ee inotnent-ei an CoiiUc du St^f^iir 
ä cut ej^ard. iiiais loraqu'il aura re^-u 8on coarrier, qui pruhable- 
mcnt lai porlera des ordre« rolatifs k cet objet, il lai sera r^ 
[>ondu daiiB lo uH-tiie tions de ce qu'ou m'a dit aujourd'lini. 

Mais si la partJc politiqitc prend iine asscz bonne toumure, 
il n'cn est pas de memc de In partic militaire, et ricn n'est plus 
di^bonorant quc rinaction danx Iaqu<.>llc »ont rcstö jnsqu'ici \ea 
aniii^e« rit^es. Je puis avuir rhonuciir d'aä8uri.'r tr^s liumUIe- 
ment qite tout le piiblie en est revolte. et qu'en coinparaiit 
I'activit^ avec ta quelle V. M. I. a commencä pailout Ics hosti- 
lit*^ avec la conduite dii Priiice Potcmkin, il en ri-indtG lea 
plas grands, leg plus juatcs üloj^s pour l'au^uEtc allii; de la 
Rusaie, et les cxpressions Itis plus outragcantes pour lu g^nenil 
de Cflt(^rinc II*". C'e*t aurtout la prise de Sabalsch par 
V. 31. I. en personnc qui a produit cet eöet qu'Elle me perniette 
de tötuoigucT k Ses pieds la joie dont j'ai <Hq penütii^ k la 
nuuvclle de coi (^vdiieiuciu. La ^loirc do V. 3il. I. m'eät plus 
chferc qiie toute chosc au monde, qn'KIle juge de mon boiihmir 
lorsque j'apprcud» qu'Elle »'acbemine h. granils pas ver» l«i »eul 
gcDrc de BuecJifi dont roccjiaion ]ui avoit manque jusqu'ici, et 
qui duit iiieltre Joscpb II an nonibru des plus grsnds cupitatiies 
dunl l'bistuirit nons alt cons4>rvc les nomct. 

Je n'ai beauin que de tn'en rapportcr & mca rapporls, k 
la Cbanceilerie de Cour et d'Ktat pour prouver tout ce que le 
Friiicc de Lignu et moi a^'untj faii, dit et i-ei-iL h tin d'accii- 
l^rer le commencenicnt des op<^rationa do larniee rnsso, le tout 
en vain. 11 u fallu «tieudre reite uiaudite licrbc que Dicu con- 
foodc, et perdre nioicnnatit ucia buit moJs duns l'inuction. Je tio 
suis paa dans le ras de mrnnger les expresBiuiis, vis-ii-vis des 
ministres ruitacs, etuc-iucnies en dtsent tout autntii quc moi k 
cel vgard. 

Je suis conviiincu que l'liup'rratrice le sent, qn'elle en est 
memc intörieurcment pönclrce, uiais sou uiuunr propro qui a 



367 



fait fhotx tili Prince Pitlcmkin, qii'elle regurde comme soti 
eiive, et son amuur |>our Mamoimw qiii lo souUcnt, rouii»6cIicnt 
do scvir eomine il Ic taudruit contrc qh lioiniuo qui Ih slti si 
mal. Kcsio k voir si h präsent, qn'il doil eniin Hm en moave- 
mcnt ftvce tonte son armcc, il r^parcra Ic t^nis pcrdu ot 
mari-bera k {^nds pnii? Ceat ee dont rimpcratricc sc Hatte et 
qui eile me promet 3i chaque occasion. 

Je me suis plnint am^rcraent de la condniie des gt-n/raux 
russes relalivemeDt an Prince de Coburg.' les queU aprt« avuir 
demandc eux niCiiir« qu'il agit olfensivement, apn^s avoir pro- 
poBÄ la retinion da corpä de äoIUkow avoc nos tronppcä. api-^s 
*iuc Ics luagazins ^toieol d<'JJi pr<*prtrcs par noas K jjrands fraix, 
tout d'uu •:uup out cliaDgö leur plan, et noii» metlent par \k 
dans le cas do perdre Ic fruit dti corameuceineDt beareux des 
op^rationn en Mnldavie. 

Qn a (>td ici tont aus»i facht^ que chez nous quo 1« inar^ 
cbal Hcmanzow par uno faussc intreprctation du plan d'opera- 
tion, dont le Cointe Pergen a ete poiiuur, n'ait paa cunecntt äur 
It) ehanip h faire marcher le Comtc Soltikovi- poiir ac Jomdru 
k nons, ön espiVre que peul-^tre la lettre du manU-bnl Honian- 
80W au Prince Potemkin dont Ic Baron de Herbert a «He por- 
tnur, ci l;i rriponso du Prinee pourront encorc renuMier k la 
chose. N'ayant pas <^le inform«^ que V. W. I. avoit ehanjje de 
n^folutioD relattveuent au ei^ge de Cholim. et de rarrnngement 
qui avüit eu Heu jmur la röunion du curps de t?«llikow avec 
nous, cp n'cst qne fort tard et mut U iait apn'-s conp qnc j'ai 
pn parier de cet objet qnc je n'ai apprls^ que par cc qui ni'en 
a etc dit ici. 

Le Orand-Duv s'oeeupu h prf^sent bcHuemip des affairifs 
de la marine, il se fait rondre conipto de tout, urdonnc tout 
par Ini nienie et y donne lo plus grand »oin; on attribue cc 
cliangument a dus rcfiroelieK qae lui a fuit faire riut|K-rntneu 
sur les torta cnvers eile, ausquels elte a ajoiite, qu'aii lieu do 
fronder des ohoses qu'il no savoit qu'iniparfaitement, il feroit 
roicnx de se raekr du departcnieot qu'clle lui avoit conKö. On 



* Friedrich JmUa Piinx t. Cobll^g•Sanlf<^l'l, k. k. KoliImnrMliiill, Rtepur li«t 
Ckotjrm, Uotiuua, RoliMtix. TvkKlian, M»rtiD«*ti im <i«tcrr.-ra»iis«ht.'n 
Krtogo s«pen din Tflrken, spJlter coioiiiftii<lirend«r Ueiieral de« KeiuhM- 
heeres ga^en Frnnkn'icli [I79:i). ti«b. 1737; f C^l^- 



268 

trouve qu'iJ est trop vctilluux, lr<)|> luiiinlifux. ut Irup 8i5vere, 
jo crois fependant, qu'li toat premlre Ic {(i^jiartement y gagnera 
(In vi)U': »lo l'ordre. 

On est cncorc dans In mfimc inccrtiludo:, totichant Ic d<f- 
pftrt de S. A. I. |)üiii' rartiiüe, la L-buso doil Hrv Wienlöl dücidee 
4 prdaent que la tJraiide Dnclicsso est accouchöe. 

L« grAce quc V. M. I. a daigne apcordcr an Princft <lo 
WürteujbuTg vn le nommanl gf^neral major, et le plii^-ant dans 
le Corps des gr^nudicre h Senilin, a fait le meilleur effet aupres 
de Leur» Altessos Imperiales. Kllcs m'en ont parli' daiis lus 
tcrmes Ics plus rcconnoJswMite« envers V. M. Je sais anssi qac 
dans leur societe inlhiie, elles udI uturque vivcjueut taute Icur 
senßibilitö U cei L-;^ard. 

La maniferc dont M*" Mamonow a Pte fait aide de eamp 
gi?nPra] prouve «»vidoniincnt jusqu'oü va l'attapliement do ITm- 
peratiice [H»ur lui, cl qu'il diH'ient do jn»r cn juiir un personago 
plus importante k la Cour de Hussie. Orlow, Potcmkin et 
Lanskoi soni las scnla favoris arant Ini qui nnt rt(^ si lohi, rn- 
coro n'ont ils obtenu cette gi-äcc qu'apr^s un ttfms considerablc 
de iaveur. 

Mon zMe poiir le bien dii serviec de V. M. tne fait tiiic 
loi do porter ü Sos pinds la i*cniarqup, qun voilJi di\]k un tems 
asscK considt-rabk- qu'EIle iw m'n trliargt^ d'aucuue lettre pour 
riiiip('*rati'iL-c'. Cette correbpondimce directe est träs nt^ccssaire 
IL riiltiver assid nein eilt. 

Si le vninqueur de Sabatsch proave sureiuent qu'il est Ic 
meillear g^neral qu'aye eu la Maison d'Aulriche. il n'est patt 
inoiiis vrai, qn'il iw svra Jamals inieux scrvi k la Cour de Russin 
que par Ic ('omte de Falkeiisicin. 

Pour ne pas abuser de la patiencc de V. M. I. k une 
npoque oix chaqu'un de 8es moniens est si prutieux, je prendrai 
U rcspccineusc libert«'^ de in'en rappoiier n\x eontenu de iiies 
d<*pöchcs 11 la ChaDccUerie de Cour et d'Ktat sur loa cvönc- 
mens pour aujourdhut. 

P. S. Ma tri« humhle rclatioii ainai que mes rappoiis h 
la Clmncelleric de Cour et d'Ktat ritoient dejk rcdig<*s lornqiic 
le Vicc-Chancelier Comte d'Ostennan u»'a Jtppris que daiis 
l'cntreviie de deux murt-V.lmtix uttenduc depiiis si long tem» il 
avoit it6 decidö apröa le» succis des ariuct> du V. M. 1. daus 



* 



2G9 

la MoUlavie, qne rarmee sous Ics ordre« du raarp^al Roman- 
zow aprus iivuir ]iaB«iu Ic Dniuster agiruit uiitrü ce HeiiVß et le 
i'nitli, tandis qiic l'ailc droile, oü Ic corpK cotnmandü pai- |o 
Comic Sottikoff souticndrott Ie3 Operations du l'rinco de Cobonrg. 
Li? ttmrr^ch.il jtassrra incfissanimcnl Ic Dnicster, et les trouppcs 
du i'rim'c Polriiikin sonl touleü eii niuuveiiietil pour coimiiüiicer 
Ic8 opiTationa de son cAtä. 

11 pnroit C)u'il y a en tont plein de mi^-scntendu daiis c<>tt« 
mailieurease atlaire du sifige du Cliutim. D'aWrd flinpömtrice 
n'a adopt(J le plan d'opiiration quc V. M. I. a daigne Eni indi()iitr]> 
dnns sa prcmüre lettre au Frince de Ligne (pie sous quelques 
restrictions relali\*emeut ä l'ariuee du iiiarecUal Komanzoiv, aiiisi 
quu j'en ai fait alors luon tres hutiiblu nipport aux pieds de 
V. Jkl. I. en aon tcius, et qiie le Prinee Qalitxin a uu ordre de 
Ic dire ii Vicnne. Lorsque V. M. 1. a bien voulii se rnpprocher 
de li'Ui' plan en pcrmettitnt ati Friiic« d« Cubcfurg d« faire le 
siügo du Cliütim, eux aa contraira <Uoiciil rcvcnus au prciuier 
plan du V. M. de faire agir le inaräehal Uonianzuvv euLrc te 
I>nicJilcr et le llug, Pt de ne rieii (airc cn Moldavie. C'cat cc 
que j'ai maudä par Ic Coiute de Pergea. Dopuis Ics succ^is cri 
Moklavtc on fait d<5cider d^finitivenient, que rarinee de Jtoman- 
züw agiroit eutrc Ic DnisU;r et le PrulH, et que son ailc droilu 
couvrlroii le enrps du Princc de Cobourg. 

Au moiiia ii presenl y a-l-il quelque cliose de decide, et 
on part d'un point ßxe. Co Princc Potumkin qui non ptiis que 
los moulons ne ponvoit pas niarcher sans herbe vcut enKn sc 
luettre eu mouvoment. Dieu vcuille seulcnient que ses Opera- 
tions soicnt tt'läes qa'elles attirent ime partie eonsidt'rable des 
lorueH turcjuus coiitre lui, et les LMUpiichenl d'<Hrr toutes ti>iir- 
nÖM contrc V. M. C'est Ik cc que noua devona Ic plus desirer, 
ut il paroit pi-csqu'impossible, que ccla seit autreuient. 



COLI. 

Philipp Gobensl an Ladwig Cobenzl. 

Vicnno I« XL Majr 1768. 

Le courrier que nous vous envoyon» aujourdliui nc von» 
appurte que vuli-e femuie. Vous nc recevez celtc fois-cy point 
de depfiche d'office, d'abord parceqne, t-orame le courrier sera 



370 



an mojTis cinqiie sem^nea cn chemin, taut ce qii'on ponrroH 
vi>us miiiidcr scroit pent-6trc chang«? jiisqnea-Iä, <^i puis piirccqno 
tanl que iiuus u'avuui» piis votre rt-puiiKC aux directioiis qiie 
voiiB ovez re^u en demiur Ituu, nous nc potivotis r'vm vou» 
inan<ler, iii k vous lü au Comic de Memy h, pHris. Nos alTflires 
ä l'iirnieo vont clopin' clopant, nous voilii au cominenccmGnl 
de Juin encore en de^n de la Save^ et cela pnrceque l'Kmpt^reur 
dit puhlinurmeTit rpi'ü est la «lupe dus Kuksos, qu'ils iii! foul 
ricii k dcsscin pour lui iaisser toiil le poids de la ftiicrre sur le 
dos, qu'il n'cät pns assox foa de s'^piiiscr inutilcment irhommes 
et d'nrgunt coittre toutte Tariiiöü Ottuiuaiie alin tpiu le Priauo 
Pütc-iiikin puisae prandro Oezakow bicn coiiiinodeniRiit. en cni- 
ploynnt toattes les forccs de l'Ktnpirc russe contre la scule 
gtLrni«on. liegis ad excmpltnii les m^Dies propos se tienneiit 
daiia laruw^Cj dan» tuut k- public et möm« clicjs rt-traugcr, 
d'iinc fagon vraiment acandalcuse. J'cn suis cn deseapoir, 
piii9i{u'k inon avis dous devrJons bien faire ta gnerrc de tiotre 
cole saii5 nous embara^SL-r le luoiim du moiide, si lus Kusses la 
fotil bien ou mal du Iciir; niais cnfm, les clioses sont alnsi, 
l'Kmpereur pense et ]iiu'le cumme je vieus du le dire et ogit 
en coDwquence, surtout depuis qu'il a appris que Im pau^TCS 
quattru baluillons Ku^Bes, qui iivuieiit Joint le Prince Cobunrg, 
ae sont aussi reüvc. Je ne syiiis pas cc qni amvera plustard 
si non qne les mabidies vont a present arrivor avee la cbuleur, 
et que par <-onscqucnl le passagc des rivlfcres B'effeetncra moins 
que juniaiH. l.'Eiupercur piiroi&sant bicn decide k aa tcnir snr 
ta simple deffcnsivc, tant qtie les Unsi^es n'auront pas fait des 
progrfes de Icnr cott^ et obligri lo Onind Visir k ciivoyer ä lenr 
rcucontrc unc gi-and« parlie de ramiöc raaeembicc fi Sophia. 
£n Croatic le Prince Ltcbtcnstein attcnd au r^nfbrt do 
lö.OOO liommes qtii ne se tronverunt cn place qiie dans trois 
Bcraainca d'ici; alors je auppose qu'il rcstera auisi sur la de- 
feneive l»nt que TKiupereur n'aura pue pase^ la Save, 1a> Prineo 
Coboarg malgris doux urdres qu'il a reyu de TKuipereur Je 
vnidor tout de siiite la Moldavie, poni- rentrer dans la Boucco- 
vinu, n'a pu su resoudre juäqu'ici k abaudonner Jassi et ses 
tiabibmta k la cmaatc des Turcs; Ü a mcmc tente de prendre 
Chotira, mais avec quelques eanens de n;f;jinn;rit pour toutte 
artillerio et de gi'cnnxlctt au Ken de bombcs, il n'a pu purvenir 
iii Ji faire bi-icbc iii li metlrc Ic fcu dans la place, doni I» pritic 



n 



271 

anmit i^t4^ ano affairc do duux jonrs, si le corpe de Soltiknw 
s'otoit Joint A lui, apft"» qooi il nuroit rnoore eu dn lems de 
reale pi>ur itllcr epaulcr les ßei-s explois du graiid Heros «i'EH- 
sabetfagorod. Ka&n nous verrons comment tuul cul» ira, mai« 
je. croia qnc Ic pitis sage sera de songer ii la paJx le plotfkt Ic 
raienic, paisqn'il tue scmblc qite Ics Turcs iie doivenl pas ciicorc 
6tre eu peine de sortir de TKurope. 

Knfin Herbert est arrivÖ » Livourne aprfcs avoir ctü pria 
de trois mois cn mer; il sc porte bien et s« rcndra probablc- 
ment ici k pctitcs jonm^cs d*«» qu'il sera sorii de qnjiranlainc. 
Adieu, taebez ilc tous bien purter, ce qui n'empticbora pas qae 
Tons obtenicz un nouvoau congü h Ja paix. 



CCLU. 

Joseph aa CobeozI. 
Pur courrier Mlclialorskj-. Seinll» oo 1'. Juiii 17^«. 

J'ai rcgu, Mon eher Comte de CobonzI, votre ddpdcbc da 
24. Mai et je rous sois oblig^ des d^UiU quf vous iul> uiHrqutJs. 
Mais ä Tügard du ]>rojel d'alliaiice cnLre la liu!>!<ie ft In l'Vaiice 
je ne ptiis quc nie rap])orter ii ce quo vims cii dira Ic Prinre 
de Knnnitz, qui ne m'a pas cncorc fiut pasMr ses iddca \U 
dessus. Je ine bomerai dnnt- ä vous parier d'objets militaires 
et ^ vous (^daii-cir dvn (loutes quc vous pouvt^s cn avoir cus, 

Dans le preinier projet de eampapne que je tis ]'aniM5c 
passec aprhs qnc la gucrm a rt(* detdarec et qui a cc qae vous 
m'aves marquö daiis le tcms, fut adopt<S Ji Petersbour|r, je iie 
piis u'iiuagjiier que l'ui-mee russe que le Trince i'utemkia disoit 
taute präte h francbir les frunUnreä et ik assj^^r Oczakow, fttt 
au nioia de Juin eneorc au pnint oii eile t-toit nti roiuuieitec- 
uienL Je croyois pour sür tju'apres la dceiaratioii du gueiTu et 
sortout apres Tnlfaire de Kinburn qui avuit si bien reussi, que 
la Hotte tnrqiio ne ponvoit plua teiiir la inor, qu'on se »emit 
cuipresst^ a tenter quelquc chose aiir Oczakow o« Ji bloqner 
cotte place duract l'hiver pendaut que dans la m6mc saison 
j'avois foriiiö des jirojets sur Beigrade, qui ^loient »i bien eum* 
binca qu'ils nc pouvoi(.-nt manqner sans uno de ccs fataliti-a 
qo'it est impossiblc de pn'voir. De ecite mani^rc nous aurtons 



J 



272 

oblijje les armöpa tnrqucs h se parUjjcr, cn luÄmc tcms qnc Im 
IJosniaqueä eusseut ete fetetm» dies eux par le corps qiie je 
(leiflinois tl'agir (Janü cctte partim, tout coiuiiic je utOiUtuis de 
faiiij Qnc diver&ion aux Albaiiois par riiitelligenciL* <iue j'avois 
avec k'S Montencgrins et que j'enlatuois aveu le Paclui de Scu- 
lari. Toiis ]es Clirctiens de Servie m'^lüit:nt duvoues. II no 
reetoit doiic !l la Porte qiic sos JanisRHircä si>udoyäs du Con- 
stontiiiople, scs trouppea de Koumelie, de Uulgarie et d'Asie qiii 
cn partic rtoient occupres par les forc^s nissra dans le Caban 
et vers la Oeor^^ie, juint ü cola mmiacce par Ic« flottes rusaea 
dans la iner iioire «t rv\rcliipcl, el n'ayant plus ijoe quelques 
raiserableg Tatares, je croyois que la Porte Keruit fürt embar- 
rassiic et n'auroit quc dus moyens assi'-s foihics a dt'-ployer dans 
le& deuic pulutä d'attaquc, uiais cet ordre des cboses a pris 
malheureusement une tonte autro toumurej car inon expedition 
ä Ilelgrad manqua, los amic'cs russfls :ic fiivn! aucun tnoDve- 
ment depuis, leur flotte sur la mer noire fut fort mal traitt^ par 
un coup de vcnt, quelques uns de mcs g-eneraux coramirent 
Huasi des gnuclienes dants li'iirä disj>i>siUfmt;, et Ich petitus eiilrc- 
priscs qti'ils tcnttrent, Ica inondalions du printeins ftircnt asses 
forte«, los diguea absolumeut nöcessaires pour pai-venir aax ri- 
viferes et pour eatreteiiir la uüiuurunication, lureut mal iiuaginecs 
ot mal conduites ot ne purent ötre achovt^cs h tcms. KiiHn 
aacbant le Orand-Visir di^'ii arriv«! Ji Sophie, le Scraakier k 
Nisüa, im autrc :i Vidiii avoo des eorpa de trouppc: voyant ar- 
river Jouriielleinoiit ü Helgrailo des coiivoit; et rcnforta uonsid<J- 
rables et (^tatit nssure par toiites les nouvcLIoB de Conatantinople 
que Ic Grand -Visir et toutc la nation siiivant les conseils quo 
le» niinislrcs d'Angleteire et de Prufcäc- leur doiiimieiit, «itoient 
ilccidf^s et ddsii'oient niSuie de maruber avec toutcs Icurs forces 
uuntre mui, et i^nchaiit ausst qu'il n'y avuit pas un tui'c, Iiormis 
les garnisons, qoi cut passe le Danube pour s'opposcr k Tarmee 
nisüe et que par cousequeut toute la buuüque mu viuudroit sur 
le Corps au momcnt que je serois occup<5 du Bi&gn de Bcigr&de, 
quo je n'aurüis pu achever avant lonr arrivöe, el que par liije 
nie trouverois entre une gamiacn de 12 k 15 mille Uorotnes et 
uue armce, Dicu sait de quelle foreo, tit que je n'aiiroifl pour 
tuute retraite et coiumuuication qac deux ponte sur deux grands 
fleuvcs et une armi-o qui par la hcccsbU*^ absoinc doit couvrir 
une etcndue de 150 lieue^ de pa'is cultiviS et puu]iM uoii pas 




379 

conlre de simples «lommages, matt) contre iinu dcstmction totnic, 
n'ätoil paä d'iinc forcu proportionL^c ii sc partag'cr «m dcux 
purties, Tuiie pour fuire cl coctlouer le siege, et l'autrc puur 
aller conibattrc ie Orand-Visir; tout oela m'a di^cidö h nc pns 
passer la Save pour lo prrsoin, mais k atlt-ndrc dos dväncmens 
plus propiccft. Je uc vous nierai poiiit. nion clier Comte, quo 
ce parti m'a coutö un grand cffort de raison, luais c'ctoit de 
l'avis de tout Ie mondB Ic seu) parti h prendre poar te momi.>nt. 
II no faut attriliuer qu'au y.hlc du Prince de Cohonrg toutes Ica 
dümandesj Ics petites dil'tienltes ei les tn^'sentcndus qu'U y a 
eu entre lui et i'armee da 5[ar(ScIin] KomanEow. Je n'y Mais 
yimr rien, de luAmu qu« toulos les d«1i-Iarations qu'il a faU4:s 
tant it la gurnison de Cliotym qu'au commandant de Kaininick 
»ont pnrties de »a pliune sans y avoir ete autorise de ma part, 
et je crois qii'on pourra bieu ee I'imaginer. 

Co vrai ('tat Aca chosrs clianf^e au&n la face des affaires 
et du premi^r projtt de campajjiic. Je senta fort liieii, car je 
suis juste, quo le Princc rotemkia iie peat point pusser le Bog 
et niarcher »ur Ot-zakow avcc tnutes scs forcus, taut que la 
Criinöe est raenacL'c de tonte la flotte du L'apitan Fascba et 
que Celle de la Russie qui loin d'etre pan-ena k l'Archipel, 
n'uKt pjta mRme sortte encore de CroDätadl, n'ubligu lo Capitan 
Pfiücha ii partiiger ses forcpa iiavale«. C'e.8l done h. raniu!i:! du 
Marechal Komauiiow k avancer. I^a Moldavie eat tonte ouverte 
et une partie en tsst dejk ncrupc^e par nies Irouppcs. Si Ton 
peut se lUH'airu du la frtvruitiun du Chutytii, toutu la GaUiuic la 
Buccöwine et une graude partie de la Fotogne seront en suretö, 
et Ic Corps du Priuce de Cobourg pouiTa agir a mesiire que 
le Marechal RoruanKow jivancci-a en Vakichie vers Ic Danubo 
on cotu^aiit sa droitc et uu tirant ii lui Ics trouppes du la 
Transilvanie et metne oclles du Banat. Ceci doii obligei- ramiec 
du Graml -Visir ä sc partager, et ai ccia arrive, «''est alor* Ic 
moineut pour mui d'avauccr cl dallcr cUcrcbcr i» livrcr batuille 
au premier corps turc quo je pourrois atteindra et si je m'en 
tirc avoc succes, je pourroia tout de suite uumnienccr lo siege 
de Uelgradc. 

VoiUi, mon eher Comtc, cii pcu de mota le plan de caiu« 
paguc quü Ics circonstances actucllca uie periucttcut de faire. 
Je ne mauque ccrtaincmciit ni de bontic volonte ni de ddsir de 
faire pour Ic uiieux. II uv faut nou plus vou» cacher qu'il con- 

r«Dtai^ U.iblt. Sd.LIV. 16 



1 



Tient de penser Jk une secondo L-ampapuCj puisque nons no 
pourrons parveiiir dans cellc-ci h. avoir des donnPcs propres » 
furcfir leti Turcs ii une paix cuiivunablu et raisunnablu. C'est 
Sans doute un grund mal; mnis ü vaut micnx cn couvenir tout 
de siiitc que de se leurrcr de vaiD(^9 espth'ances ot do manquer 
k prendrc k tems &e5 arrangemens eii consdqucncc. 

Vous inBiuter^a toiijours fortBuiunt h ce quü Ic Roi de 
Prusse no pnissc tirer parli de cetto Situation, cnr ja suis qu*!! 
«n a grande envie. 

Pour Mamonow voiis aares dejä appria qu'il a elü fait 
Comtc du S' Kmpire.^ 

En voiis joipnant ici tine lettre ponr S. M. rimperatrice' 
et doux autre-ä pour Leurs Altc&ses Imperiales j« vous prie, 
mon eher Comte^ de croire que Jb suis toujouns avcc Ick mctitcs 
sentimens d'estime et d'amiti^ 

8(g.: Mon eher Comte 

Votrc tri» afTeclioii^ 
Jt^stipli m. p. 

CCUII. 
Philipp Cobenzl an Lodwig Cobensl. 

Tieimo la SS. Jutu 1768. 

Auriez-voiw cru, il y a un an, qu'une guerre avec les 
Turcs se feroit par lea deus (Jourfi Iiiip^rialns de ta inanijire 
qn'clle sc fait cn cffiU? iSi voua l'avcz om, vous ötea un pro- 
phite, car dans toate t'Europe, pas iu6me dans l'Kmpire otto< 
man, je ne cruh pas qu'it y ait quelqu'un qui l'ait imagiuiS. 
Oü est dune cette graudu mobilitt^ det) armeeK discipliiitVeG ot 
cxcrc^cs k I'Europ^ennc, ccttc abondance de fourniturcs et 
agrös de loute espfece, ä la faveur di- laquelle au preinier conp 
de sifSet les arm^es sonl pretcs k tiiarclitT vt k »gir? II est 
facheux que tuiit ecla nc soit que i-barliitarifric tdiez uous aussi 
Wen que chez les Kusses, et que d'un fotc comrae de l'autr« 
OD alt laisse tout le loisir it l'enneiut non seulement de se pnJ- 
parer k une vigoureuse düfense, umts nieuu de nouä attaquor 



* lUt Diplom vom 0. Uai 1188. 
■ Bei AruoÜi, I- <- Nr.CLX, [1.313. 




275 

aveu HD avimUgt: mar(|iie pour peu qu'il nit du jugcincnt et He 
la coiidiiiti^. pHtionce; ec (\m est foit, est fait; Uclions du moins 
de mimix fairu ä l'aveuir; uiais lout est pcrdu, si lu cunduito 
des Kusses continuo h etre teile ii convaincre l'Krapereur qu'ile 
no »ongent qu'ä faire leiirö affaires k iioe d^peiiö, qnü noii Con- 
tents de iit; stjfonder un aucu»»; uiani&re ce *\ne nous ii'avona 
diilrcjiris <[na nur iiMirs sollicitalions, ils contrariciit jiai-toiit mos 
propres dispositions par luiirs eniisHaires en Moldavie, cn AI- 
banie, en Montcnecro. Avac iino poigiirn de mondc le Prince 
de Cobüurg a !■» Iiunhour d'occupor la Moldavie jusqii'au Priitli, 
et de s'y souteiiii* du moins jiisqu'ici tout seul, et des ofBfiers 
Kusses nionis d'ordres du Marcclial dp Romanzuw ont l'inso- 
lence de venir h. Jassy, de citer Ics lioyards srfiuits au Divan 
k la barW du couimissaire que l'Empereur a pr^pose ü I'ad- 
miniBtration du poys occapö par notrc anm^e, de leiir otFrir 
protection_. et de pr^tendrc d'y etahlir des rccniteiirs Uusacs 
dan» !b tems epie nuua fyrmons k grands fraix de» corps de 
Moldaves et d'Ariiautcs pour la defense du pays, et pour sup- 
piger du moins en partie an dt-faut des Kues(.'8, qiii apres hcau- 
conp d(' promesses nouä ont lüujours fait faux bond. 

Nuus d^peusoQs dejk plus d'iin milltoii datts Montenegro 
en argent e.oaiptant, aiiues et nninitiontt quo nous y tinivoyons 
k forcc, nous y faisuriH passer quelques cnritaincs dn aoldata^ 
bas officiers et ofßciers pour former arec uns peine intinte un 
oorps de six ä gcpt uiille liommes pour agir vers la Bosnie, et 
ii peine avons uous porle de« ]tlainlea conlru Ics iritrifjucji öf^n- 
dalousoa du Major Snva Mirkowitz, que Mr. de Sohorowsky 
envoye deux autre« officlers dans le mcme district pour tncher 
de nous onleTcr deux mille reerues, dont il dit nwir besoin 
puur les onibarquiT sur sa tlütte. Pepuis six muiä nous ti'a- 
vaillons II pagner le Bacha de Scutari et h. I'en^ager h marcher 
avoc ees ti-ouppes vers la Bosnie, et des oiuissaircs Russe» sout 
eliargt^s de Ten dissaader puur (^u'ii ae tourne plutfit ver« Salo- 
niquo. Ce qui doit r^sullcr de cotte belle conduite des Kusses 
cnverä nous est faoile K prevoir, et si tons ces cmissaiveu et en 
Moldavie et en Montenegro ont cherebe k executer juöqu'ici 
leurs comiuiBsions inipunf^inont, on no le doit qa'k l'extri:me 
df'ff^rencc quo toutc notre armt^e a pour l'Impf^ratriue, k laquelle 
on n'a pas voulu donner jnsqn'ici le plus petit sujet de m«'oon- 
tontementj mais vous eentez bieu, qu"k la loujjue ccla nc pcut 

18* 



276 

pas durer, et si on ne veut pas en voii* r(^»uUor ]cs suitns los 
pltis fimc-stc», il FhuL h toitt rnia, nun pas des cuniplimcnts, des 
promcases, mnis les disposhiotia Ics plus procnpt-cs et les pitis 
efücaces pour couper la racioe k ces conti-arietes scuiKlulcuses, 
ce qui, k mrjii aviü ne peiit s'ofTectucr solidcment f|Uti d'unc 
fa^on, qni eät 1" de iairo rappcl^r tout de sulte tous les 
«miswiires Ruescs qui se trouvent dans Monteneg^ro et en Al- 
batiic, et de u'y envoyer plus personne; 2" de d<;fendrc biüii 
cxpreBs^meut au Mankdiiil du K(.imanzuw do dieter lu loi dans 
les dititrictK dn paya eiincmi occup/^ par nos trouppos. 

Vt>il& deux ehoses ^it'it fuut absolument qiie vous tachiez 
d'nblenir, qunnd ce ne scroit que pour ])r«^voiiir des scfencR 
scaniittleuaiiti aux yeux de l'F.uriip*'. Pour lo lesle, inessicni-s 
le« Russe» foront co qui Icur plaira, Ms passcront le Dniestrn 
ou ne ]e passeront pas, ils assiegeroni Oczakow et Bender tiu 
ne les aesiiL^geront pas, u'eet leur afi'aire; rKmpercur las de faire 
dcpnis quatrc mois la ^iicrrc tout sctil paroit bien d^tcrinin«'- h. 
ne plus poiisser la cbarrette de »on cotö avant qu'i'U ne com- 
moncent ^ la pousser du leur. II est vrai que dts Ic commcnco- 
ment uous souinies convenus ([uc eliaqu'un do huub fcra la 
guerre de aon cote conunc il voudra et poiirra, mais bien cn- 
lendii <[u'on la feroJt en meme tems, et uon pau quo les Kusses 
no sß mettrout en jeu qu'apr^s que les Tures sc seronC iin poa 
faXiga^s en se chatimillant avoc Ici^ Autridiii^ns. l.'Emperoiir dn 
moins dit, qu'il ne l'entend pas comme ccla. et qti'apnSs avoir 
d^jii pcrdu un tcma precieux, 11 aimc mJcux perdre encorn lo 
reale de la campag^e que de s'hasardcr avec Lunte rnrmce du 
Grand -Visir pour faire beau jeu h Mrs. de Konianzow et l'o- 
temkiD 

CCLIV. 

Kannitz an Cobenzl. 

Vivime 1« 29. Juia I78B. 

Je n'ai pas vu co quo voiia mnnde rF.mj>eTctir, dont la 
lettre m'est parvenue cachctee cctlc fois-ci saus copie; jo ne 
TBUx pas m'cxposer moyencant cela fa vouh dire plus ou moins 
ou nutrement qn'il no peut vous avoir dit sur \t:ä iibj<'ts niUi- 
taires, et jo mc bonicrai par const'quent k l'aveu de ma doulcur 
et de uiüu ütoutieuient h. voir faire la guerre U Tun et l'autre 




277 

dea deax cours imperiales, qni tlevoient aneantir, croyoit on, 
Tempire ottoman, »i elles vouloient, au-titi pitoyablement et peu 
houorablciuüDt, qu'ettos l'ont fait jusqu'ici, et queltes la feronl 
vraisemblablement |>ar U euite, ayant ni^^^ligü de faire tODt cc 
qu'olles aiiroient voulii avec facilttä et Sans risqne ilepnis six 
mois, et 56 trouvant anjourd'hui vis-it-vis de« Turcs daos 1e cas 
dtametralcment oppose, apr^s Iciir avoir laiEsi^ le tciiis de mottre 
toutes leura flottes en mer et toutes lenrs armdes en campogne, 
k moins qn'il n'arrlve des mirarles, sar lesqtipls je ne penso 
pa« quc Ton doit cotnpter, [>arce qu'ils onl passe de mode.' 

De mon cot^ j'ai blen fait taut co qac j'ai pu, pour qiie 
les cboscs n'allosscnt pas, comme elies sont nllees mnlhenreuse- 
mcDt. Vous voycz, commc moi, que j'y ai (lertln mcs poincs, 
ot il ne me resto pur coosöquutit qu u gemir de tout cc que je 
vois, et h me dire souvent tout ü bas k moi-raßme, que lorsqa'oa 
ne ?ait pas faire la gnerro mienx qne ceU, on no dcvroit pas 
s'en lu^ler. 

Nons allons voir de qaoi accouchcrant cnßn vos Kusses, 
et je vous avoae qne j'ai gratid peur que ce ne sera desonuais 
qnc de l'ca« claire, a moins qn'ils ne parvionncnt ii li%Ter ba- 
taüle k la plus coiisidörabLu des armdes torques qu'tls trouve* 



' Am S4. Jnni 17BR «rlirioh Kaiinitx an Aea Kaiser: ,J'ai renruTÄ tont de 
■Dil« h Im ckftnc-«IW>a ili) V. M. In lottrn du Prinr» d» Ligii* i|u'Hnft s 
faian ronlu mu cominuniiiiior, »t coriiiid do niixnn, J'ai iti rivMaeul 
p«iB^, mai« psu etonn^ il« snn oontenn: tout ce <iu« [«s Ruum anroienl 
pn enlreprendra uhb beaiicoup de rüqne et de pelna dspuis tnis mtn, 
n'eUDi plus gu^re daua lo caa de p>i>aToir l'ALre avec la ntSme TacilitJ 
et Miis beauixiup de daiij^r, dejiuiR rjtriU oiit lalw^ aux Turcs tocit le 
teiDB nicoaaaire jioiit mettra leurs dottcB cn mer et loarx nrtnßes en cnni- 
[jD^ne; n'itiM i^ue Je ci>itv(>ii> <\uc noiw •niiime« A [ii<ii giri^K dann le iiifiroo 
cas aujourd'hui par ie> mäinea raiaoDi; et j'avouo k V. U, <iuo pmir S« 
gloire ot &ea tnt^r6u ja nn mfi cAnnolerai Jamal* de co quo itann le tA* de 
ponruir prundr« ßnlf^radu iinntr« foU potir une, depuis lp 1' d'Avrll, ciiln 
u'ail \ttu pa awir liea. Je ne puia pa« »'ompöulier d'en g^mir, maü 
KAU» me pemMlre de rien i^onter nlt^riourcnsent »ur le faclieux £Ut 
pir^nt doK chuKM, atiite itatnrclle infilbeiireu<iement du pau^, je me 
bomorat au aoabait Ic plus ardeiit. quc V. M. paiMe ^tra mieux coaMillto 
et mieux servle par la Bulte qn'Ello n« t'a M Jtitqu'ici nir le« ep^rn- 
tlans luililalrBA. .Je prio Diou iiti'il dai^D« cxaurrr me« VfiOUK, Je re- 
coipinnnde » V. M, tuiitiMi li'^ »tlKtitinns giowihle« poiir Irt iM>iiKt>rvntinn 
de Sft [jrätieiue santA, et }o ]iji liuixo le« innius nvcc la plus rwpovttieiii't) 
t«ni1i-ci«*e. 



1 



i 



S78 

ront dev&nt cnx, et h les lintlrc non pas un pen, mnia com- 
lili^toinenl: qnod Taxint saperi. 

Quftnt au rcflcript adross«: t\n Princc Galitzin sur la n4- 
gotiuüoD Hvec la Frunce, J'y at fait tout ee que j'ai pu comiuc 
voiis le vorrez par ma lettre d'ofiiee. Ilcstc U voir ce que cela 
prodaira. 

Vous ao rererrez plus, coinme od vons l'aurs inand^ 
iinturellement, vutrc pctit Peilen,* ai j'en suis bicii aisi- pour 
tili, jinrceijuti ce (pio l'Etnpcreur a fait de ttii. lui fait an t^ta- 
liliascmcnt pour la suitc^ au licu qua 1«. carrici'c politiquc ne 
l'euL meni^ h rien. 

Puitisjez Tous nous mander bientr>( quelrinc cxploit des 
Kusses, qui cn vaille la pdiiic. 

Je vons cmbrnssc de tout nion cociir 

Sig.: Tout k vom. 

Ong'iiial. 

CCLV. 

Cobenzl all Joseph, 

pu Courriar Zareuiba. k S" Pälenbourg la 2 juillet 1788. 

Sire! 

Lea afTaires ontre la Ktiasic et la Su^de ayant pris une 
tournure si st'-rieuHe, qu'on ne peut cn attendre nun-e chosc 
qu'uno rupture formelle en tr^s peu de tems, j'ai cm de mon 
devoir <le ne paa dift'i?rer d'exp<^diei' un fourrier aux picd» de 
V. M. I. pour Lui faire mon trfcs huiiiblp rnpport de ce qni s'eat 
passe jusqu'ici, me rescrvant d'cn faire partir un second, on 
de saisir une occusion i^galement prompte pour Lui faire con- 
noitro lo parli aiiquel se scra di^cidä Sa Majestö l'Impi^ratricc. 

De^i» dcpuis Ig mois d'fl\TiI on a eu ici des nonvelles des 
annemens suedois, auxqueln dans le piviuier moment on n'a poa 
cru devoir faire nna trop graudu attention. On savoit d^jJ» 
qu'ils t^toient aussi conaid^rables, qn'ils poLivoient l'etre. que ]o 
loinistre de Sutde, Uaron de Kolken, n'eii avoit re^u aucun 
avis de sa Coor, et tout ce qu'il a dit au Vice-Cliancellier k <;e 
Sujet n'iJtoit absolument quo de son propre niouvement et par 



' Qraf Png«n, im BvUdiafl siigetbeilt 



279 



QDC satte de soq ddsir porson«!, qa*!! iic sumat aucunü lirouil- 
lerie entre son paVs et celui-ci, oh il s'est marit^j oü il a ilca 
iloties, et aiii|nitl il tient par i'unaeijnent de toute maniere. Lors 
mßmc que M' de Nolkcn rcgnt son prcmier conrricr, il ne parla 
au minisl^re que ponr deiuauder un paäseporl puur le niexpe* 
dier. Cest cepentlaut ce mßme courriar appelö Morion doni lo 
rotoiir a scrvi (le pr^tcxtc au Roi de Snede ponr tont ce qn'il 
a dit au Senat, ponr faira approuver ses niesures bulliqaeu»es. 

Qu Priiicc n'a ce&si de publicr dana ses ^tata, quo menacö 
d'une attaquc do la part de la Kassie, il etoit obtigc de se 
mettre aar nn picd de dtifense respectable, et qu'ayant voula 
a'expliquer Ih du8öus aiiiicalL-iiient uvce riuip^rati-ice, U ou avoit 
reyu la reponse la pluü bautaine, chosc abaolumeDt contraire k 
la vt^riCä. 

La Cour de Suide ajratit fait part i ccllc de Danemarc 
de ses cmiitcs pretendiius de la Ruasie, cii reprc&cutant tou- 
joTit« les meenrea qu'elle pi-enoit comme purement d(5fensiveB, 
on ft votilu protitcr de cette circonstanco ponr rssayer de ras- 
sorcr le Roi eur loa sentimens paciäques de Tlmperatricc, et 
ou a Qtwoji ordre au Oomte Kasumowsky' de faire döclarer 
par le ministre de Danemarc et de d^clarer lui-m^me que I'Im- 
priratricG ne demandoit pas mieux que de continuer K vivi*c en 
boune inlelligeiicc avec la Cour de SuOdö, et etoit bieu äloign^e 
de toute vue hoatile contre eile. 

Dans le nu'iiioire remis par le ministre de RussIp il s'est 
sorvi de l'uxprt;ssion : Sa Majest^ assure le iniuistere du 
Rot et ceux de lu nattoD qui ont part au goaTernement 
de ses sentimens paeifiques. O'est ^ cette phrnse que le 
Roi do Suedc s'est aecroch*^ ponr faire erevcr la bombe. II a 
fait dire ä Mons' Rasumowsky par le maitre de cer^monie, 
que les tennes de sa noto, dans laquello it parloit de la nation 
en la si^parant du Roi, ^toieut II; dlile des aneiens ministrcs 
riisscs dans les tems des troublcs contrairea h. la Constitution 
de 1772 inimc^diateinent contre le salut du Roi et de r<5tat, et 
oiTent'tintü' .S. M. lu plus grievement postfible; que le Roi ne 
voulant pas croirc que rimperatricc piiissc autoriscr son mi- 
nistre k lui tuanquer si esscntiellement, il avoit exig^ )e rappel 



' Anilm» Gmf SMumowidcj', kaU. raiw. QMKntltSr in ßtocklioln, frllber in 
Koptiulm^ll. 



J 



2S0 

du comto, r|no d^s co niomont ü ne 1«^ rnconnoiwioh plus oonmic 
ministre de la Kussic, di^rcndant ii son ministirc de le regarder 
comme t«I, et donnant pour tt^moignage de »on aucienue bien- 
veillance ati dit comtEi ane t>eiuaine entiire pour sc pr^par<;r 
k son düpart, au boiic do laquclle ü trouvcroit des vaisäcaiix 
pr6t8 poar le transpoHer; quc pour le reslc de lu notc le Koi 
onverroit lui meme la repoDs« IgrBqa'il seroit en Fiolande, co 
({ue jusqu'ioi n'est c«pendaiit pas cneore arriv«^. 

Dans la suppoeitkin lu^nic que le (Pointe Hasuinowaky eilt 
touU les torts possiblcs, le proced^ da Roi n'eD fleroit pas moins 
irrt'ifidier, puisqu'en cati pareil uii souvcraiD pent biet) defeiidix* 
la Cour a un ministre, nc pas pcrmcciru aux eicne de traitct' 
ftvec lai, et faire des pUintes >i »a Cour cn dcmandani son 
rappel, mai« il n'a pas le droit do lu! ordonn«^r de jwirlir, et ce 
n'est que de la purt de son luaitre iiu'un bommu public pcul 
recevoir nn pareil ordre. 

Quels qoe fassent Ics armemens de In SnMc, cc n'eiit 
qu'apr^s l'arrivee de cello dernj&re nouvelle, que rimperatriüo 
a pu 60 detcrminer k contrcmandcr l'envoie de la flotte dans 
l'Archipel. Klle ne voaloit absolument pas que Ic Koi de 8u&de 
pat se vanter d'avoir fait chatiger la moindre cliose dans Ics 
dispositJunfi faitcs pour la ^erre contre la Porte; niais le memo 
jour de l'arrivöe de ee courricr 8. M. a ordonne & ramiral 
Oreigh de prendre- le commandement de 8 vaisseaa de lignc 
dcitin/'S k Tamiral Tähitsliaj^ow, ontre If» 12 vaisseaux qni re- 
slotent d(t i'oscadre de la Mediterrane« aprJw Ic düpart de trois 
de 100 Canons, en sorte qne Ureigii eommandc dans ce moment- 
ci k Cronstadt niie flotte de 20 vaisseanx de ligne, avec los 
quels il va se rendrc dcrant Reval pour »'opposer k lout ce qui 
roudroit tenter la flotte sucdoise. 

Quant aus trois vaisseaux de 100 canons, apr^ arotr 
qaelquc difticult^ arcc la flotte sui^doisc rclativcmeot au salnt 
qu'on a exige d'eux contre la t«near du traite d'Abo, Us sout 
henreusement passe jusqu'k Copenhaguc ou ila altendront pro- 
bablemciit rarrivec de ä vaisseaux de ligne et trois fr^attes 
qni doivent y vcnir d'Archangel dans 15 jonr* ou troü semaines, 
en Sorte que sur mer la Russie aura d68 le premicr niomtnt 
one sup^riorite des forces trfes deeidee sur la SuJsde. 

Quant aux trouppes de tcrrc, la flotte nicttant U ronrert de Unite 
descente cn Estonie, on ne croit pas y avoir besoin d'one arro«^. 




281 

D'apr&s Ics ötats exactcs qn'on m formö en dcduisAtit 
mSme l'iucomplet, les trouppes qui se trouvcnt ttctuclleiiicnt dans 
la diviüion de I'etersbaui^ soiit do L7 h. '2{)/m bommcs. an en 
rasscmbleni tout (^e qui ne sera |ia8 al»)o]umrnt nrrBSsairo 
aus gnrnisons pour former imc armt^c en Kinlande, laqut^llo 
quoiqu'iuf'cricuro aux forces sacdoises pourta suflirc h co qu'un 
ü8p^.rt; h se tODir sur la di^feusive ilans nn pals de chicane tel 
quel in Kinlnnde. 

Hntro tems on pressera rarrivcc des Irouppes qu'on attciid 
de la division de Moscou, la leveo de iionvulle ruuruc, et on 
prcndra touUts les inosiiros nt^ceftsaires poiir nvoir le iiCiitüt pos- 
sible ime armoc au moins <?galfi h ccUe du Roi de Siifidc, &ans 
ceiM^ndanl rien diminiier h ce qui est employe contre les Turcs, 
Kü dont jusqu'ici it n'est abBoluiiicnt ]ias questiun. 

Ce nc sera qne dans n uu H jours qu'on aura arretä le 
parti qu'on prendra aar cc que viciit de faire S. M. SotMoise. 
Je n'ai paa tooIq differer si long tems l'expcdition du present 
coarrier. 

Tel est on somnmiro au momcnt oü j'c'cris r<?tat des choscs 
rclativcment k la Sn^e. .Je prends la respoctncuae libcrt*? de 
lu'en rapportcr quant'aux diitails k mvs rapporU» » la Cliancvl- 
lerie de Cour et d'Ktat. 

La gtierre do cc cöti>-ci me paroit in^vit&ble, mais je orois 
qn'on sVtudiera K bion rcjctter aar le Roi do Sni-dc tont l'odieux 
de l'agressiun, pour roiidre d'uutuut plus diflicjles les socours 
qui doivent lui eti'c aiiniini»trtiä par ta natiun, et ne douner 
ancun pr<He5:to an Danemarc do rester dans rinaetion. 

Ces mSmcs rupports siinnenliontK^s contienncnt des indtce* 
qae Ton a ici de la part que TAiigleterre et la Pi'ussc ont anx 
ariiii'uiena de la Su&de, ce qui fait cratndro qu« tout eela puur- 
roit bicn (inir par unc guerre generale. 

QuHrit ii la gucrre cotitre la Porte les deux marecbaiix 
russes ont enfin passe avcc leiire armt^es l'un le Boug, et Tautro 
le DnioBter. Mons"^ le Vice-Chancellier vient de mc faii« Iccture 
dos ordrcB dcjk envoy<*8 au mar^chal Komanzow d'employer la 
droite de son armce k soutcnir et k aider le Prince de Cobourg 
poiir la prise de Chotim, et c«ci une foie oxecuLä et ä mesure 
qn'il pourra s'avaneer dans lo paTs cnnemi, de se coneerterj et 
combiner les opt-rations avec les gcni^ranx de V. M. avec Ics 
queU il a ordre d'entrctcntr ane corrcnpondance suivie. En 




282 

mdmc tenis sa gnuche doit ctre cmployt^o h tm^nitcer Bender, 
et k lächur d'atiiroi- h liii tine partle des trouppee qu'on nc 
doute pas que les Turcs vont envoyer k la dtfcnse d'Oczokow. 
St on peut parrenir k se reodre nutitre de cette derni^re 
rurtc*n.>i>sv, lus deux m.tröchaux UDt ordre de ponsser [äurs Ope- 
rations nussi loin quc possible dans In paTn cnnetni, toujonrs cn 
se coßcertant avec ceax de V. M. I. 

Je prends b respectuease Uberte de ni'en mpporter egute- 
mcnt !i inus rapporl« k h CImnccIlerit! de Cour ut d'Etat sur 
loQt ce qnc j'u dtt et fait potir qac U conduttc de dcux 
marechanx russes leur inactiOD mouie, soit reprcsentee k l'lm- 
pvratrice sous Bon verilable point de vue. J'ose csperrr que 
V. M. I. daigncra nie rcndrc la justice, que je ti'ai rivii iit^glig^ 
de tont ce qtii pouroit dependre de m<». 

n est en m^e tems de mon devoir de ne pas Ini laisser 
ij^oreff que j'ai appris sous main, qae la cabale prussienne 
cherche par toute sorte de voie indirccte k aigrir l'Impöratricc 
rar ce qu'on pretend qn'il ?e dit ik notre armce toitcbant Till' 
action des armees ruases. Comme S. M. I. est trop ^clairöe ponr 
ne pas scntir la justice des plainics qu'on a tant de droit de 
faire chez nona, jusqn'ici je ne crois pas qn'il en rdsulte des 
nunrais effets, ä U longne cependant il pourroit en naitre de* 
impreesions flUheuse«. 

Aa reste le meüleur moyen de les pr^Tentr seroit «ans 
donte des noureaiix sucr^ contre l'ennemi commnn. II est cer- 
tain que la condoite des Kusses est impardonable. tel est l'effet 
d'iin choix de gi'iieraux datis lesquels on consulte plus la faveur 
<ine le merite, arec tes moyens qn'ils ont, et d'apr^ I'exemplc 
de la guerre pass^c oji dans le prcmier tems il ne s'cst licn 
passe d'essentiel, mais oä Ua ont fiot cependant par avoir les 
saec^ les plns completa, U me paroit impossible, qn'ils ne fas- 
seni pas de progr&s. Je pr^^-ois bien qu'il nc manqnera pas 
des gens en Knrope, qui diront, que c'est etre dnpe de la Rossie 
que de faire la guerre ponr eile lorsqn'elle mämc ne fait rien. 
O'apris mon foible jugenient il me semble que ce seroit Ute 
effectirement sa dupe, qnc d'imiter son inaction; la pr^senee 
seole des trouppes de V. M. suffit poor attirer les forces mrqnes, 
et les emp^ber de se tonmer contre la Russie, ainsi sans que 
nous fassiona aaeuDfi progr^ L'Imperatrice tire dej3i tout TaTan- 
la^ de notre assistmnce, mais c'eei aox armees Tictonrieoses 




263 

de V. M. f. h «ssnrcr h sa monarcliic te justc dcMomnugomfliit 
des fraix et des risqucs de la ^uei-re. Ce liest assuremeiit pas 
pour les bt'iiux y^ax de U Btissie, qu'Etle la fait, c'est pour 
pro6ter d'ane occasion favorablo de ri^cup^ror d'anciennes 
possessions enlevöes a .Son niigosto maison. Or qnand m^roo 
k>« Kusses De feroieut lieD du tont, (es forces de V. M. 1. scules 
düireitt sufüre pour enicvcr k TKoipiro ottoiuan des provinces, 
qui sont k Sa convenance Aks qn'une autre pnissance nc tcntc 
de diversion. 

Quelle occasion plus fuvorablo pourroit-il jaiuais se rencon- 
trer, quo celle ou In France mSriie cnnsent h cc dt^raembremonlf 
et oü Ia Pmsse ne fait jnsiin'ici aucnn raonvement qui Annonce 
un dessein procliain d'inquieter V. M. J'öse espc-rer qu'EIle 
pardounera la tetuerit^ de cbb r^exions au z^le lo plu« pur 
dont je suis anim^ pour \es intär6ts de mou aaguste mnltre, 
pour Sa gloire, et j'ose dire pour Sa personne. 

J'ai eu riiODueur de rendre tr^a humble coinple dans MXk 
tems de l'union qui eMtoit retabiie entre la grande et la jeune 
Cottr, eile coDtiuue d'i-tre &ur un fürt bou pied. Cet rilat des 
choses est en grande partic l'ouvrago du comte Mamonow, 
dont le credit sur Tesprit d« flmp^^ratrice devient de jour eu 
jour plus fort, et dont leurs Alt" Imp''* temoignent etre iiitini- 
munt plus content» qne d'ancun de ses prMäceäsenrs. Messieurs 
de Soltikov et Saoken attach(^s nux jeuncs GrandsDncs ont 
aussi ettJ employes l!i deib»ns, et c'est ce qui a valu au premier 
le grand cordon de S' Wladimir. 

Je ne puis rendre & V. M. I. quelle a 6ti la joie de Ma- 
monow et meme de rimp<?ratrice de hi gräcc quc V. M. I. a 
daigni^ lui accordor en relevant k la dignite du Coiutc de 
S* Empire. Dans le billel que S. M. lui a c^erit k cet egard, et 
qu'il ni'a fait lire eile »e wrt de» exprcssions Ics plus fortes 
pour uiurquer le plaisir que lui a fait son plus intime ami par 
cctte nouvellc marque d'aiuitiä qti'll lui donne. 

Je Profite de tous les nioincns oü je suis avec Mamonow 
pour le rendre de plus cn plus Attache au sist^me de rallianee, 
el stirtout k lui faire sentir la necessitä do faire sortir les g^- 
nüraus nisses de leur engourdissomenL 

Je fiiipplio V. M. I. de rcccvoir k See picds Texpression de 
ma tres Immble reconnoissance de la honte qu'EIle a eu de 
perinettie ou garde noble hongroi« Paliondy darcouipagnor ma 





Aa moment oü j'ai re^u les ordrcs aiiprSraes dont V. M. [. 
m'a honorä en dato du 17. juin j'ötois occiip^ k redigcr me» 
trt'S 1iuiii1j1c-8 relationö, et j« pröparois respedilion d'mi ccumer 
jiour ])orter Ji Sea j^icds la noiivelle du denoiicüuemcnt des »f- 
faireg ave<^ la Snödc. L'Imix'r.'itrirft prdparott /galftmcnt uno 
lettre u V. M. I. pour lui fiiire pari de cet yv<?nement, lorsqu'elle 
rev'it Celle que j'ai eu ordre de lui faire parvenir. Celle auguste 
souveraitie a chaiigij alora la sitiune pour qti'ellc put servir de 
repoiise k cclle de V. M., e'cst cc qni a retard^ le depart de 
mou courrier de quelques joiirs. Couime celto lettre vient de 
ni'ätre reinise je m'eniprcssc de l'üDvoycr aus pieds de V. M. I.' 

II VouH aiira plu, Sirc, de voir par iuoh rapporta k la 
Chaneellerie de Cour et d'Ktat, tont ce qui sVst pass^ rela- 
tivement aux affaires de la Suöde. \'. M. a et<5 informe tant 
par leB döpfiuhea de M'' le Comic de Stadion' que par les 
minnnca du pr»^toxtff qu'a pri» le Roi pour ordonncr ä M' le 
Conite de llazoumowsky de quitter Stockholm dans huit jours, 
et Ini declarer qu'il ne le reconnoissoit plus comjue ministrc, 
proei^dt^, qui scrolt niöme irrcgnlier si Razoumowsky ^toit cou- 
pable, puisqae jaraais pcrsomie que son propre souverain, no 
peut diiponiller un uiiniatre public de son caract^re. 

Le Roi semblott daria cette demarchü n'en vouloir qu'au 
ministre de Kussie, 11 supposoit qu'il avoit agi sans ordre de sa 



' Ametli, 1. c. Nr. CLXI, p 31&. 

' Jnhann ]'hilipp Graf v. SLiiImii, k. k G««andter in SIocIcIikIiii und V|>il(!r 
in Luiidon, Berlin und Poierabur^ ; von iSUft— l80i> Mintiit«r <l«r xii»- 
wKrtif^n Ancelc^nlteilGn uml von 1816 Finaniminiiilnr, tieh. I7ß3; 
t 1824, IS.M»i. 




S86 



Cour^ et promettoit d'cnroyer nna rjponse sur loa aulr<^s poinU 
de Eon iiif^inuirt!, de Finlaiide direutement k Pütei'sbourg. 

Avant möino d'avoir satisfait h cet cngafreuicBt les Suüdois 
OQt commencö les hosülit^ cn eiilevnnt iiou douanc fronti^rc, 
en s'emparant de qucltjues bAteanx nisscs chargt's de grains, 
Dil s'etii|iuruitt de la ville de Ny&slot, et eii attaquaot le chateait. 

Lc 14 de ce muis a i^'te retub ta n'^ponsu |iri>iuiBe [>nr lu 
Roi de Sn^-dc, et qnoiqac d'aprAs mos dcraicrs triVs huinblcs 
rapports V. 51. 1. n'aie plus douter de la guerre de cc cöte-ci, 
Elle ne &'attcndoit certainemeot pas aux prapositiontt que Gustave 
a fait H Catltt'Tine II, en Ini df^clnrnnl quit du raccc]>tatioii pure 
et simjde de scs propositions dt^pendoit la gucrrc ou la paix ol 
qu'il ue vouloit recevoir 6ur cela qu'uu oui, od qo non, il 
exige: 

Quc Kazoitinowsky aoit pani cxcmptaircment. 

Qtic riuipöratricc lui reiide tonte la Fiiilandc ei la Ca- 
rdlie en sorte^ que la l'ronti^re eoit remise jusqu'Ji Sisterbeck 
6ur le mdmn pied on cllo etolt avant li> trait45 de Nyslad-Abo. 

Quo l'Imperntncc nccepte so lucdiation dons la giierre 
avec les Tiircs, et l'antliorise ä proposer tont do snite ä la Porte 
la restitution de la Crim^o et le r^tablissement de la paix äur 
le pied de collc de Kaimrdgi, et si les Tiirca ne s'cn conten- 
tent pas, que tont soit rölablie snr le pied de 1768. Que l'Im- 
p<^ratnt:c di-sarmc sur le cliamp, et qiic loi rcstc ann»^ jnsqn'li 
l'enti&re acconipli^äement de toutcs tes conditioiiä de ta pidx. 

Ce inemoii-o dans lequcl il est fait mention de Pogatselieff.' 
et de tout ec que lc Roi auroit pu faire a cette öpoqnc et 
contro la Russic et contre la personne de rimpenitrice, «8t öcrit 
dans an stile que Louis XIV ne se scroil pa» permis vis-kvis 
de la K^puhlique de G^nes; V. M. 1. duigitera en juger ou en 
faieant la tccturc, eile est jointe h. nie« rapport^i k la Chanccl- 
lerie de Cour et d'J*,tat. Je m'aljstiens de loute reflexlou k cet 
^gard, on n'en peut faire uucune qui ne saute aux yeux du 
tout Jugc iuipartiat. 

Une ruplure entrc ta Rnssie et la SuMc no pouvant pas 
convenir aux int^rets de V. M. datis un momcnt oü les deux 



* IrmuIJAii Png^xlscliaw, Ku«bIc, dn nicli fllr d«n Cmi PstorllF. )iuigt<gDbfm 
iinil viritMi ^rv^l> 'locken AufttttinI ^psn die Kut^rrin Knlbariiia II. orriigl 
bM. El wiinio UD 10. JAiuior illb in Uoakati liiiigericbWt. 



286 

Conrs Inip*" aont cngagecs dan« une guerre «jontre la Porte, je 
n'ai [JUS rcsfeü dfpuia la piiMiiiifru iiouvcIIl- dus iirtiiuiiivns oi*- 
doiiQc^ E»ar le Jtoi tiu proflici* ici la iitodcirnlion, el ii est curluiii 
qne l'Jinpöratrice a fsit timt co qut pouvoit d^penrlre d'cMu 
pour ^itDr cc qui viont d'arriver. Oii iin döut« jias ii-i que 
c«t ^vonement iie Boit louvriige de r^\ngluCun'<t ttt do hi J'ruäs«, 
niiiis QD est persuadä en meme tems quc Gustave a M6 beuucunp 
plus loin qnc nc vonloient Ic^s insti^atours, Hont le Imt ctoit 
probitblemcnL d'viiipvchtir t'uuvui de la RoHv rus»c dans la 
Mediterrann^c, d'obJigor l'Inip'* u des dt'pctises et ä de» urmc- 
mens, et de lenir la 8uMe preie ä ogir s'tl en (Jtoit besoin iiu 
tnomcnt de l'cxplosion du plan de Hcrxbcrg, inais non pas de 
l'engager k uue levee de Wuclier ttlle que vieiil de so pur- 
luettre le Rui, dont l'extmvflganee mulgre toutes Iciir mauvaisc 
voloiit/- doit Icfl iiiottre en cmbnrrae. 

La Rusisiu n'cn ^proure pas moins de se voir Attaquer 
dan> le Dord, daiis un tems du touics sea forces sont occupees 
»u midi dß son etupirt^. Suivaot le plan de dislnrntion generale 
de ramiL-c russe arrangc par le Princc Potcmkin, la division 
de P^tersbourg, memo daiis le cas d'nn« guerre de Turquie 
n'auroil jamais du ctre moindre que de 4Ü k 48/m. homraes, 
cc qiii est plus que süffisant ponr uue guerre de Snedo, raaia 
cct etat des clioseg n'a jamais eKiste que siir le papier, et le 
Prince Potenikio en faisant veiiir uu rögiment apres Tautre h 
soll armce a diminuä celle do Petersbour^; au delä de co que 
peiinettoit la suretö de Tempire. l-^n preonnnt au commence- 
ment de la guerre 500 hommes de plus beaux et de mieux 
exercös des ri%iniens d'iei pour completcr les siens, et lee fai- 
eant remplacer par de» recrus, il a rendu d'autant meüleure 
larnii^ qu*il commande tnais d'autant moins bonne ccllc qii'on 
e«l oblige d'emplojcr k present contre le Roi de Su6de, malgr^ 
tout cüla commc ou a pris tout cc qui ötoii pos^ible de rassem- 
bler k la bäte on b forma an Cumte Pusclikiu une ann«^«:; qui 
dans p«Q de jours et quand eile scra raasembMc poarra ctre 
de 20.ru. liommes; j'en ai Joint uu i-'tat k mi^s rapporis ä la 
Chancclltric de Cour et d'Euit. J'ai cnvoyc cgalemoul celiii de 
1a Hotte, qui est snpcrieure en nombrc k colle de SuMois cotn- 
mande« par un fort bou amiral; mais qui a anssi nn ^mud 
nombrc de maleloL& qui n'ont pos eu le tems d'etre exercesj le 
Prince Potemkin en ayant pris 7 ou 8/m. de uicillcurs aar la 




2S7 



Hottu de Ja mer noire. Greigli o ordre de clierclivr Ih tlutLe 
äatJdoisc et de la uDmbnttro. 

La FinUndt^ riisse etant un paTs de chicanc oü nne arture 
peut £>trc nrri^t^^a (lar des forcea mferieurea k clrnqne ]>iu, on 
eapfere quo le Coiute Pusclikin üiup&chera le Roi de äutfde do 
foiro des progi'jts imiKirUots, on dc peiit cepciidant sc dissimuler, 
qnc si contr« toatc attcnte Grcigh ou Pnsrlikin ctoit onti^rR- 
meiit battu, le Roi pourroit alors esecuter son projet de veiür 
juequ'ii Fi^terstourp, projot qn'il afÜclio avcc Ih plas j*nindo 
arrogaiice, oo prötend möme. qu'il dit quo s'U no rexccute pas, 
il abdiqnera )a couronne» voulaut absolumeut »uivre Texeiaplc 
ou de üustavo Adolphe ou de lu Keine Cnstinc. Qiinnd itK'iuo 
il rt^ttssiroit de peni^trer jiisqu'iri. il no forcoroit pas }>ar III 
rimpf^rairice & uno paix desavantageuse. Je suis peräuade quo 
daiis UD cas pareil sc roidis^ant contre les dirticulteii eile em- 
ployeniit toutes les reaautu-coü possiUles pour rcprcndre la su- 
pdnorite sur lui, ot il n'cst pns doulcux qu'ellc irouveroit dan» 
son empire autant et plus qu'il ne lui fnudroit pour cela. 

J'ai toujours fait ce que j'ai pu pour empccber qu'on no 
pcnse il fairo reveuir des trouppcs iii dc rarmec du Princc 
Potemkin ni de edle du marcehal Komanzow, qnt nous sont si 
necessaires et coutre Jes Turcs et en cas d't^venemcnt contre 
te Koi du PruKüc. II est decidi^* ä pn^üent que l'ou rappelera 
quotquca n^gimena et surtout uu corps de coeaqncs de l'armec 
du Cuban qu'on peut le phia aisenieut diniinui^r siins iiieon- 
vt'tiient. Ce» troup[>es pourroot etre ici au mois d'iwlobre; ou 
ac prupose i^galcuirnt de lueitrc Icä re^'imcns d'infanterie de 
l'aiinde contre la Sufede snr le mäme pied de ceux du V. M. 1. 
de 4;m. homnies pcndant le tenia de la gucrre, on aorte que 
ven la (in de l'annee on aura d&s forcc« respectables de ce 
cdti^-ci saus dimiuncr Celles qni sont contre les Turcs autre purt 
que du c6t^ du Cubaii. Tne divei-sion de la jiai't du Daiicmarc 
si cllc a liüu, commo on dit raisonnabloment s'cn llatter, doit 
ttussi donner beaueoup de 61 k retordre h S. M. SuedoUe qui 
»'est absolumi'tit degarni de ue cAtä ]k. VoÜii oü vn »ont les 
choses rclativcmcnt k ccttc gucrre imprt?vae. Je ne ninnquerai 
pas d'informcr V. M. I. taut par mos relations, que par mes 
rapports k la Chancellerie de Coiir et d'Etat avec le plus grand 
detail de tout cu qui parviendra h nia connoissunee k oet 
Agard. 



288 

All iiioinonl ou jVx|n*diu ce Irfes hnmble rapporl Ics non- 
vellos qiic Ton a de Fliilnnde sont, fju'im corps des troii|tj)es 
sueJoiseß est t-iitre du cöte d'-Aliofore ut a ptiiietrc d'uuviron 
15 verstes diLiiB Ic pais, on croyoit d'abord qiie c'öioil le Roi 
hit m^tme, mais Ins nwuvrilfts post^rieures porleiil quc ce corpa 
n'est pH» ttssez considerablc pour qu« S. M. jjiiisse y ölre en 
pci'sonne. D'npris les preraiers raouvemens de I'armee »mJdoisc 
on stippt>t>o qii'elle metlriL Iß si^gc duvanl Fridriclisliamm; cette 
fortßrcssn est cn nsscz bon tilat [)fiur ponvoir tenir longtcms. 
•Sa ^'amison est de 2500 h" do trouppcs dv cjtmpagno untre 
K)UO li" de ce qu'on Appelle ici bataillons de garnUon, doiit TW) 
sont trfes eil Mm de son-ir Rt Ic reste invalides, de 200 piJtccs 
de canon qui sc trouvcnt dans ccltc forlcrcssc, 150 sont en fort 
bon elat, et les autres ue peuvent pUis gu^res »ervir. 

II y a ou quelques potites egcnrtnciuchcg cntre Ics cosnqiics 
et la cavalloric siii-doUc, dans lcs(|uels lea rnnstcs n'ont pcrdn 
jusqii'ici quü dt-iix boMiinea, II est certaiti que Gustave a dejk 
nianqui5 le monicnt Ic plus favo'i'ablo pour lui; si d&s son ar 
riv^e en Kiulaiuli; il uvoit niuiTlii^ h la teto do tuutcs ees furces 
tl n'fluniit pas trönv<^ SÜOO hnmines pour lui rcsistcr, il auroit 
pn BetiipHi-er do toua It's defilös et päactror ats«:iuvnt juaqu'U 
PdterebouTfj, mais dans la Situation oii sont les choaes h, präsent 
il faudroit dtjk qne le surt li; favorisa beaucoup poar qu'il put 
faire des pragnSs d'nnc grandc cons^quencc, et de momcnt cn 
mouieut les rcssourcett de la Kussie lui fourniasant des aouveaux 
moyenB de drieose, un ^clicc qu'essueruit les truuppcs de l'Ini- 
p^rairice pourra i^tre plus aiscmcnt röpar*'. II amvc tous Idb 
jount dt^8 ti-au«port8 de recrues des oiifans des pr^tres qiii tous 
sont destini^-a pour l'armäo ou pour la Hotte contre la Su^de. 
Dl'« li'iir arrivt^e on les exerce el on ouiploio tous Ica moycns 
possibles pour loa mettre bicntät cn <^tat de servir. L'oflfre quo 
les liabilaus de Peterisbouig oiit fait d'une partie de leurs do- 
niestiquea ainsi quo des paisans de terres vuieines peut bien 
fournir entro 3 ii 30U0 bomiues, ot d'apr^ cc qu'on m'aditje 
snppose qu'il ne tardera pas de paroitre une Uknsc ordonnant 
Uno nonvelle levöe des recrues, un homnie par eent dans toute 
la Küssie, ce qui peut aller de 80 li 90,000 Imniraes, cn «orte 
quo pour la Kampagne profliaine on ne inanquera ccrtaineraent 
pas du inonde pour elre en forcc par toat, pourvu si>ulcnient 
qu'on en Uro un bon paili, et q^uo ce uiwnd« «oit euipluy^ plus 



■ 




389 



nütcmcnt que ne Tont 4ti joBqn'ici les IroupiWB confii^ea nux 
denx mar*k'lmnx. Lcs galcrcs scroicnt loiilos prfites li ötre 
eiiuipt-'cä d'uu mumcut a l'autre, si ou avoit assez de trouppes 
pour celo. maia conmic elles sont p)ut4>t propres k une opdra- 
tion oflFensive, et quc <lnns co inomciit-ci on ne pcul ricn soua- 
traire k la dt-feusive, ce nc acm que lorsqiie r«mn5o sera 
renforuäo des trouppcs du Cuban et des nouvelks levöes qu'on 
Fera nsagc de ce moYen. 

P. s. 

Apr&s AToir satisfait h moa duruir en rcndant comple h 
V. M. I. dß loiit ro qui eoneeme la guiiiTo avec la Suid«! qii'il 
me soil pcrmis de porter li Ses pieds l'expression de In donleur 
doDt je suis penetre ei» apprcnant par le» trits gracieui>es onlrcii 
dont Mtlu a daig'n^ in'hunorur, que Tun croit i\ In grantle amit*u 
de V. M. I. ii cctte armi^e qni suivatit I'att4>ntc de tout antrichien 
et de toQte TEuroi«, oomraHnd^ par iiotre auguste niaitrc en 
personne devroU faire les plus grands progr^s, que cette armee 
doit rcEtter duns rinaetio», et risqutu* ainsi di> pcrdrc toute la 
campagne actnclle. V. M. 1. pennet h. Ses scrviteurs de Lui par- 
ier avec toute la franchiso qu'inspire le zfeie le plus pur pour 
Son Service, et j'ose le dire rattaclKMuent Ic jilus invjolable ii 
Sn pcrsonnc et k Sa gloire. .le suis poi-suadi; qu'KIlc Tora pliitiit 
gr&ce h rcrrcur qii'k la fnuBscte et h la di')simulation. et je 
m'cn rroirois eonpalde, si je ne prennois la liberti- de sotimettr« 
Jt son ju^uiiicnt supth-icur müs räflexiuus sur l'iitat aeluel des 
chuses. 

11 est cortnin que l'inaction dans laqiielle sont rest^^ca les 
armees russes c»t inexcusable, qu'cn pcrdant le teins le phis 
pr^ietix ils ont dimiaue les urantuges de la position de dcux 
Cours Imperiales contro rennemi commun; la vrai raison de 
cette inaction c'est quo ricn n'tftüU prfit pour la iijuerrc, que 
Parnuie etoit dans l'etat le plus delabre, qu'il s'en falloit de 
Sbjm. liomuies qa'ellu ue fut complelte, qu'elle a pour ehcf un 
pr(!sident de guerrc disposant souvcraincraent do tout, hommc 
de gi^tiie si l'on vcut, maia imllciucnt Uomme d'affaire, qui pa^c 
Sa vie h se dorluter snr un divaa et k jouer aux cartes, qui 
n'a que des (Hans nioinentiint.*s d'artivile, qui d'ailleurs laüise 
reposer les affaires les plus importantes, et ne donno de r&o- 
Intion snr ricn. 

roat«». U. AbU. U. UT. 19 




290 

Chez nous au contmiro, gr^ce aiix soiiu infatignble« do 
V. M. L t'armee eat muiitiiu stit un (jit-d U ötru tuujuur« prOtc 
k la gaerre cl ii poiivoir marclicr d'im moinent ii L'nutro conU'e 
ronneini; toute rEiiropc a admirä la ceU^rili^ avec laqtielle 60/ni. 
homracs» ^toicnt prfita k marolier contre les Pais-lMis s'il avoil 
falia cn venir k ccttc dure cxtrdmiti;. ul coiiiiiiuiiL uii moment 
apr^e toat ee trouvoit prct k og^r contre les Turcs avec des 
forcos auasi coninicI^ra1)Ic<i nti pomt qae si Ia Rnssic amit et« 
en ^tat, In cainpugnc auruil pu s'ouvrir peu de teuis uprcs In 
declaratioD de gaerre de la Porte. 

Ce qiii devroit natarellement r^Bultcr de eette diffrrcnce 
dans !cs dpux amiees, c'est que pcndaul le tems que Ic» llnsscs 
ntoicQt H reparor rtiffel de leur n*%ligeucu mi tvina de paix, 
leB armes victorieuses de V. M. I. eussent fait des progrfes asscz 
rapides poiir fl'assarer k la paix des acquiftitions plus imtior- 
tantcs mcme que cellos de Öon allie, acqaisitioiia qui scules 
peuvent d^ommagor des frais do lu gtiurrc et des rieques in- 
(^vitables qui raccompagiicnt. 

Apres 10 ranis de l'inaction la plus hiinlftust; do la part 
des Rnsses voilk enfin le P" Potemkin au dt-lk du Bug et »ou» 
leü murs d'Oi^zakow, le Caj)itnin Uacha entiferemeitt d^faiL par 
le Frineo Nassau, rieii n'empetdie plus que ce fomeux si^-KO 
prt^pare depuis si long teuis ne soit cntrcpris, et suivant tonte 
prnl>abilit<i cette place ne peut pa« tarder d'appartenir k l'Im- 
peratriee vu les luoyens immenses qui sotit destines k cette 
conquetc. Le ranri^<^'lial Romanzow a ('^alement pafls<^ lo I>nie- 
«ter, le eorps du comIc Soltikow conjointemenl avec Ic Princc 
Coburg est devant Chotiio, qni j'espfere sera bientöl entre les 
mains do V. M.; Romanzow ü ordre de menacer Bunder ponr 
dätonraer l'attcnüon des Turcs qtii voudroient d<?livrer Oczakow 
s'il s'en preftentent et s'il ne rencoutre point l'eDneui d'avancer 
avec toutos scs force« vers Ismail: tont cuia hii est ordonnä 
si positivemcrit, qu'd nie paroit iuipnäfülile qu'il n'y aatiafasse 
pas. 11 doit ae contenter de masquer Bender sans l'assieger; je 
n'ai pas cni devoir lueme faire la moindre demarebe ponr 
qu'on tit ce siugu, puii^qu'il m'u pnru plus conforme iiux inhTÖts 
de V. M. I. quo le nmrechal Romnnzow se porta en avanl quo 
de r«iTetcr encore par uu nouveau siege. Et dans un moment 
oii lc8 arm»5e9 russes »ont eniin en monvement et forceront 
l'armdc du Qrand Vi&ir k se parlnger, I» ^'rande nrniäo de 




V. H. I. dßmeurcroit Hans rinaction et nc ri^pondroit pns k l'idc^ 
iHie l'Europc »'ost fait de Scs succÄs, c'est c& que je ne puis 
croiie de aion maitre, du Priucu lo plus doaö dos taleiis de 
l'acUvitü, de rülevatiun d'dmc, fait pour se couvrir da «loire, 
et qui n'on aiii'» jamaiH tttiR nccosion plus belle cl plus fnrile, 
quo Celle, qui se prüeente, nou dans \a guerr«, mnis dans la 
canipagne nctucllfi. 

Si la grnnde arradc de V. M. i. n'avnnce pas dans lo paYs 
enncmt, il est cortaln qnc le Grand -Visir rcstora oü il vst, (Mm 
lors il nc sc 8«ra rieu ffiit d'esscnliel daiiB tottte la campiigne 
qne la priac d'Oczakow, cc (jui est liicn asaoz pour l'inti^rAl 
d«s Kusses, mais non pas pour le nAtre. 0^3 lors Ips Tnrcs 
ont rcinpli couiplRlcnicnt le bat qu'ils pouvoicnt sc proposcr 
contra nouB, celui d'arretor nos progi-J!S, car cerUineujent ils 
n'ont jamats pensi? h faire d'avantafio. .le conjois qii'il est im- 
possiblc d'entreprendre le si«'ge de Bclpjad lors qii'on pcnl 
s'attendre Ji TarriT^e d'une srui^e turque, qui oblig«roit de le 
lever, mais j'uvoue que j'avois cni la grande arraäo de V. M. I. 
asscz forte pour tenir un eorps pr^s de Heigrad et meimeer 
cettc place, tAndia qa'avec un nombre dp trouppcs plus con- 
sidiJrable que u'en ont jamais en leb Kusües dans la dernlere 
guerre, Elle iroit an devaiit du Grand Vialr. II nie paroit im- 
possible quelle que soit la quantite de li-ouppes tnnjuea, que 
dana nne bataillc rangeo une armt^c teile que eolle de V. M. I. 
ponrviie d'unc si excellcnte aitillorie, commatid«'e par Son 
uugufite personno n'nye pos l'avantage snr celk' da Grand- 
Visir. Cettc niiüre asiatique ne peut pas avolr lo eouragc, 
I'intrepidite des Bosniaqucs, t^ui combatlent pour Icura foyers, 
dans un pais de chicane de la raanifero dont les Turcs »avent 
le nii<tux faire la fruerre, au Heu i|ii'iine lintjiille ran^'rio en 
plaine a tonjoiirs <r1i' l'oeeasion la plus sfire d« les vaincre. 
V. M. I. lue fjiit 1h jintc-e de nie parier d'une seconde camjtagne, 
li la quelle it f'aut se preparer; miiis qui pourrn repondre que 
dana cette seeendo campa^ne nons anronn l'avantage aascr, rare 
dont nou3 nrons joui pcndant cclle-ei dc: n'a**olr J» faire qu'ait!C 
Turcs scuis, et que les projcts de Hertzl)erf; qui se di^velop- 
pcnt de plus en plus u'nmeiieront pas une guerre g<!n<^roIe. 
U'aillcurs snirant tontes les apparcnccü aussitnt que leü Kusses 
anront Oezakow et smi terriKtiro, et tmit au phi« Akcrnmu, Üs 
se contenteroat de cettc conqucte et soront cux-nii-tnett trös 

19» 




empr«BS<58 it faire la paix, c'est ce que le langage des ministres 
me [iniuvo io«s li-s jinirs iVavantftgf. Esl-co de iioü*e pari quc 
viendront Ics obstnL-Ies; et si olle a Heu cettc paix quels avan- 
tages pouvouB uous nous en promettre, ei jus({u'ä ce momcnt 
nous n'avons pos fait des progr^» considentbles, et si nous ne 
gagnons pas lieaucoup nontrr: h-a Tiirr*, tont ro qtii ntira rd- 
sultc pour noua de cette guerr«, cVst de perdro U «un;t« que 
nou8 avions dans touto autre de n'£tre jamais atUiqu^ pur loa 
Turc8; le russenliiiiciit qu'ils «oiiBurvcront coulre nous, l'id^ 
qu'ils ont d'ailleiirs de i^siätcr plus Atst^ment anx Allnraands 
qu'aux Kusses, doDt iU n'auroDt pas it6 desabuses^ los rciulroQt 
plus fncjles li siiivi'G les impiilsions prussiennea et k nous at- 
taqußr toute et qiiaiit fois que nous sürons occupt*;» [jar Ic Roi 
de Prasse. II ne faut pa-<t sc dissimilier en niAmc tems quc plus 
OR s'attündoit eu Europe k nous volr faire des progr^ rapidea 
contre lea Turcs, plus notre consid^ration politiquo cn sooffrira 
Bi cctte opinion gcin'rale n'est pas justifieft. 

L'inaetion des Kusses a fait pcrdi-c k ta veritä an tems 
bien considerable et bicn pröcieux, mais il nous resto cncoro 
une partie de ]'<!lä et siirlout toute raiituuiue qui est tc tems 
oü pendant la dorni^re gueirc Ica armi^cs de l'[inp(<ratrice ont 
toujaars empörte les plus grandö avantages. Ce tems doit sufiiro 
pour gagner uno bataille aur Ic Grand -Visir et prendre Bel- 
grail; ces deiix i-v/'uemcns fuits pour couronncr ce qne la prisc 
de Sabatscb a ai bjen commetic^, couvriroient V. M. I. de gloire, 
insptreroient aux Turcs la inCme torrcur pour iios amiiies qu'ÜR 
ont eu des Kusses^ et s'il faut alora faire la paix ect hiver, cettc 
paix sera aviintagcuae, gloricuse, et d^dommagcra pourtant en 
qnelqne aortc des fraix et de» risques de ta gueire. S'il faut 
faire unc secondc campagne, et que maUicnreusomcnt la guerrc 
dävienne gändrale, la dt^fcnsive contre les Turcs sera plus ais^e 
et peut'fetrc scroit ee le nioment avec; l'aide dp la UuBsio et la 
n^utralittS de la Fraiico eu deployaut les plus gvaiids nioyons, 
faisant les plus grands eiforts et y mettant toute l'actiritä pos- 
aible da mettro des juäte« liornes h. la puiasancc pruSHienne. 

Ce n'est p;i3 la cause des Kusses, c'est uniquement la 
cause autrichieunc que je crois plaider ici, et surtout cell» des 
la gloire de V. M. k la quelle je ne connois rien que je nc 
vouluaae aacrifier. II suffit k In Knasie quB V. M. I. ticone 
lea forces ottouianes en echcc, comttie Eile fait dans ce 



4 



le toutea ^J 
moment ^H 



39S 



ci, ijuü par vonsöqtmnt Jls puissenl prcndru Ocxakow, et avancer 
jiisqu'au D.intibc suns trouver un seiil Türe, «l obtcnir par lii 
(war cei hivtr ane paix bonne poar eox, mals ccci nc aiiffit 
pas pour TinH^rft de rAiilriche, c'est celui lä qui de luoment 
en moment reude plus näceKsaire des sticc^s coiitre les 'furcs, 
siiccöa qui k ce qu'il me scniblc ponrrotcnt et dcvroient avoir 
lieu, soit que les arnn^ea de rimperatrk-c y eonlribuent ou non, 
car je d« pourrow jauiais m'imaginer que pour battre le (jrand- 
Visir et prendre B^l^rad qui nc tii-ndi-a pas long teins apr^s 
uue dütkitc de l'aruice turque, la grande ormiic de V. M. I. nc 
soit pas suftiaaute. 

II nu s'vn suit paa de \k, qn'it nc faille continuer li em- 
ployer tous les luoyens {tossiUlütt pour rciulru le» Riift.ses plus 
actifs, c'est ce qoe je n'ai jamaia perdn de vuc un seul instant, 
et lout cc qu'il i^toit possiltle de dire k cet egard sans cKoqaer 
ouvertcnicnt rimpf^rairice je nu cossois de le reptUor aux mi- 
nistres, et V. M. I. pcut bicu ctrc persuad*Vi du zMc et do I'ar- 
denr avcc Icsquels je conlinuerai d'agir n cet iSgard. Les der- 
uient oMres qu'oo a vnvoy^ au mart^chal Komaazow poor qa'il 
sc portti cti avant avcc son armöu ötoicut aussi positifs que 
possible; il est rare niämc qu'on eeriTe aiuc tnarcchanx sur cc 
ton, et V. M. I. n'en est cerlainemont pas h s'apercevoir qu'on 
n^gocio plut«t avoc eux qu'on ne leur ordoniie; vis-ä-vis du 
marächal RoinanKow ce mcnagemcnt vient do la pcur qu'il nc 
quitte le Service t^tant dejii nssez dnr pour lul de jouer un n'tle 
tti s<;condaire » celui du Prince Fotemkiu; quant k celuj-ci outre 
t'atlachcmcnt de riiupt-ratrico, il a pour tui lo siiuliou ilu tavori. 
Mal;p*<^ tout cela cependnnt U a bon besoin de prendre Oczs- 
kow pour detrairc l'impression que n'a pas laissc de ßiire l'^lat 
delabl~ü oii tout s'est trouvä en Fliilande. 

Si pcut-ctre ce qut no scroit pas impossiblo apr^s la prise 
d'Ocznkow Ic Prince Potenikin sc fcsoit rnpellfr sous prctcxte 
que sa presence est necessaire h. l'Iinperatrice, et qu'alors le 
mart'tilial KuraanKow resla seul, ebarge de la busugne, jaloux 
de mi>ntrcr la difTi^reuce qu'il y a cnlre lui et son rival, je auia 
persuftdiS qu'il feroit les plus piinds progrfes. 

Uepuis la nouvelle do la victoire du Prince du Nassau 
sur le Capilan Baclia nous n'avons aiicunc nouvelle du Prince 
Potcmkin, pns miJme cncorc la rolation detaillöo de cettc affaire. 
Scs partisans supposent d'apr&s cela, que la si&gc d'Oczakuw 




294 

est entrepris, el qu'ü ne voiil cnvoyer do cou^'i(^r quc pour un 

annoncer In conqnete » S. M. I'liiipi5i'atri«e; il vicnt d'en amver 
Uü de la p;irt du maröcbal liouiaur-ow qui se pUiut heaucoiip 
d'uToir trop pen de cavallvriu lagere taiidie (juu Im Piinm Po- 
t«nikin eil a pitis f|u'il nu faut; ü inandt> cn nu-me Uiiiis ijue 
8ur la uoiivellc de l'arrivee d'iin corps de Tartjuts. que le» ttns 
tont monier h -iO/iu. les autrcs ä 2ö/m., le gen^ral major Fabri 
avoit dvaciii^ Jas»), i|U(i lui avüit i^crit sur Je uhamp »u Priiicu 
de (.'obourg poiir lui offrir d'envoyer un renfort h M' Fabri, et 
lö eonjurer de tenir \f. plus long tcins possiblo. 

li seruit bien nitilbt;ureux i[nu lu cuni|ueto brillaiitu. que 
\v-H arrnnes de V. M. J. ont lait do In ]>liis «rrandi^ |far(ii^ de la 
Moldavie, duc ctre abandoneo ao monicnt niemi; uü les Kus&cs 
prennent h i>arti qu'ils auroient du prendre passe trois mois. 

Stir les repreäfiitaliune que j'ai fnites iui rclativement ii In 
condutlc des t-niissnires rnsscs aiiprts des Mont4;ncjjrin8, et du 
Baeha de Seutiui, S. M. riiuperatrice s'est decidee h Ic» rap- 
pelcr tous, d'uutant plus gue la guerro de Snftde no lui per- 
inettnnl p»s d'envoyer s& Hotte daus la Mi^diterranee, eile uu 
pourra fournir h ces peuplcs les secours qu'clle leur a promis. 
Le üls du Comte Moceoigo, qui se trouve dans ce luument h 
P^tensbonrg pari; en meine Cents quu cc courrier pour portor 
au gi^nrnil Zaboriivsky' des ordros i?n eonsüquonce. 

Comme jl seroit diflScile d'expliquer k ces pcuplca pour- 
quoi la flutte ne part pjui, Zaborovslty rfij)pelera sur It cliamp 
ces d(;puli-» eoijinic pour leur dunnor do notiveaux ordres, les 
retiendra nupr^s de lui, et aueun d'eux ne n^tonrn^Ta « son 
nncicnnc destination. L'Iniperntricc nyant appris le parti, qae 
V. M. I. ae propoBü de tirer de MgiiteuegrinB et du IJacha de 
Scutari s'cn rcmet ubeoluincnt h. ee quo V. M. I. troiivera bon 
de faire k cet ägard, comme la cho«c la plus utile h. la catise 
commune. 

J'ai fait egalenient des plaintes trvs vires sur ce major 
rassc qut fi'csl aviae de vouloir faiiT le Gouverneur >l Jassi, et 
on ra'a proniiK d'envoyer des ordres aus dcux mar(?cbnux pruir 
qu'k l'avcnir aucuu ol'licier russe ne s'ingfere de se meler de 
lu moindre ebo£c dans Icij distrits oeeupi'ts pur les truuppes de 



H 



* XabnmvHliy, U niwi. (jtei>iar;itlipiilBuxBt, Cotnmiutdireuder der auf der 
iu Mliieliiieor lre«llmuilen Fiuite baflndlleliaii Tnip|i«n. 



205 

V. M. I. Je sDppIic V. M. I. d'frtrc bien porsnad<^o que je nictlrui 
La pliL» f;r»iid(! vigilance h eniperlier. que Ic Koi ilo Fnissc tic 
putsäc tii'cr parli de ta Situation des afiAtrcs. (>n rc^-oit toujoiirs 
ici des nouvelles preuves de ses mauvais desseins, et ou ine 
paroit de jour en jour plus decidt* h nous aeconder fortement 
rontre liii, s'ü rouloit tenter de s'agrandir. 

Je iie Cfsso de reptUer ici, quo lo moyen le plus sör de 
Ten empöcher c'cst de tout cmployer pour faii-o les prof^rfes les 
plus rapides contrc les Turcs, et qne si les Kusses n'avoient 
pus pei-dii tant de tews et cn guerre et en ncguciatiun, un 
ti'aiiroit ricn h craindre de sa part. 

La lettt-e de V. K. I. a fait le plus j^rnud plaisir h. I'lm- 
pemhiee aJnsi qu'ellu pourru eu juger du la ri^ponae de cettu 
augustü sonvarainc. 

Madunic do I& Grande Duchcsse m'a oliArf;^ de prescnter 
See eouiplimens k V. M. I. et do Lui dire qu'ucciijii^e ii eurire 
jiisqii'a 3 nii 4 foifl par jour au Grand-Diii-, eile avoit v.\c: dana 
rimpossibilHe ile lue cbarger d'aucuue lettre ui pour V. M. ui 
pour 8. A. U. Madame l'Archiduclicsse, ni pour le 1'" Ferdi- 
nand 3on fi-fere, auxquels eile m'a chargö ßgalement de prä- 
senter scs complimcns. 

P. 8. 2. Mes oxpL'ditions pour le pr^eent courrier ^totent 
däjä prötes, et je n'nttenriots pluH qne qnelqnrs paqiicts qiie lo 
Vice-CiiancellJer veut envoyer pzir c«Mu occasion, lui-squ« ]iier 
k huit heures du soir est arrivd iei M' de Kutusow aide de 
fjuiip de l'iijiilral Greigh expedi<5 en eonrrier par liii p<nir 
porter la nouvellß du eoriibat tri!S vif qiii a i;u liou le (i/17 
enlre la flotte rus**' et la flotte su^dolso, dana lequel les pre* 
miers ont cu ravantage etant restt-s maUres du clianip de ba- 
taille, et pris la vaisseau sut^dois Ig Priiu-e tinstave de 70 Ca- 
nons, et fait prisoiiier Ic vtcc-umiral Vacbtineistcr. Les Russcs 
de leur eüle ont perdu le vnisseuu le Vludislaw de 66 canoiia 
qui a ^t^ pris par les Sm^doJs. J'ni I'lionncur d'envoyer aus 
picds do V. M. I. la eopic dn rapport que ramir.il Greigh a 
adre88*5 k S. M. tTmperatrice de inain ]>ropre. Oii aUcnd inees- 
sauiont une n-Ialioii plus detjiillec. 

Les cit'constanecs qu'on a nppns cn ontre par Ic portenr 
do la Douvelle, sunt, que le vuisneau uuiiral qne luuntoil le DuC 



29Ö 

do Suderiuaiiie,' et au qael en vouluit principalement l'aniiral 
Grcig^h a tUt- le [jreiuier li donner Tcxuinpiu lic ]a retraitc. A 
buril du viiisHi'au Htirdois Ic Priiice (lubiave «n a trouv<i ItX) 
morts et 240 blcsst^^. £□ tout l'aifaire a H6 des plus chandes 
et des plus sauglaiites. On n« sjait pas «ncoro jiisqu'oü va la 
pcrte des Uiiöises, mais Kulusoiv ilit, [|u'il eroyoit iiu"il v avoil 
environs lü officicre tucs ou blcsses. L'amiral (Jrcigh lui m£me 
a cu une contusion au genoii, qui te fait boitcr, niais ne )'a 
pas mis hors du combat. Le vice-amiral Vacbtuif^Istet' lui ayaut 
reiuiä sdii cpäu, Grcfi^U In lui a rciidu puur s'ctrc dt^feiidu si 
vailleracnt. 

Ce qu'il y a surtout de rctuarqnable daua ce combat, 
u'ust qu'uiie Hotte nisse dunt plus du la tnoiUi.) das lutitulotä 
n'avoieiit paa eu le tems dViti-e oxerct'is aio p« ompoi-tcr la vic- 
toire sur les Suedois. Ausai Taniiral (ji-cigli qui n'est pas de 
toQt gascon, maiule-t-il k l'linpiiratncc qu'k prÜKcnt qu'Ü a ru 
cuinmeat so couiportotcnt bcs geu» pendant lu fcu, pouvoU 
prcsquc röpondrc Ji, 8. M. de IVivduejnent daiis un nouveau 
combat. Los vnisseaux russes ont surtoui soufTert dans Ics 
agrhs, luais eept'odiknt pas asüsz puur ne pas voulüir roco- 
mencer Ic coinbat I0 laidnmain, si la flotte suMoisc nc a'ätoit 
paa rctii-ce. Le courricr dit, qii'au moment de 3on dcpart ürcigh 
alloit mettrc k la voüe poiii- aller ä leur poui-auite, en Sorte 
qa'on peut d'uu niumcot ä l'autr^ reccvoir la nouvutle d'on 
Bccond conibat. 

Je suia etc. 

ccLvn. 

Joseph an Gobenzl. 

Scmlin CO 7. AoAt 1388. 

Mon eher Comle de Cobenzl. .Fai reju ici U .Seinlin Ic 6 
dt! CO moiß volre Itstln- du 21. Juillet. Cet ititervatle de 10 joure 
pronve nne bonne diligcnce. 

La conduite du Roi de äu6de eet au delk de tout rai- 
sonement et tr^s indigne qiiant au Tond et h la forme. Je da- 



' 



* Carl Hsraop tau StldannannlAnd, seit 1809 Citri Xlll., Künig tod 
Sehwedeo; Bruder Quiitjivs III., gi^. 1746; xwnitnnl K^gntit, «n S. Juni 
18U9 KOutg; 1814 KOiiI« vou Nurwugou. f SO. Juoi lüA. 




297 



Birfi bicn quo Ic combat do l'amiral Grcigli ait c]cs suitcs hcu- 
reuso5 et quo Ic Danenmrk ngissü de son colö coniino allic 
avt-u Hutatit d'cmpi-eBsenicul et He loyautcJ cjue mui; et alors 
j« oroU quo vous an auräs boii comptQ. 

II no faut plus sc plaindro de oporalions des nriaccs rnsscs; 
luais les laisser faire; d'autant plus qu'il nie uoüte quo Icur 
etat ii'esi yias briElanl. 

Tout ce quo votrc zfrle et votre altacliemenl pour ma per- 
sonne vous fait d^sirer fa. l'ö^ard de mes Operation« m'a cid 
agri^able; maJs il faut eoutiüttro toutes Ics circocigtances pour 
apprt^cicr Ics raiäons de iiotrc fajon d'agir. ViH <iu'on avoit 
säglig^ la tin d'Avril et le coiumeucement de Mai pui* toutu« 
sortes du \>unneä et de luauvaisea raiäons, dans iGsqucltcs je 
nc vcux point eiilriir, lout ce cpii s'fii est snivi JHsqu'aiijourdtiui, 
^toit unc consequence trfes naturelle; quelque peiiiö quo j'en ai 
ctc, Tie s'Hgiroit-il quc des dcsagrt^mciis de quatrc moit> d'eunui 
daiis un endruit jiiauvais vt mal sain sans rien faire et ae savoir 
critique de tout Ic monde, il fallnit riöanrnoins ccdcr aiix pre- 
L-autioTis qnc m'iraposoit mon dovoir de clief do la patriu doat 
la cuuservation generale et individuelle m'esl coiifiee. 

I,a Hn de tout fcla nst ftncore bieii diffitile 3i prevoir; 
mai» je me flalte pourtaut quc la Uussio devaiil reeoiiHoUre k-a 
Burvices signalös quo je lui rends dans eetle occasion, eile 
n'uura pas riiulignit«'', en obtenaiit mömc Oezakow, de faire 
une paix, santt quu ma uonveuance y soit priäe en couside- 
ration. 

Adieu, uion ober Comtc, j'attcnds avec bien de I'ompresse- 

ment Ics nonvelles uln^-rieurei* dca opi.*rHliona contre les Kucdois, 
et je vüus prie do faire pasecr cette lettre ii l'lnipc^-ratricc,' 
alnsi quo de eruiro que jo Buia lottjours avcc les mcmes senti- 
mens d'estimc et d'amilif! 

Öig.: Mon eher Comte 

Votffi tr&8 affectione 

Jusepb m. p. 



• Hei Arneth, I. c. Nr. CLXll, p. 317. 




298 



GChvm. 

Cobenzl an Joseph. 



par Coiifritir l'iiUt 



k S* Pöuursliotirg £4 octobre 1768. 



Sire! 



Ausailöt quo r«if(K'i(il <lo Chancellcrie Stnhl m'eut ajiportß 
les ordrcg siipr^mes dont ij a plu K V. M. I. de m'JionortT le 
7 d'aoiitj je ii'ai {las mnnqu^ iLe fairu parvcuir ä rimiieratrico 
Ib Kfttrc doiit Kllu u tlai<;nr nui cliui^ur poiir l-qUc snuvuraiiiu. 
Ayant c\i llionnt'Ur de Ja voir quelques Jieurea apr&s que cette 
lettre liii fttoil n'iniso, je Tai tronvd ilaiig rcm-liaiittjuicnt <Ic sod 
uontunu, vi tl«& expressions dont V. M. se surt rulativement au 
Küi de Siic'dc, 

La maniero doiit on a reju die« noua lea oflfrea de Rl' 
Ccisiiig' rctativciucDt k unc paix s^pai'^c avec le« Turcs. a 
cxciti* datis riuipi^rnrtrii'c la phis vivo rvcoiiiiiHSsailL'i::. 

J'ai cru devoir aasurcr S. M. I. quo tious no vouliona 
aiicun avantagc, qui ne tious fnt commim avec eile, et par- 
raiteniont aniLlugxte aux Üeus qai unissütcTit In» deux empir«s. 
Ij'Impöraliici: itie ri^putKÜt: Soycz biön piM'siiadii M^ rainbassa- 
deur que je pensc abaolmuein de mcrae et quo je le prouvemi 
daiis toutcs lofl occasiona. 

Lee m\tvi du uüuibat de Taiuiral Greigh out i5lü coiniuu 
il aura plu k V. M. 1. de voir par iiics ü-^s liumlilcs i'a]ipf)rl«, 
quu dopuiB cet ävötiouiciit la flutte suedoise a tuujoura uU^ blo- 
i|ui'e daiis le purt de SviNibr)rg saus oser en sortir. La croisiere 
de la dolte russc » reuipli le double nvantaf;e, d'unroruiei' lu 
flotte suMuise et d'exereer sinf^ulif-rement les mateluta russes; 
eetio eroisiftrc t-tant nne de plus longue et de plus diftieilc, qui 
a}'c jamais exidt^ jjur la saisou, et l'eäp&ue da luer, dana ]a- 
quelle eile a cu Heu. 

Cfl n'cst quu dans cc moment que rimpcratrice cn nie 
char«;cant de la lettre ci-jointc' pour la porter aux picds de 
V. M. 1. m'a miö dans Ic cas de faire partir poui' Vieiiue J'utz, 
que V. M. I. a eu la ddinence d'y plaoer. 

J'ai etc pönetrf^ de la Inani^r<.• dout Elb' h daignö accueillir 
ce <^uc le zäle le plut» pure, et ruttachement le plus iaviolaljle 

' CfllBiii);, fe)iwo<li»cliar OoMndtar. 
* Aruotli, 1 c. Nr. CCXLVl, p. Sl9. 



[iour Son augiiste pei-sonne, et pour Sa gloirc m'avoii fnit 
hflzarrler. 

Dupuis ce mumcnl il s'ost pwss^ b'teii des üvüiiömcns. 
Uaigriez jugcr, i^irc, ytur cc m^iiie ntlucli einen t et par niitti rMß 
|Hitrii)lu]ue de la doiileur <|ui me p<5n^trc toutcs Igs (oh ijae 
j'a))[)reiKl» ijue lus cliose» ne rpiimiisscnt pus un grc et d'^tpr^s 
leü intcntions dt; V. M. I. Mun uliiigriii h cel ('^ard i[ui va mcniio 
jusquji aWrer ma santö est encore (iiignient^ par rinccrtitude 
Oll |(! suis Äur Ics «■vf'inomens, ne saehiiiit jamais ee qui se fnJt 
chea iious, qu'aMaez iiujn»rl'!iilemciit jiar les iiOQvelle» publii|ue»j 
et no sacliant pas du totit cc qui duit sc fairu. La (^oiir de 
Bcrlia l^ve le masqne de plus en plus et accamnlo leä outi'a<,'CH 
It!S pluji faits pour aigrir riiiipi-i-atricc, au9si lo lesseiitiiiiL-nt de 
cettu au^usLe souvvmiuu uoutru lu Itui de Frussu prend-t-il tous 
les joiirs de nouvellus Ibrces. et b'ü y u jaraais guei-rc dans l;i- 
qiitUc nous pouvons esperer d'ötre vi^onreiiscment soutenim pai- 
la TtuSüic- contrc la Priisse, ce dcvrait ötru ctfUo quc pomT'>ut 
faire nuitre les circonstancos aclucltes, mais il faudroit naturel- 
Icmont, que cette gucrro se lit d'imcJ loute ailtre inaniti-ti, qiie 
ccttr pre^inii:!'« «-•«iiipagpii! i-ontrc Ici TuiTs, pour [»ouvtiir tiviter 
dvs plus grands malliuurs. 

II n'est nut'un doute que lo desordi'c qu'il y » eu dnns 
l'armee nis^e, tout a-a doiit ils unt nian(|ue. et toul ce (pi'ils 
n'oiit pas fait, est absolutnciit la faule du Princc Potcnikin. 
C'oät lui qui a perdu toute l'annc'C dvvant cu umlbfjuri'ux 
Oczaküw, oii sun nruiett ii plus souffert pur les muladicit et par 
lo manque de subsistancc qnc si die avoit pcrdu dcus batnillcs. 
C'est lui qui a ct^ cause que l'arnMie du muräclial Ituuiaiixuw 
n'a itö employ^e qu'uiiiqueraent pour couvrir cct *5ternel siege 
d'OcKakow cunlrc lea attai^ui-s d'un ctineuii qui na Jamals 
cxislö. Pour la campagnc pi-ocbainc cc sera Ic mardchal Ko- 
marizow qui sera diarg:«^ de In grande Wsogue. 

C'csl iei qu'on prctid tout les nicsurys pour que raruitie 
suit poiirvue de tout co qui lui inanqao, et niiäu sur Ic picd Ic 
plus rcspeelnblc, et par consi-qu^nt on proiuet de rrparor SC3 
torts. Keste k voii- jusqu'oü on ticndra parole. 

L. A. l. pour juuii* d'aulant plus h t'aisv du plnisir, d'ötrc 
onscmbln apr^s unc ttcparalion do quelquR toruK sont h la catn- 
|jagtic, et y resteroril encore uo uiois eu rovenarit it^ les Jours 
de föte. Madame la Urande iJuchei»>e m'a eharge du ia loltra 




300 

ci-jüintfi pocir h Princo Fei'iJitiJin«^ tic WUrtcmberg, que je 
prends In lilicrtu de mettro aux pirds du V. M. I. 

Lii. Pi'incessc de WUrlembcrg m-n Priuct-ö»e tlc ßruiisvig, 
i'pouee du ^^^rti uiiie du S. A. K. M.-idaine r.Arcliiduchesse vient 
de mourir k \li\n\\ je »'»i jins iM^aoin do dirc k V. M. I. quölle 
ne 8cra [uis hcBucoup regi-«ttt^c. 

Pour ae pas abuser du tems si prcdcux k V. M. I. dans 
un moiiKiiit (iii Klle doit ötro nuc«hl«e de soins et d'nfl'iiirfs, je 
prends la Irfes rcspectucuae üliirrtii do mc rnpportcr tW-s hunihlc- 
ment h. raes rapporls ä la Chaoeelleric de Cour et d'Etat. 

CCLIX. 

Cobenzl an Joseph. 

[iitr L-uurrier MiHialovsky. k S' P^binbuurg Sl novombro I7d6. 

Sire! 

II uuro plu Ji V. M. I. de voir par mos diff<i5rents rspports 
äi In Clüiiictdleriü du Cour et d'Etiit que lo C'hev' GaIvgk, ini- 
Tiiatro du lim Cnllioli'qiin niipn-s do rimpt-ratricc, a et«; chnrgiS 
ici du mömo uFHue dyul rambassadeur J|i"'* du EIoqo s'eat ac- 
qaitä aupi-fes du Priiice de Kaunit/.. Lc iniuistfire niBse n donnö 
les plus justcs clogcs h In manicrc duut il » cli' röpundii de 
notre part k U conr d']<!spagtic; on l'a tronviS aussi noble 
riu'ndnptec aux clrcotialatives et aoalogue H rintimit<^ qai Unit 
loa deux Coura Imp''^. 

On vient de dresser i5galcment ici In rt^ponac de l'Iraprf- 
ratricc au Roi Catlioliquc; eile se truuve contenuue daus unc-. 
di^peeliQ adressce k ^V de Zinoviclf ' ministre de Kussie jt Ma- 
drid, doiit cm rtiuloriHe a donner eupio ü M' de Florida lllanca* 
ponr peu qn'il li"Ouve de» disposiiions favorabics dana ce mi- 
nistre U la Boliditä des raJBons et k la justice de la cause des 
deux Coura Inip'**. 

Comine c'cet la premi&rc oceuston, que rimpcratricc aye 
d'entrer cn detail vts-k-vis de la Cour d'Kspagnp, et sur Ir pro- 
ciAA des Turcs, et sur euux du Hoi de Suüde, et sur la con- 
duitc iniinicale des Cours de Berlin et de Loudrca, ou a Üchö 



* fUnowiAw, k. rQM. Goiiatidter in Madrid. 

• Floridii BUiicji, Gmf, k. »iiiiu. MiuiBlor. 



301 



de les pr^enter too« soo* lenr vwi point de roe. On y de- 
noiitre coiDtue de raisoo, iju'ils mililent poar 1a formation d'nm 
BisUtDie d'alliancc et d'unidn inlinic dt-* deux Cours Iinp^ aree 
lea principales hrancties de U Maison de Bonrbon poar s'op- 
poser a U Ii^e an^lu-prnssieDne. On lömoifnic y pUt ontifere- 
ment dispoeä, et du se surt des cxprt'-ssiuns Ic^ plas prupri» k 
flauer le Roi d'Kspa^e, et li le coDTaincre de ramhi^ de l'Im- 
peratrice. En commaniquant ce reacril Ik la Cour de France 
on insLste de noavoau sar les memes olijets. Les deox d^ 
pftchcs k 31' Zinorieff doiit l'unc ostcnsiblo et l'auire pour son 
Instruction particoli^rc, celle k M*^ de Simolin, le mämoire qti« 
le« deux Conrs de Berlin et de Londres ont fait remettre ici^ 
tont cela e»t Joint K nne dep^he oetensiLle adress^ nu Prince 
flalitxin avcc ordre d'en donncr copie au Prince de Kaunitz. 
On y insiste de noaveau snr la m^ccssit^ de mettre des hornes 
an ton de dictateor que prennent les Cours de Berlin et de 
Londres, ot e'est aveo la plus vive inipatience qn*on nitend les 
rf^ponses do V. M. Irap. sur cot objet imporUint. Lo paqnct an 
Prince Oalitzin m'ayant ete remis avoc prii-re de le faire pnr- 
renir b son adresse: c'est ce qui cause l'envui du pn*»ent 
coarrier, et mc fonrni l'accasion de fuim itssser cotto trbs 
humble relation anx pieds de V. M. Imp'''. II n'eehapera paa h 
8a haute penrtration, que ce que la Russie proposo dans ce 
tnoment-ci est pnkisvment co que nous avons si Bouvont re- 
pn^äonti^ comme indispensable pour le eas toujours preva d'une 
agrcssion prussienne. V. M. I. qui connoit &i bicn Oatborine II 
p«at oisement se faire ane id^e de Teffet qu'ont produil sur 
eile lus procädtis an-ogans des Conrs do Londres et de Berlin; 
il est certain, que s'il est jamais un muinent ofi l'on pent se 
flatter que la Rus«c agira vivemcnt eontre la Prusso, c'eat sans 
contredit celui-ci, oü l'Iuiperatrice est outnigüe de la matii&rts 
la plus vtolcnte par Fred^ric Quillaunic. Reste h voir si las 
circonstances ]>ermettrunt de prutiier de ces dispositions; il est 
tflcKeux lorsqae Ic nistj^ine anglo-pmsäicn est ddjk si solidemcnt 
ctabli que celui de deux Cours Inip*"" avec les Cotu^ de Buur- 
bon »oit sculement h faire. II n'est pas egiil sans doutc de pro- 
poser nne alÜance lorsqne le casus foederis est encore ^fventnel 
et pai-oit liloign^, ou lorsqu'il est probable qu'il entrainera dans 
une guerro procliainc, surtout avcc uno puissanco unssi obereo 
qn'est la France. La mani^re dont Ics Kusses se sont conduits 



30^ 



pendant ccttc campA^nc n'cst ccrtAincmcnt pas cncoura<^eante 
pOQr nne bcsogne. Waitconp plas iliftidle qa'nae guorre tiirqiie. 

C'est cc quo je n'ai pas cachi^ icL On rcjcUft In fautc de 
tout ce qai s'est fait sur le Pnoce Poteinkin, lequel avec son 
malheureux si^^e d'Oezaknw a rendii inatile et son armäe et 
etile dn Qinrcchnl Uomanzow. (>ii csp^ro q^l'apr^s cctte <';»m- 
pagne il ne s'cloignera pUis d« rimperatrice, qa'il sera aussi it 
sa plaoii aupriss d'clle, qu'U est doplace h, la tele d'une ariu(^e; 
toutc la liesogne etant entre k-s niains du mar^clial Roiuatizüw 
tottt senl, on nc doute pas qn'ßllc n'aillc bicn, U maavaisc vo- 
loul<^ qu'tl a mamfeste peiidunt cette caupagne ne provenant 
que dc! rimmeur quc Itii donne ]a 5iij<^lion oii on l'a tenu vis- 
a-vis dn Prince PoU'nikin. J'ai Joint ii iiion tri-s liniiildß rappoH 
P. S*"" 3 k la Clianccllcrie de Cour et d'Etat nn eui des forcea 
de t«?rro H de mer qu'aura la Russie pour la cimpagne pro- 
clmine. Besborodko me donnc Ics plus l'orivs nt>i^nraiicus, f^ue 
d'apr&s Ics mesures qui ont 6ti prises, cc na sera pas sculcmciit 
aiir Ic papior que cet ^tat exi^tera, vatü» qu'il sera bicn com- 
plct ot bicn cffcctif. 

L'Iupt'tratriice attend ta r^püiis{> de V. M. I. pour se dä- 
cidcr sur la manicre d'aj^r vis-ä-vis du Roi de PrusBC; olle 
seroit sans doute obligäe ilo edder 8i eile n't^tott pas secoudöe 
par nous. .le n'ai pas besoin de dire cüinbien il en couleroit, 
conibien eile oii ecmit ulct'n^e; il acniii par consiiqucnt fort Si 
craindre, qu'il n'en r^-sultat mfime des cons<5qnences filcbetises 
püur le aistfemc dalliance des deux Conrs Imp"". 

Lo Orand-Duc qui n'a Jamals iHe fort pijrt)5 pimr la giinrre 
avec Ica Tures, csl en revanehc oti ne peut pna plus aniraö 
eontre le Koi de Suedc. On lu'assurc qu'ils sont aussi rivomcnt 
lea proc^dett da Iloi de Piiisse pour renir k I'appui de Otistave Ilf. 
Ln raoineiit iictur-l poui par consrqtiunt »igalemiMit filre drcisif 
pour Jixcr ses aenlimens pour ravenir. S. A. I. so ti-ouvc in- 
cominodä daiis ce moment-ci d'une ti^vre de rcfroidissement qni 
» d<''g<5nerv en fluxion k l'ureille, ello u beaucoup soulTcrl lu 
nuit passeo, mais de vi^siealoires qui ont faJt beaucoup d'effet 
ont di'Jä caltne la douletir, et on csp^re, qu'cUe ne tardera pas 
}t se r<!tabtir «utijjrenient. 

II n'y !i «neun clianKcniPut relativeiuent h Manionow ii 
CO qne j'ai mnnd<^ de Ini par inon demicr courrier. II est toa- 
jours en pinee, et paroit k rext<^riear dans son ancienne faveur. 




303 



On continnc it m'asaurcr Boxa main qu'il est presque on- 
ti^reiQcnt t-jinis^, et quc sün ötoiguemunt n'est dilTL^rö (|u'!t 
causo do lu quuntitö du suins dont lUmperatricc est accablee. 

Cost avec la pltio f;rando joie que j'ai ap]im par les noa- 
vetles piib1if|Lies que noas k parte la poste d'hier rentii-re sortio 
de Tariu^ du (iraud-Viaii* du Uannat, et Icä 8ucc6ä dos tr()U]>[Hi!> 
de V. M. I. contre son arriJsre gardc. Pnisse le ciel finvoriser 
tonjours Vos armes Sirc d'iine mnni^^c prftporliojior nux solii» 
et aiix peines intiuies qiif Se doime tc Priiice le plus actif et 
lo plus labürieux dunt aie jamais vu rexemple. 

Tous los vneux quo je forme ne tendent qu'Ji la gloire 
(In uieilletir de maltres. .I'ai on pendant Ic conrs de cettf annep 
l)ieii souveiit le coeiii- iiavre des inquietudes, que me eiiusüiciil 
les iiuuvulles de la sant^ de V. M. I., U est affreux do savoir 
son inaitre, et un iimltrc tcl que Voua Sire oxpoat^ k des dan- 
gera continueU de toute espfece. C'c8t dans de» luomenta pa- 
reils que Ton se trouve bleu malhoureux d'dtre i« 30U Heues 
do SA patrie. 

■Tc me prostcrnc oto. 

CCLX. 



Joseph an Cobenst 

j>«r coiirrior Htabo. Adoitin eu 'J4. Nnvuiiibrn 17ä8. 

J'ai rc^u voh'c lettre par le chaneclliste Putz et ai vn de 
m6me votrc rajiport nu Prince Kauiiitz et toutes les äuites con- 
fideDtiellcB que Ic Priiiec Gnlitzin n reiniscs U ue sujet. (.'onimc 
Je 8uiB en voy«j!;o et fort txH'Upe de dilTi-roiites diapositions, je 
n'ai pas le teiiis de iii'entrelcnir fort au long avce toiib, Mon- 
sieui' le Couite, mais je ue puis pourtant pohit vous eacher, du 
n'uvoii* Jamals ricn tu de plus inipudciit que la proposition de 
riiii|nirnlri('e, du faire la gtutrre ftu Hei de Pnisse ruiijohiteTiient 
avec raoi, en rcstant aur la dcfenaive vis-Jt-vis de la Forle. 

Cela veut dire elaireiuent, charg«^ vous vous seul de 
200/m. Tures, de 200/ui. Pmssiens, d'une soisaiitnine de mille 
Itollandoin, Ilanovriens, Saxons et antrcs olli^ laiasäs vous 
prendrc la Hongrie et la ßohdmc, et faire un peu la guerre 
anx Pays hns, pourquc je puiese niettre le Koi do iSuMc ii la 
raison et arriiiigei* uK-a afVuires eu Polognc; et vous, Munsicur 



304 



lo ('oiiitc, vons prem's la chose commc In^s fAisablc, et au lieu 
de repr^onter tout de aiiiU; rjiljsiinlit*^ d« ccUc. proposition 
avec toule la forcc des arpumons dont la chose est siisceptiblc, 
püurqu'on no roua fasse point la moue k quelque partim d'her- 
tnitngc, votis Icur laissös cette opioiciu cummu träs aaturelle. 

Les arm^ps nonilircHscs et IV.talagc de puissnncc, dont 
l'Iii>i)öratrice ae glorifie de vouloif meltre en oeuvre de plusicnrs 
cott5s, la possnssion dOczakow qiie l'on luet dejä en H^ne do 
coiDpte, püur la funiiacioii du cürdoii daii» la fainousc defeaslve, 
tandis qu'oTi ne I'a point et qu'on ne l'aura pos probablement; 
cette armt'^e formidabie du mareclial de Romaiizow, qui doit 
attai{uer 1ü Koi du rriisse et nie inettre dans le cas de pouvoir 
nie pasaor do 180 millo boinines, que je dois avnir contre les 
Tnrcs pour couvrir senlement mos fronti&res, tandis que je sais, 
qne le marecbal n'a pas 20/m. lioninu's, que son armöc est 
diiiis I» pluti pitoj^abli! (^tal, qmi de tiHite la campagiic eile n'a 
pos üt6 nn coup de fuail, ni osö avancer vis-äi-vis de ces mi- 
serables bordra de tartares qnl se trouvoient dans »on volslnaj^e; 
quo Ic niareuhal est un priissien brulv, et quc h pl'is grand 
iiombre des Kusses, sans en excoptcr riicritier pi'catuuptif, mal- 
^\'6 tfjut te que je fais poar eux, sont de in plus noire ingra- 
tiludc Ji mon egard et me di^sireroient des rcvers, et vons, 
Monsieur le Couito, vous preri^s tuut cela pour boii, et voulda 
rae donTier ces misdi-ablos vessiea pour dos lantcrnes, ot m'ein- 
barquer dane une aftaire d'auesi graiide ini])Ortance qui pourroik 
avuir la perte de la mouarchie pour suite. C'est trös bien fait 
h un niinistrc (^traiiger d^ sc rcndi-e a^^'n^ublü :i la Cour m'i il 
est, c'cst m£me tres n<^cessnire; inais il ne laut pns porter la 
eoniplaisarcc trop loin en s'cn faisant accroire, dcvenir msse 
et cesser d'etre autricbien. 

Vons vcrrt'ts par la cople de la lettre qne j'iicris rinipera- 
Iricc' et par la depÖche que vons reccvres du Prince Kaunitz, 
qnc je suis irrevooableinent dccidi^ h ne point in'eugagor dans 
une double guerre avee la Porte et le Rt»i de Prusse en mC'iue 
teuis. et que plutöt jt> rcnionecrols ii toute allianee avcc la Russie, 
quo de m'cngager dans une pareille guerre, suitout dans les 
circonstances präsentes, vu la fuiblcwsu; de la France, cello de 
la Kussie, qui s'est nes^s manifeste dans l'incroyablc campagnc 



ArneUi. I. c. Kr. CLXIV, j. S21. 



30ß 



qu'elte vicnt de faire, et l'e&prit de vertigo qui a pris en Europe 
|)4ur lo Kui de Prusse, ou pour mioux dire poiir M' de Hers- 
Wrg; car Frf'derlc OuilUame joue loajonrs de la baan, va voir 
regoli^i'emeQl M"'^ de Voss et atitres tnaitrosses, ot ost tout ctonnd 
de ce qni lui r^ussit üt du rölu qu'itii hii fait joucr. 

La drfenaivc de la Kussic uontre la Porle prise aiiisi 
qu'cUe V& dit est tres facile, I^ presfiu'ilo de la Criiiw^e iio 
s'atlaque pas aisemerit et une deecente est toujours tr^s difficUe, 
du resto h droito et k gauehe de Ih Orimce les ^tats russes 
sont des deserts, qni pard^s par quelques Cosnqiies li; sont 
»iiffisammcnt, pendiuit qu'il n'y a qu'K rßg»rder sur la carte, 
pour voir quo depuis la Oallicie, jusqu'^ la iiier udriatique je 
n'aurois pas scnEement &ur le bras toiites les forccs ottoiDancs, 
iiiais aiissi toiiie ht iioptilatioii do lour» provinces limilrttphus, 
qui tous soit Turcg ou Chrt^tiens sont arm^ et li'(5s disposes i» 
ravager et pülcr mcs plus bcUes provinces, si oii ne les em- 
pfiehl. De l'äQtn) eote K; laaräclial Küiuanzow, je BupjtOBe, se 
porteroit avec son arni«ie cn Pologne, ou sana doute il y auroit 
des confederations contre la Kussie, avec lesquelles il sc ba* 
lailleroit et ces nieuies confi^deres viendroienl voler et pillcr 
cn Gallicic. Le Roi de Priissc Joint aux. i^amma cntrurüit avec 
deuK anodes en Boheme et en Moravie, et ses troupes de West- 
plialie jointes n des ITano^'riens, Hessoi«, Brounswicquois, Hol- 
laudoiti etc. elc. attuqueruieul uies FaVa-bas. Vuiei le tableau 
non cbargö qnc l'on nie propose, et qu'on aura pnut-6tro on- 
core l'impudence de a'etonner qae je ne l'aocepte pas avec 
rüüuimciitsance. 

Quand ou cat dans le eas ou so trouve la RubsIo el dans 
celui ou par pure amitic ot loyaÜto pour eile je nie trouve, il 
faut s'cxijcutcr, et bicn loin de vouloir allumer de nouveaux 
feux, et de vouloir faire le fendant, il faut renoncer k uii peu 
do gloriole, reculor et ct^der et tachcr de tairo la paix eomuie 
on jioiirra, afin de faire niieux la guerre une antre fois et de 
mieux arrnnger scs fliites d'avance, que ne les a la Kussie 
maintenaiit par l'affieuse aduiinifitration du Print-e Potemkin. 

J'ai vtt6 bien eloign^ de me penncttri.-, quoiqu'on a la 
bontc de m'en accusor, la moindre di-marche luucbe comme 
alliiS de rimperatrice et que l'ou m'en ait fouruie l'occaston 
qu'entre autre le Orand-Visir en pcrsonne in'a fait dire, qu'il 
desiroit de faire la paix avec luoi, qu'il y etuit autorisä cl momo 




» 



J 



en mc procurAnt des aviintapis, jl m'i-näoig-na m^mc le canal 
aecret ]iar lefjiirl j« pouvois liii repondrc, snvoir par son rae- 
(lecin, un Italien qui <*loit avec hii, mais jn n'ai pas menic »loiin»? 
de röponse, et fejettö bien lüiu toutu idto parcilli; et tie ]e fomt 
jnmais, hortnis qae mon a31ic y trouvc pareilleraent sa con- 
vcnani^p, on m'y forcc par scs proccdfis. 

Voil«, Moii*.iour le Comte, tmit ce qua jo peux vous dire 
pour präsent, et je tous recomiuaiido trös essentiellement de 
tenir lu lun|^a<;^ dit rer]iiut(\ i|iii nie convimit i;t ijtii piiis^u con- 
vnincre et flntermincr In Kuasie h iin parti prompt et raisoiiuble. 
Croy^s moi toujours 

Sig.: Moii cli«r Comte 

Votre ftffectioDC 

Joseph Ol. p. 

CCLXT. 

Kannitt an Cobeozl. 

Vlenne I« SB Norembre 17BS. 

Vous vcrrex par nie« lettre« d'offic©, moo eher enfant, 
que je »uig daiii« le cos de routt ubiirger |)ar cctte cxp^ditioD, 
du la plus itiiporlaiitc des coinmi&flioiiSj qun j'aie cueore oil Ä 
vouB donner.^ 



* Am 18. NATftmher 1?8S «rhiolt r»bnnxl dnti AnftrAc;, rlnhin «ti nrliftitan, 
ditM Ruüxltinil «tiCwfldnr eiii«ni gi-iiinniHiimiin Primlun init ilcr l'fnrtn din 
llaixl tiioto oii'T Oi;»UTCcii.'li iTuotnUi', eiiioii vhiKviliirvn Fnr'U'u «u 
BclilieMQn. (Iam Uer gtünoinnnnih odor ciimoitiga l'riodc mit don Türken 
dirfwt, ubne framd» Intorvaiilioii oitim drittou Hofe« slrgolaitwt werde. 
In einem P. 8. vom »olbon Tnga wuHo hinxM^ofO^t, dnM t^e. Mi^eotAt 
einen Friodfiti xwisohvii ö";«Icrreii-h, ItiiMlnred und der Pfiirlo Kwnr *u 
Stande xn brineeii 'wdiische, dnsi iiber die Abiiiclit lii^rAuf nicli; priii* 
uipiell und vorzKg-Hcli, «oniieni hauptÄHtlilidi dnriiiif ^rictitct Ist, fllr 
Oeiiterreicil oine« «iiiimitigHti Frieden von der vorlätifigMi ruMiB«)i«ii 
K'iiivrilli^np mi bowirkuii, wni] Aiinmr l()i<;ht«r ntif Orundl de« f;«^eit- 
nürttgtm KiMlIzutniidcji au r<rrniirlic-n noi kIh »in gemein «imnr, j^leichwohl 
«l'i;r fflr UiiulAiid rIIo wMOMtHehuii Vorilniilu Imtn-n wlinl«. V|[]. Ji>wph 
All KAunitK, 17. NoTt?mbnr IUHS hM Hoer. Jn»(ijili II., Loo{i»ld Jl. und 
Kuiiiiils, [1. :i*J(i; di« Kncr«' .Ii:i*si>1in nn KAiinitz vniii 7. und ^4. Novcin- 
ier 1789. KminiU an Joscplit ^T. November 1788 im AnliKOg«. 



307 



J'ai i.Ue anssi cinir, ausBi preci» et anssi cmTgiquc qn'il 
in'a ^te possible de l'ätre, et il seroit de taute inutilit^ par con- 
B^Squeot tlw voiis rudire iinf je tie jwiirrois }iafi inieux dir« quo 
Je no lai fait. Avcc la conliancc la plus pui-fuilü quß je mcts 
en Tons, je n'ai voulu vooa rien ignorer, et oe qni B*en suite 
de mcs Communications, tomme il ae vous echappcra pas sans 
dtmto, c'cst qua loiii d'avoir c-lö le iiifiltn; de tttin; U: Tiiicux, il 
a fallt! nie contenter de fiiiru commc on dit: ibant qun potcrant, 
et me coiisolcr de n'avoir p« faire micux. C'est ce qne je voos 
utinseillu de faire au»t>i de vutre cote, sans prendre In peine de 
vous en affBctter plus que de raison; attundii que cc gcroit folic 
de vouloir se föcher, lorsqu'on a fait tout ce que Ton a pu, de 
ce qn'oii n'a pa-s vuuln qu'il se fit mieux. Faites tont ce quo 
vous puurrez poiir nuiis ubtenir lu cunsünteinunt de la ICiiaitie 
de Tan ou de l'Hntre fayon, ot commc Iq tems presse de noDS 
faire parvenir unc reponse catKegorique le plulfSt qne Lnniaine- 
meut possible. 

Miindez mi>i lo veribiblu iitat d« votro &iMl6 qui inqni&te 
nm tendre nmitii^ ]ioiir vous, et soyez pcrsuadi^ qnc je suis 
tQUJours 

Sig.: Votre bon papn. 

Orldiniil. 

CCLXII. 
FMlipp Cobeoxl au Ludwig Cobenzl. 

Vienne lo 28. Novambre 1T98. 

La dep^che d'nujourdliui vous donnera bien h penser et 
bion de rtitlexiona h faire. Vous y troiiverez jointes difii^rcntes 
pifeces qui y sont reclainees; cependant npr^s l'expcdltiou nous 
avons pens*^-, Spielmann et moi, qu'il y en avoit cncorc d'nuirf», 
dont Tinäpectioii puurroit vous 6tre utUe et möiue nöcessairo 
]miir a^ir dnna l'esprit des directions, qii'on vous donnc d'apnV 
les ordrcs absolus et reiteri'8 de TEnipureur, et co «ont ces 
pi&ccs que je vous covoia ici ad-parcincnt et quc vous fcscz bicn 
de brtürr apr^s que vous les aurez assez lu et mediti';. Quo 
vous dirai-je sur tout ccU? que Ions nos bcaux p\an» soient 
fond^s sur dos suppositions qne Tcxpi^riftnce a maintrnant mif- 
lisant i'onstate u'uvoir H^ qnc dos vaJnes illusions. Vous savex 
tous les t^v6nemonts de cettu campagne et vons pouvcz en 

ao* 



1 



80B 

gi'Hmle partie en deviaer les caus^s, qai eu variant peul-etre de 
forme, resteruut au fond toiijouiEf les meines daiis toutes les 
campagtiCH et giuuTcs ii viMiir doiii lo ciul vcuillo pn-sim-or du 
moins la pi"ösontc genöration, car nous ne somiacs paa en mc- 
Bure de pouvoir songer Ji la geiiiiration future. Je puis vous 
dire eocore d'apris lo cuuHett de guurt'o et la clinniljre dus 
finances rjuc rette canipagno iious couto en urgent im pc-u moins 
que toute la guerrc de sept ans, temoin le 25'/^ qu'on reticn* 
dra h In üo du quartier cutirrnnt sar vos appointcments cumme 
eur Io8 micns. nt do ''0% qu'i'ii luvera eur vos terres, jiar diis- 
ras ]a conti-U>ution ordinnire. Je tou9 dirai cncorc que comple 
fait »ans bataille et saus perte nous avons pcrdn pendant cette 
campagne bU.OCH) nmcs outru luüs, murts du niuladiu ut gens 
enirainu &n tvsrlavagi^ Iich pi-omcsHcs des Knssfts vcm» Kont 
oonnuos; j'avois cru autrefoiä que cela pouvait 6tro trÖs-indifli*- 
rent pour iioiis, aujonrdlmi j'envisage leur manraiB succl's du 
niciiis comme un du» nu>tifi> ä fairu valoii- puiii* cxi'Uüci' laut 
bien que mal les nßtrcs, et pour justitior cn quelquc fayon nötro 
condiittti acluelle. 

Vous voycz que sur toute autre choso on reut la paix 
et cusuile lo maintion do l'älliance, si poeaible set. II faut donc 
que nous täcliions de fiiirc tout ce qni depend de nous pour 
ubteuir ce double übjet, en prunuut ccpendarit bien gaide de nc 
rien hazarder qui puisse nouet liitre inanquur l'uii et Tnutre, 
ras tr^s post^iblc et tr&s ttiai}iiMircux s'il arrive. Ccttc lAebe k 
remplir est bicii diflicUe, bieii tlelicate pour nous lous, et votre 
Situation des plus facheu&es et des plus embarassantes, surtx>ut 
d'aprfes Ics expi-ossione aigros-douccs doiit l'Euipereur so sert Ji 
volre sujct dans son biliüt du Princo, et donl Ü vous regalo 
pi-obablement aussi dans sii li^tlro particulitVe. Allons donc, 
vogue la galire, il en i-Ü5uU»ra ce qui pourra, quand on n*a 
rien h so reprocher, on peut se cnnsoler de tout livi^nemont 
fachonx corame de tout dösagrement personel. Vous mo de- 
mandc/. pourijuoi dans notro traitc noua avons stipult^ i^gnJittf 
des movcns ttaus qu'on nous l'&yc deinande? mais c'est poor 
lier la Kassie de iiieme dans lo eas d'une guerre prussiennc. 
Vous ötes aussi snrpris de eo quo nons naussoyoiis taut pressd 
k entrer cd danse, vous devcx voua souvonir cependnnt los 
propos qu'on tenoit k l'anuee de l*otenakin et les plaintes de 
l'Inipt'-ralriee du ee quo tious diiloriuntt tjiiit nutix- di^elaratiun 




3» 



d« gnen«, «t ce0e-& ano fits lA^^ «m ne powoit trop «o 
fnaatr d'«gir pottr tirer parti de aas tcnntagta «ja« boms bV 
TIN» perdtt q«e pmr «voir trop lanieni^, En t<n& umk. C« 
eoarrier toqs Kpporte An qnoi Kr« H m^^er <te rvst«, jt ito 
TOQs (Itni dcHic plvs Mitre obo6e siiton qac xvm dena trw i wt 
stwä cetiif cDvtAÜpp» m gras |»equ«t a'ar|;«at q«e BrwitMM* 
TiMu cnroiL 



CCLXIII. 
JoMpk ftn Cobeul. 

Ytanne w IT. I1oc«uki* I7H8. 

Mon eher Comte Cobeail Je ue saurois prpsqna ricn 
ajonier par ce courrier h, co que ju vous »i ilf^jii tVril par 1« 
prccedcnt et ä co qnc conticnncnt Ics dopfchos qui von« Muront 
cxp^ies da bareau. Ce 6ont los rvponscs qua v«aa mc pn»- 
curerä sur )c ]>ivc^dcut courrier iiui d^vidcront «ttsentielkiiient 
de c« qn'U y aun k faire, soit pour la p«ix oa pour 1a ptcrra. 
Ell alb^ndant voiis ferös raloir dans tonte son <Atendno c«> qtt« 
j'ai fait pour ta Kasri« et quv mHlfrr^ tous Iva »iijeU do plaintv 
que j'aurois snr la misi^rable campn^nt* qu'its ont foile, jo uo 
mc permots paa encorc Im nioindre d^marrho, qnelqun ron- 
vcuable et BTaTitag«n«s quelle put in'Atro, qin no »oit conocrtt^© 
pr<.'alablvinvut avec Elle. Voiis en rec«vr^ unc iiouvoljo prativu 
par Ics pi6ccs quo In Cour do France viciit do mo cotumii- 
niqucr et qnc I'oti voiis cnvoye iwir i-c courrii'r. 

Qunnt a la futurc campngnc, scloii tx\v» nonrrllcs Ics plus 
cxacics des armecB russcs, tant de edle du Murticbal Uoiiwn- 
zow que de ccllf du Princo I'otiMiikiu, j'ai »ussi pcu U ni'on 
attendrc quo pcndant rotte nnnco ci. I.cur «'liit eitl d<>pl(>nk))lo. 
Lc Maröclml Kumanzow a tont cq qu'Jl y ti da plus mnuvais 
en trouppos, ot surtout en cavaloru''; point d'orp'nt juiur ftiiro 
des TongazitiB, et les gi^n(^mux cii oomiucn^'nnt du Muriti'hid jus- 
qu\u demier officicr pÜlont pour Icnr coiiipte Innt qu'ila pou* 
veiit eu Moldavio, do fiiyon quo cette proviiic« nv pourra gnftro 
fournir au printcmn jirocliiiin huk ann«^os. I.il l'olo^o Icur cHt 
enlevf^e et {ntorditc jmr b* Itiu de Prussc, pur coiistlquynt qiiVitt 
ce qu'il y a Jt «spc^i'or? ol la mdmo sc6ue dv l'annf^o pnascc so 

* BmtUino, Diin<|ul»r in Frnnkfurl n, H. 




i 



310 

renoiivellpra, rt pRiit-rlre svor encorc! plus de violence cette 
(o]n c), oii je nie vcrrni dercclicf soul en bat k toutcs les forces 
de l'Em[>ire Tuit. 

Vous Büiiti^s bicn, moii eher Coiute, que toutes le» com- 
platsanccs ont leur bornc. et tjue ce »firo'd tnip dupe quc> de 
fonünuer ce jeu Ui k In longnp; par consi'qnnnt il n'y a d'aiitre 
parü il preiidre que d'obtenir une declaration foruielle p»r ecrit, 
qu'il wra ordonne positiveraent par l'lnipöratrice au Mari^clial 
de Komanzow, de rnjux-hm- au printeuis dt^s f[ui! la itiih des 
herbes Ic pcrracttra avec Bon armde cn Valachie et au Danabo,' 
pour oblif,'er I« Grand -Vi&ir au moins ä y diStacher qaelquo 
cboGC, ne pouraot le laissor nur sqs demüres. 

C'est en roritä oxigcr pou, et une uhosc quc Ics Kasscs 
peuvent faire sans risqueg, ayant un si grand flcuve devant 
eux. Plus qu'ils se pnrteront vers ]e baut du Danul>e *'t ö'ap- 
proeberont do l'AIouta, mieux eo sera, puiequf alor« \v öraiid- 
Viair HCl pourra plua pro6tcT des avaritages que lui doniieiit 
Viddin et Orsowa pour passei* le Danube et entrer au Bannat 
avec facililt-, altendu (|u'it auroil les Russe» en do», et il en 
scrnit de ni^me ii iiotrc i-};urd, &i dcfh il vouhit se ))oi-tci' contrc 
le Marechal Komanzow, vu que iiüs trtiuppes de la 'i'runsilvanie 
et du Baoiiat avancoroient eu Valachie sur ses dorrifere«. 

Je ne puis point me foruier d'ide« ce que rimpiüralrice 
diU'idcra de faire dans [es occurenees pri^aentes. II est h espdrer 
que la prudenee roniiiortera sur sa vanite et gloriole trc« I^ki^cs. 
Je ne lui «^cris point par cette occaaion, puisque je ne saurois 
y dire autre eliüsc, quo ce que j'ai döjJi juarque bicn positive- 
raent dans ma deniifere lettre^ et i|U<jique je sacho (ort bien 
qn'on est fort peu en pcinc k Pelei-sboiirg et k la eour des af- 
faires imiHirtantcs et de la gueii'C, et que lea fariboles el lc$ 
vains aniuaemcns prevalent, je ne saurois pourtant point ecrir« 
en ee moment-ei des leltnis dnris ce genrc. 

Lc Grand-Duo et la Grande Dnchcssc paroisscnt avoir 
entJ6rcuient renoiicees k la'ecrii'e, c«r il y a presqii'iin an que 
je n'ai pas re^-u de leurs lettrcs; il en arrive de lucnie h rArcbi- 
ducbesse, qui drpiilK son inariagQ cn re^oit bcaucoup nioins que 
par le paaa^ de »a uoeur: ce que cela vcut dire je n'y com- 
prends rien; niaiti il c&t dilBcile de comprendrc quelqne chose ii 
des tStCB ausBi renversäes que eelles la le sunt; neaniuoins je 
vous joins icl une lettre pour eux quo vous leur rcinettrds. 




311 



Adieu, nion «*liei- ComU^, vons pouvcs bien von» iinAgincr 
qu« j'hUciuIs avet: impatictice les rf-poiiscs en fjueslirm pour 
lUQ i*6g)or en cmiseijuenue, et j'enjij^i'u t^uQ Ic courrier qui eii 
sera cliargt^, «era iU^m «ri rotite loraque voua recevrds celle-ci. 
Ci'ovtis luoi avec bien de I'cstime 

Öig.: Mun eher Comic 

Votre trfes nffcctJone 

Joseph m. p. 

CCLXIV. 
Kaonitz an CobenEl. 



Vianne te IT OBcembra 178)1, 

Tndcin?ndcniniotit ilfis pcrepoctivcB eifrayantcs, qoc j'cxpose 
It I« Krance poiir l'engagt'r de s'L'Uiployer de tout suii poiivoir 
au pIns prompt rclabli»scnicnt possiblc de ia pAix,' et do rnrnic 
aux puiBsanccs bell igi-ran les poiir los ongaf;fr Ji y donner Ibb 
mainsj j'ai cncore bien d'autres raisons, wou bon iimi, *jui me 
dtHermineiit h la desircr aveu Ia plus grande vivacitä. Les 
moycns C[uc je compte cniployer soiit incoutcstablemcnt, non 
seulemcut Ics luciUeure, mais meme les sculs qui puUseiit l'clru 
avec vraiseiablanc-L> de succ&s, et je ne pais trop vuuä oxliortur 
par tfonsf^queril h faire vatoir tous Ins argumenta: de pcrsiiasion 
quc je V0U8 fonmia. Je crois quo l'on peut sVn ficr lä oü vous 
etes ii ce qu"ii me paroitra convenablc, et il taut par L'ons<5quent 
que Sans deki, on la'autoneu ä fairo au nom du deux couni 
imptiriales toutes les di?marches, qui me paroftroiit m^cessairos. 

JcTiifi dotitp pas que vnus ne sccondiez iiics vucs, et duna 
cutte L'iJiiliancG j'atleudrai, commo vüus pouveK penser, avec 
impBticnco vos rt'ponses; aitendu que t'haque juur nous rap- 
proeho de la Hn du quartier d'hyver. 

Je TOUS embrasse de tout mon cooor 



Orig^inxl. 



Sig.: Kaunitz K. 



' Vf;1. KftuiiiU Uli Mvrry lini Anx^lh II, p, 216, unri. dl« Wflisuag rom 
17. Docuiabor, ^. tlb. 



312 

CCLXV. 
Philipp Gobenil an Ludwig Gobenzl. 

17 Decembre 1768. 

Vous Tcrrez par les depßches que co courrier vous ap- 
porte, quo les choscs se disposcnt passablem ent bien pour la 
paix; j'esperc que vos gens Ik bas s'y pretcront d'aussi bonne 
gräce que nons, car enfin k quoi bon toutes ces gasconadcs 
qui ne servent plus dfes qu'ellcs sont reconnues pour telles; 
cette campagne a suftisammeut coustate ce que nous syavons 
et pouvons de part et d'autre, rengainons bien vite pour reparer 
des dögäts, si nos adversairee veulent nous le permettre, peut- 
ctro faisons nous mienx une autre fois, quand nous nous trou- 
verons dans d'autrcs circonstances 




Arrivi k 8> Pt^lonbnnrg; 1a i;..fftnrior 1780 
pur Orfi^nriUch, 

Älon eher Comte de Cobcnzl. LVvenement de In prise 
d'Oczakow m'a engag<5 d'envoyer expr^3 co courrier avec eetic 
lettru puur marquer k rimperatrive l'attcation de lut en faire 
tout do suitc mon complimcnt* Vous fon^s valoir cetto cid- 
inarclie, parceque je vois qn'il est ix^cessaire de sc faire vsiloir 
dans ce pais-lii, oü ]'ou prend les plas grandes attention^ pour 
iKw siui^lrs ot Ir^B TiaturollyB. 

Mon ovant-dernier courrier vous anra fort nniploinent in- 
stniit de ma fayon de pensttr; je ue Tai piMUt changöc depuU 
et ne la cliaiigerai jamais. Dans ies prescutes circoiislaiices de 
la Kassie et de la France iine double gncrre aveo la Porte et 
niBse, jointes aux Hons dn Koi de Prussp avi-c I'AnpIe- 
lerre, la Hollaude, la l'olognc et les Princes d'Allemagne, fei-oit 
ccrtainemciu la \>cvte de lu iiionarchic, puiäquu je scrois seid 
dupe de cct evßnemeni.' (-)r je suis tr&s decidö de ne m'y com- 
mctire jamaia et de prendre plntAt le parti Ic plas cxtrömc (jnc 
de m'y lais^cr cntrainer. 

A present que les Russoe ont Oczakow^ U faut quo de 
deux choses l'une arrivc, ou qu'il sc pr^jtent h faire la paix 



' Ameth, I. c. Kr. CLXVI, i>. 3S5. 

' Am 13. .luui t7t(8 wurdn in I»o ain proTiituruicher Vartt»g »witrlwit 
Kiiglanil cirii) ?rt>ii!tM!ii xbpvnchluMen. iW drünilir» V«rlra);nin lü. Aiitfuot 
178y «N Hnrtiii iini«>ri«irhnt>t. Wirlitii; "iiKl die );t<i\oiiii«>ii Artiknl, vw 
Offtntlii-Iit Tt>ii Rnnke H.: Diu daaUob«!! MjLclite II, 368, »orin dio Anf- 
nahmo von Ifoltnod nnd Schweden in Aa» llilndutn» in AiiMii-lit (reiium- 
in«n ifll, im gvg'eiiwlrtigeii Kriefco KriMtniiila und Oesterrelchs mü il«r 
Fforto Milan di« vcrbOndMan M&chtc EinventUüidniM pHegen. 



ü 



314 

avcc Iq Pni-te It dos conriitioiis raisonniibles et udiniüiljluS;, uu 
(|a'ilB se cl*^citlent k (!m|)liiyer tüus Ics iiioyciis poui" |MHi8«er In 
fjuorre avcc tonte la vigucur et ouvrir la cninpagne proc-haine 
aux Ijorrls du Daiiiibc, en n« faisant rjue Moquur Bender cl cn 
avanv'^nt vci-s Iü I>aiiube. Dv ceui il fjiut (juu j'aie des asau- 
ranücs, et qiie rimi)<5Tatrice doniio dea ordres positifs h qiii 
conqnc conimandcra ses armcea poarqiie je ne sois plnn Hans 
le cas oii J'etüiH roaiiee passee; il fuut de iu6mc que toutes les 
ditipositLQn£ ii l't'igard des vivrcs et des rccrucs &e fassent li 
l«mB, pour qu'U ne reate plaa le moindre pri^textu ou uxcuso 
d'agir torsqiie I'int^röt commiin IVxigc. 

Je vouä jüins ö};;uletuenl k-i uue lettre de rArcliidiicIii.-ssc 
Kliaabtith h. il' la Urande DucbessB, et comtnu ce courrier garde 
riulilc f»it 8a pr(^iiii(Sre cixirse vous auri^s soin di- In! faire vuir 
loa objets intürcssana de IMlersboorg et de Jui cn faciliter lea 
moyens. 

Adieu, moii clier Coiiite, je suis toujoure avcc lee sontiiucns 
quo vous mc connoiRsea 

Votrc tr&s affcctioni 

Joseph in. p. 

CCLXVn. 
Kaunit2 an Cobenzl. 



k S« PMenbours )« IT.Janvier 1799. 



Viotino I« &. JiutviQr l78d. 



Jo suis bicn aisc qiic l'KntpRrRur ait bien voula donnor 
k riinpiTatricc la marquf d'uttontion de la feliciter aur la ])rtsc 
d'Oczakow, an moyen de In lettre »utugrapho quo je vous 
adroäflc par rinirricf. Vou» verrez iiu raste par Ic dupHuata de 
la lettre, qu'en datc da 3 je vous ai adrosad avanthler par la 
poste ordinaire, la fa(on dont j'cnvLsagc cet nvcncmcnL' Je 

' Rwtti Tngo friiher, nt» H. .IXiinnr 1Tä9 xclirioli KnuniU :iri robonsl : ,Dx 
dcaon kiüMrliclion Kftfi-n diu nU« Si^Lirntikun Ubentcif^tiiidc l'eiuiiMelin:- 
ketl (U>r Niider nicht gobitUtii will, Aai» iti« vich von r]«r KortMUding 
dm Krioei» jene wicliti^e yalgoii vvripre<:Iiou k'lnnun, woIvLo dtn ror^ 
eiiiif^n KrUUMi xncjrer so etijf vcrbunilcnrir MKclib* An^i^tntMmn wlt«n. 
Ml ([*"ri'ichl «* nn« duisli urenit;st«ii« Knm Jiiiii(;M('ii Trnj<l, diwui iliwi* mit 
w> f&taleu Hiitdeniituen verwickelt« CsiiipJ4:iLQ ddcIi (;Ddl)<.-h nuf uiu« 
•olche Art gckrUnet wordßn iat, welche 6in«reeiu dem ruAsisphp 



'n Keicb« I 



315 



souhsite qa'on puisse le vcir clu inPmo oenil h. PL-terebourp, et 
ju v(niB rxliorU- ii faire voti'e pnss'ible pour rju'on l'enviajipe i\o, 
mfmo Ih oü vous elcs. Kaites vous iiifttre en «'tat de miiis faire 
parveoir Ic plutot possJUlo la i-epousß qiiclconque du minisUNre 
riisau, (juiiud Didiiiu inallicureuscmeitt vous ne pourrluz pa& 
rohtenir ttUc, )|u*il seröit desirable qu'eJle fut. J'attonds avti^ 
impatience des nouvellcs de voü-c santCf a laf|iicllc je prciids 
bic>n de rintört't. cümme voua saveK. et j« suis lüujoura bien 
vurdialuiueut, muu eher eufaiit 

Votro bicn boii atiü qui vous aimu bien 

Kaunits R. ui. p. 



CCLXVIIL 

Philipp Cobenzl an Ludwig Cobenzl. 

Tienua le 6. Janvier 1789. 

La prisc d'Oczakow nous a bien agreablcment «urpris et 
bien positivenient surpris; puisque le I'rincc de Lignc venant 
de lü nuiis astiiiniit bien fortenieiit quo ecttu place nc Iwinboroit 
au pouvoir des llussr-s quo imit au pbis daiis une seeondc csm- 
pague. II ü'y a pns grand mal k ce que ce prellte se soit trouipe> 
mais h, quot il y en a beaueoup, c'est la publielt« avec laquellc 
il clabaudc eontrc le» Itusses cn gt-iii-ralü et eoiitre les [bsux 
innrceliaux cn partieulier, oe qiii non senleinent aogroente I'hu- 
inecir de TEnipereur dejä sans eela assez forte conlre eiis, mais 
HC peilt maiuiuer d'öltv rappurtü ii Pötursbourg, puiMpic l.igno 
s'äf^oBÜle visb-vis de tont Ic mondc et en pleine nsscmbMc. 
J'ai iAchi de rcparcr ccia lo mieux qnc j'ai po vis-Jt-Tis du 



Ainon hOchvt wMonlliclien Vorthoil varschaffet, «uderßneili «ter yi>II- 
«nden sollt«, dlo Pfurte von ihrer toliklUinen Vcrbleuduiiir xurQckxu- 
fUhron. 

,tnil«Ri ditisa iI\)p|ielLä Fra);e die Zuatiii<ll>riii|{iii)g utiiiui dvr Wjlnlm 
toyder IlOfe miBlXnilitri'ii FriciJeu» nllerdiuBS IioiTeii IümI, hu üETiiot ric-li 
fllr »elbe die fenicrf^ arwüi)«oliUcliAt« AiiiMicltt, ilaM wich imidk^Ii »11? 
aiiflurviEnigon AukIiIH^ iltmr Foindo in Kfintü vwn solbrl itortiK-lili'U 
Würden, d«r ihrem AhhoIh-h und Int/roMn biiil<^r1iMtg- BiigttfDgto Nocli- 
tlieil Kicli mit Inicrlrtt-r Müli» wivjilwr gut mnrlit'ii Ihkroii und dvii nwey 
UOfen tillu nOtlii||[u Mui>*d vorscLnfTt vnvrJun wird, dio R^tiFtii^ii künfti- 
gen Gelegenheit«» Kur billigon Vergeltimg abxnwArTfln nnd vonintiereituti.* 




316 

Princ« Oatitzin, qui certainement ne fera pas mauvai? asage 
de toat ce qu'il m da cnU.*ni]ru. C'fst a tous h. roir, comment 
reparer f\aa ou morns le mal 1^, oii voos etcs. 

Voil^ «lonc nn i*nu[i Je viguenr coaronn«^ de snccfes par 
leqael le Frince Potcmlcin repare toutcs ks faatcs qn'il a faita, 
et 1«« Kusses obtieancnt tout ce qu'ils onL pa d^irer d'obtentr 
an boat d'une campag^ne henreiue, avec ane perle assez pen 
notable, an licn que notu avec des grandes pertes et dommages 
aroBB effectut^ autant que rien. Ce seroit sans doate, si noas 
etions d'aatres gens, te moment h preseot de pousser la guerre 
avec vigucDr; mais Diou notitt en pr^«erve dans les circonstances 
ob nou4 Bommcs; et dans notre di^trcsse, c'est cncorc un bou- 
liear, que TEmpereur eoit si presse k faire 1a paix k tont prix, 
Bon voeD nVtant aulre que celai de tirer son epingle da Jen le 
plul/tt possible. (!ct important cvänemenl de la prise d'Oezakow 
n'est dooe agr^ablc ü rEtupcreni- que s'il peut amener Ia paix, 
niais la crainte que ce ne soit an noaveau obstade^ l'inqui^te 
extrt-iiiciiicnt. n est persuiid« qu'ä cette bouro q»u b;s Kusses 
ont ce qni leur importoil le plus, si les Turcs se refnseni ii la 
paix, les Kusses se borneront ä se terür dans la dcfennve tattt 
ver« les Turcs quu vers Ic ßoi de Prusse, et qu'its nous abun- 
donneront cntiftrcmcnt h la mcrci de nos cnnemts conimans. II 
on prtlroit la perte de la Oalltcie, penl-ctrc riiidrpeiidcnce des 
Pays-bas, et si non des eonqii6tcs da moins des nouvcaux ra- 
vagcs de la part deä Turcs daiie ntn provioces bongroises. Eniin 
absolumeol d'avanta<rcr Ü eratnt en meme tems la furce de tous 
»es roisins et la perfidio de tous scs allii^s. Tout ce quo je poux 
lui dire pour Tciicourager ne fait aucuii cffet sur lui, et le Prinrc 
nc e'en inquiiMe pas plus, que s'iL s'agissuit de TEmpire du 
Mogol. Etifin Dieu dontie que cct ävdiiement d'ÜcKakow abbutto 
tellcmeni d'enprit des Turca qu'ils sc pretent bien vile » In paix. 
Si In guerru eoiitiaue, Dieu syait ce qui nous arrivera. 

Apparcinmcnt qac vous troaverez le fond de tout cela dans 
les lettre» de rKitipereiir; mais eomnie je ne s^-ais ce qu'it vous 
^crit, i'ai voubi vous roander tont ce qui je syais pour votre 
dirc>etion. Vous pouvcz bien croire que l'Empereur est trfes im- 
paticnt de saroir l'effet que la prisn d'Oezakow aura lait fi 
Pi^tersboorg et le« mesures qui en resuUcront ll\ bas, aiiisi nc 
Ijirdez pas de doqs expedier nn nonvcAn coiirrier le plutöt pos- 
Btble avec tout co qui pcut nous importer d'apprendre. Adieu. — 




Sil 



CCLXIX. 
Gobeasl an Joseph. 



h S' Piwnbuiirg' lu 7. Janvior 1789. 



Sirü! 



J'ai rev*^ "^^^ resp«ct les ordres supr^iue«] cju'il a jilu k 
Voti'O Miij'* Imp'" de me faire pnrvenir par le f^ardc noble hon- 
jirfiis .Szalxk C'est ave*.- In plus vivc duuleur quo j'rti iippris par 
CHX, quc j'avois eu le; iiiallicur de m^contontcr Votr« Majcstö 
Iiup'" puur u'uvoir pas pris sur luoi de rejetter lout de suite la 
pr()potäition dont le Princc (ralit/in ä Me i:hargt^ k Vicnne, et 
qiii ensnite iii'a 4'ti^ c^ominuMHjui! ici, accabli* d<>jä du la lualhvu- 
rcusc tournurc qu'onl prise ies affaires, je n'avois poa bcsoin 
de ce Doaveau chagria, pcur avoir k supporter h. In fois tont 
0« qui puiivoit in'ctr« le plus sensible. 

Vütre Maj'* Inip''^' est trop jiiHtc ponr nc pas vouloir c-n- 
tendre ma justificatlon, que je pi*ens la rospectucusc liberte de 
mettr« ä Ses pieds. 

r,ü vas dune aggresakm de la ;i»rt de la coiir de Berlin 
pcndant qnc Ies dcux Conra Imp<!rialc3 acroit^nt occupdcs h. une 
guen-e tuniue, ötoit si aise ä prevoir qii'il a du faire depuis 
liing tctus l'ubjut du touLes Ies nugociations. V. M" dai^^tiura tm 
rappcler cjtic tous Ics ordrcg qui mc sont parvetius relative mciit 
h cet objel, portoient de determmer la Kuasie k s'en tenir snr 
Ja d^Jfensive nwessaire du cötÖ dea Türe», poiir porter Ies plus 
do forceii qiiu puBbibU- eoiitre lo Koi do Pruss«, et en funnanl 
en m^mc teniB une alliancie avec tcs CJours de Hourbon. Tel a 
<5t6 Tespril de totites Ies cxplications qiii ont eu lic« cntrc Ies 
dens couTB pendanl Ies neuf annees, que j'ai ele employe Ji 
P^tersbout-g^. Ces ordres si souvent r^pät^s n'ont jamais 6\j& re- 
voqu^s par d'autres qui y fusaent eontraircs. Comment d'aprc'S 
cela aurois-je pu prendre sur moi de raon propre chef, et «ans 
y etra autorisö par quoi que ct5 soit au luond« de rejoler le» 
propo&itions de la Kusäic consistantcs exactcment dans Ics ni6mes 
choses, que noiis avions toiijom-s proposees nous memcs ponr 
le cati actuel depuia si long tems prevu par duus. Quant meme 
la diese auroit ctä tonte nourollo jo dois avouer ingilnunionl 
Hux pieds de Votre M** Iinp'* que je n'aurais jamais crn, qu'ü 
pRUl «'ti-e nu puuvoir d'un ministro qiielconqun do prorioncer 



f 



«ur 4(7(1 üUjctB AU88t Importan», sans Strt: muni d'avance d'or 
bioii pr«^cia de tta Cuiir, h |tlus forte raison, lursqu'il esl question 
du mcfluroa prettque convcniu-s ciitre Icb denx Cüiii-s. En oulre 
jo doi» supplioi' Voti'C MajeBti! Ini[K»rinIe (iy daigner Sc rappeler 
«pio 00 ii'est pivs 3l tiloi quc la propoBition «n a rl<5 falte. C'est 
h Hrinci: Oalitzin, in» v.n a (5tri üliarg^. La coiiimunication 
i|ui m'ii üM donnpe seulomciit pour mon inforniation, n'a cu 
liou, coiumo il est d'iisago ici, qu'apr&s qua le coarrier rassc 
iUul »It^jJi jiarti. Si tlouc j'avois pri» sur inoi de rcprösenlc-r la 
prn|ioi«itiou roiniuti innilniis&ibk on lu'uLiixitt demaude naturclle- 
inont, si j'avois donc reyii de nouveatix oiflre» contradicioires 
jk t'oux «n vertu desqiicls j'avoia löujoors pai'ld juaqii'ici, et 
ti'i-n H}'aiit poiiit il nIMguer, oii m'uuroit dit saus doute, qtie je 
drvuis nlUMidr« los onlrcs supi^rioures de Volre Majestd Iinpt^ 
rialo |hiiir proiioncer sur d'aiisei grands objets. II eluit mcino 
daim U> iioiiibra de» clioses possibles, qae si j'avoU rofusö 
d'öcuiitcr In prvposilion do la Kassie, ot qae je ine fu&sc ölenS 
tuititro MUS miftac attutidro Ics ordre« da ma Coar, il en »uroit 
iN^Biili«* »n rappi-ocbcmont de rimperatrice avec la lignc angio 
prutiitioiuio, i|ui cfrtaineiiit*nt lui fer« un ponl d'ur. Or si un 
tt*l t^vi^iicmcnt avoil eu tien^ si o'eloii une reponse de ma part 
failo de pmpn* moii%'t.*mpnt, et sans instmction, qui l'eui occa- 
sKmni^, coinbioit ii'auroi$-jö pas HA eoupaUc, et D'anrois je pas 
^Xfi fVKpoiisnbW ib>« siiitcs funestes, qut poavoieot «n r^sult«r h 
tont jaiuais. La pnami^re rbose qo'oti m'aaroit dit. & j'aTois 
di^cUrö d^s lor« U pmiM>$)tkui rvase inaccepcaUe, anroit i^te de 
iu<? dcmaudcr et« qu'il r aroit dooc k Esire dana la circon- 
staurc aotuclle'. J« ne pouvois pruposer la püx ptu£<jiH je ne 
MVOM paa, « eile 4tuit possiU«. I>ewc d ep ^c hea de b Gbaa- 
«o)«ri« 4« OMr «t d*Kut m'aTflient k la v^rW «PliriBT oonbieB 
un d^ii-ott cbe« ikmu qae qavl^aVrMeaeot Woreox et de«>nf 
|wl mHU nadn ptmihU «n ■ccwqiIbmwI pov oet hirer; 
Mais »aiiWfcreiMaiBBBt «ea f-vMtmm» a'oai pu tm Ken ■( 
^»aiit«« y IM dnÜBttlots pAs., ECMhia« k w i ai le wadoe <bs 

aamms pkns il nr nc nelert cvpcn^aBl d^aitt» |afli k presdra, 
1%«» d'ait»4MlM> I«» «imlrK $«prteM&. ^aH plaänft k VoCr Ha- 




319 



put occasioner ane lev^e de bouctier d« la part du la Prusäe. 
Cent k ij^uoi j'tti ci'ti. tlevoir ine Loriier, et peut-6ti'c qu6 sans 
tout cc quo j'iii (ah oX rlit k v.cX ö-fi^aui, nii inniiutiit ilo ta mo- 
nnce de U Cour tle lierlin de faire entrer ses trouppps dans le 
Hülätein, iJ seroit patli d'ici une declaratüm, que daiis ce cos 
1» 1ii KiiKsiu f(;ruit i^ui^e coininuiiß avcc ie DanrieiiiHrc. L'ex- 
|K'<lition eo etoit döjk tonte prfilc. Lc lanpage quo j'ai tonn, 
lorsqae dans des conversalions familiäres on a iitsiste poiir sa* 
votr luon opinion sar la rt-poiise qu'on recevrott de ma Cour, 
et qiii portoit, qu6 si cii exaiiiiimiit de honnc foi, i-.t sans pr^ 
vention 17-tAt de ses foi-cea on ne se trouvoit pas cn c*tat do 
tenir t^te k la liguc anglo-priissienne, il faljoit eitler les volles, 
üt tout pr<5parer pcmr üaiöir un moiiiciil plus favornblu. Ce lau- 
|;age tUoit aßänreinoiit tout cü quo je pouvois fair« saiis ordie, 
poiir pr«^parer lea voiea k oeux qae je viens de recevoir. 

Cet expost; que je prens la liberte de mettre aux pieds 
da Volrt; MajeoLfi Iitipt'rialc doil Lui servir dn^ prcuvo, quo CO 
n'est pos pour qu'on ne ine fasse pos la mine k l'h^i-cniilafrc, quo 
je n'«i pns rojette la prnposition de l'Impi^r.itncft, inais miiqucment 
parcuqui: je uie seroiä cru Irin coupablu, si j'avuis usü picndru 
auf moi do prononcer Bur des ohjots de cette importance, et 
que j'etois convaincu qit'en pnriant saus ordres, nicme supposö 
que j'eiise deviiie Icj» intcntions de; Votro Majftsitf- Inip<?riale, je 
n'auruie pu faire aucuu bien et peut-etrc beaucoup de mal. 

Non, Sircj quand il scra questiun du eervice de Votre Ma- 
jeftty Imp(*riale du Wen do Sa monarcbie, en itn iimt de Rta 
int^rets qui me sont plus cliers que la vic, mille consideration 
no m'ai-rätei-a jaiiiats, moins encere une chose aussi futil« que 
C(;llc du plus ou muins d'ai-cueil, qu« je ]mK liprmivor do bi 
pari d'uu souverain ctrnnger, auquci je ne puis avoir dtiair de 
plaire que pourautaut, que la cbose peiit &tre utile aux aft'aires. 
Votre Maj'* Inip'" aiira pu voir par ines rapports la cuiiduity 
qtie j'ai tenii ccinstaiiiiiient rnlativi-inent k tautcs ces pctites dis' 
tinction« de Com*, de ne jamais les recbercher, ni directement 
ni indirectement, mai« de lea accepter, quand eliet m'etoicrt 
offertea, L'huTueur, (pi'ellcjs üt;<-asi«iiiii'nt aux iiiinifitros prtiR- 
sicnnds, Ics «^piteles outriigeautes qu'elles m'atlireiit de leur 
pari dana les interceptes, derroienl, ce mc semble, convaincre, 
que le pied, oü je nie suis mis ici, u'a pas etä iiiutlle au 
Service. 



Tout au8»i peu, que je mc suis cru autorisä a r<5pondre 

de moi meuie ii c« tnio proposüit hi Kussie daiis ime cii-con- 
staiiec aussi i^pmcusc que cellc du raoment. tout aussi peu j'ai 
pensÖ qu'il me conveuoit de pi"0]iüäi!r la rnoiiidro clioso ii Votre 
Maj'" IrtipK Chai'gt^ de Sea iiiter6ts k une des coura lea plus 
iijiportaimss de rEuropo, mais ne vovant cependant qu'on coin 
du tabloaU;, ma Xhchti (itoit du L.ui rendre cuuiptv do» ilisposU 
tions, oä Ton <5toit id, de ce qn'on pouvoH on attcndrc, si 
Text-culion repondoil iiiieux aux intentions pour la campa^e 
procliaiiiCj et de ce que pouvoit rdsulter d'tme röponse negative 
de notre pnrt. Cest k quoi je me suis bornä en purlant ti'j^s 
Immbteineiit h. Votre Majnittri do raiiimosiid de riuiperatrice 
voiitre le Itoi de Prusse, eu Lui disant «jue, si janiais il est uti 
moment, oü Ton peut attendre, qae la Kussie agira vircmuiit 
eontre Frt'deric GuillfiniiK!, c'ost orIiü itii (üuihiVinc TI en est 
si vivoment outiagi^c, et eu Lui faisant pari de mes craintes 
que, si cette aouveraine pen accoutom^e Ii ciSder, s'y voyoit 
contrainte par nous, il u'en r^sullat du refruidisseiuent dans 
raltiancc. Ceci aont des faits, dont je buIs K portdc de lue con- 
vnincre, et dont il est de mon devoir de rendre compte, el il 
u'^uliajipera pas k la pencivution de Votre Majestö ituperiale, 
qu't] y n \mn de Ik k vnuloir L'^mbarquei' dans doa atTaircs, 
qu'iCUe rcgarde corame tontrairos k £jcß int4';rfeta. Ccat a\\ chef, 
doDt j'ai le bonlieur de ^ependre, k discuter Ses inl^rdU, k EUe 
k en retfoudru, et k uioi k obeii* avee la plus gründe exactitude 
k tout CO qu'it Lui plait de in'ordoniior. 

Je supplie Voire Majestö Imperiale d'Stre bien persoadu^e, 
que »i je parois rasse ici, ce n'est que pour autant, que je le croia 
utile U Sou servido, que je suis incapabJe de cessor d'ötre uutri- 
chien, et que, si jt; ne suis pas aascz heurcux qu'on ait- cctto 
confiancc en moi, je ne merite pas uou plus de garder le post« 
impertaut, qui m'c*«t contici. Cruyez Sti'u qu'il cxiste pourtant 
cncorc des scrvitcurä nniqucmcnt uttachi^s k Votre auguste per- 
aonne, k Votre gloire, k Vos int(!r6ts, et k cenx de la patrio. 
Tels sont Ica scutimens, qui m'aniuieront jusqn'Ji mon demier 
soupir. Je puts manquer do eapaeitt.^, luaiä jauiais du z&le. C'eet 
lui aeul, et le desir d'ßtre utiilo k Votre MajeatÄ qui me rend 
au]iportable la durdo d'un st^our, oii je ne puia rae dissimuler, 
que la rigucur du cliniat a abimä auccessivenicnt nin 5ant^, et 
oü inalgre de la plus grande ('seonoiniu i'lioi-rible c-iiHrti^ acti&Te 



de disiiper les debri« de furtuiiQ cjue J'ui lit'ritee de mos 
pJires. 

.I'cn «ttiis j«s(ju'ii*i de la prtiseiite Irc-s liiimble relalion 
lorsqu'est örriv«S Ic garde liongroia Kewiczky porteur dos ordre» 
siipremes de Votr«^- Majeste du 17 diicembre, le mfeiiic Jour, 
qii'ftHl partim le courrier niase eiivoyö au Piincß Gjilitzin (diarptV 
du rcacript servant de n'ponsc aux ordrca, dont J4i nie suis 
acqiiitte. 

DaiiK Tintervalle ^loit aus&i ai-rivä ici U aoavellc de la 
prisc d'Ocxukuw au luoiiUMit oti un un däseRp^roit toUK-nient. 
Aiitant j'fti 6t6 obligt; de t^inoigner dana Ic public de joie de 
cet ^v<^nementj autarit je doi« avouer k Votre Majestii Imperiale 
quG j'ai ^tif pentitrc' do douleur de voir, matj,TÖ la dtttsUiblü 
campagne des Rusrc-s qu'ilä sont en posse^sion de ce qui leur 
teiioit tant ä coeur, tandis que nous sommes si loin de cc. dont 
on pouvoit suivaiit toute npparencc se flatter. Au reste j'ai fait 
suiitir ici, autanl t[W. j'ai pu, ijae celte cunciufile i;toit duc 
uniqueinent h I» manifere, dont Votro Maj" Irap'" avoit octiupö 
toutos Ics foFKCs de lerre turque* pendant la cnnipagne, et Ics 
avoit enipecbe de veuir au secoure de cette place et du rien 
tctitcr contro los armöes russes. 

Par le rescript adressä au Prince ßalitztn. il aura pbi k 
Votm MftjftBt«': Impi'riale de voir, que rinipfirali-iei; consent i\ la 
paix uvec he TurcB, luais c]u'ellä veut ^'»rder C'ezakow, et avoir 
iiti d^dnniinnfißnient p(*cuniaire des fraix de la guerre. Quaul 
h CR demier nrtiele, j'ai lieu de croire, qu'ü sera bitm modiliö 
81 uon tout H fait raye. 

L'Impi5ratrice consent (ijtalemcnt k ce que Volre Maj" fasse 
UHR paix partieidifere avcc la Porte, dans le uis, uü l'on ne 
piiurra pas «onvi^nir d'une paix gen(^ralc, k eondilinn, qu'Elle 
dispose eusuite ses forces de laaitiJire k teiiir le Koi 'de Pmos« 
en ^chec. 

Mais en mfirae tems eile use dans ce rescript d'uno par- 
faitc reeiprocit6 de cc que noua Ini «vons declure de ne pou- 
voir »outenir h. la foi» uüe double guen-o et contro la Prusse 
et conirc les Turcs, et se r^acrve aussi de faire uno paix par- 
ticulierc avcc la Porte. ^ 



* CxtliiirlDA erltliirle itloli (an Qnlitiin 1. Januar 1789 n. Bt] unter g<>wiM«>n 
Bedinpingttn Kit niuftm ^oniftiiiNAni«» Frieilen i^cncif^: «inen oineoUigvii 
»ictlan wolllA ain ntjttir rolgKnilim IiM)inf;un|rän tt(^NtiiLt«u : 
Pvntai, II.Ablb. Bd. UV. 31 



Votre Majest^ Impertttle daignera voir p»r nies rapporU 
ä la Chftiicelerie de Cour et d'Ktat ce quo j'ai cru dcvoir faire 
üt dirt! ji ce »iiijet. On in'assun* qun cVtoit riinjH-ralrice olle 
mßme qni contre l'avis de ses ministrea avoit 'ma6r6 cctte clanso 
dan» le rescript, et cela dans im iireniier momeiit d'litimear 
contre noua. Mais on cherclie h iin! persuader un meine tems 
qn'EIlo cn est rcreniic, ot qn'KÜc sonl, enmbicn ce que ntius 
propoäons, est adopt«? aux circonsüinces. 

Je n'ai pns cru devoir faire d'autre usage de ce qae Votre 
Majf-sUi Iinpöriali! nie fait la gräc« dt- iiio diris Uiuclianl l'on- 
gagement par dcrit, qti'il faudroit sc procurer, ai la guerre do- 
roit, pour que le mareclia! Romanzow eut des ordres positifs 
d'entrcr eii ViUacliie, et du pa»Ku>r juisqu'au Diuiubc d&s que la 
cruc dea horboa Ic pcrmcltr«, qtic d'eii parier cn tonncs gem'i- 
raux li. Uesborodko, et de lui dire qn'aprt-s cc que nous arions 
eprouve peiidant cette campagne, ai contre toute attonte la 
giierra devoit durcr, noua ne pourriotis nous di^peiiser l'ungago- 
mont le plus positif pour que lo marächal Romanzow sc porta 
aiiss!t6t que la Saigon le hii permettroit avco- son arm^e vers le 
haut du Daniibe, en s'appixichant vers l'Aluta, puisque c'ätoit 
le seul moyeii, jwur que tonte la fnir-o de l'enncmi no nons 
tomba pa» sur le coi-ps, Besborodko mc r^^pondit, qii'en parinnt 
ici de rester sur la defensive contre la Porte, on n'avoit Jaulais 
entendu autre cliuBej si non que d'eiuployei' le luoius de trouppea 
qn'on poiirroit contre les Turcs, pour en avoir un d'antant plus 
grand nombre contre le Uoi de Prasse. Mais qu'on n'en sentoit 
lioa moius la n^cessite de so porter en avaiit cuntre lei> Turcs 



1" <|iie VKmperenr, ^Uint <iiii(t>n i!e cct «iinenii, landifl qiM DAsa 
«II reKUuit <!■! Kiiiirro avec lui );ardvriuii> »euU lout la Tardeiiu paiir nmm, 
vAtiilliT dirigcr son «tt^ntion ßt •«« pr^ojititions conlrin le Kni de PmaM, 
et i|ii'xi) cai>, quo co1iu>ci rotillnnxt A fnini itu i]4nuiri')ieii iiuUibles el 
ind^cebtai pour notii, il prunne sur lui ilo I'ou oiuiiödiäi d'aljonl pur bm 
forte« rejir^fonUtiom ot ai c«]lai-ci roptoiant adii« elldt [iitr des ineenrea 
«O&ctivos. 

ä" qne ai l'Etnp. runlut vis no piu j^ardor In fortoraiuo dv Cliotyn, 
maia do I« «ncrifieT hu retAlirixüDtiieiit <1« In p;iix, eile non« soit «wlea 
junqii'A In fin <le notro giterre hvw le* Tun-», pün^iilement quo tes quaHe 
(-cimti'H d« 1« Moldnvio, iWi Kimt l-oa truiippen da rGiiip. des KontiBiru, 
puEMint 6tra oocup6< |>ar Ivs unCrair. 

3" 4|iio Doun non« resnrvon« iitie libertA par^illA de conclure aae 
pjiix p&rticnliAr« dn n«tT« crvt6 a.vw. Im tnAmiiK Awiiriini'«!i n)cipro<|Ui 




323 

le plus qae poaaiblo et qu*& präsent qu'Orzakow et (^hniim 
dloiont nitre Ips mnina de deux Cours Imp'", et qu'on j'ouvoit 
se eonti-nttr de niiisquei- Hender, rien n'euipflL-lioil quo rarmt^o 
iTisse destiiiec cuntro le» Tures ne se porta au Dariubü. 

Je n'ai poB cru devoii- fairo mention de Ia obose autrc- 
mont que cela, lorsquc mos ordre» ne portoient d'ailleurs qao 
de prdcher Ia paix, et ü depeudra de ceux que Vutre Majestö 
Imperiale daigncra m'euvuyer apr&s avuir regu Ia rcponsc de 
l'Iinpöratrice de mc prcaerire si je dois faire iine proposition 
feriiiclle k cct egard, et demander l'äcrit un question. 

Je dois meme avouer li Voti-e Majeste avec colte fran- 
cliise dont je crois de inon devoir de ne m'^earter jaiiiaiB vis- 
ävis de mon tnaitre, que lorsquc Ton Ii ru par Ics rappoi-ts du 
Princc de TJgne conibien le sitNgc d'Oczakow iraioeroit ii lon- 
gueur, que j'aurois beaucoup düsiru, qa'on lu'eut envoyä sur le 
charop des ordrps poiir dijcider ici h lout prix de faire nvanoer 
lo raarectial Romauxöw, et de faire rcvenir de ceUe mailieareux 
id^e, que soii ai-möe ne devoit ^tre employö qu'k couvrir le 
äkga d'Otzakoiv. Peut-etre anrais-je pii y reusfiir, et Ia ciim- 
pa^e n'aiiroit pas st infructiicusc. II pluira k Votrc Majeste 
Imperiale de se rappeler qu'on ne m'a ^crit pour que je fasse 
iivancer le marc^chnl Itomanzovr, que lursque Ics TureB ötoietit 
lUjii depiiiä longteiiipH an ßannat, <|ite Ia saison ^tuit trop avan- 
ceo ponr qn'i] put vcnir k tems h notre sccuura, et qu'il avoit 
M^ dejJi pris tout autre arrangemeot eotre h» et le Prince de 
Cobuiirg. Je ne crois pas. que Tignoranoß oü j'ai timjoiirs 6ti 
de tout cc qui se conccrtoit ctitre les gi^ndraux rcspectifs, et 
en ffi'iH'rftl de tout ce qui avoit (mit aux Operations militairns 
ait etö utile au service, et peut-etre aurois-je pu ])Hier ä phi- 
»ieurti iueuuv(.-ntuiis, ßi Ic Prinee de Cobourg avoit cu ordre de 
m'inforincr de tout co qni sc passoit cntre lui et Je mnn-ctial 
Buinauxow. 

Lo Prince Galitzin a ilvt cliargti do remeltre ii Volrc Maj*" 
IiDp'*' Ia lettre do Sa Majcsiii rim]i({ratrico. J'ai rbonneur do 
porter trfcabiimblaraent !i Ses picds Ics lettres de l.eurs Altesses 
Iniii*", oltcs doniicnt pour raison de leur long silence lo» ein- 
barras, uü olles se sont trouvöes cette atnuiu par rabs'cuee du 
Mouseignouv le Grand-Duc et sa campognc cn Kinnlnnde. 

C'eöt avec Ia plus vive douleur que j'ai vu ]mr Ia lettre 
qne Votre Majeste liiipt5riule ecrit a llmpOralrice iju'KlIe nVst 



I 



324 



paB cucore enliäremuiit satisfaito de Sa siintiS et qu'ü Lul rcste 
encoro les incommorlit«''s de rasthnift. Faul U cneore qu'ii tant 
(i'autres sujcis d'afHiction se joigne pour moi Ic plas grand, 
celiii d*6trc inquiet siir la sant<S de inon maltrc. Veuille le cid 
exaucer les voecix de» fid^les sujeta du Votix- Majestü Imperiale 
en La uonscrvant longtems pour le lionlieiir de Ses penples. 
Eti niß prnsternanl etc. 

P. 8. Jancovich prond Ia respectuetise Iibert<* de raettre 
les livres ei-Juinls aux pieds d« Votre Majest^ Imperiale;. 



CCLXX. 
Cobenzl an Joseph. 

Ä S^ Pätenboiirff le 34. J.invier 17Sft. 

Sirel 

Conforniömcnt aiix ordi-es suprämcs de V. M. Imp"* cn 
dflte dn ö Janvicr rjoe Ic garde noble Gregorovich m'a remis 
le 17. je n'at pa^ maoqut.^ de fairo passer sur le cliamp k Sa 
MaJcäU' l'Ijiipüratric» Ia Itittrt- du folicilatiuti t^iir Ia prinii d'Ocza- 
kow, et de faire valoir cette noiivellc marquc tout paiticuli&re 
d'amitiä et d'attention que Volre Majest«'^ Imp'' donnoit h. Son 
augutit«! uDi^Q. Je duis avoir l'lionnuur de L'ai>!f;urcr (|u'<.-lle y 
a dtä ansei scnsililß rgue positiblc, ainsj qu'anx tt'imoigimges ccla- 
laiis de juie que V. M'*" a bien voulu donner k In ri^ception <lo 
fettt; lieuruux uoavelLe. Outi'e ce que les minUtre« m'ont dit 
k cet (^gai'd di: la part do U'ur souverainc, je sals que ]a mem» 
soiree do larriv^e de mon coumer, qu'elle a pnsso chez Mamo- 
now qni i^toit incommodc^, sculc avec Im' et ItibcaiipiciTO,' olJo 
«'est expliquü }i ce sujet daait kd termes de la plus vive re> 
connoissancc et de plns sincire atlacliemcut. Votre Majestä 
Imp'' ponrra s'en convaincre encore d'avanlagc par le cuntenu 
de la leltro oi-jointe, que je suis eliarg^ de portcs k Ses piods.* 

Suivant la coDstaiite liabitude do co pa^'S-ci, on a encore 
perdii un tems auasi pi-f^tienx que eonsidt-rable jusqu'Jl cc qu'ou 
ait envoyä des urdres au Pnuce de üaliuin scrvant do reponsc 



* Rlti«auplerr(>, k. nuslBuher Oberst, war Kiiplelcli mit Mjmtuuuw AilJTiuiiil 

lioi ■li'in KantiTi Poti^iiikin uni\ rerlrAiilOr Freuiul d« «rsleroa. 
' l>(*r Iir!or vuiii II. Jmiunr it. St. M\U. 



a.a-x dcmi^res ouvertures, (]uc j'avois fattcs ici, et qu'on m'att 
luis h iii^iuc du r6ex{M'Hlier le pri'soiit courrier. Je u'ai ptis 
possi; Uli jour sans represcnter vivönienl. quo In rcufisitc de la 
cliosc (Ii'ij)cri(loit vmi(]uement de la celtiriUl et (lu secrct, quo 
pur i'oniM^qucnt cliaquc joar pcrdu 6to\t tin avaiitugc, qiic I'on 
donnoit ^ratuttumttiit aux ciiiicmis des dcux C'aui-s Ituperialce 
pour croiser ce qii'il ötoii si fort de notre inleret coiumuu do 
terminer au plut^c ponmble. 

Je n'ai trouvü aucun coiitradictfur h. une proposition »i 
evjdeutej mais les tenues tcuhniques d'affnires en liussie zavtra 
et tut czas (dcttiftin ot tuut k Theure) m'ont cependant rctenu 
juaqu'k ce momcnt-ci. 

Far Je contenu du rescript, que 1» Prtnce Galitzin a Hi 
uliargf-t de cDiumuniquer au Prince du Kuuiiitz, il uura pEu a 
Votre MnjeHt^ Imp''' do voir tjuo riuipf^rai.rif.o t'Sl d'nccurd aveu 
noaa, que c'eat pai' reutremiso d« l'ambassadüur du JFraiicü ä 
ConstanÜDoplc qu'il eoiivicttt de tücher ü detcniiiner les Turus 
de proposer la ptu'x nur le pied de l'uti pusäidelis, et cetto 
souvprftine s'cn rpmct k tont ctc qac Votrn. Majcsü^ Iin|iL>rialu; 
Uouv);ra bon de döcidcr pour cotamer !a u<5gocmtiou; seulemeut 
il a, 6t6 impossible de la dvteriiiiner de se dösister de rid<^e 
d'exiger quo Iia Turcji rL'läclioiit Bulgaknw. avant quo d'en- 
tondrc- k aucune niigöeiation. L'Impüratrice ayant siiivi cett«^ 
luarclio duus la derni^re guerre avec ta Porte, l'ayant d^jii 
aniionc^ pour celto-ei ii la plupart dt^s puissaucßä enrüpiientics, 
eile croit s« dignitö ii!tc're.isi'c li insistcr ))i dessns, et Votrß 
Majeate Imperiale sail asscz, combien cetto cousidiiration est 
puissantc ici. L'urguuicnt du secrct, sur Icquel j'avois le plus 
tiiHit>tä, u perdu de nn force, depuis qii'on a vu par le rapport 
de Mrins' Ncssi-Imde/ quo In Cour de Berlin l'ftvoit penetrii. 

L'Iiüper;ttriee dt^sire, que si les Tores pouvoieiit etre 
amölic^ä il consentir h äe» voiiditions aeccptables, IIb envoient 
dos plenipoluntiaircH nu quartier gem^ral du Prinec Pütcmkin 
OD qu'ils donncnt leur propositions par <5crit par qoclquo voio 
que ce soit; mais on ii'est pas porti* iei k udoptcr l'idee de 
faire stgner les prelitninaires par le C'üiute Choiaeul Oounier, 
quelques represciitutions quo j'aic faitcs, que cettc voic ctoit 



* Ifitt Julius Roicba^rrfif van Nc««eln>do-Er(>a]iafcn, k. raulMilier wJrklkhar 
ge^Aiuiur Bnüi, CJewandUu' in Linitabon uiiil Berliu; f ISIO. 



326 

saus conLrcdil In plus courte, et par [:uii8t^<|tieiit hi plus propre 
k pr«!Venir l'effet des intrigucs nii(,'l(>-i)rnssicn!H-'R. 

Kn inenic ttins rimpi-riitric« croit, r^u'uti des uioycns les 
plus propres k aucdleror U paix, eeroit Je faire occuper la 
Valachie por rarm^e du mnrdchnl KomauÄOW. aiissilAt f\ue fah-c 
ee ponn-A, cn qnoi Elle d^slrc r^u'il soit assisl«^ par Ics corpa 
commandes par le Princ«; de Coboiirg et le general F»bris, ce 
qui eßt acuompagiu! il'un petil apprauliu sur iiotre arnitfilicc. 11 
plaira li Votre Majestd Imperiale de voir par mes rapporls & 
la Chanccicrie de Cour et d'Ktat, (jne par ce, qtic j'aj dit & 
cet ägard, J'ai clmrcli» h prüparer les voies k tels urdres qoi 
pourroient nie veiiir en reponse k cctte proposjtion. II est cer- 
tain (|u'apr<:-8 l'inaction dans Inqudle a et6 le man^'chal Koiuan- 
zonr pendant tonte cettc campngne, aprfes quo lo» tronppes de 
Votru Miijcüti^ luiperiulu uiit ötö contiiiuullcment occup^cs. et 
qu<! CO sunt ellcs, qui ont fnit deux foja I» conquätu de la Mol- 
davio, les Itusses pourroient h. pri^seot fort Wen sc dmrger seuls 
de Celle d« la Valachie. Main d'nn autro cölv en partiigeunt 
ttvcc eux roccupalion de cctte provincc (suppoatf quo des rai- 
sotlB militiiirc'ä k moi iiiconnues ne nous en empeehent pas) 
nou8 y gagnons d'avoir d'autant plus k ivstitucr aux Turcs, 
puur üblenir d'uux ce qiic tiouB vuulous qu'Üs nous c^doni k 
1» paix, Sana compler dune pnrt la reconnoisstince quo noua 
dovToit riiup4^ratrice de ce nouveaii aerrice, et de rantr« le 
iiiauvais effet, qne produiroit ici Ic refiis qu'elle essuyeroit iv 
cct figard. Kti tiiäiiic Lmiis il nie }>aroit d'upnNs iiion foible 
jugemcnt, que cc qu'on nous proposu Hujoui-dhiii, amenerait 
lc8 clioses h ce qne d'aprrä les ordres suprttmes dftnt Votre 
Majeate Iinp*^ m'ji lionore Ic* 17 dtjceinbru t^t ö jnnvier, Elle 
regardc cuiuine indispensalile de ^'a^orcr, que le uiarüchal 
RomanKow marchera nvec son anndo en Valat-Iiie el «u Da- 
nube, ce qu'il veut faire it pr^nt m^mo avant la citic des 
herbes. 

Teiles snnt les ruisons qui mc paroissent militer pour ot 
contre In proposition de !'hiip<iratricc, quo je rrois de inon de- 
Toir de eournettre aii jugement supremc de Votre Majeate Iiu- 
pi^riidc eti ftttendatit les iiistriiclions, qu'il Lui plaira de m'adresser 
k ce stijct. 

Sur les affaires de I*i»Ii<gnc n'ayatit pu d<;tourncr Tlni- 
päratrice de l'idee do faire unc dcclaration contre le projet 




3ä7 



d'alliance flu Itoi rlc I^nisse, j'sä tAchä da moins du la dä- 

tenniiiiT d'oii rciidru les tcniiüs aussi mod^r^ que possiblc. 

II [thüm k Votra Mujeatii Iiit[H^rialM da voir t'galüiiient par 
raes rapporia k la Chaucelerie do Conr et d'Elat, quc je n'ai 
[las o<\ss(; de rejirdsenter ici, qa'il nous ^toit absoluuient jm- 
|)üs*ibic du iiEius eiiibarquer k la fois dans um; double f,''iieiTe 
avoo la Forte, et ovcc la Prusse. L'Impörfllrico est toiijoars 
tris irriteo rontre cette deroitrrD paissance, mal» tout »oii ini- 
nistere ne dösiro pa» müiuB que nous pouvoir cgalement eviter 
Ofitto double guerre, ut cberche k y conlribner par tous leu 
raoyens qui sont cn son pouvoir oxcf^ptc cclui d'unc paix Immi- 
liaiite avec la Porte, k laquelle il est bien evident, qu'on ue 
dütermincra jamuU Cathiirine II. Kn meme tcms ils ine de- 
mandeiit taiijours quo timdra-t-it donc faire, si Jos Turcs iio 
venillent pas consentir k la paix ni g'cnt^rale ni particuliferc, et 
si malgre tous les möuagemeos qu'on veut avoir pour le Roi 
de Pruwu. il attaquuit l'uno uti l'autro des denx Coiu-s Imptf- 
rlales? cc qui C8t poiirtaiit dans le nombrc des choBcs possibles. 
Nc sera Ton pas oWig^ alors d'en venir k cette double goerrc, 
»mal que d^s le coiumeueemeDt des affaires turques on on etoit 
lombii d'accord? Je borne mes repoiifiea k reprdsentcr qu'U 
fallt eniployer tous lea moyens possibles, pour täelier de pr^ 
venir une pareille extn^-mitö.' 

Q est tHts faelieux quc uotre projet de paix [>articuJi&re 
Koit ^bruite tant ici qa'h Berlin, ainsi que j'en reiid» corapto 
dans incä rapports i'i la Chancolnrie de Coar et d'Klat. Le 
premier monieDt d'faumeur do ri]uperutrice, avant qu'KIle eut 
inürouient reflf^chi a cettü proposition l'u fait ebruiter ici. A 
Berlin j'ignore par quel moyen oii Ta appri», l:i uouviilli; n'ayanl 
pas pn j aiTivcr d'Jci lorsqac Hcrzberg nn parla k Neaselrodc. 
Les mal intetiiionni^s commcncent dejä ä vouloir comparcr le 
ca8 actuel k celui de 1739, Imputation que je clierche ii de- 
truire, en ropn'sCTitani, que si non» voiijona faire la paix partj- 
cttliire avec la Porte, cc n'eat qnc pour cn imposcr h un en- 
nemi tout aussi acbame, et iuBniiucut plus puissanl, qui menace 
(^galement la Kassie. En gi^nt-ral il ii'i^st piui k duutur, que 
toutes tes puissanccs cnvienses de l'anion des deux Cours Im- 



* U«har dia Boxi obiingcn Rii!Ki1ai)ii8 zu Proiidseu vvrgl. MarWos, Bocneil 
dw Triüt^ VI, p. 1.%S f. 




338 



pdriaics do churchont k etuployer dans Ics cirronütanc-es actaellcs 
loos los mojcna possibh^^ [»oor la rnaiprc ou la rcfruiilir. 

Je BUpplie Votre Maj** Imp'" de vouloir bien 6tre persuadcc, 
qne Im diniraltes ne ftront r|tie n^ouliI<>r mon zMe, potir ex^- 
euter aussi biea qu'U pourra dtlpendrv de moi, les ordrcs qa'il 
Lai plaira de m'adrcsscr. Ontre cellds qtii naissent de circon- 
stancee, ce (]ai pourra vcnir de la jiart du Princu Potemkin, 
s'il est vrat comme plasieurs icdices semblent I'annoncer, qa'il 
soit diTvena aiiti-autrictiien, nierile asGnremifiit une seriinise atten- 
tion d'autani pitis, qn'il est aossi admit en intri^es de Cour, 
qu'il Vit tual bubllu ä la tete d'une arrnöe. J'ai cbervhe U 
aiettrc rimp^ cn gardo cuntre tont vc qni pourroit tenter ä 
l'avantaif;«! de nes ennemis, et ä eile tient ve qa'etle a promts 
h Bcsborodko, il paroit qu'on peut se flattor quo cc qae j'ai 
fait a cet egard, o'a pas ^t^ iautile. On attend le Prince d'un 
raumenl k l'anirc sans savoir ce qui peut l'arreter si long-tems. 
Je nVpar^crai rion de ce qni poorra d<^pendrc de moi poor 
lo raniener ii de liona principe^. Sa luanii-re d'a^r h mon 
egard, et k Tägard de Lucbesini,* lorsqu'il sera iei (bomme 
anesi dangereax que puseible dans les circonstances actuelleij) 
pourra bienint int.' faire voir, 3k quoi on doli s'attendrc de sa 
part, dont je iie nianquerai pas de readre couipte avee vxac- 
titude. 

Je n'si rien k ajonter h ce quo contionnent nies domi^res 
tres-hnablcg rclations an snjet de la ji-une Cour qni est tßujours 
cn bonne barnionic avee riin|M'ratriee. Un de» ulVi>t£ de eelln 
bonne hamionie c'eat. qu'on a en6n donne ii Mndame de Benken- 
dorfr une terrc cn Lironie, qu'elle sotlicitoit inutilcment depnis 
la myrt de »a belli; ni'Vre. 

Je ne manquerais pas eonfornu'ment aux ordrcs supn'nitts 
de Votre Majeste Imp*' de procurer an gariie liongrois firegoro- 
vieh l'oecAsion de voir tout ce que cette capitale et les environs 
offrent d'intereaaaDt. 

Je prcnd.i la libert(> de mcttre aux pjeds do Votre Majesti^ 
Impi^riale la niu&iqiie d'un np4.>ra Kertfiix*, que C^niarosa a fait 
ici dcpuis qae par Tarriv^c de la Pozzi la trouppe ««t com- 
plotte. 



I 



■ Oirolino HareliMe i>uccheaint, k. prauHiaclMr Hinlrtcri geb. in Lncca 
176S, t ISSS. 



329 



CCLXXI. 

Kannitz an Cobenzl. 



k S* P«wr»bourff lä 22. Fobr. 1789 
par tijxrfnr. 



Virano 1a 8. farr. 17811. 



Mun i'liei- Cüiute. Je eouhailc avoii* n'*|»uii(lii par In tctieur 
de mon exprflition ä M' le (dornte ric Choisciil Goiifficr ii la 
conSancc^ dont on » Uien voulu m'hnnorer. Stir ce qiii a irait 
k lu caDipa^c prochuine, jv voas aiU'esscrai Ivs direcUoQs uc- 
cessairof, tÜw ([ii'un nie mvtini iüi «tat de poiivoir lu faire. 
Dien vcnillc ce{>endatit qu'il poisse ne pas cd etro i]ucstion; et 
pour cause : Vtistigia tcrront. 

Je VU1I8 cmbrasee de luut mon C4}eui- 

Kaunitz in. p. 



CCLXXtT. 
Philipp Cobenil an Ludwig CobenxU 

— Votrc lettr« ii l'Kmppreur est parfaitcuicTit bicn, aiissi 
a-t>elle fait eä'ct du nioini^ pour aiiljiitt i|uc j'cn ptiis Jiifrci' de 
quelquea molii IhcKl-b par Salm vuvcrs mal. vt i^ui m'uiit i'i>iu'tii 
roccasioii de faire votrc apologic. Je BUppoae quc tu rcplitjue, 
quo l'Kiuperenr voiia fait, voub prouvera, rianf Er ra nicht so 
iibtl tjemvint; ce resaeotlment de votro p«rt ccpeiidjiiU tHoit 
bien iiducesaire. Ce Princc liabituu l\ traitcr de la fayon la 
plus dure des j^eiis qui otit perdu tuiito aensibilit«', ne p^nse 
pas q«c tous Ics hoinmes ne sont pas do la luf^mo trempo, et 
par const^quent ii est n^ceasalrc de lui rappeler dans l'occasion, 
ime dans le nombre il sc trouve enuuro par-ci par-lk qu«I(|ue 
horiipt lioiimit! guidi' pur des sciUtuicns d'hoiincur, et qui 
m^rttc d'etre distingu«? de 3a canaille. — — 

Voiis trouvercz peut-ctre quo nous battons .tm pcu la cum- 
pague äur luo propusitiuiis touchuiit In Fulo^uc, iiiais c'est *{\\ii 
eiir CO poiiit TKiiiporcur ne veut pos s'eiigagcr plus loin qu'il 
n'cst necesaairc de le faire, pour conserver la boonc amitie des 
ItuHscs et eviter »urtout de fauroir au Roi de Prustie des pr^- 
tcxte& plauniblus k tlous atlJiqui-i-, la paix etaiit daitt? nob iiiisc^- 
rables circonstances seiUe Ji dceirer. Los Kusses sc contcnlertuit 



330 

pmbaUement de oos uaRruwea gänt'rslps que noos e«rons 
lidMcs h nos cnj]^ag:ement8 arcc enx envers et contrc toas, saus 
avoir besoiu dans <« nioment-ci dVntrer Jana de« tleuib, sur 
lesqaeb on c-oDviendra le cas ^eh^nt. 

Moi ut le Prince nous somtnr^ i-ertaincmcnt trps conteaCft 
du V08 deux derni^res dep«clies comiiie de toutcs les pr^e- 
deotes, mais l'Kiapereur qoi va toajonTB au galopc m'a d<yk 
fait fruMtir nne coiipli) da fois qti'rl vons trouvoit trop prolixe, 
trop verbieux, et rcpöunt sonvcnt la in6mc chose; pour le 
Mtisfaire et ne ricD dimiatier cependatit des detaÜs qai sont 
trbs DÖcüssaires ä notu aiitres quL dovant möditvr plus qu« 
rKmjrcreiir sijr tnus Ics objets, votis fwnrricz faire votre rupport 
principal et les premiers P. Ö. nn pcu plus serres, plus concis, 
et TQus etendre d'avantage dans les dernicrs P. S. Alors je ne 
ferai passer sous si.-s vcux, que la premiers et garderat les 
dcmiers pour Tusage du burcau: avec que toul le munde sera 
content — 

CCLXXUI. 

Joseph an Cobenzl, 

* „ ^ Vjaone oe 'J. ttvnn 1189. 

Hon eher Comte Cobenzl! J'ai rc^u votre lettre par le 
eonrrier, et je anig tri« fache que vons ayca pris taut au tra- 
pquc lea r^flexions et les avis que je vous avois fait passer. 
Je ri'ai certMnumcnt aucun doute sur volrc zMe, et ce n't^tott 
que pour %-gu5 mcttrc en garde contrc les chini6re5, donl on 
repaite continuellenicnt rimperatrice, que je vons ai donn^ cet 
ftvertissement Je rous Jörns ici une lettre poar Elle^' que je 
Tous prie de lui remettre. 

Les d^pech<-a du Prince de Kaunitz vous mottront au fait 
des circonstances du momcnt. Vous fcres valoir, comme de 
justice, la ri'pouse que j'ai fait donnor au Seraskier ä l'cccaaion 
de la Suspension d'armes, ainsi que j'ai pr<^f«5rd la cunvenanco 
de mon allii* ä la micnnc! propre, en fuisant voir par Ik aux 
TuTca, que noft inli^ret« etoient ins45p:>rables. 

Je De suis pos parfiutenient persande que le partt prus- 
sien ne soit pas encore tr^ considt'^rablc eo Russie, et j'ai 

■ Ameth, I. c Nr. CLXVIL 




toujours de violents sonp^ns qii'on nc pcnt gn^res cotuptcr 
snr Ic Princc PoKMiikiri ü co siijct, au moins M' (le llcrabörn 
le vomptu irbs luatüfestemcut pour uti de veux qiü sout du 
parti pnissiGt). Seroitco peat-ätrc pour nagcr cQtro deux caux, 
et ponr im^nagor la jeane Conr, dont Ica scntiiuens devionnent 
de jour cd juur plus t^qoivoquL'A. II est «xtraordinitire <^ue la 
Orandc Duclicssc nc m't^crivu plus du lout et infiuiniciit rarc- 
mvint ä l'Archiduchesse sa soeur, tandis qu'elle ontrctictit uno 
foule de cotTr^<qiondanca dans tous les paTs etrang^rs. oCi ello a i^t^ 

II c«t tr^s ndceit&airo que je üois avcrli lo pludM que 
possible des ordivs que Ics commaudans des amifica russug 
anroni pour Irs opt^rations de la caiu|nipne fulurc. (_'« n'esi 
paa un plan de eampa^c conibtii<5 qur je df'sirc, mais uniqiic- 
ment de «avoir, si les arm^es rasses agiront cosembles oa sv- 
parämunti' Si to ühge de Bender est pour loutes les deux ou 
pour l'uiic d'ellcs le prcmicr objotV ou ei l'on sc propose de 
marcher au Daimbe? ou entin »l l'on pense i>cut'äti'e nc rico 
faire de tont celJt, niais de restcr nntqucment sar In dt^feDsive? 
pour 6U*c plus prcs k »e [wrler en Poiogno s'il devciioit ni- 
cessaire; finalcmcnt vors qacl tcras, vii les mogazins iju'un 
aura etabli», tes urra^es pourroQt commencor leurs Operations? 
C'est sur quoi je vous prie, inon t-her Comte de nie proeurer 
Ics notione les [Un» fxaeles qne po»&ible, |Nii-cequ'il iu'et>t de 
lonte nf^oessiu^ d'en etre bicn iofortne afin de pouvoir me r^ler 
en consäquence, car je oe crois jamais qu'aiant rouvcrturc de 
la canipa^iiß on puiese parvenir ii TelaljÜr Ws urlieb») jirclimi- 
iiaires, niais qu'il faadra toujours en vcnir aux bostUites et ii 
faire la eainptigne. .Pavois dcjk «?crit ceci, loraquc je rc^us 
voii-e rapport par le Garde Kevitzky, de m€iue que le IViuoe 
Oalitziu remit eopie de son reseripu 

Je n'ajouterai plua ricn h la depechc de la Clianeellerie 
d'Kiat, aj noii (jiu- je vous laisse approcier vooa m^ine, co qu'on 
doii penser de l'incroyablo reponse de l'Espagttc, tant qaant ii 
la ehose et k la forme, que aiirtout au atile. 

Lc pnijot de faire occuper dos a pr«^scnt la Vallacbie par 
les armt'es russos conjoiutement avee mes troup{>eM eommandees 
par le Princc Cobourg et Ic Princu Holicnlobe,* qui vionl de 



* Fri«<lrk-Ii Willwtm F(lr«l »or IIr)b«n1olin-l>nn|rf)nhiir|f-Kirrhb«r|>, k. k. 
FiiIiiiiiarKliaJl-LioutcuKnt. ipUer Ueiiibft^Geaenü-FoiilKeugineister; f 17UG. 



333 



auc<;edcr &a Ucnoral Faliris (quo j'ai eu le malheur d»' pordro 
en TriiDsilranic par iine maladie), seroit uno trJ» bonnc id^e 
$i eile vtoit faisalile; nisi» cllc est inipo&siblc, vu <^nv les nton- 
tagnvs de lu Transilvauiu sunt pleincs üc uuije;c, ut quu duns 
coUe aaiHoii une ariiM^o, sauB do tr^ grandea dispii^itioiiK faitea 
prealaLIemcnt pour les vivi-e«, ne trouvAtit ni du foiirage ni de 
riierbe, ne peut point subsistur^ sartuut dans un palfs uonime 
eeliu Ik, ufi lu n]itiii[iiu iriiabitaüouB obligu h cuiinper. N^aii- 
moins il ne faut pas les contredire, et vous affinnetv^, quej'ui 
donnö Ics ortlres i mes comroandan« de so r<^gler en tout nprfes 
les mouvumons et les luarches que furoient les ariuäes russcs. 
Pour lu conuiicincemeiit de la uainpagnc cette idtlc est tr^ 
bonne, quoiiiu'ellc sera difticile k exccutcr, puiaqne les Rossea 
ne |>ourront guvrcs se portcr cn Vallachic eans bicn couvrir 
liiur danc gauutie, qui sm-oit tout ouvert et dont les Communi- 
cations seroient tres espo8«*es nux petitcs fbrtei'esscB tnrqucs 
exUtantes encorc en Moldavic et Bos^arabie nur la rivc gaiiche 
dn Danubo, Mais si les Kusses pouvoient enti^rement nettoyer 
colIcs-lJL, et avoc utiu parti» do luur flolto uu Hotillct occuper 
les cmbüUühure.s du Üanube, pourque lee Tun»* ne puissent 
pitw »e servir de eette rivi^re, alors je crois, quc les dcrniers 
Seroient fort umbaras8<fit. 

La di^claration commune qn'on dcmnndc t\uc je fasse on 
Polügnc, cxige encore nne mure redexton, pnrcequo je ne 
voadrois pas me mettre dans le cas de mo compromcttro avcc 
le Roi de Priisse. 

Voiis nc devcB pas oublier qu'cn ötant du corps du Princc 
Oobourg cc qui doit rester en n^mison h Chotym, et Ics posics 
intennediairus pour tenir les coniniiinieations ouvortos, il ne 
rcste tout au plus que t> ou Ö batiiilloits et deux rcgimcus de 
uavalerie, Tun dcrant rcater en arn'fere. 

Le cor|>fl <\c la Traiisilvanio n'aura pas pina de batsiUons 
et quelques rcgimeus de eavalerie, Je vous laissc jugcr si avec 
eela on ponrroit s'expuscr dans un paYs uiitsi ouvert quo la 
VuUuehie au Grand Visir, qui [lahsant a Widdin et sur Ics ponts 
qu'il tt sur le Danube, viuudroit eliasser ces petits corps. Nons 
ne pouvons donc neu faire de ue uotö la qou coiubiii^ arec 
les Kusses. 

Les districts, que k Prince Cobom'g üccupe sont exacto- 
ment ceux, qui sont necessaircs pour qu'il ait une commanica- 



3S3 

tion (Itrecte avec ]a Hnccowine et la Gallime, qni est le pala 
d'oü il tirc sos vjvrea, ses recrues etc. etc. Je releve ceoi 
nniquemcnt pour vous fiurc scntir, comhicti Jl est indiscrct aiix 
Kurses de se pUiDdre ii ce sujel; luuis c'est le MBr^cliat Hu- 
luanKOw qni Tait oaitre toates cee diflicnltfifi, et qui fait anssi 
Bonner si ridicnlftinciit haut ^et armiatire h. denoncer ftn 10 
jonrs, et fait nniquemcnt Ic long des froritJÄrcs de la Seirie, 
comme si eo pteine hiver celk poun-oit iui attircr sur loa braa 
k Jassy tolltet) Iva forccK du Oraml Visir. 

Adicn, mon eher Comic, croy^s que je suis tonjours avcc 
ia mßme amitie et estime 

Sijr.: Moa eher Couito 

Vütre trös aflectionä 
Joseph m. p. 

CCLXXIV. 

Philipp Cobenzl an Ludwig Cobenzl. 

VIgdb« le SS. Man I7S9. 

(In ( 'hißt'iii.) Cc qu'on T0U8 mandc par la depöchc 
ä'ot&ce, i)'e!<t päd le »t-ul indico que neu» nyuus du riistiicu 
pmssienne. totit plein d'auti*cs petites d('!<:ouverteg cm^oi'c nous 
prouTcnt par Iriir cnmhitiaison qnc Irr Priissit^ns ne »uiihnitent 
qoö d'fiire invitds pnr Ics l'olonois, ponr cnlrer cn dansc, et 
qu'ils ne ni^ligent par const^quent rien pour les faire donner 
daiiA li; paiiiiiviii hon ^i'&. mal ^rt^s. Le huit du niuis piissil 
DieK et Heidcnatamm so äattoient du plus gratid cspoir d'en 
verir incessamont Ji ilcs coDcliiaions favnraUIcs avec la Porte. 
I.i's jippret» dvs l'russiens sont remarquables de tout cotö, leurs 
man<''(^es k Stoekolm ont sorti I'effüt lo plue complel, il n'y a 
dont- plus de donte que si lea Tures ticnnent hon, nous ven-ons 
lea trouppes prussicnnes ea Pologne et peut-etre en l^ohfenie et 
dans lü Holstein- Vous voyuz bien par \h, vt on doit le sentir 
^gnlement k P«^tershour^, que a'il est ni^cessfiire qu'on fasse 
tona los appr(^ts ponr commencer aa oas de bcsoin la cainpagrie 
contre Ics Tiuts vigoureusement, il n'est pas iiioins dösirable 
qu'on se di^barnssc mtinie au prix de qnolquc polit Buerilicc di> 
eet oniiemidti. pour faire front k d'autret^ plus funuidablcs, qtii 
dis-lora sc prcsscront ä baisser de ton. 



334 

IJne autre circonstAocc bien fticheuse rend uno prompte 
paix avec Ics Türen encorc plus diish-ablft, cVst IV-tat de sjini(? 
de l'Empereur, (jui devieol de jour eii jour plus iuquietuüt. 
Quo CO Priace succorabe nialhcnreusement h sun mal, ou quo 
senlemcDt il fasse unc longtie oi ^ave maladir, fignrHx-votis le 
tl^sordrc qui en duit aaitre pour l'arnitie, puur lo gouvemement 
inlernu, et niAniQ pour les iidgotiaiiiins dana un momniit oü tout 
cBt dessus dessous, loiites k's affaires da la monaivliie n'ayant 
point d'aiitr*- poitit de reuninn quc dans sa sciile et naiqne 
personnv. Je vous laisse la libvrt« du fair» lä-bas t«l uftago 
qn'il vous plaira de cotie niliexion, qui est de la plus grando 
importiincc, mes craintes n'etant mallienreTaseraent qnc trop 
fündäes. Une consnlte des medecius du corps tenue en deniier 
licu s'est tenninäo pur des coDcIiisionii, ijui iiiaJ;,'r<:s hs uiönage- 
tncnts dane Ics cKprnsaions (^toiftni au fond de funeste prdsage. 
Je f/ai tronvc moi-mönie pa&sä dcux jonrs plus accablc et plus 
aO'ect^ qac je oe L'ai encoi-e jamais vu, et Ü est au lit depuis 
hier au soir. 

CCLXXV. 

CobenEl an Joseph. 

k S< PiUrshour«: 1q Iß. AtHI t78d. 

Avant quo la pnSseate tr^shumblc rclntlon pnisac parvciiir 
Äux picds do Votre Miijestc Inip<^rialc, le Princc Galitzin se 
sera uins doute ucquitti-' des ordrea, qui lui ont etö envoyds de 
remeltre la rdponse de rimp*^ ti la lettre jointo anx onlres 
aupröiues, que Votru Majesti! Iinp'' a daigiid m'envoyer on dato 
du '.* fevrier,' ainsi que la copie d'nn rf-icript par lequej la 
Cour de Itussie repond aux differenlc« ouvurturDts, que j'ai '&t6 
"Imrge de faire ici. Ce reacripl ne m'ayant dt«5 coniuiiiDiqnä 
qu'apres ßon drparl, toulc rt^flcxion que j'aurais faite k son 
Bojet, devenoit inatile, et il ne me restc qu'k attcndre hs ordre» 
suprimes qu'il plaira it Votre Hajestä Irapäriule d« m'unvuyer 
on consäquenco. 

Par nies irtahumbles rapports k la Clianccilcrie de Cour 
et d'Etat il Lu! aura plu voir tout ce quo j'ai fait ici puur ob- 



> Armth, I. c Nr. CLWIII, p. SW. 




tenir stüvant Sea iutenlious, que les Kusses agis&ent lo jilus quc 
possiblo vcrs le haut Danube et l'AlutfL. Dcux cltosoB ant croisn 
Loulos DU'S iliiiiiarclu'» a Cüt rgard. Kn ])reniif'ur lieu la rctraite 
An tnarcchal Romanzow et la i-*!solution prise jiar riiiipt-mtricfi 
de cootier le coiuiuandeiuout ^eaerat au seul Prince Putöuikln, 
CO cjui ri'unit ies deus armi^es russes eo une scule; en seeond 
lieu lea nonvctlos vnilörees qnc les Turcs portcnt iiTie parüc 
considörable de leurB forces pour agir conlre les Kusse« vers 
le bns Danube, ce qui a ele meme conlirmd par les deniifcres 
cümni\inii;a(iunt<^ que nuus »vonB faituü ici de ce que nous ent 
uppria les interccptcs. II cn a r^snltc quc l'on en est rcvcou au 
preoiier plan iiidique par Votre ]\l«jesle Iinpöriale Jana sa lettre 
au Prince de Lif^ne d'apir contre les Ottomans dona des ])oints 
los pIns i?loigfn-[i, (iiH't-aiion qu'on oroit infintmotit faeilileo par 
la prtsc d'Oczakow, Qu'est ce qui peut vous engager, lu'a dit 
lo Prince Potcmkin, ii d^sirer, que noua noas approchions si fort 
de voiis? ii'etit ce pati la erainte d'Strü souU cliar(,'ö» du tuut le 
poids de la gnerre de terre? Ür apre& la prisc d'Oczakow la 
chosc devient impossible, et il faul de loutc nccessit«^ que les 
Tores se porteut en force contre nuus. A&surez Sa Majest^ 
I'Einporeur, quc partout oii je pourriii Irouver rcnncnii, je 
tncberai d'en venlr k une bataille, et qne je ne migUgerai rien 
pour faii*« une puissante diversion. A oela it a njoute les memes 
iiJäexions, qui se trouvent daas la lettre dont Vetro Majest^ 
Impäriale m'a honor(^c cn datc du 9 fövrier sur la C'dccasiti^ de 
cüuvrir soii flaue gauclic. 

Tels sout los discouFB qu'il m'a teon saus cease, et que 
jo cruiB de mun devoir de rapportcr aux piuds do Votrc Majestc 
Imjienalc. Le Prince Fotemkin m'a donnd en memo tems une 
imte conet-raant leg polnts qu'il desiroit voir occnper par le 
Prince de Cubourg et do Uobeulohe, et qui est juinte h luoii 
F. S'""" N" I ä la Clmiiccllone de Cour et d'Ktal. Mais cetto 
dcinandc n'a pas L'tf> avoueo par le ministire, et il pUira h 
Volre Majesttr Iniperialo de voir qu'il n'cn est pas qucsiion 
dans le rescript au Prince Oalitzin. Je ne puis h ce sujet quu 
Mösp^'ndrc mon jugcmcnt jusqu'i» TiUTivt^e des ordre» qu'il plaJra 
k Votre Majcst».' Imperialo de m'adresser. 

On me promet d'uu nwment Ji Pautrc la nouvello disloca- 
tion des truuppc« russes, tc-llcs, qu'elle a «:t(^ pniscnti^o ]mr Ic 
Prince Potemkin a l'Irapöratrico. Mais je uroia bien qu'elle ne 



me soit pos encore reraisc poor la Tairt- partir avcc Ic pr(!«ont 
courrifir. AuiwitAt que je l'aurai re^ne, je ne m.inquerai pas de 
la transmelire aux pieds de Votro Mtijtiistu Impt^rialu. Kn ^'ünürai 
\es trouppes qui seront employ^s iluns la Livonic ot la Kinlaiuie 
doivätit niont^r k 40jm liommes. II y on aura Ifi/m dans In 
Ru8sic blanche; rariiiee du Fnuce l'utemkio. sans compter les 
corps de la Crioi^e et du C'ubäti doit 6trß tlc äO/m liüiumofl. 
L'exactitude avec laquelle od m'assiire qa'a ^te faito la der- 
iiiftre recriiG dcvroit poiirtant faire presumei* qoe le deficit de 
ue» srmeea iie sera pas considerable. 

Lc Prince Poteraktn t^moj^c nne trbs graiide ardeur 
d'ftvoir dps sncc^s, si la paix ne [*ent pas avoir lieu. II 8«mble 
qu»! la r^ussito d'Oczakow l'a mise en goCit ä cd t^gard, et il 
est pcrsuade qu'avec Jes Turcs la guerre de canipa^iie est in* 
fininieiit plus aise qae Celle de siSg'e. MalheiirenGenicnt l'ex- 
p^ricncc n'a que trop pronvö qu'avec liii on ne peut tablcr snr 
rien avec certitude. Sur le nioment pr<Sci8 oii il commencera 
ses Operations, il m'a ite impossible de lirer de lui qaclqac 
i'liuse tie pustlif. Oii s'ii.ttend que d'abord npriss Paques il par- 
tira d'id, Bans quo personne soit prijvcnu d'avance da jonr de 
aon diSpurt. 

Au pujet de rarmistice propos« par Monsieur de Choiseul, 
la Kussic a'fsl nui<(<M; ä lunrf- aviH ii ]'i:txccplit>n qu'ullc ne veut 
pas chargcr cet ambassadcnr de le signer, mais seulemcnt donner 
par lui rassumnce formelle aux Turcs, ei el lorsque Votre Ma- 
jesti: Imp'*" le jugerii it propos. 

Ce quo je puis avoir i'lmnneur d'assnrcr h Votro Majcstd 
Inip<^ri:de, c'est qu'on d<iaire iei viveraent le n-tabliasement de 
la paix, il n'y a qu'une voix h. ce sujet, depiiis le Prince Po- 
temkin juitqu'ä tuules U^s puntonnes qui couipoKeuL lc luinist^ro. 
II n'cBt personnc d'cntre cnx, qai nc fasse les voeux lea plus 
ardens poor le encc&s de ce dont Monsieur le Conite de Choi- 
scul est ctiargii, et nen assuräment u'tst plus a desirer. 

Mais fii coDtro tonte attente l'ohBtination des Turcs for^oit 
It la continnntion de U gueire pendant cette caiupagne, et met- 
toit obfltacle ü la paix snit commune soit seporee, il nV-diapper» 
j»as k la haute peutUratiim de Votre Majcsti^ Iniptl-rialn, com- 
bicii il est indispensable, que quelques succes t^clntaiis reporent 
les imiM-esÄions qu'otil fait cii Kurope les i5v<^nemcns de la dcr- 
ui^re campaguc. Tont le moiide n'est paa aesez jue>te pour ea 



* 




nitribuer la cuuse aiiiquoment k la msuvaisf couduite des 
Ritssos. On no pc-ui pas se dissimalcr, quu h considi'rntion 
poliiique cn süiitfri.' Iieiiai'oup cc qni rcod tonjours les amis 
moiiis chauds, et ie& cnni:iuU pluii cntreprenanU. C'cAt lorsriuo 
on 50 Iroiive sot-möine daus k-s pais etninfrers et luiii de sn 
patrie, qn'ün est plus cn «Hat do ju^cr des effets qui en i-^^suUcnt. 

Par mcs rappni-ts a In (ühanc.oilcrift de (.'our et d'Ktat ü 
plnira k Votr« Majfslö Inipuriaie de voir tout ce que j'ä! fwt 
pour observer de pris ie rrinct Potetukin, et savoir ses vi'uü- 
tnblos senlinietis. Jiisqu'ici la iiianieru dunl s'y est pri» l'Iio- 
pi5nitricc vis-k-vis de ]m, lui a 6td tout mojen de sc livrci* k 
sun pnrssiauisme a'U existe. II est iinpossible de savoir, s'il est 
sincerc dans Ics a&siirunces (|u'il nie doime qu'il n'a nullement 
clinii}:e k nfilre ögard, ou s'il iic fait, (]uc ü^der si lu vülonli*. 
que rin]p<5ralrice a montrc si bien ölablie de sa part. Par In 
prücautioii qii'on a pris Ici de nc pas lui comiuuniquor les iiitcr- 
cepli's duchürrt-us par notis, eile« poiirroiil iiotis füurtiir Ie nioyen 
de controlor sa conduito. Qaant h la porsonnc de rimpi^ratrice 
tont se niiiiiit pour m'Asaurcr qii'elle est totijV.urs viveiiionl Ir- 
ritöe contre les l'russiens, et qu'il u'y a qii'une nticessite ab- 
soliio qiii rein|>äche <r^.cLalcr. II est assuräment bicn niallien- 
reux, qnc les circonslnnccs n'ayent pas permis de protiter de 
C0.& dis Position 11, et qu'uu ccntraire cllcs foamissciit ä nos on> 
Deiuis des armes eontie nous par la couipuniisuii qu'ils fout 
saus cesse des uinharnis oii se troiivc \a Ktissic dniis ee moment- 
ci Avec sn Situation dans sa dernifcrc giicrro avcc la Porte. 

Nouü iie soiuiues vo» enueiuis disunt Sans cuase les An^loJs 
et Ics PruBsicns aax Riisscs^ quo parceque vous ätcs los ailiäs 
des Autrictiiens, et pareeque vous avez voulu Ie devcnir des 
Fraiijuis, et voyo;: la diffi-rcncc de noua avoir pour amis ou 
pour eniiLUiis. La dornifere röponse do la France qui runvoit !i 
la eeuelusion de la paix et h. la fin de ses troubics internes la 
signatiire de son traite d'alliancc ajonte encore du poids h cos 
argumrnts. 

Juäqic'ici ils u'oiit fait aucnne impressiou sur l'c&pnt de 
rimpf'ratrice, inais ils n'en esigent pas moiiis la plus grande 
pri-voyancc et le.i pIns gninds soSiis pour eontJnuer en annulcr 
les effets. 

U soroit ais<^ h Ja v6riU' de rt'pondro aux Kusses, quo la 
rraiu cause <lt> la dillen?nee de l'etal aetiicl avoe eelui, oü IIa 
rg>l*i. U. Abil« M. UV. 88 



338 



f^toicnt (lans luur dcriii6rc guurre no vieat que de la mauTBise 
rain{ia^n(; qu'ils out faJC et qii'ils I'ont empioyi; touto cnti^e k 
la prisc (l'Oczukow, laissant toiitr t'srmee du marechal Itoinan- 
3tow d&ns l'inactivit^ la plus honteuse. Cost ce que je leur ai 
fsit sentir plus d'uue fuiä. Le luinistörti en coiiricnt. maia qnaat 
auK inititaires, on äc rend rarcmcnt asscz de justice pour faire 
Uli pureil aveu. 

Si dans les affaires puUtiqaes le parti fc-rmement pris par 
rimp^^ratric** pcut d^cidftr de l'opinion de Potcmkin, cn reraochp 
en affairc mililairc il est U prdsent tout putssaDt et pcrsonac 
n'appellü de scs decisiODS. Si cq que contieut mon tK^s hatnble 
P. S"* est vrai, Votrcs Majest^ Imp*" y trouvcra la clcf de Tb«- 
cendant qu'il a sur Tliupi^ratrice, de l'indulgence avcc laqnellc 
eile traite tant des sujet» de plainte, qu'il lui donue aiusi qa'an 
nouveau motif de le menager. 

Quant ä la jeuue Cour, qui est toujours dans la inoilleure 
harmonie avec la grande; il m'a üt^ i^|>ondu sur ce que j'ni 
dit k Madanm de Benkendorff de la raretc des Icttres qa'ou 
n'en avoit pas laissd ane seule de Votre Majcst«^ Imp^ sans 
r^ponse. et qu'on craignoit de rimportance en lui ccrivant plos 
souvent qu'KIle n'eerivuit EUe nietue. Madame la Urande Du- 
clicase m'a yrnriv. une fois h la Cour des roproches, que lui 
faiaoit Madame rArehiduchesse sur le peu de Icttres qu'EUIc 
recevoit de sa part, en m'assurant quelle »eroit » l'avenir plus 
oxacte. J'ai l'honneur de mettre tr^Klmmblement aux pieds de 
Votre Majcstc Imperiale la lettre ci-joinle de la (Jrande Dn- 
chesse pour son Altere Horale Madame I'Archidiichesse. 

Malgre tout ce que l'Imperatriee a dit k Votre Majestä 
Im{>örialc sur le comptc de la Grande Duchcssc lors de s» 
deniiere entrevue, c'est cepeudaut cette Princesse qui s'esi 
servi de son cmpirc absolu sur le ürand-Dnc pour opt^rer Ic 
rapproclmmcnt ei-dosäUü mcntioiK^, ot c'est eile dont 8a Majeetv 
Imp** est aeiuellcment le plus contente; c'est one nonvelle preuvc 
du pouvoir que la Grande Ducbesse a sur «on iJ|k»ux, et que 
ce n'est que par eile qu'on pourra le gagnt^r. 

Pour ne pas abuaer du tems si pr^ieux de Votre Maj** 
Impf^riale, je prcnds la respectueuse llberte de m'en rapporter 
sur tout le restc ä mes rapports ä Iti Chnneeticriu du Cuur «4 

a'Kiat. 



Qn'il me Roit C4>p(>ii(lant periiiis <\e portor aux picdis de 
Volre Maj** Itiip'" lu tluuluiir doiit jo suis pL^netrü trapprendro 
par toutes Ins notivcüos de ViciuLc, qiiii Sa santt; n'ent pas 
encore ausai n'tablio^ c|uf> doiveiit te dösirer h Unt do litroa 
Kcs fidMofl siijbbt, notis n'avoris qii«; trop des pretivcs reitet'^«», 
(jue tiotrc auguäte iiiultrc iä'o«l)IIe Lui-iiii^ni(! puiir iio peiiser 
qu'au Ijitm Viru d« l'i-tat ct. an bunhuur de Ses pciiples. Muii*, 
Kirn, daigncz Vous dirc dans cc innmnnt critiquc, ce que Mon- 
sieur ]e Cointc de Falkenstcin diroit certamemeiit U Josepli II 
s'il «tüit un de ms uiiiustres. II lut repröseotcroit saus douie 
qito le soltit de l'iitat tient h 1a conservation de sa peraonno^ 
et quo par consriqucnt son prcmicr dcvoir est de la nienagrr, 
II n'est aucun inierei qui ue marche bien l<iin apres celiU-lü. 
Que le« ^i^tieraux de Votre Majt'Bti^ liiip''' rciiipurtcnt sur l'eit- 
ncDii ]ea nvaiiliiges qti'on doil allcndrc de ccttß secorLdd (»iiii- 
pagne, si e!kr n lieu. )a gloire n'en r«^jaillii'a moins «ur EJIe, co 
ne Sera pas moins Jose]}li 11 qui aura dirige les operatious et 
forma cutUi armee «i faite pour ciieillir dcb lauriui'S. Si müme 
Viitro MnjcBti' vcut coinraander h poraonnc dans le inütnent le 
plus imjioi'Ulit, il est aise de le prevoir d'avaucc, et de nc »e 
reiidro U l'armÖQ qa'ii IVpoquc nücessuire sans pour uuln devoir 
passer tout l'i-te dnnti di^s ctiinats ausäi mal saiiis, et des fatt- 
goes aussi tuantes quo celles qui nous ont fait tatit gi^mir la 
campagne dcrni^re, et que nous devoiiR redotit4ir si vivomeiit 
pour culle-ei. C'est le zlih le plus pur ut raltaeliciuent le plus 
inviülable pour Ja perRoniie de Vofrc Mnjeote Imp'' qui me die- 
tetit CC9 trishambles reprcsenuitions, qui iioiirroiViil pnroitre lerne- 
raires, »1 on ne considtToit paa, que tout Äutiiclüen a Ic droit 
d'ölever la voix lorsque it s'agit de In cotisei-vatioD dn mcilleur 
dßK niaitres. 

J'ai ätä lu) peu consoiö lorsqiic j'ai vu par Ics tria gra- 
cieux ordre» de Vulro M.tj'* luip'" qu'Klle rendoit justice Ji niou 
zilc. UaigDcz Sire ntre bien pcrauade que puur cxi^cuter avec 
la plDH grande exactitude de tout eu qu'il voua plait de loe 
prcscriro, pour (>trc fcii gardo contre tont oc qni n'ost pas con- 
Ibnno ii vos iiiLoiitiotii^, je ii'ai bc&oin que d'en etro infovuie. 

Kn uie proäternanl etc. 



24« 



cci.xxvr. 



Joseph an Cobenzl 



par ooorriar Httehaj. 



Vienn» ce 31. Avrir ITS9. 



Mun eher Coinlo do Cobenzl. T^s inaux de poitrine dout 
je souffre dopuie U inois ayant d^gdndrä on des vomissemeDS 
de sang, oct incidcnt nie mit cn dnnger de vie an point qne 
j'ai cru devoir me fniri; adtuiiiistrer. Mon ^tat »'est am^Uor^ 
dn depiiis, maia je scrai oliligä k nn strict r(^4;iine ot h beau- 
coup de m(-'na*emens; je vais donc ine Iiompr aiijimrdhui h ce 
pea de ligtics et mo refercr h ce quc Ip Priiicc dt^ Kannitx 
vouB inundera siir uus alTaires avec la Porte. II n'y a qu'une 
rcmarqiic trop essentielle qae Je nc puis passer sous silencc; 
c'cst «ur rnlliance offensiv« et df^fensive quo la Prussc est prßte 
ii conclure avec les Tiircs. II est Av tout necessilö de prendre 
K tfiifis Uli parti propre h Jairc licliouer les projets liostiles qnc 
Ic Koi de Prusse niticliiiic oontre tnoi et la KnssJe, et dunt 
rexc^c.ntion lend prineijialenient ü iiip-i ddpens. !.o moyen le 
plus efHcHoe du Ic'S prc-vcuir ost aans contredit celui de faire, 
ft'H est posäihle une pnix commune au partielle aveu les Turcs, 
pourqitc l'ttne do iioö junesances allii-es ayant lea tioiideea 
francUcfi piiisse servir d'^'de k TautTC. Vous anr^s sein, mon 
clier Comte, de convalncre riinperatrice et »on ministere^ com- 
bicn i) est de l'iiiterüt de no8 deux Coiifs qn'un put parvuiiir 
b ce hnt finlntair<^ et so mt^nagcr ainsi les moyenfi d'imposcr au 
Ttoi de Pnisse, notre ennctui cominiin. Je me flatte que roiu 
rf^asairÖB K lenr faire gouter cette verit^. 

1-6 Princü IVtemkiii «'^tant ä ee que je voiß. I'ötrc tout 
puissant en cc moment, il faut lo mt^nager au poäsiblc et tächor 
de toute fajon ii I'engager d'entrer dans nos intirets. Qaelqne 
(k'sirnble qu'il Boit de vcnnottre »u muins en gros ees Jd^os de 
CO qu'il pense de faire cctto campagno, il faut pourtant sc 
gnrder de le tourmenier, mais piqner sa vanitä en lui lemoi- 
gnant U plus grande contiaace. 

II iie mu roste, luoii eher CjomtQ, qu'k voue cliargcr de 
faire passer cetto lettre h rimpL'ratrice' k qui j'ai vuulu äcrire 



« 



* Afneüi, I. o. Nr. CLXIX, p. SM. 



84t 

malgrä mnn ätat. Quant k Lcurs Altcascs ImptVislos il ost bien 

aingiilirr qu'ellos ne mo donncnt lo moindre si^c de vid. 
Tai'lu'S de vous iiiformcr <lc ep qiii pcut en Hvc la raison et 
coiiiptt^s i|uu ju tiuis luujours avuc Icü uiemi^s äuiitiiiiuns d'i'stimu 
et d'ainitid 



Si(f.: Joseph m. p. 



COLXXVII. 



Kaanitz an GobeuL 



par (.'ourrk-r RvUclioy. 



Vienno 1« 34. Avrü 178». 



Vous verre/. i>;ir la lettre du comto Choiseul GoufHier au 
Starquis du Nuaillus, quu pour Totis seul, je vous coininunique 
in extenso/ cn inäiiic teras que l'ostrait mutiW que in%'n a 
reraia ce demier, quo l^e ronitc de Clinisenl apprehendc, que 
la peur des Turcs de voir df^baiider leur anoc« pourra etre un 
grand obstade i, la delivj-ance de M' de Bulgakow, et heau- 
ooup pKis encore qu'tls nu se prelennit puliit h t'onsuutir b 
l'Uti poasidetj» actncl cn Favcur de I'une et de I'aatrc de« 
deux cours imperiales conjointemcnt. Je vou« avoue qu« j'eu 
serois peu i!lonut^, si eummu ü scinblc, il luur a pruposti Tun 
ot TautrH. iivant d« leur avoir envoyc le inemoii-e, (nrü dcvuit 
leur faire remettre, ainsi que le miimoire anonyme," d'apri« Ic 
contenu do loa lettre du 5. fevrier ; ehose presqu'iucroyabEe, 
mais que pas uiuins In »fWlieresse de sa luttro fait Hpj)r<!lieiider. 
Mais conimt! neu» nc puuvonä pas tardcr bien lon^tcms h 6tre 
tirea d'incertitude k cet egard, moyennant l'nrrivöe de j'expr^», 
qu'il se proposoit d'envoyer par In vvyn de iJagitse, je vevix 
bien jusipios lii rcgarder co queju crains, comine doiitciiK. En 
attcndiint ncanmoins, j'ai eru devoir prendre lo parri, que vous 
vcrrcK qae j'ai pria Ji toxit «^venemmt, et je ine flatte, que, re- 
fluxiun faitu, I« oü vous ötett, on »entirn qu'Ü le falluit p>imr ne 
pas rendri! mal, pirc. Au moins je le sonhaite, ear eelon toutos 
no« Dütions, les artticos russcs sont fondnos ii tcl point, qite 



' MAnioiru ■.nun/nie boi Arnclb, CorreapoTKlancQ du Comte riß Mcnt; II, 
p. M2. 



loat au plus eilt.-* pourröni suffire ü an« m-'-ii-XTe defeoaive; 
iö'l'^j^^ii'.leiumeni »W lact dautres rai?-'n«. ijoi <ioiv«jnt tairo <ie- 
sirer. ce ru'- seniMe. le plus pruiupt reu* bliest aien; ixis=ible de 
la paix. piu:> de^irable quc vraLiemblable cepen-iä::t. si du plus 
parfait aocor-l. e: dir ia meillture foi du mo^dr le? deus Coars 
Inip""" ne tont pas cetie canipa^zne de laj:-:: ä rendre Ia paix 
neoessaire. oii ä moins desirable ä la Porte, l'hvver prochaiD. 
J'espere que vou? me sei-onderez. 0'>mnie l->uablement 
Ti>u5 avez fait josqu'ici. J'espere aussi que voiis serez secondü 
par le C"^ de .Sepur. et dan= eene doablr; C':-arianee. j'attendrai. 
comme tou5 pensez bien. de vos n-.'Uv-Urs av.=-i.- impatienee. 
mais en meme lems avt-c Ia pv-rst-verant-- invariable de tvus 
les sentimens que voos me cüunoisäez (»-Mir vC'US. mi>n eher 
boD et brave homme. 

CCLXXVIII. 
Philipp Cobenzl an Lndwif CobenzL 

Vieme It i-1- Avnl 17»9. 

Je n ^i iri'nzi mot ä ajouter ä la lettre d-'tiice, mai« sur 
u:; vtjN-t 'iv.; :.,"; -lüp-r-r;.' tieanooup. Mr. de M'-r.-v i'.an? soii 
d*Tr.:er nit'i- r; -ri rendaiil ».■■'•tiipte ■:? I;i e'r.f'Te:ii.-v «iiiil :t t-u 
av.fL' Mr. ■:■- M -ntnionn ;".r le? iy.sirj-.ti/U'^ '!U: ■:■:;: ete donnei-s 
eii ■'.-.-rLivr .;-:■: ':*. Mr. d-.- Svi:ur iv-^ir !-.' :r:i;;e ■i'jtliiar.oe :i con- 
chir-.- iv-r: !:! llii;:-::. •-; 4-;r le i-r-i-^: >>■ :rAi:e ■li-:- Mr. de Seirur 
■i' :: [.■■■-■: -r-r. Mr. >'.- M'-r-v. dij-'e. r.V!".:;--- :»-:c-.;:;ement vu 
i::;i;..-r-- --^r : :: '■-!;», :::;.> ?•_- r.-ii>: rte ("r •.: ~:::.j-!c:i:er.t ä la 
•■■•::::li:,: ■■■.:. r, ■ r-n-'.':-:.::-!.-.- 'tn:- Mr. ■:- N ix '..:■■• a e:>- i-hanre 
.■V- :\.;rv -. Mr. '.- I'r.r.-.-: \:- Kaunitz. " 'r r^viL -r:- Mr. l'Am- 
üiis>;»' ir .u" ■'.■■ Franee, -.t. ;'rn.-<t'iilt;i:.: ■{■.■ *u -■ ;;'.::::;?i-.'i! env^-rs 
!•.- r*r::-.i.--- !u: ;» :";.:: i-i-etir- d'-r^e c-ii- .,:- ..-. if.'-v: de irait>". 
er. ;':i -■■-■■ ■::;i;«i:!.;ir.t ■:- se^ r'-rjarotiv-, ::.:.:> -.■■■ni-j- le Prince 
r.'.- l":: ii i-;!-: ■: -r_;i::v;'- •>:■ !■;: !a:=>er ~ :i i-:ii-;v:'. Mr. de Nojiillr? 
ia r-7-^.-.i •:r. ;■. ;.-. ?: L':--:i '::-- c::? ;iv.:r':~ ;l-.i (.'".ireau. qui 
':-rv.r.» trav:i:..-r ;t:x ■ x;-»^'.:*:or.^. r. .:■. ?v iilv :::-.- r.: no•a^ n'avons 
; .1- ". ■; j^'Z" \ L- -■-■ r'-r :.:':■ .'.■:. :l^:5 -•■ 'r:! ; ;s <.-:. r-o;:? p.e :^avon$ 
i-i- .- :.. ". :- - r. :.;--r.'.; r.: dv ;.v.: > !■;■ •->:; lieatiL'H* quo 
i .\: ■ ■ :i--;i ■. ::■ y ;i ;»'.■;:■-, ',•- Pr!:.«.' . :: .-.s ■'.:;ar.i tcut uninieut 
• ,•'.':. :.- ?'-r. ■; :■' "ier.: fius. V->u5 avouerez. fiUe c"est une sin- 



343 

guliörc mani^i'c <lo traiter Ics afr&ires, di&is cnfin les chowt 
Bont niiisi, et il n'y a poiiit de reiUf'de h cela. J'esp^iv qxi'k 
V0I18, (iiant ii i'etLTsboiirg, il n'en naitra pas im bicii grand 
incoTivt^ninnt, i>niftqai? qunnd la commimirulion (to cottu pi&ce 
vuiw aura eic failc, vous aurez s^u tout cc quo vous avf.y. h. 
faire et U dire sans avyir besoiü poiir cela de iiouvellcs diree- 
tiutis; comme eependaiit il eet trte etisctiLiel, quc nous sacliiuns 
ausfit iin peil de qttoi il est C[iicstioii, tAchez d'avoir itne vo\no 
dl' CO projet de lralt(^ pour nous la t-omiriunifjuer avec tout ce 
qii'il sc pussera de relatil' ä ce puiot.* 



Vienue ce 19. M.ni 17S9. 



CCLXXIX. 

Joieph aa Cobeail. 

Pttanboar; to i, Jiiin ITttB 
pw catirrier MicImlAvitkj. 

Mon «lier ConiLe de Cobenzl. Vous verriis par la depet-Iie 
de la Chaneeilcric d'Ktal ce quj noii« «nj^ugc ä expedier ce 
courricr. Ju suis eurleux d'appi-endic, st lue Russett pyiisseront 
Tinsolciicc jusqu'h. se faire tirer roreille pour renouveller notro 
alliancc drml il» ent tini senk taut d'avanta^es. 

Je voUÄ tmvoyo ei-joini deiix Icttrp-s pour l'Impt'ratrice, 
Tun« caeliutee, que vous aures aoiii de Lui faire passer, et l'autro 
encorc ouvcrto qui contient Ee rononvcllemout du traitc d'al- 
Üance,' et quo vous nci remett.ri:'s que lorsque vous seres sftr 
qu'on vous dounera bt piircille. Cette deruiii'ö citt sous cachet 
vuhmt poiirquc vous puissii5s mcttro en eliiffre Ic noinbre d'aii- 
nces quo cette alliaiice doit durer. 

Je vous joinK aussi unc lettre pour Lonrs Altesscs Im- 
pöriales. II est sin^ulier, uoiiiblen je suis uiol Iraite de leur 
part et mfinie rArchtduchease. 

Quant au projrt de rainpa^iii! que vous m'avea envoye 
de bi part de la Cour, et surtout pour ce qui couceme la notn 
que le Pnucu Polenikin vous a duime, il u'y a autre chose k 
y repondre. si non quo je m'aiTangenii en coiiBi-quence, f^tant 
bien eloign*? de gAner mon allii en toat co qni est de aa con- 



< Vgl. Rccusll il(Hi Enatructionit do»iii-«a k l'anibanadaun BatMl IT, p. AiH. 
* AmuUi, I. <-- Nr. ClJt:X und CL.VXI. p. 331 aod 88S. 



344 

Tenance, si meine ccia n'est pas de la micnne. Je veux uean- 
moins vous coramuniquer ici k part quelques reflexiona qui re- 
pandent du jour sur cc projet de canipagne, et qui vous servi- 
ront ä y confoi-mer voa discours. 

Lea intrigues du Prince Potemkin avee l'Angleten-e sont 
trfes vraies et trfes sftres, de meme que je crois qu'il n'est pas 
tout ä fait net du cot^ du Koi de Prusse. Faites bicn scntir 
que la Prasse est le vrai enneini de la Ilussie, que actuolle- 
ment que les Turcs n'ont plus Oczakow iii Cliotym, je lui dc- 
viena cent foia plus utile en coiitcnant tcs Frassiens et Ics 
Polonois, que si je poursuis la guerrc contre lea Turcs en Bosuie 
et que je les tiens en echec en Servie. 

Ma sante est encore bien loin d'etre remise; je vions 
d'avoir pendant 8 jours une fifevrc continuc reraittente qui m'a 
fait maigri et afFoibli; le pouU n'est pas encore net et la toux 
continue toujours avee expectoration. 

Dans ces momens importans cette longue raaladie me 
pfese doublement. L'onvrage qui ne doit pas moins se faire, 
n'en est que plus difficile. Mais ce qiii ajoutc le plus k mes 
souflfrances, c'est rimpossibilite de pouvoir me rendre ä l'armec. 
Je vais aujourdliui ii Laxenbourg pour fhanger d'air. 

Adieu, uion eher Comte, sachant que vous vous interosscs 
h ma sante j'ai voulu vous donner ces d<'tails; croyt's au reste 
qne je ne suis pas moins avee tous les seiitimens que vous 
me connoissi's, 

Sig. : 5Ion eher Comte 

Votrc tres affei'tioHf' 

Joseph m. p. 

P. S. II me reste :i vmus obscrver, luon eher Comte, que 
dans ina lettre ii L. A. Imp., je leur ai umnde que vous les 
informeres de l'objet qui fait expedier ce t'ourrier; ainsi je vous 
autorise ä les iiistruirc qu'il s'agit du reiiouvellumont de nolre 
alliance; car je erois que cctte coiifidcnce ne peut que les 
flatter et faire hon effet. Vous vous uii acquittores eependant 
d'unc manierc k ue point ehoqucr la vieillc Cour. 




345 



CCLXXX. 

Philipp Cobenzl an Ludwig Cobenzl. 

Vionn« I.! 2((. Mny 1789. 

Le courricr f[ui vous apporte Ia prcsente seroil parti trois 
semaincs plutiit, si au ntoment do suii dt^part il n'ctoil venu 
daiis Tospril k rKrupercur ilu cqiibuUlm- pnmlablciiirnt le Uratid- 
Ihtc STir fe renouvelJemeiit de ralliance,' c'csl ce ijai a occa- 
Bion^ l'exp^flition d'iin courricr K Florence donl U a fallii nttcndrfl 
I« rotour. Ce sout des reäexiutiä sur son ätat de »nute qui out 
doterminö rEmporeur Ji faire trotie d^marchc envcrs son soc- 
ceesenr prdsouiplif. J'eaperc qne cette pr^canlion sc trouvcra 
SToir ^te superiinc; cepcndant je ne suis pas f&clit^ qnc c(!la 
Kü soll fuit, put&(|ue si Uli uiullicur poäsiblu an-jvoit, du moiiis 
Ic (Irand-Duc nc pourroit pas raisonuableraent blaint-r un li'aiti^ 
donl il auroit avonö rexccllence. II semble (juc rKinpereur a 
Toulu par Ih. Her son fr^re plus litroitetueDt aux nouvelles sti- 
ptilalioiis, pui&qu'cnßn, quekjitc misonablc quc soit cclte allianco, 
DO Tayant pas coiisultr. il nc pourroit r^pondre aUfioIuniont dos 
sentiments futurcs de son fr&rc, paa plus qu« l'Iiiipi-ratricc ne 
peut n-pondr« do ccux de »oii (iU. C'esl dotjc dt- Ia part de 
l'Krapereiir iiiie preuvG suraboudaiitc de son attacbeiii(.'nt ii 
rallianco qu'il rondroit ötre äternelle, ce qu'ü faiidroit faire 
aeniir Ih-bas an cas quo rEmpcrcur on dise qnclquc chosc dans 
Ba lettre familiäre ii I'Impdratnco, uc qiic j'ignore; liors ct'la je 
i-rois qu'il vaut niieux lui Jaisser ignorer cctte riruonstnnce 
puisqit'ello pourroit tröuver <*tTnngc qiic non« ayons souleinent 
pu douter un instant des gentirnents favorables du Grand Dtie 
d« Toscatie. 

Ignorant toujours tontes les dispositions relatives h 1» 
campagne, qae les plans d'openition que l'Knipereur projeito 
ou ne projftte pas. ii0U3 avous deuiaudo Sü Majcste ce qu'il 
falloit rt-puitdre h Ia uomnuLDieation faite par le Prluco Galilzin 
du plan du Prinee Futemkiu, et qmOles dircctinns il falluit vous 
donner sur tont ce que vous pourricz dire It ce dernier snr lu 
petitc nute, qu'il vom avoit remise. A cctte dcmande TEmpereur 



' JoHtph ati Jjonpold, 14. Hxi 1 7KU : Arn«lh, jMfli>1i iin4 I^opold TT , [>. 24&, 
di« Aotwurt LeopoUi Tom 19. Uü, L «. 11, Hi. 



34ß 

nous rdponilit par l'envoye d'un mt^nioii-o i|u'il prit 1» poini> dß 
dicter, avcc ordi'e de TOlls \c fah-c pnsscr tel qu'il <-toit. J'o^ois 
faire k S» M^jestO quelques Ijunibles obfeervaliuuB t.-inl sur le 
fond de son raisonnemeiit que Bur le stile, le premier m'nyant 
pnni n't^trn point k inw A-^Hnh parfaitcmr-iit aiialogue iiu plan 
Cümiiiuuiqut- par le Priiie« Malitzin, ai Fautre en quelque en- 
droit uu pea mordiuiL Mais TKuiptreur n'ajt'nnt pas trüuvö 
mes n^flcxions (uriiU'es, l« Priuce vous eovoit ecUe iiolc Itille 
qaVlIc, Joint« h. un Pofitscriptnni. Ccpondant dppnis qne votra 
pacquct est fait, l'Empereur viciit de redemauder Toriginal de 
ootte notc on nous marquant qu'JI vous <*criroit lui-iuenie sur 
cet objet. Vous %-errez dont: jiar la roiuparaiHon ö'il y a cliangiS 
quelque clioftc, et si les ordres diroctes qu'il vou8 donnc, seroDt 
üoiubiiiables ou nun uvec Iva directioDs que le Piiuce voiis avoit 
ddji» donni5.' 

Vous vous plnigniez de ce qn'oD voiis laissc ipnorer tnui 
ce qoi a rapport aiix Operations do la giierre; mals la raUoii 
on c;£l, quc cous u'eii suvons rlen »ous mßmcs. L'Knipcreur 
nc nous cummuniquc jamais rieti de »oä projutä et dibpuäitions 
pour l'avenir, et du passe nous n'apprenons quc ce qu'on in- 
»6ro dau8 la gnzetCe. Par exemple je ue s^urais vo»9 dire 
quand Mrs. Ics mnrechaux de Iladdlck et London teront sortir 
k-ur» tnnippcä duti i-antoimenicnlä, oii üs [es rasäciubleront et 
de quelle fn^oii ils out ordre d'agir; je ne sjais quel» ordre» 
ont les Prinees de Coburg et Ilohenlobe, seit pnur la d(?fcnaive 
DU l'offeiwivy, Boil pour oux-iueiues srpartMiient, soit eoujointc- 
tnent et de conccrt avec les troappcs Kusses, qui leurs aont 
voiaines. Peut-etre qtie l'Empereur vous en dira quclquc (-'hotsc 
lui-meme et alora vous eu syaurex peut-Stre pa« asacz, mais 
toiijüurs beaueoup plus i[iiu Mr. le Chancelier. 

La Santo de rKmpereurnc va bieu du tont, et Sa Majestri 
en est elle-meme trfea-affectee. Ce que les m^dccins en disent 

' Pliilipp Cübeaxl Dbeneudeio tleni KaiH^r dva ruMiadiun n|ior»UuiJ»[i)nit; 
.)i>M;|>h banerkie am Ewide Aon Vtirtrxgui: .Ic vi-ii* jww ici luie iiii- 
nntü d« nota on rÄpouNH ati pinii iViiji^rAliuii cumiiiiiiiiijiii' jiAr la Kuati«. 
Jo Tai cutich^ cnnore mwn* [tfiHniriit |ii>iir rntMiirdiiü et rin|>Drtineiice 
i|Bi rfyue d«ns cca A«ax [lUnn, 1.1:» Uiuimm n« feroiil ri«ii, TOiiilront la 
Mttldjivie ifratis niixTurvs, vi uuiix aitionK toHU>s le> nriu^ Ottoman«», 
darMbef «ur le« krit»; ot (xnnnH iionn nurun» muh w»ut«iiii ]«ur cboo, 
mt 4]«« lea Türe* a'en ircint, iU Utclirrntit pvut-iJtre etivoni raatomnd 
d'eatniprendra qufllqa» vbiww »ar UuLilvr vu *ur Ai-kerniann. 




est »i obscur, sj etjuivoque, cjil'ou ii'y comprcurl rien. IjO 
mnliuK' tif. pitiint et soiiffrc hititrit plii^ tRiitöt moins, ft je uniit 
ijui- tiiHt l'i'ie imsHri-Ji avaui i[u'«n imissu juger s'il y jiura pliis 
ii craindrc oa n csptirer. 

CCLXXXI. 



K&nniU an Cobonzl. 

Vieaii» la 34 M«jr 1789. 

Notre courrier de rctoor de Florcncc vicnt d'nrriver, ci 
vomiiiL' la il^licate^so de l'Emporeur, dont eiilre utnis il auroit 
fort bicn pu so passer, uous a <l<;ili fuit perdrc lajiiurs, jo iiu 
veux pas ]ierdre nn innmoiit p(mr von» faire parvenir votre 
däp^chc,' Vous all«: tnoyennant ccia renouveler Dotre traiu'j et 
ce aara toajours unc bonnc cho&c memc nücessairc; parccquc 
notre alliancL' avt-ü In Uuisäit; »ara loiijuiir», vunjuiiiti^iiii-ikt »voc 
ce que nons vant la neutrnlitt! de la France, la iiu'ülourt! des 
ptiKsihk'S. m!Ll^:rc- tont rc que la Ru»sic nous a laissc k d(5sirer 
p«Qd<Lut In i.'aiD{>agne denii^re. 

Jü ttuin bien aise qu'oii y di^sira Ic prompt rdtabliaacinenl 
de la paix, mois ce qüi est esaeniiel de lear faire aeniir, i'V-st 
qti'U «'est qu*»ue fayon d'en i-appro«lior le uioiiient desinible, 
et quo CO moyeii et m^niu ruuiqiiu inuyuii, ee sera de i-ciidre 
ia paix d^-sirable aax Turcs en les attaqiiaiit et en les bnttant 
parlüiit oü on pourra les tronver; parceqn'il fl'en sinvra tuiit 
nalmvIlciTient qu^Ique nouvelle cwnquHlc, et qu'un ce ea» M' 
Sßlini, |Hi£ iiioins quu soii pr^'dfiucsiseur, scra obligü de faire la 
paix malgrc qu'il en ait. (Je qui est cssciifiel par coiiünlipiuiit, 
c'Mt que Ics Ruü8e5> t^clicnt de battro les Turcs, ol pmirvu 
que Cüla arrive, il n'iuipoi-t« cvmmeut, et quo ce soit sur tel 
cu tel nulro plan de eampa^uo. 

Proximc pliira, i-l t'^n attcndatit cuinmc j'ai hhtv, je nie 
borne a vous ronoavellcr les nssurauoes de inn bonno el tcndro 
aniitie. 

Kaunitz Kioibur^ m. p. 



' r'>benzl erliiuU am H. Mnl 'li" WelaiiUji, die AllUn« »af otn«n l!lii|j»r#n 
Jtfilr.iiitn nla nrhi Jnlira aUnuwhlloupn vnä mclir »In If.dirü M;iiiii l^lft^- 
lüutiing XU fordcni. 



fXILXXXlI. 



Cobenzl an Joseph. 

li g> PJUtrabuui^ lo S8. nt«i 1760. 

Apres avoir jiusaü ([iielques joiii-s, k-s plus cruels d«- ma 
vie, dans la plus liorrililo impiiptiule, aprirs avoir eu ii trembler 
potir !a Tic rlu tticillonr clers rnftitfcs, j'ai t^tä cnfin tin^ de cc 
tri»te <51äI par rarrlvt-e «lu courrier RcUcIicy et tlcs ordre« 
Buprfimes (|ue Votre Majeste liupörialo a. daigtiö m'eiivoyer 
par Ini Is 24. avril. J'ai rctidn cDmptc- par mes rapports h la 
Clianocllcrie de ('our et d'Ktat de la joie universelle quo l'ar- 
riv(5« Je ce couirier a caus^e ici, et de tout ce qu'a ^prouvi! 
rimperatriiiQ en npprentinnt ])ar Votre Majest« Kile-uacme lu 
nouvellu du Bon liüureiix ri-tnblit^geinoitt. ^laii^, 8irc, co qu'a 
seDti daos co luoiiieut-lli un adele servitcur de Votre Majo«ttS, 
conible de Ses bontes, et cjui joist aux dcvoirs de sojet l'at- 
taohement lu plus vif, et te jiliis invluluble ii Son augusti; pur- 
aonnc, c'cst cc ()u'aucunc csprcssion nc pcut rendre. Outro In 
joio, que j'ai öprouv^e de recevoir dans uQ mmuciit, comme 
cclui-lii, une lettre de Votro Majeste Jmp'' Kllo-inemc, je n'ai 
pas 6i4) iiioins Iieiirenx d'y Uro quo Votre Majesti* »ent Ello- 
iii6me, combien Elle a besoin, de regime et de mcnugcment. 
J'ode le dire, Sir«, c'est un engagement que votis prenest en- 
vors Vos Bujets, et vous ii'etcs puint accoatuiaä k manquor h 
CO qiJR Vous proincttez. 

Qu'il me seit perrais de rappeler iei i. Votre Majest^ un 
de Ses actes des butiti^s, qm caraet^nse sl bien ison Aniu. 
Lorsque pa«>(^ qiiatre ans, j'ai fait un« iiiaUdio qiii m'a iiiis en 
iiasea gran<l diingerj Votre Majestt^, n'a-1 Elle pas daignti mc 
prescrire Klle-ueme de me menager"? Or qu'est ce qo'un in- 
dividu tcl qiie moi cn eoni]inraison de !a persoriiic saeree d« 
Votre Maje8l<5, et puia-je faire aiitre clio&i^ dans ee inoment-eij 
que de mo jettcr h Ses picds avce toiis Scs £cl6ioa sttjets, et 
de La coujui-er les lariaes aox yeux d'avoir pitie de nous et 
dß Se conserver. 

Sa Majostd Flmpiiratrice ayant daifm«! mo charger de lu 
lettre cljointe pour Votre Majeste^ Impcrialcj c'ral ce, qni fait 
l'objet principalc de I'envoi du presetit cüurrier. Je prciids lu 
libertti de uiutlru egiilemeiit ü Ses pieds Ics Icttrcs du Graad- 



• 




M9 



Dtto et de la Cirundc Duclieesc tant pour Vütre Majestö quc 
pour S. A. R. Mndamn rArchidnelKisso. 

Poiir ne pas iniportHner Votrc Majeste d'nnc rßpötition 
tedieuse, je prends U respectueuse libert^ de ni'en mppoiter 
h Ines d^p^ehcs ii in Ctianct^llerii; du Cunr el d'Etnt Mir I'cxt^* 
cutioTi des ordrcs i\xiP. j'ai rc^ns, quo snr tnut co qui m'a parii 
digne d'etru portt* li Sa conti oissuncc. II Lui pltiini de voir par 
lear coiitcnu qu'on est enti^rcmont d'nccord uvcc noiis i^ur la 
n^ceBsit(J et la saj^jespe des <li*riiii'r«8 inatrui-tiuns envoye«s n 
Cßnstantinuplc, et quc I'ImjiL-ratnoe conlinuc ii doniicr Ica maiiift 
iLU prujet dl? la palx particuU^re de Votrc Majcetc itvec lo» 
Turcs dans l'espörnnc«, que nons n'ou »erons pas inoins tidM« 
k notre sisl&ino d'allianco tivcc la Kiissi«', et ([n'ayani les bras 
Ithrcs eile trouv«-ra dans rnmitic de Votrc Majcsti^ [es moyena 
d'en imposer au lloi de Prusse. 

Mais eonime U est miülieureusement dans le nombrc de 
elioRcs posfiibles, qne les Turcs »e refhsünt tn^mn ä In patx 
particulier« avüc nous, c'cftt daits cc caa Ik, <]ii'uii attcnd des 
Forces respt-ctables, qnc Votre Majeste omploie dans celte 
pierre, et de l'habitHti^ des dispusJtiuiis, qit'KIto a fattes, les 
succ^ Ics plus ^cliitanls pendant cctte campagiie de raanierc 
ü forcer le» Turcs ä la paix l'li^'ver procliain. Pour uie sorvir 
iei des pxpressions de Hesborodko lui meniCj je conyois, m'a-t 
il dit, qne l'hamear qa'a du tous causer noirc iiiaction |}enilant 
la (■ampajjiift dcrnitre a pu vons engafr<>r d'arrMcp voa oppra- 
liotis, quc vuuB avioz si brillant comiucncc^-es, niais dans cettc 
campagnc ci votre interöt mfime autant et plus quo le nfttro 
esiffe, que vons faasiez les plus grands otForta. D'aprf-s los 
nouvelles BOcrÄte«, que von» nous conimuniqucz» il paroit que 
luut »nnonue quc nous pouvous nous llatter, que |>cnilai)t uette 
eampagne-ei le Hot de Pnisse nonu laisaera encore tranquiles. 
Nous avons suivi, et eontiniieron» k sinvrc les snijes conscüs, 
que vou« uüus avcz dounös d« lui üter jusqu'au moindre |>ri> 
texte k Que leväc de bouclior, et cette condaite ne latsse pas 
de Teinbarasscr. MaiH si jtisrjii'ii l'hyvor nuua nc pouvnns pas 
avüir la paix avec les Türe«, xoit uoinnmnc, seit separee, seit 
par la voie do la n^gociatton, soit par le succ^s de nos armes, 
qu'eat ce qui pourra eiiipeclior le Koi de Prussc de so rcndrc 
il l'invitatiou do Tiircs pour un nllianec offensive avcc oux; et 
n'aimcra-lil pas inicux ntius atlaquor loi-sque deux campagnes 



350 



inaclives nons auront äpuise d'hommes et d'argent, que «Ic 
s'expoaer U nolru jiiste ressentiiiiwnt, lorsqiif (juclqiiys Aiinees 
de paix iioiis aiirnnt eiitidivmient reiuiä. L'liDjHinilrice a ciu- 
ployö tous les mojens, i|n'cU(! a cm 6ti*e en aon poavoir [wnr 
engapcr le Priiici; Potttmkin ä Jigir avee vipii-iir. Olicz rons, 
oü t'armt^o vst vu nusüi [lon viai, cl Lout iiitfisi cn ordrü. In 
cboBe ne tJont abäoluioent qu'ä la volonld du luaitre. Hur I» 
Position qiic nos artiiccs ont dejJi djins ce momonl-c-.i, il est itii- 
poMible, (^ue coiimio Tanneu dcriiii-'i-c. vou» a.yi-z toulv» \*i* 
forews de terre de l'eunemi biu" les brns, et que ta plus gründe 
pailiu HC Be toiirnc pos de DOtre ci'itä. 11 n'y a dune qii'n 
cntrcprcndrc; do votr*; paii pour Hrc. sftr de r<5iissir. L'Irapöra- 
Irice est liop viveuiciit atlavln-e ä In pcrsoiiue de Ün )laje»(e 
rEmpercur, pour ne pas desircr de prefärence a tout, quo cct 
nu^ustr Priiicn ineuHj;e sa sant^, et ulte sci-oit par con8Ör|ucnt 
dtiiis k'S'plus vivuä iiKjuietudes, si eile upprenoit^ C|uc molgrä 
Sou ^tat^ Hon intime allie s exposoit aa climat mal siün, et oax 
fuUgues, <|iu onl peiim^cs iioii» umiUir sj i'her. Mais la gloirc 
du ce que fcra rEmpercur par .Scs gt-iidraux n'en nyaillcra pns 
moinft ciitiferoment SHr te Prince, riui par Seg soins iufatigfibles 
;t mit) lantiö*- uutricliietino t>ur le pied rcBiieclaUu oü eile esL 
.I'ai uru di; nuni dcvoir de rappoiler cii d(*lail tout ce que m'n 
dit Ht'sbiirodko. 

II nc pßut pag öcbapper ä U Imule pönetration de Votre 
Miij^juU* luiptTialü, quc t>i nou» sonimes üblii^e» de cytiliuuer I» 
guerre cncorc pciidiml cetto cain]taguo, notre coi)sid(;rnüuii 
polirique, et la rii^putation de nos armees exigent indispensablc- 
luvnl, ([uc nou» Ji^'ons des succös deeisifs. Apre» \e» dcraJüruä 
nvHutaj^cs ruuiporti^s par lus Kusses uu Sloldavie^ on deairc 
vivement ici que le Prince de Cobourg avance ligalement avec 
son corp8 pour soutenir le8 ti-ouppes dt- l'lmpc'Tjiliioc. 

J'ai eu riioniieuf du rendi'o compte ii Votre Älajeslö Im* 
perinic par luon dernier couii'icr de toul ce, que j'ai pu apprendrc 
de relatif h In jeune Cour. Je ne duuie pas, que Ja nouveUe 
d(-^inarclic anglo-prussieime ä Cöppenhague n'ait fait effct sor Ic 
Itrarid-Uuc. C'uät aussi relHtivuiiiiMit ä lui qu'Ü scroJt bjen iiu- 
limiant que le« trouppes de V. M, L puissent avoir un »ucc^ 
brillant pour Ic fan-e. revcnir de l'idtV, qu'on a sju lui inapircr 
de la 8U]>üriorite du uiilitaire prusäicn sur Ic nütre. 

En me prosicnmnt etc. 




361 



ccLxxxm. 



Cobenzl an Joseph. 



£ S' PSlorBhonri: lo I3jiiin 1789. 

Lo Rartlc gftli»ien Miclialovsky aniv^ ic! le 5 de juin Ji 
2 heures ai>res-midi, ui'it apporte Ins ordree siipremes dont il a 
[ilu Votru iMnjnstr Ittiiii'rialij i\^ in'lionorcr eii dato du 19. mni. 
.le La supplio de vouJoir l)ien rucevoir ü Ses pied» l'cxprcsäion 
(\e mn tri'.s-huioble recüiinotssftnoe de la UmU' avco laqncllß 
Kilo duigne iii« donnur Kllu-incinu Ics dOiails ruiatif's ii 8u santü. 
J'oae dirc ^ue Jo iiu-rite ccUo };rAcfi pur iimti iilla<'Iicnuiiit re- 
HpnctiicuK.et saus biirnes k Taugiiste persunne de Votre Mnjesiö. 
Ce qiic j'ai souftert pal" tontcs los inquieMides, dont j'ai ii& ac- 
calile, iie peut s'expnmer. Jo suis bu*n loin d'i'^trti traiiquillu 
Ht iie le scrni, que lorsquc j'apprendnii TenUcr nWftlilissement 
de la sant<1 de Votre Majestc-, Ce momcnt, que j'attcns avcc 
la plus vivo iinpatience, ttera nane duute ud du plittt Iioiiruiix 
de jua vic. 

Votro Maje.st6 Jiup^rialo ae trouve dnns ce moment-ci k 
T.jixcubourg; mais Klle y est saus aucunc dissipation, saus 
uueuim suck'le que.' fcIlc de Ses secrütaire» trt par L'uiisOqueiit 
lie peasaiit, ne purlunt et ne s'oecupniit que des alfnires dans 
mi nirdiii-nc, oü cette tension eontinuelle, et non iiiterrompne 
de l'csprit iic poiit qm; r<>1arder le iiioment si df'äii-c* de Son 
cnti^rc gU(':risoii. Qu'dtu pormcitlu ces retlexioiis L uiic fidMc 
serviteur enüäreinont dcvouä k Son auguste personne. 

Aiisftitöi apris l'arriv^p du conrrier de Votre Majnsl«) j'ai 
fait passer k riuiperaU'icc la lettre cachettee^ dont Elle u daignc 
me cliarger. C'cst avcc la plus vive joie que rimp<iratrice a 
re^u la proposition puur lo i'cnouvellemeiit de l'allianco. £llo 
a tomoigni^ k ect egard le plus vif einpi-osaenjont; eile n in^me 
taut d'iiapatieuce^ que le pivseiit eeurrier parvieune ä Vutre 
Majesle, que je suis abligü de mcttre la plus graiulu luUu k 

mos d(!piM!lK;8. 

LV-cIiaiige des lettre» reupeclives »'est fait entrc Mons' 
le Vice-Chancelier et moi le 10. apr&s dinöe. L'lmp'.-ratriee a 
däsin: que la uliusß so fasse suus )u plus ;^rand socrut, poiir 
ne pos provoqucr dans cc momenl-ci les ndvci-saircs de l'union 
des dcnK Cours liujiiSnaIcs. Cette prt-voynncc (^tant couforiiie 



353 

anx Bcnliincns, quu Votrc Majcst(! Imprlriale iv adoptca relative- 
mcnl k lit Co«r <le licrlin, j'ai oru Huvoir rn'y prfitor. I/Im- 
pcratricu a üi-sirc egalvmunt ä'cii tunir :m tcrmu de 8 ans, et 
h la mcme stipulalion generale de sccoui-s ii IlJ.CUO boinniL^s. 
Aynnt ordre du in* pns iiisieter ni Htir la pro|ii)öitioij do 3().0fK> 
ni ttur celtc d'une Prolongation plus i^tc-iidue du trait^, ju m*^ 
suis egulement conformp. 

Kn cunsüqucnce j'at riionncur envoyer ci-juint aux pieds 
de Votri! ilfljest(5 Inipt^rialc unc lettre particuliftre de l*Iin|M.'ra- 
tricc caelictee, et aotis cacliot volanl cellü concenianl la con- 
ünuaüon des ungagemens respactifs.' Nous avons collatiunnä 
M' le Vie(t-Cliaiifi:licr cl iiioi Iva Ifltros urij^innleii. I/Ini|M*rii- 
tricc a oul)lic dnna la prcmierc lignc de la sicnnc Ic mot 
d'alliunce, ce qui ne ebaoge rien du tout au eone, ce mot sc 
tronrnnt plus bas \k od il e^^t tu plus signitiiint; c'est h diro 
loräqu'on stipulc Ic ronouvellt^mcnt. II ciit i-tf^ peti fx^atit du ma 
part de difFercr IV'cliange, et de donncr ä Tlnipilralrice la peine 
de recoiQiuenccr poar anc omraission aussi pcu csaentJellc lä 
oü ello fi(! mmve. J'ai doiic cru rie ])aH dovoir m'y arrötfir. A 
cclU pris los deus lettres aonl parfaitcment coiiformos. Celle do 
rimjpüralrieo a 6t6 uiiclictleu par moi ou pr^senco du Viee- 
Chancelier avec le cnuhct de Sa Maj'* Inip'* quc Besborodko 
m'avoit cnnfit^ d^ß le luatin, et ciinmie je sui» asscz nialadroit 
de mon miitier, c'est la raison pour laquclle cc cachct est si 
mal fait. Je dois nie teiiir tr&s lieureux d'avoir pu «ervir tme 
souondu futs d'iuutrument ji nn acte aussi essenticl au bien ütro 
do la monai'clnc. 

J'ai fail passer k Leiii-s Altesses Impi^riales les lelti-cs donl 
Votre Majeste m'a charge pour ellos. Mais u'ayant pas d'occa- 
sion du Ics vuir üniia ee inoiiietit <.-i, jo n'ai pu tiiacipiitter en- 
vcrs ellea de ce k quoi Votre Majcstt'! avojt daignd m'antoriser. 
Knlre tems rintimite qui continue toujour» cntre la gratide et 
la jeane Cuur » ett.* cause, quu le ürund-Dur a envuye la lettre 
do Votre Maj" k l'lnip**. Cctte Prineeseo ii'a pas vonlu le 
mettre an fait entiferement du sccrct de ce qui vient de se 
pnsser, noD dans lu erainte dune indiscretion directe de &a part 
visli-vis do la Cour du Berlin, luni» plutöt i[u*il no conlie la 
cliose h quelques uns do sea alcutours, par oü eile pourroit Atro 



* Aneth, I. e. Nr. CI.XXI, p. 33» iin<l Nr. CLXXII, p. 3X0. 




m 



trAlue. Gn contHS^uenco Sa Hajustü Imperiale s'ost content^ de 
riijjondrc a Leura Altesses Imp'" qii'ello voiioil de rceevKir des 
iiüiivelli;» asüurancve do lamiiiä de Sa Majcste TKinperc-iir ot 
de son desir d'^trc utile k la Hussio dans Ics circonstauccs 
.ictuellcs, ii quoi cettc Souvernine a Joint des r^flexioua sur les 
iivanlaf,'es que la Hiissie avoit d(5jk lints, ut tiroit «ncore de sou 
urüati avct; rAutrioln-, .Sa Majrsti; I'lmiu^rati-icc m'a fnit pr^ 
vcnir de tout ceci |Mir le comte Beslorodko uüii que si Lcurs 
Altesses luiii'" vcnoienl ;i me parier k ue sujct, je ivgle nies 
ri'qionscs sur cg qn'elle avoli irduv^ bon de luur faire «ouiioitre. 
Cest k quoi ju n'ai pn mc dispenser de pronicttrc de me con- 
former eutiäreuient. 

Aiiasilöt apres que Ic Vicc-Chancelier m'out remis la lattrc 
de rimi)t'ratrif.c, c'cjit it diru aussitAt quo j'a: eu la eertilude 
de l'expödition de mon courrier, j'ai ^'crit k M' de la Fcrniifere 
ponr deniander les ordres de Leurs AltcsBus Impt-naics. Je 
viens d'en reeevoir ta niponse t-i-joime, qui m« laissn encore 
dans l'incertitnde, si je rccevrai dßs Icttrcs d'eiix jösqn'an mo- 
meut du dt'piirt de mon courrier. 

.)c n'ui ]>as maiiquö d'exöcuter ponctttelleioent les oi-drcs 
de Votre Majusti' Iiupt'riale rclaiiveinent aux r^ponses h faire 
toucliant Ics Operations tnilitairca de cettc campn^DC. Je n'ai 
rib'ii cru Jcvoir ajoutur par eci*it au P. S. ostensible du Princo 
Kaiinitz sur cet objet. Mais j'ai döjJi fait usagc verbaleraent 
de pltisienrcs des obsf'n'atiims eonteiiues daiis hs deux pi&ces 
joiates aux ordres eupreme« dont il a plu h Volre Majeetö hay^ 
do m'lionorer rccerament. 

KelatiTement h la note, qai m'a 4x^. remise par le Prince 
Potomkin, dans Inqncllf^ il «'toit qnoslion do combattro Ins Turcs 
eiitrv le Bog yt le Duleeter, il m'a ete observö, qu'oii iiavoit 
Jamals entendn tci, quc rannte russc put abandonner Jassy ou 
la Mnldavie. mais que si, soit uii di?tai.'li erneut de l'anm^e du 
Grand Vizir, soit dos trouppcs de debarquomenl de la flotte du 
Capu<Un Pacba, avolent parues daus ce& contrecs c'auroit ä(ä 
avec rarmt^e qui raunee dcrniöra avoit etö cmployee au sii-ge 
d'Oczakow, qu'on atiroit cherchri k Ics battrr. A presont los 
avantJigeB, que le geiit-ral Dürfelden' a rapportes k Galaz, out 
d'aillcurs chaiigt^ l'ätat des clioscs, et assurö la demcura de» 



' Otto Derfcli)«», k. riiwi«L-]ior Oonerallieiilciixiit. 
Foblea. II. AUh. Dd. LIT. 



S3 



354 



Kusses eD MoIJavie. D'api-^s la demier rapport du Prince 
Potemkin envoyä au momeot, oti U etoit eur son dt^part de 
Kreinentschuk, il mande qu'il part pour ChersoD, que de lä ü 
V« se rendrc k Olviopol, oü il a rasscmliM un corps de 50.000 
lionunes avec lequd il se reuuira uu Priace Repnin. et ni»r- 
chcni eusuitc aur Bender. L'aucien corps de Koineii^ky coiu- 
iDAnde cnsuite pnr Dcrfelden, et h. present par SoavarolT* a^snt 
ce lieuteaant-gvneral sous ses ordres, ce corps dis-je coQtisnera 
d'agir ciilre Ic Pruth et lo Soret. Lc Prince ne mande pas. 
s'il se propose d'entreprendre le siige de Bender oa nonV maja 
on cr<nt ici^ qa'il se contentera de masquer cette place, et qu'il 
marclicra vere Ismail. Ku uiSme teujpa un uorpti, qui prubable- 
nient mm commande par le ^en^ral Slttller,' tnarcliura par la 
Besarabie vcrs Akermann. Le Prince mande aaasi^ qne 1b 
flotte »ur la Mer noire, ainsi que la flatillc sont toutes prdte«. 
Le vaisseau ({ui porte te noni de Votre Maj'^ Imp'^ est de la 
partic, et il ne manque li l'union de tout ce qa'on a pa ras- 
seml^ler de forces sur la Mcr noire, qae le vaisaeau qu'on a 
commenc^ lors du tsej^fur de Votre Majest^ ii Cherson, qui n'est 
pas eneore enti^rcmcnt cquipp^. I<e Cuinto Voinovicli' a ordre 
de se tcnir cntre l'cmboucbore du Dannbc et Serastopol et de 
proti^ger, s'il est po»sib1e, l'entree de la flotille daus le Dannbe. 
Le Priuee Kepnin mande, que le Grand Vizir e&t loujours h 
Ruatscbuk, que les trouppes lurques se tlennont dcrrifere Ismail, 
et qne quelques preparatifs annoncent, que c'est de ee c6td Ik, 
que doit se porter le Vizir. Si tout ce que promit le Prinoe 
Putemkin est cxäuutö, il mo paruit impussible qu'aue grandc 
partie des forces ne se porte pas de ce cöte Ife. Votre Maj** 
Imp** A pu voir avec quel zfele j'ai travaillc ici soit ä inspirer 
de sentimens pacifiques, soit k faire goüter l'idee de notre paix 
particuliferc, et faire sentir lea avantagcs qni on rcsnitent pour 
ta Rossic. On m'cn paroit aussi convaincn que possible, niais 
ei cette paix particuli^re e»t impossible, ou qu'elle ne puissc 



* AIexuiiI«r Wftailjfyrt^ R«ichtignf Bnitoroir-KjiDeikikj, FBfSt Itniijokjr, 
Getmnil bii cLcf, dnnn FeMinaneball , UilitirgoarsniMU' von Kiga, 
fiaii«nt!irauvenieur der OsUeeitroTinsen, B«icliagraf Mit 6. October 1788; 
reb. U. NoremWr 1739, f 18- Mai l&OO. 

* HBll«r, Upneral «n ehef, wurde mIm Btcllrcrtreter dea GaneniUeldMag- 
iiMiit«n zur Am»'« dm» F<lnit«n l'oti-nikin gondtickl. 

' Graf Voinoviii, k. nuaiscbur Vii-e-AduiirBl, viii ^boreiter Trieator. 



355 



avoir ücu, qnc (Vnne rauni&re incompatiblc Avec U dignitö de 
Votre Majeste Imperi;i1c, cette cAmpaj^e, oii pi-obablemeut le 
Koi de Prii8»e uous laissera tranquille, eci-o« jjcut-etre le luo- 
m«nL de forcer Ics Turcs pnr la voie dos armes k co qu'on no 
pourra obtiüiir d'eux par cello de la nt^gociation. 

Pcrsonne iio serit Tiiicux cjue müi tout ce que noas pcr- 
doDs daiis ce moment-cl ä cc que Votre Majo&tt: iic pui&&c pas 
comuiander l'armne eii personne; maia entre doux maus U faul 
clioisir Ic moindre, et fairo do niiccssitc vertu. Rien au monde 
n'f»t plus prtlieux k Tetat ([ue la saute de Votre Maj'* Iiiip'''; 
mais rien n'emp6cbe en meine tems^ qn'EIle y donne tous Ses 
öoins, que .Ses g^nenmx ne fiissent les pIns grands efforts, pour 
empörter .nur l'cniicinic des avantages aäsez decides |k>ui' IuI 
faire deairer la paix. Les considt-ralions sitr les avaiitj^jes des 
arnii^es autriehiennes et msBBS dans une guerrc contre les Turcs, 
prouvent ^videmmcnt, qa'il faut £tre avec enx ntlaquant et non 
attaque, marcher contre eux en force, et qu'alurs uu est pres- 
quo fiär de les vaiiicre. 

Kn un niot, 8ire, on s'attend ici, et dans tonte t'Enropc 
de la pnrt dfis troiippcs rlo V. M. 1'*' ii des effoiis digiios il'unc 
anuüe foriuee par Jusepb II. IJ seroit affreiix, et de la plus 
ti'istc consequence poiir la monarchie, que cette attentc ne fut 
pa» remplie. La situatiun, dans laqnelle iiüiia nmi!^ tronvuns e^t 
des plus critiqnes, et tout bicn consid^r^, ce n'eat quo par des 
victoires, que uou« pouvous nous en tirer. 

Que Volre Majeste Imperiale pardunnc la liberte de ces 
r<^flexion8 Ji un servitenr p^inetrii de zilc pour les tnt((r^t8 de 
sa patrie et un entlmsiaste de la gloire et do la ri^pulntion do 
seil maitrc. 

II n'^t^^Iiappera paa non plus k la baute pänätratiuii do 
VotTö Majeat«^ Impi^riale qn'K present, que le Princo Potemkin 
comiuaude »eul coulre [es Turcs, les secours qu'i! pr«urra tirer 
du IVince de Cobourg ponrrunt essentiellement intiuer sur lui. 
Rien n'esl plus fait pour le ramener entiiironicnt k nous, quo 
les faciliies qu'il ponrra irouver de ce cöt^ IJi; comme rien 
n'eat plus propre it donner bon jcu h nos enoemis, que les 
uontrarietes, qn'il dpruuveruit de la part du corpä aulrieliioii 
le plua pr^ de lui. 

P. S. Je dois i-cmsrquer tri-sliumblemcnt ici, qne la note 
dn Princo Potemkin, qui etoit jointe ü mon i'. S. 1 du 15. avrU 

SS» 



356 



a M^ enroy^e pnr moi cn original, teile qnc jo Tai rc^ue; niiisi 
qui? s'il y r tinc Taute de cojtiste 8ur la rivij^re Bog oii licu 
de cullc de Prutii, c*vät dane ba Chancelurie, et non üauä lii 
miennc, qn'elle a eu Heu. 



ccr.xxxiv. 

Cobenzl an Joseph. 

« S* Pto-nbnrg le SSjuinet 17S9. 

C'est h la reqitiäition du Vice-Chanc-elier Comte Oster- 
nrnnn, quo je cxp^rdic un de deux coiirriors, qui sc tronvcnt 
ch(;% moi. L'objt^t esseatiel de cet envoi e«t de fuiro jiusser k 
Vienne an paqtiot asaez considt'-rabte d'intercepts. 11 a parit 
nn minist^re d« Su Maji^^tui rimpcratrieo quo dans U'S circon- 
stancea critiques actucUe« tl Mok esscutiol d'etre informe te 
plut6t posstble du cooteou de ces pi^ces &ecr6tes, et quc ceci 
seul valuit la peiue d'expddier un tourncr. J'ai cru d'autant 
plus dcvoir tnc prfttcr h ccttc dcmandc qn'il m'en teste cneorc 
un clicx moi, et que Ics avani derniferes dfip^kdics, que j'ai l*e- 
ynee m'anooDcent. qoe je ne tarderai pas d'en voir arriver kd 
sccond. 

J'jki pro6td de cettc occasioa säre poar faire parrcnir aux 
pieds de Votre Majeste Imperiale tont cc qiü m'a pam dtgne 
d'ütre purli^ i\ Su cunnoistianco, et que jo ne pouvoiü contier k 
la posto^ tel quo Ic dcmier mt^moirc donnt^ ici par Ica Prus- 
siens^ et la r^ponse, qui va lear 6tre faite, la d^pßche ä 
radresse du Monsieur de SimoUn au sujet du projet d'alUance 
avcu la France; les dötails coiiuomatit le chuiigenieiit du favori 
arrivö rdcemment ici, les nouvelles militaires de Finlandc etc. 

Pour ne pas tomber Jan« «ne repeütion t^dJeuse, j« prends 
la liberte de me referer tr^s-hunibl einen t h ce que coutiennent 
mes rapporta h la Cbancciortc de Cour et d'Etat 

II plaira k Votre Majcste Imp"^" de roir que dnns la rÄ- 
ponsc donn(':e ä la Prasse on »'est conform^ ^ ee quc nou» 
avons couBeille nous lu^mcs iei : de lAclier de m^nagcr cotte 
pnissance, et de rendormir jusqu'^ cc qu'on soit döbnrassc des 
autrcB aflfaires, que nous avons snr les bras. 

I-es dernifere* nouvelles arrivees de Constautinoplc, et la 
lettre qu'en conficquuncti le Princo de Kaunitz a adresste k 



357 



H' 1e Comte Choisetü^ dont j'ai ctc chargc de faire c«mmnm- 
cation pronvcni evMftinmciit, qiie ce n'cst qac par la forco des 
aiiues, qu'uu |K>urni avoir la {laix avec Ics Turcs, soit coiu- 
munc, sott memc s^jiorec^ on s'attend ici, qae leg g^näranx^ 
aitxqacl» Votre Haj'' Imp^ a daigne confier Ic commandemcnt 
de Üea armees, ugiront ar«c U rignear et l'activitt' proportion- 
näcs au besoin extröine, oü Ton est d'avoir des succirs pour 
prdvenir les plus grands ombarros. En donnant ti cet cgard 
Ics ftssurances, anx quclles j'ai et»' autonsö par les dcrniers 
ordres^ que j'ai rc^-u«, j'ai repreaentv viveoieiitj que c'tftoil un 
ÖTangilc, qne cliacun de iions dcrott sc prAclier k soi m^me, 
et qae par const^uem il etoii archiessentiel, qtio ]es armöes 
rnases se cbarg^^nt aa inoin^ de la moiti^ de la bcsogne. II 
n'etit penwnoo ici, qui ne soit convainuu de cotlc rvritä; inais 
le refrain ordinaire h tout ce que je dis sur cela, c'ost de nie 
rappeler ce qne tnalhenreuAemcnt je s^ais anssi liten qn'eux, 
que c'est lo Priuce Potemkin, entre les luaiiis de qui tout n^- 
aide, que c'est uu pcrsotinugo auquel on no commande )>a£, et 
qu'a le pointiiler pour l'exciter, on fiiit plus de mal que de 
bien. On ajouie en memc tcms qu'il est impossiblo memc dans 
Is Position, que les arui^es rus&cs unt dans ce momunt-ci, qu'elles 
n'occupent pas unß bonne partic des forcea ottomannett, v.l ne 
donncnt k nos gän^raiix la fai-ilite d'avoir des succ&s propor- 
tio<nn^ k la bonte des trouppes, qu'ils commandcnt, et k 1* 
Sttgease des ordres qu'iU rojuivout de Votre Majestü. 

Quelques eonsolantes quo soiont los demiiVrcs nouvollcs, 
que j'ai re^-ues de la sante de Votre Majestc Imperiale, jusqu'k 
ue qne j'apprecne. qa'Elle est enttörement qnitte de la ü&vre, 
et parfaitemcut n'^tablie, je uo puis ätre tout k fait tranquille; 
ce ne sera qu'alors, que je recommenccrai ii vivre. Les iu- 
quietudes mortelles, auxquellea jMtois on proio, sont cause que 
je ne (am que vt\g(5ter. C'est avee tout« l'iuipatieucu, et la 
clialeur de l'amitii^ la plus vive que rimperatriec reyoit Ics 
nonvcUcs de rameliorntiun de santt^ de Votre Majestf'-, et attcnd 
Celles de son cntier rötablisscmcut. Puissont nos voenx k cet 
^gard ätro biuntnt exaueäs. 

Qu'il mo soit pcmiis de rapportcr ici un trait, qui prouvc, 
combien la nation mssc partagc k cet <!igRrd Ics sentimcns de 
leur souverain«, lor« d'une pctite course que ma femmo a faile 
recemment ü Mo£cau pour voir lu Cowtesse iCa^ournovsky nöe 



358 

Thun,* des son arrivee le Cloubbe des bourgeois a depute vers 
eile ponr s'informer do l'etat de aante de Votre Majeste^ et 
Mad"* Cobenzl etant assez hcureuse poar pouvoir leur donner 
des noavelles consolantes, ils ont fait sur Ic chainp chanter un 
Te-Üenm. 

Je prends la liberte de joindre ici treshumblement une 
lettre et un paquet de Madame la Grande Ducbesse poar 
S. Ä. R. Mad-« l'Archi-Duchesse. 



CCLXXXV. 

Joieph an Cobenzl. 

A S» Peiershourir le 15. d'Octobre 1789 „ ^ ^ „ „ ^ .- r. 
par BerseriUr. 

Mon cber Comte Cobenzl. La Chancelerie d'Etat vous in- 
Ibrmera des raisons de l'envoi de ce conrrier, et la lettre ci- 
jointe pour rimperatrice * que vous Liii remettres, eontient mes 
complimens sur Thenreuse reussite de ses armes par terre et 
par mer contre les Suedois et de batailles gagnees tant par Ic 
Prince Cobourg conjointeraent avec M^ de Sawarow contre le 
Grand -Visir que par le Prince Repnin contre Hassan Pascha. 
Cependant tous ces evenemens heureux ne sont rien. et möme 
plutöt ä regarder comme un malheur. s'il n'amenent point la 
paix pour cet liiver. JV insiste beaucoup dans ma lettre ä 
L'Imperatrice, et j'aurai pour sur le Roi de Prusse et les Polo- 
nois sur les bras. et L'Imperatrice au moins une flotte anploise 
et hollandoise dans la Baltique, si nous ne fatsons la paix ä 
tüHt prix. 

L"etat de la France est tel, qu'Ü taut compter qu"eile 
n'existo plus pour noiis. et l'esprit de eeux qui la gouvcment. 
savoir des Ktat ^eneraux. tel. que toute Iiais<.^n avec moi leur 
paroisse contraire a. leurs inleröts. Si la Riissie peut dans ces 
circonstances so rapprocher de TAnsIeterre. il n'v taut plus 
mettre d'obstacle. et si seulement on peut obtenir que le Roi 
de Pni5se n'auquiert rien. sans vouloir sa destmetion. je ne 



' F1L-At:^'.ii Grnnn von Thun. G*^inAhIin d«< (.iraten Amireas BAjUicowskT. 

k. rnwijoh-^r t.J^Kicdier in Wien; Term. 17^8, t 1S06. 
' Arneth. I. c. >r. CUtXIV, p. 33«, 



S50 



ferots aucane difficulle d'entrer conjointement arec 1a Kassie 
ilans les arranj^'niens et los liaisons qii'Elle conlrsctorait aree 
rAngIctcrre. Je nc rons dU cela, qnc pour votr« coonoisaance, 
et pour qae vous puissies vods regier en cons^uence dans vos 
propoe et demarclies. Yoas aur^s ct^pendniit soiii de ne point 
donncr do sonp^on h. cct 4^giird au ministro de France, cjur je 
ne veux point de mal h Im Fruncc, ni entrei' dnns des liatsons 
contre eile, iiiais je veus mc proeurcr aassi sarete eontre moD 
cnnemi naturel lo Rui do Pniiüse, lorsqu'clle est Iiors d'etat ot 
non cn volonte de pouvoir m'cn proeurcr. 

Adieu, rnon eher Comte, relev^s bien le pUisir que j'ai 
des &accf<s russes. et faites bien sentir, que jamais atlie n'a fait 
ce quo jo fais, et que mes arnn'^es et inefl troupiws ne m^ri- 
toient pas la petitc opinion qu'on vouloit aroir d'cUea la cam* 
pa^e passee. 

Je ne sma pas encure content de ma sante el ines pou- 
mons sont crucllcnicnt afToiblis. 

Croy^s, mon cbcr Comte, que je suis avec les memcs 
seDtimens d'estime et d'amitie que von» me connoisae» 

Sig.: Mon eher Comte 

Votre trhs affectiou^ 
Joseph in. p. 

P. S. Je votts joins eiicoie une lettre pour Leur« Allesses 
Imperiales que ¥008 Jeur reuietti-es. 

cx:lxxxvi. 



Joieph an Cobenst. 



A S'Pilonbour; lo U Oclolira 1784 
pBT oannier riiM». 



Vienni! ce IS, Oeiubra I7S11. 



Mon eher Comte de Cobenzl. J'espfere que vous ser»« plus 
content de nous cettc rainpag-ne-ci, que von» ne Vnvfi» i'tiS 
rannte passee, puisque la lyllre ei jrjjnt poui- l'Imp^^ratricc,' qne 
je vous prie de lui romcttrc, contient la nouvolle de la priso 
de Belgrad par capitulalion. Mais quuique jo disposc toutc 



■ Ani6tb, t. c. Nr. CLXXV, p. 840. 



360 

choso jiovir pousBcr encorc cette campagnc nos avantages aussi 
loin que possiblc, et de nous emparcr d'Oreowa, le prineipal 
oltjct reste cepcndaiit toujours celui de täclicr de faire unc 
paix honorable le platöt que possible, et ä porter la Kussiu au 
m^mc but, coiume le seul qui puisse faire avorter les prujets 
pemicieux du Roi de Prussc et de ses allies. 

I! y avoit 30/iu ames en tout dans Belgrad, dont l'entro- 
tien et le logement nous auroient fort eiubarassi.-, si nous les 
avtons fait prisonniers: luais nous leurs avons aecorde la libi-e 
sortic. en les faisant Iransporter avec tous leurs cffets par eau 
jusqu'i t)rsowa; mais tout ce qui appartient au Sultan, savoir : 
300 pieccs de canons. une quantite de munition et de vivres. 
ainsi qae ta eaisse nous reste. Adica, mon eher Comte, croyes 
moi tonjours 

Sig.: Votre tr&s affectione 

Joseph m. p. 
CCLXXXVU. 
Kanniti ui Cobenzl. 

ä S» IVloi^lv.nrj le -ii. d'Oclohre ,, . ^ 

^'^,. \ientie le li Octni.re l.&l». 

yai i. ' Kus.'-e. 

J espcre que M" le Prinre Poteiukin nous f.iurnira dans 
peu l'oi-easion de fair».- chantor un nouvoau T._- Deum. pour 
quelque prand suct-e-s de sj» pari, el nous !o cbanteron> cer- 
tainemrnt avi-c la joie la plus sim-t-re. I.i.-j- >iu'l-«'S de l'Impe- 
ralrivo r.v'^us vtani aus^i ebt-rt^ oi aussi airri ;il>!i? quv les n^tres. 

Pioximc plura. 

Toui ft Vcus 

Kauniiz K. in. ]>. 
tX^LXXXVIII. 
Joseph an CobenzL 

A >' l^■■:f^^!•..■.:rl: le ■], S.Tcml.ri- 17m* 

Mcn eher Conne de Cobi-nzl. .lo Vv-us ioins ici une lettre 
pour riinpi-rainci-:' eile n'esi p&j hien ]o7^ir.'ie, parccqne je nie 

' .Xri.iii.. i c, Nr iLXWl. j, ;-;j:. 



361 



trouve justnment nn pcu incoinmodd, muis co soiit A« |H>tites 
fiivTcs pnssnjict'Pcs ftuxfiaeltes j« foinmence dt-j« h rat faire. 

La prUe (!»; Belgrad vuu-s aura fait graud plaisir: ccllc 
do Scmendria s'eD est snivie de lociue, et comme noiis n'avons 
JMS d'nrm^c enncrain ä combattrc devant nana, t»n tüchora de 
faire- (juolque teulattvc 8ur Zwomik pl in^mo siir On»owa; nini» 
je nc puis rdpondre du succ^s, puisqii'il a'y n (jac des iieiirrux 
Iiazanl. (pii pourroiRiit noiia mettre en poesessioii de cbs dutix 
placos, qai sont trop forte» pour pouvoir Jcs assii'^er forinpllc- 
mcnt dans cette saison d6jk trop avance«, j<* vom priu dütic 
de rendru la chose dans ce sens ]k. 

pDur la paix ü noiis la faul cl col« K* pltiK pr«inpt<>iii<>nt 
possible; au pis aller plutöt que de f»irc la guerre anx Pnis- 
siens et aux Turcs en meme tems, je m'an-angeroia b tuiite« 
le$ condjtions, qu'ellcs convicnDent k In Uussie oa noo, hors 
que je nc rondrois jamais la Gallicie. 

La France est nulle dans ce momcnl, car voilä» Ic lioi 
avee toute la faniUle royale et t'assembleo nationale oblif;e do 
i'estor log^ k F'iirirt, el ce grand (H-enemont s'est tiiit prinrjpale- 
tncnt ]Mir les poissardos, qui clotent k lu t^to de 20 uiiUc büiunics 
armöa avec du canon. 

Si ly Priuce Potcmkin a encore quelque succis dans cette 
eauipa»ne, si sunout il pouvoil par uii de bm i-orps masquer 
Braila, et mettre le Prineu Coburg en «^tat d'occupcr avec le 
Corps do Transilvanic la Valat-Iiie, nous aurions de grands 
uioyons en niaiii poiir fairu niutuelletuvnt uue paix teile qu'ellu 
nous eoHTtcnt, et qui dejoucroit tout U fait (es projcts de nos 
cnncmis. Adieu, mon eher Comte, je soulinitc bien, qu'on se 
preise h. Petersbourg ä amuner les cboses au but desire, et qu« 
iiuLrc paix soit commune. 

Je auis toujours avec les scntimons que vons mc connoiases 
Sig.: Votrc tr^s afTectiont^ 

Joseph ni. p. 

CCLXXXIX. 



Vienne eo 19. Octutm 17&D. 



Kaunits an Cobeiizl. 

II S' r^livKbimrg 1« 4, Novbr. 1799 
pur Cäumor Gnurua. 

Mes Icttres d'Office vous mettent au fait de toutes les 
raisons, qui nous out dotermiuo ii l'expcdition adrcKsee au 



362 



Comto de Choiscul, qui est parlic liier «n soir;* et moyeimant 
Költt JB II« m't'teudrai pas d'iivantiiffe 8ur cet objet poiir «'•viter 
des roditus. Une Observation ullmcurc ct;|ȟndaiit, quuje croU 
poiivnir mc pcnnoitrc, c'cet. qu'an inayen do la communicatiOD 
cn orif^inal, que je demnudc an (Vmte de Chciiscul |iar un de 
iiies poscrits, ninsi que de l'cnvoy de la reponse griginalc et 
par öcrit, qtii lui sera failo ynr la Poi-te, mon but a ötö de 
raasquor posaiblcraent via-h-vis de lui lo dessein de rctirer de 
ses iiiains la ni^gociation di^tail!«*c, et de m'assuror en m£rao 
tems de soa cxactitude clans l'execution de la comniission, duot 
il «et dliarg«;, iiinsi quo ilans la coinpte, qii'ü aurn h nous rnndro, 
de la r(?ponac qnclconque, qui kii Sern faite; et par cons^qiient 
de le priver de bi possibilite de pouvoir sc Urrrr ä an. predi- 
icctioti puur la Forte k uos depene. Kti atteiidant puu&sez-loä 
k la i-ouc tant que vous pourre« ii fin, que ]e I'i-irice Poleiiikin 
Koit cncore pcndant !e reste de la canipagiie aussi entrepren- 
nant et aausi actifj que qous l'avons etä de notre cqH, b'ü veut 
la paix, ainsi que j'ai tout licu de croire, qu'it cn a rccllement 
envie. 

Je vous i-rabrasso cn dcnienrant birn lendrcmcnt 



Tout h Vous m. p. 



Du Scliroiboii An Cluiisfiul GuiifAer rom Ifi. Oetolier 1769 im AnhangA. 
Kanniu l^^t den Knlwiirf in zwoi«rIei Fumugen tot. Dia Beaoluüon 
Josephs Ixiitet: 

Jb vom reiiTdjv icl man eli«r Princ« cm expMitionj, j'ii mui-ml^ne 
racauivi eile un A, <|i)j in» ]iiirniw»il troj> Iniig-ue, et j« cinU ijn« [louf 
)>liis tlo H&roti^, il fAtnlroil lii fiiiru trnduiru ol öcrlro eil tuTtjue ici, ^lotir 
qufl Choittoul ii'nit iju'Ä In rdmatlri) tolle ijucllo; e*t j« ue lue fie pan 
juirfiutoiiioiit Ji tpix iiitiMilmn^«, «uTlniU poiir tiii<» n^odntion directe »vec 
In Purtv, et je crvis fiu.«<i r|iril fiitulra cotnmunifiiifir ccci tant k P^ters- 
boiirg iiu'aii l'rinco I'otoiukin; uii'Vme il n*^ aiiroit \inii <)h jnxl, rjita Tim- 
Cat M« prJpAre k »« rendre vliet tc Priuvo Coburg avcc HorUort ou. an 
nioina, un on Bll4>ii<lniit. pulhf|iiG Ioa rlinMiK'i;» luint griiinlM nt iU de- 
vroient pa*acr jiar Leiiibecg, lea vlicuuiD» ila TrjiiiHil vanio i<tniit iin|tmfi- 
licKbles. Aili«u. 

Jnunjih m. p. 



363 



CCXC. 
Cobentl an Joseph. 

h S* FÄten>1ii>uiv Ic 21. »utubre ITäO, 

Le gai'de liongrois Bersovitzy arrive ici le lö. au soir m'ii 
a]>porte los unlrea eiiprSmes, dont il n plu k Vutre MHJcittä 
Iiniii'rinlc de m'honorcr on dalc du 2. ootobre. Je n'ai jina 
msnque de les mettrc h ex^cution dfes le lendemain, et de faire 
pa!«ser l^ rimperiLtrice ta lettre, qne Votre Miijestö m'a f»it In 
grÄco de m'envoyer. Vonaut do rftcevoir sa rdponsc, j'ai 6t^. 
mis dans le cas d'expedier ic proaent cotirrier pour la faire 
pai-%-enlr tr^«-Kumblenient ci-jointe ä Votre Maj^ste TmpprUle.' 

Qu'il soit pcrmU eii iiidme teuia k ud Hd^lu evrviteur do 
porier luix pieds [le soii niatti-e l'expre&sion de sa joic et sur 
le retablissement de In sante sl pnxiensc de Votre Majcst^ et 
sur les BUCC&8 cclatants de scs arm^es pendaot cette cauipngne. 
Aprfrs neuf inois qiie j'aj paggrf datis les plus hoi ribles angoises, 
|o puis eiifin lue flatter d'en etrc tutaleuient de1ivr(^. Apr&s 
tont ce que Votro Majcst^ k souffcrt, il est iinpossiblc quo lc8 
forces reviennent tout d'uu coup, et qu'il ue lui en reste quel- 
quti Itiger ressentiinent. Vous avez certainement besein, Sirc. 
des plus granda iiieiiagenuüiö, J'use ilire, qiui cc Vous i;»t un 
devoir pour le bien de la monarchie, et pour un peuple, qni 
votis adore, et dont vous faites le bonbeur. Vi>trc Majrslv a 
Äprouvi"! daiifi tette uccasiun la vente du niot de lletiri IV. quo 
ee n'est que quand un Princo est bien malade qu'il pout savoir 
combien il est adore de ses sujets. 

La proäperitä des armes de Votre Majesti! Imperiale ^toit 
indUpon&ablouicut nt'cessairn poiu* obtiniir cctte paix ei d<^sirablc 
el si desiree. Tant que Ics armes aui-oieot ete egales aveo 
l'cnncmi du nom Cbi*<;tien, jamais it u'auruit perdu l'cspoir de 
reparer »es auciennes pcrtos, et les doux Cours Iiiipi^rialc« 
s'eputsant toujours ou hommes, ot en argent en auroient &i6 
d'autatil jiiiis !i la merci de cellc de BerÜTi. 11 falloit dunt; des 
coups dt'ciaifs pour forcer les Turcs 1» la palxj et prevenir lea 
desseins pcrulcieux du Cabinct do Potsdam. 

Je n'ai pas discontiime et je continue sans cesse de rc- 
prescntcr ici la nöccssitd iudispensablc de faire la paix cet 



F«hlL 



1 



SÜ4 

hiver. fl plairji k Voti'o Majestö Tnip^rialc de voir par mea 

rappoiis ji lu CSiaucullurii; de (Jour et d'IClat. ([«'oii pnrhigt! 
iui liieii vJveniont ic d(';sir d'obteiiir cette paix, et j'ui tont Heu 
fle cruire, qn'h. la cession d'OczAkow priB, sur laqudle Tlmpt^- 
ratricö inKUtersi irrovot-aWenienl, nn y anportora de la pari de 
Rimsio taüU-ii hs fuciliteti puusibLos. Lc Frinuo Piitcmkiii Ji i|ui 
cottc ne^ciatton est cotiüi^e, nc di^irc ccrtainenietit ]tas la 
continufttion de In gxierrc. II cn a di'jK retir^ tons leg Avan- 
tages, (ju'il pouvoit dvsircr, et ü crnint plus que personne Tex* 
tcusion du cd i-mbras8cmcnt. On uroit, quu lc mcilleur iiioyen 
d'en vcnir k la pooification, c'cat en ponssant pendant lc rcsto 
de cctto f«mp;if;ne les Operations aussi loin <]ue poswble, st 
IHl'u iiou» aouordu du suecus dücisifs, de fajrti cnäuitd proposer 
la paix dircctoment par les gi^iidraux rospcctifs, qui ponrront 
avoir avcc cnx des negociatcui's jiroprcs a. leiir faciliter la be* 
sogue da cabtaet: que L-bacune des dcnx Cours ti'aite de son 
c6tri avec los Turcs, raais cn so conccrtant ot se couinumiquant 
r<^«iprofincirn'nt luiit ce, qiie Ton fem. On croit ici, quc cfttlc 
maniero d'offrir la paix cn vaJnquenr est pr^ferahle k toule 
Ciitrcinise d'une puiesance ('tniiigeru quutcoQquu. 

Kur la n(5cc(!sitö de mcttrc Hn k eettc guorrc lc plutAt 
possible, l'avis de toiis les tnitiiatrcs de rimpemtrice est un- 
aniiiie; irtais il en est parniis eux qui doiitent dt: la possibilitc 
d'y rcussir iiiSiuc aprt>s toutes les perLes que ]]uuiTunt faire les 
Turcs; lour Iraite avec la Siifedc ('Uni d«-J!i iin ubstnclo, ontro 
tont ce qiie fcront les Anglois et les Prussicna pour rcmpöclier. 
Hs Croyetit qu'il est an numbre de» choses possibles quo les 
deiix Cours Inipi^riidos hoiorit iiu-viLaldeinoiit obligces h cotle 
double guerre, qu'il scroit si di^sirablc d'üviter, el ils aJoutL*nt 
qac tont en travaülant par tons les moycns possibles h la paix, 
il Büroit du lu prudeiicc de s« coiiuerter saus peile de tems en 
souret sur les niusures h prendro en cus pareil. 

Ma repouae h cela est uunforruement nux ordros onterieurs 
de Votre Majestd Imperiale de repit^senter Timpossibilitc de 
suffir k eette double guerru, ut lueme de pruiidrc dys meaures 
k cct <'gfli*d, lorsquc la Riissie ti'a ancunc trouppc k port<Jo 
d'agir cotitre le Koi de Prusse. 

C'est precisenient ponr cela, nie nipliqueot ces niessieiirs, 
qu'il fallt ei] eiilaninnt uii ooiieerL parcil, nous porter u cm- 
ploycr 1108 plus grands etforlB püur avoir des iurces respueiablea 




365 



ä porlee d'eii imposcr ii Fi*^c1öriv GutUaiime. N'est ü pas dans 
lo noinbrc *lcs choses possibles, quc nc voj-nnt plus (rAiitrcs 
uto^-L'tis d'empüulier les Tuix-s d« £aire la putx, Us ue tumbunt 
h I'improviste sar les possessiuiis de Sa Uajestü i"Kmpereur ou 
IjO faasent attaftiutr par Im PoäonDis? ün vas parci] arrivnnl, 
nc vaut il pas inioux (jti'ils nous Iruuvcut aur mos g;tir<le8, i|\[c 
b'ils I10U8 prcDJient uu depourvu. et les moyens de deit'iise, 
qu'il HAiira «xistei' ctiez nuus, ne üuiit ils pas puut-iitro la uie- 
sure la plus propre li ]'cmp6chcr de rion faire? 

Siuis jmnai« m'ticAiter du langage qii'il a plii k Votre 
Majestu Imptiriatc* de me prescrirt*, j'ai üru cepündant du luuu 
dcvoir de porhM- ii Äv.s picde un coniptc ddlailUt de toul co qui 
m'a 6t^ dit a. uct egard. 

I] plaira a Votre Majcsiö Imperiale de voir %alemcnt |>ar 
luvs rupportä a la CbaiiucUuriü de Cour et d'KUil, eouibieii Iv» 
suBL'ts de aea armes ont produit un cxeellt'iit effel et sur Tliu- 
peratriecj et sur le ininistere, et sur tont Je public. Je me flatte 
uiümo qa'ilei contribueroiit k noutt ramener le i'rince Poteiukin. 
On rend coiupli'tciinjtil justice :i la valeur de rios trouppes ot 
il Icxcclleiicc de uotre ariuee qu'on regarde Icl tiieiiiü couiiue 
bleu superieure k Celle des Kusses. On est persuade (juc toatcs 
Iva tbis i)UB nous vüudrons cunibattrü k-i> Tures de la maiiierü 
f|u'il faul agir avce uiix, e'est k dire en les attaquant toujuurs, 
et en ne ac laissant jamais nttaqucr par euXj nous serons imman- 
quablemcnt vainqueurs de forecs ruönio bcaucoup sapL-rieures 
au\ ni'itrojj. Tuut le public ici est iiiütue cütivaincu quc si nous 
n'avotis pas fait Tanndü pa^si^c cc qui a cu Heu dans eetto 
campagne, c'^toit par unc suite du jusle ressentiment do Votro 
Majeste Imperiale de l'inaetiou des Kusses. 

Ju um cotifuriuurai cxactuiiiciil au.x. ordrcs buperieurs de 
Votre Majestät Imperiale relativcmeut U rAngleterrc et ii la 
France. Mais taut que George III, occupers le iröne, et que 
lu niinistere britaiuilque uetuel sera en place, uu duute iei, qu'il 
soit possiblo de le dätaclier de la Prusae, et mäme cougiliuble 
de le tcnter. 

Je rends comptc h, la Chancellerie de Cour et d'Etat dans 
rApusiillu N" 1 du parti quo j'ai cru deroii* tirer d'uu uomnic ßarozzi' 



' Qvlioimcr Ostoircichüchor <li|ilomati»clior A^nt, frühor von Baron tlut^ 
bert in Canstanlitiupel varweiuict. 



S66 



tant ponr lea affaires actuellement snr lo tapis^ qae ponr effec- 
tiier par cette voic indii-octe, <|U« \a Cour de lEiissie cbange 
de ton ot tlo uouduite ä l'aventr vis-k-vis do Tai*c5, et ne su 
mettü pas 11 clmqii'inatant dans Ic cas d'avoir uiie nouvelle 
guerre avec cux ]mr des chicanea continuelles. Je crots qu'on 
{■«at se flatter quu les choseS iront ii cet egard niieux quti par 
Ic passe. 

J'ai fait parvenir Ji Lenr« Altesscs Itnpürioles les lettrea. 
dort il a pIu h Votre Majcste Imperiale do mc- ohni^cr pour 
ellfS, et j'ai l'liyiujtur de mettre i* »es piod» leur rii|wn8V, et 
\& lettre de Madame la Grande Uuchegse pour Son Altesst^ 
lioyale Mndame rAiTliiditphesse. La jtnine Cour est lonjotii-s 
k Gatjfcliina K cause di> rinocnlatioit de Mad»mc la Graude 
Ducheatie Marif, qui s'est patisee foit h eure ose ment. Les craiiites 
qu'on a eues mfiinea pour la Grande Üuchesse Ilclfenc, qa'clle 
n'eut la rougeole, sont eiileriei-enient dissipeea, et tout aVst 
borne k ane legere ebointiuu. Madame la Grande Ducliesse 
müre eemltle un peu perdro de son ascondant 8ur Ic Qrand- 
Üuc, et plus encoro ceus qui ont de l'empire siir cetle Prin- 
cessc teile qua Mad' de Benkendorff Pt la Ferraiire. Le Qrand- 
Duc qai ne cruint rlen tant. que d'ctre gouvern^, suuiblu ne 
donner dans ce moment-pi sa eonfianee h personne. Au retour 
de Leura Altcsses Impei-iales je pourrai peut-etre »avoir plus 
de particulartt^s k cot dgard. 



P. S. Je suis au comblo du bonlicur. An nionient od 
j'allois fermer mes leitres et expedier man courner, je refois 
Ice ordre» supremes dont tl a plu k Votre MajesU^ Imp<^riale 
de m'lionorer en datc du 12. oetobro, et l'iuiportante nouvelle 
de la prise de Belgrad, qu'elle daigne en recevoir ii Ses \neds 
mes ti-c.fliatiitil^a ft'Hcitalion»; nen ne manqn« ä mes vocux 
quand je vois Votre Jlajcstö Imperiiil« Irionipbaiite et coaverle 
de la glcire, qu'KlIt; est si laite pour aequerir. Je n'ai pas 
besoin de dire ici combien l'Imperatrice et aon miniet^re ost 
enehantt^ de ccite grande nouvelle. Votre Maj'* Imp'' d«igneT» 
voir par uice ti'^üliumbtes rapports d'aujourdhui, qu'on partage 
ici egalement avcc Elle le dcsir de la paix, je n'äpargnerai 
rien pour qu'on cmploie ici tous les moyens imaginables hdn 
de rendr« le Prince Poteuikiu aussj actif, qne faire ae peut; 
inais i-omme on fait toujour» mioux Bea atfaires par soi-neme, 



qu« par les uutras, rieii m; pourroit m'etro plus agräable que 
Iti nouvelle, quo Votre Majcütc Imp"* vlent de mo donner. ijae 
l'on Vit Bur le cliainp ntUirjuer Oi-Hova. Tont i*c (|u'il soni ali- 
solumpiit possihle rlft faire claiis cctte oainpagne, est de la plus 
ffraadti couB^queiiee pour lorcer les Turca h. la paix, et iiprt-s 
des ddfaites lelles nu'ils vientient d'en t^prouver coup 8ur Ktni\i, 
el datiü U1IC Saison oii Itmr^ trouppi^ vont & la ddbandnde, on 
HC peut »'attendre a uiie forte resistjmce. Qoe V. M. Iiup'" 
pardouiie ces reflcxions an zMe le plus par doul je suis aaini^ 
pour Son Service, 

Ne Toulant pas diff^rcr lo dc-part du courrier, qo'Elle nie 
permette qua je lue progtertie etc. 

I*. S. 2. Je preniis la liberle d'envoyer aitx pieds de Volre 
Maj'* Irap'" un uotivel opera söriens iIp Cimarosa. Quoiqu'«n 
pt^m-ml la rausique ne soit pas mauvaise, il ne s'y truuve ce- 
pendatit rien d'assez saillatit pour avoir pu produire uii ^rand 
off«t taut 11 la Cour, qti'ä In vilJü, en sorte que son succts a 
6t6 aases m^dioere. En revauche Martini a donne l'Arlire de 
INane au pulilir en langne runse, et ect opt^rn fait ic pluä grand 
plaisir. 11 ti'a pa9 ejieoro cte jomj devant Sa ?klajc3t^. Le Üvrc 
ei-joint m'a etti remis par Jan kov ich, dont la bwsoiguB coiitiiiue 
il aller bien. En lue prosteraant etc. 

ccxcr. 

Cob«iixl an Joseph. 

il S* PutereboufK lo 31. oclubre 1780. 

Sa Majeat^ rimp^ratrice empress«5e de fi-Uciler Votre Mh- 
jesti^ Imp^-rialc sur l'heurcugc et gloricusc prise de Belgiadc, 
a ordunni? qu'il soit expedie uu courrier au Frince Galiziu 
porteur de sa letti-e ä Votre Majeste.* Je prolUe de ct-ttc oc- 
vasion pour faire parvuiiir a See pieds la pivsentc trfisbumble 
rclation, et Lui rcmettre en möme tems lea lettre», quc Leui*» 
Altesse» Impr'riales Monseigneur lo Grand-Duc ct. Madatue la 
Grande Dachesse vienneut de ju'eavoyer de Gatschina. 

Kien n'i^gale la Joie, oü l'oii est ic! de la prisc de ßcl- 
grade. aagment<?e cucore par la nuavelle de celle d'Akernuinn 
arrirt^o Ic memc jour. Cottc dei'iiiere place est appideo yar 

1 K»hlt, 



1 



Ica Moldavps BielgorofI, et rien n'est plus aimloguc k l'intimo 
Union et it l'eiitien: iroiifoitnite dos st^ntimcns des deux Cours 
Imperiale« on tuutc vliusu quo cette pris« du dcux forteressee 
du m^Die nom, exdcat^e prcsqae cn möiue tems par lea anues 
rcs|iecti*'es. Je piiis avoir l'lionneur d'assurer Volre Majestä 
Imperial«, qae TIiDpemtricv a pris pai't ii la cumjuele de IJul- 
((nidc noii sculcnifittt pour Ic bicri, qui on reaulte tk la cause 
commane, mais cn veritablo ainic de la gloire et de la pursonne 
de Joseph II. 

Muiis' de Solotoucliin est urriv^ hier niaUn conime cour- 
ricr du Pnncc Patemkio portcur de la i-elaüon dctaillee de la 
baluitle de Himnik. .Sa M»j«'.»li! rhupiiratrice a di*r«n^ lo ^<:n<^rai 
C'ointc de f?ouvorow de I'ordi« de S' George de la premuire 
ulasse. O'est le prciiüer cxetuple, qui eu existe, pour quelqu'uu 
qui ne cumnmodc |)as rarmee en chef. II doit lui ctrt? envo^'i^ 
cn oiiirc incesaamment une plaque <lc rordre de S' Andr<i en 
diauiaus, et unc cpce d'un prix trt^s-cousidäruljlc. 



ccxai. 

Cobenzl ao Joseph. 

k S< l'6t«nlMurv le U Novombnt 17B9. 



Siro! 



J'ai rc^-u arec respect Ica ordrcs siipremcs dont H u plu 
k Votre Maj»it<^ imperiale de m'ltonorer en diitc du 19 oclobrt% 
et je n'ai pas nianquä de les mcttre snr le cliamp k cxäcution» 
en faisant paascr k rimp^rntricc la lettre que Votre Majestd a 
daigne m'cnvoyer pour cetlc Souv^raiue. 

J'ai rboDueur de uiettrc cijoint ii Scs pieds oelle qui 
vient de ui'etre remifte de sa part,' en uieme tems qu'on m'» 
cliArgd de faire parremr au Prince Galitzin un ri:crtt j^errant 
de i'^ponsc uux demiei-s or<b:es que j'ai royus de la Chsncel- 
leiie de Guar et d'lCtat, et dont il m'a iiä donni^ une copio. 

I] pbiira a Votri; Mujciitö InqH'riali: de voir par le contODU 
de cctte püce, qne rimp^ratrice a 6x& parfHitcment satUfaitc 
de ce qui a ete adresse en deroier lieu au Comic de Cboiseul 
Gouftier, qu'elle ücnt bi necesiiitc et d<'«ii*e aussi vivoiucnL que 
nousj qu'on puiasc parvcnJr proniptcmcnt k une paix comiuuno 

> Fahll. 



369 



Avec 1a Portn par une ndgocmtlon «iirecte, i'-t saris intei'vention 
(l'aucune puiäsacivu ^traiigisre; que püur y r^usKtr, il est iiäc^s- 
sairu d'euiplover toute lu c^^Mritö, et tout le secret possible ; 
t\üb par conti (^^ quellt eile uspferc, que sans attcndro memc la 
n^ponsc *lo Monsieur de (?hoiscul^ Ics dcnx mar^^chaiix de Votre 
Majeste Impörialc satsiroiit la prennfero occasioii fa%'onible pour 
viilrcr en curi-uspoiidancu hvql'. Ee priocipal cumiiuindant turc, 
c( lai fairo des ourertnres de poix, do mdnio qua Ig Frincc 
Poteraltiii y est aussi pleiuement automii de sori cöte; en mßme 
leui8 qii'il jui est eiijoint de commaniquer aux generaux du 
yotni Majcstä ot mi Vrince OaliKiii tout ce qn'il fera k cet 
^gard. 

L'Iiiiperntrice persiste cti indme teins daus ce cju'elle noua 
B fatt cunnuilrti pr^uädument relutivemeiiL It tiutre paix tjüparc^ü, 
et a rftjii «vec rceonnoissaiiee ee que j'ai ötri cbar<^<5 da lui 
dire k cc sujet, asßflrant Votre Mnjeate d'une parfaite i-ecipro- 
cite et analogie de dispostlioos et d'inteDtiuns. 

II m*a etc temoigD^ cn outre, que le choix de nos pli^ni- 
potentiaire» a ^ti Itvs ugrijable ici eti tant qu» leur iiussion sera 
combinablti avcc to plus profoiid secrut, quo r]iii}H^ratri<je ro- 
garde conune indispensablem cnt näcessairc au succ^s da nos 
desseins communs. 

La seiilo difirrcnce d'opinioii qu'il y ait par coiis(k|iiem 
rclativemcnt h, Pouvragc de la pAciHeuLion conüistc ilans la 
publicum, que Tod voaloit donner cliez nous k aos teutatives ä 
uiil iJjLranl, et la d<!c]ariitiuii prüjett<5e aus principiüus Cours de 
l'Kuropc; riiiipt-i-atrico et tont Bon iiiinistt'rc crai^neiit unaniuie- 
ment que, sans produirc aucun bien, il u'en ruüulte uii »urcroit 
d'obstades. et peul ülre raeme une levee de bouclier de la 
Cum- de Hvrliii, et de sue adh^raiui.^ 



* Qn^lifue |>reuve qae Ton »yo do la fcrniB Rä»uIution du Kot >le Prtuto 
d'AlbKjiier Iba denx Cniint Iiiiji. au iirinMin» pro^Iuiin xi In \tüx u'n |iim 
lieii, riiti])eratricä r» t1ult« liitijotirii i|^ii'il u'oMtrji paii «iii x'riiir ii KutUi 
extreniit^, uiiit eile est jirougli» m Puin^Jinco i>t nccuului»«!'» i'i uo vou- 
lotr crüirt- nux cliciw.w d«ift^^ble«, que qunDd kUh* sont ArrivAm. Je 
tt'iM qu'alle ft dit domi^rum^nt «u Comte Oatermaau: Von» rerres quo 
le Roi da ProaM nnra luuea A faira avcc la Ilollande, qut lul dunu«ra 
dl) fil ä lordr«, pimr ne poiivoir rieii conCrg noua .Val raiir^teuti' ait 
Coiiit« d*OBlurmii»u la niawuiti d« tii«D penuader l'lmpdraLrice de In 
vi)rit4 dos i-liosM. CesL «a que natu fMona anbiiil que noua ponvunit, 

Taal**. 11. Abib. Ui.UV. -Jl 



370 



Quant h ]a Pologne, oii a pi-^venu le ^esir <Ie Votre Ma- 
jesii, tili clitirc:liunt h. rassurer le Koi et Ics prineipaux dv la 
nntion sur les ci-aintna da reasenliincrit des ditux Cours lm|)ä- 
rialus. On est d'accord avec nons, qii'il importe fort peu quels 
rt^gleiDCiis Interieurs Rcront f;ta1>li!i dans cc RoyaTiine; mais on 
croit la mici/cBHion au trüne et ruUiiince pukuiuibe avuc la Cour 
de Berlin des objets, qui nii^ritent toutc l'attcnlioii posaible. 
Sans deuiander flucune d^claration de notre part, ce quc j'ai 
cherclii^ a ecarter, rJmpei-atiife espfere, que Volre Majestä 
voudra prämunir Scs siijuls gallicieitB contra Ics tciitatJves, quo 
la Cour de Berlin voudroit faire k cet cgard. 

Td CHi \o rt'SunK'* des rdponsos, qae je vions de recevoir 
ftux ordrea dont j'avois ^t(! cbarg«^. 

D'apr&s Ics dcrnittrcs nouvclles, quo l'on a dn Princa 
Potcmkin, on s'attend h un tcntntivc tr^s procliainc de &a part 
sur Bender. KI eile i-eussit^ ua espere d'apr^s tout ce qae l'on 
u fait imlircetement pour l'y diHerniiner, qu'il vontinuera les 
Operations aussi lon^ tems quc possiblo, et qu'il facilitera au 
Prince de Coliourg I'occupation de 1« Vatacltie. 

J'ai reprtjsentd conformement ä .Ses ordres les cntreprises, 
qne D0U8 proposions 8ur Zwomik et Orsova comme ne pouvant 
avoir liuu por un bi^e regulier k cause de la eaiäun actuelle, 
et par eons^qucnt sujcttes aux liazurds. L'on reganle iei la 
prise d'Orsova eomme tr^s importante, et on y attat-lte un tr&s 
grand pHx. 

II platra !i Votre Majestt* Impf^rialft de voir par nie« trfes 
liumbies rappyrls. quü \va »uccfes de Ses armes pciulaMt t-etlc 
oampagne, ont produit un trks bon efiet sur Tespi-it du Grand- 
DuL\ Les occ'upatiun» que j'ri eue« depuis lu retour de Lcurs 
AltcKscs Impi^rialcs, et riiidisposUion de quelques unes des 
pnacipalee pcritounes, avcc qui Je suis eu ronnexion, ne m'a 
pBs permis de rceueillir sur leur intüi-ieiii- leä iiution!», que j'au- 
roJB vouhi iiw- ]irociin'r. .I'espfere de pouvoir y su])pleer par 
mon prot-'hain courrier. 



• 



repouilit ce lülnistra, nils quaiiKl »on« In! diM)»« Aom «Ikuhu qua ne Ini 
c4}DTieiiii?nt |>fii>, alon Elle dwiant toiii« rnn^n nt Ia nel en colAre 
c«iitre noDs. Au reute C6ci n^npftfiliers |iiu, j'uspAra, t)iiQ Ib C'our de 
P£t«rahuarg ne taaae biul aoa pOMibl« pour 1» poix. Apo«!. 7. 14. No- 
vember IT8Q. 



J'ai ritonneur d'eiivoyer äux pied« de Votre M»jesl^ une 
lettre litt Mndanic la Grnncte Duchesse |iour sou Ahvssii HoyaXe 
Madame l'Archiduchesse. 

T/]ni]»^raU-icG prend la part In pIns vivc aax afTnires de 
France, t]ui laffligeut siiicferement; c'est de qnoi eile mVnti*©- 
tient presfjue toiis les jours. fTest surtout ce f\ü\ conccrnt; la 
Keine, qiii nffectc Catherine II par une snitc de son nmitiä pour 
Votre Mjyeste Imperiale. 

I*'i;xir^me joJe que nous avons öprouv^e ici de la prise 
de Helgrad a etö troublee par vc que Votn- Majuste Iiiiptii-iule 
a daignö i^crirc Ir^lc-m^mc sur sa itant«!, quc nous croyons en- 
titrument relabliej et k l'abri de ce» petites recidtves fi«-vivujws, 
L'Impdratricc en a öte sensiblejnent peinee, et le Oiaud I>uc 
m'a t^nioignj' y prendro i'galemont la pari la plus vivc. t^ue 
Votrc Mnjcat^ Tmpörialc jtige de ce quc je souffre, lorequc je 
ne I*a sais pns cntiftrcmenl bien portante. Notre sort est enlre 
Vos inains, 8ir«, il n'e&t pns ilouleux, qu'en ubm-rvaiit peridaiit 
cct liivcr Ics plus grands nieiiagünienB, la bonnc aaison pro- 
cbainc: ri'tablir« enti^rt-iiunit Voli-c 8anl6 si pr(^ciense. Que ViHre 
]^lajeäte ajoDtc ce iiutiveau bieiifnit k tuQt ce qu'Eilci ;\ ilt^jk 
fait pottr Ic bonheur de Se» aiijots, 

En me proatcrnant etc. • 



CCTXCII. 



Cobenzl an Jo&eph. 



par Conrrisr CiarT». & S> PAt«nt)ioiire le S d£c«iiibre 1789. 

Sirel 

Par an mathuiireux hazard le ehitfrc qui in'avoil et6 en- 

voye poiir Ulli c(irrcs[ninilanRi! avec. M' lo Oonile de LiidolfT* 

a t^tti bnile (iana ma Clianccllerie avec des brouÜbns de t\&- 

pdcliea d(;j;i mises au net pour les arcLives. Cette pcrte m'ob- 

lige d'envoyLT uii courrier ponr en ilcniaiider une nouvelle copie. 

Le ministfere ni'en a d'aiitant plus presse quc c'est le 

inoment oii il lui importe le plus d'avoir des nouvelle» de cc 



Carl Oraf I.nntntr, k, k, Ofuiitnilter In ScIlwiHlmi (van 1789—1794). «pHter 
in IMiioinM-k (ron 1795—1800). 

S4» 



37ä 



qai ftc paMe k >Stokhohn. Le malhoureux autenr de cet tn- 
ccndie aat au d^scspoir de sa m<5prisc, j'osc d'autant plas re- 
clamer trfes liunihlemeDt Tlixliilgence de V. M. I. k son ^arcl, 
qiif! je n'ai qu'k tue louer d'ailleurs de soa zikle et de eon 
(txAciiUide, 

I<C8 Prussieos avaot Tait coorir en Pologno Ic bmit que 
rirapt^rutrice luur avuit Fak iiisinucr qu'elle nc g'oppofieroil pas 
k CO qn'Üs a'ümparcnt de Thurn et do Danzi;;, le mtniülJii'ß d« 
S. M. I. a et4 le prcmicr k m'cn parier et k me douner les 
Msurancea les plus forte» de la fausset^ de cette aaseilion. 
Comme ]e present coomer est porteur de nouveaux intercuptes 
prnssicnnes, dans lesquelleü il duit probablemcnt (-trc fatt incn- 
lion de la misBion dAlopeus h Berlin, et de co qn'il y anra 
dit, on pourra jager par 1k de la iiincerit<^ des aaauranccs qui 
lu'oQl Mv fatles. 

Leg ordre» qu'il a pla ti Votro Majeetd Imp** d'envoyer 
h M' le mai-echal Lattdon ponr entamer tue corrcspondance 
directe avec le Gracd-Vizir ont et« apreci^s ici comme iU le 
doiveiit, et 8a MajoüttJ rimpcratricc a rendu pleinc justice h 
la »agesse avec laquelle oii u eombioe de notru pari toui ce 
qtii pQuvoit accelirrer la paoiHeatton avec ce qu'cxigc la digniliS 
des doux Cuure hup'"'. 

Le (irand-Due me parle avec beaucoup d'interet des 
affaires de PaVs-bas; ä la mani^^e doiit il s'exprime, et dont it 
me traitc cn general, on devroit supposer, qiic Ics snccfes de 
cette campagtic lui otit fait cnlin setilir l'utilitc si üvidentc de 
nutre ollianee püur la Kassie. Kn public il est ossez froidcment 
avec Ic ministrc de Prasric. Li!» nouvcllcs ßccrfitca nous appren- 
drons probablement s'ü est »incferemcDt convcrti^ et si ce n'eat 
pas plutöt Btie nouvelle preuve de la dissimalation habituelle 
de ce Prince. 

Je prcnd» la libcrtä de joindrc ici trfca humblement unc 
Jettrc de Madame la Oraude Duchesse pour S. A. R. ^ladarne 
1' Archid ucliesse . 

N'aynnt rien d'ailleurs II ajouter k cc qae conticnnciU 
raes dernieres relation», il ne me reä>te qu'iL nie prostemer aux 
pieds du llii-öne etc. 



373 



cx:xcni. 

Joseph an Cob«nil. 



A ti> PilAnbourK le iO. D«cenibi« 178» 
pftr courri«r Pogf e. 



Vmbb« «• i, Deeembre 1T90. 



Mon eher Comte de Cobeozl. Jai reyu rotre letlrc par 
le vourricr ut j'ai lu vos döpitclies voluniiiiiiu&e« nflressres k In 
Chancellerie d'Etat. Vous veres par los dt^taila des instrnctions, 
qu'on Tons envoye rimporUnco des objets, dont vous ätes 
chargi^s. Les ctrconsUnces faclieuses et eritiqiies, dnns lesqiitJs 
la monarcTiie so irouve cxigent des nioycns aussi pruiupt3 qu'cf- 
Hcaccs, poar dcvier nn orage, qai menacc la consinance et la 
uonäid^raUon. 11 n'y a peut-etre pfts fn de sitnalion plus critique 
quo l'actueUe, depuis bieii des an&i'es. La r^%'ulte imx Vtiia- 
bas excilce, fomeiitäc et eontenue par la France, la Prasse, 
tacitement pur Hollands et les scntitnens de TAnglelcrrü t^tant 
eocore douteux ä cet egard; iine guerre ruiueuse eo lionuup-s 
et trtis coutcusc un urgent cxiätant dermis doiix uns coulrc In 
Porte, la eortitnde d'une aggression ou printema de la part dti 
Rot de Prii&se. r^unis avec les Polonois; des cnbales dccoii- 
vertes tant vn GuIlJcie qu'un Iloiigriu du la pari du premior 
poiir snsciter ane rt^volto, Joint k ccia denx atiii^c d'une uss4is 
manvaise recolte, qni canse de trfes grandes difticultes poor la 
Kiibsistancc des arm<^-es; Ic mcrac cas exUtant en Kmpire et 
rendant toulo iiiarehe de trouppes d'ici aux Pa¥s-bas pnwquo 
impossible; nous ne pouvons noiis tirer de cette Bilaaiion penible 
et calmer les esprits aux Pais-bas, chose dont jo douto cepen- 
daiit trt:K fort, qu'en reussüifAnt dans notru nt^gotiation avec 
rAiigletorrc,' et en faisant la paix k tont prix avec la Porto, 
bien inceruüne encore, piiisque seloii les doruiferes nouvellos, 
les revers qu'olle a cssuitl-s, et dont die savoit ane partie, ont 
fait un effet coutraire et excitc le Sultan k contiuuer la guerro 
et k (^couter les propositions insidiciises de rnllmnt;c arcc lo 
Koi de Prusfie el la Polugiie. 8i dun«- la Iroisii-iny cjiuipagne 
nc pcut pas £trc cvit45c c'cst Ic momect ou jainais^ quc la 
Ttussie doit et peut nous rcndi'c une partie de* Services es»en- 
ticls que je lui ai rcudus, on faisaut tuus les eflforts, uu» de 



' Vgl Jimoph nn KiianilK, 2S. NoTcmber I7H9. Rnnke, Die «lentHehen 
Mftclit« II, i>. 361. 



374 



hoiiclie maia de fait, dont eile a les tnoycns en se meltant vis- 
ii-vis de-R Turcs sur iine df^fi-nsivn, qui, ßii se portaiit «ur Je 
has Danubc vcM QaUz, Ismail c-t KUy-inova lui sera fori ais^e, 
ajaal toutes le« place» d^Jh conqiiises aar les deiTitre»; et en 
di'ttachant cn I'ologne tont ce qii'elle pourra, ce qni sora d'su- 
tant plos ncco.R$airc ponr coitvrir scs propres province» et les 
commuiitcaliuii» de ses annces, de mfime que pour faire ime 
diversion aux Folonoi» et aax Prussiens, qai attaqueroitrnt la 
Gallicie, la Aloravie et la ßuhCtmu, et im coDCurt parfait entrc 
noua dans ccs circonstances dovieot piua ndceesaire qac jatuais. 

La c«8«ioD de la Gallicie, que le Roi de Prus«« vt^ut k 
tont prix. je ne la furai jainais, et il importe m^tiie ii la Ru&sie, 
qu'cUe n'ait pas Heu. SJ le Koi de Frussc, quelqiic mal Volon* 
tiers que je le verrois, ponvoit obteoir quelqu'sutro avantage et 
acquiüition, sans que dommagc m'cn arrirc, je m'y prt^terots 
Sans diflicultü vu les circonstances. Je voas pric de vous svrvir 
de toute votre rhetorique pour bien inculquer cea veritcs et mc 
procurcr de* ccrtititdes de la part de rintp<^ratrice et de son 
ministfere pour le cas äcb^unt, et eurlout vdub fere«, par les 
canaux que voos connoissi^s, mcttre rimperatrico au fait de 
rinem^ablo inslruction, donnäe de la part de la France an Dno 
d'Orlcans lora de son voy&gc en Angletcn-c, et qiic apr^s tout 
ce que j'avois dejl» tollte de la part de cet alUe, celte deraierw 
dcloyautii avoit 6l6 la Beule oapable de u'enga^cr ä former 
des nouveaux liens, et cela encon; a%-Rr la dt^liiTatesso que ces 
Uene no soient pas incompatiblea avcc ccux qui existent eiic<nv 
avec eile. 

Je vous Joint) ici une lettre pour Tlmp^ratrice ' et tme 
autre pour Lenrs Altcsses Impt'Halcs quo tous Ir^nr remottres. 
11 est iropossiblc dans ce» circoustancce que ma saute, qoi d'ail- 
leure n'est point encore affcrmie ne sonfllre des accrocs con- 
sidi^rables. 

Adieu, mon cber Oomtc, port^ vous bien et crojds moi 
loujonrs 

Stg.: Votre tr£s affectionä 



Joseph m. p. 



' Ameth, I. c. Kr. Cl-XXVU, y. MS. 




1790. 

CCXCIV. 
Kannits an Gobeozl. 

n .... 1. . > Vieime lo o Jaiiv. 1(90. 

par Coumer Michalowsky. 

II est crael assur^ment de dcvoir consentir ;i un armistice, 
lorsquc, relativcment k son cnnemi, \& continuation do la gucrre 
seroit plus que jamais desirable Sans coniptcr tont le reste fait 
ou k faire. Ccpendant comment faire mieux ou mönie antre- 
mentV Quant a moi au moins, je n'en sais rien, et preuve qne 
je n'en sais rien, c'est que si je le savois, je ferois autrement 
sans doute. 

Comnic disoit, ec me semble, le sage ßacon : Tempus 
omnium consiliariorum optimus; je n'ai plus d'autre espoir. Dieu 
veuille que le tems me fonrnisse des moyens! Je saurai en 
profiter, j'espfere, et c'eat tout ce, que je puis promettre. Je ne 
saurois douter qu'en bon citoyen vous ne partagiez ina peine, 
et moYCiinant ceia, ainsi que je tous plains, plaignez moi, mais 
n'en aiiuez pas moins 

Figliü mio 

Votrc bon ami 

Kannitz R. m. p. 

CCXCV. 
Joseph an Gebend. 

äS' PStersbourg lo 21. Janvier 1790 

,,. , , , Vieniie ce 6. Jaavier 1790. 

jtar coumer MictialovRky. 

Mon eher Comtc de Cobenzl. Ma sante est dcpuis quel- 
ques tems si delabrec, que ce n'ost que avee tous les efforts 



376 

<jue je puis encore veiUer h. mea affaires, ne poovaut Taute de 
respiration. ni sortir. ni faire le muliidit! iiiouvenicnt, et ^tant 
meine «bligr dV-tre töut« la nuit asuh tliiiis tuon lit, ne poa- 
varit dtro couchi^; ayant de plus une toiuc riolcntc, qui ine 
reuet le parlc-r et le dicter tres [«eniMej tout celä Giit, que 
matgre l'im(iortaiu'e des eireeiietanees je ne puis vüub dirc ([ue 
pcu de mots, nie rapporlaiit a\\ rcsic k cc quo la (^hancellerio 
d'Etat vona commoniquera. 

V'oici dooc les I's'is-ba;; pm'dus d'une fa^'ou auesi inouie 
qu'iiicro^ublu, et par uu ttis de Kutüstis quo Icts ^eits qui y 
dirigcoicnt et commandoient cn ehcf ont eommiaes. Vous sen- 
tU-es vous meine, raon eher Comte, toute In perte reelle, qu'il 
y a pour l'Etut ut pour la conäideration. i'our inui je sens 
l'amerlumo mortcllc d'ätro dc&honord et villpendä od fac« de 
toute la tcrre, et chasse auMi indignement de mes Etats par 
ime rnuaas de gens. Je eruiua beaueoup, que nous re serons 
pas inßmo cn c^tat de soutenir la province du LtixemlMiirj;; 
toute idee d'aecomniodemont je le erois inutüe: (e parti des 
in9urg<is est He, üs ont assure par öerit le Roi de Priisso de 
ne voulotr eiitrer eii aucun pourparler avec moi et de soutenir 
Icur indepcndance. qu'il leur garantit coujointeiueni avec TAugle- 
terre et la Hollande. Je erois bien quo la France, on pour 
micax dirc Ics Ktats g^^ndraux y soiit pour bcaucoup, et ai 
l'esprit d'introduire la ceustitution franvoise y preud, alnrs Ü 
pourra y oaitre une grinide differoncc d'opinion entre le clergä, 
l'etat nolilc et le ticrs etat, qui pourroit pcutetre encore amener 
quelques negotiationa. 

De l'autre cotc il xi'y a plus de doute que le Koi -de 
Prusse ne nous attaijue ec jirinteuis cuitjuinteiuent aveu les 
PolonoiB, avec qui il vicnt de faire uno allinnee. Noire paix 
avec la Porte, quelque faciÜt^ que üous y mettious de uolrc 
cot^, et quelque tneüeä qite nuus serions h. adopter toutes les 
condiiioiis, ni>t''ma eclle de laut rendro plulnt ({ue de la nian- 
qner, reste pourtant doutcnse, on an inoins paroit vouloir trainer 
fort en, l.iiigueur- CVst donc ii cftltc bcuro lü iiioiiient oii jamais 
que la Kuseie, st etlo vcut ne pas sc proBÜtuer eoiunie de- 
loyale en faee de toute la terre, qu'ulle doit prendre tous scs 
moycns et vouloir avee efficaciti5 et franehisc mc rendre la 
pamille pour ma conservation de tout ce que j'ai fait pour sou 
agrandisseineut. 



. 



377 



Jo vooB joins ici une copio flu la lettre que j'ecris k L'Im- 
peratricc* Si la pnix tic sc fait pas par Ics conqu^tcs <]^uc les 
Kuss«8 out faites, ils pouiTout observer um; lU'feusivi« d'autarit 
plDB facite, qa'ils ont des fortoresays puur appui. et employer 
unc gninde partie Ae leuns forcca cotitre le Roi de Prusae. 

Si la paix vienl k »e faire et q^u'mie agression du Koi de 
I'i'usse a ncnnmoins lieu, les ICussos sont d'autaiit plus h, luönic 
d'oroployer loutes Icur forces coittre liij, el de se veng-er en 
ucmc teius des Polonois. 

Öi la paix se fait et fpie le Itoi de Prusse ne nous atia^ue 
point. miiis qu'il dcelaro seukmetit de voululr soiitenir Tiiidö- 
pendance dos PaVs-bas ot m'cnip^chcr dö les recoitqut^rir et d'y 
envoyor des trouppes, alors je deaire, (|ue In Kiisäic fasae uiie 
forte d^clanitirtri ä la Pruflst, et eiivoye en lu^iue (eins un ci>rp$ 
de 40 k 50 iiiillo litnnmes en Qalliciu, püur qne ju puisse en 
envoyer h. peu pr^s un noiulirc egal aiix PiiVs-bas. 

VoTis voilk inlorme, Monsieur le Comce, de lue» id^es. 
Jumais un tuomonl plus crilique o'a 4i)& poor ta monarcbie, 
Jamals un plus uialheureux. plus fucbcux pour moi, et u'esl le 
mouiODt ou vous devi^ mettre lous les ferres au ieu, pourqiie 
CO !!<■ soit point un etalagc de bcites paroles, maU den clTcts 
efficaces qui s'en auivent. 

Adieu, je vous joins ici la lettre it L'Iinpöratrice, et ane 
autre pour LL. AA. 1. t^tant 

Sig.: Mon cber Comte 

Vutre tres affection^ 
Joseph m. p. 

CCXCVI. 



Co beul an Joieph. 

pftr CouTT. Pogyo. k 8* P6Uii>lH>iirE In 1:! Jiinvtar I79U. 

J'ai Te<;a avec respeot par le gardc noble huugrois Pugyo 
ks ordre« supreuicA dont il a plu a V. M. I. de tn'linnorei* lu 
6 d^ebrc de l'anndo pasßt^ü. Je n'ai pa« nmnquö de fairr par- 
venir sur le cliump ik S. M. riiupt-ratriee et k leurs Altesses 
Imp"" les lettre» dont Elle a daigne me charger. Par nn cour- 



* Arnoth, I. c. Nr. CXAXIX, i>. 316. 



rier exp^ie au Princ« Oalitzin il y a troU jours cet ambassa- 
deur B re^o la r^ponsc de rimpöraüice qu'il u'aora pas man- 
que du mottrc aux pieds de V. M. ].* II Joi a öi'^ adrest>e en 
in£mc tema nn rcscript ostensible et copi« de ceux cnvovra ä 
Measietm lea Comtes Simon Woronzow et Kcäselrodc, qui u'cput 
^galemeot eli commontqtiäs ici. Toute oette exp^tion seit do 
n^poniic AQX ortlrcs dont j'ai el^ Dhai^ä. 

V. M. I. aura va par contcan 4m; rimperatrico apaye de 
tout sou poavoir DOtre D^ociaüon k Londres pour une alliance ; 
qa'en ca» d'attaque du Koi de Prusse,* eile promet de eatis- 
fatre k ses cngagemens, en n'j adtnettani soirant son expres- 
sioD, d'autrcs borues et regles que cell«» de la poseibilite; £Ue 
annoDcc qu'elle va mettre ses fronti^res cd etat de defense, 
matt en miSme tems olle tiitnnigne son dt^äir qu'on puiäsc prci- 
venir cettc cxploaion en fesant l'an ou lautre par un conp 
fourri^ la paix avec Ics Turcs. Pour epuiser en m6me tems 
toos lee niovens qui liii on( para propres k euip^cher s'il cet 
possibte l'extcnMon de la guerre, rimp«^ratrice a pris le parti 
de comniuniiiurr aus Court de Londre» et de Berlin les con* 
ditions aux quelles eile veut faire lu paix avec la l'orte et arec 
la Su^de dont la mod^ratioii suivant son opiiiion duii äter k cea 
Conra toat pri^toxie m^nic apparcnt de noua aitaqner. Sur 
l'aitide de Tindepeudance de la Moldavie, du paVs situc cntre 
le Uniester, les cAics de la Mar noire, le Danubc, la rivi^re 
d'Alauta et nos frontiAres, U m'a cte assur^, qne rimpemtrice 
n'insistoit uullcment, et quc cect ti'avoU ctt^ mis en avant, que 
pour avoir de quoi marchander avec les puinancea suodites, «t 
faire connoitre aux Turvs qu'ila se tircront d'afTairc k mcJUcur 
tnarohö par une nej^ociation directe avec les deux Cours Itup*^, 
que par rcntremis« d'autrcs pnissanccs. 

Je me suis recrii^ comuiu de raison aar le proc^d^ tzhx 
siii^ulter d'avotr propose des conditions cont-emant la Valacbie 
Sans notrc int«rveniton. landis quc cottc pro%'iDi*e a t'-tä con- 
quise par Ich seuK.*« tronppcs de V. M. I., et que par con- 
sdquent e'cst ^ Elle seilte ä en disposer. A la surprise qa'a 
cau8<_' tci mon objcctiun, il m'a pam que eeUc ruiläxion 
naturelle avoit öcliappc tout unimcut k Mcsaieors les 



» AfiKMh. I. c Nr CLXV. p. S4I. 

* Vgl. MutaiM, Kw:u«>l Ja* tniU» IX, |>. 34&. 



runoxion ai ^J 

es minifitres ^^| 



379 



qiiAnd iU ont rcdi^ ces pi&ccs; prcnve nouTcIlc de la Icgirctä 
uvcc Uquelle oii truite ici les aflaires. 

Oll 111 'a rt^pondu, que comino u'tUoit nnc otause nur la- 
qublle rimii^mtrivo n'insisleroit pas, il s'enU>ndoit do soimöme 
que la ix-atitiition de cette provincc attx Turcs dcvoit Avwr lieu 
h Dolre avantage. J'ai cm devoir tömoigner ägaWnienl quu Jo 
iie truuvuis pas daiis les conditiuns prujKMi^es de la KuKsin poiir 
sa patx avcc Ia Porte la raod^ration dont on feäott tanl de 
pamde, et qui de.voJt produire un si excellent cffet, sar tout, 
Ic Comte ßesborodko m'ayant fait diro quc l'extcnsion des 
^nltlti^^(^s rusäcä jtisqu'au Pnicäter et In posscsi^ion ifAkertnan 
Qtoietit des conditions sine qua noii; niais toutcs ces expi'ditiona 
clant ])artii>s avant de m'Ptre commiiniquecs, mes remarques 
vcnuieiiL trop tard, et «ucuu changemont n'y ötoit plu» poösibl«, 
je ne puia par couBequent qu'attendre ce qui plaira k Votrc 
Majcst<^ de nie prescrir«^ k ce snjet. 

)IalgriJ ta Kaene de la poetFibilite qui doit servir de bornes 
et de ^^^les mi&c ii Tassurancc da scconrs contra Ic Uoi de 
Pruase. k l'instar de et* que nons avons n^puiidu lur» des pru- 
positions qui nons ont i^t6 faites lä dessns, Tlmpt-ratrice et tout 
son minist^re uie doiiueiit des agsuraiices n''itürtius do uutis 
aidur ufficacement si la guerre avec la Prasse nc pouvojt pjia 
J^tre dviti^e. 

Le Cointc Ilesbonidko ni'a dii qu'on alloit rassemblcr 
unc armtk; de 40/iu homnies en Livonie non coiupiis li^s trouppes 
irri-^'nli(Nrei>, et je N^ais que les ordres suut dvjk donncs pour 
la furniation des niaj^usinä. 

Ces trouppes doiveat etre prctea k agir pom* Ic laoi» de 
mai. On Icvera vn Ukraine des corps des Cosaques qai lact- 
tront celtc provincc k couvort do touLe iiivasion polunoiin;, outre 
que Ton compte ici snr rattachemcnt des Polonois du rit grec 
cnvers la Russic. Eii outre on tÄcbera d'engager le Priuee 
Potemkiu, car uii riü lui ordoaae jamais d'cniployvr eontru la 
Conr de Berlin U partie de son anuiJc connuc sous lo noin de 
l'arnit^ d'Ukraitie, luqaelle se trourant en Moldavie, est d'apr^s 
ce qu'on ui'«a8itrt* ausei k jwrt« d'enlrer en PgJogne et d'a{?ir 
coatre le Koi de Prasse, quc si olle eloit cti Russio blanebe. 

las Priuee Poiemkin se propose d'onvrir la caiupugne 
contro les Tuirs, si eile tloit avoir lipn, par faire entrcr sa 
flottille dans Ic Datiubc, et attaquor ainsi Eilia, Uiuaii et Oalutz 



380 



en fesant sontenir oea aiUqueä par sos lroii|)pßs He tßire. II a 
dcssoin de faire ngir vigonrcusemoiit sa *»rande flotte qui doit 
Ätre considörablemert accrue. Ces op<^i-»tiou9 lui donneront sans 
dtiutu miu graiidi: tacility (jour sa diifciisive vuulre lea Turcs, 
et pour cmployor nnc grande partie de ses forces en Pologno 
et contre le Koi de Pnisse. 

L'Iiii{H-nitrive «t eon minist&rc employent toutes les voies 
de ta pcreuasion pour l'y dätoriuiiici-; il Bora iit^uoRsairo d'aprJiS 
nioii foible avis, qiie de imtre jnii-t aassi on nejrocie dii*ectemi.*nt 
avcc lui sur toiis ces objets importauts, et qu'on profitc de bonncs 
dispusitiuDä. oii il puroit ^tru pour dous. 

i'our HC paa fatigucr V. M, I. de rf^petitiona inntiles, je 
prciids la libcrte de me rappurtor tri>s liumblement h, mes rup- 
potis h lü Cbanoollcric do Cour et d'Eiat. J'osc csperer qu'Kilc 
dai^'iiera nie reiidrc ta justice, que Je a'ai rtoD negligiS obaolu- 
ineiit de Lout cu qui pouvoiC dt^pendre do uioi puur redoubler 
de tkh- et d'nctiviU^ dans im nionient aussi critiqiie quc colui- 
ci. Jg Q*ai pus c-ru devoir parier jusqu'ici de la possibilitä qu« 
V. M. I. consente h. laisser faire quelques acquisitions au Roi 
du Pruasu; il m'a ett^ ordonne par la t'liaucetlorie de Cour i>t 
d'htat de ne faire uaago de ce moyen que lorsque toul cspoir 
do fairo 1a paix avec les Turcs seroit evanoui. Lorsque la 
cuui' de Berlin aura repundu II ce quu vient du lui declarer 
oolle de Rueäie, ce sera le uiomont oü d'apr&s mon foible sonü- 
meiit, on pourra juger, si on trait^ de partage seroit le moyen 
le plus propre k enip^cber son explosion. 

Per«uiiiie u'etitt plus penetn'? que nioi du triste dtat des 
circonstaneca actuoltca, pcrsonnc au nionde ne le sent plus vive- 
mont et ti'eu souffro d'avautspe. Mon zele, mon attacbemenl 
aui«»i retipoftueux qu'inviolable pour la pei-sonne de V. M. 1., 
moii patriolisute, tons ces sentiniens, qui ne Hniront qu'avec ms 
vir doiveut en etre f^arants. jo n'ai paa un nioment de repo9 
duti» CO criiol uiomcnt; la rovolte des PaVs-has est de tous Ica 
^rönumeuH lu plu« tilchoux possible, et qm apporte une difle- 
runeo du tout au tout daus noCre position. ISans cotte funeste 
iildition je cmirni» d'apnNs uion foiblo sentiment, que notre jKwi- 
tion iio »cruit iiullciucut desavAuiageusc- La France ne pcnt 
rion ni pour iii uontre, il paroit d'apr^s les nouvelies secrätes 
que rAnirlolerro no voul pas aidor K* Roi do Prussc dans aes 
uiesuruB ofTonsivoii, U »eiublerait que les deux Cours Imp** k 



n 



S81 



dies seules en prennnt äg bunuus mu&ures devrciient %\xo en 
i'tat de äoulcnir iinc double fjucrre contre la Porte et la (.!our 
de IJerlin; mais \cs res9oiirc«s, que nouB fönt perdre les Pnia- 
bas changent cnti^rement r<^ta.t des cbosca, et oti ne peut sc 
dUsiiiiulur, quu In Kussie t^lle-mäme ä<.-i-oit plus bardiu k (aive 
tele U l'orage sans cc amllicureus üveuement. 

L'csprit de revolle, d'insubordinationj et on pcnt dirc 
d'aoareliie, dont lea Franvois otit doniie Texeruple, qui u muU 
heareusonient ^agne leur voisins, c'cst uae cbose h. laqucUe 
dftiis les pnTä du munde mi im puut uppertcr trop de pn'xiiu- 
don potir <';viter que l'Guropc tic tombe dans les bori'curs et la 
coufusioii du iiioyeii age. Uu des tristes effets de cel esprit 
d'Hliaruhie u'est que devant elioisir de deux maux lu nioiiidru, 
i[ pouiTA peut-etre mottre obstacio aux vtiea les plus bieu fiü- 
aantcä pour le bonbcur de sujeta, mnis dont leur aveugtemenl 
les cmpüL'lie do sentir Tutilite, et ubiigera d'ea retorder l'tixc- 
L'ution. 

Cc qui exigera pcut-^trc le plus de soin dans loua les 
pai« du munde, c'esl le maintien de I'ordre, et le inoyeti d'eiti- 
pecher rcsprit d'insabwrdiDation de faire de nouveaux progrös. 
Que V. M. 1. parduunc ccb n^fluxiun» au zblii Itt plus pure pour 
Son Service, et h I'attachement Ic plus inviolable pour Sa per- 
sonne, et pour Sa gloüe; je puis me tromper, uiais je ne puis 
nsquer de di^pluire au meilleitr de mattree, au Priuce ami de 
la v^i'it»^ eu no lui disslmulant rien de eo que je crois utile » 
Ses iiiteicls. Mais de tout«» les crainies qiie nous devons avoir, 
la plus gründe, celie qui doit le plus nous dccbirer, c'est de 
vdir i[ue luü maUieuruusus eireoimtaucc^ uetuellcs inÜuent sur 
Ic pbysiquc de V. M. 1. et eULpechent >St>n rctubliȊuiiiunt. I^ 
recouvrciueut de la sant(; la plus pröeicase puur tont Autriobien 
est CQ que noas devons däsirer plus que tüutu eliuse au uiuudui 
ricn n'eat dtiSCSpiJr^, rion n'cst sans rttmftde, exceptd cc quo 
concerne Votre personne sacrt^e. A chaque fois que j'iii l'Iion- 
neur de roir le Orand-Duc, il me parle avec beaucoup d'in- 
t^rSt des afTaires des PaTs-buis, et &e tuuntre tr^s sensible U teui* 
malhoureusc poäition. La duplicttti de la conduiio de la Cour 
de Berlin a fait e^alemcut eilet sar lui, et U paroit qu'il com- 
menoe k revcnir de aes aneiens prejugtJs prussiens. 

J'ai riioiiuuur dcjoindre Irfcöliuiublniiicnt iei uno Icltro do 
3iad' la (irandc Üucbesse pour S. A. K. Mad" l'Arcliiducliesse. 



383 



P. S. du iionvcau r^script au Prince Galitnin joinl li mes 
mpp«rts d'anjourd'liiii et ncrvant de r^ponsß hiix ordrcs, qne 
j'ai re(u pur Zareiub;!, coiitieut, L ce quc l'ou tue ilil, des 
nssurnnces encorc plus positives des secouni de rimpi-ratnce 
cotilre Iv Roi de Prusse. 

CCXCVII. 
Cobenil an Joseph. 



k S' rüwrvbotire I» !•* f«rri«r i79U. 



Sire! 



Je iie simrois exprimer h V. M. I. tout ce quo m'» fait 
eprourer lo contenu de lu lettre, doot Klle m'ii Tait la grnce de 
in'hon^iriT Ic G du iiidis [)aW^ .t'ai ik& ptfnt'^lrn de In plus vi%'n 
«loidcur de ce qu'KIle dui^ne lue dire sur Sa ^iiti^. De tous 
\e» niaux qui aftiig^t dans ce triste moment la monurchie iiatri- 
chiunno, c'cst eane iIduIo Ic plus rniul; la <rräeu qite noiis ne 
pouvons trop deinandcr k V. M. I. c'cBt de sc mönagcr, de no 
pas abuRcr de Son t'tüt par im travait exccssif, e'esi de nons 
conserver le uieilluur des roaitreSf et d'eti-e persuad^, que pour- 
vn qu'KIlc sc rf-tabli^sß, il n'est ricn de tont ce qui s'ost possä, 
qui ne pTiiBäc encorc ctre ivpai\>; je nc mo dissiiuiile pas sans 
donte la clifFt^rcnce trr-s eonsidt^rablc qu'apporte dann i'^tat des 
cjioseg la perle luuuicntauäe de nu» IVm-Uus, uiais cuHu lursque 
dans les aiicient« tems la imtnarchie nutricbienne c^toit en ^errc 
avcc la France, ccs provinccs, ihfiatre continnel des o[>^rBtinn9 
militaires ne pouvoieiit etrc d'aucune reMource ü l'i^tat; dans 
ce mouieDt-ci ouli-e les Turca visJi-vis desquels les deux Cours 
Imp''* pur iinc campugne tres licureuse sunt dans une pue:ition 
avantageusc, noiis ti'avons d'cnncmi V(;ntab(ciiioiit h. craindi*«, 
quo le Roi de Pitisse; er sod agressioii, pour peu que la ^uerre 
titrque dura, a ätc prevue de tout teiups. et il ctoit diflicUe de 
sc Hutter tu^imc de Tempächer. 

Je n'ai pas manqu«^ de faire parvcnir K 8. M. Tlnip^ra- 
trice la lettre dont il a plu ii V. M. I. de me cbarger puur cettc 
souvcraiDc, ei U nSponsc,. quo j'ai l'bouncur d'cnvoyer cijuiut 
äi ites pieds' est eonforme h ce qae m'a ilit le Vice-C'bnncclÜer, 



» F«hlt. 



383 



eile doit uontenir totttes les nsHiiraiicea dos socoun quo nous 
poavone d&trer; n'Ayant pas vn moi-mSme celie lultrc, je ne 
puis que raspendre mon jngcmeiil jnsqu'k cc qu'ü pluh-A h 
V. U. I. d« me faii-e aavoir si Elle en est eatJsfaite. M«« rap- 
ports h. la Chaucellcric du Cour et d'Ktnt conttrinent Icä lUisu- 
rnnccs mrbflica qiic m'äiit donne Ic^ miniatroa de Sa iklajcstd 
rimpiTÄirice. 

Ici Oll fait tous Ics pi-^paratifs que Von peut, od rasscmble 
toutei; Jes U-ouppcs, quo Ton h (hiiiti In TJvoniv, v.t duns lii 
]{uBsic bl&Qclie, on (!tablit des mogazins plus que sufÜsanis pour 
Celles qu'on y destine, mais quant k ce« trouppes et surtont 
k ritifunicrie iiOucssuiru puur furiiitir b eorp» qu'uii vvut avuir 
cn Livunic, quant k rarmöc; qui de MoJdavJc doit se rcudre eii 
Püiogne pour agir diiectement contra le Koi de Prasse, tout 
est entre les uiaiiis du Pi-incc Potenikin, et avniit d'avoir rc^u 
s(!S n^punsQS, od nu peui riuu dii'c dv p<j£itit' our la maaijirc 
dunt ces force« seront employees. II n'est an reste chosc au 
monde, qn'oii n'aye mis en oeuvrt; paar engagoi- cc f^neral k 
niettre »ux nuuveaux preparatifs qu'oii demandc de lui toute 
l'atitiviti^ Ol U forco nf^ceB&aiic. 

J'ai cm devoir m'attacher principnteracni » dötoniiiiior la 
Itussie u tout pn'purer püur le cm d'iinc double f^uerrc, s! la 
puix im SU fait pas, ut qu'uii lueun.* teuis le liüi de IVusau [kmik 
attaquc. Ü'cst ce qui m'a paini 6trß pour tc uioiuent le puint 
csaenlici. Je mc suis eoutentr. du jiretisentir les luiuiHln'K «ur 
le parti qu'il y auroil ä prendre daiis le cas oii on pai-viendiDil 
k faire la paix »vcc les Turcs, et les ai trouv6 favorablenient 
dUpoe^ ü cet egard. On est iruilldurs sj persuudi- ici, qu'utio 
fois debaraase de l'cnnemi du noni chrcli<;ii, la äupcrioriti^ des 
forces ii!unie» des deux Cours Imp''"' est tellcj qo'elle fera biontöt 
tout rentrei' dnns l'ancieu ordre, qtic suivant toute vraisembleuue 
il ne Sera pas diflicile d'ainüncr les choscs h tout ec c|uc nuus 
pouvons desircr. 

Du nioment oü je serai assez henreox pour voir arriver 
Iqs iiouvelles du la paix, Je ne perdrat paü uu iiistJdit, et pro- 
titcrai de la joic qni en n,^suhera necessaireincnt ici pour dc- 
mander foruiullemcut tout c« que V. M. I. daigne me proscrire 
)i ect i'gard. 

il est asscz siiiiplc! qiU! l'oii di^sirc iei autant que cbez 
nous do pouvoir prevenir unc double guerrc aussi oncreuse 



3S4 



que collc avßc la Poitu et ütoc la Prusse k la fois; mais ei 
iimltjre tont ce que tentc In, Rnssie pour cvla, Frederic Goil- 
laiimc cn vient rept^nilant k »no agrc&jiion formelle, !'Im])era- 
trice n'eu sura que d'autaut ^lus irrlt^« conlve Itu, et d'aiitant 
|)]us porttic h faire les plus grunds (ttforts. II est et^ijcnliel de 
notre cnt» que nous revenions souvent ii la chnrge pour rcprd- 
seiitur ce qu'on nou» doit, et ce <ju'il est de notre int<*ret de 
dcumndcr. Kien nc peitt faire plus d'eäfet pour ccia, quo des 
lettre» pareUlc3 h U demivre que V. M. I. a ndress^ h. I'lra- 
pcralricG. 

Ce qiie V. M. I. vieut d'öprouver dans les IVis-biis n'est 
nutre choBe, que cg qiii est errivtr a tous les Itigialatcurs et rö- 
fnrinateurb; qu[t ii'a püs du souflnr l'ierre le Grand de r^voltea 
et de scditions? quelle aiiroit iii sa position, ai la tnliition de 
Mazeppft n'itvojt pas el6 decüuverteV u'il n'avoit pas gngiie la 
batuille de Pullara? Dans quelle aS'rease situattüii n'a-t il pas 
(He rediiit k Taffairc de Prüf? Les moments de conlrarictc atmt 
ccux, qui dcveloppeut Ic plus les g^raud» i-aractjtres, et qui ja* 
mais pluH que V. M. 1. a ete douue des qualitös les plus propres 
II vailicru los uliätaulcsV puurvu que sa saute se retjkblissu, 
pourvu que la masso de la monarcliie seit pr^servee de tout 
eväuemeHt pareil k cclui dout la France a d<juii<- le uialbeureux 
exeniple, rien n'est desesperä, et uo peut se Üulter eiicure de 
sorlir avec gloire et avantago des circoiiätances, dane lesquelles 
nous nous trouvons. (^uc \'. M. I. pardonne ces reflcxions au 
zjile Ic plus pur et k rattachcment ie plus inviolulile pour Sa 
personne et jiour Ha gloire, qu'KKe duigne etre persuadtte des 
efforts que je fcrai aar» ecsse pour m'acquilter de ton» Icb 
ordrts, qn'il Lui plaira de m'envoycr, et pour La servii- eii 
toute eliuse aussi bien, que mes fuibles taleus peuveut le per- 
mcltre. 

Je n'fti pas niflnqnd de faire parvenir k L. A. Imp'" le 
paquet ilont il a plu k V. M. 1. de me eliarger, et j'ai t'hon- 
neur du juiiidre iei k Ses pieds ane lettre de Madame la 
Grande Ducliessc pour S. A. R. Madame rArchtduebcsse. 



385 



ccxcvm. 



Joseph an CobensL 



pnr eourriw Btritsky. 



Vlenne ce i&. Fcvrier 1790. 



Mon eher Comte de Colicnzl. La lettre de Tltriptiratriee 
ätoit un ne peut pns plus satiüfaisaiite; puiirvu quo les uuLres 
fassent cc qu'ElIc veut, oii nc sauruit rien cU'sIrcr iUvunUigc. 
Jo V0U8 joins ici poar Ell« la rcpunso d'un mourant,' cnv tel 
est mon etat et je sats perdu sans reasource. Faitcs bien valoir 
qiie In Muiiarcliif Aiiti-icliieunc nyant tact fait et tiiiit süiiU«rt 
pour ]a Moiiarcliie Kusse, on ne croye point que |)iir ma morl 
on 8oit quittc de »a dette. 

J'aHends ici dans pcn mon (ri'.rc Ic Grand-Duc; assurr-a 
bicn qu'il c&L dans Ics m6mc8 prinuipcs. Adieu, inun clier 
Comte, servds le avec Ic iii6iiie z^le et la memu üdelite que 
moi. Je na piiis plus vons tetiioigner ici ma rcconnnisHance et 
iiia pjirfaili- ealisfjicüoii pour le» aervices que voug m'avt^s 
reutlus. 

Joseph ni. p. 

CCXCK. 



Cobeazl an Joseph. 

ä Ä* i'6t»nhnare 1« 20. Wvrifir I79C> %t n. 



Sirel 



II a paru an ministÄre de Sa Majestti l'!mp*?rRtrice, qne 
dans un monient ausäi cntiquc que eelui-ci il etoit iniportant 
tl'^trü infonuä le plutöt possible do tuut ce qui regarde lea 
eniiemU de dcux Cuurs Jmpiinalcs. J'ai ßtd reqiiis en coii- 
sequence d'cxpcdier Ic gai-de noble que j'avois eliez moi avce 
un assez p'os paquet d'inlorccptes^ qui se sout acciiinules cte- 
puis moD dumier courrier, et j'ai eru dovoir d'aut;iiit ptuH me 
prfiter !t cette juste dcmandc que je n« puis tarder dVn re- 
cevoir un nouvea« cliargt^ des orxires ulterieurs, qii'il plaira h 
Voti-e Majestti Imperiale de m'envoyer. 



> AttidUi. I. r. Nr. CIAX3CI. |t. 349. 

roBtfli. 11. Atiii. tu. UV. 



'ib 




J'ai profite de cett« occnsion pour faire parrenir trktt- 
humblement aax picds de Votrc >[ajeste la rdiMinae de la Prusse 
h la communication, que lui a donne la Husäie de scs c^ooditions 
de paix, ftinsi c|ac pour Lni rendre coini>te des dUTcrenU enlre- 
Uens, <[ue le Vice-Cliamiellier Cumtc Ostermanu a ea avec les 
minJBtreä d'»pBgne, d'Angleterre, et de Pniase; et cnfin dn 
contcnu des dcp^clies d'iin nonveao coiirrier exp^i^ k Londrca. 
Je prcnds la liberl«^ de me rapport«r sur tons ces d^tails k mes 
rapports » la Chancelloric de Cour et d'Gtat. 

i) platra ä Votrc Majeste Imp<!ria]c de voir par lenr con- 
tena, qne le niinist&re raase fait conooitre en toul« occaaion, 
combien la cause du t'Impt-rutricc est insepanible de celle de 
Votre Majeste Imperiale ce qiit in'a para d'autant plns itnpor- 
tant. c\uG les PrusBiens cherchent toajonrs d'insinncr. qn'ils en 
veaillent bcancoup plas !i nons qu'anx Hasses. Od rcgarde &n 
m^'TUC tcins eomme la cliosc la plus iniportant» d'cmiwrhcr l'Atigle- 
terre de seconder les vues hostiles de la Ottr de Berlin; on 
eiDploye par conseqneni tous les moyens possibles pour Ten 
d<'-t'«inier. On dt?sire que nuus de notre cöt»*, nous eavisageons 
la r^ponee qu'ellc iious a lait plutüt conimc diUloire que comme 
d^Jinatoire, qne nous continnions h nous expliquer amicalemcnt 
avcc eile, et que nous nVparj^ionR ricn pour lui faire scntir 
coiubieu pcu U etft de soii iuteret de se prStcr aux desseins 
pemicieux de Fiüderic Gitillaume. 

Eki m£me tems que par la voie de la negociation on cherche 
atnsi h. r^mädier au matbeureux etat des choses, et a eiup€cber 
on du ruoina k rctardcr I'explosion qui noos inenace. on con- 
tinue dans le Nord avec )a pIns graude activit«^ tons les pr^ 
paratifs inilitatrcs que Yon pent y faire, tant ponr 1^ rassemble- 
ment des trouppes dans la Livonie, et la ßus^ie blanche, que 
ponr la formation des maguzins, la livraison des recrues etc., 
mais k cet e^ard l'esseritio] dt';pcnd toujours du Princo Pot4!iii- 
kin, et on attend par cons^quent avcc la plos grande impatienc« 
le retoor du courrier, qu'on lui a envoy^ k cet ^gard. 

N'ayant rien d'ailleurs k uiander qui soit digne d'Stre 
portä k la connoissance de Votre Majeste Imp*", il ne me restc 
qn'a me rccommander h. la coDtinuation de sca bonncs gräccs 
et en mc prostcniaut etc. 



ANHANG. 



SB* 



JoHepli II. und iIuh (lirosKrürstviipiiMr. 



Joseph an den OroBsfarsten Faal und die OroiBfärstin tfarie. 

ca 12. Xuvainbro 1780. 

Qiiand on nc incsure los ohoses qii'aiirfes lo sentimont, les 
objets changcn! de forme et le tenia s'npprochc ou 9« recule 
gcloii les circoDBtance«; il ine parojl donc q^u'il y » \in teiu» 
inßni qne je n'ai eu le ptaisir de idc rappeler au Souvenir de 
Vo9 Alte&aPB Impf'.riales. Je Leur parle en eomtnmi. Kour hou- 
reuae et tendre imion m'est trop chfere, et Elles ont bien voulu 
en gouter Tid^, de fa<;cm que j'ose continuer de meme et Les 
prier par ces lignos de voidoir bien so souvonir do la li-iidre 
amitiä quo je Leur ai vonee, tout comme les tdmoignagcs de 
la Leur eont graves ä Jamals dana mon ame. 

Ndus Toiei enfin tous renträs Jans la tranc[uiUitä quo 
l'hivcir exigc, jo suib Voa Altcsae» avcc hion de l'inti'Kit jnur 
pour jour et par heures, daos la vie ri^gk'e en hivcr, dont Kilos 
ODt bien voula m'instruire. Je les vois aux diners, aux bals, 
aux spectacloä, mala bien plus cneore je tn'ocTupe d'Klles quand 
Ktlcs so trouTcnt en particulier, dana Lcurä entresollcs et sur le 
beau divan k se rappeler et repaseer les objets qu'KUes ont 
vus et obserres dane le courant de cette annee avec tu etair- 
vojrancQ et rcquJtö que Je leur connoia, quand Kllet; vjeiidront 
h repasser le mois de Juin, et qn'il s'apra du Comtc do Falken 
stein, pour leqiiel je sals dt*'cidt^ment partial, je vous demande 
indulgüiii;» sur tout, bors »ur lu rcuHt«^' de ses sciitiineit» et la 
ventt5 de sea assurances, cclles lÄ, esamines, ^pluches lea, je 
vona en prie avee la plus p*ande söverite, voyis ai ses at^Hons 
et ses faits les dementent; je suis tranquille sur cet article. 
Ptiur moi assis h. uia cheruincc je m'occupc infinimctit h. me 
rappeler les momens Batiefaisans et agreabica que j'ai pa83('a 
h. faire !a eonnoisflance do V. A. I. et h. m'occnper de mt'riter 
k CQDtinuation de leur amiti^. 




390 

Ce n'cst quo 11*^6 iinparf;iitenieiit que je me Irouvu encore 
en ätat de remplir cc quo V. A. 1. oiit vic cune\inc^ de voir; 
le Comtö Cobcnz] Lear remettra une peiiie (le5crii)tion du 
commeucement qu'oit a dona^ & »ne maUon d'dducntion poor 
des lilles d'ofiicier», Joiit l'übjct esseiitiol est d'eu former des 
gonvernantes. J'ose aussi y joindre uii pctit livrc de mädiiationB 
ecrites par mi» premiferc epouse qnc vous avca paracs ctirieuacs 
de voir. Elle le» u ecrites iiour s'arauüer et ce n'est riu'aprfea | 

SU mort qu'on Ics a iinprimes. Cjunot aus plaus de nos pro- 
mcnades publique^, je Iüb avotö commandes ul cspliquc's fort 
en detail ajipiueinmciit qu'on ne m'a pas compria, car on vient 
do me luB apporlcr faiU lout du travers, Je fayou qu'il faut les 
refaire oiititreiiient h. ueuf, puisqu'cllcB ne pourroient poiiit sc 
faire une idce de leor sitaatiou, par oii dies vaJciit setilomcnt. 
Ce »cra donc pour une uutrcföis et je mVn servirni uulcmcnt 
pour ravoir un Uoii pi't^tcxLc de mc rappclcf saus paroitrc U'op 
importun au souvenir de V. A. I. maU en Jos nienavant döj« 
d'avanrc de rcvoir de nion (^t-ritiirc, il me scmblc qu'il est 
lern» quc je leriiiinc celle-ci et j'osc les assurer de ma plus 
parlaite cunsiderutian, de l'auitle lineare, avce laquellc je aerai 
toujours 

de Vos Altesses liHprrlales 

Ic tr^g devou<£ 
Joseph. 

P. S. Voudroient Kllea avolr la beute h. leur petit soupci 
d'assurcr tüus les Mc5Bieui*ä et 3es Dauies qui ont le bonheur 
de le composer quc je roudroid qu'cllcs ne m'oublicnt pas, me 
rappelaut avec grand plaisir leur eennoiasance. 

P. S. Cert «Tee la confiance et la franchtoe que voos 
m'aviJs pennise mes buus et aimables auiis de vous parier et 
iiißme de continuer ä vous <5eriro, que Je fais cctte petite fcuillo 
Il part, pour tout ^vf^nement vous vous rappeller^s cneore la 
fa^on viLgue avec laqnelle Ion pai-la cutre nous un jour d'un 
iDaria{$o h arrauger pour luuu ul'vl*u, iiU aine du Graud-Duc 
de ToBcaiie, Bon ago et sa liberte qu'on doit h uion avis lui 
laiaser de faire une choix selon son goot et qui puisse faire 
8on bonKeur, read metue le plus petit eugagement a ce »ujet 
impossible; c'e&t ausai cn const^qucnec de cc principe que j'aÄ 
diiclint^ un projct de double mariage qae le Koi d'EBpagae noiu 




391 

a fatt proposer entro ma ni6«e et aon iievea et mon nevcu ot 
sa riJice Infant et infatit« de Purtii^iil. N«^anmoins je saia tri» 
stircmeut quc lu Cuur du Ucrlin ([ui a appiiü nut> prupos les 
i^bruite expr^ et en deduit dos consf^qucnccs des iii^.;;i)ttnüon8 
entatiit^es et ilo fn^quona coiirriers, eile les voit passer de Vientic 
k MoDtbuillard. 

Je nc parle de ccs fahles k V. A. I. quc pour los assurer, 
que ce n'ust poiot de ma pari oertaineraent que ces propos ont 
pris Itiur üriginc, il est sculomciit stngtdicr, qn'on rcprcsente 
cette idpe sous la forme la plus dHiiuercuso et qu'on veut en 
doiiner l'eveilU ji tout lo moncle, pour cmp^chcr, quelqne eloign^e 
et incortaine, qiici soit la choso, nt-anitioina sa ri^ussite; voila 
le fftit qni est tel quc j'ai l'lionDenr de vous le inarqiier; les 
raison», le ])ourqiioi, m'en ccliappent, et je ne uie peruicls poiDt 
d'aulres reßexiuus ni obüui-vatiuus lu de&i^us, V. A. I. les furoiit 
BanK doiitß KIJcs meines; et Je ne Icur ai voalii diro ceci (jue 
pour Lenr prouver mon cxactiludc ii les informcr avec con- 
liaiice, francbise et bonne araitie, teile quo Vos caractitros le 
u]<iriluiil du uu qtiu je piiiü uroire les inttircsser. Je votis prie 
de n*en pas faire autreraeni nsage et de viirifier si j'ai raison, 
je leur a*sure que de ma part toat ce qu'KlIes voudr-ont tien 
jauiaiü me cuitficr, seni garde soigiieiisement dans mon aiiie, et 
qii'Ellea ne ma traiivcront janiais agir difTcTPiiiinunt qii'Kllcä ne 
m'ont etitendus parier, et qtie j'ai l'honneur de !eur (!crire en 
les iLBsurant de ma plus aincöre amiti^ et parfait attacliement. 



II. 



Joieph an den Qrosifursten Paul and dessen Qemablin. 



U KfvtJBr 1781, 

Les lettres plciiies d'amiti<$ que V, A. I. ont bien voulu 
mMcrin*, la pnrt qu'KlIes temoig'Dcnt prendrc et la justice 
qu'Klios rendcnl k la mi^inoire de mon au^usle m6rc m'onl 
penMrfS de In plns vivc roconnnissanoc. 

Vous voules bien ao&si m'eucouragcr aar les difäcultcs de 
mon nouvel emplui. L'idi'ie de pouvuir faire du bien et de 
rcadre heureux ses suj«ts est saus douto Ic plus beaii et !e seul 
cot^ äatteur de la puissance, tout comme il est I'ai^uillon le 
plus puiasant pour tout ame sensible et honn^te, roais quand en 



392 



m^me tems roii s<;nlt, qne chaqne fansse dömarche ocoasionne 
le coutrairr, qu? Ic innl est sl facile et si ra|ii<1e U. sc fnirc, et 
que le bicn e«t sj difllcile et t&rdif. et que mömo de sa iiatiirc 
il doit l'ötroj ne pouvant »'opposer que lentcinent pour 6tre 
aolido dans un vaste Etat, alors cette doucü illusion sc diniiimo 
de beaucoup, et il ne rcdte plu» que la äatUfactioii, qu'oD porte 
avcQ Bol, et par laqueilc on a la douceur incoiuparaLlc de so 
saToir en boiiiie cumpaguie, qimiid uii est seul, et de le clierehcr, 
toutc connidni-iiLion personelle ii part, c-t de ne faire quo cc que 
le bieii gwii^ral de I'Eiat el dii grand norobre exige. 

Du boiiheui- des individus on peiit rarement s'oecuper 
Sans dt'-raiig'cr sonvetit l'eiisciiilile, v.t il paruil quo sohh de 
bonncs loix et une bonne institntion fondt^e et regice 8ur l'csprit 
et le caract&re de la nation tont eomiuc sar la situatioa topo- 
graphique de l'Ktat, eliaque iiidividu duit trourer de qiioi etrc 
heurciix dariK sun Ktat, s'il cn a le bmi esprit, et s'il cn vetit 
preiidro Ics moyens, le souverain litant Ic souticii des loix et 
l'ögide qui le» couvre de toute violence, en aduimiBtrant seule- 
ment et nniquetiietit daus <nii objüt les deiiiiers que ses eujuts 
lui conficnt. 

S'il y A trop de philosopbic 3i lout celK, ei j'ai trop ot^ 
le manteau ruyal, In uuuruiine et tu suuptre, et que j'ai fait voir 
h V. A. I. Ic souverain tout deshabUld et devunl son valct de 
chambre, qu'ElIcs mc pardoiinent aus principes qao j'ai tou- 
jours eu, de rcmonter il la souree primitive do cbaque cliose 
fst do taebcr de voir saus fard et »ans appnH <'}mi{iie ^tre et 
chaquc choae dans son <^tjit naturel. Je ne m'en trouvc |>as 
pour cela pluB malbeareiix, non, chaqiio ftrc me dis-je est erde 
puur rt-tuplir iiiie place peiidant uii certain iutorval d'anndos 
sur le globc, ch bien! je suis une do ces luariotiuttos, que la 
providence, sajis que j'aye pu ehoisir ni demander ni la re- 
chercher, s'est plu k mettrc ii la plaee que joccupc, afin que 
je fasse mon touis; eUe ne ui'a doune quu Tcsprit ot lue facultt^s 
qu'elle a voiilu, eile ue nie fournira que lea oecasions et les 
circonstances qti'il lui plaira, pour elre ou paraitrc qnelquc 
cbose, et quaod eile en aura ass^s, le rideau lombera et la farce 
eora joutJo pour luoi, eouime pour tous eeux, qui m'uiit prc- 
c^dds. 

En nttendant jo lui rend pourtant graces de ce qti'elle 
m'a cbotsi d'au»ai aiinabk'» euiupagnuu», comme le aont V. A. I. 



393 



ot de ra'avoir donnf'i I'caprit, le couragc et l'occasion de faire 
leur conDoisannco, de Ics (ipprecier et de leur vouer pur i^on- 
scquent nrift amilJd et nn attai-lieinctit aussi sincirc <jue nn'ril^. 

Ma k-Miü au PriucL- de W'urtt-'Uiberjf Vytrc; pferii ul beau- 
pfcro n'etait qu'un temoipnage trte vrai de U consideralion et 
cstime, qu'un mililaire aiigsi distmgn*^ que l.ui et qiie des pnrens 
anssi respectable», <^ui »« vouent entitiiement k reducatioii heu- 
rcuHC de leurs cnlans doivent inspircr, toutQ occasion (et ce n'est 
point unu phraao) qui puurra me foiirnir lo inoyou de leur fttro 
utile oa agrdablc mc scra ccrtairicmcnt tr6s cli6re et c'estavcc 
«atiKfactiou que je remptirai cu co puint tout ce que je dols k 
ramitiä precieuse de V. A. I. et h mes tendrcs et constants 
BenlitußDH jiour EIlcs. 

J'osc cnvoycr au Comic de Cobftiizl tin manvaia plan rc- 
preseutant k pcu pr^s ta Situation de nos promeuades publique» 
H Vienne et de raou potit Krt^mitage, ou ne peut pas sc faire 
uno idftv. des points de vue, puinquc Ics mont^igncB qu'un a 
dessiof^ ei> perspective dan» ce plan paraiaseut Irö» proches vi 
par consdqaent desagr^ables peiidant qu'elles sont eloifi^nees de 
quelques vurstus et tie furmeiit pur C(>iiB<^queiit qu'un aiuphi- 
thcalrc tr^ä agrt^ablc et rariä; que nc donnorais-je paa ponr 
pouvotr Leurs en taire explicateur, mais actuelleiuent il nc nie 
rcsla que de prier V. A. I. qu'Elles veuillcnt bien iHre assun'es 
de la plus parfiiitc aniitiit nt liaulc eonsidifration avec leaqucUcä 
je ne cesscrai d'etre et que Je Leur ai votiiJes ponr In vie. 



m. 

Josepb an die Grossfärstin Marie. ' 

Madame. 
Faire la eonnoissance de V. A. I. et di^sirer de liii ^trc 
nttaelii- pour la viu n'ont ^\^ qu'un meuie et uniqnc senliment 
en rnoi; tous Iva Heus mu soiit pr^eiL'ux^ tous les luuyena mo 
sont L'hora qui reraplisöent ce bui: je pcnaoit aussi peu cti voya- 
geant en Kussie de me trouvor dans le cas de pr-oposer mon 
neveu pour la aoeur de V. A. L autant qae des que j'eus ie 
bonbeur de faire sa coTiDoissaiice, le dt^sir ne m'en a quittft. 



* Dem Svbrslbeu »» Cvb«aK) Tom 1?. MItrs 1781 tciliegMid. 



»14 

3U«i aai .tri inurt* v^nn-^^ mr --wuu* iok >» il'-^va £»iä 
y?';': .Tii.n i!>r» * «n. «i'j»'^^ «.-»mt ; i*t iit i'unc - *wCJcr»r i-t»!:: 
ra'i .iiiiitj* »I s^tüti»* ;»«.• ju nÄnuir- slum t Ä. .''l2Li»»ina'i«-. 
'.tat', ttnu^ «. r^w^Ärt^u-Vj* tiu* iWJMrvhi^ «. ViWL xifxüi. 3i.*T*eiJ 
in* tifrtrKi* ;*r:i» viv *" vfrvümc vi'ur Itaii'' Tw?» v.iwl.*- 31»^- 
'{fiKT t'^^^Ä vyjbtirtn liuyti^ tA »ui« MMi-'Waür i* }uitt je»»» ä"» 

3a«c: >» iiTÄT^i* <Ä Hl*.;:. «n*!i «rarj* j»» muut ■tt s. JL L'Isa- 
pwaav:^ A ^-i^iiA /-i^«: aii*Tu>t Yj:2Aii* *.ivr>. Jic?% * V. A_ L- 
« -r'**: *>»Ä*r aMH,-^ ■«^■.•a.'ja.-.ti.t ':••*','' '■•** /«"jw i tJTao^r^ ^v^^aikU«' 
sirtÄt *»; <A !■- witi.* jt v^i:h*:rvflx.*i:: it ^ -at-ti-Trf- it T. A. I. 

Duiu v/vV,'-,'^ f*^a* «;^Ä:jir';fc»: »affira ä prv^T^r s V, A, L la 
riiWÄTJl* 'l'i w.fr* »t;,-*-,',v^*t,i*- la rÄalit^ 4* m*a d*:isn et la reril* 

Li fauii.-'-; '; .*; j Ä. ':■, . i„'/:.:-'^%r d* ]"j: rej'^r^r d»: tKr-acfi*: et 
par ^':r:i 'ri 'i/:h V '.■'r>r'r': *!'; y/'-ivÄr 1j: pr'^'riT^'r efScactment 
dawt fy'iV:* )'•> v^:*.**;,!.*, ':! &■:»>!] ;r,'irif^;tA>/!*rE.':Dl dac= celle- 
ci. ',"':!;• siY';': ,.'.<: vr4>; «!atl*:V:ti'yrj 'i'j*: j*: zu'-jffn jjiar ceiic 
letln; a 'i-i'..:.'^r * V. A I to-i*. ';*; '(ü*: ja; de mietix et de plus 
s/jlid': [i'j'ir '■.os.*/i\'A':r a jai.'jai<! r.otre ariiitie. ensti^es-moi 
d'atitr'rfj '.'i'r.'i:.',', <;f,':'<f'; j^i'ir 'reU, fet vo-i-* m'; le»? verreä EaUir 
ave«; l'r n.'-u.'-. *:'.t.\>T'-*.».*::u':u\ *:X {^laieir -Si les vraii s^ntitnen^ 
d«' I \f>i,}i'-tr ':': \'':x':fu^i\': 'r'yfjtiuuf:! de vert'jeiix fjiarens et dun 
Iwn Ui'-.UHV': ]>*-:i\ •■i d'/it itifl'j'-r »tjr Je 'raractere des enfans. 
certaiij<;((*'^rjt '/f; ne peut arijrurer '|ue bien avanta^eu**ment du 
Iv/nheur *'i'ih\ av-fiir de <reh deux jeunes gens par leö exem|flfcs 
qu'iU '<ijt '■'/fili(;u':n"m<-nt devant le« yeux de leuns ftarens. 

*J'e>-t av": bien de reiiipresfSftriierit qae j'attends la rt- 
poiiM; de \'. A. I, i;t i\mi y>Ktt la prrer de vouloir me croire 
pour la vie 'tf. 



IV. 

Joseph aa QrosBfüriteii Faul.' 

L'iieuruusQ et prcuicuse uiibn, qui r^giitj eiitre V, A. 1. e 
sa charmante ä|jou8C lui fora coniioitre par la leitre, qnc dans 
celtc ocfHsioD je nie suis vu dans le cms dt- hii «xinrc ce quo 
je desire et h quoi je m'offrc. Sa r^ussite doit interesser V. A. I. 
puiseju'EII« veut bieii se reganler coiimii! iiiu» aiiii, vi ([u'iiitini- 
mcnt inti'rossans soiit ponr moi tnus Ics licns, qiii pciivont nrunir 
iudisäolubtcmcut de cocur et de raison de famiilcs et d'Klat, 
taut h. 8on anguste märe, qu'h. äa ohhre äpuuse, et par cou- 
sequcnt h Kilo möme. Sa iirmitration et eti jiisticti Iiü foront 
toHJoui-3 distinguer les seniimcnts v6eh que les faiis conslants 
et ess^ntiels setils prouvenl^ ilc ceu:c, qui sc Ijoruent h. dn bcites 
pbrascs et promeeees. Jo puis lue rappurtur liardiiuunt h. uetto 
(^valuntion, die sera toiijoiirs h mon nvaiitage. .I'ni Thonneur 
en FeinbrasMint lendrement de l-'iis9in*er de la plus liflule con- 
sid^ration etc. 

P. S. J'ose k la suite de» propos, que j'eu» ['hotineuT de 

lui tciiir, faire iiiirttre eil roule G islievaux de seile de mes Iroia 
difFf^i'cns harnis, qiic fe <_'omte Cobeiizl iiur«. riioiineur, »i F.llu 
le pcrmet, de (»In: passer daiis kcs (^curieü. Je dt^sirc qu'ils 
puieseiit l.ui plairo et eoiivenir; quo ue douueroU-je pus pour 
les Lui Toir munter de Ja petite cbaiso aiiglaise, uü J'cHuiä si bleu. 



V. 
Joseph an die Qrossfüntin Marie. 

Vi«nrie 1q B. CMobro 1781. 

Votre Ahcs8e Impi^rialc perraettora k uia franehisc aeeou- 
tiimen de Lui dirc un mot sur les intentions que j'avois Tail 
luaiiifestor Jiu IViricu »on pire au sujcl du tsiijour Tutur de 
Mailamc la Princcsso Elisabeth, ,1'avoia cru quo ccia aiiroit pu 
arranjrcr et coiivenir ii tonte le monde, d'aulant plus, que le 
logeiiicnl et le genre de Cour qu'on Lui avoil destine, n'avoit 
aiivaoe ressembluncc avcu un couvent; du dcpuis leujours dans 
la iiiilnie idäe j'avois propoeii li ses cbers parens l'alternative 



* Dbui SchrBlbeD roiii 17. Man an Cobonsl beiliegend. 




396 

de rediger et sig^ncr le contrat cle manage, ou mto« de pro- 
ceder k Tucte du maring^u pur procurntion. -Tc n'ai point Ih 
dessus encore de Tjciir nouvellfts, tnais dfe« quc j'»i im wdles 
do IV'tcrsboiirg, quo cette id^ ne paroiäsoit point agrrfable k 
V, A. T. je Tai tout de suite revoqu^ en faisant savoir ii Mont- 
bdlliard, i^u^il tiu BOri>it plus questiun de fii^.on quelconquc des 
jiropoaitiona que j'avois avancPcSj et quc par coniM^ucnt an 
socnr rctonmeroit avec ses parens, comme V. A. I. » paru le 
dei^irer. Voilä tr^s »iuc^remeut toute la inarche du la chose; 
il n'y a ni plus ni iiioius, ot si j'ai rempli pur cettc dcrnj^ro 
d^marche cc quo V. A. I. * soubaite, j'en serai enchant^ et je 
La suppifft de croire. que je n'avois cerlainenient pas coniptc y 
manquer par la premilire, et qui; mes intentioiis out toujours 
^\6 bien simples, bicn vraies et bien pur^ä. C'ßst dans ces 
KoiititiK'tiH que jo La prie de me croire avec la plus haute con- 
sidöraüon etc. 

VL 

Die OroMfärttin Marie an Joseph. 

24 Pevrier 
Pjtanbnu^ oe ' - - 1784. 

L'iimiti«^ fiincfere qiii mo lie h luon frfere Ferdinand me 
füit pi'undre la part la plus vive h. toiis les cveiiemens qui uiar- 
quenl les jours. Voua rem?», Sire, de combler »es voeux en 
l'avanvant daiis un utomttnt. tm il ne pouvoit s'y attendre, en- 
chunte de L-ette inarqui; de vos bontf^s. il n'a cu ricn de plus 
prc8s6 que de me faire part de cette bonne nouvelle, et u'est 
pour marquer ma gratilude Ji Votr« Majusti'- Liiperiale que je 
Lui adrcsftc ccs ligncs. La nianiöre charniuiite dotit Kllu a 
fait doimor cette nuuvelle k mon fHtre y a ajout^- un nou- 
vcuu prix. 

Ce 8ont tont autaiU de sujot« de roconiioissanco. qai ne 
B'effaceront jamnis de ma memoire. Mon mari me cbarge do 
faire acs coinpliniens k Votre MajestÄ Impt^riale su propxMiant 
de profiter du crjurrier qui sera cxpedi«i aux promiors joui-s 
pour rt'pondru ti la leUre qu'il vieut de recevoir di; Volre pari. 
Je Charge ma aoeur du celle-ci, me llattant qu'elle sera en 
merae tem« l'intorpret^^ de mrs scntimens, qui aont ceus d'une 
parfaite considüratiou et d'une attacbement sincfere avec les- 
quels je suis . . . 




397 



VU. 



Paq] an Joseph. 

*6 Fnvrinr .,„, 
Pöt«rtbourg CO - 17»4. 

Je suis inttniment sensible, Sire, K U marqiie de bontc, 
qne Votre lilajestä Impt-nalu vient de dontier h luon buaulrere 
on lo faisant Colancl, Jo n'ai pas ätd moina sensible ii cclle 
de 8on nmitie qu'Elle m'a doninj par ea letü-e du 3 Fevrier. 

Toute l'Europe et a plus forte raison qui sommes les in- 
teressös, duvroiis appriSuier les Bfntimuiis de Volrti Majesl»; et 
sn fa(;on d*a<fir. Co iie seroit point ä moi certainement qui a 
eu Tavantagc de vous countiitre, Sire, partiKuliiiirfmeiii Ii foniier 
des doutcs quciconqucs; niais U m'appartient comrnc bon ciio^-en 
de d'dairer quo nous recoiinuissioiis les avantagcs dans toutcs 
les occasious qu'KIle nous procure. Je La supplie de rueevcir 
k son tour les assiirfincos de la haute considt^ratton et sentiiuens 
diölingue» avec les quels je ne cesserai d'etre . . . 



vin. 



Joseph an das Orossfürstenpaar. 

t Vionno w 4. Avril ITK«. 

Je profite du preroier moment de mon retour pour 
t^moigner k Vos Altesses Impi^nales le plnisir et la satisfaction 
que j'ai u-prouvea cu roeevant leunt chtires lettre»^ d'autant 
plus, qu'KIles m'avoieiit lui&sA tout lu loistr d'en d^sirer. Qu'KUos 
ne voyeut daus ee que j'ai et^ et que Je senii eneorr daus te 
cas de faire pour k bicn^trc de la Princesso Klisabetli ot da 
Prince Ferdinand, que la uon»equence indepeudante de tout 
övönement, de ms fajon de penser b leur ^gard et qui n'est 
qu'unu ftULic naturell« de sa loyaliti^, que je muta en lout k 
»mplir avec uaure ce k qaoj je m'eügage, et a obliger ceux 
que j'aime; je crois en avoir fait mes preuves, et j'ose prier 
VV. AA. I. d'en ötre persuadöea, et de lue rruire pour la vie 
avoc la plus haute consideration ot parfaitc amitiä etc. 



398 

IX. 
Der Groitfant Faul an Joieph. 

S* Pfitereboniy ce 1/12 Novembre 1784. 

Nou8 avons ^te tree sensible k la lettre de V, M. I. da 
25. du passä et k tont ce qu'Elle veut bicn dous y dire d'ami- 
cal. Je La prie de eroire, que dos sentimens sont enti^rement 
reciproques. 

Lcs nouvelles, que vous nons donnez, Sire! de ma belle 
soeur et de l'Archiduc sont faites pour nous faire plaisir. Cer- 
taineinent V. M. permettra, que je Lui rende gräce pour la 
musique, qu'Elle nous a envoye. 

Craignant avec plus de raison, qu'Elle, que mon Venture 
ne Lui soit ü charge, je finis en repetant, que je suis et serai 

Öon tout devou^ 

Paul. 

X. 

Die Grossförstin an Joseph. 

S« P4ter8bourg ce I/I2 Novembra 1784. 

Apris le prf^ambule, que je trouve au cominencement de 
la lettre de V. M. I. eile nous iinpose la loix d'etre aussi suc- 
cinct que possiblß dans nos reponscs. Je nie bomerai donc 
uniqueiuent, Sire! k vous assurer du plaisir, que m'a cause 
votre lettre. 

Les bonnes nouvelles, que vous m'y donnez de ma soeur, 
me comblent de satisfaction, en nie persuadant de son bonheur. 

Je vous suis trfes obligöe, Sire! de la musique que vous 
nous avez envoyce. J'en ai essayöe plusieurs inorceaux sur le 
clavecin, qui m'ont paru trfes agreables. 

De erainte d'abuscr de Votre loisir, Sire! je finis ees 
ligncs par vous assurer que je suis tres sinc6rement 

Votre bien dövouee 

Marie. 



399 



XI. 

Die Orouförttin Marie an Joseph. 

ä' Pälonbuuri; co 16|'2T Dvcambra 1784. 

PermcUez, Sire, qu'au jour qui Sxcra le bonticur de ma 
Boetir, je vuus ndresse ces ligaoa puur vuns li^moigntir ma re- 
eomioissanco des bontös dotit voua l'avej! comblii jiisqucs a co 
moment et pom- vou* conjui-er de lea tui conliuuer. Elle va 
vons aparteiiir de bien pres, et eu porUint le noiu de V'otre 
näöce. je suis sürc qii'elte vous chi'Tira et rmtpoctera cüinuie uti 
piTC hien aimt'. Daignez, Slrc, lui cn accordtr toas ks tendi-es 
sciitimeus, et vous la rcndriis iieiireuse en me comblant d'une 
satisraction biun duuce. 

Rerevez, Sire, mes aineArcs rcniftreinicüis poiir Votre der 
niJjre lettre, j'etois aürc quo ViUre Majestt* Imperiale aproiive- 
roit lu demarche de uiou man si coafbnuc a sa gluire, et mes 
vives S4>licitiides; je n^ai in^me me dire tuut ce <|u*elle peii^era 
k ce sujct ot qn'clle pürtage ma polnc, vous sachanl dou«5 d'uii 
coeur sensible et rcmpti d'amitie pour mon man et poiir wioi. 
.le tJiche dMloigner dans ce moment le sentiuient de pcine qui 
me pdnptre pour nc tii'occupor quc du bonlicur iruni^ soeur 
cb<5rie, qui me tient si vivcment & coeur; noua nous Hattons, 
Sire^ que l'envoi de ce courrier en rous prouvant notre em- 
presüement k vous pr&enter nos voeux et ft^licitations vous iera 
quclque plaiair, en vona donnant une nouvello prcuvc de Tal- 
taclicment sincerc avec lequel je suis ponr la vie 

Votre tonte diSvonöc 

Marie. 



xn. 

Joseph an das Orossfnrstenpaar. 

Viennu ev 28. Deuombre 1781. 

Mes cbers amis. J'ai reju par mon deraier courrier In 
lettre qiie vous rv^b bien viiulu m'ecrire. Si le pröambule de 
la mtenne vous a pam cxiger de raccourcir eneore vos rcponses, 
certainement j'ai bien mauque moii but, mais laissoiis H» cette 
petite guerre, et permettes qu'avec In franchise qui m'est Datu- 



400 

relle, j'ose tous dire, qn'il y a d^jk du tems, que non aans 
une vraie peine il m'a paru d'appercevoir du froid et du cere- 
monieux dans vos lettres. J'ai commencö par m'examincr, si 
j'y avois donnc lieu, et je me suis trouve entifereraent pur du 
cotä de mes dämarches et de mes intentions. Si j'ai mauque 
dans tes formes on si quelqae mauvaie conte ou tracasserie tous 
a c%6 fait k mon sujet, explicons nouB, ou pour mieux faire, 
tirons I'^ponge sur le passö et partons derechef des bons mo- 
mens oü k Pawlowsky a des Soupers et dans diverses autrcs 
occasions noas nons sommes promis avec antant de sineeritt^ 
que de convjction et de satisfaction une amitie inviolable. J'ose 
vous la renoaveller ici, et toutes mes demarches, mes pensces 
mSmes y sont const^quentes. 

J'ai l'honncur de vons joindre ici une lettre et une caisse 
de Mnd'' la Princesse Elisabeth, qui so porte parfaitcment bien. 

Je crois que W. AA. I. seroient contentes de voir la 
fa^on naturelle, aisee et amicale avec laquelle les deux futurs 
äpoax sont ensemble. 

Adieu, mes chers amis, apr&s ce que je viens de tous 
marquer, j'eep&re qu'au moins il ne tous rcstera plus de doute 
da prix que j'attacbe ä votre chere amiti^, et combien je de- 
sire que vous soyes pei-suades de celle que vous a touü votre etc. 



XIII. 
Paul an Joseph. 

Pawlowskoe ce 12/23 Juin I78&. 

Je profitc, Sirc, du depart du Lieutenant Colonel de Rieger 
pour rcuu'iH'ii'r Votre Majcsti'. luipi-rialc de la gräce qu'Elle a 
l'ait Ji iium lu-aufri^ro en le faisant proprietaire d'un Ilogiment, 
et eil luriiu' ti'Uiö pour lui ti'uioigiier tout ma reconnaissance 
di^s houti'-« i't ilc l'uniitiö. qu'KlK- vout bien temoigner a, celui 
vi et II iiui lu'llcaoeur dont ils ne cesscnt de se louer. Je m'y 
n'ooinmtiiidt' purrillonu-nt de mon cote et suis 

le tuut devoue auii 

Paul. 



401 



XTV. 
Die Qroaifürstm an Joaeph. 

Pawlowake ce 12yi8 Juin. 

Je däsirerais exprimec bion vivement h Votro Majestö 
Iinpi^nafc, rnmblcn Klln a r^'U exciler ma reconnoissnnce par 
U's bontes qu'Elle vient de temoigncr ii un fröre, qui lu'est si 
oxtri^iiicmciit cbcr. J'en siüb cxtn^mement toucliiJc. Vous uon* 
noUsäs, äii'o, l'attacheiiicnt siucttro i]uü je purti! h mon frere 
et i\ ma soeur, aiiisi il voua äcm fncile de vous fiiiro unc idce 
du pluisir quü je seua de les anvoir heureux et uuutvute. C'est 
von», Site, qui fnitos lern- bonheur, par cünst!([aent o'eet m'im- 
posoi- la loi de vous cn «voir Ioh plus Kmiiiles ubligations. Je 
ne saürais m'en acquittcr qu'en vous pmnt, Sire^ de vous con- 
vaincre qae je sais apprei:ier ros boiitus quo je votia supplie 
de continuer touiunin k uno ikiuillu qui vous pui-te im vrai 
ftttachcmont. VcuÜles aurtout vous porauacicr du mion tti mc 
croire h. tout jani&is 

Votre bien devouöe ainie 

Marie. 



XV. 
Joteph an die Groiafüntin. 

Viunno cfi Sß. JnillDt 178fi. 

Le Lieutenant Colonel Rieger m'a surpris bien agrdable- 
uicttt CD ni'appurtant unu lettre du Vutre Ällensc Imperial« et 
Burtout unc, qui ti^moignoit )a eatisfaction sur eo quc j'avois 
iUi dana le eas de faire pour le Prineo Fordimuid et daiis U- 
quelle j'entrevoj'oia encorc queltjue foible etinecUe d'aiuJtiti que 
j'avois lant dceirt^ d'obtonir, que ji; croyois meriter, et dont je 
m'etois m6mc f&it illusion au moincnt de I'avoir obtcnuc. Je 
vous garantis, Madame, qu'il nc depeudni quo de Votre frire 
et de Madunie Votre sueur d'Otre heureux et contents, ear 
vom sav^s bien quo le bonheur et la satiiifaciioti ne peuvont 
8C trouver quo dnn» »oi m6uie; de mon eyte il n'y manqoora 
surement rien, tout aussi peu qu'au d^l's\r conätaut de fa eon- 
vaincre totijoars de rinviolabilitd et IoyaUt*S de l'amiü^ nvec 
laqnello je siiin 

Son trhs dövouö. 

r*nt«t. II. Abu, Bd.LIV. SO 



402 



XVI. 

Joseph an die Oroasfaritin. 

VieuQC CO 26, Juiltut 1765. 

A mon retour d'Ilalie j'ai troavö )a lettre que Volre Al- 

tesHe Impiiriale ji bleu voulii iii'i'crire jiftr le Lieutenant Colonel 
dtt Ilicger. La pjirt qu'ElIc prcnd ii la satiKfaction du Prince 
Ferdinand, son beau fr&pc, me rend doubloment eher et prc- 
cieux le plaisir qae j'ai eu de l'obliger et Elle voudra bieii 
croirc quo ue itiiinio ili^sir et cv\w du lui proiiver en toute oc- 
casion mon amitie, acront Ic scntimcnt de cclui qni pour la vie 

son tont dt^rouiS. 



xvn. 

Joseph an da< Oroaefärstenpaar. 

Vienno oe SS. Docotnbre 1786. 

La Ipltre p]einc d'amiti** qno VV. AA. I. ont bicn voulii 
m'^crire en cüiuuiun, et Tinti-ret qu'KIlos ont tiimoignü prcndro 
ä inüi par U!S quc»ti<iiis qu'KlIos ont fait k mon 8ujet au Cümte 
de Cobcnzl h son retour h Fdtcrsbourg, m'ont combh'- de satis- 
faction et de roconnoissance, cur ce n'est qu'» meüuro qu'on a 
uccordii des sentiutens qu'on est DaUc d'en ulitenir la recipro- 
citiS. C'ost en Icur donnant le« uieillcurcs iiouvcUes du la snnt^ 
de Mad" la Princesae ElUabetli, que j'ai Thonneur de leur on 
jvtndre icl unc lettre et eiii mcme tenis unc caisac conLcriunt 
soii huste en porcelame, qni n'a d'autre m^rite que d'etre assAa 
resscmblant. Je d<?sirc bicn qu'il arrivc ä hon port, au raoins 
je le recommandc au courrier, qui, s'il n'est pas verse, ou toute 
attention ceasQ, cn anra eci-tatnement bon aoin. Los Vicimoia 
se souvienncnt tonjours avec hien du plaisir de toutos les bontds, 
qn'Klles lemr ont temoignees et de I'amabUite dont Klles ont 
voulu leur dünner des pruuves st r<5itäröc8. Tour moi je puis 
bien aasurcr que je ne ce&serai jamais d'6tro otc. 

F«uill« HOpari. 
Je V0U8 ecris cette feuiUe k part, naes chers amis, son 
contenu vuus fura laeilement Juger de lu raiaen. J'ai eu le bon- 
hcur de lirc trop souvciit daim vos cucurti, pour ne pas savoir 




403 

jiiger doa <5v»^nomflns qui voua sont agn^aWes, ou qui doivent 
V0U3 faire lio la peine; croy&a qae jo Ics partag«», qnels qu'ils 
floient, Ijien siacuromeut, et ine mettant aouvent h. votre ptucu 
et admiraiit votre conduite, je vous en aime et ne tous en 
estime que il'avantftge; je nn sais faire Je fin, qnand de tels 
sentimens me guidcnt, et je vous asaiirc donc avee toute ta 
franchiatj et sincerite que von» me connoisBcs, que voiis no 
pourrif^ ra'oblif^dr d'avaiitage ui plus setisibU-nudit, qiie si voub 
me mettife U mßme ou vous me trouviea capnblc de voiis rendro 
qTielqne Service, ou de ponvoir vous etre bon Jt quelque chose, 
soit en effet, oa par des bons offices, diisposes en C'ela de moi 
Sans reserve, et soit directement ou indireetcnienl faitos inai 
eonnoitre voh inlentioiis, et je vous n^ponds qiie vous aerns 
servis de mon mieux, snr ma discrction vous ponv<^s ^galement 
corapter, ainäi que je compte 8ui' la vötre, que vous ne uiesu- 
rei'ißs pas de cette franeho uuverture, et qu'en möme tems vous 
ne Tattribucri^s ni h jactaiicc ni li curtosite dcplaci'to do ma 
part, mai» uniquement h mie vraJe et teudre aiuiti^, et a l'in- 
t(iret, que vous av(^s syu ra'iuBpirer. Je m'dtois flatte un matjuit 
que vouö vtendrit's tuuw deux ii Kiovic et »lors vous seutes bien 
qu'U n'y auroit plus cu de donte snr l'endroit, que j'aurois pre- 
fer^ pour voir rimp^ratrice, mais en me voyaul detroiupti non 
Sans peine, et par euns'dquent prive du Tetiperanee de vous 
rcvoir, cd qui m'auroit fait tant de ptai'sir, je crots que si les 
obemins le pertnettent, jo prefererai de me rcndre en droiture 
k Chenon au lieu de pasäer par Kiovie. 

Adieul pcruiettds quo jo vous eiubrassc do tuut muu coeur. 

xvm. 



Faul an Joseph. 

S* Pätentbnnrg ca Ifl^ Man 1787. 

Je suis intiniment Bensible h. I'amitit^, que Votre Majestä 
Im|H'riaI(i vcut bJen mo t^^raoignor dans sa dernifere lettre du 
10 du pa88<i. Los reflcxions, qu'EIIc fait 8«r la maTiierc de 
jouir des aninacuiens m'u souvent m confirmö par I'experience 
et c'eHt pvut etre fauto oticonomie de ce gunre quo I'ori vuit 
tant de gens blas*^ et ennnytS. Jo suis trfss sensible, Siro, h 
ce que Vous nous dites des ordres qnc Vous avea; bien vouln 

S6» 



404 



donner h W de Seddcicr, u'est nne marqae Ae V'int&T&l, qae 
vous vouloz bicn prfndrc K nous qiii nous est prccieusc. Je 
d<^siro de tout mt>u coeur, que Je voyage, quo vous nücz entre- 
prendre soit heureux et qu'il contribue Ji Votre satisfaction. 
Votrc Majestrf est trop lionno du prendre part h. la ßanUi de 
Constautin, il ne aorl que döpuis iroi» jourä. Recevez, Sire, lea 
a&surancos des sciitinieris ii]violiab]c& avoc Icsquels je scrai tonjours 

SoQ bi(3u di^vüue ami 

Panl. 

EigtR\\iaälg. 

XIX. 

Faul an Joiepb. 

S' rüEcnboiirg lo 6/16 Jan vi«r 1787. 

.I'ai <1t6 vivement touchi5 dea marques d'amitid, qoe Votre 
Majcstc^ a bien vunlii tue doniicr par la dui'iiiiVre. Les si-titiiiiuus, 
qu'cUc conlicnt me sont bien prt^ciciix et j'en sens tout Ic prix. 
Je s^-ai», Sire, la pari, que vous voulez bien prendre h. ce qui 
me rej^arcle et eile me sert et me servira d'une bien grande 
c«nsolntion dans les evenomens de ma vic. Le C de Cobenzl 
ae cliarge de faire parveiiir ma lettre li Votre Mnjcstö Imperiale 
par lo eouriier par lequel il l'informera des circonstances <1u 
dcpnrt de rJmptVntrice. Pürintittus moi, Sire, de vuus tümoifrncr 
anssi ma reconnaiascnco 8ur co quo l' Ambassadeur m'a dil de 
Votre part. Rica moins, que dissimule vous vcres aiBcraent, qae 
je suis sensible h. Vos procedü et que co que j'ai l'b^nneur de 
von» dire est l'eicprcBBiuii de meti cueur. C'csl lui, qui mc dicte 
Ics acntimens avce IcsqneiH je ania 

Son bien derou^ nnii 

Paal m. p. 

Eigiuiliilriilig. 

XX. 

Sie Qiosiförstin an Joseph. 

tft PAterMbourg c« fijlfi Jnnrier 17äT. 

Jo ne sanrai assez vous cxprimer, Siro, avec qitol plai»ir 
j'ai re\*n*i V^tro domWsrc lettre, qui contient Ics asHoranoea 
flatteiises de Votre amiti'^ poiir nous; l'intt^ret que vous prenes 
k lous les <5venements de nos jours nous en est un sör gmrant; 



je voudrai pouvoir vous cn otTrir de notre reconnoiesance, mais 
je inc tlultc que Vutru Mnjcste Iinpiirialc qiii uonnoit ussuz nos 
caraiit&rtis sf.ra pcrsuadtic quo nous äoniincs incapabbs du fcinilre 
un scntiment, et qu'ainsi la retionnoisaance qac nous devons 
V0U8 porter eüt vraJc ot sinciro. L'Aniljassadeur qui vous fera 
jmrvenir nos lettrua par courrier, Siru, vous informcf» des ^vöno- 
ments du voyafjc, une maladJc Burvenuo a raon fils cadn-l a 
cmpechä lear dt^part : nos enfans restent donc avec nous. IIa 
foot notre coDsolatiüD vt nos espärances, c&r nous avous tuut 
liou d'eii fitrc content. Mon KU ainii devient Ir^ä raisoiinuble, 
son caractfcrc se developpe joumellcment h. son avantage ot s*il 
est permis de juger d'un enfant de neuf ans de ce qu'il fem 
k ravcnir^ je luc Hattu qu'il remptira dignemt-nt la place (jut! 
le cic] lui it destind sur tcrrc. Lc pctit est un.btcn bon en- 
fant; mais bcaucüup plus vif et plns ßtourdit que Taint^, dit 
feste son caractJ^re est fraiie et loyal. Quant ii uics trois potitus 
filJcK, flies Hüllt trop jcuni-'s pour pouvoir eti diru quchjuc clioae 
de ceiiain, mais ja me flatte, qn'cües riiiuscront. Voila un de- 
tail hien vrai de mcs enfans, du moins je vons dis commc iU 
paroissent a meö yeux, il est vrai qu'utie möre s'aveugle facilc« 
mcnt äiir ses enfants, mais je, loa aime trop pour oax mcmes 
pQur m'abuaer sur Icur compte. 

Ma soeur nie uiarqni; qu'ellö est heureusc et contcntc. 
Son boiihuur est intimement tili avec mien, äire, aiusi j'ose vous 
le rccoramander avec iiistance. Volrc Majeate Imperiale tni- 
vaillera au inicn cn faisant le sien. Pardonnez moi, Sirc, l'cn- 
oui de cettc letti'e cn favuur doa sentimens qui tue Tont dict^s 
et agrt^da lee assuranccs de i'attucliement sincer avec leqael je 
serai cunslaminent 

Vutro bion d^vouäe amio 

Marie. 

Ei^iiiiXudip. 

XXI. 



Der Qrossfiirst an Joieph. 

8* Fütonbuiirg co 1/lS tian ]7»7. 

Votre Souvenir, Sire, nous fait toujours le plus grand 
plaisir, e'est une vcritd k laquello j'espöre que Votre Majeat^ 
Imperiale no doutera jamais, car Kile est du pctit nombro de 



Celles qoi ne sanroicnt ctrc revoqucr ßii iloute. Lcs ordres quc 
VCH18 avez doniK^ ä M' de Stddcler de vous parier de tiotre 
exüteoce sont bicii flattuurs puur noas, U vous marquem cer- 
Uüncmcnt qae nos jonrs sc distinguent par le calme et l'uni- 
formitä. La lionne eanl» do nous toiis fait Itt sujct de notre 
satisfactioii. Mou 6U Constanttn sort depuis trois jours, ainai 
iious nous trouvona fort souvcnt en famille, et j'avoae que 
loFsque je me voia eatuur^ du mon mari et de mes cinq cii- 
fans, je doute qn'it cxistc uno fclicitö plus parFaitc que cellc 
que j'vprouve. Le souvcnir de ceux qui nooa tt-moigncnt de 
l'amiüä est seale capablo de raogmcntcr. Je fais des vueux 
sincörc pour le voyage que Votre Majeste Impi^rialc va entre- 
prcndrc : je desirc qu'il soit hciircux, et que vous y jotiissieE 
de loul Tagrement possible. Les bonnes nouveUes de ma soeur 
m'cDctiantent, mon coear sent si vivement le bonhuur ou le 
malheur des miens, qu'il me semblc souvcnt que j'cxistc plus 
pour eux que pour moi meine. 

Pendant Ic tems que Votre Majcstc^ Imperiale sc trouvera 
h Cherson nuus serona ä C'Karskocsello; jo »uis süre qu'elle 
nons y accordcra quf^lqnr^ instanfi do aouvcnir; c'eA vous dire, 
Sire, couibieu nous comptons sur Votre amitie, qui Vous assure 
h taut janiais des scntimens inviolables avoc lesquels je serw 
tonjours 

Votre bien devouee amie 

Uarie. 
Eigvnbindig uikI tuit domseltifla Blatte 
mit dorn vorbor^bomtcn Sehreibeu Paula. 

XX U. 



Paul an Joseph. 



Z»i>koc-Selo ce 



80. At tjI 



1787. 



Je saU inßniment sensible k ce que Votre Majeste Im- 
pf'riale vent bien mo dire dans sa lettre du 7. Je la suppUe 
de croiru que mvs »entimens sont invariables et que je s^ais 
le prix de San amttii5 et cn raemc tems l'intcrßt qn'EUe veut 
et qn'KlIc a bien voulu prcndre h. ce qni nous regarde. Je 
di^sire de tout mon coeur que son voyage de Cherson soit hen- 
roux et puisse cuntribucr ä sa aaüsfactionj et dans ce moment- 



407 

ci je La crois d^jk bien präs de cet endroit. La Princesse 

Kli»ibt-tli est bieii heureuse de se trouver daiis d'aus&i bonue 
Tiiiiin et de röunir ainsi Ics sufrages. Nohb alloiis, SJre, iiioculer 
nos ßlles ainees le inedecin ii'iiyant pas voulii entreprvndre de 
le faire avcc la pctitc quc nous avons Mi: obügiii dt Inisser en 
ville. Je desiderais ctro ili'jäi. par «1« \h du cüttu bifsogiic. Par- 
doniiez, Sire, si je vous ai cntretcnu de ccci c'eet la auite do 
ma confiance cn vous effet naturel des sentimcns utoc lesqucls 

je BIUB 

Son 

bien devott4 

Paul. 

XXIII. 

Die Qroiifürstin an Joieph. 

CMrAo6caIlo c» "^^*"' 1787. 
1 lUjr 

Recevez, Sire, les a«Barances d« ma sinctSre et vlve re- 

oonnai&saiice poiir tout cc quc vous nous dites de tlatteui* dans 

Votre dcrni^rc lettre qai nous a fait le plaistr le plus sensible. 

L'mtir^t qne Volre Majest*^ Impmalc prend k nous, nous est 

un garant sur d« Son amitiü que nous duvions cunscrver tou- 

jonrs on connaissant le prix. J'espirß, Sire, quc vous nc dou- 

tcrcz jamais do nos sentimcns et que vous i^tes pcrsaadi^ de 

l'altachement qae nous Vous portons. Je compte que cette lettre 

Vous trouvera Imurenseuierit arrivö k C'horeoH et je fai« bien 

da voeux, ponr que cc voya^e nc nuiso pns It Votrc sant6. Je 

Tiens de recevoir une lettre de ma socur qui est trts affligi5e 

de Votre depart, Sire, eile se loue infinimcnt de Vos bontce, 

et ine marque qne Vous agissez en p^re aveo eile, ot qu'olle 

Vous porte les sentiment d'unc fille. Je nc sanrci vous cx- 

priiner combicn nion coeur eprouvy de satisfaction en voyant 

ma soeur unique heureuse, »t Jugcz apres eel», Sire, de la re- 

cünriaissanco qne je Vous porto cn pmiSHtil qu'cllo Vcms duit 

son bonlicur. Mc» enfans jouisseut tous d'urio boiinc sant^, nous 

alloQs faire inocculer mes deux ülles aiuees ces jours ci; Ic 

mdducin a rßfusc'; d'inoei;^ulcr la potite, puisqu'il l'a trouvd trop 

jcunc; eile est done roatt'c cn villc. Vous Vous reprcisenterog 

facilerocnt mes iuquiciudcs, Sirc, pendant cc tems, le coeur 



408 



d'une m^re est bien uiigoissä quand il s'attond k voir ses enfans 
nutadcs. 

Je suis eure qac vousjotodreE Vos voeux atuc noti*«» poar 
que le eie] dunno un lieuruux sucu^s U notre eiitreprisc. Oette 
peranosion est tbndi^c sur la convietion de Votro aniitit^ {mar 
noiiB. Pardonnez moi, Sire, d'ctre entrce daus tous cc» delail^t 
en faveur des sentimeos avec iesqueU je mc aomme 

Sire 
De Votro Majcstd Impi^rialo 

la bien dcvouec Coasine 
Mariu. 

Et^iibiindtg. 

XXIV. 

Die OTOs&färstm an Jotreph. 

aatbtfcItitLii oe 4/15Juil)et 1787. 
Je me flatte que ces lignes trouvcront Votrc Majestc Im- 
periale hewreusemeut arrivee h. Vienae. Noiis avons attenda 
cet instant ]>uitr vuun Ufmoigncr notrc rccoiinoiasanco, Siro. des 
denx lettres que Voiis avoz cu la bont^ de nooa adreaser et 
qiii nouB ODt fait ud ptai^lr sensible par Tamitie et le soureDir 
que Voas nous t^tnuignf^r. Ju vuus felicitu, Sire, d'avoir teriuin<S 
hcurcusenient Votri', voynge et jt^ f*iiis enehantöc de Vous en 
savoir satisfait. Le regret qae vous tömoignez de ne nous avoir 
pas viie pendant Votre s<-jonr eti Kussic noua prouvc ^iiic noas 
obons nuus tinttcr de la ci>utiuuutiun du Vutro ainiliii. Je iii» 
Hatte que Vous ötcs pcrsuadt? que nos voeux auroient dte combld 
ai nou8 avions Joint de la satisfactiou de rcvoir Votr«; Majeste 
ItDpL^riale, nuÜB il paroit quu c'cst un avantage, auquol ü fuut 
reiioneer : c'uut uim rtiflcxion qtii atlriste. 

Sa Mftjcst<^ l'Imp«*ratrice a ea la bontd de me marqiier 
lout le bieu que Vous Iiii avez dit de ma socur. Je ne saurai 
asacz vous cxprimer, 8ire, uutubiün le sulTrage dent Vous l'lio- 
norcz me rend lieiireuse. Conlitiuez lui de grkcc toujours Vos 
bont/'S et persuadez Vous, Sire, de la rcconnoiaaance do celle 
qiil a rhonneur de sc nomuier 

äire 
de Votrc MajestiS Imp(5riale 

la bien ddron^ 
Eigcnhindig. Marie. 



409 



XXV. 

Panl aa Joieph. 

antachina flu &J16 Juillot 1787. 

Je irai (JAS voulu encoiumodcr Votro Majcstd Impi'nale 

(»ar ina rt'^jioiise h, 8C8 lettre» da 15. Mai et 10. Juin pendatit 

fion voya^c et La croyant maintcnant arrivee je m'empres»«, 

airo, de Vüus cn lemoigner tuiitu ma recoiinaisfitiiiuc cumiiiu de 

gagcs iiouveaux et toujoura precieux de aon araitic. Je vous 

supplie, Sire, de me la eoiiserver h. raison de celle que je vona 

ai voue. äi jo n'ai |m, iSire, etre it m^me de Vuus rendro mus 

dcvoira jo n'ai pas inoiris [iris part ^ la satiafaction quo Vova 

poüV(58 avoir eii de Votre voyage. Reccvda, Sire, de noiivoan 

Ics assurencus des .seiitiiiiens vrais (^uc je Vous portc et avcc 

\rm qiiejs je suis et scrai cuustamtnunt 

Öon bicn devouö 

Paul. 

t^i geil händig;. 

XXVI. 
Die Oroisfurstin an Joieph. 

ünUiKohina oe IZJU ticiilAinbre 1787. 

J'ai rcjuc la lettre do Votrc R[ajcstrf Iiti|HtriaIu avcc un 
sensible plaisir, les sentimens d'amJlie et de couliaiiue que Vcus 
nous teiDüif^iiez Vous asBiirc notre reconnaissance. Votro mauiJ're 
d'agir daiis le momciit interessant ou nons nous tronvons, nous 
prouve, Sire, que Vous 6tc3 aussi bon allii' quo buu anii. Je 
euis charmee de co que vous nous dites, .Sire, dYtti-e k la vcille 
do vuir (iiiir vos affaires aux Fays-baa, je Beut tout ce qa'cUea 
ont du vous faire souffrir, car il doit etre afFrcux do sc voir 
contraint ü cmployer la force cootre sus sujetä. 

Agröes, äire, mea felicitatlons eur Ic mariagc de Madaine 
Votre nihcc; j'attcns I'npoque du mariagc de ma soeur dont 
voua avez la bontc de me parier avcc d'autaiit plus d'iinpaticncc 
que je suis sur que lö bonbeur dont ma soeur joiiira seru d'au- 
tant plus grand, puiaqu'ellu aura celui do vous apartenir de si 
prH. Je finis ces lignea par Ics assurances des scntimcna avcc 
Icsqucia jo suis k jamais 

Votre bien d^vouöc 

Marie. 



410 



J'ose prier Votre MajestÄ Inipf^riale de faire mes tendres 
comptimens k ma socar. 

XXVIl. 
Fall ^ JoMph. 

GatBchina e*> 13/24 (ktptemhre 1787. 

La lettre, quc Volre MajcsK' Iinpifrialc a bien voalu 
m'öcrire par le dcrnier courrier est bien fiiite poiu" pronvur ses 
seotimcDs et scs dispositioDs. Moi en mon particuUer je compte 
snr leiir energie et leur efficacit«. Je ne suis point jugc cn 
aifairo je n'en parlerai point, mais j'osc mc flaltcr, qu'oo nc 
mc rcfuscra point l'agrt^mcnt de me trouTer commc rolontaire 
ä l'armoe uti fois qu'on se trouve eogJige dans cette guerro. 
Je prens de bien bon coeur part ä eis que Votro liinjesti:' uio 
dit de seB affaires aux Pays-has ayant partagi^ les dcjüigremcns 
qu'elk' ont du Lui causer. Elle voudra Itieii que je Lui fasse 
mon conipliment aussi sur le mariage de sa ni{;cc et Lui tu- 
moi^o ma satisfaction sur cc qu'Ellü me dil de cclui de ras 
bcUc-socur. Je Hnis, Sirc, en voun priant de mc conscrver 
Votru amitie et rendre justiee aux scntiinexis vrais avvc les 
quels je suis 

Son trfes dcvone 

Paal m. p. 

Eif[«iibändxg. 



xxvin 

Faul an Joiepb. 

ä< r^lvnboure ce 16/37 Decembr« 1787. 

Votn? MajesN? Impe^nale voudra bien me penncitrc de 
recomiuandcr k Ses bontes et a iSon amilie ma belle socur au 
moment oa eile aara Tavantaige de contractcr des Itens qut vous 
la feront appartenir de »i pr^. II seroit ingrat h. moi de ne 
point scntir Ic prix de Votre amiti»? pour eile, Sire, et c'est ud 
devoir bien doux pour moi ^ rcmplir vis-ti-vis de Votrc Majcste, 
que celui de Vons en temoigner toute ma reconnoissence. 

II m'est bleu doux de s(;.avoir qno Votre Majcsle appronvc 
mon dessein cti partageunt Iva »ollicitudes de ma femme. A 




cette occAsion eomme en tont« antre je mc recominand« k son 
amiti^ et la prie de croire, que je suis poor )a vie 
Son bien devoue 

Eig«tikändig. Paul. 

Die Hersogin von Würtemberg nn Joseph. 

3chiro4t e» ID. 4«B( IT8B. 

1,0a lÖBioigDaces rjitBr£a d« gnan et de bont^ dont Valre Ma- 
Jut£ Iiiip^riftlfl üuctiblo m« Enratia, «ont «utant de ttouv«aus droits, 
iju'BHb injpo»« i^ idh recxiDnaiMaii'Ce et it inon «tlacheiut-iit. Ces aenti- 
meiu sont ei iiuiBaants Anna mon aroe, i]ne je liauirde do snivre rim- 
pulnon iju'ili in» duaueut puor [larlar ä V. M. I. nur ii» »ujet <|ut afili|;[e 
wntililemeut le Priuce et tauj, c'eai »vee dosleor que udiu avuiui a|>pri*( 
qno V. M. I. w>t dxiu te ces de se pUindr« de« procAd&» du (■rxiid-I>UQ 
et de Ia Grand» Diiclieium, nouK en KDmtnes d'ftntiitit pltu mortifiAi, <|a'il 
ne depend pa» do nous, de ramener dAns le moment mcme doiu jounes 
penonnes imbues (t'injnatei preventlons euUiir^ea juscpricl de peraonnM, 
qul par 1'eclat qu'ÜB uiit mia dann lenr condulto, ont prouvä trop claire- 
ment cumbieti leura lütes dtoiout maiivAuea, il e>l criinl A uiie märo 
d'acctuer son fils poor excu^er oa fillo, miUe je doii cette uuverture de 
Coeor i V. M. L d'jiatant plue que In (irande DiiehesM &t«nt de son 
entonriaanie pour son frAre aiiiA je vnni prie tnxühiiinblement Siro d'avnir 
nn peil de patienco, i*t d'attendre avec cette douco (lui Uli rex ei iiato- 
telia l'L'ffel (jtio doivetiL produira loa rAproxeiiLiitioiui d'iiii pcre et d'uno 
m^ro sur loa eafana, qut malerä rinconfe<|ueni:e ds leur cunduite non« 
pronvent encere tonjoiirs, «lac U natnnt et le Hcnttineiit no peuvont 
i'etuuflfer danN de« ame« bien n^BM, nuiis awoiia lieiix d'impfrur, <]ue uiih 
rapneeulatiuHK oe resterout pas infructtieiuo» tit »i V. M. I. v«ut Mcii 
le« secondvr cn conlinannt dv mariineT la Di&me amitiv nn (irand-Duc 
et ä niA (illc daiu los Ivltn.« •gii'ElIa leur tJcrit j'ose nie fliiltur (|na 
V. M. L sora dana lo cu do sä u-unvaiDi^rc da i'improsaio» profoude qu*& 
fait por noB coeura les boot^ peraouiiellee, «lu'Ktle tuinoifrne k m» fille 
et k man Alu. (^est dana ctm acntimenii que J'ai rhoniioiir do mo nommer 
avuc liL pliu pTofuud rexpoct et 1> pEus vivo roc cmiiaiaaance etc. 



Joseph an die Hersoffin von Wfirtembergr. 

Stliwtdl c« M. «epibr. i;u. 

Madttine ma Cou»liie! La lettre qae V. A. K. vicnt de mV-crire m'a 
petiAtri de rec<innAls«inoe, ol f.e .«emit alTolbltr ce Mintimoiit quo de 
VDuloir oit d'^-riro IV-lunduo. La cunfianuo, arec U<ittolle Blle vuut bien 
mo i>arIor, m'antorisc ä Lui ourrir jigalement mu «entimenK unr cette 
mnti^rn dtilicnto, romino gl j'avoia encare la Htinfartioii d» cAtinxr avp« 
EUtf il ('tuppcs daiu la chambro du coJn. de 1n<|ii«lle an entro dan» le jnrdiii. 

Ves la r<>tüur de LL. &A, I. k r^tanljuurf; je iirnpp«t>;.ns d'line 
difFernnce notable dann le atile de leur cerro^pondance A nion ^^rd; je 



412 



l« cmi un« (Iv ce* EfhhcimAnM, qii'on raicoiitrc »ouveiit dnn* l<]» beri- 
lien pruotnpüfif et lus jolius fotninoe, jo diminuiLi un pcii 1« freqaenee 
da itiuB lvttT«tt, innii« je n'cii irliHugcaJ jimh [nuir evln 1« »tue fruit:, giü 
et amk'jil, JQ mi' [loritiia iiiöino A& pvtitee reprochcc au oujet de la froi- 
deur et da In Lriüvete dout ÄEoiunt con^ues leurs rt'jionsea, mau n'ayiint 
fft\-u ä lüitC-cela, ijue peu de lij^n^ de couijiUmeiiii fruM«, »«iiji iju'un 
mo martiuM jiunai« ni minnn, »i qu'on derDK,iidat do> expliunlioas ni 
(jn'on Toalut »Toir mn juiUficAtlnti, ja vi« biun, i|u« c'^toit un |>srti prbt, 
Dl uiL mlümo. lu(|uul mOmci du vuuloit pouvoir m gloriciur d4 Koutvoir 
et do fAiru i'hof pnrti. Sur coln mos lottro» dcvinrciit ^gnlontßnt plus 
r«n<it, «t plus (.aiirteii, vt c'iMit .n pwii>pr&a d» eette fa>;on-tä, <pie jn con- 
tiiiiic enooi-ü, iiunnd roucasiün tti pr^sBDts. Mais je ne puis eu dAVinor 
4Uo[c|ij'«xairl, iiii'ait H» inuu exumoii, et Je cruii ()it« reiprit de couirx- 
dictiou y eat pour benucuup et qa'ou veut coiitrobilaucer l'amitiä, que 
rimpjratrice me li^moig-iie, et «roir l'Air dY'tre d'iin parti ii|i|iAaä. A cela 
puut>i>lre ae auiit J(>i:iU dux coiittui, ileü ra^ipurU et du coiuJ<|ue:icw< 
^Ksluiuctit fauKtuit «t c»l<|uiios nur dun calutnnit», (|tii} lu Roi Cu Prussv 
Taft rcparidrc par tonten xnrtoa d« moyftns et dnnt il berc« sw dupAs, ot 
£dianffe tiea mithousia«!««. tl so pout duoc <iiiu LL. AA. L Eoivot Induitoe 
pn-\h en erreur au mjet d« ma fai;oa de pensor ot d'ogir ä lour igmt4, 
wt par rapport i toui ceux, <|ul [sm iiil^resseiit ; maiH k tout cola ja ne 
vots da remädu, que te tema qni äclalrvit tuut vt la luitiecico nitutiil tout. 

Je Heus tout lö prix et tuute U forue, qiie lt>ä cuuboils mnlemela 
de V. A. B. duivuiit nvuir Niir lus onfaiia, maU j'avuii«, qtio da leur t«- 
niülf^nor, ijirun pmit nttejxiro trnnciuillcment ipriU recüiinotMtent d'enz 
menieR laun urremon* et Im faiivsol^, nva« lergunl» «ei luur x faicinft 
loi yuux, mu paroit uii müyon bioii plu« «Qr, et pvtit-vlru plujt prompt«- 
mint ofßc&co uiivorc, que taute« loa in»tanciM isl raiminit i'niiraincantw 
mimr', '|u'<in pourroit hur dir» k cot i^gard itt ipii poul-Glre iiu !«• 
faruiont, i|Ufl rcnforcer dans luunt idiW usallvuj. 

(Je [i'eHi piu pourtniit, quo jo ne veuilie faire UMHgo ilv cu ijua 
V. A. R. vfiut m'offrlr ni oblipuaniiueiit, &u contrairo j'ne La pnur tl« 
cuiitiiiuer Ä «» miram aos LciidTes avio, et ou u£t»o tems j'oso L'AMttrer, 
(|ue {<iTttw ut iri<]lirniilaljlv djiiin mu» priucipos, je ue varicr.it janiAis k 
lui pronver niiiuii qu'» d« ciliare fninille tout« la ootiBldLTniiuu, l'attacbO' 
inent ni l'amitit' qu'Ello u xu lErinnpirer ol avec loaiiuob jo aerni 

toujuun 

Madaine ma üotuiue do V. A. U. 

Lo buD CouMii ttt 
HinciTU Ami. 

P.S. OMroia-ja La prior de faEre SigrieT mee Complimonta ao 
Prinve aon vber epoiix. Je iio pui* I.iit lEonner qua Im meillour» noii- 
Telleo du Phyaiquo auusi que dea proj^öa ijuo la Prinoiiaae au cliire tili« 
fall de tuute faguii datia buu mural, Ju croiH qn'MlQ ton, tiiujoura le 
bonheur do tous ccnx ü qal eile &ppartleut ot apparticuilra. 



4 



* 




Maria Tlu^resia und Catliarliia. 

Varia Theresia an Catharina.' 

VIenne le 21 aaflt 1T80 

Madame mn sociir ot Cousine. L'Emperciii-, hctirensc-mcnt 
rentre enfin «lans 1« sein de 8ä famill«, vicnt rle me contii-uier 
de vivc voix, ce quc souvent il lu'avoit di^j^ appriu pttudnnt 
son :Lltson('o de snn a<lmirulIon et de »o recontio manne poiir 
V. M. 1. Co sont dea sentimeiits, qiie je partape sincferement 
arec lai. Je n'ai attündu quc l'occasion pour pottvoir les te- 
rnoi^or kV. M. I.; l'Rtupoi'cur mo Iti founiit |mr tont cc qu'U 
m'a dit d'etle; et je \a snisis, par coii3»'quoiit, uvec ompresse- 
ment, poiir asjailrcr V. M, T. de iiia iiantc estime ponr tontcs 
ses öminent«» qaalites, et en luüme teins de ma plus vive gra- 
titnde pour la fu^^on, don* eile a bien voulu aceueilür l'Kmpe- 
rciir pcndnnt son st^joiir dans avs 6tMs. J'en suis pi^m-lrt-e avec 
lui, j'en r^mercie bien eordialemcnt V. M. I. et je la prie d'i^tre 
peräuudt^e, qu'ii touö tes soiitimctits, qui nous sont communs, je 
joins en mon partieulier ceux de Tamitit^ bien vraie, avec la- 
quelle je nc cessorai jnmais d'fitre, 

Madame ma aoeur et consine, 

de Votre Majestc [rap^riale 
la boDD« soeur et cousine 



Catharina an Maria Theresia. 



Ä 8* Pölersbourp co 26 d'anflt 1780. 

Madame ma aoeur ot ooiisiiie. C'cst avec les sentimcna 
d'unc rue9nnoissancc sincttro et ccux de In plus liaute vcJnära- 
tion, quc je viens de reccvoir la lettre rempli d'nmitie et d'ex- 
preftaion flattnnses pour moi, qu'il a idu h Votrc Majeatii lui- 



* Vgl. Kannita an L. Oftb«nfll I, p. 46. 



pönale et Royale de m'öcrirc Ic jour mÄme de l'hftnr<^usc arrivie 
de Sa Majeslt- TEmitereur [)rhi tl'elle — övöuemeiil, ilont je par- 
tage raliegresse. Celle qiie Monsieur ie comte tle Fnlkensteio 
nous a caiisö, scroit difficil« h diicrire k toul aulro qu'ii Votre 
Majestc Impilrialc et Hoyalc, au cocur de lat^iicUe il a tant de 
droit et a de si justcs titi-cs. Qu'ü doit älrc doux pour Ie cocur 
sensible et tendre de Votre Majesti^ Imperiale et Hoyale d'avoir 
mis au jonr un prince, qni snit si pnrfaitc:nu^nt scs traccs et 
doDt les euiinutites qualitiSs asBQrent let) felkit^« de scs peuplca 
ot eausent lY-tonnemcut des ötrangei's! Qu'elJc joulssc longaea 
ann<ieB d'nn aussi grand bonheur due k ses vertus! Et qn'olUa 
rende eii toute occasion justice an sentlmnna, dont je suis p&a6- 
Xr&es, tont coiiime k renipreaseineut, que j'ai eu ä les t^moigaer 
h ritlustre voya^em; quj a hunore la Hussie du sa prc^nce 
pendant denx mois : i\& sont les mSnies que coux, avec lea- 
quelles je ne eesscrui d'etre, 

Mndauic lua soeur et couslne, 
dti Votre Hajcsti! Imperiale ot Koyale, 

la bonne aoeur et couaine 
Catherine. 



JoHeph II. iiiul Kaniiitx. 



I. 

Joieph an Kaaaiti. 

Fittbik L-e 37 mnn 1788. 

Mon clier Prince de Kaunitz. Vous avös parfaitcmout suisi 
l'objet principal du riipport du Comtc de Cobenz! nuyu diina un 
tr^s long ratsonnonißrit. .Tr vous iiutoriao iiloinüinont d'inislriiirü 
en const-qucncc et le Comte de Mercy et Ic Comte de Cobc-nzl. 

Je T0U8 joins ici deiix Icttres de lltuperatrice qai sont 
des niponses aux inlonDos, do fayon i|ue jo ne crais paa avoir 
bcsoin d'y rßpondre. 

II est d'ailleui's tr^s-essentiel do se faire donner tant de 
la Riusie qne de la l'^rance toutes les assurances pussibles coutre 
tout cc quo le Ki>i dts Pnissc pourryit ßiilreprcmlrc h. nolru «gard. 

Qaant li moi, mon eher Prince, je rae portc k mcrveille 
malgrä la tournee tr^e fatij^aate que je vieas d'acliever. Je 
<;ouipte en faire une autre au Banat püur voir ina gauehu. 

Jo d(^sire blon qiic lea iuondations jolntu« ä iiumlin! d'ar 
rangcmena k prcndrc no m'cmp6chcnt pa» de commcncer la 
cainpagne aussitOt (jiie notre intt^rM l'exige. Je compte nt^an- 
rnuina que vers k lui-avril tiuuä t-HUiperun» pres de Sutiiliii. 

Adieu, mon eher Prince, croytjs quc je suis toojours avec 
une vraie amitiö 

Joseph m. p. 

n. 

Joieph aa Xaaiiitz. 

Sfimlin, don 7. Mai 17B8. 

Luther Fürtl Kaunitz! Die noch immer fortdauernde Un' 
thiitigkeit der Hustitchen Arm4e, weiche nach allem c2em, was 
vtm Seiiat iIkh' jietf.rHfniriji^r Hofs und dt.K Fürsten l\>temkin 
sowohl «or tu» nach d^-r Kruijs(tTkUlriti\(j tfesa'ß icordtui) unmüg- 
licJi vorxusefien tcar, setzt Mick in die unaiiQimehme und &«• 




tinfiiHichif Lage, dem ganzen Aufbot der ottomaniachen Viilker 
allein tcidfrst.tken zu ntiiaeeii vnd Miz-ine angrünzifndfn <jet''gitetet* 
JVoüinzen den unvermeidlichen EiitfUlien und Verwüstungen Preis 
zu geben, weil eine Strecke von 150 Meilen allur Orten hinlUng' 
lieh zw decktn platterdings unmöglich ist. Die von Mir ent- 
schlossene Oß'ifnrive, welche ihren Anfang du-rch div Übersetzung 
der Satte und durch die Btilarjenrng vm Belgrad TU-hnwn hätte 
sollen, TJiMJ» ungi'.achtet Meines eifrigsten Betreiben/ uxgen der 
noch nicht gan:: zu ^Staiid gehrochten Dilmnu- und wegen Ähgang 
einiger unenthvhrlichen Krfvrderniase, die zu Meinem grUssten Leid- 
wesen noch nickt kerbnjgrschnß't sind, bis jetzt verschoben bleiben. 

Da nun von alten Seiten die Nachricht einlauft, das» d*^r 
Groeivezir mit seiner gattzen Macht gegen J/tc/t anzurücken 
heelimmt habe, welckef ganz natürlich itt, weil ihn diu Ruasen 
noch zu keiner 7%eilung ei:iner Stärke nVOtigen: so icird die 
Zeit zu kurz und zu hrdenkUch für Mich in dieser VngewisS' 
heit über die Flösse zu setzen, Belgrad, das mit einer starken 
Qami»on versehen ist, zu btiagern, und Mir, bevi/r Ick vermuth' 
lieh damit fertig tcerden kann, dii ganze türkische Armne übern 
Hai» zu zieJten, u'oduvch Ich Mich in einer krittsclwru Lage, 
als in der Prinz Eugen it-ar, findt-n ifürda, da seine Unterneh- 
mung schon damals von allen Kunslcrrsti/ndigen als srhr ver- 
mtasen und \:mi einem hesondem Glück gekrünet angesehen wor- 
den. Die Her vteraammrltr, Armee ist auch viel schicächer alt 
nach den vorhandtntn Berichten jene dns Prinz Eugen warf da 
Ich nicht mehr als -lO/MÄ) Mann habe. 

Aus allem diisem folgt, das» Mir höchst nrichtig und noth- 
icendig ist, heg Zeiten zu. witsenj ui und tvann der Grottmzir 
tdrklich mit seiner ganzen Armee in Surviefi, anrückt, oder ob 
er salU- theilt? Ich ersuche Sie also hierüber alte mögliche Nach- 
richten einzuziehen. Meines Orts habe Ick ebenfalls hier, im 
Banal, in Sivhenhürgen und Gallizlen, Anstalten (reffen lassen, 
damit Kundschafter ausgeschickt uttd verlässige Anzeigen von 
c2iMi Bewegungen d-er IWken erkalten werden, ohschon man von 
diesen lauten wenig zu urtfarten hat. Sollten Sie Ihrerseits t«w 
tichems durdt ein oder andern Weg in Erfahrung bringen, so 
Verden Sie Mir eolcfies nach Maas drr ErheMirMkeit auch mit- 
telst Kurier tngleich zu wissen vwcben. 

Übrigens tcill ich Ihnen zu Ihrer Wissenschaft mitikeilen 
dast Ich dem Prinz Koburg auj'getrngen habe, dem in 



tikeilen, ^^B 
t unaere ^J 



Otfangentchaft ühurgangetu^n FUrittn Y^silanti zu bedeuten, 

ilaes Ich {im aus htiwulvrin- liHckslcht für die immer <jrijir-n un» 

öeseiijta ijuten (ieeinnUJigen nicht als eijien Gcfangentcn betrachten, 

sondern ineimfhr ihm und aiiinem Gefolge gtistatteit trolle, »ich 

frrtf dahin zu herfehen, ico es ihm (jefiilllg aetfu tclrd. 

Lebufi ö't« tcohl und bleiben Sie Meinvr J-reandi^chnfl v»r- 

gickert. 

Jaaeph ffl. f. 

in. 

Xannitz an Joseph.' 

Vienn« eo B. Saptenbre 17SB. 

J'ai A^f.i dfimonti-*? qac los intoreeptoa en qaestion 

HC fouriiisseut nulleiufiit ;i toutes ces apprelicnsions, et tju'cUt-a 
110 soroient pns mttnie fondt^es, si tout ce qu'elles pnisii|)jPOsenl 
existoit; et poiir cc qui est tlc. l'Anglctprrn, il liii imporle troiJ 
j>eu d'öpargiier aux Tiircs quel(|UC9 sacrificcs de plus ou rln 
moins, et de pracurer ä la Cour de Ilerlia an agp-ondissctocnt 
en Pülogno, pour que l'ün piiissti suppoeer qu'ullo voulut coii- 
tribucr t allmncr uiie guerro g(^ii(^ralc et a'cn attirer une pnrti- 
culiäre en m&me tems de In part de la Fraucc et de l'Espogno; 
et cela est ai cvidant, qae Ilerzbergiie compte oullemeiit sur 
aon assiatpiicc, poinine il est proiivi^ par tos cxppcssions de sa 
lettre II üiez du 26 avril 178H, dans laqiielle il dit: ,La Ligiie 
que TOtis proposez est impossible. La Pologne, la Suedc soiit 
dl« PuiHsancos nulles. LWngleterre ii'est piiisHiinto que yav 
mer, et die nc sc detcmiincroit jaraaia pour unc gncrre offün- 
sive. Seroit'ü juste, que la Prusse sculc s'crabarquc avec Ics 
deiix Ccmrs Impt^riales qiü seroient Ji cet egard soulenue« pnr 
In FraneoV Poiit-oii compter sur la Porte, sur son assistancc 
efticace, sistcniatique et continude? Ne risqueroit-on pas de la 
pei-dre k tout momeiit par des revolutions du trone ou du mi- 
nUtöre, ot ta Prusse ne risqueroit-olEe pas son exiistence par 
Votre plan?' Mais quaud inf-inc touä ces dangni's siippost-s 
exisleroient rrielleracnt, comme ccpcndant bien certaincmcnt ils 
n'existeiit pns encore et vraiscrabinblement n'existeront pas, 
]ii)tirvu qu'un le vi^ulle, comment pourroiton mömo alors re- 
garder In Monarchie comme ](erdnci' Lea ^loricnx Aiieötrt« de 

* Vgl. Jaaepli an KAUnite, SS. Ang^ust 1788, b«i Beer, p. 306. 
Font««. ll.Abdi. Bd. UV, 37 



V. M. ne Tont pas etivisagee conome teile, quoique arec des 
forces bieii infbriuurirs h celle <le V. M. ils se soiont Irouvös 
dang le uas tlc dcvoir soutiinir d« [ongiiea gucrrcs contre los 
Turcs, et en meme tems contro la Fnitico. et touR sag ndlierants. 
L'Iiupt'ratrice jrarie TJjeivsc n'a point regardt- aa defense 
coniniy iiiipoäsibie <il ea Monarchie poinmc pertluo, lorequ a son 
nvenemt-nt avec bien pcu de trouppea et encore moina de 
inoyens dß Hnance, cllo n eti^ attaqucc ])ar nn si grand nombre 
de Puissance» cnimmies, Feu le Roi dt- Prusse Frederic IT. 
ni^mtt n'a pas rcgardit la »icnnc conime perdiie, iiiais J'a niiiintt 
conservee eu entter, qnoiqn'U eut k combattre eontre la Haison 
d'Atitric-lie, la France, la Uussic, la Sufedc, et I'armdc de I'Km- 
pirü. Je suis Lien äloigne m^auinciins de vouluii- tue pcriuctLru 
itn Jugt^inant di^cJsif sur loa Operations mititaires. 3Iais il mc 
icmblc cepeudaiit, qu'il est in contets table, que si dana Ics toms 
passus on a pu faire des gluriunses campagne« offensives contre 
Ics Turcs avoc 50 — ßO ou lout au plus 70 millcs hommes, Ü 
doit fitre poasible de nos jours de soutenir au moina vis-Ji-vis 
d'eux nnc gnerro defensire avec 100 mÜIc hommc^s, conjoiTitc- 
ment avec la Russie, et que comme daiia cette suppositiou^ il 
rcstcroit ßiienre 2C)0 mülo hommcs pour la defense de la Do- 
hemo, de la Moravie et de la Sili^sie, il est vrainüinblablo, que 
si tani cät tjuc la Cour de Berlin cut rccllement Ic projet d'at- 
laquer directemeiit V. M., il est vrai&einblable, dis-je, qu'eUe y 
ponseroit plus d'une fois. 

Cc langage ne seroit propre certainenicnt qit'j» ofFcnscr et 
;i aigrir, et j'oi peur d'aÜleur» que l'ou y observcroit qu'J» affir- 
mcr quo rimpöratrice anroit tout perdu sans nous, et en rn^me 
tems qne sculc et saue, nous eile n'auroit rien h cruindru et 
potiri'oit toujours faire nne gucrrc di';fensive contre la Porte, 
ötoient deax propositions, qui ne paroiäsuieiit pas trop combi* 
iiabica; altendii qiie si la Kussie n'etoit nullcment prepar<5u an 
commcnccment de la guerro, Ich Turcti nc l'etoieut pas davan- 
tagc dans ce inoment-Ui. 

II est aisä do preveir, quelle &era la r<ipouse k ces pro- 
poattionSj et que cc sera sans doutc : C^u'!! ^toit dejii couvenn 
et determiuö d'avaiice cntre les dcux Oours Imp«5rialea qu'an 
cas d'nne divcrsion prussienne elles titclieroi<;nt^ s'il etoit poa- 
sible, do faire la paix avec les Tiirc», ou bien de convertir la 
guerre offensive on defensive vls-Ik^vis d'eux, et de n'-unir laurs 




410 



principalcs forces contro Ic Roi de Pmsse. Mais qnc pour 
pouvoir se (lecider neaniuoins tim ü-pn-scnt «ur Tun ou l'antre 
do ces deiis partis, il i-toit nt-eessniru de cuustater preaUblc- 
iiicnl, si Ic (ianfjer imniinent dune a^gression prnssiennc exisuHt 
effectivomcnt; ce que lea interccptcs en quustion ne prouvoictit 
en fn^on quclconqne. Mais i\ne, suppos» meme que ce danger 
cxislAt n'-üllotuiml, et que l'on vouliit so prf'lcr ii l'liiunilmtiun 
de deraander et proposor la pnix ans Turcs, U iStoit question 
de savoir, »'il (';loit Traisemblable qn'ilB en accordasscnt unc 
acceptable pour \cs dcux Coui-s Imperiales daiis co moiuent-ci. 
Que n'ayant perdii jusqn'ici ni bataiHG ai aacane do Icurs pos- 
flessinns de quelque importnnce, rien n'^toit plas invraiscmblable; 
et que par consi-qiiont il «eroit tont aiissi iniitikr qne pou bono- 
rablo- d'en taire la proposition, en stipposant uiünio qu'oii nu 
leur proposät, quo lo retablisseinent de J'uti possidctia, tel, 
qu*i! Matt arant la j^iinn-e: parccqnf^ certflinement dans I'etat 
actuul de» circon&tani'os la Porte peralstera k exiper- la rcstitu- 
üon de la Crim^e. L'Imp^ratrice de Rusaie sans la |ilus pres- 
Hatitu iK'tiesäitt!, iiifiiilliblenicnt ii'y CDnsi^titira pas, et il s'ensuit 
uioycnnant ccia, <|iie d'iine pais conjointcracnl avec la Hussic, 
il ne peut pas en etre question; et que par consequeiit Tlni- 
püratriee insistera u ce, que la guerre soit continutSe defensive- 
munt contre la Porte, pendant que les de«x Coura rftuiitrotit 
lours principales forcea eontro le Koi de Prusse. 

II faut snppoRer qu'en ce caR la ßtiBsie ne pourra pas 
faire il la v<^rit«i tout cc que V. M. entcnd par rexprcBsion de 
uioyens äatiafniBants et suffiöants pour sa sui-ctc conlfc le Koi 
de Prnnse, mais qu'clle fer« cependant tout ce qn'ellc pourra 
pour püuvoir paroltre avce une arniee proportionnee vis-ä-via 
dc6 Prussiene, eu conscntaat cependant d'auUiut inoins ä co quo 
V. M. fasse sa paix partictUifere avec la Porte; et qne si, qu'k 
Dieu nc plaise, Elle s'y detenaJnat malgre son Opposition, ou 
s'en fesuit süupyoniiur Koulement, eile ruuciiceroit vraisuuiblable- 
inonl tout de suite ii son iillianec et l& rcinplacoroit incossaui- 
ment par la Prusse, TAnglcterrc, la Hollande et La Confedera- 
tion Oermnnique, que naturellemcnt eile sera rejae h bras üu- 
verts par ces quntre Puissances. et (luVn coniUlaut par lä Ich 
voenx qiie fönt dcpuis longteraa Ica Conra de Berlin et de Londres, 
la Maison d'Antriclie se verroit tont d'iin conp dans iine Situa- 
tion qui lueltroil uon cxistence k venir dnns le plus grand danger. 



420 



Co scroit iino illiision manifeste de vouloir eo flatter quo 
de pareillcs assurancca puiMcnt faire la moindrc imprcsaion sur 
Tespril ttp l'lmperatrice. Elle n'a poiut a craißdre la perle de 
GüiL ititluenci: an Pulogne, et quand mSme eile pourroit dimi- 
nuer pondunt qnclquo ioms rontre tonte ap^mrnnee, sans ancunc 
Cooperation «trang^re, il lui sera toujours iWis-faeilc de la re- 
tablir, qmmd eile